Rentrée : position de l’équipe pédagogique des Sciences du langage (Aix-Marseille Université)

Aix-Marseille Université, mardi 2 juin 2020
L’équipe pédagogique du département des Sciences du Langage s’est réunie à plusieurs reprises et a pris connaissance du questionnaire envoyé par la direction de l’UFR relatif à la rentrée 2020.
Elle regrette le caractère essentiellement technique de ce questionnaire qui ne pose pas les questions essentielles liées au sens de nos missions d’enseignement dans un contexte comme celui que nous traversons, sans poser non plus le sens de l’enseignement « à distance ».
Elle déplore le caractère individuel du questionnaire qui précède une réflexion collective de l’équipe pédagogique. Elle déplore aussi qu’un questionnaire similaire n’ait pas été envoyé aux étudiants, la seule enquête digne de ce nom faite auprès des étudiants étant celle organisée par des personnels mobilisés.
À ce jour, personne n’est en mesure de prédire à quoi ressemblera la rentrée, à quelque niveau que ce soit (UFR, AMU, ministère…).
Nous devons cependant anticiper les choses et ne pas nous laisser dicter des modalités de travail qui iraient contre nos principes et contre ce que nous jugeons pertinent d’un point de vue pédagogique. Chaque membre a répondu à sa convenance à ce questionnaire ; cependant, comme cela a pu être fait par le département d’études italiennes, l’équipe pédagogique tient à faire connaître ses positions communes sur le sujet.
  •  Le déconfinement généralisé et l’ouverture des écoles, lycées, entreprises, services, bars, restaurants, transports nous invite à penser que, sauf conditions sanitaires exceptionnelles, la rentrée devra(it) se passer le plus « normalement » possible (en tenant compte évidemment des règles de distanciation physique, des gestes-barrière, etc.). En cas de rebond dramatique de l’épidémie, il serait toujours temps de prendre des mesures adéquates en cours de semestre (y compris une fermeture temporaire). La rentrée étant un moment essentiel d’information, de prise de contact et d’encadrement, nous souhaitons que tous les efforts soient concentrés pour garantir une rentrée en présentiel.
  • Nous souhaitons que les modalités d’enseignement à distance ne deviennent pas la norme ni ne soient le prétexte à des économies ou à des façons de changer notre métier
  • L’enseignement à distance ponctuel en mode dégradé n’est pas l’équivalent des cours du SFAD (publics et contenus spécifiques ; contenus adaptés à un enseignement en permanence à distance ; progression choisie librement par l’étudiant·e et non subie du fait du contexte, etc. : voir les très bons arguments mis en avant par le département d’études italiennes).
  • Égalité de traitement entre étudiant·e·s : nous ne souhaitons pas instaurer des régimes différenciés entre les étudiant·e·s internationaux/-ales qui pourraient se voir dispenser des enseignements à distance et les étudiant·e·s locaux en présentiel.
  • Refus de l’hybridation : à de rares exceptions près, l’hybridation des enseignements distanciel/présentiel ne nous paraît pas une solution pédagogiquement satisfaisante, qui entraîne une quantité de travail supplémentaire non rémunérée. Par ailleurs, elle peut créer deux types de publics traités inégalement et recevant deux types de cours, même si on envisage des rotations de public.
  • Nous refuserons toute modalité pédagogique qui conduirait à filmer et/ou enregistrer des cours en amphi : d’une part pour des raisons pédagogiques, d’autre part car nous aurons toujours des doutes sur le devenir des fichiers enregistrés de même que sur les droits de ces contenus.
  • Nous souhaitons que des investissements soient faits au niveau de l’hygiène de nos locaux : plus de personnel de nettoyage, matériel d’entretien, organisation de désinfections au cours de la journée, etc.
  • Les dépenses prévues pour des équipements multimédia ou des ingénieurs pédagogiques ne nous semblent pas prioritaires : le budget de l’université doit prioritairement être destiné au recrutement de personnels titulaires (enseignants, personnels d’entretien).

 

Le CNU y’a p’u, vive le CNU !

cnuL’autre nouvelle de la semaine à l’université, pour ceux qui ne me lisent pas sur les listes de diffusion, c’est l’annonce d’un amendement du Sénat qui, s’il est suivi par l’Assemblée Nationale, conduira à la suppression du CNU, ou du moins à supprimer sa principale fonction, qui est de décider de la qualification des docteurs, autrement dit de leur donner le feu-vert pour candidater aux quelques postes ouverts dans nos disciplines.

Continuer la lecture