Petite contribution à une réflexion sur l’avenir de l’ESR

Il y a quelques jours a été publié sur Twitter un thread affirmant que le problème de la précarité étudiante pourrait être résolu si seulement on admettait que la place de la plupart des étudiant·es précaires n’est pas sur les bancs de l’université publique. Il s’agit du thread disponible juste ici pour les intéressé·es.

Face à cela, l’une de nos contributrices se propose de partager ici une version un peu remaniée de son avis original publié sur Twitter juste . Il s’agit de quelques réflexion sur la place de l’université aujourd’hui, son rôle dans les politiques d’emploi, d’intégration, de citoyenneté. En bref, une petite contribution à ce que pourrait être l’université, aux objectifs qu’elle pourrait se donner et à la signification politique de tout cela.

Cette tentative de contribution à la réflexion collective repose sur deux présupposés :

  1. L’autrice soutient ardemment l’idée d’une démocratisation des études supérieures, sans considérer que cette démocratisation doit nécessairement se faire par l’université comme espace.
  2. Elle considère que le problème réside bien plus dans l’allocation des moyens que dans les prétendues compétences de chacun(e) ou dans une notion de mérite.

Image par Michal Jarmoluk via Pixabay

En effet, cette question de la précarité étudiante et des débouchés post-diplômes turlupine la rédactrice de ce billet et cela d’autant plus qu’il ne lui semble pas, qu’en l’état, l’Université a les moyens de garantir la réussite de l’ensemble des étudiant·es qu’elle accueille.

Continuer la lecture

« Le Roy le veult ! » — Circulaire d’Anne-Sophie Barthez du 22 janvier 2021

Update. Au Journal officiel du 23/1/2021, un décret modifiant le décret COVID, qui entre en vigueur immédiatement, sans mention des universités, ni modification de l’article 34 34 du décret du 29 oct. 2020 au JO. La circulaire du 22 janvier 2021 de la juriste Anne-Sophie Barthez, DGSIP, ci-dessous est donc illégale.
Pour aider sur la hiérarchie des normes, un extrait du Guide de légistique (disponible sur Legifrance)1

 

  1. Pour leur lecture quotidienne du JO.remercions Claude Danthony et Vivien Zalewski-Sicard. Ce dernier signale également la décision du Conseil d’État du 26 décembre 2012, Association « Libérez les mademoiselles ! », n° 358226. []

Le retour de la hiérarchie des normes… et des vraies responsabilités : celles des président∙es vis-à-vis des étudiant∙es de leur université

Ça y est, le gouvernement a décidé de prendre la question de la souffrance étudiante et professionnelle dans les universités à bras-le-corps (sic) : il a modifié l’article 34 du décret du 29 octobre 2020, celui qui, jusqu’à présent, interdisait les formations en présentiel, sauf « lorsqu’elles ne peuvent être effectuées à distance compte tenu de leur caractère pratique dont la liste est arrêtée par le recteur de région académique ». Par un décret paru au Journal officiel du 10 janvier 2020, en effet les universités sont désormais autorisées à accueillir des groupes d’étudiants pour des « activités de soutien pédagogique »1.

Cette modification dominicale confirme d’abord ce qu’Academia dénonce depuis trois semaines : la circulaire du 20 décembre de la directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP), Anne-Sophie Barthez, était grossièrement illégale, dans la mesure où elle « permettait » l’accueil, à partir du 4 janvier prochain, d’étudiant·es identifié·es comme « les plus fragiles », « sur convocation » et « en petits groupes de dix », alors même que le décret du 29 octobre 2020 interdisait un tel accueil.

Maintenant que ce décret est modifié, l’accueil préconisé par la circulaire est rendu possible, comme en témoigne désormais l’article 34 du décret du 29 octobre 2020, tel que modifié ce 10 janvier 2021 :

Mais cette modification réglementaire fait plus que cela : elle fait tomber tout le calendrier de la « reprise progressive des enseignements » prévu par la circulaire du 19 décembre. La formule retenue par le décret publié ce 10 janvier est suffisamment large, en effet, pour autoriser les universités à organiser leurs propres conditions d’ouverture, selon les choix que feront les conseils au niveau de chacun des établissements, et sans avoir besoin de solliciter l’accord du rectorat.

Libre aux universités, donc, de choisir le nombre d’étudiant·es concerné·es, leur niveau de diplôme et le calendrier de leur accueil, en fonction de la configuration de leurs locaux et, plus généralement, de leur capacité à respecter les mesures sanitaires nécessaires. La seule contrainte tient aux activités concernées : elles doivent être des « activités de soutien pédagogique ».

Affiche, 2018

« Activités de soutien pédagogique » : c’est peu clair, et c’est sûr que ce n’est pas une petite limitation. Mais qu’on ne s’y trompe pas : juridiquement, il n’est pas nécessaire d’attendre l’interprétation jupitérienne et hors-sol du ministère pour savoir ce qu’il faut entendre par-là. Le décret est d’application directe, ce qui signifie que chaque établissement a désormais la responsabilité d’en discuter au niveau de ses instances propres, pour prendre les décisions qui paraissent localement les plus appropriées. C’est, autrement dit, la prétention du ministère à monopoliser le pouvoir d’ouverture et de fermeture des universités qui se fissure, et c’est en soi une bonne nouvelle du point de vue des franchises universitaires, comme Academia l’expliquait il y a quelques semaines.

Ainsi donc, Olivier Ertscheid devrait peut-être encore désobéir pour limiter la souffrance étudiante. En revanche, les établissements ne pourront plus s’abriter derrière la parole déconnectée du ministère : c’est au niveau de chaque université que les responsabilités doivent désormais être prises, pour construire des solutions permettant de concilier la situation sanitaire et la souffrance étudiante mais aussi professionnelle.

Un beau bazar s’annonce donc, et on n’est pas sorti d’affaire : quand on voit comment certaines universités ont géré les examens, en imposant le présentiel et en balayant les craintes des étudiant·es au nom de l’absolue nécessité d’évaluer encore et toujours, il y a de quoi être inquiet·es.

  1. Academia remercie Claude Danthony et Vivien Zalewski-Sicard, pour leur impeccable veille. []

Rentrée : position de l’équipe pédagogique des Sciences du langage (Aix-Marseille Université)

Aix-Marseille Université, mardi 2 juin 2020
L’équipe pédagogique du département des Sciences du Langage s’est réunie à plusieurs reprises et a pris connaissance du questionnaire envoyé par la direction de l’UFR relatif à la rentrée 2020.
Elle regrette le caractère essentiellement technique de ce questionnaire qui ne pose pas les questions essentielles liées au sens de nos missions d’enseignement dans un contexte comme celui que nous traversons, sans poser non plus le sens de l’enseignement « à distance ».
Elle déplore le caractère individuel du questionnaire qui précède une réflexion collective de l’équipe pédagogique. Elle déplore aussi qu’un questionnaire similaire n’ait pas été envoyé aux étudiants, la seule enquête digne de ce nom faite auprès des étudiants étant celle organisée par des personnels mobilisés.
À ce jour, personne n’est en mesure de prédire à quoi ressemblera la rentrée, à quelque niveau que ce soit (UFR, AMU, ministère…).
Nous devons cependant anticiper les choses et ne pas nous laisser dicter des modalités de travail qui iraient contre nos principes et contre ce que nous jugeons pertinent d’un point de vue pédagogique. Chaque membre a répondu à sa convenance à ce questionnaire ; cependant, comme cela a pu être fait par le département d’études italiennes, l’équipe pédagogique tient à faire connaître ses positions communes sur le sujet.
  •  Le déconfinement généralisé et l’ouverture des écoles, lycées, entreprises, services, bars, restaurants, transports nous invite à penser que, sauf conditions sanitaires exceptionnelles, la rentrée devra(it) se passer le plus « normalement » possible (en tenant compte évidemment des règles de distanciation physique, des gestes-barrière, etc.). En cas de rebond dramatique de l’épidémie, il serait toujours temps de prendre des mesures adéquates en cours de semestre (y compris une fermeture temporaire). La rentrée étant un moment essentiel d’information, de prise de contact et d’encadrement, nous souhaitons que tous les efforts soient concentrés pour garantir une rentrée en présentiel.
  • Nous souhaitons que les modalités d’enseignement à distance ne deviennent pas la norme ni ne soient le prétexte à des économies ou à des façons de changer notre métier
  • L’enseignement à distance ponctuel en mode dégradé n’est pas l’équivalent des cours du SFAD (publics et contenus spécifiques ; contenus adaptés à un enseignement en permanence à distance ; progression choisie librement par l’étudiant·e et non subie du fait du contexte, etc. : voir les très bons arguments mis en avant par le département d’études italiennes).
  • Égalité de traitement entre étudiant·e·s : nous ne souhaitons pas instaurer des régimes différenciés entre les étudiant·e·s internationaux/-ales qui pourraient se voir dispenser des enseignements à distance et les étudiant·e·s locaux en présentiel.
  • Refus de l’hybridation : à de rares exceptions près, l’hybridation des enseignements distanciel/présentiel ne nous paraît pas une solution pédagogiquement satisfaisante, qui entraîne une quantité de travail supplémentaire non rémunérée. Par ailleurs, elle peut créer deux types de publics traités inégalement et recevant deux types de cours, même si on envisage des rotations de public.
  • Nous refuserons toute modalité pédagogique qui conduirait à filmer et/ou enregistrer des cours en amphi : d’une part pour des raisons pédagogiques, d’autre part car nous aurons toujours des doutes sur le devenir des fichiers enregistrés de même que sur les droits de ces contenus.
  • Nous souhaitons que des investissements soient faits au niveau de l’hygiène de nos locaux : plus de personnel de nettoyage, matériel d’entretien, organisation de désinfections au cours de la journée, etc.
  • Les dépenses prévues pour des équipements multimédia ou des ingénieurs pédagogiques ne nous semblent pas prioritaires : le budget de l’université doit prioritairement être destiné au recrutement de personnels titulaires (enseignants, personnels d’entretien).

 

Le CNU y’a p’u, vive le CNU !

cnuL’autre nouvelle de la semaine à l’université, pour ceux qui ne me lisent pas sur les listes de diffusion, c’est l’annonce d’un amendement du Sénat qui, s’il est suivi par l’Assemblée Nationale, conduira à la suppression du CNU, ou du moins à supprimer sa principale fonction, qui est de décider de la qualification des docteurs, autrement dit de leur donner le feu-vert pour candidater aux quelques postes ouverts dans nos disciplines.

Continuer la lecture