La direction de l’ENSAD fait-elle vraiment “bouger les lignes” en terme de racisme ?

  • Communiqué du Massicot, union syndicale des étudiant·es en école de création
    13 octobre 2022 – version .pdf

Il y a quelques jours, Le Monde Afrique a publié un article intitulé « On nous dit que c’est un truc de Blanc » : ces étudiants africains qui cherchent leur place dans les écoles d’art. Nous avons été interpellé·es par le paragraphe suivant :

Emmanuel Tibloux est de ceux qui, par petites touches, font bouger les lignes. Le patron de l’Ensad a récemment créé un poste d’études postcoloniales et décoloniales au sein du collège « Histoire, théorie, critique ». Pour élargir le spectre social et géographique des étudiants, il a développé l’an dernier avec les Ateliers Médicis, à Clichy-Montfermeil, une école d’un genre nouveau, La Renverse, destinée aux jeunes de Seine-Saint-Denis. Sur quinze élèves inscrits en 2021, douze étaient d’origine africaine, pour moitié du Maghreb.
« On a beaucoup à apprendre des étudiants africains,  insiste Emmanuel Tibloux. Ils apportent à notre école une logique de pensée qui n’est pas basée sur l’innovation, mais sur l’artisanat et la réparation. »

Nous aurions aimé développer les biais racistes qu’expose selon nous cette citation, mais nous sommes surtout surpris de voir le directeur des Arts Déco de Paris ainsi dépeint comme une figure engagée contre le racisme dans les écoles d’art. En effet, le Massicot a été contacté en juin 2022 par des étudiant·es de l’ENSAD. D’après leurs récits, lorsqu’iels témoignent et s’organisent contre le racisme qu’iels vivent au sein de l’école, la direction semble tout à coup avoir moins envie de “faire bouger les lignes”.

Continuer la lecture