Violences sexistes et sexuelles à l’Ens de Lyon : démission de la direction de Ciri

Tract en version .pdf

Sur Academia

Lyon antiraciste : les sites universitaires bloqués ce jeudi 21 décembre 2023

Centre international de recherche en infectiologie (CIRI) : signalements au Procureur de la République

Après l’Institut Méditerranéen d’infectiologie, c’est au tour du Centre international de recherche en infectiologie (CIRI) d’être sur la sellette.

Le 25 avril 2023, la Formation spécialisée santé-sécurité-conditions de travail de l’ENS de Lyon a voté des avis en instance, relayés par la CGT Ens de Lyon qui fait savoir son soutien aux agent·es et doctorant·es victimes,

Continuer la lecture

Ens de Lyon : démission fracassante de l’administrateur provisoire

Yanick Ricard, administrateur provisoire démissionnaire de l’ENS de Lyon

Academia apprend avec surprise la démission officielle de l’administrateur provisoire de l’ENS de Lyon, peu de temps après la publication d’un communiqué de la CGT Ens de Lyon mettant en cause son comportement en instance. Dans le communiqué qu’il a fait parvenir à tous les membres de l’ENS de Lyon, Yannick Ricard fait part de son vif ressentiment à l’endroit des élu·es représentant·es du personnel, de la présidence de Lyon 1 et de la ministre. Cela marque-t-il la fin d’une époque ? 

Sujet : [tous.ens] Démission
Date : Mon, 20 Mar 2023 11:54:43 +0100
De : yanick ricard
Pour : tous.ens

Chères et chers collègues,

Après 9 ans d’investissement total au service de l’Ens de Lyon, du site Lyon-Saint-Etienne, et de sa recherche, j’ai décidé d’arrêter, ce jour, l’ensemble de mes responsabilités administratives pour des raisons que je souhaite partager avec vous.

D’abord le dialogue social dans l’établissement est exécrable depuis de nombreuses années. Une poignée d’élus dont l’agressivité pathologique est insondable ont transformé nos instances en une arène grotesque et anxiogène1. Les représentants extérieurs découragés ne viennent plus, des responsables de services sont terrorisés, certains ont invoqué leurs droits de retrait, les sorties en larmes sont fréquentes.

Ensuite le site Lyonnais. Depuis des années, la boussole de l’Etat n’indique qu’une direction : « la fusion »2  Que le site comporte 30 établissements supérieurs, cinq organismes, 150 000 étudiants ne semble aucunement pris en compte par un Etat ingénu, encore surpris de l’absence de métro entre Lyon et Saint-Etienne3  Un progrès minime dans un classement de Shanghai, dont même la Chine a reconnu l’absurdité, doit être notre horizon. Or aucune fusion ne sera réalisable sur le site avant que la plus grosse université du site, l’Université Claude Bernard, ne cesse de confondre coopération et annexion. Les mêmes raisons qui ont fait fuir l’INSA, l’Université Jean Monnet et abouti à l’échec de l’Idex me paraissent rendre improbable une fusion Lyon1-Lyon2. Un jury a semblé y croire : visiblement aucun de ses membres n’est jamais venu sur le site. La seule fusion assurée est celle de Lyon1 avec elle-même, ce qui ne mènera pas loin !

Enfin les relations de l’État avec l’Ens de Lyon. Si les présidences de l’Ens de Lyon, nommées par le président de la République, ont toujours cru servir l’État, celui-ci n’a eu aucune interaction politique avec l’École depuis la fin de l’Idex4. Certes Madame la Ministre nous avait confirmé, à la fin de l’été, combien l’Ens de Lyon et le site Lyonnais étaient sa priorité et combien mon administration provisoire serait courte. Pourtant après le départ de Jean-François Pinton, il a fallu quatre mois pour qu’un avis de vacance (rédigé par moi-même !) soit publié au Journal Officiel. Étonné de l’absence de décisions quant à la composition et la date de jury, je me suis permis de suggérer des membres potentiels en décembre puis en janvier.  Un choix a finalement eu lieu en mars annonçant des auditions fin avril soit presque 10 mois après la démission de Jean-François5  De mes suggestions, seuls trois noms ont été retenus qui me paraissent les plus légitimes de ce jury. Il n’y a aucune représentation des organismes qui financent pourtant les 2/3 de notre personnel de recherche, aucun biologiste alors que nous avons quatre UMRs et une UAR de biologie, personne n’ayant la moindre connaissance du site, et des membres appartenant aux établissements de candidats déclarés… On a vu des choix moins désinvoltes. Continuer la lecture

  1. NDRL. Academia renvoie au dernier communiqué des représentant·es du personnel, relatant des années de viols et de violences sexistes et sexuelles non gérées et un comportement odieux en instance : À l’ENS de Lyon, c’est la journée (des droits) des femmes (sic) tous les jours, 8 mars 2023. []
  2. Le projet raté de fusion lyonnaise a coûté plus d’un million d’euros de consulting, 24 décembre 2020. []
  3. L’Université Jean Monnet Saint-Étienne signe la fin de partie pour l’IDEX, 23 octobre 2020. []
  4. Sinon par le biais d’inspections diverses et d’articles de presse variés : “E.cole N.ormale S.existe” et “#PintonDémission”. Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021 []
  5. Nomination à la direction de l’ENS de Lyon. Lettre ouverte de 160 membres à la Ministre, 14 décembre 2022. []

Limoges, Aix, Toulouse, Lyon : occupons l’université

Quarante établissements étaient bloqués ou occupés le 7 mars, une vingtaine encore aujourdhui : en dépit des fermetures administratives abusives, les piquets de grève sont l’occasion de se rencontrer et de retrouver un temps d’échange qui a quasiment disparu de l’université néolibérale.

Quelques photos du #BlocageChallenge 😉

Continuer la lecture

Nomination à la direction de l’ENS de Lyon. Lettre ouverte de 160 membres à la Ministre

Academia reproduit la lettre ouverte envoyée le 12 décembre à Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au sujet de la nomination d’une nouvelle direction à l’ENS Lyon, vacante depuis la démission de Jean-François Pinton au printemps dernier, éclaboussé par plusieurs scandales de violences sexuelles et des décès. Beaucoup espèrent par ailleurs que l’Ecole soit bientôt présidée par une femme, afin de respecter la parité, qui figure parmi les engagements de l’ENS de Lyon ainsi que du gouvernement en la matière, même si les tractations en cours en laissent présager autrement.

Selon nos sources, 8 candidats et candidates ont été présenté.es en Conseil d’Administration, sans que le reste de l’École en soit informé. Les rumeurs laissent entendre que Cédric Villani, que l’administrateur provisoire de l’ENS de Lyon Yanick Ricard a chargé de piloter un “comité de recherche pour le renouvellement du mandat”, s’apprête à candidater. De même, Alain Dereux et Camille Galap doivent rencontrer aujourd’hui et jeudi les directeur⋅ices des départements. Ils souhaitent que leurs possibles candidatures restent discrètes, simplement connues de la direction et des directions des départements. L’ENS de Lyon n’aurait-elle pas à gagner d’une plus grande transparence dans cette procédures de désignation ?


Mme. Sylvie Retailleau
Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche
1 rue Descartes
75231 Paris


Objet : Lettre ouverte sur le renouvellement de la présidence de l’ENS de Lyon adressée à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche


Madame la Ministre,

Aujourd’hui, enseignant·es, chercheur·ses, personnels, et étudiant·es, demandons à être entendu·es dans le cadre de la désignation de la nouvelle présidence de l’établissement.
Notre établissement va être doté d’un ou d’une responsable qui ne sera que le deuxième de plein exercice depuis la fusion de ses deux composantes (langues, lettres et sciences humaines et sciences exactes et expérimentales) en 2010. L’enjeu est d’autant plus crucial que ces douze années ont été marquées par une série de crises internes, ainsi que par la crise sanitaire, qui ont mis à l’épreuve le fonctionnement normal de l’École.

Continuer la lecture

Claude Danthony in memoriam

Nous sommes nombreux à avoir été choqués et meurtris par le brusque décès de Claude Danthony, victime d’un malaise mortel le vendredi 8 octobre 2021, à 60 ans. 

Claude Danthony. Photo d’archives Progrès /Richard Mouillaud

Nous avons eu la chance de croiser sa route et il nous a énormément apporté, comme enseignant, collègue, compagnon de lutte, ami. Auteur d’un billet sur le plagiat – Paris-1, la valeur des diplômes et l’appel disciplinaire, juillet 2020 – Claude était aussi un correspondant complice et compétent de la rédaction d’Academia ; nous nous réjouissions de le rencontrer bientôt à l’occasion du colloque qui allait se tenir pour les 10 ans du célèbre arrêt auquel il a donné son nom, en sa présence. Nous n’aurons plus ce plaisir.

Mathématicien, maître de conférences à l’ENS de Lyon depuis 1989, c’est dans le domaine du droit administratif qu’il a connu sa plus grande célébrité suite au recours au Conseil d’État qu’il a porté pour faire annuler un décret de constitution de l’ÉNS de Lyon pris dans l’illégalité. La décision du Conseil d’État a fait date, en annulant le décret mais en consacrant ses conséquences antérieures à l’annulation comme définitives : on parle maintenant de “jurisprudence Danthony”. Ce recours, et d’autres qui ont suivi, ont été mal perçus par certaines personnes, bien entendu, jugeant ses interventions et ses actions comme autant d’obstacle à la “bonne” marche des institutions universitaires. C’est pourtant le souci de maintenir vivante la démocratie universitaire qui motivait Claude. Il a travaillé d’arrache-pied sur ce recours historique, mais aussi d’autres actions1  pour l’ÉNS de Lyon – qui s’identifie  non à sa direction, mais à l’ensemble des personnes, élèves, personnels qui la font vivre.  Il fallait être persuadé qu’une telle institution mérite d’être dirigée dans le respect des règles démocratiques pour trouver toute l’énergie que ce combat lui a demandé, et pour se former en vue de le mener.

Profil public de @claude_danthony sur Twitter, où il était un contributeur actif.

Cet attachement à la démocratie et à la transparence à l’université, mais plus simplement aux personnes, membres de la communauté universitaire, étudiants et étudiantes incluses2, se ressentait dans beaucoup d’autres actions où les grandes compétences juridiques de Claude ont été sollicitées par la suite, comme par exemple dans le soin extrême qu’il mettait à préparer des cours limpides ou à s’engager contre les violences sexistes et sexuelles.

Nous espérons que Claude savait notre attachement, combien nous l’estimions. Il va nous manquer, beaucoup.
***

Continuer la lecture

  1. Voir tout récemment le succès collectif contre la COMUE lyonnaise Saint-Étienne dit non à la fusion universitaire avec Lyon : et maintenant ? []
  2. Parmi les témoignages de l’attachement des étudiantes et des étudiants à Claude, voir Inspectrice Gadget sur Twitter. []

Baisse des frais d’inscription, mode d’emploi

  • de notre correspondant à l’ENS de Lyon

À rebours de ce qui se fait un peu partout, le CA de l’ENS de Lyon a voté cette semaine une baisse des frais d’inscription pour son diplôme d’établissement.

Le diplôme de l’ENS

Pour comprendre ce qui s’est passé, il faut rappeler que dans les ENS, il y a deux catégories de normalien·nes :

  • les élèves, entré·es sur concours et fonctionnaires ;
  • les étudiant·es, recruté·es sur dossier et non-fonctionnaires, ne bénéficiant donc pas d’un salaire.

Leur point commun est d’être inscrit·es à un cursus en quatre ans a.k.a. le “diplôme de l’ENS”, un diplôme d’établissement aussi critiqué qu’onéreux. Contre le paiement de frais d’inscription de 213€ par an en plus des diplômes nationaux, les normalien·nes obtiennent le fameux sésame. Une scolarité à l’ENS de Lyon coûte donc près de 2000€, voire plus selon les éventuelles césures et doubles-inscription, pas mal pour une école censée représenter le fleuron du service public !

À Lyon, il y a eu de nombreuses critiques contre la cherté du diplôme et sa complexité : le coût n’apparaissait pas comme justifié par rapport à la valeur ajoutée du diplôme sur les diplômes nationaux. Et c’est à la base du vote du CA par mail du 25 mai, où les frais d’inscription pour les étudiant·es non-fonctionnaires ont été divisés par deux.

https://www.flickr.com/photos/pattipics/6215910273/in/photolist-athayM-ahUXPN-ff7msa-N6Riw7-B2UaKy-KnPq-ojB4J-2d9eva-5hQSnv-FFph46-dwrWRS-e1oBba-2rmN4-q1d6C-CwBm75-5rarAd-49Qjd5-ceWEku-7hhSjK-62jVxU-bFe4Q5-SY9Jik-4wQ7CB-bk6esc-7siA1n-GqxfgF-nEdxXx-4zWYGK-65yuWc-87fKeL-4FiCjs-bxs4hF-5hVdUJ-ycisYy-Dsxzpy-HjnuAJ-rTdZee-2CdLC8-kgf7Zr-dbvRbq-KnNX-6zL6gv-pQ4JPg-eiuEFz-kghxff-Hpd2yr-dp7nTf-dqLn6r-Ypmh6-ugD66u

Spider plant. Patti Haskins, 2011

La jolie mode des Conseils d’administration par mail

En 2021, le président de l’ENS de Lyon a décidé de lancer une nouvelle mode, le CA par mail, déjà réuni sur des périodes représentant au total un mois et demi depuis le 20 janvier 2021, car les administrateur·ices sont des personnes très disponibles qui n’ont aucune activité annexe à leur mandat d’élu·e1.

Cette semaine, ce CA était donc réuni pour aborder la question des frais d’inscription au diplôme de l’ENS. Les étudiant·es ont proposé un amendement pour que les non-fonctionnaires bénéficient d’un demi-tarif à 107€. 

Continuer la lecture

  1. C’est pourquoi ils et elles n’ont pas, et n’ont pas besoin de décharge, pour exercer leur mandat. []

Le sens des priorités. La ministre réforme discrètement la protection fonctionnelle

Pour qui en doutait, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) sait être réactif et protecteur. Simplement, il choisit soigneusement ses sujets, en fonction de priorités qui lui sont propres.

Alors que le président de l’ENS de Lyon, Jean-François Pinton, est sous le feu des critiques pour son inaction face aux violences sexuelles et sexistes qui sévissent dans son établissement1 un décret vient opportunément de paraître au Journal officiel pour modifier les règles de la protection fonctionnelle dont peuvent bénéficier les président·es d’établissements placés sous la tutelle du MESRI (universités, écoles normales supérieures, établissements publics de recherche, …). Jusqu’ici, l’octroi de la protection fonctionnelle aux président·es était géré de manière autonome par chaque établissement, comme le rappelait une note de la DAJ B2 – le doux nom de code du bureau des affaires contentieuses de l’enseignement supérieur et de la recherche au ministère – du 19 juillet 2019. Avec le nouveau décret, c’est désormais le recteur ou la rectrice de région académique qui assurera cet octroi.

Nous nous contenterons de deux remarques à ce stade :

  1. C’est une idée étrange de penser qu’il est préférable de placer la protection fonctionnelle des président·es entre les mains des recteurs et des rectrices, donc du ministère, plutôt que d’organiser les conditions d’une gestion autonome et satisfaisante de cette question à l’intérieur des établissements.
  2. Surtout, le message envoyé est désastreux : plutôt que de reprendre à bras-le-corps le problème général de la protection fonctionnelle des personnels des université, qui n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, traité de manière satisfaisante, le ministère organise exclusivement la protection des présidences.

On voit les priorités.

Extrait du décret du 29 mars 2021 [Journal officiel]

Sur Academia

  1. Sur ce sujet voir « E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021. []

“E.cole N.ormale S.existe” et “#PintonDémission”. Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon

Omerta mode d’emploi #11

← Article précédent

Article suivant →

Update 24/3/2021. On informe Academia de la venue de l’inspection générale de l’éducation nationale, du sport et de la recherche (INGÉSR). #ResistESR

Le 25 février dernier, une centaine d’étudiant·es ont manifesté sur le campus et placardé des affiches sur la porte de la direction générale des services avec ces slogans : “Violences sexistes, école complice”, “Stop à l’impunité” ou encore “Pinton démission”. “Une provocation”, selon le président de l’école.  Trois semaines plus tard, c’est une lumière crue qui est jetée sur l’ENS de Lyon à l’occasion d’une série d’articles parus entre hier et aujourd’hui sur France info (Juliette Campion), dans Mediacités Lyon-Mediapart (Jennifer Simoes) et Libération (Cécile Bourgneuf) pose désormais la question de savoir si Jean-François Pinton, le directeur de cette école prestigieuse formant les futur·es universitaires et les cadres de la haute fonction publique, peut encore rester à son poste.

Depuis 2018, les viols et les agressions sexuelles, comme le déni de l’administration de l’ENS de Lyon sont bien documentés, grâce à un long article de Béatrice Kammerer pour Mediacités Lyon1. Deux ans et demi plus tard, les élèves, leurs représentant·es et les représentantes CGT du personnel sont en colère2. C’est l’attitude de la direction de l’ENS de Lyon qui a mis le feu aux poudres. À l’occasion d’un CHSCT le 5 février 2021, censé trouver des solutions pérennes aux violences sexistes et sexuelles, l’attitude de la direction a sidéré les membres élues, au point où au moins une d’entre elles est arrêtée depuis. Sous couleur de monter un numéro vert — pardon une “cellule d’écoute” – le directeur laisse paraître dans ses discours et ses actes son absence totale de volonté d’agir contre des violences qui menacent la santé et la sécurité, mais aussi l’avenir professionnel des étudiant·es et des enseignant·es.

La porte du bureau du président de l’ENS Lyon, le 25 février 2021. (Juliette Campion, France info)

Car les témoignages rapportés sont abominables. Il faut lire ce que les articles relatent pour saisir la mesure de l’horreur, dont les ramifications vont jusqu’à l’École normale supérieure de Tunis. Viols, chantages à la note, agressions sexuelles par dizaines : voilà ce que, en l’absence de structure d’écoute ou de dispositifs d’inscription ou de registre  pour les rapporter, recueillent des élu·es désemparé·es, qui mettent plusieurs jours à se remettre des témoignages reçus. Pourtant, ces étudiant·es, qui demandent des actions et un discours clairs de l’administration, sont aussitôt mis·es en accusation par la direction de l’ENS. Béatrice Kammerer, la journaliste qui avait sorti la première un article sur le déni des violences sexuelles à l’ENS de Lyon, a rapporté à Academia combien les étudiantes féministes des Salopettes avaient été “courageuses” ; les articles document que les élu·es étudiant·es en général n’ont pas la tâche facile, au contraire. Qui plus est, en dehors de l’intimidation des élèves et des étudiant·es, la sanction n’est pas prévue. Et pour cause, aucune section disciplinaire n’a été créée depuis l’arrivée de Jean-François Pinton en 2014.

Continuer la lecture

  1. Pour l’ENS Paris, signalons “Sexisme, homophobie, racisme… ou paillardise à Normale Sup ?“, de Renaud Renaud, Rue89-L’Obs, 16 novembre 2016. []
  2. Sur Academia, voir notamment Contre le déni par la Présidence de l’ENS de Lyon, du mal-être étudiant et des violences sexistes et sexuelles, organisons-nous ! Communiqué interassociatif, 21 février 2021 ; Violences sexistes et sexuelles : l’ENS de Lyon en ébullition, 23 février 2021; La #cancelculture à l’ENS de Lyon : refuser d’entendre les victimes de violences sexistes et sexuelles, 2 mars 2021. []

La #cancelculture à l’ENS de Lyon : refuser d’entendre les victimes de violences sexistes et sexuelles

Omerta mode d’emploi #9

← Article précédent

Article suivant →

Continuer la lecture