Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique

Depuis quelques jours, Laelia Veron a attiré l’attention de ses lecteurs et lectrices sur une catégorie de la population qu’elle connaît bien, comme enseignante en prison : les hommes et les femmes incarcéré·es. Je reprends le fil de Laelia Veron, en l’enrichissant d’articles plus récents1

Aucun plan de gestion de la crise du COVID-19 en prison n’a vraiment été prévu, à l’instar de l’Italie. On s’achemine donc vers une situation tout aussi explosive : un risque d’épidémie grave ; l’arrêt des contacts avec l’extérieur, des surveillant·es en première ligne d’exposition au virus, des mutineries, des drames.

Toutes les prisons ne sont pas dans la même situation. Les prisons centrales, pour les longues peines, dont la plupart des personnes incarcérées bénéficient d’une cellule individuelle, sont relativement moins surpeuplées que les maisons d’arrêt. En revanche, les maisons d’arrêts, qui mélangent toutes les peines, sont, quant à elles, vraiment surpeuplées et atteignent aujourd’hui 138%, selon l’Observatoire international des prisons (1e janvier 2020)2.

https://www.flickr.com/photos/urbexsachalille/16459399667/in/photolist-r5sJ5T-2edvgqB-r7kett-XNfYZy-r7d1yy-qrMMiC-EMmSsf-FsHxSG-qrZY8Z-r7dKi3-2bww7bi-wzrrFT-vj8b8z-2hrVxa9-2hFYa3o-21U2AWL-FpX6Ve-2iza1wc-LBNrDf-2atvu6W-vyJSA4-JBiKag-Qfq6t4-wFNgdV-cy7N1q-EEDQqP-21UMP1S-Bym23A-B7a9Je-2aaX3F1-rKMTBh-qrMPzS-4HAMFm-qrZXjK-roEcLi-r5sKhn-6q47JF-rmujXE-JJz1Rr-r5sQAt-r3dCCb-qrZXGD-roMcwF-r5sRyF-SYZYr7-qrMV2o-Bj7cuy-roMj7K-qrMQFE-roEfmt

Prison française, par Sacha Medjedovic, 2015

On pourrait avoir l’illusion que les détenu∙es étaient déjà confinés. Ce serait ignorer la vie d’une prison : il y a de nouveaux arrivants tout le temps ; des extérieurs qui s’y rendent. Aujourd’hui, familles, avocat∙es, enseignant∙es n’ont plus le droit de s’y rendre. Mais il faut bien administrer la prison : les surveillant·es continuent d’y travailler.

Des cas de coronavirus ont été déclarés en prison. Vu la surpopulation en détention, le confinement individuel des personnes atteintes est impossible. Le virus risque de se répandre très rapidement, tant chez les personnes détenues que les surveillant∙es. L’épidémie risque d’y être d’autant plus grave que 1° la promiscuité et la surpopulation facilitent les contaminations 2° les bâtiments sont insalubres, l’hygiène insuffisante, les systèmes de santé vétustes. Qui plus est, les populations carcérales s’avèrent particulièrement à risque, en raison de leur mauvais état de santé général.

Mais ce n’est pas tout : parmi les personnes-cibles de l’épidémie en prison, on risque non seulement les surveillant∙es, donc, mais aussi le personnel de santé. On trouvera bien sûr des personnes condamnées, mais aussi des personnes en incarcération préventive3, soit un quart de la population carcérale (21 000/80 000 personnes détenues)4. Dans la prison surpeuplée de Fresnes, un homme testé positif au coronavirus est mort. Il avait été incarcéré dix jours avant, alors qu’il était très âgé (74 ans) et de santé fragile – indice, s’il en était besoin, des inégalités exacerbées par la situation carcérale, entre un Balkany et un détenu anonyme. Le jour même, deux infirmières y étaient testées positives au coronavirus.

Quelles sont les mesures qui sont prises ? Pour l’instant, surtout l’arrêt presque total des interventions extérieures, des parloirs, etc. Or beauoup de détenus auront d’immenses difficultés à vivre, physiquement5 et mentalement sans contacts extérieurs. En conséquence, des incidents ont éclaté dans de nombreuses prisons – et même un début de mutinerie à Réau, Perpignan, Angers, Maubeuge, Bois d’Arcy, La Santé6 et des émeutes à Grasse, avec interventions des ERIS et tirs de sommations. Le problème c’est qu’on risque une escalade de la violence : interdiction possible des promenades, par exemple, pour éviter tout regroupement collectif, détenus encore plus à cran, surveillants déjà à cran, sans protection (masques, par ex) encore plus exposés, etc.

Continuer la lecture

  1. Laelia Veron n’est responsable ni de la forme, ni du fond, mais en est pleinement l’autrice. []
  2. La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France à mettre un terme à la surpopulation carcérale, dans un arrêt historique du 30 janvier 2020. []
  3. À l’instar de cet homme, soupçonné d’avoir pollué une rivière, qui s’est suicidé à Douai. []
  4. Source: La mesure de l’incarcération au 1er octobre 2019 (format pdf) []
  5. Ils ou elles ont besoin de la famille pour le linge, par ex. []
  6. Refus de retours de promenades. []

Incarcérations et purges en Turquie: résistances des Universitaires pour la paix

Chers amis, chers collègues,

Excusez-moi de ce très long message collectif, mais je ne peux répondre actuellement aux très nombreux messages que je reçois depuis la semaine dernière. Merci à tous! Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, j’ai appris vendredi dernier que mon autorisation de travail avait été annulée par le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK). La décision a été communiquée à mon université (Boğaziçi) sans aucune motivation mais il n’y a guère de doute: le YÖK a ciblé le professeur Abbas Vali, qui venait de démissionner du département de sociologie, et moi, qui étions les deux signataires étrangers de l’université de la pétition pour la paix en janvier 2016. Pour la première fois, Boğaziçi est directement ciblée par le vaste mouvement de purges des universités.
Je suis en actuellement en année sabbatique à Londres mais j’ai passé les derniers jours à Istanbul pour participer à la mobilisation de Boğaziçi contre cette décision. Je vous envoie en pièce jointe trois traductions en anglais (réalisées par des étudiants et moi-même) d’interventions publiques s’étant tenu ces derniers jours:
– mon intervention devant des étudiants et collègues le 10 mars;
– la conférence de presse des enseignants et moi-même le 13 mars;
– un entretien publié sur le site internet « Diken ».
J’espère que ces documents vous permettront de mieux comprendre la situation et mon état d’esprit actuel, loin de la tristesse et de l’abattement que beaucoup d’entre vous ont supposés. […]
 Academia a obtenu l’autorisation de Noemi Lévy-Aksu, assistant professor à l’Université du Bosphore, de publier le courrier qu’elle a fait parvenir à ses collègues universitaires français, ainsi que les documents qui l’accompagnait. La situation de Noemi, citoyenne française, résidente en Turquie depuis longtemps qui a demandé la nationalité turque, ou de son collègue Abbas Vali, scandaleuse, doit être replacée au regard de ce que connaissent les universitaires nationaux en Turquie, à l’instar du mathématicien K* E* qui a récemment publié une tribune dans la Gazette des mathématiciens. Un collègue – qui a souhaité rester anonyme – nous a autorisé à publier un texte afin de permettre de comprendre aux lecteurs et aux lectrices d’Academia pourquoi la purge d’État orchestrée par Erdogan visent un ensemble d’universitaires précis, liés par leur opposition à la disparition de l’État de droit. Academia poursuit ainsi son exploration des situations des universitaires ailleurs dans le monde.
 *
*      *
2 mars 2017

« Il nous faut un Léviathan » : telle semble être l’idée qui anime le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, son entourage, et son parti, le Parti de la Justice et du Développement (AKP). L’épuration administrative massive s’accélère depuis la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 ; l’objectif ne semble rien de moins que de refonder l’État turc sur de nouvelles bases idéologiques, fusionnant le nationalisme et l’islam politique. Frappant au nom de la lutte contre le « terrorisme », elles ne se sont pas limitées à la sphère d’influence de la confrérie Fethüllah Gülen incriminée pour le coup d’État : mises à pied, mises en examen et les incarcérations se sont multipliées à droite comme à gauche de l’échiquier politique.

Continuer la lecture