Le corps de MCF contractuels : vous connaissiez?

Une annonce récente de l’Université de Strasbourg propose un poste de maître.sse de conférences contractuel, pour 3 ans renouvelable. La fiche de poste souligne les qualités du ou de la candidat.e : un doctorat en droit, 5 ans d’expérience professionnelle, enseignement en langue anglaise, une spécialité en « spécialisé en droit européen et international de la propriété intellectuelle, droit des brevets, droit du contentieux et mise en œuvre des droits de propriété intellectuelle ». Ses missions : « Coordination d’appels à projets nationaux, européens et internationaux », mais surtout « Responsabilité pédagogique de formation ».

Tout est légal, à ceci près que la loi désigne ce type de poste sous le titre d' »agent contractuel ». Merci la LRU !

Il reste à savoir si la responsabilité d’un diplôme peut être du ressort d’un agent contractuel de l’Université. Et s’il existe quoi que ce soit sous le nom de « corps de maîtres de conférences contractuels ».

Lire la suite

J’ai fait un rêve : la vie du CNU après la suppression de la qualification

leroiestmortLundi matin, grisaille londonienne : seules perspectives de la journée – aller écouter Craig Calhoun, directeur de la London School of Economics, faire son rapport sur la Strategic Review – et valider les commentaires qui n’allaient pas manquer d’arriver sur Academia. L’actualité politique du WE – entre la découverte des postes contractuels LRU à 384h[1], au salaire indécent; la suppression de la qualification, suivie par celle du CNU, au Sénat[2] – avait été riche, les débats houleux, le tout sur une vague d’analyses sur le sexisme dans l’enseignement supérieur[3]. La perspective de respirer l’atmosphère feutrée de la Shaw Library allait me faire des vacances et réfléchir à la suppression de la qualification – à laquelle je suis très favorable – et celle du Conseil national des universités, autrement plus problématique[4].

Lire la suite

Quand l’Université s’engage dans la voie de l’excellence : 384 heures de cours de philosophie pour un salaire d’ATER

tortue_sous_elephantDe qui se moque-t-on : des enseignants ou des étudiants ? C’est la question que ne manquera pas de se poser quiconque prendra connaissance de l’annonce de poste diffusée discrètement  par l’université Montpellier-III [1]. Cette annonce scandaleuse, est parue sur la liste des doctorants de l’université de Paris-1, le 19/6/2013 :

Pour la rentrée 2013-2014, le département de philosophie de l’Université Montpellier III – Paul Valéry doit pourvoir un poste d’enseignant contractuel devant assumer 384h/an, pour un salaire d’ATER. Lire la suite