CheckAcademia. Est-il vrai que les universités doivent verser désormais des rémunérations mensuelles aux vacataires ?

Réponse: VRAI, au 1er septembre 2022 au plus tard

https://www.flickr.com/photos/27342383@N07/3432123028/in/photolist-6ehwAY-eHP58S-hm2uF-4e2Vh8-SdiSPW-eHH34g-8zMM1b-CGmK2-HGnnS-6ZEVhc-f15LA-3uBH-pBLFiw-J2NPQJ-9BmtYf-7g7qVZ-5Yiw1f-9izfYR-21mGwwG-23B8yUp-ioJLG-eehuH3-5uDPns-28Hoomi-21R26AL-9Xnc7W-B8mqc-5SxDwH-2bCt4ym-23puLbX-9c9xPc-2aFot7f-8RFzYF-F7x2QF-9izg4F-yxptF-jg1sH-23dKV-f3TJ1J-46TK6f-sBeiCW-762FtZ-2byYkNF-VhAfWh-8bVJrd-46YoNT-22HyyTA-KWyuVR-qGxWFt-LQtWwi

Crédit: Michos C, 2009

 

 

Des modifications ayant été apportés au Code de l’éducation d’abord par l’article 11 de la Loi de programmation de la recherche 2021-20301 puis par voie d’ordonnance, il reste quelques mois aux universités pour se mettre en conformité avec le futur nouveau droit.

 

Tic, tac, tic, tac.

 

 


Article L952-1                                       A venir – Version du 01 septembre 2022

Modifié par Ordonnance n°2021-1747 du 22 décembre 2021 – art. 4Sous réserve des dispositions de l’article L. 951-2, le personnel enseignant comprend des enseignants-chercheurs appartenant à l’enseignement supérieur, d’autres enseignants ayant également la qualité de fonctionnaires, des enseignants associés ou invités, agents contractuels qui, par dérogation à l’article L. 311-1 du code général de la fonction publique, peuvent occuper des emplois permanents à temps complet d’enseignants chercheurs des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et des chargés d’enseignement.

Les enseignants associés ou invités assurent leur service à temps plein ou à temps partiel. Ils sont recrutés pour une durée limitée dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.

Les chargés d’enseignement apportent aux étudiants la contribution de leur expérience. Cette expérience peut être constituée par une fonction élective locale. Les chargés d’enseignement doivent exercer une activité professionnelle principale en dehors de leur activité d’enseignement ou une fonction exécutive locale. Ils sont nommés pour une durée limitée par le président de l’université, sur proposition de l’unité intéressée, ou le directeur de l’établissement. En cas de perte d’emploi, les chargés d’enseignement désignés précédemment peuvent voir leurs fonctions d’enseignement reconduites pour une durée maximale d’un an.

AjJOUT au 1e septembre 2022    La rémunération des chargés d’enseignement et des agents temporaires vacataires est versée mensuellement.

Le recrutement de chercheurs pour des tâches d’enseignement est organisé dans des conditions fixées par décret.


Version en vigueur du 1e mars 2022 au 31 août 2022

  1. Merci à Christophe Bonnet de nous l’avoir signalé. Il précise : “L’ordonnance 2021-1747 s’était contentée de supprimer le mot “vacataire” après “chargés d’enseignement”, puisque cet adjectif n’est pas employé par le reste de l’article L952-1, même s’il l’est dans le décret 87-889 qui définit le cadre d’emploi des chargé·es d’enseignement vacataires (CEV) et des attaché·ees temporaires vacataires (ATV). []

Défendre les droits de tous et toutes les enseignant∙es du supérieur en matière disciplinaire, contractuel∙les, PRAG et PRCE inclus∙es. Sur une réclamation adressée au Comité européen des droits sociaux (CDES)

Denis Roynard, président de la SAGES, participe de longue date à la réflexion menée par Academia sur les libertés académiques en France et leur extension. Si d’aucuns voudraient les voir limitées aux seul·es professeur·es d’université, les libertés académiques ou libertés universaires ont été étendues aux maîtres et maîtresses de conférences, notamment dans leurs prérogatives disciplinaires. Faut-il pour autant exclure les autres membres de la communauté universitaire — enseignant∙es contractuel∙les, professeur·es agrégé∙es et certifié∙es — des droits attachés aux libertés academiques, en particulier ceux de la justice universitaire ? C’est cette question du SAGES que va devoir traiter le Comité européen des droits sociaux (CEDS) au regard de la Charte Sociale européenne révisée, selon une procédure autonome ne nécessitant pas d’épuiser les voies de recours internes.

Cette réclamation — qui peut être lue complètement en accédant à la Pièce n°1 du site — invite à dire pour droit qu’en pratique les libertés universitaires s’appliquent à tous les enseignants universitaires, y compris les contractuel·les, et que la législation française méconnaît la Charte sur ce point. Reste à exercer une action en faveur de la liberté académique des étudiants, que les textes internationaux lui reconnaissent aussi. Il est fort dommage que les organisations étudiantes n’aient pas contesté la partie de la loi de transformation de la fonction publique qui a transformé les litiges disciplinaires les concernant en litiges administratifs de droit commun, les privant de la représentation au CNESER disciplinaire et de la juridiction de ce dernier en appel.

Résumé et enjeux de la réclamation N°211/2022 du SAGES
adressée au CEDS
(Comité Européen des Droits Sociaux)

Contexte général de l’enseignement universitaire français

Les établissements universitaires français ont pour enseignants :

  • des professeurs d’université et assimilés (professors), qui sont regroupés dans un collège électoral à part, le « Collège A », pour les différentes élections universitaires
  • les enseignants·es du « Collège B », qui regroupe :
    • les maîtres de conférence (assistant professors), qui en France sont des fonctionnaires titulaires permanents (tenured)
    • des enseignants contractuels,
    • d’autres enseignants titulaires permanents, notamment les « professeurs agrégés » (PRAG), qui appartiennent à un corps de fonctionnaires dont la majorité des agents n’enseigne pas dans le supérieur mais dans le second degré (scolaire).

Pour toutes les élections universitaires locales et nationales, à l’exception d’une seule ((Et de celles qui n’ont trait qu’à l’activité de recherche.)) (qui est en cause, cf. ci-dessous), aucune distinction n’est faite entre enseignants du Collège B, que ce soit en qualité d’électeurs ou d’éligibles. Par ailleurs en droit comme en fait, les missions d’enseignement des enseignants du Collège B ne diffèrent pas d’une catégorie à l’autre, à une exception près, la formation à la recherche, confiée aux seuls maîtres de conférence.

Ce qui est en cause au principal

Ce qui est en cause concerne le régime disciplinaire. Selon les textes en vigueur, la hiérarchie des normes, la primauté de la loi spéciale sur la loi générale, et ce qui est inhérent à la qualité d’enseignant·e universitaire et à l’autonomie des établissements universitaires, un enseignant universitaire ne peut être jugé disciplinairement que par ses pairs, et prend part, par l’élection, à la désignation des pairs destinés à le juger.

Ces principes sont totalement respectés pour les professeurs d’université et pour les maîtres de conférences, mais pas pour les autres enseignants du Collège B :

  • Seuls les maîtres de conférences sont électeurs et éligibles à la juridiction disciplinaire nationale (le « CNESER disciplinaire »), juge d’appel des décisions disciplinaires locales, ou juge de premier et dernier ressort dans certains cas ; alors que tous les enseignants du Collège B sont électeurs et éligibles aux juridictions disciplinaires des établissements universitaires locaux
  • le droit national a récemment été modifié pour permettre à l’administration de soustraire les enseignants du Collège B qui ne sont pas maîtres·ses de conférences des juridictions disciplinaires universitaires, et leur infliger des sanctions selon les procédures de droit commun en vigueur pour les contractuels et les fonctionnaires qui ne sont pas enseignants dans le supérieur.

Ce sont ces deux différences de traitement au sein du Collège B qui sont en cause dans notre réclamation.

https://www.flickr.com/photos/heroesbed/4010875401/in/photolist-77qMwa-59fGnp-bvtJQ1-rA839-cgKRe-EpxpG-jcKAj1-SeG5bo-3wREJ-Mox2W-g3U18-e8ts8-ikXXWU-23B6bcL-oyP9SB-cL1JvG-c7ZuRq-Kez2CR-3jNU8P-93CHwk-29mt3j-8n4wkc-6ohaC-6G9LCk-97RYUW-gMAKGX-aaWpFg-5U11X-dMnEXt-4hqA2f-fN7zd8-rskzpz-244WFe2-PSbXq1-23vUbbN-dcCgAr-7nkX4n-6FRwNv-cd832b-5U13S-9fRCDP-mBTCNn-51fQNN-7npRvb-qi4oQv-5opfvN-F9fPfZ-4zGi1J-8BvQ8b-pEa9tp

Crédit: Heroesbed, 2009

Continuer la lecture

Le portail Galaxie ne répond plus ? Faire un signalement aux registres Santé et sécurité au travail

Depuis maintenant plusieurs jours, la plateforme Galaxie est inaccessible mettant les candidat.es aux postes d’enseignant.es chercheur.es dans une situation de stress inacceptable.

Le ministère n’en a que faire, ne communiquant absolument pas sur la situation.

Pour mettre le ministère face à ces responsabilités (civiles et pénales), pour garder une trace, nous conseillons à toutes les personnes que cette situation met en difficulté de déposer un signalement dans le registre SST de leur établissement.

 ? Ce registre existe dans chaque laboratoire ou service de votre université et doit être facilement accessible. Il peut en exister une version papier et/ou une version dématérialisée. Vous pouvez demander à l’assistant de prévention si vous ne le trouvez pas.

Quoi ? Soyez factuel. Décrivez votre situation, vos difficultés, votre état…

Et après ? Vous pouvez envoyer une copie (photo, scan.. .) aux représentants des personnels au sein du CHSCT et directement au ministère (directrice.generale@enseignementsup.gouv.fr).

#ResistESR

Continuer la lecture

Service civique et consorts: les voies diverses de l’exploitation

Le 21 décembre 2020, un collectif publiait un texte à la suite d’un défi lancé par Academia : comment caractériser les conditions de travail offertes à la génération des 18-25 ans, en âge de travailler, de faire des études, et partant, de travailler pour payer leurs études. Dans le contexte de l’installation dans la pandémie, les étudiant·es faisaient déjà la queue aux distributions alimentaires. C’était l’occasion de réfléchir au rapport au travail qui était imposé à celles et ceux qui y entraient pour la première fois.

  • par Comme les prises électriques et les madeleines sans gluten, blog de Mediapart, 21 décembre 2020

Le dernier reportage de Cash Investigation 1 mené par Élise Lucet rend compte de l’exploitation des jeunes adultes (de 16 à 25 ans) dans les services publics français via le service civique. Le dispositif crée en 2010 aime à confondre « engagement citoyen », bénévolat et travail gratuit. Néanmoins, les dispositifs qui permettent de tirer profit de la précarité sont nombreux, le service civique n’est pas le seul mais il dépeint l’envers d’un système qui promeut un salaire minimum alors même que celui-ci n’existe pas tant les mesures pour le contourner sont nombreuses. La crise pandémique du COVID19, a été l’occasion d’utiliser les stagiaires infirmier·es pour des salaires de moins de 2 euros de l’heure. Dans le même temps, une prime de 5000 à 8000 euros est offerte aux entreprises qui recrutent des jeunes alternant·es (ce qui revient à peu près à décharger celles-ci du coût total d’un·e alternant·e pour près d’un an). Ces mêmes primes n’ont pas profité aux étudiant·es alternants dont le salaire débute à 415 euros pour 35h par mois pour les plus jeunes. Les jeunes sont souvent les premier·es a être confronté·es à ces formes « d’exploitation » mais ils/elles ne sont pas les seul·es.

Le service civique

« L’engagement citoyen » prend la forme d’un contrat établi entre une structure (pas nécessairement associative) et un·e jeune pour une durée allant de 6 à 12 mois, avec un « service » de 24 à 35 heures hebdomadaires, pour une indemnité de 580 euros par mois. Il est à noter que le « service civique » ne prétend pas payer les jeunes, l’indemnité perçue n’est pas basée sur le nombre d’heures effectuées (travaillées) et dès lors, toutes les dérives sont permises.  Si l’on basait ce travail effectué sur le salaire minimum de croissance (SMIC), un travail à 24 heures par semaine devrait être payé à minima à hauteur de 827 euros par mois. Nous sommes loin des 580 euros qui parfois couvrent un « engagement » à 35 heures, voire plus, par semaine2.

Mission locale, Montreuil-sur-Mer

Continuer la lecture

  1. https://www.france.tv/france-2/cash-investigation/2113317-service-public-liberte-egalite-rentabilite.html et https://www.youtube.com/watch?v=63DyMWIy7jI. []
  2. « La durée hebdomadaire de la mission de Service Civique doit représenter entre 24 heures et 48 heures, reparties sur au maximum six jours. Pour les volontaires de 16 à 18 ans, la durée hebdomadaire ne doit pas excéder les 35 heures, reparties sur au maximum cinq jours. La possibilité de proposer une mission d’une durée hebdomadaire de 48 heures doit rester exceptionnelle ; il s’agit d’une durée maximale. En règle générale, les missions proposées en Service Civique ont une durée hebdomadaire de 24 à 35 heures. » https://www.service-civique.gouv.fr/faq-volontaire. []

Université de Genève: une enquête dévoile un système académique à bout de souffle

Dans un article du 20 janvier 2022, le journal suisse Le Temps analyse le résultat d’une enquête commandée par l’Université de Genève sur la situation professionnelle du corps intermédiaire, c’est-à-dire le personnel non-titularisé (post-doctorant·es, collaborateurs et collaboratrices scientifiques, maître·sses-assitant·es, etc.).

La parole est notamment donnée à Mathilde Matras, membre du comité de l’Association commune du corps intermédiaire des collaborateur·rice·s de l’enseignement et de la recherche (Accorder) à l’Université de Genève. Elle déclare:

«Les conclusions de cette enquête montrent que les problèmes pesant sur les personnels du corps intermédiaire ne sont pas des cas individuels, mais bien un mal structurel»

L’enquête relève aussi un nombre jugé “inquiétant” par le journal suisse de cas de harcèlements: “22% des répondants disent y avoir été confrontés personnellement. Par ailleurs, 3,4% des sondés ont affirmé être victimes de harcèlement sexuel et 12,9% signalent avoir été témoins de tels agissements.”

Mathilde Matras ajoute: “Une grande partie des personnes qui se disent précaires sont âgées de 35 à 40 ans et ont parfois derrière elles sept à huit ans de contrats courts; 50% ne prennent pas l’intégralité de leurs congés et 95% disent travailler sur leur temps libre. Le système académique actuel résume l’excellence scientifique d’un chercheur à sa productivité», commente Mathilde Matras.”

> Pour lire l’article paru dans Le Temps, cliquez ici.

> Pour télécharger l’enquête “Conditions de travail et de carrière du corps intermédiaire à l’Université de Genève”, cliquez ici.

 

 

La chute de l’Université

À l’instar d’Université ouverte, et du recueil de témoignages “Notre Université est de qualité, mais jusqu’à quand ?” depuis février, Academia accueille les réflexions et les témoignages de collègues, jeunes ou expérimentées, que la rentrée 2020 ou l’expérience du conflit LPPR leur inspirent. La collègue qui écrit ici énonce enfin ce que nous craignons depuis plusieurs années : elle ne choisira pas de travailler à l’université, toxique. Le choix de l’anonymat — demandé par l’autrice — est un autre indicateur d’un monde gouverné par l’omerta.

  • par Claire C., chercheuse en sciences humaines et sociales

À l’heure où la LPPR est débattue à l’Assemblée nationale, plusieurs générations de jeunes chercheur·es sont désespéré·es. La dépression est une constante dans notre milieu face au panorama auquel nous faisons face. La précarité s’accroit et touche peu à peu aussi celles et ceux qui ont eu des financements… Comment attendre 15 ans sur le banc de touche en faisant des missions similaires à des titulaires, sans en avoir la reconnaissance matérielle, ni aucune assurance qu’une issue heureuse — un emploi de titulaire — arrivera au bout du chemin ?

Face aux politiques menées ces dernières années, le Ministère et ses rares partenaires se sont engagés à faire des réformes qui n’en ont que le nom : elles approfondissent la privatisation de l’enseignement supérieur et la recherche et sacrifient sans vergogne la jeune génération sur l’hôtel du profit. Pour les jeunes chercheur·es  plusieurs éléments vont achever définitivement de faire sombrer le navire de l’ESR, qui prend l’eau depuis de trop nombreuses années.

L’arrivée du doctorat « chocolatine » nous rend allergiques au chocolat

Commençons par la mauvaise surprise de cette fête de célébration désespérée et précipitée à l’occasion de l’examen du projet de loi de la LPPR par l’Assemblée nationale : la mort du doctorat comme titre universitaire validant un niveau d’expertise et de réflexion dans le secteur de la recherche. Depuis quelques années, la production des thèses sur article avait déjà creusé un fossé, entre la production de 3 à 5 articles enrobée à l’anglo-saxonne, face à la rédaction de manuscrits de plusieurs centaines de pages auxquelles s’ajoutent des publications d’articles. La dévalorisation de la recherche doctorale était déjà à l’œuvre, sous prétexte que la quantité ne reflète pas la quantité, articulée à une pression accrue pour la réduction de la durée des thèses.

https://www.flickr.com/photos/deniscollette/22707255250/in/photolist-2j3dJTy-HD9QHV-BVGy5u-21fLwuX-2bt1ghH-qZXa4E-jvVe5Z-2jsUs4J-REey14-iAXAFi-9nMn1M-xgjdCm-p6S9YX-p5sXxN-AAyBSS-61oaBY-qZsHY4-23umT7z-oEtYio-4VFLSq-Vpvwrm-6b3fih-bs5t5D-G8FJP4-qHbwp6-D2McAH-7aUXws-hZFdJL-83NdDX-aJFHMK-2j6UWbL-AFrZKJ-Bicw6r-9EGzrg-g37yuu-GN5G5F-qZwAUY-6Vj2XZ-2iKGwvi-2gs95pw-25rxXMh-2ir6CYs-23Mjeh5-DgJgYY-Y8XFmM-92mYK1-r64zq7-5GEC3N-4BKhvS-5QG33D

Arbre des marais, par Denis Collette, 2015

Continuer la lecture

La virologie est un sport de combat, par Bruno Canard

Interpellée au Sénat sur la question de l’équipement microscopique français, étrillée par le Conseil Économique, Social et Environnemental dans son avis sur la LPPR, la Ministre Vidal a ironisé devant la Commission des Affaires culturelles sur le caractère totémique de l’exemple de Bruno Canard, invitant les député·es à varier les exemples. Bruno Canard, directeur d’une équipe marseillaise, auteur d’un émouvant « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie » — dont Academia a publié une version anglaise et néerlandaise — à propos la recherche sur le coronavirus lui répond. C’est l’occasion d’exposer les conditions matérielles de travail dans un laboratoire, le soin apporté dans la mesure du possible au bien-être des personnels et de luttre contre les tâches bull-shit requises par l’l’administration de la recherche françiase et européenne, les dangers que font peser les appels à projets sur l’indépendance de la recherche française. Pour l’universitaire très critique de sa loi, c’est l’occasion, reprenant les mots de la Ministre en audition parlementaire,de «remettre la réalité au cœur des discussions ».

Détail de l’affiche du film La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001)


Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à l’université d’Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus.

Mme la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation m’ayant cité, et mentionné mes travaux dans son intervention sur les Matins de France Culture le 22 juin 2020, il m’a semblé important de préciser les conditions de travail de mon équipe de recherche sur le SARS-CoV-2 et sa projection dans la future Loi de Programmation de la Recherche (dite LPPR), qui est en cours d’examen à l’Assemblée Nationale.
Cela permet d’illustrer, à partir d’un cas concret, et peut-être de faire comprendre au grand public le sous-financement récurrent de la recherche publique en France en général dans les 20 dernières années ; la précarité grandissante des personnels de ces laboratoires ; le sous-équipement dramatique en grands instruments scientifiques essentiels aux développements de thérapies antivirales ; le faible niveau des salaires des chercheur·ses, très éloignés de ceux des haut·es fonctionnaires ; et finalement, le peu de considération dont ils font l’objet par les femmes et les hommes politiques français. Elles et ils prétendent parler au nom de la science, souvent confondue avec la technologie, mais sans écouter les scientifiques.

Chère Mme la Ministre, chère Frédérique, je me permets de vous appeler par votre prénom en souvenir des cafés et bavardages créatifs que nous avons partagés lorsque, en 1992, j’étais fraîchement recruté comme chercheur au CNRS à Nice dans le laboratoire dirigé par Patrick Gaudray, et vous, doctorante dans le laboratoire de François Cuzin à l’Université de Nice. C’était une époque formidable, j’y ai fait mes plus belles ascensions dans ces extraordinaires Alpes-Maritimes, pendant que la France commençait sa dégringolade dans le classement scientifique, dans une remarquable trajectoire parallèle au nombre de postes statutaires de chercheur·ses et de manière plus générale, à la performance de la recherche française.

Nous nous retrouvons donc environ 25 ans plus tard.

Continuer la lecture

En attendant des P.O.S.T.E.S titulaires, les arrangements à Paris-1

Academia souhaite recenser toutes les initiatives de collègues qui n’ouvriront pas leurs formations l’an prochain, faute d’enseignant·es statutaires suffisant·es. En attendant, lu sur une liste de diffusion

De: “Selponi Yohan”
À: Liste de diffusion EHESS
Envoyé: Lundi 29 Juin 2020 14:56:30
Objet: [tlm] Recrutement doctorant·e·s contractuel·le·s chargé·e·s d’enseignement sociologie IAES Paris 1

Bonjour à toutes et tous,

A défaut d’obtenir les postes pérennes que nous demandons, l’institut d’administration économique et sociale (IAES) de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne recrute plusieurs doctorant·e·s contractuel·le·s chargé·e·s d’enseignement (DCE, ex-monitorat) en sociologie pour l’année universitaire prochaine. Ces postes sont ouverts aux doctorant·e·s contractuel·le·s n’ayant pas de charge d’enseignement dans leur université.

La charge d’enseignement est de 64 HETD par poste. Le doctorant ou la doctorante chargé·e d’enseignement effectuera des travaux dirigés de sociologie des groupes sociaux (L1AES) et/ou de sociologie des relations sociales (L2AES) et/ou de sociologie du travail (L3AES) et/ou de sociologie des problèmes sociaux (M1AES).

Plusieurs postes sont à pourvoir car nous souhaitons limiter au maximum le recours aux vacations. Le 28 mai 2020, nous avons adressé une lettre à la présidence de l’Université pour lui signifier notre refus de fonctionner structurellement grâce à des vacations. Dans ce cadre, nous avons demandé le déblocage immédiat des 10 demi ATER qui sont nécessaires pour assurer les besoins pérennes d’enseignement dans l’IAES. A terme, nous revendiquons la création de postes statutaires pour assurer le fonctionnement normal de nos cursus et donner à nos étudiant·e·s l’encadrement pédagogique qu’ils·elles méritent. Ces demandes sont toujours sans réponse.

Si vous êtes intéressé·e·s par ces DCE contactez yohan.selponi@univ-paris1.fr

Les sociologues de l’IAES de l’université Paris 1 : Valérie ASENSI, Pascal BARBIER, Christel COTON, Camille FRANCOIS, Anne PAILLET, Yohan SELPONI, Anne-Catherine WAGNER

Lien:

État de l’emploi dans l’UFR de Sciences économiques, sociales et de gestion à Reims

Dans la continuité d’initiatives menées au sein d’autres universités, visant à faire un état des lieux de la précarité chez les personnels enseignants, voici pour information une photographie de l’emploi au sein l’UFR de Sciences économiques, sociales et de gestion de l’Université de Reims. Ces données, que Vanessa Pinto a achevé de recueillir juste avant le début du confinement, sont très instructives sur la proportion d’heures réalisées par des enseignant·es non titulaires et sur la part des heures complémentaires : elles montrent de façon criante les besoins énormes en postes d’enseignant·es-chercheur·ses titulaires à l’échelle d’une UFR.

« Les universités n’utilisent pas encore assez de contractuels »: une lecture du dernier rapport des inspections générales sur l’emploi universitaire

Le rapport conjoint de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR), rendu en avril, 2019, vient enfin d’être publié. Academia, en espérant pouvoir en faire rapidement sa propre lecture, propose celle que vient de lui faire parvenir Pierre Ouzoulias, archéologue et sénateur communiste des Hauts-de-Seine, en vous invitant à prendre connaissance du rapport lui-même, mis en ligne à une date inconnue, postérieure au 14 février 20201.

 Le plan de « modernisation » de l’université est déjà en place !

Voici, ci-dessous, quelques citations choisies du rapport rendu par les deux inspections, il y a presque un an. J’ai ajouté des rapides commentaires en italique.

Dans le contexte actuel de mobilisation, le MESRI va nous expliquer que c’est un rapport qui ne l’engage absolument pas et que tout peut être discuté. À sa lecture, on comprend bien que le Gouvernement, qui écoute plutôt Bercy que le MESRI, n’a pas besoin de la LPPR. Tout est déjà en place pour poursuivre la transformation des établissements en « universités entrepreneuriales » qui trouveront, sous la contrainte, des marges de gestion. Les universités ne manquent pas de moyens, elles sont seulement mal gérées.

Le projet de budget pour l’année 2021 mettra en place l’étape décisive demandée par Bercy : la non compensation du GVT.

Pierre Ouzoulias
24 février 2020

Le budget de l’ESR est suffisant au regard de la réduction de la dépense publique

Bien que se situant, tout financement confondu, juste au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE les universités

sont à ce jour globalement correctement dotées par le budget de l’État pour couvrir leur masse salariale au regard de la situation des finances publiques. Les situations peuvent toutefois varier selon les établissements en raison soit des défaillances du mode d’allocation des ressources, soit de choix de gestion individuels. [p. 3]

 

La solution : les ressources propres ; les mauvais élèves : les SHS

La part des ressources propres dans les recettes des universités, toutes universités confondues, n’a pas évolué entre 2011 et 2017. Les universités fusionnées, les universités scientifiques ou médicales (USM) et les universités de droit, économie, gestion DEG ont un taux de ressources propres 2017 proche de 20%, en augmentation d’un point depuis 2012. Les universités pluridisciplinaires, avec ou sans santé, connaissent un taux de ressources propres supérieur à 16%, stable depuis 2013. Les universités de lettres et de sciences humaines (LSH) ont le plus faible taux de ressources propres, proche de 13% depuis 2011. [p. 16]

 

 

Continuer la lecture

  1. Données-Propriétés du document .pdf. []

#7 – Chroniques de grève – Hommage aux correcteurs et correctrices anonymes

Régles typo et art de la ponctuation

Les indispensables de la correction
Collection personnelle

A Jean-Luc, un amoureux des mots

Je te surnommais amicalement le correcteur fou
Nous pouvions passer des heures à parler de la ponctuation
Tu m’avais offert ton exemplaire de La ponctuation, Art et finesse de Jean-Pierre Colignon
Parce que de la correction tu n’en faisais plus guère
Un correcteur mort à la guerre
Des restructurations, externalisations, compétitions mortifères

De ces difficultés tu ne parlais guère
Je n’ai jamais su pourquoi
Tu me disais : syndicat des correcteurs, tarifs conventionnés, respect du métier
Et je t’ai écouté

Et quand dans mon métier d’éditrice
J’ai arrêté de corriger tous les manuscrits
Qu’il m’a fallu recruter des correctrices et correcteurs extérieurs
J’ai appliqué des tarifs, du respect, des délais,
De l’éthique en accord avec nos principes
Et je sais pourquoi

Tarif à l’heure non rabaissant
Pas de dumping sur le nombre de signes traités à l’heure
Délai de rendu calculé en jours ouvrables sur une base de 35 heures
Un tiers à la commande, un tiers à mi-parcours, le solde au rendu possible
Paiement rapide, oui c’est possible
Ça nécessite juste de mettre les mains
Dans le cambouis administratif

Et cela a fait de belles rencontres et amitiés
Jeunes doctorants et doctorantes apprenant le métier
Dans l’attente du poste tant espéré de MC
Jeune correcteur et moins jeune correctrice
Débutant le métier

Continuer la lecture

#3 -Chroniques de grève- Je ne suis « que fonction support » alors je grève

 

INHA en lutte

Via Bibliothèques en lutte

Je ne suis que fonction administrative, technique, financière
Pas de démission de celles-ci possible
Pas de « service fait », pas de paye
Alors je grève perlée

Je ne suis qu’étudiante salariée dans les années 80
Jonglant entre cours et petits boulots
Sans bourse, sans RSA
Alors je rame

Six ans pour gravir Deug, licence, maitrise
Jonglant entre cours, lectures et crise
Alors je cane
DEA, doctorat ne sera pas pour moi

Je ne suis que travailleuse
Entre petits boulots, CDD courts et fin de droits
Alors j’écris nouvelles et poésie
Et j’agis, réagit, parfois sur-réagit

Je ne suis que contractuelle de la fonction publique
CDD de trois ans qui s’enchainent depuis 14 ans
Alors je trime et dis toujours oui
La peur au ventre, peur du chômage

Je suis quasi quarante ans, femme seule avec enfant
Négociant une augmentation, salaire gelé depuis 8 ans
Pas de grille, pas de prime, dalaire de B pour travail de A
Pas d’espoir, salaire plat, alors je frappe aux portes des syndicats

Plan de résorption de l’emploi précaire, et je me bats
Négociation, formation, reclassement, concours
Nous sommes devenus des « sapins » et sapinettes »
De catégorie C, B ou A

Attachée désormais d’administration
Détachée de la précarité
Je ne vois pas cette novlangue
Qui envahit les esprits

Performance, cost control, optimisation
Faire plus avec moins
Tenir par tous les bouts cette fonction publique
Qui s’amenuise sous les coups

Je suis 57 ans, carrière longue
Je trime depuis mes 18 ans
Mais précaire toujours deter’, car c’est ce qui m’a construit
Alors j’écris, je lis, j’agis

La claviste

Ce texte est dédié à @Affordanceinfo2
11 fév 2020 – Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’université de Nantes
dont la lecture hier m’a profondément remuée

Capture écran Affordance Info

Capture écran

#2 – Chroniques de grève – L’emploi à OpenEdition Center (USR 2004)

Parce que rien ne vaut la réalité sèche des chiffres et des faits

11 février 2020État de l’emploi à OpenEdition Center USR 2004 (AMU, CNRS, EHESS, Université d’Avignon) : 58% de non titulairesNon à l'Unibersité

53 personnes :

  • 25 non titulaires (dit personnels non permanents) + 4 postdoc, stagiaires ou contrat d’apprentissage, soit 29 non titulaires ;
  • 23 titulaires.

Des personnels non titulaires rémunérés sur :

  • dotation globale de fonctionnement des tutelles ;
  • fonds issus d’appel à projets ;
  • revenus issus de la filiale d’AMU, Protisvalor (financement par les recettes générées par le laboratoire).

Des CDD financés sur dotation de fonctionnement et appel à projet renouvelés par période d’un an, avec des durées variables suivant les tutelles (AMU et CNRS) , mais toujours « remerciés » avant l’ouverture de droit au CDI (pour rappel au bout de six ans de CDD la Cdéisation est obligatoire)

Des CDI financés par un Equipex, bref des « CDI de chantiers ».

Des CDI financés sur fonds propres du laboratoire.

Chaque année des demandes de création postes de titulaires (ITA) effectuées auprès des tutelles, chaque année peu de postes accordés.

Visibilisons la précarité dans l’ESR !

#1- Chroniques de grève – Petites mains de la chaîne éditoriale

 

Aujourd’hui, c’est le 11 février 2020, journée d’action contre la précarité dans l’ESR et ailleurs, alors un slam dédié à tous les invisibles de la chaîne éditoriale numérique. Parce que la poésie ne nuit pas à la lutte au contraire

Machine à écrire Aux metteurs et metteuses en ligne

Derrièr’ ton clavier
Clic droit, clic gauche,
Import
Copie, colle
Style, valide, vérifie
Reviens en arrière

Entre les métadonnées
Choisis les mots clefs
Maison, Bisac, tu vois !
Importe des K’bart dans tes discovery tools
Importe des PDF dans Hal et ta GED
Valide, vérifie, corrige, valide

Presse bouton….

Recadre l’image, optimise
Enregistre sur putain de shop’
Importe décrit
Responsive oblige
Coupe, calibre, optimise l’image et le son
Décrit la parole car responsive De’sign

Fais tomber les pages dans « Inpress »
Gère le parangonnage
Vérifie la titraille
Cale de les coupes
Pas de con, Pas de bite
Construc- tible, Imbita-ble

C’est ok

Mouline ton texte dans pro’Lexis
Il chassr’a les espaces avant vir’gule
Et autres erreurs typo pour toi
Tu cliqueras sur les erreurs gramm’, ortho
Tu recherches :
Tu remplaces, tu valide

Tu n’es que doigts asservis à la machine
Avec encor’un cerveau tout là-haut
Abruti au bout de 3 h
Mal au dos,
Mal aux yeux,
Mal aux doigts

Car il faut aller vite
Tarif trop bas d’auto-entrepreneur
Secretair’ d’édition mutualisé
Correcteur, correctrice isolés
Petites mains de plat’forme, Doc et bib chargeant Hal
Travail gratuit de doctorant sans post’

Tu t’ crois loin des travailleurs du clic
De l’Asie ou de l’A’frique
Non tu y est presqu’
Mais tu te crois plus libre, plus diplômé
En France, dans ton labo, dans ta fac, dans ton appart
Attention avec l’IA, la traduction automatique
Et tous ces trucs en tic et toc
Ils trouveront moins cher
Et tu disparaîtras … si tu ne te bas pas

La claviste

Texte libre de droits évidemment et sans utilisation commerciale hormis pour financer les caisses de grèves

“Misère” et “salaires indignes” : l’Académie des sciences et la LPPR

Academia propose, dans le désordre, une lecture des textes ayant nourri la préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Après la CPU et le groupe de travail sur l’Attractivité des emplois et des carrières scientifiques, voici un billet sur des propositions qui ne concernent que les sciences mathématiques et naturelles émanant de l’Académie des sciences.

Examinons le premier texte soumis par une instance consultative prestigieuse — l’Académie des sciences — qui fait paraître sa Contribution le 15 mai 20191. Pour suivre notre ligne éditoriale, nous considérerons prioritairement les éléments touchant à l’emploi dans l’ESR. Précisons que l’Académie met une limite de taille à sa proposition :

La situation particulière des sciences humaines et sociales requiert évidemment des analyses et propositions spécifiques qui ne sont pas traitées ici, ces domaines ne relevant pas du périmètre des compétences de l’Académie des sciences.

Il reste à savoir si une autre Académie a fait des propositions indispensables pour nos disciplines en sciences humaines et sociales, trop souvent ignorées par des responsables politiques qui n’en sont pas issus.

Présentation à l’Académie des sciences, extrait de La Grosse bête de Monsieur Racine, par Tomi Ungerer, Ecole des loisirs, janvier 1972

Document de 13 pages et de 5 pages d’annexes, il est le résutat des travaux d’une  commission composée de 17 hommes membres et 2 femmes2. Structuré selon les demandes formulées par le Premier MInistre (1. Recherche sur projet, financement compétitif et financement des laboratoires ; 2 :Attractivité des emplois et des carrières scientifiques ; 3. Innovation et recherche partenariale), ce document intéresse Academia pour les aspects qui touchent l’emploi et ce que le gouvernement nomme “l’attractivité” – et qui pour l’essentiel touche aux conditions de travail et de rémunération.

Dans son introduction (p. 4), l’Académie insiste sur l’importance de cette question de l’emploi et des conditions de travail.

Une perte d’attractivité

Malgré ce contexte d’évolutions plutôt positives, il n’en reste pas moins que le système de recherche français souffre d’une perte continue d’attractivité aussi bien auprès de nos meilleurs étudiants que des étudiants étrangers et des chercheurs français et étrangers, juniors et seniors.

Continuer la lecture

  1. En espérant pouvoir approfondir la lecture dans un avenir proche. []
  2. Le sex ratio est très bas à l’Académie des sciences : https://www.academie-sciences.fr/fr/Table/Listes-par-ordre-alphabetique/Liste-des-membres-de-l-Academie-des-sciences . []