« Nous, chercheurs, assurons Paul Max Morin de notre soutien ». Réponse au Monde

Suite au retrait par Le Monde d’une tribune que le quotidien avait commandée à Paul Max Morin, plusieurs chercheuses et chercheurs ont demandé la publication par Le Monde d’un texte de soutien au chercheur en science politique, paru dans l’édition du 21 septembre 2022. Academia la republie ci-dessous.

Le 1er septembre 2022, Paul Max Morin, docteur en science politique et auteur du livre Les jeunes et les mémoires de la Guerre d’Algérie, publiait une tribune dans le journal Le Monde, offrant une analyse critique de l’évolution du discours d’Emmanuel Macron sur les mémoires de la Guerre d’Algérie. Quelques heures plus tard, la version en ligne de ce texte était retirée par le quotidien. Cette dépublication, qui nous semble inédite dans la vie du journal, était accompagnée d’un court texte présentant les « excuses » du journal à ses lecteurs et lectrices et… au président de la République !

Continuer la lecture

Libertés académiques, raison d’État et pressions médiatiques : une histoire d’amour à la française

En passant

Tribune de Paul Max Morin publiée le 2 septembre à 6h et dépubliée le même jour par Le Monde

Extraits. Vous nous avez interrogés sur la dépublication, par le Monde, d’une tribune du chercheur Paul Max Morin ce jeudi 1er septembre. Intitulé «Réduire la colonisation en Algérie à une “histoire d’amour” parachève la droitisation de Macron sur la question mémorielle», le texte a été supprimé du site l’après-midi même, suscitant de vive réactions et des accusations de censure.

Dans cette tribune, Paul Max Morin analysait la visite d’Emmanuel Macron sous le prisme de la question mémorielle. L’auteur de les jeunes et la guerre d’Algérie (PUF, 2022) s’y montre sévère avec la politique du Président, estimant que «la question des mémoires […] a une nouvelle fois servi de vitrine pour simuler des avancements vers une “réconciliation”». Le chercheur diagnostique, comme l’indique le titre, une «droitisation» de l’Elysée, qu’il illustre notamment par une évolution de la sémantique présidentielle : «En cinq ans, la colonisation sera passée, dans le verbe présidentiel, d’un “crime contre l’humanité” (2017) à “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” (2022).»

Cette dernière phrase a été prononcée lors de la visite du cimetière Saint-Eugène à Alger, ce 26 août. […] «Qu’elle ait été prononcée spontanément ou non, la réduction de la colonisation à une “histoire d’amour” parachève la droitisation d’Emmanuel Macron sur la question mémorielle» écrit Paul Max Morin dans son texte.

Dans le court texte justifiant cette (rare) dépublication, le Monde estime que les termes dénoncés par le chercheur ne se rapportaient pas à la seule colonisation, comme le suggère la tribune, mais aux relations franco-algériennes dans un sens plus large. «Ce texte reposait sur des extraits de citations qui ne correspondent pas au fond des déclarations du chef de l’Etat. Si elle peut être sujette à diverses interprétations, la phrase “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” prononcée par M. Macron lors de la conférence de presse n’évoquait pas spécifiquement la colonisation, comme cela était écrit dans la tribune, mais les longues relations franco-algériennes. Le Monde présente ses excuses à ses lectrices et lecteurs, ainsi qu’au président de la République.»

Lire l’intégralité de l’article →

Sur Le Monde

Sur Mediapart

Academia et les élections présidentielles 2022. Éditorial

Dans quelques jours, le 28 mars, commence la campagne officielle de l’élection présidentielle de 2022. La rédaction d’Academia a hésité à faire un comparatif des programmes, après une invitation à organiser un débat ESR par un lecteur en février.

La décision fut aisée à prendre : nous ne ferons rien.

https://www.flickr.com/photos/86902522@N06/8006912576/in/photolist-dcxw9Q-2hLSvjy-w6j9LV-7hLhmf-8uZUEJ-2gu1mke-JE9We-gPWXXL-SDEhg-V4WZuS-2houECc-2mWji2o-2mGHCc7-AAk73L-mcKn6-pzwCAZ-2gGVyBf-5SVCxy-2mWWZqi-2n5337U-2hdeJEc-7ASU6X-kAeQph-6t5Vb6-EGm1yi-8sCYPM-8vf6UF-2gPr3mu-4kMngY-mcjiQH-GAKR-2eKLmcd-66Mqfb-8Ju3Ph-2gkWL1m-ahbzvH-2fLV3Nw-aD7kLK-R66UjK-f7VBGF-oxk4rJ-SyFkZN-SyFkRb-2mQzYDu-QWqNzV-2mbLmSz-2c4DA99-7LTp64-29xUnqE-pzxjf8

Nothing. Crédit: Selen Sender, 2009

Nous documentons depuis 2013, très activement depuis 2020, les manoeuvres de l’exécutif, basses et très basses, à l’endroit de l’université. Les discours, les actes, les sous-textes, les rapports d’inspection, les conséquences, l’inaction coupable à l’endroit des étudiant·es, les « milliards » versus les diminutions effectives des recrutements et les centaines d’étudiant·es attendant leur tour aux distributions alimentaires.

Continuer la lecture

Discours de Macron : une réforme « systémique » de l’université pas si nouvelle et fantasque que ça…

[Edit du 2 février 2022 : ajout du retour de Blanche Leridon à l’Institut Montaigne]

Le congrès du 13 janvier 2022 célébrant les 50 ans de feu la Conférence des Présidents d’Université (CPU) — dorénavant France Universités (sic) — aura eu son petit effet médiatique. Cependant, ce n’est pas FU qui est au centre de l’attention depuis près d’une semaine mais le président Emmanuel Macron, qui y est intervenu en visioconférence, dans un discours verbeux et ampoulé1.

EN DIRECT | Discours du Président @EmmanuelMacron à l’occasion du 50ème anniversaire du congrès de la Conférence des présidents d’universités.

Une phrase du chef de l’État a en effet suscité des réactions nombreuses et indignées de la part des mondes universitaire [2], étudiant [3], médiatique [4] et politique [5] (dont on peut parfois douter de la sincérité… [6]) :

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants, où un tiers des étudiants sont boursiers et où, pourtant, nous avons tant de précarité étudiante et une difficulté à financer un modèle qui est beaucoup plus financé sur l’argent public que partout dans le monde pour répondre à la compétition internationale. » (p. 6)

Malgré un flou artistique sur ce que voulait vraiment dire le Président, un consensus s’est formé autour de son probable projet pour l’enseignement supérieur : l’augmentation des frais d’inscription à l’université. En séances parlementaires, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), Frédérique Vidal, a été interpelée à ce sujet. Celle-ci y a catégoriquement démenti une telle interprétation des paroles de Macron [7]. Des macronistes se sont ensuite joint·es à elle pour dénoncer cette prétendue intox sur Twitter [8]. Ce SAV du discours du Président par la ministre culmine finalement avec un entretien dans Libération absolument lunaire [9].

Universités : « Cherchez dans le discours du Président à quel moment il évoque l’augmentation des droits d’inscription », déclaire @VidalFrederique, qui estime qu’il faut cesser les fantasmes ». #DirectAN #QG [croix] Le Président de la République n’a jamais parlé d’augmenter les frais d’inscriptions à l’université ! Au contraire, depuis 3 ans : [check] Frais d’inscription gelés pour tous les étudiants [check] Loyer des Crous gelés [check] Revalorisation des bourses sur critères sociaux Désintox : il n’y a pas de projet d’augmentation des frais à l’Université. 84.000 places de plus, suppression de la cotisation de sécurité sociale, repas à 1 euro, gel des loyers et frais durant la crise, aide d’urgence… Depuis 2017, tout est fait pour aider les étudiants.

Au-delà de l’interprétation du discours, et du fait que le terme « évoquer » utilisé par Vidal (plutôt que « parler explicitement », cf. tweet de LCP) ne permet en rien de lever nos suspicions, existe-t-il des indications nous permettant de penser que Macron souhaiterait effectivement augmenter les frais d’inscription, en continuité avec sa politique depuis 2017 ? N’y aurait-il pas des précédents pendant son mandat ?

Spoiler alert : oui, et oui à nouveau.

Continuer la lecture

  1. Retranscription textuelle du discours d’Emmanuel Macron aux 50 ans de la CPU. []

Présidentielle 2022 : le programme d’Emmanuel Macron devant la CPU “France Universités”

  • par Catherine Rideau-Kikuchi, maîtresse de conférences, Université de Versailles-Saint-Quentin

Emmanuel Macron a prononcé un discours pour la clôture du 50e anniversaire de la Conférence des présidents d’université1. La vidéo et le verbatim sont disponibles ici2. Ce discours dresse le bilan de la politique du quinquennat en matière d’enseignement supérieur et de recherche, mais trace aussi un cap pour une nouvelle réforme — peut-être pour un nouveau mandat ?

Emmanuel Macron au congrès de France universités par visioconférence, le 13 janvier 2022. Crédit: France universités

Le candidat-président Macron fixe dans tous les cas un certain nombre d’objectifs et de lignes directrices qu’il n’est pas inintéressant d’analyser.

Cet article est tiré d’un fil Twitter écrit à chaud et doit être complété avec d’autres analyses qui ont émergé à la suite de ce discours3. On citera en particulier :

Il est globalement beaucoup question de la politique universitaire, mais un article entier pourrait également être consacré à ce qu’Emmanuel Macron dit de la vie étudiante. Nous laissons ce point à analyser à d’autres.

« Éclairer le monde tel qu’il va » ou l’abrutir

« Faire pleinement de la France une avant-garde de la recherche de l’excellence du savoir » (Emmanuel Macron, 13 janvier 2022)

Le discours commence bien sûr par brosser les présidents d’université dans le sens du poil. Beaucoup ont commenté la petite phrase des universités qui doivent « éclairer le monde ». Ce passage s’inscrit dans tout un segment sur l’importance de l’autorité académique, de la reconnaissance des pairs et du cadre scientifique : « Ne laissons personne le remettre en question ». Evidemment, ce n’est pas nous que le contredirons. Mais cette déclaration prend une saveur particulière, alors que Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation, cherche au contraire à dire aux universitaires ce qu’ils doivent chercher et comment en faisant l’ouverture d’un pseudo-colloque ((NDLR : Le président-candidat Macron évoque également la commission Bronner qui vient de rendre son “rapport” Des Lumières à l’ère du numérique.Il en retient la “nécessité d’empêcher la mise en avant ou le financement d’acteurs qui nuisent à l’information, à la cohésion sociale et in fine à la démocratie” — qui résone avec sa menace envers les “universitaires qui cassent la République en deux“.)). ou encore lorsqu’il prétend pouvoir dire quels universitaires constituent un « virus » de la pensée et donc, en creux, ceux qui pourraient en être le « vaccin ».

« Tous ensemble, nous avons réussi à faire de notre jeunesse une priorité claire avec ces premiers résultats et également à faire de notre jeunesse et de nos étudiants une priorité. » (Emmanuel Macron, 13 janvier 2022)

Mais bien sûr, il s’agit d’abord de défendre un bilan. Emmanuel Macron se gargarise de milliers de places nouvelles ouvertes dans diverses filières pour accommoder la vague démographique. C’est bien rapide : ouvrir des places sans construction de bâtiment, sans recrutement de personnel, ne revient-il pas à faire du surbooking ? Changer un chiffre sur un tableur Excel, ne permet pas dans les faits d’accueillir correctement des milliers d’étudiants et d’étudiantes supplémentaires.

Evolution du budget en euros constants. LAlternative

Mais rassurons-nous : la loi de programmation a représenté un engagement financier sans précédent. Sauf que non : l’augmentation du budget de l’ESR stagne et sa légère augmentation, plus faible que par le passé, correspond à l’inflation. Un tour de passe-passe dénoncé par les politiques notamment au Sénat. L’effort budgétaire est principalement reporté sur la prochaine mandature :bel effort personnel pour le président Macron.

Continuer la lecture

  1. Sur la Conférence des présidents d’universitaire qui adopte la marque France universités, voir un prochain article d’Academia. []
  2. Plusieurs personnalités étaient invitées à prononcer un discours : Frédérique Vidal, Pierre Moscovici, premier président de la Cour des comptes ; ainsi que de la part de membres de la majorité présidentielle, François Bayrou et Corinne Delga. []
  3. Pour les articles de presse, recension en fin de billet. []

Les Crous à la loupe : Le Canard Enchaîné, 22 et 29 décembre 2022

En passant

Les Crous, entre insalubrité et insécurité

Le Canard enchaîné s’intéresse de près aux (malheurs des) étudiants et étudiantes. Le 22 décembre, Fanny Ruz-Guidos consacre un article à l’insalubrité sordide des Crous et aux 24 000 logements manquants à la promesse d’Emmanuel Macron. Elle enchaîne le 29 décembre avec un autre article sur l’insécurité dans laquelle vivent les étudiants et surtout les étudiantes. #MeTooESR

Continuer la lecture

Travail d’archive (9). “Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème…” — Virginie Despentes

https://twitter.com/laveritepradama/status/1380475550632927234?s=20

“STOP À L’ACHARNEMENT CONTRE ASSA TRAORÉ. Lundi 12 avril TGI de Paris 10h00”
@laveritepradama, 9 avril 2021

Le 10 juin, Emmanuel Macron lançait une offensive contre les universitaires accusé·es de “couper la République en deu”, chiffon rouge agité après le succès de le rassemblement du 2 juin 2020, organisé à l’initiative du collectif La Vérité pour Adama. Dix mois plus tard, la vague n’a pas tari, pas moins que la détermination d’Assa Traoré et de ses soutiens pour demander vérité et justice pour Adama.

Assa Traoré est convoquée demain, lundi 12 avril à 10h, au Tribunal de grande instance de Paris pour se voir signifier une mise en examen pour avoir désigné nommément les trois hommes qu’elle dit avoir tué son frère Adama Traoré, il n’est inutile de reproduire et d’entendre de nouveau la voix d’Augustin Trapenard lire la lettre d’intérieur de Virginie Despentes écrite le mercredi 3 juin 2020, au lendemain du rassemblement appelé par le collectif La Vérité pour Adama, à Paris, Marseille, Lillet et de nombreuses villes françaises.


Paris, le 3 juin 2020

Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème.

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires. Les blanches, pendant ce temps, on nous a vues faire du jogging et le marché dans le septième arrondissement. En France on n’est pas raciste mais quand on a annoncé que le taux de mortalité en Seine Saint Denis était de 60 fois supérieur à la moyenne nationale, non seulement on n’en a eu un peu rien à foutre mais on s’est permis de dire entre nous « c’est parce qu’ils se confinent mal ».  C’est en Seine-Saint-Denis qu’il y a le moins de médecins par habitant de tout le territoire. Ils ont pris le RER tous les jours pour que le travail essentiel à notre vie commune continue d’être assuré. Dans le Centre, c’était “garden-party” tous les jours, en poussette, à vélo, en voiture, à pieds… il ne manquait que les trottinettes. Mais il a fallu qu’on commente : “C’est qu’ils se confinent mal”

Continuer la lecture

Les démolisseurs de l’extrême – Épisode II. Thierry Coulhon, évaluateur- et déontologue-en-chef

Pour son deuxième épisode des « démolisseurs de l’extrême » version ESR ((Premier épisode, Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit, 16 mars 2021,  Academia se voit contraint de bousculer sa programmation et de consacrer un billet spécial à la montée en grade expresse de Thierry Coulhon, le démolisseur en chef de l’évaluation, nommé cette semaine… membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche ! Non, vous ne rêvez pas, demandez à votre voisin∙e de vous pincer légèrement, prenez éventuellement un rasade de whisky ou un Lexomil, c’est selon, et lisez la suite.

Surprise, surprise dans le très sérieux Journal officiel du 25 mars 2021, un court arrêté ministériel qui pourrait presque passer inaperçu vient d’être publié. Academia se permet une recopie intégrale de la bulle ministérielle :

“Par arrêté de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en date du 19 février 2021, M. Thierry COULHON, président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, est nommé membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, en remplacement de M. Michel COSNARD, appelé à d’autres fonctions, pour la durée du mandat restant à courir”

Une explication s’impose.

C’est un arrêté en date du 1er mars 2018 qui fixe les missions et la composition collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. D’après son article 4, le “président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur” est membre de cette instance. Au passage, on notera de nouveau l’imprécision juridique du texte puisque cette fonction n’existe pas, l’arrêté aurait dû parler du “président du collège” du HCERES…

Ensuite, c’est la ministre qui nomme.

“Réintroduire du sens dans l’évaluation scientifique, cela veut dire : Simplifier les procédures ;
Renforcer l’indépendance du @Hceres_ ; Conforter l’utilité de l’évaluation. Un grand merci à son président, Thierry @coulhon, pour nos échanges de ce matin!” @frederiquevidal, 15 mars 2021

Continuer la lecture

Chaque geste compte (4)

Remerciements à #Républigram, à @MartyBestof et à un illustre inconnu