Sortir du blocage à l’EHESS ? Une élue étudiante intimidée, des étudiant∙es révulsé∙es

EHESS : une élue étudiante soutenant la Palestine intimidée lors du Conseil scientifique, Le Poing Levé EHESS et Marco Pogat, Révolution permanente, 1e juin 2024

Extraits. Depuis maintenant deux semaines, l’École de Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) est fermée administrativement par sa présidence. Une étape de plus dans la répression de la mobilisation pour la Palestine, qui a connu un nouveau saut mardi 28 mai dernier, avec l’intimidation violente d’une élue étudiante de Solidaires EHESS lors du Conseil Scientifique, par un professeur siégeant dans cette instance, censée se prononcer sur toute question concernant le fonctionnement de la recherche dans l’École.

Pour lire l’article

Depuis le 28 avril, les communiqués se multiplient. Sur la suggestion de leurs auteur·es, Academia en publie certains.

  • Communiqué des étudiant·es engagé.es du master SES-EE [Savoirs en sociétés – Études environnementales)  suite à l’agression d’une élue étudiante, 28 mai 2024
  • “Une de touchée, 3000 debout”. Communiqué des étudiant-e-s engagé-e-s du master Études Politiques, 28 mai 2024
  • Sortir du blocage. Appel au Président par des membres de l’Assemblée des enseignant.es, 29 mai 2024
  • Message des élu·es du Comité social d’administration et de la Formation spécialisée en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail de l’École des hautes études en sciences sociales, 30 mai 2024

Banderole Occupatino Leïla Khaled, EHESS boulevard Raspail, 24 mai 2024. Crédit: Comité Palestine

Continuer la lecture

À la porte de leur établissement, les étudiant·es et les agent·es EHESS dénoncent la fermeture administrative, le génocide et la fascisation du monde universitaire

  • Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS. Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024
  • Communiqué de soutien au mouvement étudiant. de la mention Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie, 23 mai 2024
  • Master sociologie : ouvrez le bâtiment EHESS !. Communiqué du 24 mai 2025
  • Communiqué des étudiant.es du Parcours Etudes Environnementales, 24 mai 2024
  • Pétition pour la réouverture du bâtiment EHESS sur le campus Condorcet, 27 mai 2024
  • Appel au Président de la section LDH de l’EHESS, 25 mai 2024
  • Communiqué des  étudiant.es mobilisé.es des mentions philosophie sociale et politique et philosophie du langage et de l’esprit, 28 mai 2024

Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS
Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024

Aujourd’hui, mercredi 22 mai, nous, étudiant·es engagé·es du master Études Politiques, avons décidé d’interrompre le déroulement habituel de notre séminaire de tronc commun. Nous  avons profité de ces deux heures de séminaire pour ouvrir un espace d’échange et de discussion suite à la décision unilatérale de la présidence de fermer le bâtiment EHESS du Campus Condorcet.

Nous dénonçons le gouvernement génocidaire israélien et sa politique coloniale qui s’exerce en Palestine. Deux mandats d’arrêt internationaux pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ont d’ailleurs été demandés par la Cour pénale internationale il y a deux jours à l’encontre du Premier ministre Netanyahou et de son ministre de la défense Gallant.

À la lumière du mouvement étudiant internationaliste en soutien au peuple palestinien, l’assemblée générale du comité Palestine EHESS/Condorcet organisée le lundi 13 mai a voté pour une occupation ouverte du bâtiment de l’EHESS. Au cours de ces 3 jours d’occupation ouverte, le bâtiment de l’EHESS s’est mué en un véritable espace de rencontres, d’échanges, de réflexions, d’organisations collectives ; espace primordial qui manquait cruellement au sein du Campus Condorcet.

Dans un contexte français de fascisation et de silence du monde académique, il est de notre devoir en tant qu’étudiant.e-chercheur.euse.s en sciences sociales de décoloniser les savoirs académiques traditionnels et de dénoncer toute forme de répression – institutionnelle et policière – à l’œuvre dans nos lieux d’études.

Nous dénonçons et nous condamnons donc les fichages des étudiant·es par des personnels de direction de l’EHESS, les incursions policières en civil et les interventions violentes de la Gendarmerie mobile et de la Brigade Anti-Criminalité ayant eu lieu durant l’occupation ouverte.

Continuer la lecture

« Pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza » par 394 membres de l’EHESS

Academia reproduit la motion endosée par près de 400 membres de l’EHESS, motion qui n’a pas fait l’objet d’un vote dans les instances.

À l’heure où la Cour internationale de justice a alerté sur les risques de crime de génocide contre le peuple palestinien à Gaza, où les Nations unies ont produit un rapport accablant sur le sujet, où elles appellent à cesser les ventes d’armes à Israël pour empêcher toute nouvelle violation du droit humanitaire, et ont également condamné la colonisation en Cisjordanie comme crime de guerre, plusieurs centaines de membres de l’Ecole des Etudes en Sciences Sociales (EHESS) ont demandé à leur institution de se prononcer pour un cessez-le feu immédiat et durable.

Cette motion été soumise au conseil scientifique, au conseil d’administration et à l’assemblée des enseignants-chercheurs de l’EHESS : aucune de ces instances n’a jugé opportun de la considérer ou de la soumettre au vote. Comment comprendre qu’une institution fondée sur le respect du droit, y compris international, refuse de se prononcer clairement pour un arrêt des massacres en cours ?

Cette expression de solidarité s’inscrit pourtant dans un contexte de guerre où les douze universités de Gaza ont été entièrement détruites ainsi que leurs archives matérielles et digitales, plus de 94 universitaires palestinien·e·s tué·es dans des attaques ciblées de l’armée israélienne, et des milliers de vies étudiantes fauchées, endeuillées, mutilées et privées d’avenir. Nous la portons donc en notre nom collectif, en tant que membres d’une communauté engagée à comprendre le monde dans sa complexité, et à former les générations à venir.  Nous condamnons à ce titre avec fermeté et inquiétude la répression des étudiant·e·s, à l’EHESS et partout ailleurs en France et dans le monde, et la criminalisation de leur mobilisation. Face aux violences institutionnelles et physiques que subissent celles et ceux qui élèvent la voix dans les universités en exprimant leur solidarité avec la Palestine, nous affirmons l’espoir incarné dans cette composante de la connaissance qui fait défaut à notre institution : le courage de la vérité.

Maison des sciences de l’homme, 54 boulevard Raspail, Paris 6e. Crédit: Célette

Motion signée par 394 membres de l’EHESS pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza

“Nous, membres de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, nous nous prononçons solennellement pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza dans l’intérêt des peuples. Nous exigeons le respect du droit international, en particulier les résolutions passées du Conseil de Sécurité des Nations-Unies et la récente ordonnance de la cour internationale de justice imposant de prévenir un crime de génocide et une nouvelle Nakba à l’encontre des Palestiniennes et Palestiniens résidant dans la bande de Gaza et à Rafah.

Continuer la lecture

Menaces sur la liberté académique et la liberté d’expression dans l’Enseignement supérieur et la Recherche (ESR). Communiqué du SNTRS-CGT

Communiqué

Chère collègue, cher collègue, 

Le SNTRS-CGT s’alarme du climat de restriction de la liberté scientifique et de la liberté d’expression qui s’est installé dans le paysage de l’ESR depuis la reprise d’un conflit de haute intensité au Proche-Orient, le 7 octobre dernier.

La plupart des événements scientifiques touchant de près ou de loin à la question palestinienne ont été annulés ou reportés sine die. Nombre de spécialistes du Proche-Orient se sentent aujourd’hui dans l’impossibilité de s’exprimer librement à propos de leurs propres objets de recherche, redoutant des sanctions. Les journalistes reconnaissent une difficulté inédite à trouver des chercheurs et des chercheuses pour intervenir dans leurs émissions.

Ces peurs de censure sont fondées : une véritable police de la pensée s’est installée dès les premiers jours suivant le 7 octobre, avec des effets immédiats.

Le 20 octobre, la présidence de l’Université de Savoie Mont-Blanc a décidé d’interdire à la section syndicale CGT FERC-Sup d’accéder à la liste de diffusion des personnels, à la suite de l’envoi d’un communiqué sur la situation à Gaza intitulé « Halte aux crimes de guerre ! »

Au même moment, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), une véritable vague de haine et d’insultes a visé une anthropologue reconnue, spécialiste de la Palestine, pour avoir relayé le communiqué d’un syndicat étudiant sur la liste de discussion politique et syndicale interne à l’École. En réponse à ce qui ne peut être qualifié autrement que de délation calomnieuse, la direction du CNRS a initié une procédure disciplinaire accélérée contre notre collègue, pour des motifs aussi graves et choquants qu’« apologie du terrorisme » et « incitation à la haine raciale » ! Lors de cette procédure, la défense précise assurée par le SNTRS-CGT a permis de démontrer l’absurdité de ce qui était reproché à notre collègue, et de rappeler les grands principes et la jurisprudence sur la liberté d’expression, en particulier dans le monde universitaire. La direction du CNRS s’est ainsi contentée de prononcer une sanction minime – un avertissement – mais, a toutefois décidé de la publier au Bulletin Officiel, contre l’avis de la CAP.

Continuer la lecture

FS-SSCT MESR, 8 décembre 2023. Avis et déclarations

Academia a obtenu en avant-première les avis et déclarations votés par la FS-SSCT ministérielle de l’ESR, qui seront bientôt publiés sur le site du Ministère et envoyé aux établissements. La FS-SSCT ministérielle de l’ESR succède au CHSCT-MESR.

Formation Spécialisée en Santé Sécurité et Conditions de Travail ministérielle
de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
séance plénière du 8 décembre 2023


Déclaration intersyndicale
sur les annonces du président Macron du 7 décembre 2023

Au lendemain des annonces du président de la République, nous alertons sur les répercussions qu’une mise en œuvre de ces annonces auraient sur la santé des agent·es de l’ESR. Ces derniers sont déjà épuisés par l’enchaînement depuis 20 ans de réformes et de restructurations (LRU, ORE, LPR au plan national, regroupements d’universités en COMUE puis en EPE au plan local, INSPE, fusion d’EPST…), menées sans moyens dédiés. Même les budgets de la LPR ont été absorbés par l’inflation de ces dernières années. Le calendrier est d’autant plus irréaliste que d’autres réformes déjà engagées par l’État impactent le fonctionnement des universités et des organismes de recherche telles celles de la formation des enseignant·es, IUT, fusions ASN-IRSN. Le personnel souffre d’une désorganisation permanente et de procédures administratives de plus en plus complexes du fait des réformes et de la multiplication des statuts (CDD, CPJ, généralisation des CDI, etc.). Le président Macron leur promet d’en rajouter une couche avec plus de projets et plus de précarité, en faisant l’impasse sur les êtres humains qui font tourner les établissements de l’ESR. La FS-SSCT du MESR souligne que ces projets sont éminemment porteurs de nouveaux risques sur la santé des personnels et l’organisation de leur travail.

E. Macron à  l’Elysée, devant plus de 300 représentant-es de l’ESR. Crédit: L. Marin)


Table des matières

1. Orientations stratégiques ministérielles

1.1. Avis sur la majoration du contingent ASA dans les établissements de l’ESR

1.2. Avis sur les Orientations Stratégiques Ministérielles (OSM) 2024 : demande de publication sous forme de circulaire

2. Calendrier des travaux de la FS-SSCT MESR

3. Rapport de l’ISST

4. Points divers

4.1. Avis CROUS

4.2. Avis EHESS

4.3. Avis Université d’Orléans

Déclaration intersyndicale sur les “conditions de travail de notre instance” 

4.4. Avis d’alerte sur le fonctionnement de la formation spécialisée SSCT ministérielle de l’ESR

Déclaration intersyndicale sur les annonces du président Macron du 7 décembre 2023

Continuer la lecture

Concours de l’EHESS: conseils aux candidat.E.s

Sur la demande des lecteurs et lectrices d’Academia, nous actualisons les informations parues sur ce site le 18 septembre 2015. Les modifications touchent à l’interdiction il y a quelques années de joindre des lettres de recommendantions et surtout à l’effort de l’institution d’informer sur des procédures assez unique, par le biais de d’avis de vacances et de réunions d’information, de vademecum et d’une Foire aux questions.

EHESS_electionsDu fait la particularité du mode de nomination de ses enseignant.e.s-chercheur.ses (désormais EC), de la visibilité de l’EHESS dans le champ des sciences sociales françaises, et du sexisme de son recrutement, le concours a fait l’objet d’analyses remarquées (lien obsolète du rapport Backouche), dont la notoriété a entraîné une modification des procédures d’élection depuis 2009.

Parmi les mesures les plus importantes adoptées, il faut noter :

  • La parution d’un vademecum pour éclairer les arcanes du concours, à jour sous ce lien ;
  • L’interdiction de faire « campagne », pratique qui consistait pour les candidat.e.s à se présenter individuellement aux EC électeur/trices;
  • L’avancement du calendrier – le concours débutant à l’automne et se clôturant par des élections fin mars-début avril, soit un avancement de près de 6 mois par rapport au calendrier précédent);

Alors que la campagne 2023 vient de s’ouvrir (dépôt des candidatures du 2 octobre au au 2 novembre 2023),  Academia vous propose une lecture et une explicitation de la candidature et des procédures d’évaluation en place par le Conseil scientifique en 2014 pour clarifier à la fois les modalités de constitution du dossier  et des pratiques d’évaluation de celui-ci.

Continuer la lecture

Protection fonctionnelle : une présentation pour OALA

CAPSULE #9 — La protection fonctionnelle, Avec Christelle Rabier

Tout agent de la fonction publique, qu’il.elle soit fonctionnaire ou contractuel.le, a le droit d’être protégé.e par son administration lorsqu’il.elle est menacé.e ou empêché.e dans le cadre de ses missions. La procédure est simple et la protection en principe très large : elle couvre la famille de l’agent et tout frais lié au problème, notamment les frais de justice. Cependant, en raison de la multiplication des atteintes à la liberté académique, l’administration est de plus en plus tentée de limiter les coûts de ce droit et il faut parfois se battre pour obtenir une protection à la hauteur des enjeux. C’est ce qui est arrivé à Christelle Rabier (MCF à l’EHESS en histoire des sciences).

Continuer la lecture

Repression policière à Aix-Marseille : une caisse de solidarité avec les étudiant·es

L’AG des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche d’Aix et de Marseille (et autres sites d’Aix-Marseille Université) du 23 mars 2023 à Marseille Saint-Charles.

Si vous voulez participer à cette caisse de solidarité, vous pouvez le faire sur : https://www.papayoux.com/fr/cagnotte/caisse-de-solidarite-repression-policiere-amu

Affiche mai 1968


Caisse de solidarité avec les étudiant.es et personnels
de l’enseignement supérieur et de la recherche d’Aix et de Marseille mobilisé.es
confronté.es à la répression policière et/ou à des poursuites judiciaires en lien avec leur mobilisation contre la réforme des retraites

Votée par l’AG des personnels du 23 mars 2023

Si vous voulez participer à la caisse de solidarité ((N’hésitez pas à envoyer un mail à l’adresse indiquée pour plus d’informations)), vous pouvez le faire le site papayoux.

Continuer la lecture

Interpellations au campus Condorcet : un témoignage glaçant

Academia a recueilli le témoignage d’un·e étudiant·e interpelé·e lundi 23 janvier au Campus Condorcet et remis en liberté 22 heures plus tard, sans qu’il y a notification de poursuite. Iel nous a autorisé à le reproduire

Avertissement Ce témoignage comporte des descriptions des violences, des injures et d’actes de torture, occasionnés par des policiers. 


Continuer la lecture

Police sur les campus français : communiqués et motions de soutien aux étudiant-es


Communiqué de la délégation intersyndicale de l’AG des personnels du Campus Condorcet du 24 janvier 2023

Avant-hier, 24 janvier 2023, une assemblée générale des personnels et étudiant·es des établissements du Campus Condorcet a rassemblé une centaine de personnes au Centre des Colloques, entre 11h30 et 14h. Avant même le début de la réunion, un important dispositif policier avait été déployé autour du bâtiment, mais également dans le hall.

Crédit: Révolution permanente, janvier 2023

Nous avons discuté de la réforme des retraites ainsi que des conditions de travail et d’études au Campus Condorcet. Plusieurs groupes se sont constitués afin d’organiser une présence visible des salarié·es et des étudiant·es du Campus à la manifestation unitaire du 31 janvier, et de construire la mobilisation (communication/caisse de grève/mobilisation interprofessionnelle avec les salarié·es du secteur).

Continuer la lecture

Au courrier : pensées de Tunisie aux étudiantes et aux étudiants de France

Cet article ravive en moi de douloureux souvenirs de l’époque de la dictature.

Début  2011. L’une des toutes premières mesures du nouveau ministre de l’enseignement supérieur, feu Ahmed Brahim est la suppression des postes de police installés dans les facs et campus1. Depuis, la présence policière institutionnelle à l’intérieur des institutions universitaires, en uniforme et en civil, est un lointain souvenir.  Les  syndicats des forces de sécurité, sous couvert de lutte antiterroriste, ont essayé en vain de réinvestir l’espace universitaire 2. Nos facs sont désormais des espaces sans flics. Et c’est très bien ainsi.

De manière générale, ici, depuis 2011, les responsables d’universités ne songent guère, sauf situations extrêmes, à faire appel aux policiers. Les souvenirs de l’époque Ben Ali, où les facultés étaient encerclées par des escouades de BOP (brigades de l’ordre public, de sinistre mémoire) , armés jusqu’aux dents, et qui n’attendaient qu’un ordre pour déchaîner contre les étudiant•es une rage et une fureur spectaculaires, sont encore bien vivaces.

Lors de l’occupation de la faculté des lettres de La Manouba par les salafistes, des collègues m’ont raconté le refus initial du doyen, Habib Kazdaghli, de demander l’intervention des forces de l’ordre, et le cheminement douloureux qui l’avait mené à changer d’avis, pour sauver l’année universitaire. L’intervention avait été efficace, mais sans violence. (((https://www.webdo.tn/fr/actualite/national/fac-de-manouba-les-sit-ineurs-quittent-les-locaux-de-ladministration/172323)). 

 

Étudiante au début des années 1990,  j’évitais d’aller à la fac quand il y avait du grabuge. Enseignante à partir de 1997,  je me suis retrouvée, un jour de manifestation en 2002, enfermée, avec tout le monde, collègues, administration et étudiants. Les policiers interdisaient toute sortie hors de l’enceinte de la fac, et avaient même refusé très sèchement au doyen l’évacuation par ambulance d’un étudiant blessé au front, et qui saignait abondamment. Le bouclage de la fac avait duré jusqu’au soir.

Il  s’était bien achevé. Plus souvent, loin de se contenter de fermer les accès, les policiers chargeaient avec leurs chiens. Les récits d’étudiantes se jetant du quatrième étage pour tenter de leur échapper nous étaient familiers. Tout comme cette forme d’humiliation qui consiste à mettre tout le monde à genoux, les mains sur la tête, pendant des heures, dans la cour. Je ne l’ai pas vécue, mais bien des camarades et des collègues s’en souviennent. Il fallait “mater” la jeunesse.

 

Je plains la jeunesse de France, qui vit en 2023 ce que notre jeunesse vivait au début du siècle.

Centre universitaire de La Manouba. Crédit : Jorge Franganillo, 2015


Sur Academia

Continuer la lecture

  1.   https://fr.wikipedia.org/wiki/Ahmed_Brahim []
  2. https://directinfo.webmanagercenter.com/2015/07/03/tunisie-luget-opposee-au-retour-de-la-police-universitaire/ []

La police interpelle au campus Condorcet. Revue de presse

Update 26/10/2023

Une semaine après l’évacuation par les forces de police d’une assemblée générale à l’université de Strasbourg, ce sont 29 étudiants du campus Condorcet près de Paris qui ont fini en garde à vue. La fébrilité quant à une possible conjonction des étudiants et des salariés contre la réforme des retraites pousse certains présidents d’université à faire appel à une aide policière très décriée.  Mediapart, 25 janvier 2023

 

Communiqué de Solidaires étudiant·es EHESS

Hier, l’EHESS a vécu une journée de mobilisation réussie. Aujourd’hui, toutes et tous nos camarades ont été libéré·es, mais avec beaucoup de dommages.

Lundi 23 janvier, à 20h, une Assemblée générale a été appelée à l’Espace associatif et culturel. À 20h30, ce n’est pas la présidence qui est venue discuter, ce sont les policiers qui sont venus réprimer. À partir de ce moment, nos camarades ont été traite·es comme des terroristes et nous qualifions ces violences de torture. Nos camarades ont été menotté·es. Au sein des différents commissariats, 16 étudiant.es ont été mis·es dans une salle de 4m2 sans VMC, et ont subit des blagues de la part de policiers sur qui allait mourir en premier. D’autres policiers rigolaient sur qui allait être violée. Par conséquent, un.e étudiant·e inconscient.e a fait un malaise et a été trainé·e sur le sol, dans des escaliers par les policiers, sans avoir recours au médecin. Un·e étudiant.e a eu les côtes cassées. Ces étudiant·e.s n’ont pas pu aller aux toilettes, avoir accès à boire, même dormir. Toutes ces gardes à vue ont duré 22h. Cette garde à vue collective allait à l’encontre de la volonté de nous organiser démocratiquement dans un mouvement social qui concerne le pays tout entier. La Préfecture et le parquet de Bobigny ont accepté ces poursuites judicaires, nous attendons des explications.

Nous ne sommes pas de la chair à matraque. Nous ne sommes pas non plus des ignorant·es. Nous connaissons les coupables. La direction du Campus Condorcet n’a admis que du bout du lèvres avoir convoqué une intervention policière. Pourtant, grâce à la mobilisation du personnel et des étudiant·es, nous avons forcé la présidence à descendre des ses bureaux et à parler directement aux personnes mobilisées. Nous avons été 150 dans une salle face aux présidences du Campus Condorcet et de l’EHESS. Nous espérons que la direction du Campus maintiendra ses promesses qu’aucun.e étudiant.e n’aura de poursuites judiciaires. Le parquet inculpe les étudiant.e.s d’intrusion par effraction, de dégradations et que ce n’était pas des étudiant.e.s, mais un groupuscule militant obscur. Cette occupation a été la volonté des étudiant·es de l’EHESS qui l’ont organisé. Militer n’est pas un crime.

Cette répression s’inscrit dans un mouvement social grandissant contre la réforme des retraites. Nous l’avons vu à Strarsbourg. Le gouvernement a peur du potentiel de mobilisation des étudiant.e.s. Pour 29 étudiant.e.s en garde à vue, nous avons été 150 étudiant·es et membres du personnel réuni.e.s en solidarité pour obtenir la libération de nos camarades et l’avancée dans nos revendications.

Ceci est le premier pas. Poursuivons la dynamique pour frapper fort. Nous appelons donc à une Assemblée générale, ouverte à tout le monde, le Jeudi 26 janvier à 14h. Nous appelons tout le monde à nous rejoindre, toutes et tous les étudiant·es, et le personnel à s’organiser ensemble !

Solidaires étudiant-e-s EHESS et étudiant.e.s mobilisé.e.s- solidaires_ehess@riseup.net

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONTRE LA REPRESSION POLICIERE

Jeudi 26 Janvier – 14h00
Espace Associatif et culturel – Campus Condorcet

 

 

CHSCT MESR. Avis votés en séance plénière du 23 nov 2022

Le fait d’exposer un salarié à un risque identifié, sans prendre les mesures de prévention qui s’imposent, est un manquement à l’obligation de sécurité de résultat de l’employeur. L’obligation de sécurité est une obligation de résultat et le simple fait de ne pas arriver à ce résultat suffit à engager sa responsabilité. Ce manquement peut faire l’objet d’une condamnation pénale au tribunal correctionnel.

Nous demandons à Mme la Ministre de prendre ses responsabilités et de rappeler leurs obligations réglementaires et leur responsabilité pénale aux chef·fes d’établissements.Extraits des avis CHSCT MESR, 23 novembre 2022

Prenant, à la suite de Frédérique Vidal, le parti d’ignorer l’instance nationale chargée de l’hygiène, de la santé et des conditions de travail des agent·es de l’enseignement supérieur et de la recherche, Sylvie Retailleau était absente lors de la dernière séance d’une instance qui devient Formation spécialisée du Conseil social d’administration à partir de 2023.

« Le CHSCT ministériel de l’ESR est fatigué de répéter les mêmes avis tous les ans. Nous nous demandons sérieusement si Mme la ministre lit les avis ?»

Les avis formulés, reproduits par Academia, donnent un paysage très sombre de l’état des universités en matière de mise en oeuvre de mesures de protection des  salarié·es en matière de santé et de conditions de travail. La prise en compte des violences sexuelles, discriminations, harcèlement, ou agissements sexistes n’est pas du tout  Plusieurs établissements se voient rappeler leurs responsabilités ; pluiseurs corps de métier (infirmier·es, métiers de lédition scientifique publique) font l’objet d’un avis spécifique. Le nombre d’avis portant sur des suicides ou des décès sur le lieu de travail et sur les manquements des établissements doit particuièrement alerter la communauté universitaire.

https://www.flickr.com/photos/the-o/38645758956/in/photolist-21SZBJU-Nyf56Z-79mihr-NhfyT6-21FFuYC-2nSZRq4-B7PdaS-BtkokT-5VRj4-PQEjEW-2hCsLPS-D1PKi1-2nYppNG-NLXoVs-48tdg6-ZwyBex-YL1SYA-EvDikb-ZCERxe-a8WS3S-ZRXHgT-759dGu-PQEjFs-Jb2GvU-21Qc2ME-B4ZCGv-MrTNrj-PtpGLY-gWGeDW-8UVdJT-N4M71K-8N3HDX-2o2pB4Z-ZRXHgx-Q9Sux5-A5uYgq-2jRL6Ku-zBKPz8-AtENwQ-AtENwj-ZdnFJo-EymYYn-21Qc2Mu-7hjU86-2d5YuLM-NhcN7r-5VRCY-o5SG-ZNozxF-2jWUVZR

Cincinnati – Spring Grove Cemetery & Arboretu. Crédit:

Table des matières

II.   Rapport d’activité de l’Inspection Santé et sécurité au travail 2021-2022

II.1. Avis sur le rapport d’activités de l’ISST 2021-2022. 2

II.2. Avis sur l’absence d’enquête suite à 2 décès à l’ENS de Lyon

III. Rapport annuel 2021 faisant le bilan de la situation générale de la santé, de la sécurité et des conditions de travail – éléments de bilan sur les violences, discriminations, harcèlement et agissements sexistes.

III.1. Avis rapport annuel 2021 (SST)  – Rappel des avis  Bilan SST 2017; rapport annuel 2018 ; rapport annuel 2019 Rapport annuel 2020 ; mandature 2019-2022

IV.  Rapport annuel de la médecine de prévention 2021

IV.1. Avis sur la carrière des infirmièr·es bloquée au niveau AI car pas de corps de promotion dans REFERENS III

V. Orientations stratégiques ministérielles 2023

V.1. Avis sur la majoration du contingent d’ASA..

V.2. Avis nombre de réunions de la Formation Spécialisée

V.3. Avis sur la période transitoire entre les CHSCT et les FS-SSCT

V.4. Avis sur l’archivage. 7

VI. Risques bâtimentaires : amiante, qualité de l’air et ambiance thermique. 8

VI.1. Avis amiante

VII. Points divers

VII.1. Point prion infectieux demandé par les OS selon l’article 70 du décret 82-453.

VII.2. Avis Sorbonne Nouvelle

VII.3. Avis pour la Bibliothèque J. Doucet

VII.4. Avis sur une absence d’enquête après suicide à l’EHESS

VII.5. Avis ergologie AMU (Aix-Marseille Université)

VII.6. Avis sollicitation des sciences du travail à l’universite

VII.7. Avis sur le rapport IGAS/IGENR de l’IHU de Marseille

  Continuer la lecture

À l’EHESS, étudiant∙es en détresse surveillée

UPDATE. 12 février 2021

Depuis plusieurs semaines, les étudiant∙es de l’École des hautes études en sciences sociales se mobilisent : Masterant∙es et doctorant∙es sont très inquiets et inquiètes de leur situation et demandent à la présidence un soutien financier, des espaces de travail et de convivialité pour lutter contre l’isolement mais aussi des cours en hybride, de façon à ce que celles et ceux qui ont besoin de retrouver des relations de travail en présence, et celles et ceux qui ont quitté Paris ou Marseille, ou n’ont pas encore pu se rendre sur le sol de la métropole puissent suivre l’ensemble des séminaires, et pas uniquement ceux de tronc commun, que la direction des études a accordé en application de la circulaire présidentielle de janvier.

La situation de ces étudiant·es est grave. Alors que l’EHESS n’avait pas fait d’enquête lors du premier confinement contrairement à d’autres universités, une initiative — “Étudier à l’EHESS en temps de COVID” — d’un enseignant assisté d’une enseignante donne désormais la pleine mesure de la détresse que ces étudiant·es connaissent depuis la rentrée universitaire : 60% d’entre elleux disent éprouver un sentiment de mal‐être, de tristesse, de dépression, d’anxiété souvent ou en permanence ; plus de trois-quart d’entre elleux ont d’immenses difficultés à se concentrer, pour de multiples raisons matérielles et psychologiques, engageant à court terme leur devenir professionnel.

Academia a rassemblé ici une série de communiqués émanant des étudiant·es et des agents de l’établissement, ainsi que des médias documentant l’évacuation policière du samedi 6 février 2021. Les étudiant·es appellent à une distribution alimentaire et à un rassemblement contre les violences sociales, institutionnelles et policières.

Rassemblement contre la précarité étudiante

Vendredi 12 février, 12h, 54 bd Raspail. Paris 6e

Événement Facebook

RENCONTRE POUR LA SOLIDARITE ETUDIANTE – RASSEMBLONS-NOUS CONTRE LA VIOLENCE SOCIALE, POLICIERE ET D’ETAT.
ROUVRONS LES FACS! CHASSONS LA BAC!
Contre la précarité grandissante des étudiant.es, contre la violence institutionnelle et policière déployée contre les mobilisations étudiantes et pour le redéploiement des solidarités universitaires, étudiant.es, nseignant.es-chercheur.ses et personnel de toutes les facs, retrouvons-nous nombreux.ses vendredi midi devant les bâtiments de l’EHESS au 54 boulevard Raspail !
Vendredi soir, des étudiant.es de l’EHESS ont occupé leurs lieux d’étude dans le but de se réapproprier des espaces de solidarité, d’entraide et de travail. 14 camions de police pour expulser les étudiant.es, voilà la réponse du gouvernement et de la présidence de l’EHESS samedi matin face à la détresse et la précarité étudiante ! La répression policière est leur moyen pour combler l’insuffisance et le mépris des quelques mesures concédées.
Mais cela ne nous fera pas taire, nous appelons à la mobilisation collective et réaffirmons nos revendications :
    • Reprise effective de tous les cours au format hybride
    • Accès autonome et sans réservation à des salles de travail
    • Aide financière pour tou.tes les étudiant.es ( boursier ou non)
    • Augmentation des bourses, RSA dés 18 ans
    • Accès effectif à un soutien psychologique spécialisé
    • Accès au budget prévu pour les initiatives étudiant-es (épicerie, création artistique, activités sportives etc)
Grâce à la recup, nos mains et le soutien de collectifs retrouvons nous pour une DISTRIBUTION de panier de nourriture (légumes, fruits) + Sandwichs (vegan et non vegan) + produits hygiéniques (savon corps, shampoing, protections hygiéniques, dentifrice, brosse à dents)
L’AG des étudiant.e.s de l’EHESS qui ont hâte de vous rencontrer !

Vous aimez l’EHESS et son esprit critique : venez le dire avec des banderoles1 !

Continuer la lecture

  1. La rédaction cherche une photo de la banderole violette et verte bien connue. Écrire à la rédaction []

« Peut-on rendre la recherche “productive” ? », par un économiste de l’EHESS

En passant

« Peut-on rendre la recherche “productive”? »

  • par Pierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, Le Monde, 18 décembre 2020

Tribune. Le Parlement a adopté, le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche, malgré la très large hostilité du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), au-delà des clivages politiques habituels. Il est vrai que, tout en prétendant réaliser un « effort sans précédent », elle redresse à peine la tendance à la baisse ou la stagnation des dépenses qui affecte la recherche et l’enseignement supérieur depuis deux décennies, alors qu’elles augmentent dans la plupart des pays avancés, à partir de niveaux déjà plus élevés.

Mais l’insuffisance budgétaire n’est pas ce qui rend cette loi si impopulaire chez les chercheurs. C’est plutôt qu’elle demeure dans la continuité doctrinale des principales réformes de l’ESR depuis au moins 2002. Accusée d’être inspirée par les économistes, artisans d’une « science lugubre » qui placerait les choix purement gestionnaires au-dessus des ambitions scientifiques, cette loi s’appuie de fait sur la microéconomie des incitations et des organisations pour remettre en cause un monde de la recherche publique très largement installé dans un système statutaire jugé a priori « inefficace ».

L’objectif est d’accroître la productivité de la recherche en créant plus d’incitations, de hiérarchie et de concurrence. Plutôt que de revaloriser tous les salaires (qui ont décroché par rapport au secteur privé et à l’étranger), on récompense davantage les meilleurs chercheurs, les meilleurs laboratoires, les meilleures universités pour inciter tout le milieu scientifique à travailler plus et mieux. L’outil premier de cette politique est l’Agence nationale de la recherche (ANR), grande bénéficiaire de la loi, qui répartit une part croissante des budgets par appels d’offres, permettant une mise en concurrence des projets de recherche et la mise en avant de thématiques ou méthodologies prioritaires en cohérence avec la politique du gouvernement.

Chercheurs « précaires »

La même logique a été appliquée depuis 2007 par le programme « Investissements d’avenir » aux laboratoires, formations doctorales, universités et grandes écoles. C’est désormais au Haut Conseil de l’évaluation de l’ESR (HCERES) de piloter l’évaluation à tous les niveaux. Cette restructuration, qui tranche avec l’évaluation de la recherche par les pairs, semble être la clé de voûte de la politique suivie, comme en témoigne le fait que Thierry Coulhon, l’un des architectes des réformes depuis le cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Pécresse (2007-2011), jusqu’à celui du président Macron, a quitté récemment cette fonction pour prendre la présidence du HCERES.

More signs of natural cooperation. Credit: OUr Enchanted Garden, 2005
Without the assistance of ants in the garden, this peony would not be able to open up properly – one bit me the other day when I put the support rings up – yikes! Guess the ant didn’t think I was cooperating too!

Continuer la lecture