À l’EHESS, étudiant∙es en détresse surveillée

UPDATE. 12 février 2021

Depuis plusieurs semaines, les étudiant∙es de l’École des hautes études en sciences sociales se mobilisent : Masterant∙es et doctorant∙es sont très inquiets et inquiètes de leur situation et demandent à la présidence un soutien financier, des espaces de travail et de convivialité pour lutter contre l’isolement mais aussi des cours en hybride, de façon à ce que celles et ceux qui ont besoin de retrouver des relations de travail en présence, et celles et ceux qui ont quitté Paris ou Marseille, ou n’ont pas encore pu se rendre sur le sol de la métropole puissent suivre l’ensemble des séminaires, et pas uniquement ceux de tronc commun, que la direction des études a accordé en application de la circulaire présidentielle de janvier.

La situation de ces étudiant·es est grave. Alors que l’EHESS n’avait pas fait d’enquête lors du premier confinement contrairement à d’autres universités, une initiative — « Étudier à l’EHESS en temps de COVID » — d’un enseignant assisté d’une enseignante donne désormais la pleine mesure de la détresse que ces étudiant·es connaissent depuis la rentrée universitaire : 60% d’entre elleux disent éprouver un sentiment de mal‐être, de tristesse, de dépression, d’anxiété souvent ou en permanence ; plus de trois-quart d’entre elleux ont d’immenses difficultés à se concentrer, pour de multiples raisons matérielles et psychologiques, engageant à court terme leur devenir professionnel.

Academia a rassemblé ici une série de communiqués émanant des étudiant·es et des agents de l’établissement, ainsi que des médias documentant l’évacuation policière du samedi 6 février 2021. Les étudiant·es appellent à une distribution alimentaire et à un rassemblement contre les violences sociales, institutionnelles et policières.

Rassemblement contre la précarité étudiante

Vendredi 12 février, 12h, 54 bd Raspail. Paris 6e

Événement Facebook

RENCONTRE POUR LA SOLIDARITE ETUDIANTE – RASSEMBLONS-NOUS CONTRE LA VIOLENCE SOCIALE, POLICIERE ET D’ETAT.
ROUVRONS LES FACS! CHASSONS LA BAC!
Contre la précarité grandissante des étudiant.es, contre la violence institutionnelle et policière déployée contre les mobilisations étudiantes et pour le redéploiement des solidarités universitaires, étudiant.es, nseignant.es-chercheur.ses et personnel de toutes les facs, retrouvons-nous nombreux.ses vendredi midi devant les bâtiments de l’EHESS au 54 boulevard Raspail !
Vendredi soir, des étudiant.es de l’EHESS ont occupé leurs lieux d’étude dans le but de se réapproprier des espaces de solidarité, d’entraide et de travail. 14 camions de police pour expulser les étudiant.es, voilà la réponse du gouvernement et de la présidence de l’EHESS samedi matin face à la détresse et la précarité étudiante ! La répression policière est leur moyen pour combler l’insuffisance et le mépris des quelques mesures concédées.
Mais cela ne nous fera pas taire, nous appelons à la mobilisation collective et réaffirmons nos revendications :
    • Reprise effective de tous les cours au format hybride
    • Accès autonome et sans réservation à des salles de travail
    • Aide financière pour tou.tes les étudiant.es ( boursier ou non)
    • Augmentation des bourses, RSA dés 18 ans
    • Accès effectif à un soutien psychologique spécialisé
    • Accès au budget prévu pour les initiatives étudiant-es (épicerie, création artistique, activités sportives etc)
Grâce à la recup, nos mains et le soutien de collectifs retrouvons nous pour une DISTRIBUTION de panier de nourriture (légumes, fruits) + Sandwichs (vegan et non vegan) + produits hygiéniques (savon corps, shampoing, protections hygiéniques, dentifrice, brosse à dents)
L’AG des étudiant.e.s de l’EHESS qui ont hâte de vous rencontrer !

Vous aimez l’EHESS et son esprit critique : venez le dire avec des banderoles1 !

Continuer la lecture

  1. La rédaction cherche une photo de la banderole violette et verte bien connue. Écrire à la rédaction []

« Peut-on rendre la recherche “productive” ? », par un économiste de l’EHESS

En passant

« Peut-on rendre la recherche “productive”? »

  • par Pierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, Le Monde, 18 décembre 2020

Tribune. Le Parlement a adopté, le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche, malgré la très large hostilité du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), au-delà des clivages politiques habituels. Il est vrai que, tout en prétendant réaliser un « effort sans précédent », elle redresse à peine la tendance à la baisse ou la stagnation des dépenses qui affecte la recherche et l’enseignement supérieur depuis deux décennies, alors qu’elles augmentent dans la plupart des pays avancés, à partir de niveaux déjà plus élevés.

Mais l’insuffisance budgétaire n’est pas ce qui rend cette loi si impopulaire chez les chercheurs. C’est plutôt qu’elle demeure dans la continuité doctrinale des principales réformes de l’ESR depuis au moins 2002. Accusée d’être inspirée par les économistes, artisans d’une « science lugubre » qui placerait les choix purement gestionnaires au-dessus des ambitions scientifiques, cette loi s’appuie de fait sur la microéconomie des incitations et des organisations pour remettre en cause un monde de la recherche publique très largement installé dans un système statutaire jugé a priori « inefficace ».

L’objectif est d’accroître la productivité de la recherche en créant plus d’incitations, de hiérarchie et de concurrence. Plutôt que de revaloriser tous les salaires (qui ont décroché par rapport au secteur privé et à l’étranger), on récompense davantage les meilleurs chercheurs, les meilleurs laboratoires, les meilleures universités pour inciter tout le milieu scientifique à travailler plus et mieux. L’outil premier de cette politique est l’Agence nationale de la recherche (ANR), grande bénéficiaire de la loi, qui répartit une part croissante des budgets par appels d’offres, permettant une mise en concurrence des projets de recherche et la mise en avant de thématiques ou méthodologies prioritaires en cohérence avec la politique du gouvernement.

Chercheurs « précaires »

La même logique a été appliquée depuis 2007 par le programme « Investissements d’avenir » aux laboratoires, formations doctorales, universités et grandes écoles. C’est désormais au Haut Conseil de l’évaluation de l’ESR (HCERES) de piloter l’évaluation à tous les niveaux. Cette restructuration, qui tranche avec l’évaluation de la recherche par les pairs, semble être la clé de voûte de la politique suivie, comme en témoigne le fait que Thierry Coulhon, l’un des architectes des réformes depuis le cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Pécresse (2007-2011), jusqu’à celui du président Macron, a quitté récemment cette fonction pour prendre la présidence du HCERES.

More signs of natural cooperation. Credit: OUr Enchanted Garden, 2005
Without the assistance of ants in the garden, this peony would not be able to open up properly – one bit me the other day when I put the support rings up – yikes! Guess the ant didn’t think I was cooperating too!

Continuer la lecture

13 octobre. Marseille

13 octobre, Marseille (c) Ch. Rabier

(c) Christelle Rabier, 13 octobre 2020

De l’expertise à l’action politique : sur la désertification scientifique du territoire français

La fabrique de la loi #31

← Article précédent

Article suivant­ →

Il arrive souvent que les travaux de recherche soutiennent certaines initiatives législatives ; et que chercheurs et chercheuses spécialistes de la loi en préparation soient auditionnés. Avec la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, etc., à côté des syndicats, et des groupes d’intérêt habituels, n’ont été sollicitées que les spécialistes d’études de genre. C’est pourquoi l’initiative des géographes qui n’ont pas encore été sollicité·es par les institutions vient à point nommé, au moment où Laure Darcos a clôturé les auditions de la Commission des Affaires culturelles et rédige le rapport préalable à l’examen en commission.

De fait, la question de l’égalité des territoires et du rôle majeur de ces établissements scientifiques et universitaires sur ces territoires : emploi, réponse à une demande publique, animation scientifique et culturelle, etc.Donnons ici trois exemples. 

  • À Fos-sur-Mer, à la demande du maire, un programme de recherche associant anthropologues, sociologues et épidémiologues de Marseille a conduit à la mise en évidence d’un problème majeur de santé publique liée à la pollution atmosphérique et à l’action de l’ARS Paca.
  • Dans la région de Brest — et bien au-delà — l’IFREMER est régulièrement sollicitée pour assister les patrons-pêcheurs et les collectivités territoriales dans leurs problématiques halieutiques et environnementales.
  • Enfin, à l’Avignon, après une alerte sanitaire lancée par les médecins du service d’Oncologie-Hématologie du Centre hospitalier d’Avignon, un projet de recherche-action assuré par une équipe de médecins, et de chercheur·ses en sciences sociales et en santé publique (GISCOP84), a débuté pour explorer les expositions professionnelles des patient·es pouvant expliquer les cancers en forte augmentation.

Ces trois exemples attestent de l’originalité, de la créativité comme de l’utilité sociale des universités au plus près des territoires français. En concentrant davantage de moyens sur quelques établissements centraux, la LPR retire à l’ensemble des universités françaises les moyens d’agir et de répondre efficacement aux besoins des collectivités. C’est ce que démontre l’analyse ci-dessous. Un amendement (AC198) avait été proposé, pour pallier les graves insuffisance de la LPR en matière d’aménagement du territoire, il a malheureusement été rejeté.


Vers une désertification scientifique et universitaire du territoire français ?

En l’absence d’une concertation suffisante avec les représentants légitimes des territoires et de toute consultation des citoyens, la LPR Loi de Programmation de la Recherche tourne résolument le dos à plus d’un demi-siècle d’efforts de décentralisation et de politique d’aménagement du territoire en France. Une telle politique est non seulement injuste mais aussi inefficace car l’accumulation des financements et ressources en quelques lieux rares ne paie pas. Elle néglige l’importance cruciale des effets positifs de la proximité et de la mise en réseau. Ses promoteurs semblent avoir imité sans réfléchir des expériences internationales aujourd’hui remises en cause. Et ils ne semblent pas non plus avoir tiré les leçons des crises successives des Gilets Jaunes et de la Covid-19.

Cette analyse transmise à nos députés, sénateurs s’inscrit dans la droite ligne des critiques émises par différentes instances, dont le CESE et le Comité National de la Recherche Scientifique. Elle n’en reprend pas les principaux points auxquels elle adhère, mais ambitionne de souligner la manière dont la LPR ignore les effets bénéfiques d’une recherche en réseau, aux multiples entrées territoriales.

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et de chercheurs de l’Université de Paris et du CNRS : Sophie Baudet-Michel, Sandrine Berroir, Claude Grasland, Marianne Guérois, Malika Madelin, Marion Maisonobe, Pierre Pistre, Josyane Ronchail, Christine Zanin

1. La remise en cause d’un demi-siècle d’aménagement du territoire

Des inégalités croissantes entre les régions et les départements

L’aménagement du territoire, cette « ardente obligation » selon le mot du général de Gaulle, semble bien mis à mal par la concentration croissante des moyens publics de recherche et de l’enseignement supérieur au profit d’un très petit nombre de campus et d’initiatives d’excellences. Si l’on s’en tient à ces dernières (IDEX), force est de constater qu’elles ne concernent que 5 des 18 régions françaises et aucune en dehors du territoire métropolitain. Les disparités ne sont pas moins considérables à l’intérieur des quelques régions favorisées où ce sont les départements les plus riches et surtout les nouvelles métropoles régionales issues de la fusion des régions antérieures qui concentrent les investissements d’avenir.

Continuer la lecture

Les Conseils centraux de l’EHESS demandent le retrait de la LPPR

Le Comité technique (18 juin), le Conseil d’administration (26 juin) et le Conseil scientifique (30 juin 2020) de l’EHESS ont voté trois motions concordantes.

Motion du CT de l’EHESS

À la veille du confinement, au mois de mars dernier, l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche était traversée depuis plusieurs mois par un ample mouvement de protestation vis-à-vis des projets de loi sur les retraites et de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), ponctué de nombreuses actions et d’une forte mobilisation (notamment lors de la journée « le 5 mars, l’université et la recherche s’arrêtent »). Les personnels et étudiants de l’EHESS et de nombreuses instances de notre établissement ont clairement exprimé leur désaccord avec les projets du gouvernement (Assemblée des enseignants, Conseil scientifique, mentions de Master, conseils de laboratoire des unités de recherche, comités des rédactions des revues, etc.).

Les conditions qui ont suscité la mobilisation contre la LPPR sont toujours en vigueur à l’heure actuelle. Pourtant, le gouvernement a décidé de passer outre. Le ministère a mis à l’ordre du jour la LPPR lors de plusieurs instances nationales convoquées en visio-conférences (CNESER les 12 et 18 juin, CTMESR le 19 juin) et sa soumission au conseil des ministres est programmée pour le 8 juillet.

La poursuite de ce projet de réforme, contesté durant tout l’hiver par l’ensemble de la communauté universitaire, survient alors que les universités et laboratoires ont été fermés quatre mois durant, et doivent dans l’urgence dresser le bilan de cette période, notamment de l’usage du numérique et des enseignements à distance, pour préparer la rentrée 2020 dans des conditions très contraignantes. L’accélération de l’agenda politique participe, dans ce contexte, d’une véritable falsification du débat démocratique. Conçue pour enrayer la « perte de rationalité dans nos sociétés » et la « perte de crédit de la parole scientifique » (rapport annexe au projet de loi, p. 5-6), la soumission de ce projet de loi consacre une démonétisation profonde de la parole législatrice.

Les membres du CT de l’EHESS se déclarent opposés au projet de LPPR et en plein accord avec les prises de positions déjà exprimées dans notre établissement à ce sujet. Ils se joignent à l’opposition unanime des organisations représentatives du personnel et des étudiant·e·s de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) exprimés ces dernier jours à la suite de l’annonce gouvernementale.

Vote lors de la séance du CS du 30 juin 2020 : 12 pour, 0 contre, 3 abstentions.
 

Continuer la lecture

Comment peut-on encore prétendre à une quelconque « continuité pédagogique » ?

 

Paris, le 30 mars 2020

Monsieur le Président,

Dans votre mail du 25 mars 2020, vous appelez à la   reprenant sans distance un mot d’ordre du gouvernement qui vise à donner l’illusion d’une normalité en cette période troublée. Mais face à cette année si particulière, comment peut-on encore prétendre à une quelconque continuité ?

Dès le 5 décembre, dans le contexte de la mobilisation contre la contre-réforme des retraites, à peine un mois après le début de l’année universitaire, la fermeture administrative de l’EHESS a empêché les étudiant·es de se réunir, de se mobiliser, mais aussi d’étudier dans des conditions favorables. Il n’a jamais été question, alors, de « continuité pédagogique ».

Avec la poursuite de la mobilisation, de nombreux séminaires ont été annulés du fait de la grève, qui a été suivie aussi bien par des étudiant-e-s que des enseignant-e-s ainsi que des membres du personnel administratif.

Depuis début mars et la propagation du Covid-19 en France, la fermeture des établissements universitaires, puis le confinement total décrété par le gouvernement, sont venus perturber les activités d’enseignement et le travail des étudiant·es. En effet, nous ne sommes pas tou·te·s égales et égaux face à ces mesures sanitaires. Au contraire les mesures de confinement accentuent la précarité et les inégalités :

    • les étudiant·es salarié·es sont confronté·es à des pertes partielles ou totales de revenus ;
    • beaucoup doivent composer avec un surplus de tâches domestiques, notamment celleux qui doivent prendre en charge des proches malades ou à risque ;
    • un certain nombre d’étudiant·es sont déjà ou vont tomber malades et ne sont ou ne seront pas en mesure de continuer leur travail universitaire ;
    • pour celleux qui sont resté·es dans des logements étudiants ou insalubres, les effets du mal-logement s’en voient accentués ;
    • enfin, la fracture numérique limite la possibilité pour certain-e-s de poursuivre leurs activités, salariées ou universitaires, qui nécessitent une connexion internet.

Au-delà des conséquences matérielles, la pandémie et le confinement produisent une situation extrêmement anxiogène pour nombre d’entre nous : il faut faire face à l’isolement sur une période prolongée, et à durée indéterminée ; aux inquiétudes, pour soi et pour ses proches (en particulier pour les étudiant-e-s étranger-e-s, et tou-te-s celleux qui sont éloigné-e-s de leurs familles) ; à la détresse psychologique que peut provoquer cette situation de crise. Le caractère policier et répressif de la gestion de la pandémie par le gouvernement ne fait qu’accentuer cette détresse.

La gravité de la situation était pourtant pressentie, et les mesures radicales qui ont dû être prises étaient connues et préconisées depuis plusieurs semaines par des organisations internationales (rapport de l’OMS du 31 janvier). On ne peut que regretter l’impréparation du gouvernement, mais aussi de L’École, face à cette crise qui laisse de côté nombre d’entre nous.
Dans ce contexte, ce que la direction qualifie de « continuité pédagogique » (maintien des cours et des validations, priorisation de la recherche coûte que coûte) témoigne d’une méconnaissance de la gravité de la situation et de ses conséquences sur la précarité étudiante. Les inégalités matérielles des situations aggravées par le confinement et la pression psychologique que subissent déjà nombre d’étudiant-e-s ne sont pas prises en compte par la présidence. L’injonction aux validations et à la poursuite du travail universitaire ne fait que renforcer les inégalités et les doutes que beaucoup ressentent, depuis la mobilisation, sur le sens de la recherche. Les incitations à nous « nourrir » de cette crise (validations de travaux universitaires sur le confinement, etc) apparaissent particulièrement déconnectées des réalités que nous vivons, et des expériences que traversent celles et ceux sur qui on nous invite à « enquêter » en temps de crise.

La précarité engendrée ou aggravée par cette crise sanitaire doit être prise en charge. Ce sont aujourd’hui de nouvelles solidarités, familiales et locales, ainsi que les initiatives des groupes mobilisés ces derniers mois, qui pallient les effets de la crise. Ces solidarités sont le résultat d’une défaillance de l’État et des institutions compétentes. La casse des services publics, généralisée depuis des dizaines d’années de politiques néolibérales et accentuée par le gouvernement actuel, met en danger des millions d’entre nous. Il est et sera alors urgent de se saisir de cette crise afin de penser notre système socio-politique pour le maintien de nos acquis sociaux.

C’est dans ce contexte, que le comité de mobilisation rappelle le caractère exceptionnel de cette année universitaire, et les conditions défavorables au maintien des validations, dénoncées depuis des mois par l’Assemblée générale. Il est inenvisageable de maintenir les modalités d’évaluation prévues. Le comité de mobilisation exige la validation automatique des années. Le rendu du mémoire pour les M1, s’il est maintenu, ne peut donner lieu à une note conditionnant le passage à l’année suivante, mais doit permettre une véritable « continuité pédagogique ». Ce sera alors l’occasion d’expérimenter les seuls retours qualitatifs sous la forme d’appréciations et de retours critiques de notre travail.

Plutôt qu’une pseudo continuité pédagogique, nous demandons la mise en place d’un accompagnement individuel et personnalisé en direction de tou-te-s les étudiant·es, afin de rompre avec l’isolement engendré par cette année anormale, et, sur le long terme, en finir avec l’atomisation des étudiant·es au sein de l’EHESS.

Pour répondre à l‘urgence de la situation exceptionnelle qui précarise encore plus les étudiant-e-s, nous demandons la mise En place d’aides financières pour elles et eux. Nous appelons la Présidence à entamer un travail de recensement auprès des étudiant·es, des difficultés qu’elles et ils subissent et ainsi, développer une large communication concernant les différentes ressources financières (bourses, aides, logement, matériel) auprès de toutes et tous.Ce travail doit être effectué à l’échelle de toute l’Ecole, et sans le déléguer aux tuteurs et tutrices, dont l’engagement pédagogique est inégal. Il faut avoir à l’esprit que les bourses sur critères sociaux sont aujourd’hui trop faibles et trop restreintes. Ainsi, l’attribution des bourses n’est pas suffisante pour établir un diagnostic quant aux personnes précaires au sein de l’école et l’étendue des personnes vulnérables en cette période de crise.

En ce sens, nous vous signalons l’initiative de l’université de Saint-Denis. Il s’agit d’un questionnaire en ligne pour connaître la situation matérielle des étudiant-e-s : A l’université de la Sorbonne Nouvelle, des bons d’urgence à hauteur de 100€ sont distribués aux étudiant-e-s en faisant la demande. Le mail du CROUS relayé aujourd’hui sur TLM est une réponse insuffisante aux difficultés rencontrées par les étudiant·Es et ne dispense aucunement la présidence d’apporter une aide aux étudiant-e-s de l’École. Dans votre mail du 20 mars 2020, soit il y a maintenant 10 jours, vous avez écrit : « Nous réfléchissons également activement aux possibilités de soutien matériel que l’Ecole pourra apporter aux plus fragiles d’entre elles et eux. » Quel soutien apportez vous aujourd’hui aux étudiant·es ?

Nous revendiquons par ailleurs, de manière plus globale, une revalorisation des bourses pour tou·te·s les étudiant·es. Enfin, le comité de mobilisation entamera prochainement une réflexion, à laquelle tou·te·s sont invité·es à se joindre, autour de la précarité étudiante, dans le but de voir émerger des revendications quant à un véritable statut étudiant, avec par exemple, un salaire étudiant pour toutes et tous.

Le comité de mobilisation de l’EHESS