« Parité, j’écris ton nombre » : 1 femme vaut 0,9 homme au Ministère de l’écologie

Au Journal officiel du jour est paru l’arrêté suivant qui nous donne la composition de la commission administrative paritaire compétente au Ministère chargé du réchauffement climatique – pardon, de la transition écologique.

Quelle suprise de découvrir nous seulement la composition statutaire, mais aussi l’idée assez particulière que ledit ministère se fait de la parité, soit de l’égalité entre les hommes et les femmes.

Comment, en effet, compte tenu d’une commission composée de 8 personnes, 4 titulaires et 4 suppléant·es, parvenir aux ratios indiqués ? Soit une composition de 2.6848 femmes et de 5.3152 hommes,à  charge à eux et elles de se répartir des fractions non entières comme iels souhaitent se définir ? 

Ou alors, en comptant qu’une femme représente 0,9 homme, on parvient à peu près au sex ratio indiqué. Tout est en ordre

Enceinte contre le système

Encore une “Baby Battle”

  • par Viviane Pons, openpyviv, 17 janvier 2022

On pourrait penser qu’un institut aussi prestigieux que le CNRS est à la pointe sur la question de l’égalité homme / femme. On pourrait espérer qu’il soit pionnier et leader, montrant l’exemple à la fois aux secteurs publics et privés. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas1.

De façon tout à fait fortuite, j’ai découvert l’histoire de plusieurs jeunes femmes ayant réussi le prestigieux concours de chargée de recherche au CNRS alors qu’elles étaient enceintes. J’ai appris qu’il existait une loi spécifique à l’obtention des concours de la fonction publique en étant enceinte. Et surtout, j’ai été choquée par les conditions de prises de poste qu’ont dû subir ces jeunes femmes. Je vous partage ici à la fois mes découvertes, mon indignation et le sens de ce combat dans le milieu de la recherche.

La loi

Vous connaissez sans doute les concours de la fonction publique française avec leurs qualités (égalité de traitement, uniformité du recrutement) et aussi leurs défauts (rigidité tendant parfois à l’absurde). Cette rigidité qui doit garantir l’uniformité et l’égalité théorique a parfois pour conséquences des inégalités très concrètes comme quand les candidats des départements hors métropole doivent passer des épreuves de concours à des heures absurdes pour traiter les mêmes sujets (et au même moment) que ceux du fuseau horaire principal.

On retrouve cette rigidité dans l’ensemble de la fonction publique et en tant qu’agente de cette fonction publique, maîtresse de conférences titulaire (donc sur concours), je m’arrache souvent les cheveux dans des imbroglio administratifs, cherchant à maintenir un cap cohérent et humain dans une mer de bureaucratie.

En effet, les règles nationales qui doivent s’appliquer à tous et toutes ont parfois du mal à prendre en considération tous les cas particuliers que sont les très nombreux agents et agentes du service public. Comment faire par exemple lorsqu’une femme a réussi le fameux concours et qu’elle est enceinte ? Comment peut-elle prendre son poste alors que cela tombe, par exemple, en plein dans son congé maternité ? Eh bien, il se trouve que ce cas particulier précis a été pris en compte. (Oh miracle !)

Voici le texte du Décret n°94-874 du 7 octobre 1994 fixant les dispositions communes applicables aux stagiaires de l’Etat et de ses établissements publics

La nomination en qualité de fonctionnaire stagiaire d’une femme qui, ayant satisfait à l’une des procédures de recrutement prévues aux articles 19 et 26 de la loi du 11 janvier 1984 susvisée, se trouve en état de grossesse est reportée, sur la demande de l’intéressée, sans que ce report puisse excéder un an.

Il est donc possible pour une femme enceinte de reporter sa prise de poste si elle le souhaite. Elle n’y est pas obligée. Par exemple, si son accouchement est prévu un peu plus tard, elle peut tout à fait prendre son poste et bénéficier de son congé. Mais cette possibilité de report lui donne une certaine flexibilité bienvenue.

Je n’ai aucune idée du contexte dans lequel cette loi a été écrite. Elle date de 1994, sous le gouvernement de Balladur. J’ai une pensée pour ce ou cette députée ou peut-être assistant-e parlementaire qui a pensé à ajouter cet article, qui s’est rappelé que “être enceinte” était une situation en réalité tout à fait courante et normale et que cela devait être pris en considération dans la loi.

Cependant, bien que je sois moi-même agente du service public, entourée de nombreux autres agents et agentes que ce soit mes collègues universitaires ou mes amis profs, je n’avais jamais entendu parler de cette loi avant cet automne. J’ai l’impression que cette loi est assez méconnue et que de nombreuses agentes n’en ont pas connaissance alors même qu’elles auraient pu en bénéficier. Et j’ai même des indices qui me laissent penser que les institutions elles-mêmes ne la connaissent pas toujours.

On pourrait penser qu’un institut aussi prestigieux que le CNRS et qui a mis en place différentes actions pour diminuer les inégalités hommes / femmes et donner aux femmes scientifiques la place qu’elles méritent2, est à la pointe sur cette question. On pourrait penser que le CNRS soit pionnier et leader, montrant l’exemple à la fois aux secteurs publics et privés, non seulement en appliquant la loi mais en soutenant au maximum ses nouvelles agentes. C’est ce que je voudrais en tant que chercheuse. Je ne suis pas moi-même agente permanente du CNRS mais il est une figure incontournable du paysage de la recherche française. C’est pour ça que les témoignages ci-dessous m’ont particulièrement déçue et mise en colère et que j’ai décidé de les partager.

L’histoire de X

X est une chercheuse. Elle a obtenu le concours CNRS il y a quelques années.  À l’époque, elle était postdoc au Canada, déjà maman d’une petite fille et enceinte d’un second enfant. Elle est heureuse, heureuse d’avoir réussi ce concours particulièrement sélectif, heureuse d’avoir une perspective d’avenir stable dans la recherche. Elle est aussi surprise, elle ne s’y attendait pas. Les résultats du concours arrivent à la fin du printemps, la prise de poste en octobre. X doit accoucher en novembre. Elle avait prévu de s’installer dans une nouvelle ville (toujours au Canada) pour profiter de ses 32 semaines de congé maternité fédéral (contre 16 en France). Son compagnon a un poste là bas.

Alors, X demande : est-il possible de repousser sa prise de poste d’un an ?

Encore une fois, X est très heureuse d’avoir obtenu ce poste. Elle est tout à fait prête à s’installer en France avec sa famille, elle a juste besoin d’un peu de temps. On parle ici d’un poste à vie pour faire de la recherche, un an de plus ou de moins, ça ne change pas grand chose.

La réponse du CNRS arrive : non, ce n’est pas possible. Les règles du CNRS autorisent un report de poste jusqu’au 1er février au maximum. X est un peu dépitée. Non seulement la réponse est négative mais il n’y a pas beaucoup de sympathie pour sa situation personnelle. On ne lui propose aucune solution alternative. Au mois de février, elle aura un bébé de quelques mois, on sera en milieu d’année scolaire pour sa fille, son compagnon pourra difficilement quitter son travail. Elle se renseigne : peut-elle être affectée temporairement dans l’unité internationale du CNRS qui se trouve justement là où elle est ? Non. Elle demande si elle peut prendre un congé pour suivi de conjoint ? Peut-être un congé parental ? Ce sont des choses auxquelles elle a le droit. On lui répond “non”, ou alors on ne lui répond pas du tout. Dans ces échanges, elle sent une certaine lassitude de l’institution. Elle a l’impression d’être embêtante , demandeuse. Elle finit par abandonner.

Mallow Baby, above Skunk Creek, Peoria Arizona. Credit: Anne Reeves, 2016

Continuer la lecture

  1. Contrairement aux posts précédents, j’ai décidé d’écrire en français. En effet, cet article concerne de façon plus spécifique la loi française, avec même des subtilités de langage, et les institutions françaises. J’utilise donc ma propre langue pour le rendre plus accessible à la communauté universitaire française. []
  2. NDLR: Nous ne partagons pas cette appréciation. Il y a un écart entre la communication de la direction, la (remarquable) information assurée par la Mission pour la place des femmes au CNRS, non décisionnaire, et les pratiques de gestion de personnel qui dénote un réel sexisme : cf. par ex, sur Academia, Déclassements en série au CNRS, 16 juin 2017: Le CNRS et la parité en temps réel, 23 février 2019; Le CNRS et la parité en temps réel (II): le cadeau du 8 mars, 8 mars 2019; Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS, 28 avril 2019, sans même parler de la croyance à un darwininsme social sexiste de l’actuel pdg ou des effets délétères de la LPR (La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh, 18 septembre 2020.). []

Lutte contre les violences masculines à l’université : un… appel à projet du MESRI

Plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans le supérieur : focus sur trois projets collaboratifs

Le ministère de l’Enseignement supérieur a lancé un appel à projets pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, doté de 727.600 euros, pour un montant moyen de 14.500 euros de subvention par projet. Le comité de sélection, qui a rendu sa décision le 25 novembre [2021], a été particulièrement sensible aux dispositifs mutualisés entre plusieurs établissements. Cinquante projets ont été retenus.

Continuer la lecture

Pour un environnement professionnel sécurisant et ouvert à la diversité

Le titre de ce billet reprend le sous-titre d’une charte récemment mise en place par l’Institut de recherche en informatique fondamentale (Irif) de l’Université de Paris.

Chacune et chacun d’entre nous doit pouvoir évoluer dans le meilleur environnement de travail possible, que ce soit dans les locaux du laboratoire ou en dehors (missions, colloques, comités…). En s’appuyant sur des valeurs fondatrices, telles que les principes d’égalité, de transparence et de respect mutuel, l’IRIF cherche à assurer un environnement de travail garantissant à toutes et tous l’égalité de traitement et des chances, ouvert à la diversité, sécurisant, respectueux et exempt de discrimination et de harcèlement.

— Préambule de la Charte des membres de l’Irif

Cet institut de recherche vient en effet de mettre au point une charte assez détaillée reprenant un certain nombre de recommandations et prescriptions de nature à favoriser ce « meilleur environnement de travail possible ».

Il s’appuie pour cela le rappel de certains articles de loi (article 6bis de la loi 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, articles 222-33 et 222-22-2 du code pénal concernant le harcèlement sexuel ou moral, articles 225-1 et 225-1-1 du code pénal concernant la discrimination), le réglement intérieur concernant la lutte contre le harcèlement sexiste et sexuel en vigueur à l’Université de Paris, les recommandations (8 juillet 2020) de l’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I) du CNRS, le code de déontologie scientifique du CNRS, ainsi que sur des chartes extérieures, telle la charte d’Engagement LGBT+ de L’Autre Cercle.

Les trois premières pages du document sont organisées suivant trois grands thèmes :

  • Égalité de traitement et de chances, ouverture à la diversité;
  • Dignité personnelle, respect du travail et des personnes;
  • Protection contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel,

et sont complétées par une vingtaine de situations concrètes accompagnées de recommandations, voire de prescriptions, plutôt précises.

Elles indiquent aussi, à l’attention des victimes, un certain nombre d’interlocuteurs, proches ou non, susceptible de les écouter et de les aider.

Enfin, ce document insiste sur la responsabilité de la direction du laboratoire « qui est là pour porter aide et secours à toute personne de l’Irif, membre ou visiteur. »

Les enjeux du projet de loi de programmation de la recherche : réalité ou fiction ?

La fabrique de la loi #51

← Article précédent

Article suivant­ →

  • par Florent Figon

Nous proposons ici d’analyser cinq enjeux de la LPR en utilisant les données statistiques fournies par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi que des bilans sociaux1.

Ces enjeux — attractivité de la recherche française, égalité femme-homme, etc. — ont permis de légitimer certaines des mesures proposées, telles que les chaires de professeur junior (CPJ ou tenure-tracks). Nous ne discuterons pas des effets de ces mesures mais nous chercherons à savoir si les diagnostics qui les sous-tendent sont réels ou fictifs.

https://www.flickr.com/photos/nine2ninetysix/30344678166/in/photolist-NespCj-qKSbme-CnPfaq-9epTwT-6yp3ke-JJcbMn-Lcs1qz-2jp6rYK-yJJ6W8-JHBLSZ-2jLqPTd-3wW9qW-5yw9zE-LNJYN7-rtSERo-NMCYHj-Uumoo7-LLCoZ-uDoiM-7p4pbd-i59R8u-4frmBY-e14yec-CndfK-2a4FGeL-TNFPqY-2qm7f-8DLQG8-9MwpWU-8DPXtd-bBPDUV-bFuB94-3fjKQS-4AbDww-2bnqbd-23dQRXx-cTdRQ3-5vGAnW-3wStUc-5avAD-2aPw6e9-6AQzAW-2aPw7vC-5ipEnr-8afbYi-2dvB8RE-PPWyMK-e5oGA-2Bs6kk-bkssFc

Edge, by Harry McGregor, 2016

En préambule, nous tenons à préciser que l’idée n’est pas de dire que tout va bien dans l’ESR, loin de là. Nous pensons au contraire que la situation est préoccupante à plusieurs titres (voir la partie sur la précarité). Nous souhaitons ici documenter en quoi la LPR se base sur un certain nombre de prémisses erronées ou exagérées.

Enjeu n°1 : la place de la France dans la recherche mondiale

La France est-elle en train de décrocher dans l’arène mondiale ?

Continuer la lecture

  1. Voir les sources en fin d’article. []

Le Haut Conseil à l’Égalité femmes-hommes recadre la loi

La fabrique de la loi #19

← Article précédent

Article suivant­ →

Le Haut Conseil à l’Égalité femmes-hommes établit une note Vigilance égalité lorsqu’une loi susceptible d’aborder ces problématiques arrive au Parlement. Avec la Loi de programmation pour la Recherche, le Haut Conseil était donc servi. À l’occasion d’une table-ronde qui s’est tenue le jeudi 10 septembre 2020, il a auditionné quatre chercheuses et un chercheur, en présence-absence du conseiller auprès de la ministre, en charge de la recherche, de l’innovation et de l’industrie, Jean-Philippe Bourgouin1.

La LPPR ayant fait déjà l’objet de virulentes critiques, renouvelées avec l’épidémie, puis au moment des auditions à la Commission des Affaires culturelles, Academia attendait avec impatience l’analyse du Haut Conseil à l’égalité. Nous en publions le texte, ainsi que les liens vers les communications des participant·es à la table ronde.


L’égalité entre les femmes et les hommes : un impensé du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche ?

16 septembre 2020

Alors que le projet de loi de programmation pluriannuelle de recherche 2021-2030 est discuté à l’Assemblée nationale, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE) a organisé une table ronde, le 10 septembre, avec des chercheur et chercheuses spécialistes du genre afin de pouvoir contribuer aux débats tant publics que parlementaires.

Cette future loi-cadre poursuit l’objectif principal de réinvestir massivement dans la recherche et l’innovation pour juguler le décrochage de la France dans la compétition internationale. Si des retombées positives sont à attendre de cet investissement de 25 milliards d’euros sur 10 ans, pour les hommes comme pour les femmes, tant dans le financement des appels à projets que dans la lutte contre la précarité par l’instauration de nouveaux dispositifs contractuels et une revalorisation indemnitaire, les chercheuses et chercheur consulté.es font un constat unanime : l’impact de ces mesures sur les femmes n’a pas été analysé que ce soit dans la configuration des carrières, la composition des instances, l’évaluation des dispositifs, ou encore dans l’accès aux financements, ou le contenu de la recherche, dans un contexte très inégalitaire entre les femmes et les hommes,

Grâce à la contribution enrichissante des spécialistes interrogé·es, le HCE souhaite en publiant cette Vigilance égalité :

  •  redonner toute leur visibilité aux inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes dans le monde de la recherche et les incidences de certaines dispositions du texte de loi, apparemment neutres, mais qui risquent de segmenter plus encore le marché du travail et accentuer la précarité des femmes;
  • apporter quelques éclairages et pistes de réflexion sur une utilisation plus constructive des financements publics pour œuvrer en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes ;

  • rappeler l’importance d’une dynamique paritaire des comités de sélection pour les carrières et de distribution pour les financements ;

  • attirer l’attention sur une approche innovante de la recherche : soutenir les études de genre et adopter une approche de genre dans toutes les disciplines.

Pour le HCE, une loi de programmation pluriannuelle ne peut faire l’économie d’inscrire l’égalité entre les femmes et les hommes au cœur même de son texte, sans la renvoyer à des protocoles d’accord parallèles. C’est à ce prix que la France pourra retrouver le chemin de l’innovation.

Le HCE estime qu’il est urgent, au regard de la défaillance de l’étude d’impact, que les parlementaires s’emparent de cette question en amont des discussions en séance de ce projet de loi et puissent solliciter l’expertise des chercheurs et chercheuses spécialistes du genre ainsi que le HCE afin de pouvoir nourrir la rédaction de leurs amendements.

https://www.flickr.com/photos/vlastimil_koutecky/9208635428/in/photolist-f2JEum-bDMtD-mbyi4-7cUfY9-7cUgoy-4HVMf-73a6iz-YXhkhE-dXvSBo-5H8f5G-okk7-4gMBP3-48pSHV-4wPAq-7HejD-rxqN5-bM5Nj8-2bysVQw-9e6m8-cxH23o-U8EG2S-jxTsX-dAjUj-aXM9Jc-7yZqk3-b8vPBa-9LNzEf-6WjL-zGF53X-8g8T4o-5xyAt-3pkavp-daGKeC-dZGw1R-9EiYyM-jxTLk-YCYZxL-9ECX1M-mirwLS-3S7ZAK-gUfeV-4rb48E-27bJt-3nJxUm-fxzX-3nE3T6-3nJxHf-bPbPp-4kurVh-bVS1d3

Être précis·e. Needle, par Vlastimil Koutecký, 2015

 



 

Table-ronde, avec les interventions de

Continuer la lecture

  1. NDLR. Nommé par arrêté du 30 juillet 2020, M. Bourgouin, ancien élève de l’ENS Cachan, docteur en sciences physiques, a dirigé le laboratoire d’électronique moléculaire au Commissariat à l’énergie atomique entre 2001 et 2008 avant de diriger plusieurs programmes au CEA. Dès juin 2017, il entre au Cabinet Vidal comme Conseiller spécial à la recherche. Selon nos informations, c’est lui qui mène la plupart des discussions sur la LPPR pour la Ministre. Pour celles et ceux qui ont eu affaire à lui, il est décrit comme un homme aimant s’écouter, en particulier la langue technocratique dont il abuse, mais qui n’écoute pas ses interlocuteurices.
    Le 10 septembre, “devant partir”, il a écouté 3 personnes, puis parler pendant près d’une heure, avant de s’éclipser au milieu de 4e exposé. Les intervenantes avec lesquelles Academia a pu s’entretenir ont jugé le personnage caricatural : aux objections des manquements de la loi, il précisait qu’elle allait être retravaillé ; aux critiques, que ses interlocuteurices n’avaient rien compris. Incompétence et suffisance semblent être les deux mamelles du Ministère et de ses conseillers. []