Pour un environnement professionnel sécurisant et ouvert à la diversité

Le titre de ce billet reprend le sous-titre d’une charte récemment mise en place par l’Institut de recherche en informatique fondamentale (Irif) de l’Université de Paris.

Chacune et chacun d’entre nous doit pouvoir évoluer dans le meilleur environnement de travail possible, que ce soit dans les locaux du laboratoire ou en dehors (missions, colloques, comités…). En s’appuyant sur des valeurs fondatrices, telles que les principes d’égalité, de transparence et de respect mutuel, l’IRIF cherche à assurer un environnement de travail garantissant à toutes et tous l’égalité de traitement et des chances, ouvert à la diversité, sécurisant, respectueux et exempt de discrimination et de harcèlement.

— Préambule de la Charte des membres de l’Irif

Cet institut de recherche vient en effet de mettre au point une charte assez détaillée reprenant un certain nombre de recommandations et prescriptions de nature à favoriser ce « meilleur environnement de travail possible ».

Il s’appuie pour cela le rappel de certains articles de loi (article 6bis de la loi 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, articles 222-33 et 222-22-2 du code pénal concernant le harcèlement sexuel ou moral, articles 225-1 et 225-1-1 du code pénal concernant la discrimination), le réglement intérieur concernant la lutte contre le harcèlement sexiste et sexuel en vigueur à l’Université de Paris, les recommandations (8 juillet 2020) de l’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I) du CNRS, le code de déontologie scientifique du CNRS, ainsi que sur des chartes extérieures, telle la charte d’Engagement LGBT+ de L’Autre Cercle.

Les trois premières pages du document sont organisées suivant trois grands thèmes :

  • Égalité de traitement et de chances, ouverture à la diversité;
  • Dignité personnelle, respect du travail et des personnes;
  • Protection contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel,

et sont complétées par une vingtaine de situations concrètes accompagnées de recommandations, voire de prescriptions, plutôt précises.

Elles indiquent aussi, à l’attention des victimes, un certain nombre d’interlocuteurs, proches ou non, susceptible de les écouter et de les aider.

Enfin, ce document insiste sur la responsabilité de la direction du laboratoire « qui est là pour porter aide et secours à toute personne de l’Irif, membre ou visiteur. »

Les enjeux du projet de loi de programmation de la recherche : réalité ou fiction ?

La fabrique de la loi #51

← Article précédent

Article suivant­ →

  • par Florent Figon

Nous proposons ici d’analyser cinq enjeux de la LPR en utilisant les données statistiques fournies par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi que des bilans sociaux1.

Ces enjeux — attractivité de la recherche française, égalité femme-homme, etc. — ont permis de légitimer certaines des mesures proposées, telles que les chaires de professeur junior (CPJ ou tenure-tracks). Nous ne discuterons pas des effets de ces mesures mais nous chercherons à savoir si les diagnostics qui les sous-tendent sont réels ou fictifs.

https://www.flickr.com/photos/nine2ninetysix/30344678166/in/photolist-NespCj-qKSbme-CnPfaq-9epTwT-6yp3ke-JJcbMn-Lcs1qz-2jp6rYK-yJJ6W8-JHBLSZ-2jLqPTd-3wW9qW-5yw9zE-LNJYN7-rtSERo-NMCYHj-Uumoo7-LLCoZ-uDoiM-7p4pbd-i59R8u-4frmBY-e14yec-CndfK-2a4FGeL-TNFPqY-2qm7f-8DLQG8-9MwpWU-8DPXtd-bBPDUV-bFuB94-3fjKQS-4AbDww-2bnqbd-23dQRXx-cTdRQ3-5vGAnW-3wStUc-5avAD-2aPw6e9-6AQzAW-2aPw7vC-5ipEnr-8afbYi-2dvB8RE-PPWyMK-e5oGA-2Bs6kk-bkssFc

Edge, by Harry McGregor, 2016

En préambule, nous tenons à préciser que l’idée n’est pas de dire que tout va bien dans l’ESR, loin de là. Nous pensons au contraire que la situation est préoccupante à plusieurs titres (voir la partie sur la précarité). Nous souhaitons ici documenter en quoi la LPR se base sur un certain nombre de prémisses erronées ou exagérées.

Enjeu n°1 : la place de la France dans la recherche mondiale

La France est-elle en train de décrocher dans l’arène mondiale ?

Continuer la lecture

  1. Voir les sources en fin d’article. []

Le Haut Conseil à l’Égalité femmes-hommes recadre la loi

La fabrique de la loi #19

← Article précédent

Article suivant­ →

Le Haut Conseil à l’Égalité femmes-hommes établit une note Vigilance égalité lorsqu’une loi susceptible d’aborder ces problématiques arrive au Parlement. Avec la Loi de programmation pour la Recherche, le Haut Conseil était donc servi. À l’occasion d’une table-ronde qui s’est tenue le jeudi 10 septembre 2020, il a auditionné quatre chercheuses et un chercheur, en présence-absence du conseiller auprès de la ministre, en charge de la recherche, de l’innovation et de l’industrie, Jean-Philippe Bourgouin1.

La LPPR ayant fait déjà l’objet de virulentes critiques, renouvelées avec l’épidémie, puis au moment des auditions à la Commission des Affaires culturelles, Academia attendait avec impatience l’analyse du Haut Conseil à l’égalité. Nous en publions le texte, ainsi que les liens vers les communications des participant·es à la table ronde.


L’égalité entre les femmes et les hommes : un impensé du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche ?

16 septembre 2020

Alors que le projet de loi de programmation pluriannuelle de recherche 2021-2030 est discuté à l’Assemblée nationale, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE) a organisé une table ronde, le 10 septembre, avec des chercheur et chercheuses spécialistes du genre afin de pouvoir contribuer aux débats tant publics que parlementaires.

Cette future loi-cadre poursuit l’objectif principal de réinvestir massivement dans la recherche et l’innovation pour juguler le décrochage de la France dans la compétition internationale. Si des retombées positives sont à attendre de cet investissement de 25 milliards d’euros sur 10 ans, pour les hommes comme pour les femmes, tant dans le financement des appels à projets que dans la lutte contre la précarité par l’instauration de nouveaux dispositifs contractuels et une revalorisation indemnitaire, les chercheuses et chercheur consulté.es font un constat unanime : l’impact de ces mesures sur les femmes n’a pas été analysé que ce soit dans la configuration des carrières, la composition des instances, l’évaluation des dispositifs, ou encore dans l’accès aux financements, ou le contenu de la recherche, dans un contexte très inégalitaire entre les femmes et les hommes,

Grâce à la contribution enrichissante des spécialistes interrogé·es, le HCE souhaite en publiant cette Vigilance égalité :

  •  redonner toute leur visibilité aux inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes dans le monde de la recherche et les incidences de certaines dispositions du texte de loi, apparemment neutres, mais qui risquent de segmenter plus encore le marché du travail et accentuer la précarité des femmes;
  • apporter quelques éclairages et pistes de réflexion sur une utilisation plus constructive des financements publics pour œuvrer en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes ;

  • rappeler l’importance d’une dynamique paritaire des comités de sélection pour les carrières et de distribution pour les financements ;

  • attirer l’attention sur une approche innovante de la recherche : soutenir les études de genre et adopter une approche de genre dans toutes les disciplines.

Pour le HCE, une loi de programmation pluriannuelle ne peut faire l’économie d’inscrire l’égalité entre les femmes et les hommes au cœur même de son texte, sans la renvoyer à des protocoles d’accord parallèles. C’est à ce prix que la France pourra retrouver le chemin de l’innovation.

Le HCE estime qu’il est urgent, au regard de la défaillance de l’étude d’impact, que les parlementaires s’emparent de cette question en amont des discussions en séance de ce projet de loi et puissent solliciter l’expertise des chercheurs et chercheuses spécialistes du genre ainsi que le HCE afin de pouvoir nourrir la rédaction de leurs amendements.

https://www.flickr.com/photos/vlastimil_koutecky/9208635428/in/photolist-f2JEum-bDMtD-mbyi4-7cUfY9-7cUgoy-4HVMf-73a6iz-YXhkhE-dXvSBo-5H8f5G-okk7-4gMBP3-48pSHV-4wPAq-7HejD-rxqN5-bM5Nj8-2bysVQw-9e6m8-cxH23o-U8EG2S-jxTsX-dAjUj-aXM9Jc-7yZqk3-b8vPBa-9LNzEf-6WjL-zGF53X-8g8T4o-5xyAt-3pkavp-daGKeC-dZGw1R-9EiYyM-jxTLk-YCYZxL-9ECX1M-mirwLS-3S7ZAK-gUfeV-4rb48E-27bJt-3nJxUm-fxzX-3nE3T6-3nJxHf-bPbPp-4kurVh-bVS1d3

Être précis·e. Needle, par Vlastimil Koutecký, 2015

 



 

Table-ronde, avec les interventions de

Continuer la lecture

  1. NDLR. Nommé par arrêté du 30 juillet 2020, M. Bourgouin, ancien élève de l’ENS Cachan, docteur en sciences physiques, a dirigé le laboratoire d’électronique moléculaire au Commissariat à l’énergie atomique entre 2001 et 2008 avant de diriger plusieurs programmes au CEA. Dès juin 2017, il entre au Cabinet Vidal comme Conseiller spécial à la recherche. Selon nos informations, c’est lui qui mène la plupart des discussions sur la LPPR pour la Ministre. Pour celles et ceux qui ont eu affaire à lui, il est décrit comme un homme aimant s’écouter, en particulier la langue technocratique dont il abuse, mais qui n’écoute pas ses interlocuteurices.
    Le 10 septembre, « devant partir », il a écouté 3 personnes, puis parler pendant près d’une heure, avant de s’éclipser au milieu de 4e exposé. Les intervenantes avec lesquelles Academia a pu s’entretenir ont jugé le personnage caricatural : aux objections des manquements de la loi, il précisait qu’elle allait être retravaillé ; aux critiques, que ses interlocuteurices n’avaient rien compris. Incompétence et suffisance semblent être les deux mamelles du Ministère et de ses conseillers. []