« Peut-on rendre la recherche “productive” ? », par un économiste de l’EHESS

En passant

« Peut-on rendre la recherche “productive”? »

  • par Pierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, Le Monde, 18 décembre 2020

Tribune. Le Parlement a adopté, le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche, malgré la très large hostilité du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), au-delà des clivages politiques habituels. Il est vrai que, tout en prétendant réaliser un « effort sans précédent », elle redresse à peine la tendance à la baisse ou la stagnation des dépenses qui affecte la recherche et l’enseignement supérieur depuis deux décennies, alors qu’elles augmentent dans la plupart des pays avancés, à partir de niveaux déjà plus élevés.

Mais l’insuffisance budgétaire n’est pas ce qui rend cette loi si impopulaire chez les chercheurs. C’est plutôt qu’elle demeure dans la continuité doctrinale des principales réformes de l’ESR depuis au moins 2002. Accusée d’être inspirée par les économistes, artisans d’une « science lugubre » qui placerait les choix purement gestionnaires au-dessus des ambitions scientifiques, cette loi s’appuie de fait sur la microéconomie des incitations et des organisations pour remettre en cause un monde de la recherche publique très largement installé dans un système statutaire jugé a priori « inefficace ».

L’objectif est d’accroître la productivité de la recherche en créant plus d’incitations, de hiérarchie et de concurrence. Plutôt que de revaloriser tous les salaires (qui ont décroché par rapport au secteur privé et à l’étranger), on récompense davantage les meilleurs chercheurs, les meilleurs laboratoires, les meilleures universités pour inciter tout le milieu scientifique à travailler plus et mieux. L’outil premier de cette politique est l’Agence nationale de la recherche (ANR), grande bénéficiaire de la loi, qui répartit une part croissante des budgets par appels d’offres, permettant une mise en concurrence des projets de recherche et la mise en avant de thématiques ou méthodologies prioritaires en cohérence avec la politique du gouvernement.

Chercheurs « précaires »

La même logique a été appliquée depuis 2007 par le programme « Investissements d’avenir » aux laboratoires, formations doctorales, universités et grandes écoles. C’est désormais au Haut Conseil de l’évaluation de l’ESR (HCERES) de piloter l’évaluation à tous les niveaux. Cette restructuration, qui tranche avec l’évaluation de la recherche par les pairs, semble être la clé de voûte de la politique suivie, comme en témoigne le fait que Thierry Coulhon, l’un des architectes des réformes depuis le cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Pécresse (2007-2011), jusqu’à celui du président Macron, a quitté récemment cette fonction pour prendre la présidence du HCERES.

More signs of natural cooperation. Credit: OUr Enchanted Garden, 2005
Without the assistance of ants in the garden, this peony would not be able to open up properly – one bit me the other day when I put the support rings up – yikes! Guess the ant didn’t think I was cooperating too!

Continuer la lecture

Agrégation du supérieur: péché capital ou grande porte du recrutement universitaire?

Répartition des candidatures par année de soutenance de la thèse

Répartition des candidatures par année de soutenance de la thèse

Faut-il supprimer l’agrégation du supérieur? Un blog qui y est favorable propose une série de billets intéressants sur ce concours universitaire. Concours national sur dossier et examen oral, il permet l’accession au grade de professeur de universités pour les  titulaires d’un doctorat ou d’une habilitation à diriger les recherches en droit, économie et en gestion. A l’occasion de la publication du décret sur les personnels enseignants-chercheurs en septembre 2014, l’agrégation se trouve placée en concurrence toute relative avec le recrutement opérant dans les autres sections universitaires; cette concurrence est toute relative, puisqu’une majorité des postes ouverts au concours de professeurs des universités doit revenir à l’agrégation. Le débat autour de la suppression de ce concours invite à réfléchir à nouveaux frais sur l’ensemble des procédures de recrutement en œuvre à l’Université.

Continuer la lecture