Caméra au poing

Omerta mode d’emploi #2

← Article précédent

Article suivant →

Gouverner Paris-1 S2 épisode 3

 

Le 30 septembre, une vidéo du professeur agrégé des facultés de droit, membre de l’École de droit de la Sorbonne (EDS), historien du droit, Aram Mardirossian devient virale sur les réseaux sociaux. À l’occasion d’un « cours » de L1 sur l’histoire de la famille, M. Mardirossian énonce un certain nombre d’énormités, que plusieurs qualifient d’homophes et de transphobes.

https://www.pantheonsorbonne.fr/communique-ladministrateur-provisoire-thomas-clay-30-septembre-2020

Communiqué de l’administrateur provisoire Thomas Clay – 30 septembre 2020

Le lendemain, 30 septembre, l’administrateur provisoire se fend d’un communiqué, condamnant les propos du professeur. Il indique que la référente égalité femmes-hommes, harcèlement et non-discrimination de l’université, Anne-Marie Leroyer — collègue dudit professeur au sein de l’EDS — a été saisie de cet incident.

Très rapidement, la rumeur enfle sur des blogs, jusqu’à un article dans Le Monde1, précisant que le parquet de Paris s’était saisi de l’affaire, afin de vérifier la légalité des propos tenus.

La veille, 1e octobre, C à vous consacre une émission entière à ce cours problématique de l’Université de Paris-1, en présence du Garde des sceaux. Après avoir projeté les séquences filmées en amphi ou sur les ordinateurs des étudiant·es à distance et mentionné le bref communiqué de Thomas Clay, la rédaction interviewe Luana, une étudiante de 2e année de droit, filmée place de la Sorbonne, précise que l’enseignant « avait une réputation ». Bien qu’avertie, Luana est partie au milieu du cours, blessée par les propos tenus. Elle ajoute que ce n’est pas la première année  que les étudiant·es se plaignent de ce professeur auprès de la scolarité de l’École de droit de la Sorbonne, une cinquantaine d’entre elleux demandant à changer de groupe pour « ne pas faire la matière avec lui », Elle conclut en disant que « ce serait bien que l’Université prenne ses responsabilités (…) par des sanctions disciplinaires, d’abord pour nous protéger ».

La rédaction conclut sur le parcours professionnel de Mardirossian, et sur la lettre qu’il a fait parvenir à la rédaction, car il refusait d’apparaître filmé à la télévision. Pour justifier les termes prononcés, il invoque notamment la liberté d’expression, soustrayant l’amphithéâtre du politique où les étudiant·es l’avaient fait entrer.

https://www.flickr.com/photos/96828128@N02/18609730312/in/photolist-umtJtb-RBKg1b-26TMxqN-37FXQc-HFi9jN-5jpvTd-Yvtwru-b2M8hi-Cu4B67-hLGkqY-7Qk8UY-66bAoV-5PHa9Y-HJU4hY-21kvwGm-KepQh-mfqjY-6zCzxA-87fgS8-otyiCY-Fo8A5k-nHRiJ-4JeWhy-4VBKiw-7DY1G5-2A9ez3-8mB4VM-6erp5G-7rAsQs-zjQcxn-jbM9TJ-4WhvXA-FPe3Qz-64e8Tj-27Wgdef-HQrgUp-pBnyuA-4NaY4b-zqB1A-daXxK5-wMNzK-5gkzZW-bDvq1K-a8w4YD-MS2Yq-29KfvXm-86bpwg-S3V78X-8xyUHu-2bdKs7C

Dead tree (c) Jimmy B. , 2015

Continuer la lecture

  1. NB: Le Monde a corrigé en ligne la titraille initiale qui parlait de « propos équivoques ». []