Université, je t’aime !

Nous republions, avec son accord, le texte de Mr BlueSky datant de 2016. “Cinq ans plus tard, écrit-il, je ne l’écrirais sûrement pas de la même manière. Justement parce qu’on est cinq ans plus tard et que la vidalisation a continué à faire du mal à nos universités”.

Cela fera 35 ans dans un mois que ma vie s’est jouée. Lorsque, le Bac en poche, je me suis présenté avec ma mère (ben, oui, j’étais mineur) au secrétariat de l’UER d’Histoire de l’université du Mirail (on ne disait pas encore Toulouse II, et encore moins Jean-Jaurès, preuve que le nom du quartier n’était point encore porteur d’image négative). Tout ça parce que je n’avais pas encore l’âge requis pour entrer à l’Ecole de Journalisme de Lille (21 ans à l’époque) et parce que mes copains de Terminale m’avaient dit qu’avec mes notes en Histoire-Géo, il fallait que j’aille faire des études dans ce domaine. Moi, j’en étais moyennement convaincu étant donné que les bons résultats dans ces matières n’étaient que très récents (j’avais quand même pris une claque en Première avec une moyenne à 5 au deuxième trimestre !). Seulement voilà, au secrétariat, la dame (dont j’ai hélas oublié le nom et je le regrette) m’expliqua en quoi le choix de l’Histoire ou de la Géographie était très pertinent avec ce qui était mon projet professionnel : une licence dans une de ces deux disciplines, ce serait un plus indéniable pour mes futures études. Alors, comme je m’estimais meilleur en Géographie, j’ai choisi de m’inscrire en Histoire.

Pourquoi je raconte ceci aujourd’hui ?… Pour le plaisir de savourer un anniversaire ? Par relent sentimental envers un passé idéalisé et désormais trop loin ? Non. Si je me mets à écrire sur ce sujet maintenant c’est que j’enrage de me dire que ce que j’ai vécu a été une chance sans nom et qu’aujourd’hui, ceux qui viennent, ces élèves qui demain vont aborder leurs épreuves du Bac, n’en bénéficieront pas. Ou plus de la même manière en tous cas.

Hand-Embroidered Solar System by textile artist Ophelie Trichereau. Droits réservés

Au bout de six mois, j’ai su que je ne ferais pas journaliste. Continuer la lecture