L’association Memorial menacée de dissolution

Pour soutenir Mémorial, signer la pétition

Les locaux de l’ONG Mémorial à Moscou fermés par des menottes, jeudi soir, 11 novembre 2021. (Mémorial)


Communiqué de Memorial-Paris

Paris, 12 novembre 2021

Le 11 novembre, le Procureur Général de la Fédération de Russie a déposé, devant la Cour Suprême, une demande de dissolution de l’ONG Memorial-International au prétexte que celle-ci

“viole systématiquement la loi ( …) et le droit international (sic) par ses activités”.

Cette offensive vise à éliminer l’ONG la plus emblématique de la société civile russe qui, depuis 1989, lutte sans relâche contre toutes les atteintes aux droits humains en Russie et œuvre à une meilleure connaissance et à la préservation de la mémoire des répressions de masse et des crimes staliniens, grâce à ses activités de recherche, ses publications, ses projets pédagogiques et culturels, développés en partenariat avec des institutions universitaires et culturelles russes et étrangères. Elle s’inscrit dans le droit fil de la politique engagée depuis une dizaine d’années, en particulier depuis la tristement célèbre loi de 2012 sur les « agents de l’étranger » (ce terme désignant toutes les ONG recevant un financement international) qui oblige, entre autres, ces ONG, à marquer sur toutes ses activités, documents, correspondance, la mention « Agent étranger ». Memorial-International et ses branches régionales ont fait l’objet, ces derniers temps, de pressions croissantes de la part des autorités : perquisitions et contrôles fiscaux à répétition, campagnes de dénigrement dans les médias, amendes astronomiques pour « non- respect de l’affichage de la mention d’agent étranger », menaces contre ses membres. Plusieurs de ses responsables ont été arrêtés et condamnés à de lourdes peines d’emprisonnement.

Continuer la lecture

Qui veut noyer son chien (ce dont islamo-gauchisme est le nom)

L’exercice de possession coloniale procède d’un geste de re-nomination. Le nom colonial vient toujours par-dessus un autre nom, une autre histoire, une épistémologie qui dit d’autres rapports au monde. Il est une manière de d’imposer une origine, de marquer une propriété, de dire que la chose commence à exister comme objet ou comme sujet à partir d’un nom qui la convoque depuis le néant surune scène de la dignité en même temps que sur un marché qui lui attribue une valeur – de transaction ou d’épouvante, c’est selon. Pour cette bouche coloniale donc, tout ce qu’il y avait avant le nom qu’elle prononce ne peut être que sauvagerie inarticulée, obscurité sans valeur, vaines croyances improductives. Cette manière de nommer par-dessus est ainsi un geste d’appropriation mais également de dissimulation et d’effacement qui rompt les généalogies, les alliances, les attachements, embrouille l’Histoire. Un geste qui sépare et rend les relations impraticables.

Dans “islamo-gauchisme”, le préfixe “islamo” est donc d’abord une façon de nommer sans le nommer l’antiracisme politique. Grâce à de longues années de lutte et à la dynamique récente du mouvement Black Lives Matter en France, les sensibilités, les mots et les prises du mouvement antiraciste ont élargi brutalement leur audience. Les violences policières ont mobilisé plus que jamais, le racisme systémique est apparu soudainement –même brièvement –comme une évidence qui s’est même invitée, parfois à des heures de grand eécoute, à la radio et à la télévision. La fête fut courte. Ça ne pouvait durer. Mais l’antiracisme ne peut être contré sur son terrain sauf à revendiquer la légitimité à être raciste – ce qu’a fait Donald Trump de manière continue durant son mandat de Président de la plus grande démocratie du monde. Le moins que l’on puisse dire c’est que personne ne s’attendait au succès de cette approche qui fracasse à la hache la table des négociations et anéantit tout débat d’idées. Cette méthode épuise par la transparence et l’aveu de sa violence. Elle a inspiré. L’inconvénient est qu’elle fait une confession à laquelle certains leaders européens se refusent; celle de reconnaître le privilège et la domination, voire l’impunité du patriarcat blanc. Ce qui va à Donald n’est pas encore confortable pour tous et toutes. Pas encore. Mais en France, l’État a quelques autres atouts dans sa manche. Il arrive au même point par un chemin détourné grâce à des invité·es de choix: les indigènes musulman·es. Ceci nous obligent au passage à redéfinir de manière située – plutôt que d’en chercher une traduction – ce que pourrait bien vouloir dire “blackness” dans le contexte particulier de la société postcoloniale française. Puisqu’une Matière Noire politique y fait irruption, y reçoit des coups etque le seul terme de “négritude” ne saurait suffire à nommer cette apparition dérangeante.

Olivier Marboeur, 2021

Continuer la lecture

Arrestation et procès du mathématicien Alexander Kuznetsov

Alexander Kuznetsov est un mathématicien né en 1973 — de la branche « géométrie algébrique » au cas où la précision vous intéresserait. Ses travaux (dont son habilitation, une extension « homologique » des phénomènes classiques de dualité en géométrie projective)  lui ont valu une large reconnaissance internationale, dont témoigne par exemple le prix de la Société mathématique européenne (2008) ou l’invitation au Congrès international des mathématiciens (Séoul, 2014). Malgré des offres attirantes d’institutions académiques un peu partout dans le monde, il est actuellement chercheur à l’institut Steklov de Moscou où il contribue à la formation de la génération suivante de mathématiciens.

Alexander Kuznetsov et ses enfants

Alexander Kuznetsov a été arrêté — puis libéré — pour avoir manifesté pacifiquement contre la détention d’Alexey Navalny.  Son procès a été fixé au mercredi 3 février. Sa fille a été également libérée moyennant une amende.

Alors que la Russie s’apprête à organiser le prochain Congrès international des mathématiciens (Saint Pétersbourg, 2022), il semble à peine croyable qu’elle puisse emprisonner l’une de ses lumières et plus honnêtes citoyens.

Avec la communauté mathématique internationale, nous exigeons que lui et ses camarades de manifestation soient libérés immédiatement.

Une pétition vous permet d’exprimer votre solidarité avec toutes les personnes ainsi détenues.

(Traduction Academia, d’après le texte initial de la pétition.)

« Manifestants, pas criminels » : de la négation active des droits constitutionnels par l’appareil d’État et des conséquences à en tirer

« France : Comment des milliers de manifestants pacifiques ont été arbitrairement arrêtés et poursuivis » : tel est le titre, acide, du rapport qu’Amnesty a rendu public le mardi 29 septembre 2020. Au terme d’une enquête de 18 mois, l’association établit que, depuis la fin 2018, en France, la répression des manifestations a été d’une ampleur inédite. Manifester pacifiquement expose au risque de violences policières, mais aussi à celui de finir en garde-à-vue. Les autorités, précise-t-elle, ont instrumentalisé des lois contraires au droit international pour verbaliser, arrêter arbitrairement et poursuivre en justice des milliers de personnes qui n’avaient commis aucune violence. .

Démontant les mécanismes de “maintien (sic) de l’ordre”, les usages abusifs de lois pour organiser, à l’instar de pays totalitaires, les arrestations préventives, les condamnations abusives, l’usage d’armes létales et asphyxiantes, l’État français a empêché l’expression démocratique des opinions et de la constestation. Jusqu’à se voir condamnée à l’interdiction de manifester, comme Odile. Dans cette répression, la communauté universitaire n’a pas été épargnée :  on se souvient de Gilles Martinet, doctorant de l’UPEC, blessé au visage sur le Parvis des droits de l’homme  le 21 janvier, à l’occasion d’une contre-manifestation lors de voeux de Frédérique Vidal. L’an passé, le sociologue Nicolas Jounin jugé et relaxé. En 2018, les collègues de Nanterre condamnés en première instance pour avoir participé à une assemblée générale à Nanterre évacuée violemment par les CRS le 9 avril. Ils seront jugés en appel demain (13 octobre) à la Cour d’appel de Versailles1.

Continuer la lecture

  1. Pour exiger la relaxe de Victor et Roga, et contre la répression qui s’abat sur de nombreux·euses militant·es des mouvements sociaux, appel à un rassemblement de soutien le 13 octobre à 12h30 devant la cour d’appel de Versailles ! []

Amnesty international rappelle que le droit de manifester est un droit humain fondamendal

En passant

Info et intox sur le droit de manifester et sur les gaz lacrymogènes qu’on inhale

Le droit de manifester est garanti par la Déclaration universelle des droits de l’homme dans son article 20 : « Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques ». Un droit trop souvent contesté.

Le droit de manifester est intrinsèquement lié à la liberté d’expression et d’opinion. Selon le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit de réunion pacifique et d’association, « la capacité de se rassembler et d’agir collectivement est fondamentale pour le développement démocratique, économique, social et personnel, l’expression des idées et la promotion d’une citoyenneté engagée ».

Il peut néanmoins être l’objet de certaines restrictions.

Faux : une manifestation doit nécessairement être autorisée par les autorités pour être légale

Le droit de manifester ne peut pas être soumis à autorisation préalable. Les États peuvent cependant mettre en place un système de déclaration préalable (notification), visant à faciliter l’exercice de ce droit en permettant aux autorités de prendre des mesures pour garantir l’ordre public (c’est le cas en France). En outre, Si une manifestation peut être interdite par les autorités sur des motifs précis, parler de « manifestation autorisée » est donc un abus de langage.

Continuer la lecture