Contrôle de l’accès à l’Université de Strasbourg : les élu∙es préoccupé∙es

Sujet :   [infos-élus-cac] contrôle accès et sûreté Unistra
Date :    Thu, 23 Nov 2023 16:55
De :        Liste Refonder
Pour :    president@unistra.fr

 

Monsieur le Président

 

Ces derniers jours, nous ont été rapportés des faits extrêmement troublants concernant les agissements des agents en charge de la sécurité à l’université de Strasbourg.

Jeudi dernier, des contrôles auraient été mis en place à l’entrée du Palais universitaire avec un filtrage des membres d’un groupe d’étudiants ayant annoncé sur des réseaux sociaux leur rassemblement dans l’aula. Ce lundi, dans la salle du Patio où s’étaient rassemblés plusieurs personnes, le responsable du département « sûreté » de la direction des affaires logistiques intérieures (DALI) serait venu accompagné de deux individus, a priori externes à l’université, qui auraient pris les étudiants en photo.

Nous vous demandons que soit convoqué pour la prochaine réunion du conseil académique, M. le responsable du département « sûreté » pour éclaircir ces points, ainsi que pour discuter avec le conseil des pratiques et des procédures utilisées par les personnes travaillant sous son autorité, qu’ils soient agents de l’université ou de sociétés privées.

Continuer la lecture

Frais d’inscription et liberté de manifester : stratégie du choc à Pau

Il y a quelques mois, nous lancions l’alerte à propos de la transformation progressive des présidents d’université en “préfets au petit pied”. Loin de comprendre la responsabilité éminente qui est la leur, nos président·es semblent en effet devenus incapables de concevoir aujourd’hui, sur les campus, un ordre public universitaire qui ne soit pas le triste décalque des pratiques préfectorales en matière sécuritaire et de répression des oppositions politiques légitimes.

Site Web de l’université de Pau (représentant un campus vide, mais un “campus dans la cité”)

Le président de l’université de Pau, Laurent Bordes, confirme malheureusement cette tendance. Ce 17 octobre en fin d’après-midi, arguant des franchises universitaires qui lui confèrent la charge du maintien de l’ordre sur le campus, il a décidé d’interdire un rassemblement d’étudiant·es et de personnels. Un rassemblement contre… il faut s’arrêter un instant et se frotter les yeux pour le croire : un rassemblement contre… la mise en place, à l’université de Pau, des «frais d’inscription différenciés» !

Laurent Bordes, mathématicien, président de l’UPPA 2020-2024

De : president@univ-pau.fr
Date : 17/10/2023 16:36 (GMT+01:00)
À : syndicats@univ-pau.fr, solidairesetudiant.e.s.pau@gmail.com, mouvement 22 mars <mouvement.22.mars@gmail.com>

Objet : rassemblement demain à 11h devant la Présidence

Madame, Monsieur

Vous avez organisé et annoncé sur les réseaux sociaux un rassemblement ce mercredi 18 octobre 2023 à 11 heures devant la Présidence sur la question des frais d’inscription différenciés.

Comme vous le savez, suite à l’attaque à caractère terroriste qui s’est produite à Arras le 13 octobre 2023, la Première ministre a décidé d’élever la posture du plan Vigipirate sur l’ensemble du territoire national au niveau « Urgence attentat ». En conséquence, je suis de fait dans l’obligation de mettre en place sans délai un certain nombre de mesures de prévention et de protection afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens, parmi lesquelles “la restriction voire l’interdiction des activités aux abords des installations et bâtiments” (termes du bulletin d’alerte Vigipirate du 13 octobre). Par ailleurs, dans une lettre du 16 octobre, la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche demande expressément aux chefs d’établissement d’étendre cette mesure aux rassemblements en fonction de la menace.

En tant que responsable du maintien de l’ordre et de la sécurité dans l’enceinte de l’établissement (article L.712-2 du code de l’éducation) et en raison de l’importance et de l’imminence de la menace, j’ai décidé d’interdire le rassemblement que vous avez projeté. Aussi, je vous demande d’en prendre acte et d’annoncer cette annulation via les mêmes canaux de diffusion que ceux utilisés pour le promouvoir (réseaux sociaux, affichage, mails, etc.)

Les autorités sont informées de cette décision.

L. Bordes
Président de l’UPPA

L’interdiction de tout rassemblement sur un campus à propos d’une question proprement interne à l’université et sous prétexte de Vigipirate : voilà une manière simple et efficace de neutraliser la contestation contre cette mesure universitaire raciste qui consiste, rappelons-le, à appliquer à une partie des étudiant·es extra européen·nes des frais d’accès à l’université d’un montant largement supérieur à ceux applicables aux ressortissant·es européen·nes.

Continuer la lecture

Rétablissons d’urgence l’égalité de tou.tes les étudiant·es devant les frais d’inscription à l’UPPA !

Les organisations syndicales et des associations étudiantes de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) regroupées au sein du « collectif des étudiants et personnels de l’UPPA pour l’égalité entre étudiants français et étrangers » dénoncent la décision de l’établissement d’appliquer dès cette rentrée des frais d’inscription de 2770€ à tous les étudiant.es extra-communautaires entrant en Licence.

Pour signer la tribune

Une situation chaotique

La décision de l’établissement d’appliquer dès cette rentrée des frais d’inscription de 2770 € à tous les étudiant.es extra-communautaires entrant en Licence a plongé un grand nombre d’étudiant.es étranger.es dans des situations de précarité extrême pouvant conduire à des drames humains. Ne pouvant régler ce montant faramineux, ils et elles se retrouvent sans attestation d’inscription.

Et sans attestation d’inscription, leur vie est impossible : impossible d’étudier, impossible d’ouvrir un compte en banque, impossible d’avoir un numéro de sécurité sociale, impossible de bénéficier de soins, impossible de bénéficier des services de la CAF, impossible de trouver un job étudiant, impossible de trouver un logement, etc…

Bien des étudiant.es étranger.es n’ont en outre appris qu’a posteriori, c’est-à-dire après avoir accepté l’offre de Pau, qu’ils ou elles étaient soumis.es à une majoration des frais, que cela soit au titre d’étudiant.es étranger.es ou au titre de la formation continue (étant auparavant informé.es qu’elles ou ils étaient éligibles pour l’inscription en formation initiale). L’opacité et le caractère contradictoire des informations communiquées par l’Université et les plateformes d’offres universitaires (Campus France) aux étudiant.es étranger.es ne rend pas honneur à l’enseignement supérieur.

Une décision politique contestable

Au-delà des situations de détresse individuelles qu’elle crée, cette décision est lourde de conséquences. Elle ajoute en effet une barrière économique systématique aux nombreuses difficultés que rencontrent déjà les étudiant.es étranger.es en France. C’est un choix politique que de privilégier les couches favorisées (celles qui peuvent s’acquitter d’un montant aussi faramineux) des autres pays – en particulier du sud – dans le système universitaire.

Continuer la lecture

La guerre aux universités est déclarée

1 milliard d’euros : c’est le montant que va récupérer le gouvernement sur le budget de l’enseignement supérieur, en sommant les universités de “faire le tri dans leurs formations” et de repousser leurs investissements en matière de rénovation énergétique des bâtiments. Soit la somme accordée en plus sur le budget 2023. En demand

Après le cri d’alarme de France Universités au sujet des mesures de pouvoir d’achat et des augmentations du prix de l’énergie non compensées par l’État alors que l’inflation galope, les démissions collectives des fonctions administratives empêchant toute rentrée dans de nombreux départements universitaires (Rouen, Nantes, Paris Cité, Brest, Créteil, Tarbes, etc.), l’alerte santé et sécurité à Université Grenoble-Alpes, la sonnette d’alarme tirée par l’Assocation des directions de laboratoires (ADL) au sujet du Hcéres ou par des responsables de Départements sur la part majoritaire de l’emploi non-titulaire pour assurer les enseignements, les expulsions locatives brutales des étudiant·es logé·es par le CROUS, récemment dénoncées par la Fondation Abbé Pierre, la mise à l’arrêt administrative du CNRS avec la mise en oeuvre dysfonctionnelle de Notilus, après les multiples attaques contre les sciences humaines et sociales, qualifiés d’ “islamogauchisteou de “wokistes” y compris par la Ministre Vidal elle-même, et les attaques perlées de l’extrême-droite depuis plusieurs années, on ne peut comprendre la dernière déclaration de Sylvie Retailleau sur le ponctionnement des fonds de roulement universitaire que pour ce qu’elle est : une nouvelle déclaration de guerre.

S’agit-il de mettre en œuvre le programme néolibéral de privatisation du secteur de l’enseignement supérieur dévoilé dans les MacronLeaks ? De fermer des départements entiers de sciences critiques (sciences humaines et sociales, études environnementales ou climatiques), sous le feu de procès-baillons ou du courroux du président de la République lui-même ? D’achever une politique de darwinisme social consistant à affamer les plus modestes ? Sans doute tout cela et plus encore.

Nous entrons en résistance.

#ResistESR


“Le gouvernement somme les universités de mieux gérer leurs fonds et de contribuer à réduire la dette publique”

  • par Soazig Le Nevé, Le Monde, 9 septembre 2023

Extraits. Les universités recèleraient-elles quelques richesses cachées ? L’idée, distillée fin 2022 au début de la crise énergétique, quand les factures se sont envolées, a été réitérée par la ministre de l’enseignement supérieur, vendredi 8 septembre. Devant la presse, Sylvie Retailleau a chiffré à 1 milliard d’euros « l’argent public qui dort » dans les fonds de roulement des établissements.

Ces fonds constituent pour chacune des soixante-douze universités une réserve financière consacrée aux investissements tels que l’achat de gros équipements pédagogiques ou la rénovation de bâtiments. En pratique, les sommes détenues sont largement convoitées par l’Etat pour financer la majeure partie des mesures liées au pouvoir d’achat des fonctionnaires. […]

« Ce montant ne peut être absorbé par les établissements sans altérer, à court comme à long terme, l’accueil et la formation des étudiants, la recherche et l’innovation et les projets de décarbonation des campus voulus par le président de la République », ont-ils prévenu. France Universités s’étonne que les établissements soient perçus comme « une variable d’ajustement » par un gouvernement qui « peine à se convaincre que l’enseignement supérieur et la recherche constituent un investissement pour la jeunesse et le pays tout entier ».

Les propos de la ministre entrent en résonance avec ceux, très fermes, tenus par Emmanuel Macron quelques jours plus tôt. Face au youtubeur Hugo Travers, le 4 septembre, il avait clairement indiqué que les universités n’étaient pas une priorité budgétaire, car elles n’avaient tout bonnement « pas de problèmes de moyens ». Prenant le contre-pied de plusieurs recherches, telle celle du Conseil d’analyse économique publiée fin 2021 qui actait un sous-financement continuel de l’enseignement supérieur depuis les années 2010, le chef de l’Etat avait même tenu comptables les universités d’ « une forme de gâchis collectif », estimant qu’ « avec leur budget,[elles] doivent faire beaucoup mieux ».

tiré de La réforme Macron de l’université par Stéphane Beaud & Mathias Millet , le 20 février 2018

Emmanuel Macron avait esquissé des pistes : l’instauration de frais d’inscription différenciés en faisant « davantage contribuer ceux qui ont le plus de moyens »,en particulier les étudiants étrangers « fils de milliardaires américains, africains, asiatiques » ; la « réallocation complète des choses » dans le cadre de formations qui « depuis des années ne diplôment quasiment pas ».Les universités doivent « avoir le courage de dire “on ne laisse pas ouvertes des formations parce qu’on a des profs sur ces formations” », avait lancé le président.

Invitée à réagir sur ces points, Sylvie Retailleau a rappelé que les frais d’inscription ne correspondent pas aux seuls frais, modiques, pour entrer en licence ou en master, « mais aussi[à ceux pratiqués à l’entrée des] nombreux diplômes d’établissement »,nettement plus élevés, dans le cadre de la formation tout au long de la vie. L’heure est désormais à la diversification des « ressources propres »des établissements pour « prévoir le futur » : « Il faut prendre le taureau par les cornes et réfléchir à leur modèle économique. »

Quant à l’offre de formations universitaires, elle est sans cesse réévaluée par les équipes d’enseignants-chercheurs. « Ils peuvent moduler les capacités d’accueil suivant des critères de réussite et d’insertion professionnelle », illustre Sylvie Retailleau. Les contrats d’objectifs, de moyens et de performance que signent les établissements avec le ministère sont précisément « un outil pour accompagner ces démarches d’adaptation » pouvant mener à des « suppressions ou substitutions de places ». Si une filière vient à fermer, une solution existe pour les enseignants concernés, car « beaucoup[d’autres] filières veulent améliorer leur taux d’encadrement »,assure-t-elle. […]

Très attendue sur la réforme des bourses étudiantes, dont seul un premier train de mesures d’un montant de 500 millions d’euros entre en application en cette rentrée (35 000 nouveaux boursiers, augmentation de toutes les bourses de 37 euros à 127 euros pour atteindre entre 145 euros à 633 euros mensuels), Sylvie Retailleau a annoncé que le dossier serait désormais cogéré avec Aurore Bergé, ministre des solidarités et de la famille. […]


Pour aller plus loin

La loi anti-squat est adoptée. Fin de huit siècles de récré à l’université ?

Dans une grande indifférence, le Sénat a définitivement adopté hier soir tard la proposition de loi anti-squat. Le président de la République promulguera donc la loi dans les prochains jours, à moins, bien sûr, que le Conseil constitutionnel ne soit entre-temps saisi par soixante député·es ou soixante sénateurices.

Les associations – et en premier lieu le Collectif Associations unies qui regroupe une quarantaine d’associations, de la Fondation abbé Pierre au syndicat de la magistrature – ont déjà largement dénoncé ce texte qui, sous couvert de protection des petits propriétaires face au squat de leur domicile, s’attaque à toutes les personnes en situation de pauvreté ou de mal-logement. Avec cette loi, en effet, c’est un nouveau seuil qui est franchi dans la « criminalisation » de ces personnes, signant « un séparatisme social qui ne dit pas son nom », comme l’écrivait un collègue. L’alerte solennellement lancée fin mars dernier par les deux rapporteurs spéciaux des Nations-Unies sur le logement (M. Rajagopal) et sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme (M. de Schutter), et dont la France aurait dû avoir honte, n’y aura rien changé.

Pénalisation des occupations d’université

Dans la grande débâcle que représente cette loi, il est un point qui concerne certainement les universités, et sur lequel la rédaction d’Academia aimerait insister une fois encore.1 Il n’est pas sûr, en effet, que la communauté universitaire française l’ait bien perçu, alors que c’est vraisemblablement un point de rupture pour les mobilisations universitaires à venir.

https://www.flickr.com/photos/ednawinti/26693765598/in/photolist-GEQwvU-KSEjrb-YnrENF-SaequN-AwgCbM-UGUG9F-v7eoQr-NtxzCd-28ncpni-RNhr2C-WqXSkr-rqbpGa-24g1eFu-Ui1Yt9-FBn7mk-NMvdXC-TnX9wQ-29xNtui-rjrE2K-LtFYyL-A7ap1D-sEBj2Z-RtWubF-29tcoCP-YuVhaP-Z1w1s8-yaJkTC-BmLDCm-RFdLCs-B5eQ5U-22JYKAS-A6kbSR-MhJUBk-WZfk2f-2bn3qSB-28yxyf9-MZarqs-23QK1S1-24F5ADR-2bDvrkC-TmDDsJ-BvYpBc-25SWjJu-Ui1ZeC-KjbLkv-2dZ88BT-ESzqG2-TBpeLE-rYBceq-DK5DWB

Night at the trailer park. Credit: Edna Winti, 2018

Continuer la lecture

  1. Tout en gardant à l’esprit que devant la rétraction considérable du droit au logement que cette proposition de loi opère pour les 300 000 personnes sans domicile (dont 50 000 enfants) et pour les 4 millions de personnes mal logées, la question du sort des universités dans ce texte d’une cruauté considérable est certainement secondaire. []

Travail d’archive (11). À Jussieu, un mort

Academia se lance dans la mise en ligne progressive d’archives (tracts, photos, …) des luttes universitaires, afin de réinscrire les combats actuels dans une histoire. Deuxième billet, après celui de la semaine dernière.

Le document mis en ligne aujourd’hui, à l’occasion de la journée de mobilisation du 28 mars 2023 contre la réforme des retraites, date du printemps 1980 et résonne, 43 ans plus tard, avec notre triste actualité. Entre mai 1980 et mars 2023, il y a beaucoup de différences, bien sûr, mais aussi d’étonnantes similitudes. En 1980 comme en 2023, la police, gangrenée par le racisme, est terriblement brutale, et l’on ne sait plus bien si le gouvernement n’ose plus la recadrer ou a la claire conscience qu’elle représente son dernier rempart. En 1980 comme en 2023, les universités bouillonnent et les forces de l’ordre interviennent directement dans les campus. En 1980 comme en 2023, des textes xénophobes réformant le statut des étrangers sont en discussion – et il est loin d’être sûr que, point de vue xénophobie, ceux de 2023 soient en-deça de ceux de 1980.


En mémoire d’Alain Bégrand.

Photos Marc Fontanel et Marc Bulka / Agence Gamma, 1980

Verso de la photographie précédente

Cette photographie est issue d’un tirage original de l’agence de photographie parisienne Gamma, doublement créditée à Marc Fontanel et Marc Bulka. On y voit deux jeunes hommes courir devant des affiches du film Johnny got his gun, au niveau de la tour 16 du campus de Jussieu – donc à l’angle de la rue Jussieu et de la rue des fossés Saint-Bernard à Paris. Ils sont masqués, l’un deux porte un bâton ou une barre, et l’on ressent, dans la rapidité de leurs mouvements comme dans leurs regards, une grande tension.

Continuer la lecture

Recueillons les « étranger·es » qui étudiaient en Ukraine !

  • Par Armelle Andro, socio-démographe, professeur à l’Université de Paris-1, et Hicham Jamid, sociologue. Parution originale sur AOC media, 20 avril 2022

L’Ukraine représente depuis 1991 un important pôle d’accueil pour les populations estudiantines d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. À l’instar des citoyen·nes ukrainien·nes, les vies de ces personnes ont basculé le 24 février dernier, et elles se retrouvent depuis lors dépossédées des droits dont elles bénéficiaient en Ukraine. Il est urgent que la France, qui a récemment restreint considérablement les conditions d’accès à l’enseignement supérieur des étudiant·es étranger·es, les recueille dignement.

En France, des associations, des syndicats étudiants et des mouvements de jeunesse des partis politiques viennent d’interpeller les pouvoirs publics et les universités en particulier au sujet de l’accueil des étudiant·es étranger·es fuyant la guerre en Ukraine. Cette alerte est la chambre d’écho des appels lancés par ces étudiant·es, leurs familles et les pouvoirs publics de leur pays d’origine depuis le déclenchement de la guerre. Elle rejoint l’inquiétude de plus en plus largement partagée depuis plusieurs semaines par la plupart des institutions actrices del’enseignement supérieur et de la recherche en Europe.

Nous parlons ici à dessein de la situation des étudiant·es étranger·es et non pas de celle des étudiant·es internationaux. Ces deux termes ne sont pas synonymes et décrivent deux conditions différentes. Elles renvoient aux catégorisations implicites ancrées dans les inégalités Nord-Sud et les hiérarchies post-coloniales. Dans le jargon des acteurs politiques européens, notamment ceux de l’enseignement supérieur, les étudiant·es étranger·es désignent généralement les personnes originaires des anciennes colonies et des pays dits du Sud, alors que les étudiant·es internationaux, ou encore expatrié·es, renvoient à celles et ceux venant de pays du Nord ou dit émergents.

L’implicite de cette bicatégorisation réside dans la réactivation de la notion mortifère de «risque migratoire», autrement dit la méfiance que subissent les étudiant·es racisé·es originaires des pays dit du Sud, suspecté.es à toutes les étapes de leur parcours de formation d’être des « faux étudiants », des migrant.es économiques en puissance, susceptibles de s’installer et de rester travailler irrégulièrement dans le pays de destination.

Si, dans la plupart des pays européens, les gouvernements ont très rapidement mis en
place des dispositifs d’accueil et des procédures d’urgence pour permettre aux étudiant·es  et aux académiques de nationalité ukrainienne de poursuivre autant que possible leurs formations ou leurs activités d’enseignement, la situation spécifique des étudiant·es étranger·es, notamment ceux issus d’Afrique, de Moyen-Orient et d’Asie, est encore très confuse.

Plus de 60 000 étudiant.es étranger·es en 2020 en Ukraine

Sur les 80 000 étudiant·es étranger·es en mobilité internationale en Ukraine, plus de 60 000 relèvent de la catégorie d’étudiant·es étranger·es au sens où nous l’avons défini plus haut. Depuis 1991, l’Ukraine représente un important pôle d’attraction pour ces dernier.es, venant notamment d’Asie et d’Afrique. Le pays a continué à miser sur une politique volontariste d’ouverture de ses universités au plan international, poursuivant ainsi la tradition initiée durant la période soviétique. Pendant toute la guerre froide, le régime soviétique a beaucoup investi dans l’enseignement supérieur et a promu une volonté politique délibérée d’attirer des étudiant·es  issu·es des pays dits du Sud, principalement des pays africains, asiatiques et latino-américains.

Les étudiants étrangers ayant fui la guerre ne sont pas pris en compte dans le dispositif proposé par la France pour l’accueil des réfugiés ukrainiens. Capture d’écran TV5Monde

Continuer la lecture

Universités et écoles d’ingénieur publiques : la fin annoncée de la quasi-gratuité ?

  • Par Jean-Didier Zanos, Université de Rouen

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants(…) »

Emmanuel Macron, 13 janvier 2022

Les écoles d’ingénieurs publiques, dont les droits de scolarité sont arrêtés par l’État et donc le gouvernement, sont historiquement quasi-gratuites en France (environ 600 euros par an). Un vaste mouvement est à l’œuvre pour mettre fin cette quasi-gratuité. L’attaque a commencé principalement à partir de 2015. Suite à divers arrêtés ministériels, sont déjà devenus payantes à ce jour : Télécom ParisTech, Télécom Bretagne, Télécom SudParis, Mines (Paris, Saint-Étienne, Alès, Douai, Nantes, Albi-Carmaux), Ponts-ParisTech, ENSAE, ENSAI, SUPAERO, ENSTA-Paris, ENSTA-Bretagne.Nous donnons plusieurs exemples dans l’annexe ci-dessous

Une augmentation des droits universitaires à bas bruit

Ce mouvement se poursuit toujours aujourd’hui. Il reste en effet de nombreuses autres écoles d’ingénieurs publiques encore quasi-gratuites (notamment les Arts et Métiers, les INSA, les ENSI…). Il eut été en effet politiquement beaucoup trop risqué de rendre payantes d’un coup toutes les écoles publiques d’ingénieur. En revanche, le faire les unes après les autres et de façon assez discrète, semble jusqu’à présent ne susciter presqu’aucune opposition, si ce n’est localement au coup par coup pour chaque école en particulier (anciens élèves, FAGE, UNEF et sections syndicales locales).

Au printemps 2021, en pleine pandémie, les élèves des Arts et Métiers ont réussi, par leur très forte mobilisation et presqu’à eux seuls, à s’opposer à un projet visant à rendre cette école payante. Ce succès est presqu’un cas unique (avec également, semble-t-il, Grenoble-INP en 2019). Actuellement, ce sont les INSA qui sont à leur tour dans le collimateur.

200 à 300 étudiants manifestent devant le campus des Arts et métiers à Lille, le 29 mars 2021. • © Thomas Millot – France Télévisions, 2021

Mais une chose est désormais certaine : le sort des écoles d’ingénieurs publiques et des universités est intimement lié comme le montre la déclaration d’Emanuel Macron :

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants (…) »

— E. Macron, 13 janvier 2022, discours devant les présidents d’université).

Continuer la lecture

Parcoursup a échoué à rendre acceptable la pénurie de places dans l’enseignement supérieur

Thibaud Boncourt, maître de conférences en science politique, président de la commission d’examen des vœux Parcoursup de la licence science politique, université Paris-I Panthéon-Sorbonne, nous propose un bilan sous forme de tribune en trois temps : 1. Produire un classement juste est impossible ; 2. Cette injustice génère une frustration propre à alimenter l’extrême-droite ; 3. Plutôt que modifier le modèle d’affectation, nous ferions mieux de modifier le modèle de création de places.

  • par Thibaud Boncourt, maître de conférences en science politique, paru initialement dans Le Monde, 22 mai 2021

À l’été 2017, des milliers de néo-bacheliers se sont retrouvés sans proposition d’affectation dans l’enseignement supérieur. Parmi eux, d’excellents candidats présentés par Frédérique Vidal comme les victimes d’une “injustice”, car écartés des formations auxquelles ils prétendaient, non du fait de leurs résultats, mais à cause du tirage au sort opéré par la plate-forme “Admission Post Bac” (APB).

Confronté, dans les termes d’Edouard Philippe, à  “une immense insatisfaction, un sentiment de gâchis et de colère dans les familles” (Le Monde, 30 octobre 2017), le gouvernement a remplacé APB, en 2018, par Parcoursup et remis le “mérite” au centre de l’admission dans l’enseignement supérieur. Les établissements ont alors été appelés à classer eux-mêmes les candidatures, en fonction d’une série de “critères” et d’ “attendus”.

Cette réforme n’a pas réglé le problème de fond : l’enseignement supérieur n’est toujours pas en capacité d’accueillir tous les candidats, chaque année plus nombreux, dans les filières de leur choix. Elle a simplement visé à rendre l’éviction d’une partie d’entre eux plus acceptable, en écartant “l’injustice” du tirage au sort.

Amertume et sentiment d’injustice

Trois ans plus tard, l’échec de cette stratégie est patent. Parcoursup, comme APB, continue d’alimenter l’incompréhension et les sentiments d’injustice. L’amertume suscitée par les résultats d’admissibilité à Sciences Po Paris, publiés la semaine dernière sur la plate-forme, en est l’illustration la plus récente. Elle est emblématique des déceptions que produisent, chaque année, les classements des nombreuses filières “en tension”.

https://www.flickr.com/photos/soulsurvivor08/14936835887/in/photolist-oKVbVe-SrRRW-dfoBGP-5tV3Av-6YkeWe-iRpgP-6vQoQA-5ChNKn-6HC9cQ-efiAQ-hziwx-83ji75-6Ypf2A-8ofewt-cK7kZ1-83jy9Q-emU748-sCtjN-6YkiRk-dbv7ry-3bxukP-e81EL-737Gss-6yeUF-8uW9Qr-5f3soD-kiYDf-dG9yWw-7VN1zH-nw1HeH-429qz-7ZG2L-NHULd-3FxJ6-9Zehzd-4kdxR-3ehUT9-83jAuo-8P8sGj-KrwHRU-hziwy-aip2xw-8ar7wZ-7ZT9N8-um7eca-83g5hK-d7jTCu-8isEcQ-48isEm-6YkgXX

Passifore. Crédit: Bree McGhee, 2017

Continuer la lecture

Les étudiant·es fantômes

  • par des étudiant·es de Licence 1 de science politique, Université de Montpellier

Crédit photo:  Debs (ò‿ó)♪, 2010

Validation du plan “Bienvenue en France” : le Conseil d’Etat enterre l’égalité entre étudiant·es

Ce mercredi 1er juillet, le Conseil d’Etat a rendu sa décision en réécrivant totalement la décision du Conseil constitutionnel concernant le recours intenté par: UNEF, ASEPEF (Association des Étudiants Péruviens en France), FESSEF (Fédération des Étudiants Stagiaires et Sénégalais de France), AJGF (Association des Jeunes Guinéens de France), ADEEF (Association Des Etudiants Egyptiens en France), SNESUP-FSU, FERC CGT, FERC Sup, Solidaires Étudiant•e•s et FO ESR contre le plan “Bienvenue en France” et la multiplication par 15 des frais d’inscription pour les étudiant•e•s non-européen-ne-s.

De 30% à 40% des coûts globaux de formations soit 4000 euros : une somme modique selon le Conseil d’Etat…

Continuer la lecture