Recueillons les « étranger·es » qui étudiaient en Ukraine !

  • Par Armelle Andro, socio-démographe, professeur à l’Université de Paris-1, et Hicham Jamid, sociologue. Parution originale sur AOC media, 20 avril 2022

L’Ukraine représente depuis 1991 un important pôle d’accueil pour les populations estudiantines d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. À l’instar des citoyen·nes ukrainien·nes, les vies de ces personnes ont basculé le 24 février dernier, et elles se retrouvent depuis lors dépossédées des droits dont elles bénéficiaient en Ukraine. Il est urgent que la France, qui a récemment restreint considérablement les conditions d’accès à l’enseignement supérieur des étudiant·es étranger·es, les recueille dignement.

En France, des associations, des syndicats étudiants et des mouvements de jeunesse des partis politiques viennent d’interpeller les pouvoirs publics et les universités en particulier au sujet de l’accueil des étudiant·es étranger·es fuyant la guerre en Ukraine. Cette alerte est la chambre d’écho des appels lancés par ces étudiant·es, leurs familles et les pouvoirs publics de leur pays d’origine depuis le déclenchement de la guerre. Elle rejoint l’inquiétude de plus en plus largement partagée depuis plusieurs semaines par la plupart des institutions actrices del’enseignement supérieur et de la recherche en Europe.

Nous parlons ici à dessein de la situation des étudiant·es étranger·es et non pas de celle des étudiant·es internationaux. Ces deux termes ne sont pas synonymes et décrivent deux conditions différentes. Elles renvoient aux catégorisations implicites ancrées dans les inégalités Nord-Sud et les hiérarchies post-coloniales. Dans le jargon des acteurs politiques européens, notamment ceux de l’enseignement supérieur, les étudiant·es étranger·es désignent généralement les personnes originaires des anciennes colonies et des pays dits du Sud, alors que les étudiant·es internationaux, ou encore expatrié·es, renvoient à celles et ceux venant de pays du Nord ou dit émergents.

L’implicite de cette bicatégorisation réside dans la réactivation de la notion mortifère de «risque migratoire», autrement dit la méfiance que subissent les étudiant·es racisé·es originaires des pays dit du Sud, suspecté.es à toutes les étapes de leur parcours de formation d’être des « faux étudiants », des migrant.es économiques en puissance, susceptibles de s’installer et de rester travailler irrégulièrement dans le pays de destination.

Si, dans la plupart des pays européens, les gouvernements ont très rapidement mis en
place des dispositifs d’accueil et des procédures d’urgence pour permettre aux étudiant·es  et aux académiques de nationalité ukrainienne de poursuivre autant que possible leurs formations ou leurs activités d’enseignement, la situation spécifique des étudiant·es étranger·es, notamment ceux issus d’Afrique, de Moyen-Orient et d’Asie, est encore très confuse.

Plus de 60 000 étudiant.es étranger·es en 2020 en Ukraine

Sur les 80 000 étudiant·es étranger·es en mobilité internationale en Ukraine, plus de 60 000 relèvent de la catégorie d’étudiant·es étranger·es au sens où nous l’avons défini plus haut. Depuis 1991, l’Ukraine représente un important pôle d’attraction pour ces dernier.es, venant notamment d’Asie et d’Afrique. Le pays a continué à miser sur une politique volontariste d’ouverture de ses universités au plan international, poursuivant ainsi la tradition initiée durant la période soviétique. Pendant toute la guerre froide, le régime soviétique a beaucoup investi dans l’enseignement supérieur et a promu une volonté politique délibérée d’attirer des étudiant·es  issu·es des pays dits du Sud, principalement des pays africains, asiatiques et latino-américains.

Les étudiants étrangers ayant fui la guerre ne sont pas pris en compte dans le dispositif proposé par la France pour l’accueil des réfugiés ukrainiens. Capture d’écran TV5Monde

Continuer la lecture

Frais d’inscriptions : passons à l’action ! Grève du 3 février à Rennes

Près de 600 manifestants et manifestantes ont manifesté à Rennes ce jeudi 3 février contre la hausse annoncée des droits étudiants. Photos: Union pirate Continuer la lecture

Universités et écoles d’ingénieur publiques : la fin annoncée de la quasi-gratuité ?

  • Par Jean-Didier Zanos, Université de Rouen

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants(…) »

Emmanuel Macron, 13 janvier 2022

Les écoles d’ingénieurs publiques, dont les droits de scolarité sont arrêtés par l’État et donc le gouvernement, sont historiquement quasi-gratuites en France (environ 600 euros par an). Un vaste mouvement est à l’œuvre pour mettre fin cette quasi-gratuité. L’attaque a commencé principalement à partir de 2015. Suite à divers arrêtés ministériels, sont déjà devenus payantes à ce jour : Télécom ParisTech, Télécom Bretagne, Télécom SudParis, Mines (Paris, Saint-Étienne, Alès, Douai, Nantes, Albi-Carmaux), Ponts-ParisTech, ENSAE, ENSAI, SUPAERO, ENSTA-Paris, ENSTA-Bretagne.Nous donnons plusieurs exemples dans l’annexe ci-dessous

Une augmentation des droits universitaires à bas bruit

Ce mouvement se poursuit toujours aujourd’hui. Il reste en effet de nombreuses autres écoles d’ingénieurs publiques encore quasi-gratuites (notamment les Arts et Métiers, les INSA, les ENSI…). Il eut été en effet politiquement beaucoup trop risqué de rendre payantes d’un coup toutes les écoles publiques d’ingénieur. En revanche, le faire les unes après les autres et de façon assez discrète, semble jusqu’à présent ne susciter presqu’aucune opposition, si ce n’est localement au coup par coup pour chaque école en particulier (anciens élèves, FAGE, UNEF et sections syndicales locales).

Au printemps 2021, en pleine pandémie, les élèves des Arts et Métiers ont réussi, par leur très forte mobilisation et presqu’à eux seuls, à s’opposer à un projet visant à rendre cette école payante. Ce succès est presqu’un cas unique (avec également, semble-t-il, Grenoble-INP en 2019). Actuellement, ce sont les INSA qui sont à leur tour dans le collimateur.

200 à 300 étudiants manifestent devant le campus des Arts et métiers à Lille, le 29 mars 2021. • © Thomas Millot – France Télévisions, 2021

Mais une chose est désormais certaine : le sort des écoles d’ingénieurs publiques et des universités est intimement lié comme le montre la déclaration d’Emanuel Macron :

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants (…) »

— E. Macron, 13 janvier 2022, discours devant les présidents d’université).

Continuer la lecture

Parcoursup a échoué à rendre acceptable la pénurie de places dans l’enseignement supérieur

Thibaud Boncourt, maître de conférences en science politique, président de la commission d’examen des vœux Parcoursup de la licence science politique, université Paris-I Panthéon-Sorbonne, nous propose un bilan sous forme de tribune en trois temps : 1. Produire un classement juste est impossible ; 2. Cette injustice génère une frustration propre à alimenter l’extrême-droite ; 3. Plutôt que modifier le modèle d’affectation, nous ferions mieux de modifier le modèle de création de places.

  • par Thibaud Boncourt, maître de conférences en science politique, paru initialement dans Le Monde, 22 mai 2021

À l’été 2017, des milliers de néo-bacheliers se sont retrouvés sans proposition d’affectation dans l’enseignement supérieur. Parmi eux, d’excellents candidats présentés par Frédérique Vidal comme les victimes d’une “injustice”, car écartés des formations auxquelles ils prétendaient, non du fait de leurs résultats, mais à cause du tirage au sort opéré par la plate-forme “Admission Post Bac” (APB).

Confronté, dans les termes d’Edouard Philippe, à  “une immense insatisfaction, un sentiment de gâchis et de colère dans les familles” (Le Monde, 30 octobre 2017), le gouvernement a remplacé APB, en 2018, par Parcoursup et remis le “mérite” au centre de l’admission dans l’enseignement supérieur. Les établissements ont alors été appelés à classer eux-mêmes les candidatures, en fonction d’une série de “critères” et d’ “attendus”.

Cette réforme n’a pas réglé le problème de fond : l’enseignement supérieur n’est toujours pas en capacité d’accueillir tous les candidats, chaque année plus nombreux, dans les filières de leur choix. Elle a simplement visé à rendre l’éviction d’une partie d’entre eux plus acceptable, en écartant “l’injustice” du tirage au sort.

Amertume et sentiment d’injustice

Trois ans plus tard, l’échec de cette stratégie est patent. Parcoursup, comme APB, continue d’alimenter l’incompréhension et les sentiments d’injustice. L’amertume suscitée par les résultats d’admissibilité à Sciences Po Paris, publiés la semaine dernière sur la plate-forme, en est l’illustration la plus récente. Elle est emblématique des déceptions que produisent, chaque année, les classements des nombreuses filières “en tension”.

https://www.flickr.com/photos/soulsurvivor08/14936835887/in/photolist-oKVbVe-SrRRW-dfoBGP-5tV3Av-6YkeWe-iRpgP-6vQoQA-5ChNKn-6HC9cQ-efiAQ-hziwx-83ji75-6Ypf2A-8ofewt-cK7kZ1-83jy9Q-emU748-sCtjN-6YkiRk-dbv7ry-3bxukP-e81EL-737Gss-6yeUF-8uW9Qr-5f3soD-kiYDf-dG9yWw-7VN1zH-nw1HeH-429qz-7ZG2L-NHULd-3FxJ6-9Zehzd-4kdxR-3ehUT9-83jAuo-8P8sGj-KrwHRU-hziwy-aip2xw-8ar7wZ-7ZT9N8-um7eca-83g5hK-d7jTCu-8isEcQ-48isEm-6YkgXX

Passifore. Crédit: Bree McGhee, 2017

Continuer la lecture

Les étudiant·es fantômes

  • par des étudiant·es de Licence 1 de science politique, Université de Montpellier

Crédit photo:  Debs (ò‿ó)♪, 2010

Validation du plan “Bienvenue en France” : le Conseil d’Etat enterre l’égalité entre étudiant·es

Ce mercredi 1er juillet, le Conseil d’Etat a rendu sa décision en réécrivant totalement la décision du Conseil constitutionnel concernant le recours intenté par: UNEF, ASEPEF (Association des Étudiants Péruviens en France), FESSEF (Fédération des Étudiants Stagiaires et Sénégalais de France), AJGF (Association des Jeunes Guinéens de France), ADEEF (Association Des Etudiants Egyptiens en France), SNESUP-FSU, FERC CGT, FERC Sup, Solidaires Étudiant•e•s et FO ESR contre le plan “Bienvenue en France” et la multiplication par 15 des frais d’inscription pour les étudiant•e•s non-européen-ne-s.

De 30% à 40% des coûts globaux de formations soit 4000 euros : une somme modique selon le Conseil d’Etat…

Continuer la lecture