Les étudiant·es de Paris-8 se réapproprient leur lieu de travail, 5 mars 2020

Appel des étudiant·es de Paris-8 mobilisé·es

Nous étudiant-e-s mobilisé-e-s de l’Université Paris VIII sommes actuellement réuni-e-s dans le Hall de notre Université.
Nous avons réussi à entrer ce matin, malgré la fermeture administrative, que nous dénonçons fermement.

Nous tenons à rappeler par ce texte que l’Université est à celles et ceux qui y travaillent et y étudient, et non pas au petit nombre qui se l’approprie. Nous ne sommes donc pas ici des intru-e-s comme le suggère « l’équipe présidentielle » dans son mail matinal.

Depuis 1h, on nous menace d’être expulsé-e-s par la police du hall où nous sommes installé-e-s. Nous sommes révolté-e-s par cette menace trop souvent invoquée.

Université de Paris-8, 5 mars 2020

Que veut dire dans la période actuelle de menacer de faire entrer la police dans une Université publique ? D’autant plus dans une Université ayant une forte proportion d’étudiant-e-s étranger-e-s.

Quel message envoie la fermeture administrative de Paris VIII un jour de mobilisation nationale dans l’enseignement supérieur ?
L’organisation politique des étudiant-e-s n’est pas un délit. Se saisir de nos lieux d’études et de travail pour mener à bien notre mobilisation est légitimite.

Nous soulignons ici l’absurdité de cette situation.

Nous ici, comme prévu et annoncé, jusqu’au retour de nos camarades parti-e-s en manifestation. Nous déciderons alors ensemble de la suite de la mobilisation.

 

Les recteurs et les droits constitutionnels

À un moment de mise en cause des libertés publiques, il n’est pas anodin d’observer que d’anciens collègues universitaires, professeurs des universités, devenus recteurs d’académie s’attaquent frontalement aux droits constitutionnels des personnels de l’Éducation nationale. Si ces comportements devaient à se poursuivre, que faudrait-il penser des ordres donnés par le Ministre Blanquer ?

Continuer la lecture