Examens à Paris-Saclay, « un mélange de Clochemerle, d’irrégularités dans les procédures et de rapports incroyables entre collègues sur fond d’incompétence technique »

En passant

Le mystère reste entier sur la manipulation d’une épreuve de droit à l’université Paris-Saclay

Une enquête technique met au jour le paramétrage frauduleux de l’examen de droit constitutionnel, sans préciser qui en est à l’origine.

Sur le limogeage du professeur de droit constitutionnel, voir sur Academia

Suspension à Paris-Saclay : défense et illustration de l’évaluation universitaire

Academia n’aimait guère mélanger les torchons de l’arbitraire, de l’autoritarisme et du tri social avec les serviettes de la défense des collègues, nous publions séparément la lettre adressée par le professeur de droit constitutionnel par la présidente de Paris-Saclay, en invitant nos lecteurs et nos lectrices à signer la pétition demandant la réintégration immédiate du collègue. 


Le 14 mai 2020 à 10:37, direction.daji@universite-paris-saclay.fr a écrit :
A l’attention de Monsieur Jean-Pierre Dubois, professeur des universités,Monsieur,
Je vous prie de bien vouloir trouver en pièce jointe une décision de la présidente en date du 13 mai 2020 portant suspension de vos fonctions à titre conservatoire au sein de l’Université Paris-Saclay.
Bien cordialement,

XXXXXX
Direction des affaires juridiques et institutionnelles

<Suspension Jean-Pierre DUBOIS.pdf>

De: Jean-Pierre Dubois <XXXXX>
Objet: Rép : Décision DAJ 2020/56 de la présidente du 13 mai 2020
Date: 14 mai 2020 à 11:02:11 UTC+2
À: « direction.daji@universite-paris-saclay.fr » <XXX>

Mesdames, Messieurs,

Je reçois à l’instant notification de cette décision de suspension qui me plonge véritablement dans la stupéfaction.

À aucun moment je n’ai décidé de permettre à mes étudiant.e.s de connaître les bons résultats à l’issue d’une première tentative ! Je n’ai jusqu’ici jamais divulgué le contenu sidérant des échanges que j’ai pu avoir dans la préparation technique ce mon QCM avec un collègue qui a gravement perturbé les conditions d’élaboration de mes sujets (alors que le service e-campus, en la personne d’Iva Jaunoo, m’avait efficacement et aimablement secondé jusque là), mais je conteste formellement la motivation de cette décision de suspension pour « faute grave » (!!!) qui fait de moi le bouc émissaire d’un fonctionnement numérique que je ne suis évidemment pas en mesure de maîtriser. Je ne sais qui doit répondre de la programmation ayant conduit à cette situation, mais je n’assumerai pas les conséquences injustes et, ajouterai-je, humiliantes (« faute grave »!) de manipulations informatiques qui ne sont ni de mon ressort ni de ma compétence, sauf à ce que les obligations de services des professeurs d’universités aient été à mon insu modifiées pour y inclure la maîtrise du codage informatique.

Je suis, depuis plus de quarante-cinq ans, enseignant-chercheur en droit public. J’ai au surplus exercé assez de fonctions administratives universitaires (notamment décanales) pour mesurer les difficultés de l’exercice. Et je ne crois pas avoir jamais fait preuve de la moindre négligence, pour ne même pas envisager l’idée d’une fraude, vis-à-vis du service public auquel j’ai été attaché toute ma vie. C’est vous dire que, quelle que soit l’issue de cette affaire, elle a d’ores et déjà brisé en moi le rapport de confiance que j’ai toujours eu avec les personnes que j’ai considérées comme des collègues, et qu’à moins de quatre mois de mon départ en retraite elle constitue à mes yeux une évaluation inoubliable de ce que je suis censé avoir apporté à une Université que je sers depuis plus de vingt ans.

Il va de soi que je forme par le présent message une réclamation tendant au retrait de la mesure de suspension prise hier à mon égard et que je la contesterai au cas contraire par tous moyens légaux.

Vous comprendrez, compte tenu du caractère à ma connaissance sans précédent de cette procédure dans notre Faculté, que j’informe nos collègues de ce « nouveau cours » dans la vie universitaire qui, pour eux, se poursuivra en tout état de cause. Il s’agit là d’une information non seulement utile pour leur propre avenir, mais d’intérêt public en termes de définition des compétences, des obligations et des droits de chacun.

Mesdames, Messieurs, je vous prie de trouver ici l’expression de la considération qu’appellent les fonctions que vous exercez.

https://www.flickr.com/photos/sophialynch94/4101606510/in/photolist-7frNHC-6rxgDk-p4AnvU-4uizym-9bA9eg-KkEGwi-5v8RzC-UQFL37-qPhVW9-5XW2QD-54CjrJ-9JCTF8-bzunge-9Wr9kb-9SYy62-pVtxvF-5pNstE-4N83A5-oNaF8S-fuzyuY-5HBJVo-PdJQu-fLP7vM-6hTQXr-97wfuB-9QntbE-adV3W8-a8mhac-diPyH2-535Ghb-WEiW3Y-ecDgZS-zQzNsb-5NfHMX-7pdBSS-9xv1re-3SwjaE-pwdqjT-cyQujj-4BoeVs-7Yvuss-9BiPEZ-gaF1P6-4hJ2Wd-66KSUu-mCqe5D-bg5uHv-9tnGBJ-5SMeFb-7A25nm

by Sophia Lynch, 2009

Continuer la lecture

Suspension à l’Université Paris-Saclay pour un QCM en temps de confinement

DECISION PORTANT SUSPENSION DE FONCTIONS

LA PRESIDENTE DE L’UNIVERSITE PARIS-SACLAY

  • Vu le code de l’éducation ;
  • Vu la loi du 23 décembre 1901 réprimant les fraudes dans les examens et concours publics ;
  • Vu la loi n°83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, et notamment ses articles 25 et suivants ;
  • Vu l’ordonnance n°2020-351 du 27 mars 2020 relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 ;
  • Vu le décret n°84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs et portant statut particulier du corps des professeurs des universités et du corps des maîtres de conférences ;
  • Vu les statuts de l’Université Paris-Saclay, et notamment son article 10 ;
  • Vu la délibération de la commission de la formation et de la vie universitaire du conseil académique de l’Université Paris-Saclay en date du 10 avril 2020 portant modification des MCC dans le cadre de la crise sanitaire née de l’épidémie de COVID-19 ;
  • Vu l’urgence ;

Continuer la lecture

Postes indignes à Metz

Deux postes sont publiés à l’Université de Lorraine (Metz) : Droit privé et histoire du droit, 100% / 384h, rémunération non précisée).
Commentaire de juriste : « Le fonds du puits a été atteint par l’Université de Lorraine. Un poste pour un docteur historien du droit : – service de 384 heures – sur deux sites distants de 80 km – de septembre à août. Fermez l’université si vous n’avez plus d’argent. Pathétique.
Parce que là, ce n’est plus de l’enseignement supérieur, c’est de l’abattage.»

Communiqué de la Conférence des Doyens de Droit et de Science Politique

En passant

À la lumière des rapports publiés le 23 septembre 2019 pour éclairer le projet de loi de programmation sur la recherche et des dernières interventions de Madame la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation dans la semaine du 20 janvier 2020, la CDDSP rappelle fermement les principes qu’elle a toujours défendus :

  • Université de Paris, Faculté de droit

    le maintien d’une qualification nationale ou d’un concours national pour accéder aux carrières pérennes de l’enseignement supérieur ;

  • le maintien du référentiel national et statutaire d’enseignement de 192 heures, ce qui exclut toute modulation des heures de service.

Continuer la lecture

Réalités du travail universitaire, par le quotidien Libération

Citation

L’université de Lille accuse un déficit de 6 millions d’euros et a de plus en plus recours à des vacataires pour faire des économies. Des contrats précaires et mal payés souvent assurés par des doctorants. Extraits

Universités : «L’excellence, on sait faire, c’est juste qu’on a zéro thune»

par Sheerazad Chekaik-Chaila – https://www.liberation.fr/france/2019/01/08/universites-l-excellence-on-sait-faire-c-est-juste-qu-on-a-zero-thune_1701733

«Je finis ma thèse. Je vais essayer d’avoir un poste d’enseignant à la fac. Sinon je retourne à l’agriculture…» ironise Benjamin (1), doctorant lillois en sciences politiques. «Moi, si je n’ai pas de poste, je serai fleuriste», annonce pour sa part Estelle, 27 ans, chercheuse en sociologie qui vient de décrocher une place d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’université de Lille, payée 1 230 euros net par mois, pendant un an, renouvelable une seule fois. Douze mois de répit.

Mi-octobre, l’université de Lille a annoncé une «année blanche» pour la prochaine campagne de recrutement universitaire. La deuxième plus importante université de France, qui compte 67 000 étudiants et 6 700 salariés, a fini l’année dans le rouge, avec un déficit de 6 millions d’euros. Un plan de redressement, étalé sur cinq ans, prévoit de laisser vacants 73 postes d’enseignants-chercheurs et d’administratifs remplacés parfois par des contrats précaires. Des établissements, comme à Orléans ou Rennes-I, sont aussi concernés par des mesures d’austérité. Leur situation financière, ainsi que celle de huit autres universités et deux écoles d’ingénieurs, inquiète la Cour des comptes.

(…)  Par endroits, avec la progression du nombre d’étudiants et le manque de professeurs titulaires, des filières sont dépendantes de ces postes temporaires pour pouvoir continuer à assurer les cours.

Continuer la lecture

Misère des postes, recrutements misérables? Une journée de débats le 31 janvier 2015

Les sections 36 et 40 continuent leur contribution salutaire à la réflexion sur les pratiques de recrutements. À l’occasion d’une journée organisée par l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP), l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCSMP), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES), certains membres des commissions de sociologie et sciences du droit (36) et de Politique, pouvoir et organisation (40) participent à plusieurs tables rondes le 31 janvier.

Programme disponible ici: Journee_ASES_31janvier2015

Academia se fera un plaisir de publier un compte rendu des discussions