Université ouverte publie la 2e édition du Manuel d’autodéfense universitaire

À la fois guide de survie pour les jeunes chercheur·ses et manuel d’agitation politique, le Manuel d’autodéfense universitaire revient dans une version augmentée, toujours aussi ouverte, incisive et drôle. Comment prendre soin les un·es des autres et de soi-même, quand il faut mener ses recherches, enseigner et payer les factures, tout en se débattant avec les dominations qui structurent nos institutions ? Voici des pistes de réponses – en 11 chapitres et 3 interludes. L’équipe du Manuel attend des retours !

Une première version de ce manuel a été publiée début janvier 2021, elle a suscité des rencontres, des discussions et des débats. Cette version 2 est entièrement remaniée, augmentée, améliorée (?) et se veut plus que jamais un outil pour aider celles et ceux qui s’en emparent à créer du collectif là où ils ou elles sont !

Cette nouvelle version n’est certainement pas une version définitive. Le manuel est à tou·tes : chacun·e est invité·e à l’arpenter, le triturer, le discuter, le modifier. Continuer à l’écrire ensemble est d’autant plus important que si les personnes qui ont « appuyé sur les touches du clavier » sont diverses (par leurs disciplines, trajectoires académiques, établissements, etc.), elles sont majoritairement blanches, de nationalité française, nées un peu avant ou après 1990, valides, cisgenres, issues de milieux CSP+, elles ont d’autres activités collectives ou militantes par ailleurs. Ensemble, nous pouvons enrichir ce manuel d’autres expériences de l’université, de ses violences, mais aussi des solidarités et des luttes qui nous font tenir.

Continuer la lecture

La thèse et le doctorat : socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècle). Colloque, 8-9 septembre 2022

Frontispice de la salle Louis Liard

Frontispice. Sorbonne, septembre 2022. Crédit: P. Verschueren

Construisant sur les acquis du projet ès lettres, ce colloque entend poser les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, aux parcours et trajectoires des docteurs, afin de contribuer à une historicisation des règles, trop souvent naturalisées, du jeu académique. Il aborde des questions touchant la construction des disciplines et la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple), à partir de cas à échelle européenne.

Programme

Huit questions sur les relations intimes et la séduction entre directeur·rice de thèse et doctorant·e

À l’occasion de la promotion  sur Twitter de l’article deFarah Deruelle,« La sexualité en colloque, une « parenthèse enchantée » ? Violences et rituels professionnels à l’épreuve de l’égalité des carrières scientifiques», paru dans “Dire la sexualité”,  ed. Pierre Brasseur, Milena Jakšić,Cécile Thomé, Terrains & Travaux n°40, (1/ 2022)1, une controverse très vive a conduit plusieurs personnes à s’interroger sur la possibilité et le cadre réglementaire régissant les relations entre directeurices de thèse et doctorant·es, en reconnaissant l’insuffisante formation des encadrant·es. Anne GE nous en propose ci-après une exposition pédagogique et conclut en partageant de précieux recommendations. Nous la remercions. 

  • par Anne GE, doctorante

Ce billet est tiré d’un fil rédigé dans le cadre d’échanges sur Twitter sur les relations amoureuses et sexuelles entre DT et doctorant·e.

Peut-on consentir à une relation avec son ou sa directeur·rice de thèse ?

Oui, dans l’absolu, il est possible de donner un consentement non seulement valide, mais volontaire et enthousiaste, même si vous n’êtes pas dans une position d’égalité (de statut ou de pouvoir) vis-à-vis de votre directeur·rice de thèse.

De la même façon, un·e étudiant·e peut, dans l’absolu, désirer, souhaiter et consentir dans le cadre de relations avec un·e enseignant·e.

Affirmer le contraire par postulat et construire un argumentaire contre ces relations en jetant un soupçon de principe sur la validité du consentement me semble dangereux et paternaliste : cela revient à nier l’importance des choix, des sentiments, des désirs et des décisions des personnes autonomes que sont les doctorant·es et les étudiant·es. Ces choix, ces sentiments, ces désirs, ces décisions comptent et il est important de reconnaître leur valeur.

L’inégalité de la relation entre doctorant·e et directeur·rice soulève-t-elle des problèmes liés au consentement ?

Oui, et ce n’est pas en contradiction avec l’affirmation précédente. Il s’agit d’un contexte dans lequel les violations du consentement sont très fréquentes, sous la forme de viols, d’agressions sexuelles ou de harcèlement sexuel. Ce contexte facilite aussi des formes d’abus qui ne seraient pas nécessairement reconnus comme des délits mais qui limitent la possibilité de choisir et contrôler la relation pour la personne qui a le moins de pouvoir. Par exemple, il est « facile » de se plaindre de harcèlement sexuel si le ou la DT conditionne la poursuite de la direction à une relation sexuelle (au sens où la caractérisation du chantage est très évidente), beaucoup moins facile de se plaindre parce que vous avez l’impression que votre DT vous fait la tête et se conduit très froidement à la suite de vos refus, qu’il se désintéresse de votre travail ou se montre beaucoup plus critique sur sa qualité.

On peut aussi rappeler que le fait qu’une relation soit consentie dans son ensemble ou qu’un·e doctorant·e soit très profondément amoureux·se de sa ou son directeur·rice n’empêche pas, bien au contraire, que des violences surviennent dans cette relation et qu’elles soient facilitées par l’asymétrie existante.

Peut-on interdire des relations entre adultes consentant·es ?

Il faut en fait distinguer deux questions.

https://www.flickr.com/photos/dionhinchcliffe/3021217860/in/photolist-5AYwP7-5AYugU-HpyTm9-5sC4sg-HpyWRW-8asEzY-9aosJy-5sGtp1-ELBUo-ELAVD-ELBSu-NF6Wm-5AUdy2-5AYtq9-spwcPm-8aszKy-gYuA9-n76ku-dZC8Ba-ELBUC-93eb-boAwqU-8apo4e-f1inf-HGnEq-f6Arg-HGsC6-ELBVs-ELBTs-w7ebui-2mWsPzw-2iEEf3J-2mMzXfD-RCKQ1c-AGEMSp-mLSbkF-8riRnm-7zeaif-GNbGx-93ee-6Zupa-5V3LC-4DNT4q-6UtkGg-fcUr79-bSSrGn-bSSu8P-bSSw5P-bDXMg9-vFsphC

Conference. Credit: Dion Hinchcliffe, 2008

Continuer la lecture

  1. Et en particulier, une note 11. []

Doctorante à l’Université de Lille-3. De l’abus de pouvoir au mépris de la loi. Un témoignage

Lorsque l’on explique comment l’université broie les jeunes chercheurs, la levée de bouclier de l’institution est quasi immédiate : non, l’université ne broie personne. Les rares cas de maltraitance relèveraient d’évènements isolés. Pourtant les témoignages se multiplient pour illustrer de quelles façons, certaines universités laissent dépérir étudiants et (jeunes) chercheurs.

Négligence ou intérêt politique ? L’Université de Lille saura probablement nous éclairer. Alors que son site internet regorge de documents invitant à lutter contre le harcèlement et reconnaître les signes de violences psychologiques, l’une de ses doctorantes subit harcèlement et injustices sans que personne n’y trouve visiblement à redire. L’université de Lille serait-elle incapable d’appliquer à elle-même ce qu’elle recommande à ses étudiants ? Harcèlement de la part de sa directrice de thèse, abus de pouvoir, refus manifeste d’appliquer une décision de justice, une doctorante témoigne1.

Update. 11/02/2022 Réponse du président de l’Université de Lille, Régis Bourdet

La soutenance de thèse, un rituel
Pas pour moi, ce fut l’un des pires jours de ma vie. Ma soutenance en neuropsychologie le 27 septembre 2017 à Lille n’avait a priori rien de suspect : je suis Hollandaise et mon parcours universitaire avait été validé par des mentions bien ou très bien dans trois pays (Pays-Bas, Royaume-Uni, France). Le manuscrit fini, ma directrice de thèse était favorable à l’organisation de la soutenance. Les avis des deux rapporteurs étaient enthousiastes. La soutenance s’annonçait comme le couronnement de plusieurs années de travail : ma famille et mes amis avaient fait le déplacement depuis l’étranger. Ce serait festif, comme toutes les autres soutenances, d’autant plus que la grossesse de mon deuxième enfant venait de commencer, comme le savait ma directrice de thèse.
Cependant, dans les jours qui ont précédé la soutenance, ma directrice de thèse m’a subitement redemandé une nouvelle archive détaillée et expliquée de tout mon travail de thèse de quatre ans. Même bien organisée, ces quelques jours étaient trop courts pour tant de travail si soudain. Je proposais les semaines d’après, il fallait que ce soit avant. Le jour de la soutenance, la pression est montée au point que ma directrice de thèse a influencé le jury pour qu’il prononce un « ajournement temporaire » de la thèse.
Selon les textes qui définissent la procédure de soutenance de thèse — soit l’arrêté du 25 mai 2016 — le jury prononce soit une admission, soit un ajournement (définitif) du doctorat : l’ajournement « temporaire » n’est pas une possibilité.
Toujours selon la loi, la directrice de thèse n’a pas le droit de prendre part à la délibération.
Enfin, le jury doit écrire un rapport de soutenance justifiant sa décision. Dans mon cas, ce rapport n’a jamais été écrit, ce qu’a reconnu l’Université.

https://www.flickr.com/photos/infomastern/15904857534/in/photolist-qesy2C-dAs1jK-DAUTFH-wxYGtP-4PnoZ7-2mPtLQT-3Hm6m-4rXpuJ-2inNcx2-D75PXk-PS17xo-Rosd4Q-CCbSto-2mHznm4-4jiJMu-2i9avbB-2ksfFxV-AWYRiz-NoPLPt-4t1zfy-4qYYFV-2kv7XFd-2inNcqy-6MJa8A-2hP1CxJ-DUMwAW-qVTZQn-235HceQ-Cvo3Zf-2kb53jn-PzUzfF-PGSCmY-NbwPA7-2mQ7oq2-2mT1Gqe-7LsshM-7uV9gb-2dWa5qg-2mTpbsB-2ki8YCd-QSEQL7-2n1rT9r-2kdnCkX-EP2ajd-2mMVz9q-2mZSTni-5mJZ5k-4ycY7c-tphGx-bVG2X
Frosty, by Suzanne Nisson, 2015

Au-delà de l’humiliation publique de ne pas obtenir le diplôme, je suis entrée ce jour-là dans le cauchemar d’une « thèse après la soutenance ». La liste des tâches pour le bénéfice de ma directrice de thèse et de ses propres recherches s’allongeait : analyses supplémentaires, extra publications, formation d’étudiants, etc. Elle se comportait comme un employeur qui me paierait avec la promesse du diplôme que j’aurais dû avoir sans son intervention. L’École Doctorale, censée être un médiateur de la situation, me conseilla de ne rien contester, parce que ma directrice de thèse « avait le bras long ».

Continuer la lecture

  1. Interpellée à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, l’Université de Lille, EPE qui a intégré l’Université de Lille-3 depuis 2021 — Article 9, chap. III du décret 2012-1206 portant création de l’Université de Lille et approbation de ses statuts n’a pas encore répondu à nos questions. []

Prendre acte. Un hors-série de la revue Essais sur l’après-thèse en SHS

  • par Magali Nachtergael, professeure en études françaises contemporaines, Université Bordeaux Montaigne.

La revue Essais, revue en ligne « interdisciplinaire » de l’école doctorale Humanités de l’Université Bordeaux Montaigne publie un hors-série dédié aux parcours d’après-thèse en lettres et sciences humaines.

Dirigé par Isabelle Poulin, professeure en littérature comparée, et inquiète du devenir non pas seulement professionnel mais aussi personnel des doctorant·es, « Récits d’outre-thèse. Quelle place dans le monde pour les docteur·es en Humanités? » rassemble des témoignages et des réflexions sur la vie de jeunes chercheur·ses dans une université publique qui connaît, comme la plupart des services publics en France, son grand démantèlement. Avec chiffres à l’appui, dont certains donnés par nos collègues engagés dans la veille professionnelle, scientifique et académique de l’Enseignement supérieur de la recherche pour Academia ou sur le web, les récits non pas d’outre-tombe mais d’après-doctorat dressent un panorama situé et documenté de l’asphyxie de la recherche en France, qui pèse d’abord sur les jeunes, comme tant d’autres, en mal d’avenir stable, dignement rémunéré et valorisé.

Avant de répondre à la question intergénérationnelle, que laissons-nous ? il convient d’écouter leur retour sur les discours de l’excellence, de l’attractivité et les conditions réelles de travail qui ont été ou sont les leurs, avec tout ce qu’il comporte de désillusions et en prenant acte de l’image cruelle qu’ils renvoient de ce que devient l’ESR en ce début de siècle en France.

Pour lire le numéro “Récits d’après-thèse” Essais 7 (2022) →

https://www.flickr.com/photos/pepe50/49720609522/in/photolist-2iKD7Yj-8HEFdo-9URiR8-8HBvqH-UVi7WT-o4gU7a-Cm3ptf-2dAZSR5-j4MZeR-QYtBKR-2iWAAwQ-2i4jCfz-2iEhTLc-2dPtBZU-z6UFfG-2kWvNLD-ay7rDc-yURcXY-ayaa5f-ayabdL-9MHvUE-2mdwVN4-XNdToV-2kVkgMb-2n1yEMc-2kD6dUH-2kZeSCK-2kfu5kQ-EEThNK-2kLoY9c-2konJNh-2ijRTAW-24cjUTf-oUobka-2kvrAbZ-zsGYu9-Vxjjpm-XrLjxh-29VUHc4-ay7shF-G6ujDi-ayabL3-ayacgq-UNs44J-rVqnhD-ay7sA6-2jfSXFE-2iVgEjE-ay7s7V-ay7u7v

Library, La Villa Del Dottore, par Paolo Lottini, 2020

Table des matières

Continuer la lecture

Au bout de ma thèse, par Goldmanipes – une production ParoD-Day

ParoD-Day vous souhaite une bonne année 2022 en chansons !

Pour suivre ce talentueux groupe, abonnez-vous : @DayParod
À la 200e abonnée, ParoD-Day lance le projetANR

#ResistESR

 

Je suis Bien Dans Ma Thèse mais je veux aussi parler du négatif, et ça dérange

Si je fais ce thread aujourd’hui, c’est parce qu’il s’est produit quelque chose hier qui, avec du recul, me semble inapproprié et assez révélateur de notre environnement dans la Recherche académique en tant que doctorant·es.

Tout est parti de ce tweet où j’ai répondu “Merci” à une des interlocutrices avec qui je partage son point de vue. Comme le résume très bien Damien, cette semaine, nous avons eu deux enquêtes parlant des doctorant·es et de leur environnement dans l’ESR. Le “problème” aux yeux de certaines personnes, c’est que ces enquêtes étant pour elles diamétralement opposées, dérangent.

D’une part, nous avons une enquête qui manque globalement de nuance dans les explications de certains résultats et qui met en avant dans la majorité du document le positif, tout en discutant sans vraiment apporter ou proposer de solutions précises. D’autre part, nous avons une enquête difficile à lire, certainement plus proche de la réalité puisqu’elle met en avant de vraies paroles de doctorant·es. Les questions posées ne sont pas “floues” et la parole est libérée. Je tiens également à rajouter que dans cette deuxième enquête, il y a aussi des choses positives et la personne responsable de cette enquête déclare avoir globalement aimé son doctorat.

Si je vous parle aujourd’hui, c’est parce qu’ayant relayé cette deuxième enquête et mis en avant les propos associés, une personne en charge de la vie doctorale d’une grande institution est venue dans mes DMs. J’ai décidé de prendre la parole, car ne voulant pas faire carrière académique, je sais que cela ne pourra pas avoir de répercussions sur mon avenir, mais je réalise que si j’avais vraiment aimé faire carrière académique, peut être que ma prise de parole aujourd’hui me couterait cher, en tant que jeune doctorante, et ça, ce n’est pas normal déjà.

Trees., by Jim Liestman, 2011

Continuer la lecture

Sur France Culture. Comment l’université broie les jeunes chercheurs, par Adèle B. Combes

Elle a enquêté sur les conditions de travail des jeunes chercheurs en France : Adèle B. Combes, docteure en neurobiologie et initiatrice du projet “Vies de thèse”, auteure de “Comment l’Université broie les jeunes chercheurs” (Ed Autrement, 2022), est invitée de la Grande table, sur France culture.→  Écoutez l’émission !

Le projet d’arrêté organisant le doctorat ou comment compliquer la vie des doctorant·es

  • Par un chercheur non-titulaire en LSHS

Voici ci-dessous l’avant-projet d’arrêté modifiant celui du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat. Il s’agit de la première modification depuis 2016 de ce texte, qui constitue la pierre angulaire des études et des recherches conduites en doctorat en France.

Avant-projet d’arrêté modalités doctorat (version du 6 décembre 2021)

Élaboré par la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), cet avant-projet d’arrêté est daté du 6 décembre 2021 dernier. Il est pour le moment confidentiel et en cours de concertation avec différentes organisations et instances universitaires.

Puisque les doctorantes et les doctorants n’ont généralement pas beaucoup voix au chapitre sur leur propre sort, il semble important que ce document soit rendu public, afin qu’il soit plus amplement débattu, voire amendé.

Pour l’essentiel, ce nouvel arrêté tire les conséquences réglementaires de l’instauration d’un “contrat doctoral de droit privé” par l’article 6 de la loi de programmation de la recherche (LPR) et qui dérégule largement la préparation de thèses au sein d’entreprises privées.

Ce billet ne revient pas toutefois sur les multiples problèmes posés par le doctorat en entreprise (incompatibilité de la liberté académique et du principe de subordination des salariés, conditions de travail et en particulier salariales au rabais, etc.) [[NDLR : La rédaction d’Academia reviendra prochainement sur le décret d’application du 25 septembre 2021, insuffisamment contesté], mais se concentre sur deux changements importants introduits par les articles 13 et 17 de cet avant-projet d’arrêté.

Phare de Trévignon. Crédit : Patrice Michel, 2020

Non prévus par la LPR, ceux-ci semblent sortis du chapeau de Frédérique Vidal et des bureaucrates du MESRI. Plus précisément, ces deux mesures trouvent leur source dans un rapport remis à la ministre en avril 2021. Elles apparaissent néfastes pour les doctorantes et les doctorants pour les raisons qui suivent.

Comité de suivi, comité d’évaluation, comité de sanction ?

Continuer la lecture

Contre l’invisilisation de situations inacceptables en doctorat, un Manuel d’auto-défense universitaire

#ResistESR

Ce manuel est écrit par un collectif de personnes passées par un parcours de thèse.

En fabriquant ce manuel, nous avons constaté l’importance de diffuser dans l’espace public les témoignages de situations inacceptables et souvent invisibilisées.

 

Table des matières

  • [Avant-première !] Méta-manuel
  • Va t’faire encadrer : choisir et faire avec
  • La culture du refus : dire non, ça s’apprend
  • [À venir…] Cartographie du pouvoir à l’université : l’implicite, l’officieux, les castes
  • [Avant-première !] Féminisme et université
  • [Avant-première !] Créer des espaces : une piste de survie
  • Quitter l’université ?
  • Courrier des lectrice·eurs

Pour télécharger le manuel, cliquez ici.

NB: Adresse mail de contact (manuel_univ@sans-nuage.fr) si l’on veut joindre
le collectif, emandeurs de retours, de critiques, de suggestions et de contributions.

Don’t forget me…

  • par Penelope II, le retour

Alors que Dexter Morgan n’est qu’un tueur en série de fiction, l’État français, quant à lui, écartèle et démantèle bel et bien l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Pour illustrer ce triste constat, j’ai souhaité vous partager deux œuvres extraites de mon corpus de thèse1.

Laocoon, par Saâdane Afif (2005)

Continuer la lecture

  1. Ma thèse porte sur les références à l’Antiquité grecque et romaine dans l’art contemporain (post 1980). []

« Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant »

https://twitter.com/LemoziVirgile/status/1313174391824494592?s=20

  • par PIerre Nocerino, doctorant en sociologie

Certains s’autorisent, année après année, à réaffirmer les mêmes clichés. Il est donc malheureusement nécessaire, année après année, de se répéter pour se défaire de ces prénotions.

Pour cela, je partirais de ma propre expérience : ayant fini il y a quelques jours la rédaction de ma thèse, je peux effectivement me demander si, pendant ces six années, j’ai été ou non un « bon » doctorant. Mais mon expérience n’a d’intérêt que si elle est mise en perspective. Si je n’ai pas fait d’enquête sur les doctorants et doctorantes, je peux toutefois me risquer à une généralisation en convoquant les outils sociologiques issus de ma thèse.

1 — Mon expérience

Pendant trois années de master et quatre années de thèse, je me suis engagé dans ce que j’ai cru être la bonne façon de travailler : quasiment pas de week-ends, encore moins de vacances, rarement des journées de moins de 10 heures de boulot. Ce rythme m’a aidé à honorer le poncif précité : j’étais un doctorant bien déprimé ! Mais bon, ça voulait dire que j’étais un bon doctorant. Je me disais que c’était « normal ». Plus encore, je me convaincais que c’était bien ! Que j’étais un bon doctorant, donc.

Un doctorant tellement bon que j’étais incapable de proposer des papiers : j’aurais pu (et donc dû) travailler davantage, à l’image de mes collègues qui parvenaient à repousser leurs limites plus que moi.

Un doctorant tellement bon qu’il m’arrivait souvent de décrocher, tant dans les journées d’étude, dans mes lectures ou encore sur le terrain, parce que j’étais épuisé.

J’étais un doctorant tellement bon que j’en devenais super irritable, au point de ne plus réussir à évaluer correctement les travaux de mes collègues (et même les miens).

Un doctorant tellement bon que j’ai complètement bloqué dans l’écriture, au point d’envisager très sérieusement de tout arrêter.

Tout.

Plusieurs fois.

Au final, ce n’est qu’à ma 5e et 6e année de thèse que j’ai commencé à ralentir. Parce que de toute évidence, je n’y arrivais plus. Et que ça devenait dangereux.

https://universiteouverte.org/2020/10/05/jai-passe-une-audition/

(c) Ladactylo, photographiée par une précaire détère et vénère anonyme.

Continuer la lecture