La presse nationale attire l’attention sur les rapports de pouvoir qui traversent la recherche

Plusieurs articles du magazine Campus du Monde et de Libération relèvent l’intersection des rapports de pouvoir dans la recherche scientifique, particulièrement sensible pour les doctorantes et autres chercheuses précaires. Signalons en particulier ces quatrearticles publiés en 2022, dont l’accès complet est réservé aux abonnés, qui s’appuient souvent sur des travaux universitaires accessibles.

Continuer la lecture

À l’intersection

Il y a de ça quelques semaines, alors que je venais tout juste d’arriver à Budapest, je reçois un message d’Academia. Mon article sur l’ouvrage théorique Ecrire à l’encre violette publié cet été a recirculé1 et on me demande si cela ne vaudrait pas le coût de publiciser les intimidations à l’endroit de mon compte rendu. Je réponds rapidement en mettant en avant ce qui pourrait être discuté dans un article (la charte du collectif2 auquel appartiennent certain-es des auteurices, le communiqué qu’elles ont publié en réponse à mon article3 ) et propose qu’on s’appelle quand je rentre.

*
*   *

Je ne suis pas à Budapest pour profiter des thermes, mais à l’occasion d’un congrès lesbien. J’y suis en tant que directrice de collection pour la maison On ne compte pas pour du beurre afin d’y animer un atelier sur les lesbian narratives. Je loge avec une dizaine d’autres lesbiennes, certaines intervenantes, d’autres bénévoles, pour le même événement. Je suis la seule personne non blanche de l’appartement.

https://www.flickr.com/photos/time-to-look/18500711636

Budapest, Paris House. Crédit : Ted McGrath, 2015

Dès mon arrivée, alors que je suis bien trop happée par mes notifications twitter, je commence à compter. Elsa, éditrice chez On ne compte pas pour du beurre, compte toujours le nombre de personnes présentes dans la salle dès qu’on fait une rencontre. Déformation professionnelle qu’elle dit. Moi je compte le nombre de personnes non blanches. Dans une salle, un collectif, une ville. Pendant mon échange en République Tchèque j’en ai compté 6 en 3 mois. Alors qu’on se rend à l’appartement j’en compte aucune. J’en retrouve une le soir même, au lancement4, et bien trop peu pendant le reste du séjour.

J’ai beaucoup de privilèges en ma faveur, je maîtrise l’anglais, j’ai une expérience militante et une formation universitaire, je m’exprime bien et je suis arrivée au sein d’un groupe important de personnes qui se sont engagées à veiller sur ma sécurité, à ne jamais me laisser seule. Ce n’est pas le cas de Pierrette, présidente de l’association Diivines. Elle est seule, personne de son collectif n’a pu l’accompagner, elle ne maîtrise pas l’anglais, elle a dû mal à se faire entendre, beaucoup trop de mal. Elle participe à un panel qui a pour titre Lesbians heading social justice movements qui devrait traiter de l’intersectionnalité des activistes qui sont à la fois lesbiennes et. En l’occurence ici, lesbienne et noire, lesbienne et grosse, lesbienne et handicapée, lesbienne et victimes de violences sexuelles, lesbienne et réfugiée. On se concentre non pas sur ce que ça veut dire d’être à l’intersection de plusieurs marginalisations dans les mouvements militants lesbiens, mais ce que les lesbiennes apportent dans d’autres mouvements en étant lesbiennes. Déjà dans la matinée on parlait de comment résister face au backlash anti-gender et je sentais une colère monter en moi. On parlait de comment eux arrivaient à dépasser leurs différences pour travailler ensemble et comment nous n’y arrivions pas. Comment nous devrions trouver des liens et travailler ensemble de façon aussi efficace. Et je pense à Pierrette qui est seule dans la pièce. Est-ce que c’était aux diivines non présentes de faire l’effort de trouver des liens avec cette assemblée blanche ? Mais comme à chaque panel, il n’y a pas de temps pour les questions.

*
*   *

Le dernier panel du congrès, Lesbianizing the world, tente de discuter des stratégies pour créer des réseaux de mouvements lesbiens. Je vois Rutendo Madzikanda sur scène, qui a l’air bien seule dans cet océan blanc. Je sais que Pierrette est dans la salle. Alors je dépasse la rangée de la délégation française, et quand mon amie me demande ce que je vais faire, je lui réponds très honnêtement : ouvrir ma gueule.

J’ai bloqué mon université, j’ai été attaquée par des fascistes, j’ai vu de beaucoup trop près des barres de fer. Pourtant, jamais je ne me suis jamais sentie autant en danger en tant qu’activiste qu’en prenant ce micro. Mon corps entier sait que je m’apprête à risquer mon intégrité physique et psychologique. Je suis dans un pays étranger et ma sécurité dépend entièrement des personnes qui m’ont invitée, personnes que je m’apprête à remettre en question. Je vais les forcer à voir leurs privilèges. On pourrait me rétorquer que non, jamais on ne mettrait en danger une autre lesbienne, que la solidarité entre lesbiennes primera. Sauf que mon expérience est toute différente, la solidarité blanche prime toujours.

Le 4 juillet 2020 alors que nous organisions la première pride radicale à Paris, je me retrouve à faire partie du service d’ordre du cortège de tête en non-mixité de personnes racisées. Sauf qu’il y a de la musique dans notre cortège, et que les personnes blanches trouvent ça injuste de ne pas pouvoir faire partie de la fête. Pendant tout le trajet j’ai dû protéger de mon corps cette non-mixité, j’ai dû subir la violence des personnes qui essayaient de passer par la force ou la ruse. Mais, surtout, j’ai vu des dizaines et des dizaines de personnes se tourner vers la police pour dénoncer l’injustice qu’iels vivaient. A aucun moment ces personnes n’ont réfléchi à ce qui se jouait, ni à pourquoi ce cortège en non-mixité était important, ni à la violence qu’elles nous infligaient quand iels mettaient leurs envies avant notre lutte, avant notre sécurité. Cette conscience qu’à tout moment une personne blanche peut choisir de me mettre en danger quand ses privilèges sont remis en question est un savoir incorporé gagné au fil de luttes et de violences.

Alors quand je prends le micro je suis énervée. Je suis violente. Parce que c’est une violence pour moi d’être présente dans une assemblée aussi blanche. Parce que c’est un risque mortifère pour moi que de me lever et de prendre le micro. Parce que depuis que je suis là j’ai pris en charge la détresse des personnes racisées présentes. J’aurais pu choisir de leur écrire un mail très poli une fois rentrée. J’avais mille façons de réagir à cette absence de prise en charge des questions raciales. J’ai choisi d’être violente volontairement. J’ai choisi de prendre la détresse infligée par cette structure blanche et de leur montrer. J’ai choisi de les mettre face à leurs responsabilités et à leurs privilèges. Mon but n’était pas de les convaincre, mon but était de ne pas laisser passer la violence subie par mes pairs. Mon but était que chaque personne dans la salle se sente soutenue. Ce n’est pas la première fois que je le fais, je l’ai fait quand les Suppliantes ont joué en Sorbonne5, je l’ai fait après une conférence sur la cancel culture pendant les assises de la littérature jeunesse6, je l’ai fait en quittant les Jaseuses7. Est-ce que j’ai convaincu les personnes à qui je m’adressais ? Non. Est-ce que les Jaseuses, le doyen de Sorbonne Université ou le SNE ont jamais admis avoir été responsables de violences racistes ? Non. Mais ces prises de parole ont permis de soutenir les victimes, de prévenir de potentielles futures victimes et de créer des réseaux de soutien.

Qu’est-ce que j’ai dit en prenant le micro alors ? J’ai dit qu’on avait beaucoup parlé du besoin de faire front, de construire des ponts, créer du lien, de connecter les collectifs et initiatives lesbiennes. Mais qu’avant de vouloir s’étendre il fallait d’abord regarder les espaces qu’on construisait. En l’occurrence, il s’agit d’un espace blanc. On me répond qu’elles savent, mais qu’elles ne savent pas comment faire en sorte d’être moins blanches. Je réponds directement que moi je sais, que toute personne racisée sait et que cette ignorance ne peut être que blanche. Pour permettre à toutes les voix d’être présentes il suffit de reconnaître leurs existences, d’aller à leur rencontre, de demander quels sont leurs besoins, de reconnaître l’ensemble des obstacles les empêchant d’être présentes et de les enlever un à un. Ce n’est pas aux personnes marginalisées de se faire violence pour être présentes. C’est au collectif de faire en sorte que ces personnes puissent être là, mais aussi qu’elles vivent le moins de violences possibles quand elles le sont. C’est au collectif de mettre en place un système pour faire en sorte que les violences soient prises en charge quand elles ont lieu.

*
*   *

Tout de suite, quelqu’un s’est levé pour dire qu’il fallait arrêter avec cette dichotomie blanche et noire, qu’en Europe de l’Est les personnes blanches étaient marginalisées en comparaison du reste de l’Occident de tout de façon. Elle est applaudie. Est-ce que les personnes étaient d’accord avec sa prise de parole ? Est-ce qu’elle a été applaudie parce que tout le monde a été applaudi ? Est-ce que tout le monde était trop fatigué à ce point du congrès pour prêter attention à ce qu’il se disait ?

J’ai bondi, dépassé les personnes faisant la file et arraché des mains de quelqu’un le micro. Tremblante, terrifiée, indignée, énervée plus que les mots ne pourraient le décrire je réponds. Je dis que je n’ai pas parlé de dichotomie blanche et noire, je ne suis moi-même pas noire. Je dis que la race est une construction sociale, qu’être racisée est une assignation subie, et qu’aucune personne blanche en tant que personne blanche ne l’a jamais subie8. Je dis qu’il était très possible d’être marginalisé pour d’autres raisons, mais qu’il n’était pas possible de l’être en tant que personne blanche. Je dis que nous avions passé des jours à parler des spécificités de l’Europe de l’Est, avec raison. Je dis qu’il est inacceptable de prendre la parole pour invalider les propos d’une personne racisée sur des violences racistes subies, encore plus quand c’était la première et la seule. Je suis applaudie.

D’autres personnes prennent la parole pour dire la même chose à d’autres endroits : venir ici pour moi, être présente dans cette assemblée lesbienne a été d’une violence inouïe, violence que vous n’avez pas prise en compte. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et je ne devrais pas avoir honte de l’être. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et j’ai des besoins spécifiques qui auraient dû être pris en compte. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et personne n’étant à cette même intersection n’a fait partie de panels.

L’organisation a demandé à la personne blanche ayant pris la parole de s’excuser publiquement. Quelqu’un est venu vers moi pour s’excuser au nom de l’organisation, on m’a demandé si j’allais bien, si j’avais besoin de quelque chose. J’ai répondu que j’allais bien même si ce n’était pas le cas. Non je n’allais pas bien, mais j’ai l’habitude et elle ne pouvait rien faire après coup. Je dis tout ce qu’elles auraient pu faire par contre, et tout ce qu’elles devraient faire. On prend des notes, on me dit d’écrire un mail avec tous ces retours, précieux.

Cette fois, personne n’a été voir la police, ou n’a critiqué la façon dont j’avais de réagir à des violences racistes. On ne m’a pas qualifiée d’harceleuse, on n’a pas minimisé les violences vécues, on n’a pas protégé avant tout la structure blanche. Pour l’instant. Le courrier sera envoyé, et peut-être que nos demandes seront prises en compte, peut-être.

Je dis nous parce qu’après ma prise de parole toutes les personnes racisées croisées pendant la marche sont venues me remercier et je leur ai proposé de participer à ce courrier. Encore une fois, je me retrouve à prendre en charge les violences racistes vécues qui seraient restées ignorées sans ma prise de parole. Plusieurs personnes m’ont dit qu’elles ne seraient pas venues si elles avaient su que ce serait si blanc, qu’elles n’ont pas réussi à assister à l’ensemble du congrès parce que c’était trop dur d’être la seule personne racisée d’un workshop, qu’elles avaient prévu de renoncer à la marche, de rentrer et de ne jamais revenir. Jusqu’à ce que je me lève.

Il est crucial pour les personnes à l’intersection d’une marginalisation et de privilèges de comprendre les enjeux de cette position. Il est crucial pour toute structure, toute organisation de prendre en charge les rapports de pouvoir de leur espace, de prendre en charge les barrières entre les personnes qui manquent et elleux.

*
*   *

Je suis rentrée, j’ai appelé Christelle Rabier et nous avons beaucoup parlé. Beaucoup trop même, nos téléphones ont renoncé plusieurs fois. Je lui ai parlé du congrès, des Jaseuses, de tous les espaces où j’ai été la seule personne non blanche et de ce qu’il fallait mettre en place, à mon avis, pour qu’un espace soit moins blanc. C’est aussi le cas d’Academia.

J’ai réfléchi à ce que je pouvais faire qui pourrait répondre aux besoins des personnes racisées dans l’ESR, dans mon intérêt et dans la ligne éditoriale d’Academia. A ce stade revenir sur ce qu’il s’est passé aux Jaseuses me semble contre-productif, il faudrait une médiation longue et éreintante pour pouvoir faire le récit global de ce qu’il s’est passé. J’aurais pu diffuser des outils clés en main pour les personnes blanches qui souhaiteraient bien faire, mais proposer du travail gratuit dans l’intérêt d’un collectif pour l’instant blanc me posait problème.

J’ai proposé de laisser une trace des réactions que j’avais pu avoir dans des cas de violences racistes dans l’ESR, que mes témoignages puissent être un support de réflexion. J’ai proposé de rassembler les initiatives et ressources existantes, pour qu’elles puissent être plus facilement accessibles. J’ai demandé à ce quelqu’un d’extérieur aux Jaseuses puissent critiquer leur charte et leur communiqué, afin de ne pas laisser passer et de prévenir.

Ce premier billet fleuve s’adresse aux personnes racisées dans l’ESR. Revenir sur ce qu’il s’est passé à Budapest était un moyen de faire passer un message : ce n’est pas à vous de vous faire violence pour être présent-e. Il est important de se créer des espaces en non mixité, des espaces de respiration. Et bien qu’informels pour l’instant, ils existent. Ma boîte mail vous sera toujours ouverte. J’espère trouver au sein d’Academia une adhésion assez forte pour participer à la création d’un espace qui permettra de remettre en cause la blanchité. J’espère que ce que je pourrai publier ici permettra à d’autres personnes ayant trouvé des espaces où cette remise en question serait possible d’avoir accès à des outils. J’espère que ce billet aura soulagé au moins une personne pour qui personne ne s’est levé mais en aurait eu besoin.

  1. Si cela n’a pas fait partie de vos lectures cet été, vous pouvez retrouver mon article en deux parties ici et ici, la réponse d’une des auteurices ici, et ma lecture de cette réponse . []
  2. Vous pouvez retrouver cette charte sur leur site : https://lesjaseuses.hypotheses.org/les-jaseuses/charte-des-jaseuses. []
  3. Le communiqué a été envoyé dans une newsletter mais elles sont toutes archivées sur leur carnet, vous pouvez retrouver la newsletter en question ici. []
  4. Pierrette si tu me lis tu as encore une fois toute mon admiration. []
  5. Les seuls articles disponibles sur ce qu’il s’est passé autour de cette pièce ne sont que des partages des communiqués du doyen et du metteur en scène, j’espère pouvoir y remédier sur ce carnet. Vous pouvez retrouver les communiqués écrits à l’époque ici et ici. []
  6. Ghelam, S. “Qui a peur des wokes ? – Les 3e Assises de la littérature jeunesse”. Genre de l’édition []
  7. Ghelam, S. “De la sororité”. Genre de l’édition []
  8. Il existe des exceptions de personnes blanches assignées à une identité sociale de race, les personnes juives et irlandaises surtout, mais elles ne l’ont pas été en tant que personne blanche mais en tant que personnes juives ou irlandaises en l’occurrence. Le racisme anti-blanc n’existe pas, le racisme subit par des groupes auxquels on assigne une identité sociale de race selon d’autres critères que leurs couleurs de peau, oui. []

Islamophobie et discriminations à l’université : enquête de l’association Étudiants musulmans de France

Pour répondre à l’enquête, c’est ici

Contact EMF: https://www.emf-asso.fr/

McCarthyisme, ou pogrom ?

WOID XXII-19

I.

Commençons par une faute d’orthographe et d’interprétation : le mot s’épelle « McCarthyisme » et non pas « MacCarthyisme ». Par convention aux USA les noms en « Mac- » suggèrent une parenté écossaise, les noms en « Mc- » une parenté irlandaise catholique et donc une position sociale inférieure à celle des immigrants écossais protestants ; le sénateur Joseph (ou plutôt « Joe » ) McCarthy tirait sa popularité du fait qu’il se présentait comme un intrus issu des classes populaires, un trouble-fête dans les bastions élitistes, anglo-saxons en prédominance, que constituaient les dirigeants au gouvernement et dans les universités. En fin de compte, les opinions politiques de Joe McCarthy comptaient moins que les ressentiments de cette classe qui, à travers lui, s’imaginait en contestation ouverte avec les dominants culturels et politiques.

Louis Budenz’s article, “Do Colleges Have to Hire Red Professors?” was published in November 1951. Soon after this article was published, the Americanism Committee of the American Legion began targeting Sarah Lawrence faculty members. November, 1951. (Harold Taylor Papers, Sarah Lawrence Archives)

C’est pourquoi, dans les universités américaines et dans les centres culturels, la résistance au McCarthyisme se fondait moins sur des différends idéologiques que sur des questions de préséance et de pouvoir. En 1950, quand la Régence de l’Université de Californie tenta d’imposer un serment de loyauté1 au professorat, la proposition déclencha un mouvement de protestation parmi des centaines de professeurs ; selon un éminent biochimiste,

« Les méthodes de filtrage propres à la faculté sont plus efficaces que n’importe quel serment de loyauté. Les compagnons de route, bien plus dangereux que les Communistes avoués, sont tenus à l’écart ou mis à la porte par ce filtrage. »

Les universitaires revendiquaient pour eux-mêmes le droit de mener la chasse aux rouges parmi leurs collègues : être Communiste, ou même penser comme un communiste, revenait à un manque de d’objectivisme scientifique que les experts seuls avaient la compétence de juger. Le mccarthyisme professoral se poursuit encore aujourd’hui aux USA, plus ou moins en sourdine : le droit à la parole (freedom of speech) garanti par le Premier Amendement à la Constitution étatsunienne ne s’applique qu’à une petite élite de professeurs attitrés.

Continuer la lecture

  1. Sur les origines du serment de loyauté imposé aux universitaires, voir le serment dans l’Italie fasciste in Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat. []

Se former pour lutter contre les violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes !

Suite à la vague de témoignages de violences sexuelles dans les IEP, l’association #NousToutes organise un webinaire sur les obligations légales des établissements d’enseignement supérieur en matière de prévention et de protection des victimes de violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes.

C’est ce soir : lundi 15 février, de 20h à 21h30, sur Zoom. 1000 places disponibles. Gratuit.

Pour s’inscrire, cliquez ici.

Inscription ici : https://formdivers.typeform.com/to/urNHcEPp

On compte sur votre participation !

La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh

La fabrique de la loi #20

← Article précédent

Article suivant­ →

Pour établir une note Vigilance égalité au sujet de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) a auditionné jeudi 10 septembre quatre chercheuses et un chercheur. Academia analyse pour vous le contenu de cette table ronde dont se dégage un message univoque :

« Ni la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, ni celle d’une approche du genre dans la recherche, ni l’objectif prioritaire d’attirer les jeunes filles vers les sciences ne sont manifestement pris en compte » dans la LLPR.

Continuer la lecture

Cacher l’éléphant dans la pièce : la censure sociale des institutions scientifiques

  • par Clémence Perronnet, Université Catholique de l’Ouest

L’accès aux sciences intéresse beaucoup en ce moment et de nombreuses institutions posent la question des inégalités en sciences et techniques : comment les comprendre, et comment les réduire ? Mais il y a des réponses qu’elles n’ont pas du tout envie d’entendre1

Comme c’est mon sujet de recherche, je suis régulièrement sollicitée par des institutions d’éducation, de médiation ou de vulgarisation scientifique pour parler des inégalités en sciences. J’ai pu faire quelques constats sur leurs attentes et leur réception de mon travail.

Expliquer les inégalités en sciences : les « bonnes réponses »…

  • 1er constat : toutes les inégalités face aux sciences ne suscitent pas le même intérêt. C’est tout à fait légitime de parler des inégalités hommes/femmes (c’est-à-dire de la sous-représentation des femmes en sciences), mais les inégalités de classes sociales ou ethno-raciales passionnent tout de suite moins… Pourtant, on a besoin d’une approche intersectionnelle (croisant genre/classe/race au moins) pour comprendre les mécanismes qui entravent l’accès aux sciences de plusieurs groupes sociaux : les femmes, les classes populaires et les personnes ethno-racisées.

Continuer la lecture

  1. Texte adapté d’un fil Twitter du 15 mai 2020. []

« Je sais pouvoir compter sur vous ». Lettre de la Ministre aux présidents et directeurs d’établissements et aux recteurs de régions académiques

Survival of the fittest (SW Ontario), by ardenstreet, 2008
Lately, I’ve discovered some pretty amazing and beautiful things out there, giving me inspiration in the sometimes the most uninspiring places… luckily for me, that includes home.

 

 

 

 

 

Ne pas neutraliser les semestres, mais bien s’occuper des concours : voilà comment résumer cette circulaire.

Continuer la lecture

Sexisme à Grenoble

En passant

Stop au sexisme à l’Université Grenoble Alpes !

Ce mardi 4 février 2020, des étudiant-e-s et personnels étaient réuni-e-s devant le Département de la Licence Sciences et Technologies (DLST), dans le cadre de la mobilisation contre les contre réformes des retraites et de la LPPR, et particulièrement pour y dénoncer les atteintes aux droits syndicaux, au droit du travail et au droit de grève.

À la suite des prises de parole, une délégation1 est allée à la rencontre du directeur du DLST pour lui rappeler les droits syndicaux. Lors de cette rencontre, une militante CGT de la délégation s’est vue interpellée, par le directeur du DLST, par les termes « ma petite chatte ».

Continuer la lecture

  1. Délégation de militants syndicaux, accompagnée d’un journaliste de Place Gre’net qui a rendu compte de l’évènement : https://www.placegrenet.fr/2020/02/05/des-syndicats-denoncent-des-atteintes-au-droit-de-greve-a-luniversite-grenoble-alpes. []

Alerte sur le concours des directrices et directeurs de recherche du CNRS en 2020

La section 38 du Comité national de la recherche scientifique exprime ses très vives inquiétudes concernant l’organisation du concours 2020 pour accéder au corps de directeur et directrice de recherche.

En tant que jury d’admissibilité des concours de CRCN et de DR, la section s’inquiète des recommandations officieuses de la direction du CNRS. Leur mise en œuvre menace l’équité entre les candidat.e.s, l’intégrité juridique du concours et remet en cause l’autonomie et la souveraineté des jurys.

Le concours DR est ouvert statutairement aux candidat.e.s remplissant les conditions d’admissibilité (internes et externes). Or, depuis des années, le jury d’admission évince quasi-systématiquement les collègues non CNRS des classements établis par les jurys d’admissibilité pour ne pas avoir à créer de postes. Aujourd’hui, au contraire, les recommandations officieuses de la direction enjoignent chaque section à sélectionner et classer des candidats DR identifiés comme des « stars internationales ».

Ainsi Antoine Petit explique :

« On recrute cette année 250 chercheurs permanents : 240 CRCN + 10 DR externes. Ces postes seront ‘affichés’ en CID50 (Gestion de la recherche) mais de manière ‘fictive’. Chaque section pourra classer des DR externes en jury d’admissibilité, mais ensuite la décision des 10 DR externes recrutés se fera en jury d’admission DR, toutes sections confondues. Si le/la candidat.e DR externe classé.e par la section n’est pas sélectionné.e par le jury d’admission, alors un DR interne sera pris sur la liste complémentaire établie par la section. » (Compte-rendu des élus du Conseil Scientifique du CNRS du 21, 22 novembre 2019)

Nous constatons que :

  • Cette politique de recrutement cible des candidat.e.s de rayonnement international, venant de l’étranger ou de l’industrie (notamment des lauréats du programme Make Our Planet Great Again). Elle repose sur un présupposé inacceptable : les candidats issus d’un parcours professionnel à l’étranger seraient de meilleur niveau et représenteraient un meilleur potentiel pour la recherche française que les jeunes chercheur.e.s (formé.e.s en France ou ailleurs), ou que nos collègues CRCN et enseignant.e.s-chercheur.e.s des universités françaises. Cela reste à démontrer, et le très haut niveau du concours de chargé.e.s de recherche du CNRS nous en donne chaque année des contre-exemples.
  • Cibler les lauréat.e.s de programmes préfigurant les carrières tenure tracks revient à déléguer à d’autres jurys de concours que le nôtre la reconnaissance de « l’excellence scientifique ». Or les sections du CoNRS font un travail approfondi et qualitatif d’évaluation des candidatures, qui va bien au-delà du calcul bibliométrique ou du recensement des bourses et programmes supposément prestigieux obtenus par les candidat.e.s.
  • Ce montage et les critères implicites imposés sont discriminatoires.

Continuer la lecture

Une lecture féministe de la loi Recherche

LPPR : « Une réforme néolibérale contre la science et les femmes »

Le Monde, 10 février 2020

Tribune. Depuis quelques semaines, les protestations grondent dans le monde universitaire contre le projet gouvernemental annoncé d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Cette réforme, inscrite dans le sillage de politiques néolibérales engagées au milieu des années 2000, prévoit de diminuer encore davantage le nombre d’emplois publics stables au profit d’emplois précaires, de concentrer les moyens sur une minorité d’établissements, de subordonner la production scientifique à des priorités politiques de courte vue, d’accroître les inégalités de rémunération et de soumettre les universitaires et chercheurs à une évaluation gestionnaire plutôt qu’à celle de leurs pairs.

Manifestation organisée par le Collectif de Lutte des Étudiantes Féministes (CLEF) sur un campus bordelais. avril 2014

Continuer la lecture

La Présidente de l’UT2J Toulouse, porte-parole de la mobilisation ?

En passant

Lundi 3 février, 17h24

Cher·ère·s collègues,
Cher·ère·s étudiant·e·s,

    Le texte du projet de Loi de programmation pluriannuelle de programmation de la recherche, annoncée par le gouvernement, n’est pas encore connu, mais les rapports préparatoires ont déjà été publiés, soulevant des interrogations et des inquiétudes fortes chez l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche au niveau national. Au sein de notre université, des réactions nombreuses se sont exprimées, dans différents cadres, unanimes dans leur rejet d’un grand nombre de propositions contenues dans les rapports.

     En tant que présidence, nous réaffirmons que la vision de l’enseignement supérieur et de la recherche que nous portons et que nous déployons au sein des instances de l’UT2J ne correspond pas aux perspectives tracées par les rapports préparatoires au projet de loi.

    Notre vision de la recherche ne cherche pas à accélérer la concurrence entre unités de recherche ou entre chercheur·e·s ; elle n’a pas pour objectif d’allouer les ressources sur la base d’une évaluation surplombante et discriminante ; elle ne vise pas à affaiblir le statut des enseignant·e·s chercheur·e·s et à accentuer la précarité. Dans un contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint, nous cherchons à préserver et soutenir les collectifs de recherche que sont les unités de recherche qui constituent le terreau des activités scientifiques, à leur apporter des moyens (dotations récurrentes, services mutualisés développés par la DAR, personnels d’appui, accompagnement des études doctorales, etc.), à veiller, autant que possible, à l’équilibre entre les aspirations et projets individuels et la nécessaire implication dans la formation et les responsabilités administratives collectives. Nous partageons le refus exprimé par les communautés scientifiques de dispositions qui viendraient aggraver la précarisation et l’insécurisation, remettre en question le statut des enseignant·e·s chercheur·e·s, accentuer la mise en concurrence par une allocation des ressources financières faisant prévaloir la logique des appels à projets au détriment des dotations pérennes.

    Concernant la précarité, l’UT2J travaille depuis plusieurs années à améliorer ce qui relève de son pouvoir, particulièrement l’amélioration du processus de traitement des rémunérations. Nous entendons poursuivre cet effort pour sécuriser davantage les conditions de vie et de travail des personnels concernés. Cela suppose que nous engagions aussi une réflexion avec l’ensemble des parties prenantes pour réfléchir à nos pratiques et à nos modes d’organisation et pour explorer les pistes qui permettraient de limiter la précarité de certains emplois dans l’ensemble de nos activités.

    Dans l’attente que soit rendu public le texte de loi, nous relaierons, tant auprès du ministère que de la CPU, les différentes prises de position afin que soient entendues les craintes exprimées, mais aussi l’attachement de notre communauté aux principes qui fondent le service public d’enseignement et de recherche. Par ailleurs, notre université prendra part, selon des modalités qui restent à définir, à la journée « L’université et la recherche s’arrêtent » prévue le 5 mars prochain.

      Cordialement,

     Pour la Présidence,
     Emmanuelle Garnier

Update (14 février 2020)
Continuer la lecture