Les discriminations dans l’enseignement supérieur : une enquête de l’UNEF

Enquête sur les discriminations dans l’enseignement supérieur : il faut mettre fin à l’inertie et agir concrètement pour l’égalité !

Alors que les jeunes se mobilisent de plus en plus fortement contre les discriminations (récemment contre le racisme et les violences policières), celles-ci se matérialisent aussi dans l’enseignement supérieur. Si depuis le début du quinquennat Frédérique Vidal s’est exprimée plusieurs fois sur le sujet, aucun dispositif contraignant n’a été créé. Il était donc essentiel de faire un état des lieux précis des dispositifs mis en place. Ainsi, pour le première fois, l’UNEF s’est penchée en détail sur les dispositifs de lutte contre le sexisme, le racisme et les LGBTI+phobies mis en place par les universités.

Les discriminations, un frein au quotidien à la réussite des étudiant·e·s

Nos universités ne sont pas imperméables à la société : les oppressions systémiques qui s’y expriment le font également dans nos établissements. Le racisme, les lgbti+phobies et le sexisme sont bel et bien présent dans nos établissements. Ces discriminations nous empêchent d’étudier sereinement, rompent l’égalité face à la réussite, freinent notre émancipation, affectent notre santé mentale et vont parfois jusqu’à nous ôter la vie. Elles ne nous garantissent pas tou·te·s les mêmes conditions de vie et le même avenir. Démocratiser nos universités doit donc passer à la fois par l’accession de tou·te·s à la formation de son choix et une protection sociale de qualité, par la lutte contre la reproduction sociale et par la lutte contre tous les déterminismes et toutes les discriminations. Pour cela la première étape est de pouvoir recueillir la parole des étudiant·e·s victimes. Les cellules de veille et d’écoute, au départ mise en place pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, ne sont toujours pas une réalité puisque 45,1% de nos universités n’en disposent pas.

Les universités carrefour de la société : agir dans l’enseignement supérieur pour transformer la société

L’égalité réelle revendiquée dans la rue par des milliers de jeunes à plusieurs reprises cette année doit se construire d’abord dans nos universités. Comment lutter efficacement contre des comportements collectifs sans former la génération de demain ? Nos universités sont au carrefour de la société, c’est par elles qu’il faut pourvoir déconstruire les stéréotypes et permettre l’émancipation de chacun·e. C’est dans nos universités qu’il faut étudier le genre pour mieux le déconstruire, c’est dans nos universités qu’il faut pouvoir développer une analyse critique de la colonisation par le biais des études postcoloniales, c’est dans nos universités qu’il faut étudier l’histoire des luttes LGBTI+ (comme vient de la décider l’Irlande). En ce sens nos établissements doivent être exemplaire dans la lutte contre les discriminations, cette enquête démontre que ce n’est pas le cas. Au total, 7% des universités ne communiquent sur aucun dispositif de lutte contre les discriminations.

Continuer la lecture

Les professeurs des universités britanniques contre la précarisation, 20 janvier 2020

Nous refusons de tenir les examens tant que les universités ne règlent pas le problème des employé·es –  Lettre ouverte, The Guardian, 22 janvier 2020

« Notre rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, mais tout aussi nécessaires sont rémunérationjuste , retraite et  sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités », affirment 29 professeurs d’universités britanniques.

Un representant syndical UCU harangue une manifestation aux abords du siège de University College London le 4 décembre 2019. Photograph: Guy Smallman/Getty Images

La plaie de la précarisation (Des milliers d’universitaires britanniques traité∙es comme des citoyen∙nes de deuxième classe’, 20 janvier) ne représente malheureusement qu’un des problèmes de ressources humaines que les universités doivent de toute urgence s’atteler à traiter.

Par la présente, nous faisons savoir, en notre qualité d’universitaires expérimenté∙es, que nous nous démissionnons de nos fonctions d’examinateur∙trices externes (external examiners) et/ou refusons d’accepter de nouveaux contrats d’expertise pour des formations d’universités ou de collègues dans tout le Royaume-Uni, et exhortons nos collègues à faire de même. Nous refusons d’endosser la fonction d’examinateur externe parce que nous croyons que ce rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, il est tout aussi crucial d’offrir une juste rémunérations, retraite et sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités.

Dans le conflit qui oppose actuellement le syndicat University and College Union et les employeurs universitaires, le syndicat a mis en lumière la proliferation de la précarisation, la moitié des personnels de première ligne à ne disposant pas de contrat ; des coupes dans les allocations de retraite qui ont appauvri les membres du Universities Superannuation Scheme ; de scandaleux écarts de salaire en raison du genre ou de l’ethnicité : et une culture systémique de la surcharge de travail qui contribue à l’existence de hauts niveaux de stress et de maladie. Cela fait trop longtemps que les universités auraient dû traiter ces maux, et nous croyons qu’il est de notre responsabilité de prendre maintenant position pour marquer notre soutien aux collègues au début de leur carrière. Nous vous invitons à nous rejoinder et à démissionner de vos fonctions d’examinateur externe et de refuser de souscrire à tout nouveau contrat jusqu’à ce que les universités prennent des mesures pour régler ces problèmes.

Prof Melanie Simms University of Glasgow, Prof Jane Holgate University of Leeds, Prof Phil Taylor University of Strathclyde, Prof Jo Brewis The Open University, Prof Sian Moore University of Greenwich, Prof John Kelly Birkbeck, Prof Megan Povey University of Leeds, Prof Claire Squires University of Stirling, Prof Richard Taffler University of Warwick, Prof Cathy Urquhart Manchester Metropolitan University, Prof Keith Attenborough The Open University, Prof Jenny Pickerill University of Sheffield, Prof Natalie Fenton Goldsmiths, Prof Nicki Hitchcott University of St Andrews, Prof Andreas Bieler University of Nottingham, Prof Mike Danson Heriot-Watt University, Prof Julian Eastoe University of Bristol, Prof Erik Swyngedouw Manchester, Prof Jeremy Guggenheim University of Cardiff, Prof Victor van Daal Edge Hill University Prof Sally Munt University of Sussex Prof Ozlem Onaran University of Greenwich, Prof Albert Sanchez Graells University of Bristol, Prof Ruth Aylett Heriot-Watt University, Prof Tony Carbery, University of Edinburgh, Prof Raphael Salkie University of Brighton, Prof Sarah Salway University of Sheffield, Prof Peter Styles Keele University, Prof Willy Maley University of Glasgow

traduction: Christelle Rabier

Source: We refuse to act as external examiners until universities deal with staffing issues. Tribune. The Guardian, 20 janvier 2020

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search