Les discriminations dans l’enseignement supérieur : une enquête de l’UNEF

Enquête sur les discriminations dans l’enseignement supérieur : il faut mettre fin à l’inertie et agir concrètement pour l’égalité !

Alors que les jeunes se mobilisent de plus en plus fortement contre les discriminations (récemment contre le racisme et les violences policières), celles-ci se matérialisent aussi dans l’enseignement supérieur. Si depuis le début du quinquennat Frédérique Vidal s’est exprimée plusieurs fois sur le sujet, aucun dispositif contraignant n’a été créé. Il était donc essentiel de faire un état des lieux précis des dispositifs mis en place. Ainsi, pour le première fois, l’UNEF s’est penchée en détail sur les dispositifs de lutte contre le sexisme, le racisme et les LGBTI+phobies mis en place par les universités.

Les discriminations, un frein au quotidien à la réussite des étudiant·e·s

Nos universités ne sont pas imperméables à la société : les oppressions systémiques qui s’y expriment le font également dans nos établissements. Le racisme, les lgbti+phobies et le sexisme sont bel et bien présent dans nos établissements. Ces discriminations nous empêchent d’étudier sereinement, rompent l’égalité face à la réussite, freinent notre émancipation, affectent notre santé mentale et vont parfois jusqu’à nous ôter la vie. Elles ne nous garantissent pas tou·te·s les mêmes conditions de vie et le même avenir. Démocratiser nos universités doit donc passer à la fois par l’accession de tou·te·s à la formation de son choix et une protection sociale de qualité, par la lutte contre la reproduction sociale et par la lutte contre tous les déterminismes et toutes les discriminations. Pour cela la première étape est de pouvoir recueillir la parole des étudiant·e·s victimes. Les cellules de veille et d’écoute, au départ mise en place pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, ne sont toujours pas une réalité puisque 45,1% de nos universités n’en disposent pas.

Les universités carrefour de la société : agir dans l’enseignement supérieur pour transformer la société

L’égalité réelle revendiquée dans la rue par des milliers de jeunes à plusieurs reprises cette année doit se construire d’abord dans nos universités. Comment lutter efficacement contre des comportements collectifs sans former la génération de demain ? Nos universités sont au carrefour de la société, c’est par elles qu’il faut pourvoir déconstruire les stéréotypes et permettre l’émancipation de chacun·e. C’est dans nos universités qu’il faut étudier le genre pour mieux le déconstruire, c’est dans nos universités qu’il faut pouvoir développer une analyse critique de la colonisation par le biais des études postcoloniales, c’est dans nos universités qu’il faut étudier l’histoire des luttes LGBTI+ (comme vient de la décider l’Irlande). En ce sens nos établissements doivent être exemplaire dans la lutte contre les discriminations, cette enquête démontre que ce n’est pas le cas. Au total, 7% des universités ne communiquent sur aucun dispositif de lutte contre les discriminations.

Continuer la lecture

La pandémie et la femme universitaire

Après l’article de la Confinée libérée du samedi 28 mars 2020 – Quand le confinement accroît les inégalités de genre -Nature fait paraître une réflexion proche d’Alessandra Minello, que nous introduisons ici dans sa version originale en langue anglaise.

The pandemic and the female academic

« I’m curious what lockdown will reveal about the ‘maternal wall’ that can block faculty advancement ».

Humour is one way for women in academia to face the pandemic’s consequences for their work and family lives. Last month, a viral Twitter post read, “The next person who tweets about how productive Isaac Newton was while working from home gets my three year old posted to them!”

Pour lire la suite :  https://www.nature.com/articles/d41586-020-01135-9

June Daziel Almeida & Daniel Tyrrell 1967 – The Morphology of Three Previously Uncharacterized Human Respiratory Viruses that Grow in Organisms – Remerciements à @366Portraits

Du concours à la promotion: proposition des MCF-HDR qualifiés

Academia vient de repérer une pétition émanant d’un groupe de maîtres.ses de conférénces, disposant de l’habilitation à diriger des recherches et qualifiés pa le Conseil national des universités, dont les propositions originales méritent un examen attentif.

Continuer la lecture

Après le rough guide, le real guide: le Guide de fonctionnement des comités de sélection (MESR, juin 2012)

lonelyplanetCandidat.e, membre de comité de sélection, vous en aviez rêvé: Academia le dévoile. Après avoir édité un Rough guide très incomplet, l’équipe vient de mettre la souris sur le très précieux Guide de fonctionnement des comités de sélection qui existe dans une version datée du 15 juin 2012. Loin d’être confidentiel, il est disponible en ligne et peut ainsi être consulté par tous, au lien suivant: https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/pdf/comite_selection/guide_fonctionnement_comites_selection.pdf

Academia attire notamment l’attention de ses lecteurs sur la partie 4 du Guide sur le « fonctionnement du comité de sélection [dorénavant CS] » (p. 13 et suiv).  Quelques points méritent d’être soulignés, numérotés de 1 à 9 selon leur apparition, qui font l’objet plus bas de commentaires de texte; et, encore plus bas, de propositions d’amélioration pratique ou réglementaire.

Soulignons d’emblée que c’est le point 6 sur le principe d’impartialité et la possibilité de recours contre les conflits d’intérêt que l’équipe des Rédacteurs d’Academia juge le plus important. Continuer la lecture

Les femmes restent sur le seuil de l’Université: bilan de la campagne de recrutement 2012

Source: Observatoire de l'emploi scientifique, rapport 2009, p. 72 et 74

Source: Observatoire de l’emploi scientifique, rapport 2009, p. 72 et 74

Baptiste Coulmont vient de proposer une analyse du « Portrait des recrutements universitaires » sur son blog, à partir de l’analyse « Campagne de recrutement et d’affectation des maîtres de conférences et des professeurs des universités. Session 2012 « , mis en ligne en juin 2013 DGRH-A1 du Ministère de l’enseignement supérieur.

Le sociologue en tire plusieurs analyses intéressantes sur l’âge moyen des recrutements Mcf et PR, qu’il désagrège pour établir des dynamiques de carrière par discipline – et reprend une conclusion du rapport sur la mobilité des McF parisiens qui partent en province quelques années comme PR, avant de rentrer en région parisiennne.

Un fil d’analyse touche à la place des femmes dans ce recrutement 2012 et établit les différentes formes de discrimination à l’oeuvre.

Continuer la lecture

J’ai fait un rêve : la vie du CNU après la suppression de la qualification

leroiestmortLundi matin, grisaille londonienne : seules perspectives de la journée – aller écouter Craig Calhoun, directeur de la London School of Economics, faire son rapport sur la Strategic Review – et valider les commentaires qui n’allaient pas manquer d’arriver sur Academia. L’actualité politique du WE – entre la découverte des postes contractuels LRU à 384h[1], au salaire indécent; la suppression de la qualification, suivie par celle du CNU, au Sénat[2] – avait été riche, les débats houleux, le tout sur une vague d’analyses sur le sexisme dans l’enseignement supérieur[3]. La perspective de respirer l’atmosphère feutrée de la Shaw Library allait me faire des vacances et réfléchir à la suppression de la qualification – à laquelle je suis très favorable – et celle du Conseil national des universités, autrement plus problématique[4].

Continuer la lecture

« Le sexisme n’est pas seulement le problème des autres »: la tardive prise de conscience d’une chercheuse

Comment, pourquoi, quand on est femme et qu’on a bénéficié d’une éducation supérieure, se rend-on compte si tard de la discrimination dont font aussi l’objet les femmes universitaires ? Ilana Löwy, docteure d’Etat en biochimie, historienne de la médecine et sociologue du genre, propose dans L’emprise du genre (La Dispute, 2006) une réponse autobiographique à cette question dans un prologue intitulé « Un mauvais faciès en héritage », texte magnifique dont elle a accepté de reproduire quelques extraits sur Academia.

 

Emprisedugenre_leger« Être, juif c’est être marqué à vie. Cela signifie que même si, vu de l’extérieur, ma vie ressemble en tout point à celle d’un autre, à chaque moment, à chaque étape de mon existence, je peux être définie comme ‘différente’. Ceux qui n’ont pas vécu cette expérience ne peuvent l’appréhender tout à fait. Ils ne peuvent comprendre celui qui porte un tel poids sans pouvoir s’en libérer. Cette singularisation constitue toujours une expérience négative, puisqu’en un sens, elle condamne à un sort malheureux ». Kinga Dunin et Malgorzata Melchior, 1991[1]

 

Grandir avec un « mauvais faciès »

J’ai tiré un « mauvais numéro » dans la loterie génétique. Mes parents n’avaient pas l’air spécialement juif. Si les experts locaux de la « reconnaissance des juifs », très présents en Pologne même après-guerre, n’avaient aucune difficulté à identifier leurs origines, ils pouvaient néanmoins se fondre dans la foule. En revanche, avec mon teint mat, mes yeux « orientaux » et mes cheveux noirs et bouclés, je ne ressemblais vraiment pas aux enfants polonais à la peau claire, aux yeux bleus et aux cheveux blonds et raides. La Pologne des années 1950 n’étant pas une société multiraciale ou multiculturelle et les touristes étrangers y étant rares, j’étais immédiatement identifiable comme l’« autre ». Continuer la lecture

Appel à soutien : Sexisme dans l’enseignement supérieur, la fin d’un tabou qui n’en finit pas…

En 2002, le CLASCHES (Collectif de Lutte Anti-sexiste contre le Harcèlement Sexuel dans l’Enseignement Supérieur) dénonçait publiquement les violences sexistes dans le monde universitaire. Depuis, si des avancées législatives ont été obtenues, les pratiques tardent à changer.

Continuer la lecture

Le recrutement universitaire est-il discriminatoire envers les enseignants engagés dans une carrière secondaire?

Baptiste Coulmont nous signale une pétition rédigée par deux collègues enseignant la philosophie en lycée, se jugeant victime de discrimination.En l’absence d’études, il reste à se demander si le ressenti correspond bien à une exclusion de ce type de candidatures. Continuer la lecture