Derrière les écrans. Les conditions d’études des étudiants de sociologie de Nancy lors 2e confinement

Ali Boulayoune, Elsa Martin et Simon Paye, du Département de sociologie – UFR SHS Nancy – Université de Lorraine, ont eu l’obligeance de partager le rapport établi par leurs soins en mars 2021, à propos du 2e confinement à l’Université de Lorraine. Nous en reproduisons ici les conclusions. L’intégralité du rapport peut être téléchargé ici. .

« Rappelons les principaux résultats de cette étude :

  • 182 étudiants sur 332 n’ont pas répondu au questionnaire. Les problèmes identifiés dans ce rapport, calculés sur les seuls répondants, sont sans doute sous-estimés
  • Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année : moins d’un quart d’entre eux ont répondu
  • Le caractère volontaire de l’étude ne s’est pas traduit par une sous-représentation des étudiants aux résultats les plus faibles
  • La structure résidentielle des étudiants confinés ne semble pas avoir changé entre le premier et le second confinement : la plupart des répondants résidaient, au moment de l’enquête, dans un ménage collectif (le plus souvent avec leur famille)
  • Les étudiants d’une même promotion devraient, en toute logique, déclarer suivre le même nombre de cours synchrones. Or, ce n’est pas le cas : leurs réponses font état de disparités très importantes, ce qui interroge le rapport même aux études
  • Nos données ne reflètent pas l’idée d’une amélioration massive du sentiment d’être bien équipé pour suivre les cours à distance entre le premier et le deuxième confinement
  • De manière générale, le passage au distanciel est vécu comme une dégradation d’ensemble des conditions d’étudesAlors que l’assiduité et la compréhension en cours en présentiel posent déjà nombre de questions en temps normal, nos données font état d’une augmentation systématique de l’absentéisme, des retards et de l’inattention suite au passage au distanciel
  • La grande majorité des répondants préfèrent globalement les cours en présentiel. Les « amateurs de distanciel » ne représentent que 18% des répondants. C’est davantage leur goût pour le distanciel qui distingue ces derniers des autres étudiants qu’une moindre appréciation du présentiel
  • À propos des cours à distance, la grande majorité des répondants disent préférer le direct au différé, que ce soit pour les cours magistraux (81%) ou pour les travaux dirigés (82%)
  • Le reconfinement et les cours à distance ont induit chez nombre d’étudiants un sentiment d’isolement et de solitude, ainsi qu’une intensification du travail universitaire
  • Certaines propriétés sociales (l’origine sociale, le type de baccalauréat obtenu) jouent comme des discriminants forts sur les conditions d’études dans une situation où les liens avec l’institution universitaire sont affaiblis