Les démolisseurs de l’extrême – Épisode II. Thierry Coulhon, évaluateur- et déontologue-en-chef

Pour son deuxième épisode des « démolisseurs de l’extrême » version ESR ((Premier épisode, Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit, 16 mars 2021,  Academia se voit contraint de bousculer sa programmation et de consacrer un billet spécial à la montée en grade expresse de Thierry Coulhon, le démolisseur en chef de l’évaluation, nommé cette semaine… membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche ! Non, vous ne rêvez pas, demandez à votre voisin∙e de vous pincer légèrement, prenez éventuellement un rasade de whisky ou un Lexomil, c’est selon, et lisez la suite.

Surprise, surprise dans le très sérieux Journal officiel du 25 mars 2021, un court arrêté ministériel qui pourrait presque passer inaperçu vient d’être publié. Academia se permet une recopie intégrale de la bulle ministérielle :

« Par arrêté de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en date du 19 février 2021, M. Thierry COULHON, président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, est nommé membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, en remplacement de M. Michel COSNARD, appelé à d’autres fonctions, pour la durée du mandat restant à courir »

Une explication s’impose.

C’est un arrêté en date du 1er mars 2018 qui fixe les missions et la composition collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. D’après son article 4, le « président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur » est membre de cette instance. Au passage, on notera de nouveau l’imprécision juridique du texte puisque cette fonction n’existe pas, l’arrêté aurait dû parler du « président du collège » du HCERES…

Ensuite, c’est la ministre qui nomme.

« Réintroduire du sens dans l’évaluation scientifique, cela veut dire : Simplifier les procédures ;
Renforcer l’indépendance du @Hceres_ ; Conforter l’utilité de l’évaluation. Un grand merci à son président, Thierry @coulhon, pour nos échanges de ce matin! » @frederiquevidal, 15 mars 2021

Continuer la lecture

Éthique et intégrité scientifique : la recherche est-elle « vérolée » ?

  • par Omar El Hamoui, doctorant en physico-chimie

Parmi  les nombreux débats autour de la question de la qualité des recherches scientifiques, il y en a un qui a récemment animé les réseaux sociaux et nourrit la discorde entre certains médecins et scientifiques : celui de l’intégrité de la recherche. Selon certains (notamment parmi les premiers), la recherche serait « vérolée » : elle serait composée de fraudeurs d’un côté, et de complices silencieux de l’autre. Au diable la nuance et les données qui viendraient éventuellement étayer cette idée. Cette petite polémique est l’occasion de nous pencher plus rigoureusement sur cette question relevant de l’éthique et de l’intégrité scientifique. Dans ce billet nous considérerons, en l’absence de plus d’informations de la part des utilisateurs de cette expression, qu’elle fait référence aux méconduites scientifiques.

Méconduites scientifiques : de quoi parle-t-on ?

Dans ce billet nous considérerons, en l’absence de plus d’informations de la part des utilisateurs de cette expression,  qu’elle fait référence aux méconduites scientifiques. Les méconduites scientifiques regroupent un ensemble de pratiques transgressant les règles d’intégrité scientifique. On compte parmi celles-ci les fraudes. Une fraude est tout simplement une démarche intentionnelle de tromper le lectorat scientifique, outrepassant les règles d’intégrité à travers la falsification ou la fabrication de données, et le plagiat. Elle peut prendre plusieurs formes, par exemple le cherry-picking de données (pour améliorer artificiellement son coefficient de corrélation ou sa valeur p par exemple), la création de toutes pièces d’une table de valeurs, la fabrication de faux documents historiques, l’invention d’extraits d’entretiens, le traitement exagéré de certaines données tronquées pour y pouvoir en formuler une interprétation qu’on sait erronée… Les pratiques relevant de la fraude scientifique ont l’avantage d’être définies par des lois dans beaucoup de pays, ce qui doit pousser à une grande prudence lorsqu’on accuse des auteur.ices de fraude, sous peine de verser dans la diffamation.
Cependant les méconduites ne se résument pas aux fraudes. En effet, il existe toute une zone grise, plus ou moins reconnue par les institutions, couvrant un large spectre de pratiques qu’on sait douteuses, et qui inclut entre autres des erreurs sincèrement maladroites. L’OCDE fournit une classification de ces méconduites, dont cette zone grise, et des réflexions sont menées en permanence dans l’objectif de réformer nos définitions, notamment pour mieux reconnaître ce qui relève des mauvaises pratiques et in fine en réduire l’occurrence.

Quels domaines sont concernés ? De toutes évidences ce problème touche toutes les sciences. Des cas de méconduites ont été découverts dans quasiment toutes les disciplines, allant de la physique – par exemple la fameuse histoire de Jan Hendrick Schön qui aurait découvert en 2001 un prétendu  procédé de transformation de matériaux non-conducteurs en semi-conducteurs – à l’archéologie – par exemple Shinishi Fujimura qui a enfoui de faux objets archéologiques lors de fouilles entre 1981 et 2000. Il s’agit là de quelques cas qui ont été fortement médiatisés, mais comment peut-on quantifier l’ampleur des fraudes ?

Misconduct Tavern, Philadelphia, PA. Crédit: mtwong26

Continuer la lecture

Hcéres. Petits arrangements entre amis très chers

#CancelCulture. Après celles des jeunes collègues et des femmes sur les listes de diffusion, voici un nouvel élément à verser dans le panier des pratiques anti-démocratiques de l’ESR, au plus haut sommet de son gouvernement cette fois. Si le conflit d’intérêt était discipline olympique, nul doute que la France aurait des chances de médaille d’or aux prochaines Olympiades de Tokyo en 2021. Elle aurait pu aligner Thierry Coulhon, nouveau président (du collège) du Hcéres depuis novembre dernier, dans deux compétitions phares : le conflit d’intérêts en épreuve individuelle et celui en épreuve collective, également appelé conflit d’intérêts en bande organisée. Elle aurait même pu en faire le porte-drapeau de la délégation française, tant l’intéressé semble au mieux de sa forme ces derniers mois, malgré quelques nuages qui s’amoncellent au-dessus de la tête du champion.

Avant de revenir sur les derniers soubresauts de l’épreuve individuelle concernant la nomination très contestée de T. Coulhon à la tête du Hcéres et le recours devant le Conseil d’État, place à l’actualité et zoom sur l’épreuve du conflit d’intérêt en bande organisée.

Continuer la lecture

Violences sexistes et sexuelles à SciencePo. Communiqué de la Faculté permanente, 20 janvier 2021

Position de la faculté permanente de Sciences Po-20jv2021 (version .pdf)