Violences sexuelles à l’école des mines d’Alès : le directeur démissionne

Omerta mode d’emploi #12

← Article précédent

Article suivant →

 

  • France 3 Occitanie, 9 mars 2021

L’école des mines d’Alès est dans la tourmente depuis la révélation par des jeunes filles d’affaires de viols et d’abus sexuels lors de fêtes étudiantes. Dans ce contexte, le directeur Thierry de Mazancourt annonce sa démission pour des « difficultés internes ».

L’école des Mines (IMT) d’Alès, dans le Gard. • © FTV

Pour lire l’article sur France 3 Occitanie →

« E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon

Omerta mode d’emploi #11

← Article précédent

Article suivant →

Update 24/3/2021. On informe Academia de la venue de l’inspection générale de l’éducation nationale, du sport et de la recherche (INGÉSR). #ResistESR

Le 25 février dernier, une centaine d’étudiant·es ont manifesté sur le campus et placardé des affiches sur la porte de la direction générale des services avec ces slogans : « Violences sexistes, école complice », « Stop à l’impunité » ou encore « Pinton démission ». « Une provocation », selon le président de l’école.  Trois semaines plus tard, c’est une lumière crue qui est jetée sur l’ENS de Lyon à l’occasion d’une série d’articles parus entre hier et aujourd’hui sur France info (Juliette Campion), dans Mediacités Lyon-Mediapart (Jennifer Simoes) et Libération (Cécile Bourgneuf) pose désormais la question de savoir si Jean-François Pinton, le directeur de cette école prestigieuse formant les futur·es universitaires et les cadres de la haute fonction publique, peut encore rester à son poste.

Depuis 2018, les viols et les agressions sexuelles, comme le déni de l’administration de l’ENS de Lyon sont bien documentés, grâce à un long article de Béatrice Kammerer pour Mediacités Lyon1. Deux ans et demi plus tard, les élèves, leurs représentant·es et les représentantes CGT du personnel sont en colère2. C’est l’attitude de la direction de l’ENS de Lyon qui a mis le feu aux poudres. À l’occasion d’un CHSCT le 5 février 2021, censé trouver des solutions pérennes aux violences sexistes et sexuelles, l’attitude de la direction a sidéré les membres élues, au point où au moins une d’entre elles est arrêtée depuis. Sous couleur de monter un numéro vert — pardon une « cellule d’écoute » – le directeur laisse paraître dans ses discours et ses actes son absence totale de volonté d’agir contre des violences qui menacent la santé et la sécurité, mais aussi l’avenir professionnel des étudiant·es et des enseignant·es.

La porte du bureau du président de l’ENS Lyon, le 25 février 2021. (Juliette Campion, France info)

Car les témoignages rapportés sont abominables. Il faut lire ce que les articles relatent pour saisir la mesure de l’horreur, dont les ramifications vont jusqu’à l’École normale supérieure de Tunis. Viols, chantages à la note, agressions sexuelles par dizaines : voilà ce que, en l’absence de structure d’écoute ou de dispositifs d’inscription ou de registre  pour les rapporter, recueillent des élu·es désemparé·es, qui mettent plusieurs jours à se remettre des témoignages reçus. Pourtant, ces étudiant·es, qui demandent des actions et un discours clairs de l’administration, sont aussitôt mis·es en accusation par la direction de l’ENS. Béatrice Kammerer, la journaliste qui avait sorti la première un article sur le déni des violences sexuelles à l’ENS de Lyon, a rapporté à Academia combien les étudiantes féministes des Salopettes avaient été « courageuses » ; les articles document que les élu·es étudiant·es en général n’ont pas la tâche facile, au contraire. Qui plus est, en dehors de l’intimidation des élèves et des étudiant·es, la sanction n’est pas prévue. Et pour cause, aucune section disciplinaire n’a été créée depuis l’arrivée de Jean-François Pinton en 2014.

Continuer la lecture

  1. Pour l’ENS Paris, signalons « Sexisme, homophobie, racisme… ou paillardise à Normale Sup ?« , de Renaud Renaud, Rue89-L’Obs, 16 novembre 2016. []
  2. Sur Academia, voir notamment Contre le déni par la Présidence de l’ENS de Lyon, du mal-être étudiant et des violences sexistes et sexuelles, organisons-nous ! Communiqué interassociatif, 21 février 2021 ; Violences sexistes et sexuelles : l’ENS de Lyon en ébullition, 23 février 2021; La #cancelculture à l’ENS de Lyon : refuser d’entendre les victimes de violences sexistes et sexuelles, 2 mars 2021. []

« On vit mieux en luttant qu’en se résignant ». Éric Fassin sur Mediapart

Hebdo #91: être debout avec… Éric Fassin !

(c) Institut français à Izmir

Le monde est sens dessus dessous, au bord de l’abîme, nous ne pouvons pas nous permettre de nous réfugier dans nos jardins secrets. L’heure est à la résistance, sur tous les fronts, et en premier lieu sur le terrain de la démocratie, car s’il bascule dans la barbarie et la guerre civile, nous serons tous responsables d’avoir laissé la terreur et la peur nous gouverner, ou tout simplement d’avoir détourné le regard.

Dimanche dernier, un de nos contributeurs réguliers, le sociologue Eric Fassin, publiait un billet de blog inquiétant (à lire ici) sur les menaces dont il fait l’objet sur Twitter de la part de la mouvance néonazie. « Je suis professeur. Le 16 octobre, un professeur est décapité. Le lendemain, je reçois cette menace sur Twitter : “Je vous ai mis sur ma liste des connards à décapiter pour le jour où ça pétera. Cette liste est longue mais patience : vous y passerez“ ». Loin de vouloir faire de lui une victime, il explique alors comment l’offensive contre les musulmans, en réaction aux attaques terroristes, prolongée par les accusations folles contre la pensée critique, taxée d’ « islamo-gauchisme », a donné un blanc-seing aux offenses d’extrême droite et ouvert une brèche à la remise en cause des libertés académiques.

Extraits                                                               Lire l’entretien complet sur Mediapart

  • Désolée pour cette question triviale, comment allez-vous ? Les menaces ont-elles cessé ? Les avez-vous signalées à Pharos ? Et de manière générale, êtes-vous inquiet pour votre sécurité ?

Qui peut aller très bien dans un monde qui va mal ? Mais je ne suis pas à plaindre, j’en ai bien conscience. Les insultes continuent ; pour l’instant les menaces, sont moins ouvertes. Je les signale désormais. La police, qui a recueilli ma plainte, prend au sérieux le risque d’un terrorisme d’extrême droite. Mais il ne s’agit pas seulement de moi. J’ai voulu parler à la première personne du singulier d’une situation qu’il faut penser à la première personne du pluriel : « nous ».

Continuer la lecture