Être candidat.e en sciences sociales à l’IRD 1 – le projet de recherche

Par Pierre Guidi, avec de précieux ajouts de Marc Pilon

Candidater auprès d’institutions de recherche demande de connaître des règles dont certaines sont explicites et d’autres implicites, mais rares sont les institutions qui les exposent publiquement. Ce court texte contient les principaux conseils pour candidater comme chargé de recherche à l’IRD. Ils sont fondés sur mon expérience de candidat en 2015 et 2016, ainsi que sur le suivi (dossiers et auditions blanches) d’une dizaine de dossiers de candidatures depuis mon recrutement en 2016. Ces conseils ne sont évidemment pas exhaustifs et pourront être amendés en fonction des commentaires reçus. Vous trouverez ci-dessous des exemples de projets de personnes récemment recrutées.

Cette année, l’IRD a mis en place une nouvelle procédure. Comme au CNRS, une première sélection des dossiers sera effectuée avant les oraux, qui auront lieu en plénière (auparavant, il n’y avait pas de sélection et les auditions se déroulaient en sous-commissions).

Pensez à regarder attentivement le site https://www.ird.fr/. Il contient de très nombreuses informations sur la politique scientifique, les unités de recherches, les partenariats, l’implantation de l’IRD dans le monde etc.

Le projet IRD est court : quatre pages maximum pour les activités de recherche antérieures et six pages pour le projet de recherche. Il faut donc faire un important effort de concision.

Lire la suite

Femmes et hommes en sociologie: deux sexes, deux corps?

Olivier Martin vient de déposer sur une archive ouverte l’article qu’il a publié dans le Bulletin de l’Association des Sociologues Enseignant-e-s du Supérieur, n°63, dans un numéro consacré à « Genre et sociologie à l’université ».

Ancien président de la section 19 du CNU (mandat 2012-2015), Olivier Martin analyse la chance respectives des hommes et des femmes d’accéder à différents grades du supérieur en sociologie – discipline où la répartition  en termes de rapports de sexe est déjà bien plus équilibrée que bien d’autres disciplines des sciences humaines et sociales.

Les docteures ont-elles des chances équivalentes à leurs homologues masculins d’être qualifiées aux fonctions de maître.sse de conférences des universités ? Les maitresses de conférences ont-elles des chances vraiment comparables à celles des maîtres de conférences d’obtenir une qualification aux fonctions de professeur.e.s ? Et, une fois entrés dans l’un ou l’autre de ces deux corps, les hommes et les femmes ont-ils des chances identiques d’être promus dans les diverses classes existant au sein de chacun de ces corps ?

Lire la suite