Travail d’archive (6). Le courage de démissionner : Michel Deneken donne l’exemple aux membres de l’Udice

Michel Deneken et les membres de l’Udice, le club auto-proclamé des dix « grandes universités françaises de recherche » qui prend la suite de la CURIF, sont en colère. Ils ont raison : le gouvernement ne les écoute pas, désespérément pas, alors qu’ils réclament « instamment la possibilité d’accueillir » les étudiants, et ce, « dès début janvier, avec une jauge de 50 % ».

Face à ce silence, il n’y a que deux solutions. La première consiste à aller au contentieux. La conférence des évêques de France a eu le courage de le faire, plutôt que de se perdre en belles paroles : elle a déposé un référé-liberté et obtenu satisfaction en 48 heures devant le Conseil d’État. Simple et efficace. La seconde solution consiste à démissionner de ses fonctions.

Please Resign by Colin Knowles, 2011, CC BY-SA

Faute d’engager le moindre contentieux, c’est cette dernière solution qui s’impose à nos président.es d’université. Michel Deneken doit prendre ses responsabilités et démissionner. Par-delà la crise sanitaire, les raisons ne manquent pas. Bien sûr, il ne le fera pas, et d’autres, d’ailleurs, ont dû en tirer les conséquences à sa place.

Et pourtant, il l’a déjà fait.

Continuer la lecture

Saint-Étienne : démission de nombreux proches de la présidente, laissée seule avec la fusion

Lire l’article complet sur le site Idexit


La détonation risque de retentir pendant plusieurs semaines : huit vice-président⋅es de l’université Jean-Monnet de St-Étienne (UJM), dont les trois vice-présidents centraux, annoncent aujourd’hui leur démission. Avec un collectif de dirigeant⋅es de l’université (chargé⋅es de mission, responsables de composantes ou d’unités), ils considèrent « que le projet d’Université-Cible, que certains d’entre nous ont porté, met en danger, aujourd’hui, notre établissement et notre capacité à porter une ambition académique sur le site de Lyon-Saint-Étienne. » Alors que la sauvegarde de l’université stéphanoise était au centre de la campagne des municipales et que Khaled Bouabdallah, véritable « parrain » de l’ESR local, a récemment été exfiltré vers Montpellier, la présidente Michèle Cottier se retrouve seule à porter un projet de fusion dont tout le monde, à Saint-Étienne, perçoit désormais l’absurdité.


Lire l’article complet sur le site Idexit


Né en 2017, le collectif « Idexit » regroupe des étudiant⋅es de Lyon et de Saint-Étienne mobilisé⋅es contre le projet de fusion de leurs universités et de leurs écoles.

Site internetFacebookTwitter

Avant le 14 février : démission des responsabilités administratives

 
Cher·es collègues,

Vous trouverez ci-joint une lettre de menace de démission collective de nos responsabilités administratives pour protester contre le projet de Loi de programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Cette lettre, déjà signée par plus de 300 collègues, sera publiée prochainement dans la presse.
Il est important que la lettre soit signée par un nombre conséquent de collègues pour alerter sur le rejet que suscite ce projet.
Vous pouvez vous associer à cette action en remplissant le formulaire suivant

Lien vers la plateforme de recensement des signatures

La date limite est fixée au 14 février 2020 au plus tard. Voici, à titre indicatif (et non exhaustif), la liste des responsabilités dont vous pouvez démissionner :

membre des commissions d’évaluation de l’Hcéres, membres des conseils centraux d’universités (CAC, CA, CFVU, CR), directeur·trices d’écoles doctorales, directeur·trices de laboratoires (UP ou UMR), directeur·trices d’UFR, responsables de mentions, de parcours ou de spécialités de Licence et de Master, président·es de jury de diplôme, membres de conseils d’UFR et de conseils de laboratoire, responsables de commissions pédagogiques, des relations internationales, des équivalences, des mineures externes, des stages, membres de conseils de perfectionnement, etc.

N’hésitez pas à diffuser très largement autour de vous.