LPR. Après la précarisation et la privatisation de l’enseignement supérieur, la criminalisation !

Lien : CP Alternative – La LPR Après la privatisation et la précarisation, la criminalisation, 10 novembre 2020

La fac est à nous ! Le délit d’atteinte à la tranquillité et au bon ordre des établissements et la suppression de la qualification sur France culture

Le délit d’entrave consiste à pénétrer dans une université pour « troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement », selon la future LPPR• Crédits: Quentin Saison / Hans Lucas / Hans Lucas – AFP

Le délit d’entrave, aggravé en commission mixte paritaire en délit d’atteinte au bon ordre des établissements fait la Une du journal de 8h, sur France culture. Avec Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, et Christelle Rabier, pour Academia 😉


Un délit d’entrave dans les universités pour ne pas troubler le bon ordre de l’établissement : cette mesure a été ajoutée en urgence cette semaine au projet de loi de programmation de la recherche. Il s’agit d’éviter les blocages d’étudiants. Tollé chez les enseignants-chercheurs.

Poursuivre la recherche « de base » au quotidien et l’enseignement auprès des élèves tout en stimulant les projets compétitifs et innovants. Voila le précaire équilibre auquel tente d’accéder la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Elle arrive, cette semaine, au terme de son processus législatif et elle est déjà très contestée par la communauté éducative. Une disposition ajoutée en urgence par la Commission mixte (députés et sénateurs) n’y arrange rien : elle introduit un délit d’entrave, ce qui fait bondir les enseignants-chercheurs. Ce délit est passible de 3 ans de prison.

« C’est sans précédent », affirme l’enseignante chercheuse Christelle Rabier, spécialiste d’histoire des sciences à l’EHESS. Pour Sylvie Bauer , présidente de la commission permanente du Conseil national des universités, « les blocages dérangent beaucoup. C’est donc une façon de couper tout ce qui relève du débat politique polémique».

  • Deuxième sujet au Journal de 12h30, à partir de la minute 7’50 sur la suppression de la qualification.

Conclusion de Taga Schlege :

« Cette attaque du Conseil national des universités n’est pas nouvelle : déjà Nicolas Sarkozy, dans la loi sur l’autonomie1, avait rêvé de lui couper les ailes : et bien c’est Emmanuel Macron qui semble l’avoir fait ».

  1. NDLR: Loi de responsabilités des universités, 2007. []

Une émotion à la hauteur du bouleversement et de l’affront : l’administrateur provisoire de Paris-1 prend le maquis

Gouverner Paris-1 S2 épisode 4

Il est des moments où l’on perçoit que le fond de l’air est révolutionnaire quand des choses improbables se passent, aussi improbables que des juristes demandant aux organisations syndicales si elles ont bien posé un préavis de grève pour les jours qui viennent. Le message qui suit de l’administrateur provisoire de Paris-1 fait partie de ces signes qui ne trompent pas : expliquer aux étudiant·es l’affront fait par une ministre qui avait récemment soutenu fermement la présidence de Paris 1, y compris en outrepassant allégrement le principe de séparation des pouvoirs. Frédérique Vidal ne disait-elle pas dans l’hémicycle du Palais du Luxembourg le 16 janvier 2019 :

« l’ensemble des présidents d’université, des professeurs, des maîtres de conférences » devaient « déclin[er] les politiques publiques décidées par l’État » avec « obéissance et loyauté »»

La lettre de Thomas Clay à l’ensemble de la communauté universitaire de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne est savoureuse : moins par son ton sentencieux, auquel nous sommes désormais habitué·es, ou par sa critique longuette du fonctionnement du Conseil national des universités (CNU) que par la rage qui en émane.

Personne n’a été dupe, en tout cas pas les milliers de destinataires qui se sont empressé·es à leur tour de faire suivre ce message. Les étudiant·es apprécieront pour autant que l’arroseur — qui, même dans ses rêves les plus fous, n’osait sans doute pas espérer la création du délit d’atteinte à la tranquillité et au bon ordre des universités pour enfin faire cesser l’affront des occupations de Tolbiac — subisse, à son tour, les conséquences des méthodes législatives non-démocratiques du gouvernement. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/latitude-21/3639828304/in/photolist-2e7gWfK-22gMeVq-RgCMhX-ymtRU2-EKmCyr-e58PMS-r7pGi-4g3py1-8SA36Z-RZKGed-8cqKcC-8cxLBX-auY5xa-CnyGN-q4GfA5-A1q8jU-6xD59q-5tZLXZ-2joqeJ1-6SN9ao-dFjsiy-6Vs43i-5H3ZjZ-83FzQc-yx9cMW-712qGZ-cJbXRY-7FFLg9-7FBRj2-xo72z3-8dvHwV-8dz1B7-pBhw5-9kKCLf-dUNndj-btvUWd-5uMzcs-BvfDYi-6AsF6S

L’arroseur arrosé (c) Celia Debruyere, 2008


—– Message transféré de Thomas Clay <thomas.clay@univ-paris1.fr> —–
Date: Tue, 10 Nov 2020 10:44:45 +0100
De: Thomas Clay
Répondre à: Thomas Clay
Objet: [forum] En défense du Conseil National des Universités
À: forum@listes.univ-paris1.fr

Chers abonnés de la liste « Forum »,

Sur cette nouvelle liste dédiée aux débats et à laquelle tous les personnels de l’Université sont abonnés — sauf s’ils se désabonnent — et tous les étudiants qui le souhaitent, permettez-moi un message à titre personnel sur ce qui s’est passé hier en Commission Mixte Paritaire au sujet du projet de la loi de programmation de la recherche. Le sujet me paraît revêtir une importance telle qu’il justifie qu’on en débatte, et que ce débat puisse se tenir ici, en toute liberté. La disparition programmée du Conseil National des Universités heurte selon moi au moins deux principes fondamentaux de notre République, celui de la promotion au mérite et celui de la représentation démocratique.

Continuer la lecture

Laure Darcos siffle la fin de huit siècles de récré

La fabrique de la loi #69

← Article précédent

Article suivant­ →

Université française, 1253-2020 R.I.P

Tout délit d’entrave est désormais passible de 1 an de prison et de 7500€ d’amendes,
et s’il est commis en réunion, de 3 ans de prison et de 45 000€ d’amendes.
Fin des franchises universitaires

Source : Twitter Franck Loureiro, 9 novembre 2020