Derrière « l’islamo-gauchisme » : les semaines à venir sont celles de tous les dangers

Don’t feed the troll. Depuis des mois, des collègues bien intentionné·es et un brin condescendant·es soutiennent qu’il ne faut pas faire de publicité aux attaques en « islamo-gauchisme », en « militantisme » et autres « dérives idéologiques » qui fleurissent de toutes parts. « Ne tombez pas dans le piège de députés en mal de notoriété », « ne venez pas perturber avec vos histoires la sérénité de l’examen par le Conseil constitutionnel de la loi de programmation de la recherche », « ne déposez pas de plainte en diffamation », « ne jouez pas à vous faire peur » : il faudrait que, du côté de la rédaction d’Academia, l’on recense tous les bons conseils qu’ont bien voulu prodiguer des collègues, des chef·fes d’établissement et des parlementaires.

Jusqu’il y a peu, certain·es semblaient même croire que cette stratégie de l’autruche pouvait être tenable. Ils et elles y croient peut-être encore, d’ailleurs, quand on voit à quel point, depuis quelques jours, la ministre Vidal sert de paratonnerre facile à la CPU et au CNRS, alors même que c’est le président de la République, ses principaux ministres, la quasi-intégralité de la droite parlementaire et une bonne partie des député·es de la majorité qui sont désormais convaincu·es que des militant·es grimé·es en scientifiques dévoient le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche en « cassant la République en deux ». Nous sommes malheureusement déjà entré·es dans l’étape d’après, désormais, celle dont nous décrivions le processus il y a trois mois à partir de l’expérience de la dissolution du CCIF : ce qui est en jeu ces jours-ci, en effet, ce n’est plus le fait de savoir si des « dérives idéologiques » traversent l’ESR car cela, les principaux titulaires du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif en sont désormais convaincus. La seule chose sur laquelle on hésite encore au sommet de l’État, c’est sur la manière de mettre en forme, sur le plan juridique et administratif, les conséquences à tirer de cette nouvelle conviction partagée.

Formaliser la défense de « l’université républicaine »

Dans les couloirs du parlement et dans certains cabinets ministériels, en effet, d’âpres discussions sont en cours pour trouver les « bons » moyens de sauver « l’universalisme républicain » dans les universités. C’est à cet aune qu’il faut comprendre les dernières sorties de la ministre : ce qui est notable dans l’intervention de Frédérique Vidal sur CNews, ce n’est pas tant le fait qu’elle légitime de manière abjecte les attaques en « islamogauchisme » que le fait qu’elle ressente le besoin de défendre publiquement un traitement des « dérives idéologiques » dans l’ESR qui soit interne, c’est-à-dire qui se fasse par les instances de l’ESR elles-mêmes. Dans son passage sur CNews, autrement dit, Vidal ne s’adresse pas aux Français·es, ni à la communauté universitaire ; elle sait mieux que quiconque quelles sont les discussions en cours et cherche à peser sur les parlementaires et sur le gouvernement, pour imposer ce qui lui semble être le meilleur compromis entre la prétendue nécessité de sauver l’université des communautarismes et des militantismes qui l’assailliraient, d’une part, et l’obligation de respecter les libertés académiques, d’autre part.

C’est pour cette raison que nous sommes déjà « à l’étape d’après » : les débats en cours, au sein des pouvoirs exécutif et législatif, ne sont plus désormais que des débats d’ingénierie juridique et administrative. Des débats de forme, autrement dit, car sur le fond, il existe, d’ores et déjà, un accord général sur le fait qu’il faut agir. Il faut agir, pensent-ils ou pensent-elles, car il faut apporter une réponse à « la question urgente des nouvelles formes de censure et d’intolérance qui se sont manifestées ces dernières années, ainsi que, plus largement, des rapports entre valeurs morales, engagement politique et activité scientifique », pour reprendre la formule employée dans un récent communiqué de l’association Qualité de la science française (QSF) qui est particulièrement représentatif de ce qui est devenu, au sein des cercles du pouvoir en France, la représentation très majoritaire des deux plaies qui submergeraient l’ESR, à savoir la censure et, « plus largement », le militantisme.

https://www.flickr.com/photos/rod_waddington/28340793115/in/photolist-KbnYq4-5mbzMG-2kA1RDY-2jTVgcS-cPS16J-mtp4uF-2jhY2Q4-5Na13M-ZZyC7Z-Vy6DzN-CTrHau-N7ybN1-8y8X9y-K4tNNV-MTM2U3-mUDsGX-dRRq4-CTrJ9y-duhGvz-8M3pgt-Nyxvkx-4Kkude-b3WZFa-P71HX2-7oHps3-MLNdA-auhKDW-cb6PDu-4oWK2t-gL5Z4w-bAQbxK-9zrkyo-dRSmce-b3TfTx-4KpMzd-dbGRr1-9ZuMfm-7bPVF7-dKpQqx-dZnpn-4AaE8Q-dNL3aE-AQ1fgs-2vpLUD-cPS4Qw-xSKo7b-6tXHi3-5RFGBE-9NpiS-8F5xdt

Baobabs, Madagascar. Crédit: Rob Waddington, 2016

Continuer la lecture

Décision du Conseil constitutionnel : désaveu sur le délit pénal, dans un paysage dévasté

La fabrique de la loi #81

← Article précédent

Article suivant­ →

Loi de programmation de la recherche 2021-2020 Décision du Conseil constitutionnel, 18 décembre 2020 : Non conformité partielle, réserve

#ResistESR

Universitaires, anarchistes même combat !

Dans le contexte d’état d’urgence sanitaire qui n’en finit pas1 chaque jour amène son lot de mesures normatives qui s’ajoutent à l’empilement de celles adoptées depuis 2015 pour faire face aux nécessités de la lutte contre le terrorisme. Sans verser dans une sorte de théorie du complot, les observateurs ne savent où porter leur attention, tant les nouvelles tombent de toutes parts. Adoptées en ordre apparemment dispersé, il faut pourtant admettre que, chacune à leur échelle, les mesures ont toutes pour effet de rogner des libertés établies, et ceci non seulement par une banalisation de mesures qui étaient au départ encadrées par le mécanisme de l’état d’urgence, dont elles débordent désormais, mais aussi par une régularisation a posteriori de pratiques dont on découvre qu’elles sont en réalité déjà à l’œuvre.

https://www.flickr.com/photos/copepodo/4954249972/in/photolist-8xMPUY-dNL3aE-7Eqr5-4dSeER-5ctw3K-dNg3uo-AQ1fgs-9r6wTr-rDmw27-2vpLUD-4YFUyy-81cgBu-cPS4Qw-8f6DxP-cmQibJ-7Eqr8-xSKo7b-4ShFfB-PaPSGv-LDdui9-edJNp1-edKMSo-6tDNqD-5j8H81-5RFGPy-edM1RS-aaHkck-5RFGYA-cVptY-7ZHLui-8TDKH-cmQVYN-LQShi5-738sTE-7oCmwp-VqNyJF-iDLCL-4UZU7n-58uq2w-4EsNqw-9e1StK-2jhorzb-ps7qf-rvZgy-qYLH5-d7EAg5-WAJy9q-5gpTsy-6S7FrN-7dRHgr

Baobab fruit (Adansonia grandidieri).
Fruit of the baobab species Adansonia grandidieri, endemic to Western Madagascar. Seeds are covered by a dry foam-like tissue which is edible. Credit: Rafael Medina, 2010

C’est ce que pointent, en dernier lieu, les avis émis par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) à propos des fichiers de « sécurité publique »— soit les fichiers Prévention des Atteintes à la Sécurité Publique (police) ou PASP, celui de Gestion de l’Information et Prévention des Atteintes à la Sécurité Publique (gendarmerie) ou GIRASP, enfin du fichier Enquêtes Administratives liées à la Sécurité Publique (police et gendarmerie) ou EASP2. L’AFP, reprenant des chiffres indiqués par le ministère de l’Intérieur, rappelle que début novembre 2020, plus de 60 000 personnes étaient inscrites au Pasp, 67 000 au Gipasp et un peu moins de 222 000 à l’EASP. La CNIL a donc été saisie pour avis sur ces trois fichiers dont la portée a été étendue par trois décrets en date du 2 décembre 20203.

Continuer la lecture

  1. L’état d’urgence sanitaire a été prorogé jusqu’au 16 février 2021 après un imbroglio qui a ridiculisé la majorité mal déconfinée de l’Assemblée Nationale et confirmer la tendance autoritaire du gouvernement. []
  2. Ce dernier étant utilisé dans le cadre des enquêtes administratives préalables à certains recrutements dans la fonction publique  — Article R236-1 Code de la sécurité intérieure ; on ne manquera pas, Article R236-2, la liste les catégories de données à caractère personnel recueillies dans le cadre d’enquêtes administratives []
  3. Pour le contenu des décrets : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042607323, https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042607387, https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042607266. []

La porte de la Ministre est ouverte ! ou fermée. Quarante juristes dans le JDD, 15 novembre 2020

 #ResistESR –  Dimanche 15 novembre 2020, 15h38. Academia apprendque les quatre présidents du groupe 1 du CNU (dans l’ordre : Arnaud Martinon, Loïc Grard, Florent Garnier, Sandrine Lévêque) ainsi que Jean-Christophe Saint Pau, président de la Conférence des doyens des facultés de droit et science politique, seront reçus en audience par le directeur du cabinet de la Ministre, demain, lundi 16 novembre 2020.

«Comptez sur notre mobilisation pour défendre le CNU et, au-delà, pour contester d’autres dispositions faisant débat», nous écrit-il.

Nous comptons sur vous pour restaurer la qualification et abolir le « délit d’atteinte à la tranquillité et au bon ordre des établissements ». Nous nous étonnons : le directeur de cabinet? Celui qui enfume tous ses interlocuteurs et ses interlocutrices depuis sa nomination au cabinet ?

La porte de la Ministre n’était-elle pas ouverte ? 1

UPDATE. On nous dit qu’il faut corriger « reçu » par « convoqué » et que les présidentes des sections 05 (Valérie Mignon, Paris-X Nanterre) et 06 Aude Deville (Côte d’Azur), sont convoquées à 18h. Peut-être que l’amour de Nice leur laissera l’accès au vestibule ministériel.

Affiche, 2008


TRIBUNE. « Il faut défendre le Conseil national des universités »

Quarante universitaires s’étonnent dans cette tribune de l’adoption d’un amendement autorisant les recrutements sans passer par le Conseil national des universités (CNU). Il s’agit selon eux d’un coup grave porté à cette instance et au monde de l’université.selon eux d’un coup grave porté à cette instance et au monde de l’université.


L’attaque fut brève, mais le bilan est lourd… La commission mixte paritaire réunie le 9 novembre pour adopter le texte définitif de la loi de programmation pour la recherche (LPR) a retenu l’amendement qui, par la modification de l’article L. 952-6 et l’ajout d’un article L. 952-6-3 au code de l’éducation, autorise les universités à recruter des professeurs et des maîtres de conférences sans passer par l’instance nationale, c’est-à-dire le CNU (Conseil national des universités). Ce texte devrait donc figurer dans la loi qui sera adoptée définitivement par l’Assemblée nationale et le Sénat dans les jours qui viennent.

L’attaque fut brève. Les conditions dans lesquelles ce texte a été adopté ne manquent pas de surprendre. La LPR est en effet en discussion depuis le 1er février 2019. Elle a mis en débat un certain nombre de sujets qui méritaient de l’être. Soudainement, à l’extrême fin de la navette parlementaire, en dernière lecture au Sénat, en pleine nuit du 28 octobre, devant un auditoire clairsemé, cet amendement n° 150, assassin, a été voté. Cela ressemble beaucoup à un coup de force, qui a permis, sans aucune discussion, l’adoption d’un texte aux conséquences dramatiques pour les universités. Et ce n’est pas la « concertation avec toutes les parties prenantes » annoncée avant le décret d’application et ajoutée in extremis dans le texte qui permettra d’amortir la brutalité du coup porté à l’université, de concert, par le gouvernement et le Parlement. Cette concertation, qui aurait dû intervenir avant la loi, et non pas après, ne trompera personne.

Le Sénat a clairement ouvert la voie à une disparition progressive du CNU

  1. Frédérique Vidal n’écrit-elle pas jeudi derneir que : «Je ne doute pas que le bureau de la CP-CNU saura se ressaisir et se rappeler que le cœur de sa mission n’est pas de se substituer au législateur et aux corps intermédiaires, mais bien de participer, dans le cadre des politiques publiques de l’État, à la qualité du recrutement et au suivi de carrière des enseignants-chercheurs.
    Ma porte est ouverte ». Frédérique Vidal : Entre instance nationale et universités autonomes, le pari de la confiance, Le Monde, 15 novembre 2020.
    On se demande qui, de la Ministère ou du bureau de la CP-CNU, doit se resaisir. Il est vrai qu’une porte ouverte permet de s’en aller. []

« Une dégradation continue d’un modèle universitaire qui rayonnait pourtant à travers le monde » : motion des doctorant∙es de l’université de Clermont-Ferrand

« Soyons libres de ne plus l’être ». Affiche, 2015

LPR. Après la précarisation et la privatisation de l’enseignement supérieur, la criminalisation !

Lien : CP Alternative – La LPR Après la privatisation et la précarisation, la criminalisation, 10 novembre 2020