Les présidents d’université ont besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Ce mercredi 4 mars, huit président·es d’universités autoproclamées « de recherche intensive » publiaient dans Le Monde une tribune au titre accrocheur et visionnaire : « La France a besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche ». Suivent quelques paragraphes organisés au moyen de trois intertitres rassembleurs : Une recherche fondamentale vivante et libre, Endiguer la crise des vocations, Faire confiance.

Accroche — décroche, y’a pas d’anicroche

L’introduction de ce texte qui, nul doute n’est possible, sauvera l’Université — et le monde avec elle — démarre des constats traditionnels et néanmoins éculés : rapports d’OCDE, décrochage de l’investissement français en recherche et développement:

« En Europe, l’écart se creuse avec l’Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas. L’Espagne progresse. La France décroche. »,

embraye sur les sempiternelles annonces d’augmentation du budget (jusqu’à atteindre ces fameux 3% du PIB), mais, heureusement, la dernière

« est donc de très bon augure. »,

https://www.flickr.com/photos/its-only-lines/49367157887/in/photolist-2idpA7B-9Mz868-T2trjx-5p1E8h-a2hzvw-niCVhd-Msndm5-HgTtVz-3T4rf-n6aWDM-68Nn1f-6chiTh-4xDTEm-zVA8g-YiADqL-6NswDH-AHHjus-2hgnqjF-4yYrd4-7ZMUHL-JXJr2c-CEp5Kq-LKYBG-KuNwgd-2gso5GC-23MqUma-rMuF4o-79FXne-kajj3-bLW5eB-QqGwmu-697EBm-fzx5sf-cUHHf-57X43g-6BhNPa-6gBCrJ-7L33Ta-jdi3i-p7CeiH-pvewXv-8Wmpi6-85AJUG-eztjB4-imq6r-eb2CVp-eiSTtj-ANPhmU-911uxs-RC9Bjk

Only lines, Bins, 2019

avant de s’échouer sur l’observation des critiques que suscite le train de rumeurs distillées par le gouvernement depuis de nombreux mois quant à l’effort qui serait — enfin ! — consenti envers l’Enseignement supérieur et la recherche. Selon les auteurs et autrices de cette tribune, il ne s’agit en fait que d’inquiétudes vis-à-vis de la réforme des retraites ou des rémunérations. Que les lecteurs et lectrices fragiles se rassurent, il n’est pas question de parler des recommandations radicales, osons le mot, issues de toutes ces consultations que les sociétés savantes, dans un élan proprement révolutionnaire, ont pu mener à l’été 2019. Il n’est pas également pas question des trois rapports préparatoires à cette loi et de la façon dont ils se torchent avec les recommandations précédentes. Il n’est également pas question du rapport conjoint de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale de l’Administration de l’Education nationale et de la recherche (IGAENR) sur le contrôle de la masse salariale, rapport qui estime que les universités françaises n’utilisent pas assez la pleine souplesse que permettent les emplois contractuels.

Reconnaissons-le avec honnêteté, et même avec humilité, nous sommes inquiets.

Remèdes à l’inquiétude

Que nous promettent-ils donc, au travers de cette loi : tout d’abord, une recherche vivante et libre. C’est-y-pas beau ?

https://www.flickr.com/photos/75474112@N04/23638509178/in/photolist-C1Rxe5-2gNmdRd-2iu8MiW-YVV6Zj-2gjoWm5-PWFiGx-2gmuMhv-2hQAFZQ-2itDUrR-2i7wZE1-Q7JMqk-2hyKuQP-2h5XiAm-tr24gA-NUuJbv-zhbBb2-7knGPc-2gYp5AP-DHzY7j-LzAsry-D4Yh4S-GLGP6S-2id1knZ-2hEbRZA-2hXkoy4-24udu4g-2hcQDbc-2hqCEnV-2iAkEGR-2gUNncP-NveHCj-2hq54kG-2ajFXo7-2dprFkR-2hZaPnE-2hke9RZ-2giFn2U-L3xchm-2cmG3eH-RTeu7V-2eC3nq8-226afPo-2cSbF93-AKDoPc-GCzVqz-N2rFF1-Xdsdp7-WhnC1E-SstoRC-EfXCSi

OneLifeonEarth, alive, 2017

Car c’est un sujet important, évidemment. Pour citer ces penseurs du Futur:

« Il n’y a pas de développement économique durable sans innovation de rupture qui naît d’une recherche fondamentale vivante et libre. »

C’est en fait plutôt amusant que les présidents et présidentes d’universités écrivent cela sans sourciller, sans la moindre once d’humour. À un moment où la notion-même de développement économique durable cherche sa définition, où le concept programmatique d’innovation de rupture s’avère un gimmick de communicants et où l’idée d’une recherche fondamentale s’efface dans les petits caractères de la loi Pacte. Rappelons par exemple ce discours de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, le 15 octobre 2019 :

« Sur la politique de recherche.

Nous avons une recherche publique d’excellence et une industrie de haute technologie. Mais recherche et industrie ne travaillent pas ensemble. Il existe encore un mur entre la recherche publique et son développement industriel. Nous devons casser ce mur. Nous avons commencé à le faire dans PACTE, nous devons aller plus loin.

La loi de programmation de la recherche devrait être l’occasion de réfléchir à une augmentation des moyens consacrés à des programmes de recherche publique en contrepartie de leur orientation vers un développement industriel précis. »

 

Du flouze, de l’oseille, de l’artiche

Reprenons notre sérieux et le fil de la tribune. Selon nos auteurs, trois exigences s’imposent pour cette loi de programmation de la recherche.

https://www.flickr.com/photos/legoquinn/6831446152/in/photolist-bpEWWm-GhEpha-4Zb3ve-JsxNKh-at37DB-RgYsjg-5JpR76-FJ8We3-9K5zNM-GhEoUX-QbnXgD-D1rLL7-7Ti1hM-7pVZVs-cLkNhj-JLobna-s1Mcve-PC2uq3-JLoaZg-PC2ubf-FZXRss-9FCjSU-oga7d5-8of5Tr-5ZdVLP-PC2uMq-PC2tNG-JLoaYz-GvkE2u-GhEokv-CqNvVY-JLob8c-FqZmnC-JssdvC-PC2v2d-PC2tZy-KbbwLB-PC2uuS-JsscZC-FZXRBW-Jssdwu-bWcuJm-67ARgU-ofUoNX-8gCi1K-pkuhhF-ddxBaX-nuAWaD-or58Uv-bWcuDY

Exinferis~lol , 2012 – S0 all you kids wondering what to do when you see someone drowning, laugh out loud at them.

Première exigence, de budget. Plus précisément, « que le crédit d’impôt recherche (CIR) – soit plus de 6 milliards d’euros par an –, ne représente pas une forme déguisée de subvention publique aux entreprises privées. » Comment on dit déjà ? LOL ? parce que c’est tout simplement sa fonction à ce brave crédit d’impôt recherche que d’être une subvention publique aux entreprises privées. On peut contester son ampleur, on peut contester son champ d’application, on peut contester son faible contrôle, mais on ne peut contester qu’il a été créé pour servir à cela et qu’il le fait.

Deuxième exigence. Et là, c’est à nos étudiantes et à nos étudiants que les auteurs de cette tribune s’adressent. C’est aussi à leurs parents. C’est encore à leurs futurs employeurs. Il faut, disent-ils, « différencier le volet formation et le volet recherche. ». Traduisons. Les universités ont une double mission, d’enseignement supérieur et de recherche. D’ailleurs, dans le modèle d’Université hérité de l’Université allemande du 19e siècle et qui est celui des plus grandes universités, ces deux volets sont intimement liés : les savants enseignent et cherchent; les savants cherchent et enseignent.
Un peu d’arithmétique, alors. Puisqu’il est question d’augmenter le financement de la recherche, cette différenciation sera — arithmétiquement — synonyme de diminution du financement de l’enseignement supérieur.

Continuer la lecture

La LPPR, sa communication et la politique de la recherche. À propos d’une tribune, d’un communiqué et d’une interview

Voilà plusieurs semaines que l’ensemble les directions de laboratoires, des instances scientifiques du Comité national de la recherche scientifique (CoNRS) et du Centre national de la recherche scientifique  (CNRS) et du sont vent debout contre les annonces des groupes de travail qui ont préparé la future Loi de Programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), plusieurs d’entre nous avons été surpris·es de découvrir que le CNRS utilisait son compte Twitter non pas pour communiquer sur l’ensemble des prises de position publiques de ses instances, pourtant remarquables par leur unanimité, mais pour faire connaître une pétition en faveur de la LPPR. C’est l’occasion de revenir sur ce contrefeu (1) et reproduire l’entretien que le président du Comité national de la recherche scientifique Olivier Coutard (2), a offert au journal d’entreprise CNRS info.

1. Contrefeu : les émérites au secours des directions des EPST

Le 20 février 2020, le compte Twitter du CNRS informe la communauté de la parution d’une tribune dans un quotidien sous péage. Le texte, très court — 1440 caractères — peut être intégralement lu sans payer.

« La communauté scientifique attend un engagement financier
fort et durable pour la recherche »

Tribune, Le Monde, 20 février 2020

Monsieur le Président de la République,

vous avez annoncé, le 26 novembre 2019, votre intention de porter la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) à 3 % de notre produit intérieur brut. Pour la seule partie publique, cela représente une augmentation de plus de six milliards d’euros qui, dans le contexte actuel que nous connaissons tous, est une somme très importante. Mais le besoin est là, et l’urgence est manifeste. Plusieurs pays ont fait de la science une priorité. Vous l’avez affirmé vous-même pour la France : « Tous nos défis ont besoin de science et de technologie pour les relever ».

C’est une question de souveraineté et, en cela, la France doit se donner les moyens de garder sa place sur la scène internationale. Nous avons besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, définie par rapport aux défis qui nous font face et correspondant à nos attentes et nos besoins. Comme vous le savez, il existe une inquiétude dans la communauté scientifique face à des informations qui sont encore fragmentaires.

Sans présumer de la rédaction finale de la loi, nous tenons à vous affirmer que la communauté scientifique soutient l’idée d’une loi de programmation et attend un engagement financier fort et durable pour la recherche. Elle saura répondre aux enjeux pour notre pays. Cette loi marquera votre engagement et celui de la France sur la durée. Elle doit avoir des effets tangibles dès 2021.

En substance, les 180 signataires demandent plus d’argent pour la recherche. Soit. Si possible de un financement pluriannuel. Re-soit.

De là à vouloir la loi de programmation pluriannuelle de la recherche telle que les rapports des groupes de travail préparatoires la préfigurent, il y a un pas qu’on ne peut .franchir sans examiner le dispositif de signatures et l’environnement éditorial1

Mettons de côté d’emblée la pétition associée à la tribune du Monde : les quelques 200 signataires, quatre jours après le lancement de la pétition fait peine à voir, d’autant qu’elle mêle aussi bien des citoyen-nes, des industriels et des scientifiques qui, tels cet Arnaud Pothier.

180 signataires de la tribune, répartis par âge et par sexe (Crédit: PGE)La pétition émane-t-elle bien des « premiers signataires », comme il est courant dans un cas de péitionnement ? On peut s’interroger sur le profil des premiers signataires, bien hiérarchisés entre « Prix Nobel, Médaille Fields, Médaille d’or du CNRS » ; « Responsables d’institutions, organismes et universités »: et « Membres de l’Academié des sciences ». Le premier groupe a une moyenne d’âge de 75 ; le second,  66, le troisième 72.  Le membre le plus jeune est Cédric Villani, qui n’est plus mathématicien, même s’il est bien médaillé Fields ; le plus âgé, Claude Lévi, professeur honoraire au Muséum national d’histoire naturelle, a 98 ans. Parmi ces signataires du troisième âge avancé, seules 15% de femmes. Le moins que nous puissions dire, c’est qu’à l’exception du groupe des Responsables, il s’agit de personnes qui ont quitté depuis longtemps, en moyenne plus de 5 ans le monde professionnel de l’enseignement supérieur et de la recherche et qu’ils ou elles en perçoivent difficilement les raisons de l’« inquiétude » de personnel à l’emploi très dégradé.

Distribution par âge et sexe des 176 premiers signataires de la tribune Pour une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (c)PGE

À tout le moins peuvent-ils ou elle s’accorder sur le besoin de financement de la recherche à hauteur de 3% du Produit intérieur brut, soit un engagement financier durable dans la recherche, sans s’intéresser aux à-côtés dont les groupes de travail nous ont proposé, en particulier en matière d’emploi précarisé.

Continuer la lecture

  1. Par exemple, le lien fait avec la tribune de Philippe Froguel : « Vite une loi pour une science française productive, imaginative et compétitive », publiée pourtant le même jour que quatre autres tribunes opposées à la politique de recherche du gouvernement. []

À quoi sert la CPU ?

MIse à jour: 4 janvier 2019

Alors que la mobilisation a gagné les Universités, au mois de décembre 2019, contre les retraites et contre l’esprit de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) en préparation, plusieurs d’entre nous avons été étonné.es de découvrir un réception organisée par Richard Ferrand et Emmanuel Macron en l’honneur de la Conférence des Présidents d’Universités (CPU), en présence de Frédérique Vidal, Ministre de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’Innovation.

Selon une journaliste présente1 , la  ministre Vidal y aurait déclaré

« La loi de programmation pluriannuelle de la recherche investira dans les carrières scientifiques, qui manquent encore d’attractivité. Je veux encourager les étudiants à se lancer dans la recherche »

en complète contradiction avec les politiques conduites par ce gouvernement et les précédents, largement documentés : Parcoursup, hausse drastique des droits étudiants étrangers,  rétraction de l’emploi scientifique, etc. Le président de la CPU, Gilles Roussel2, ne le dit pas autrement dans un entretien du 18 décembre 2019 à AEF.

Quid de l’emploi statutaire et de droit public ? demande AEF. La CPU y est attachée… mais il faut s’adapter à la place importante prise désormais par les personnels temporaires, doctorants, post doc, ingénieurs de recherche. « C’est un fait, et cela se passe ainsi partout ailleurs dans le monde ». C’est donc pour le bien de tous que l’on doit délier les CDD de leur durée maximal de 6 ans afin de pouvoir conserver les personnels de recherche non statutaire pendant toute la durée d’un projet de recherche. « Je suis donc favorable, de ce point de vue là, à donner plus de visibilité et de lisibilité sur des temps plus longs aux personnes employées sur contrats ».
La revalorisation des carrières et du niveau indemnitaire s’impose, mais pour Gilles Roussel c’est « dans le cadre de la réforme des retraites » et avec des modalités et une entrée en vigueur encore « loin d’être arrêtées ». Pour Roussel la LPPR doit augmenter très vite les rémunérations des doctorants et des jeunes chercheurs. Le reste peut attendre la loi retraite et sa mise en œuvre à partir de 2025. L’important, est de ne « pas décrocher » et susciter des vocations.
Inviter à susciter des vocations à un moment de contraction drastique de l’emploi permanent dans l’enseignement supérieur, de faiblesse historique des traitements (40% inférieurs aux fonctions équivalentes dans le reste de l’OCDE et inférieurs aux grades équivalents dans la fonction publique française, selon le rapport préparant la LPPR) et de mépris envers l’enseignement supérieur et la recherche, sensible dans le discours vide de la Ministre Vidal3, voilà qui et bien curieux et à l’encontre des prises de positions toute récentes des Conseils scientifiques du CNRS, qui exigent en termes clairs des moyens et des emplois permanents.

Tweet de la CPU, 18 décembre 2019

Si les collègues du CNRS ont pu se demander à quoi leur servait un pdg qui ne représente aucun personnel ni instances, il est ainsi légitime d’examiner, dans le cadre de notre réflexion sur la gouvernance de l’enseignement supérieur et la recherche,  les propositions de la CPU pour la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

La CPU et la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Au cours de l’automne 2019, la CPU publie deux textes, à la suite de la demande du Premier ministre Philippe à la ministre Vidal de préparer une Loi de programmation pluriannuelle de la recherche en janvier 2019, en organisant la réflexion autour de trois thèmes :

  • la recherche sur projet et l’articulation entre financement compétitif et financement récurrent des laboratoires ;
  • l’attractivité des emplois et des carrières scientifiques ;
  • l’innovation et la recherche partenariale.

Continuer la lecture

  1. Tweet d’Aude Petitdemange, journaliste à L’Etudiant, 19 décembre 2019. Cet élément de langage se retrouve de façon incessante dans chaque intervention publique de la Ministre, sans que l’on sache ce qu’il faut en comprendre. Voir par ex. « Frédérique Vidal, entretien à mi-mandat« , La méthode scientifique, France culture, 12/12/2019, rediffusion du 2/1/2019. []
  2. Gilles Roussel, selon sa page CPU,est ancien élève de l’ENS Paris, formé en informatique à l’INRIA, élu à l’Université de Marne-la-Vallée,  dont il est élu président en 2012, date à laquelle il rejoint à la CPU. Il est élu président de la CPU en 2016, puis réélu en 2018. []
  3. Frédérique Vidal: entretien à mi-mandat, La Méthode scientifique, émission de France Culture du 12/12/2019. []