Jean-Michel Blanquer, le point d’indice et FO ESR

CTMESR du 26 octobre      2020
Déclaration liminaire FO ESR

La fédération FO de l’Education Nationale, la FNEC FP-FO, dont fait partie FO ESR, et sa confédération, a pris toute sa place dans les initiatives et rassemblements en soutien à la famille de Samuel Paty, à ses collègues, en défense des libertés individuelles, de la liberté d’instruire, de la liberté pédagogique.

Dans toute son atrocité, l’assassinat de ce professeur nous rappelle que les personnels sont de plus en plus exposés aux dangers qui traversent la société. Trop souvent, nombre de nos collègues se retrouvent isolés face à des pressions et à des menaces extérieures à l’Ecole, extérieures à l’Université.

C’est la raison pour laquelle FO ESR demande que l’administration, à tous les niveaux, appuie de manière systématique les demandes de protection fonctionnelle sollicitées par les agents. Pour cela le cadre réglementaire existe. Il porte un nom : c’est le statut de la Fonction publique et en particulier son article 11 qui prévoit que

« La collectivité publique est tenue de protéger le fonctionnaire contre les atteintes volontaires à l’intégrité de la personne, les violences, les agissements constitutifs de harcèlement, les menaces, les injures, les diffamations ou les outrages dont il pourrait être victime sans qu’une faute personnelle puisse lui être imputée. Elle est tenue de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté. »

Avec la fédération FO de fonctionnaires, la FGF-FO, nous rappelons que le Statut général des fonctionnaires est le garant de la neutralité et de la laïcité dans la Fonction publique. Le gouvernement serait donc bien avisé de le respecter et d’accepter d’en améliorer les garanties, au lieu de chercher à le détruire pour promouvoir une fonction publique fondée sur le contrat. Cela passe par l’abrogation de la loi de Transformation de la Fonction publique. Cela passe par le maintien des CHSCT et le respect de ses prérogatives.

FO ESR réaffirme la place centrale de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, pilier de la République, que le président de la République entend aujourd’hui réviser au nom de la lutte contre les « séparatismes ».

FO ESR ne peut accepter aucune tentative d’utiliser le crime épouvantable dont Samuel Paty a été la victime pour imposer une parole officielle ou réduire les libertés fondamentales, comme celle du ministre J.-M. Blanquer qui, la semaine dernière, a accusé le syndicat étudiant UNEF d’être indirectement lié aux attentats terroristes.

Au delà de l’UNEF, c’est toute l’université que le ministre a attaquée en la qualifiant de lieu où sévirait un « islamo-gauchisme » qui y  fait des ravages . Une fois n’est pas coutume, avec la CPU, FO ESR répond  La recherche n’est pas responsable des maux de la société, elle les analyse. L’université est, par essence, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique .

FO ESR demande à M. Blanquer de retirer ses propos.

Défendre l’Ecole et l’enseignement supérieur public, c’est défendre ses personnels, leurs statuts et leur autorité, et leur donner la considération et les moyens pour réaliser ses missions. C’est prendre en compte les revendications portées par les organisations syndicales.

Continuer la lecture

Examen de la LPPR au CNESER : nouvelles manœuvres ministérielles

Changement de calendrier

CNESER

    • débat: 12 juin, 14h – pour obtenir le quorum
    • vote : jeudi 18 juin

CTMESR

    • vendredi 19 juin

CTU

    • lundi 22 juin

Mercredi 10 juin à 17h12, les élu·es au CNESER reçoivent du secrétaire de l’instance un message annonçant que la séance exceptionnelle du CNESER du 12 juin

« se déroulera[it] en deux parties afin de donner aux débats et à l’expression démocratique le plus de temps possible ».

Un temps de débat est donc prévu pour le vendredi 12 juin, avant un vote reporté au jeudi 18 juin. Par effet de domino, les élu·es au CTMESR sont ensuite informés que la réunion de leur instance, prévue le mercredi 17 juin, est désormais reportée au 19 juin. Sous couvert de faire place à la démocratie, le Ministère s’efforce ainsi de découpler les réunions des instances des dates de mobilisation, et de semer le trouble chez les organisations syndicales qui envisageaient un boycott.

Toujours mercredi 10 juin, à 23h59 cette fois, les mêmes élu-e-s CNESER reçoivent un nouveau message annonçant que la séance du CNESER du 12 juin organisée en visioconférence « se tiendra également en présentiel dans le respect des préconisations sanitaires en vigueur, pour celles et ceux qui le souhaitent ». Surtout pour celles et ceux qui résident dans l’agglomération parisienne : la province devra se contenter de la visioconférence. Dans ce même message, le secrétariat du CNESER demande à ce que les participant·es souhaitant prendre la parole lors de la séance s’inscrivent à cette fin d’ici jeudi 11 juin à 18h. Une telle exigence, contraire à la possibilité pour les élu-e-s au CNESER de participer librement aux débats, ne repose sur aucune point du règlement intérieur du CNESER. Le Ministère s’est d’ailleurs largement assis sur le RI du CNESER pour cette séance exceptionnelle, en passant outre l’obligation d’adresser une convocation aux membres deux semaines avant la séance. Mais ç’aurait probablement laissé trop de temps à la communauté universitaire pour s’organiser contre ce passage en force…

Cette anecdote, affligeante en tous points sur l’état et les conditions du « dialogue social », révèle en fait la fébrilité du Ministère face à l’opposition très large dont son projet destructeur fait l’objet.

Phil Norton, Vintage Clocks, 2018