Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture, Street Press, 26 janvier 2021

En passant

Le 19 janvier, Mégane, 26 ans, est mise à la porte de sa chambre étudiante gérée par le Crous. Une expulsion menée par un huissier, sans la présence des forces de l’ordre. Depuis elle alterne nuits à l’hôtel et dans sa voiture.

Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture

Mardi 19 janvier 2021, Lille (59) – Le Crous met à la rue Mégane, étudiante en sociologie. L’expulsion est, raconte la jeune femme, exécutée de force et sans l’autorisation du préfet par maître José L., huissier de justice à Roubaix. Pour l’occasion, il est accompagné de deux « témoins » et d’un serrurier. Alors que l’État d’urgence sanitaire impose un couvre-feu à 18 heures et que la météo est glaciale, l’étudiante alterne désormais les nuits dans sa voiture et à l’hôtel.

Mégane, 26 ans, donne rendez-vous à côté de sa Peugeot qui fait office d’abri depuis mardi. Elle est calme et souriante malgré la situation mais déterminée à faire valoir ses droits. Elle est en rupture familiale depuis ses 15 ans :

« Mes parents ne sont pas dans la métropole lilloise et ne m’ont jamais aidée. »

À la sortie du lycée, elle enchaîne les petits boulots puis travaille un an pour une association pour laquelle elle distribue des paniers alimentaires. C’est en 2018, qu’elle décide de reprendre ses études. Elle s’inscrit en Licence de psychologie à l’Université de Lille. Après deux premières années difficiles, elle se réoriente en septembre dernier en sociologie. Son année, comme beaucoup d’étudiants, est compliquée : confinement, couvre-feu, cours à distance. Sa situation financière est précaire : elle ne peut plus prétendre aux bourses étudiantes.

Pour lire la suite de l’article sur le site de Street Press →

Suicides des étudiant·es. Aux vrais problèmes, les vraies solutions

AVANT

AVANT – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021

APRÈS

APRÈS – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021. Source: MESRI  (nombre d’étudiant·es) et Ministre (80 psychologues annoncés), arrondi favorable à la Ministre

Tweet d’@irisameha, 16 janvier 2021

Zoë, doctorante, va pour la première fois de sa vie chercher un colis alimentaire

Continuer la lecture

Confinée libérée – édition du WE – 9-10 mai 2020

Édition du WE. Samedi 9 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #5
  • 4 mai 2020Chroniques d’une apocalypse universitaire annoncée – épisode 3
    2025, le monde a été transformé par une pandémie mondiale, dont la gestion sociale et politique désastreuse a bouleversé la société. La nouvelle fiction des Facs et Labos en Lutte explore un futur possible de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’épisode 3 raconte les bouleversements intimes provoqués par le confinement, la flambée des inégalités et la violence d’une surveillance qui s’infiltre toujours plus profondément.

    «Surveillance camera» par Corey Burger , 2004

  • 5 mai 2020Étudiant·es confiné·es dans 9m² : précarité au carré
    Si les résident·es des CROUS figurent déjà parmi les étudiant·es les moins privilégié·es – le statut de boursier est un prérequis à la demande – celles et ceux qui furent contraint·es de rester dans leur chambre à la mi-mars l’étaient donc encore moins. Cela a été confirmé dès les premiers jours du confinement lorsque le collectif Solidarité : Continuité Alimentaire a reçu plusieurs centaines de demandes de colis de produits d’alimentation et d’hygiène fondamentaux de la part des étudiant·es confiné·es dans les CROUS de Bordeaux. Depuis, la solidarité s’est organisée un peu partout.

Photo prise le 12 novembre 2019 et mise en ligne par alter1fo

  • 7 mai 2020Tentative d’épuisement d’un lieu quotidien
    Ce semestre je donne un cours de pratique du dessin en L1, enfin sur le papier, puisque depuis la rentrée de janvier et la lutte contre la LPPR il s’agit en fait d’un cours alternatif autour de la mobilisation. Les étudiant·es se retrouvent de manière informelle et volontaire dans l’atelier ou dans les espaces publics de la fac où nous partons parfois nous installer. Ielles viennent des départements d’arts plastiques, de sociologie, de cinéma ou d’ailleurs, mobilisé·es ou non, iels sont là pour échanger, fabriquer, dessiner, graver, imprimer librement du matériel de lutte. […] Pourquoi ne pas impulser une forme de création sous contrainte qui permette aux étudiant·es de créer et de penser depuis cet état qui nous a vu passer de l’émulation libre et collective au repli forcé et solitaire ? À nous de prendre à bras le corps ce devenir confinable, de faire de ce quotidien imposé une source d’inspiration, de ce nouvel horizon étriqué un souffle pour passer les jours.

par Helen (22 mars)

L’étudiant qui s’était immolé à Lyon est « totalement réveillé » annonce sa famille, selon Actu

Anas, l’étudiant de 22 ans qui s’est volontairement immolé devant le Crous de Lyon le 8 novembre 2019 est « totalement réveillé » annonce sa famille ce jeudi 30 avril 2020.

Les proches de l’étudiant qui s’est immolé à Lyon (Rhône) s’étaient rassemblés devant le Crous de Lyon quatre jours après son acte pour afficher leur solidarité et revendiquer la dimensions politique de son geste. (©FH / Actu Lyon )

(…)

C’est sur la page Facebook « Soutenons Anas et sa famille », que la sœur du jeune homme a pris la parole pour révéler la nouvelle. « C’est avec une grande joie que je vous annonce qu’Anas est réveillé, depuis quelques semaines maintenant. Il était de moins en moins sédaté et était réveillé d’abord 1h par jour puis 2h etc. Jusqu’à être totalement réveillé », raconte-t-elle.

Nous sommes extrêmement heureux et heureuses de cette bonne nouvelle et souhaitons lui dire que nous sommes toujours et encore plus mobilisé·es pour que la précarité et la pauvreté étudiante soient anéanties.

Lire la suite sur Actu.fr

19 novembre 2019.  Étudiants, personnels administratifs et militants ont participé au rassemblement. DDM – A.P.