L’European University Association soutient la conférence des présidents d’université. 25 février 2021

La pression sur Frédérique Vidal s’accentue avec le soutien de l’European University Association à la Conférence des Présidents d’Université dans la défense des libertés académiques en France, face aux attaques sur l’autonomie politique de nos institutions. Puissant symbole, puissant soutien.

Cette institution qui regroupe 800 universités dans 48 pays va même jusqu’à inviter Frédérique Vidal à un échange autour des meilleurs voies pour défendre les libertés académique.

 

La future présidence de la CPU : pas de changement de cap en vue

La Conférence des présidents d’université (CPU) renouvelle sa direction en 2021. L’issue de l’élection laisse peu de place aux doutes puisqu’une seule liste s’est présentée. Elle se compose de :

  • Manuel Tunon de Lara (président), docteur en médecine et président de l’université de Bordeaux ;
  • Virginie Dupont (vice-présidente), professeure de chimie et présidente de l’université de Bretagne Sud ;
  • Guillaume Gellé (vice-président), professeur de génie informatique et président de l’université de Reims – Champagne Ardenne.

Pour celles et ceux qui se rappellent du processus d’élaboration de la Loi de programmation de la recherche, Manuel Tunon de Lara était l’un des rapporteur·es  chargé de la thématique « Attractivité des emplois et des carrières scientifiques » aux conclusions bien illogiques1. Il est aussi l’un des piliers de la Curif et désormais de l’Udice. Cela donne déjà une idée de la politique qui pourra être menée par la CPU sous sa présidence.

Le 3 décembre 2020, cette liste signe une profession de foi donnant la direction qu’elle souhaiterait insuffler à la CPU. L’agence d’information News Tank se l’est procurée et en propose une analyse dans un article réservé aux abonnés. À travers un fil Twitter retranscrit ici, Academia vous propose à son tour une analyse du futur cap de la CPU.

Navigation by Stewart Williams, 2012, CC SA-ND

Continuer la lecture

  1. Pour mémoire, avec les mêmes données, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) était arrivé à des considérations radicalement différentes en matière d’emploi, avec la bénédiction du Medef, c’est dire. []

Se réapproprier l’ESR et demander des comptes : une procédure engagée contre la CPU

La fabrique de la loi #67

← Article précédent

Article suivant­ →

C’est sans doute la principale vertu de la mobilisation actuelle, par-delà la seule contestation du projet de loi de programmation de la recherche : nous prenons collectivement conscience de l’ampleur de la désappropriation institutionnelle que la communauté de l’ESR a acceptée.

L’acte le plus fort de cette prise de conscience est certainement la prise de parole du Conseil national des universités (CNU), par l’entremise de sa commission permanente (CP-CNU), pour exiger la démission de la ministre. Par cette prise de parole, le 6 novembre 2020, cette instance a choisi d’assumer – enfin – ce qu’elle est : elle est la seule instance nationale qui assure une représentation propre et authentique des enseignant·es-chercheur·ses ; elle est, donc, la plus légitime des instances pour parler au nom de ceux-ci et celles-ci, et ce statut contraste avec le mépris dans lequel la ministre tient cette institution, à laquelle elle refuse jusqu’à l’accès à son site Internet.

Le dépôt en masse de candidatures à la présidence du collègue du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), à l’initiative de RogueESR, est un autre exemple de ce processus de réappropriation en cours.

Julien Chatelain, « Jumelles », 2013

C’est dans ce même mouvement de réappropriation que nous avons choisi, du côté d’Academia, de demander quelques comptes à la Conférence des présidents d’université (CPU) quant à son son rôle dans la loi de programmation de la recherche, à propos de laquelle, si l’on en croit la déclaration de lobbying que la CPU a déposée cet été auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, elle prétend « défendre les revendications des universités ». Concrètement, nous confrontons la CPU, pour la première fois de son existence peut-être, à une procédure administrative de demande de communication de documents, afin de protester contre le fonctionnement largement opaque de cette institution, pourtant créée, dans la foulée de la loi Faure de 1968, pour permettre, précisément, une gouvernance plus collégiale de la politique de l’ESR.

Précisons qu’une telle demande répond aujourd’hui à un besoin urgent, depuis que le rôle de la ministre et d’« une partie de la CPU » dans la mise à l’écart du Conseil national des universités ne fait plus guère de doute et apparaît comme un scandale démocratique de très grande ampleur, que nous avons présenté ailleurs et que le député Hetzel a confirmé publiquement vendredi.

Comme nous l’avions annoncé, plusieurs membres de la rédaction d’Academia ont donc saisi le 3 novembre, par voie de lettre recommandée, l’équipe dirigeante de la CPU. Plus précisément, avec ce courrier, nous demandons formellement la communication et la publication en ligne de l’ensemble des suggestions d’amendement que, dans le cadre de la préparation du projet de loi de programmation de la recherche, la CPU a transmis au cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, ainsi qu’aux député·es et aux sénateurs et sénatrices.

La communication de ces documents est de droit, conformément au code des relations entre le public et l’administration, auquel la CPU est soumise en tant qu’association de droit privé en charge d’une mission de service public. Sans communication de ces documents dans un délai de deux mois, nous saisirons alors la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), charge à elle de rendre un avis sur cette demande. Si cet avis est négatif, ce qui est improbable, ou si la CPU décide de ne pas respecter l’avis de la CADA, nous pourrons alors saisir le tribunal administratif de Paris, afin d’obtenir du juge qu’il ordonne la communication des documents en question.

Voici donc ce courrier, que nous choisissons de publier aujourd’hui, parce qu’il nous semble que, dans le grand travail de formation accélérée au droit public qu’Academia propose à ses lectrices et lecteurs depuis des mois, il est important que la communauté de l’ESR sache à quel point ces démarches sont d’une simplicité enfantine, en rien réservées aux professionnel·les du droit.

Continuer la lecture

Stop aux fantasmes sur le CNU

  • par Sandrine Lévêque, présidente de la section 04 du CNU, Alice Mazaud, vice-présidente de la section 04 du CNU,Jérémie Nollet, assesseur de la section 04 du CNU, Frédéric Ramel, vice-président de la section 04, Anne Cécile Douillet, ancienne président de la section 04, Olivier Nay, ancien président de la section 04

La nuit du 28 au 29 octobre derniers a été une nuit noire pour l’ESR. Les sénatrices et sénateurs présent-e-s y ont voté des amendements « surprise » qui remettent profondément en cause la liberté académique et la procédure de qualification, vidant le CNU d’une partie de ses missions essentielles. La suppression de la procédure de qualification et, du même coup, d’une des raisons d’être des différentes sections du conseil national des universités participe de la même entreprise de démolition des instances et procédures qui garantissent la collégialité, la représentativité et l’indépendance du monde universitaire. Il s’agit ni plus ni moins de déposséder une instance en partie élue par ses pairs d’un mode de régulation de la discipline au profit des chefs d’établissement. Cela parachève l’édifice de la loi LRU, en démantelant les derniers rouages démocratiques du service public national de l’enseignement et de la recherche.

Le rôle du CNU, et en particulier de la mission de qualification, a été très souvent discuté et contesté. Le CNU est encore parfois perçu comme une institution tenue par de vieux mandarins dont la seule mission et le seul objectif seraient de censurer les travaux de jeunes collègues qui aspirent à entrer dans la discipline et les métiers de l’enseignement et de la recherche. Les membres du CNU sont parfois aussi soupçonnés d’exercer une forme de censure à l’égard de collègues plus brillants qu’eux et auxquels ils n’attribueraient ni promotion, ni CRCT, ni PEDR.

Il convient de rappeler que le CNU est d’abord et avant tout une instance élue au 2/3. Un tiers des membres est nommé. Ses quatre missions principales sont la qualification, l’attribution de CRCT, l’avancement et la production d’avis sur la PEDR.  Le CNU est composé à part égale de professeur·es, de maîtres et maîtresses de conférences engagé.e.s et sincères qui remplissent une mission extrêmement chronophage et peu reconnue. Aujourd’hui, la moyenne d’âge de la section 04 est de 45 ans. Les membres de la section proviennent de Paris et des régions, appartiennent à tout type d’institutions : des universités où la science politique est bien représentée, des IEP, mais aussi des universités où la science politique est très minoritaire.  Ils et elles représentent aussi des sous-spécialités de la science politique (sociologie politique, histoire des idées, relations internationales) et toutes les sensibilités théoriques.  L’institution est presque paritaire ; les femmes, en particulier dans le collège A, y sont davantage représentées que dans l’ensemble de la profession1.

https://www.flickr.com/photos/104656857@N06/27515510637/in/photolist-HVsbFP-ZbUNQC-AEsSso-YnUzkL-G3eaNv-Azc4BJ-BRki9d-GtBHru-ZxHJ7q-SQxVQZ-t5iiZD-KpLKbC-y8jW3a-NDbUCS-NLWhMj-2cDa2e2-tpxUz2-Ab88B3-zVVX1H-NXgKc8-28rHmrS-GaotsF-26UUt1i-zM6gRf-ZxEAv7-AYBE8L-N69zgY-MYPHKz-HWZjaY-22zTTe5-UXmwwW-BV1VVm-ya5cuL-CACveD-rw3CoQ-rw3t7U-UinAFA-EEQ2sL-21gJTPK-MArbGN-vEiJmG-AHuczQ-vEz6XZ-2aHcwiJ-HiNevB-RSrvR8-rnDLY8-Hbbb9G-MYS2BB-2ahhuVG

Before the storm, Ignacio Ferre Pérez, 2018

Une année type pour un membre du CNU signifie qu’il siège deux semaines par an après avoir produit plus d’une quarantaine de rapports (de qualification, d’avancement, d’attribution de CRCT, ou de PEDR). Les travaux du CNU se déroulent dans le strict respect de règles de déontologie fixées par le ministère, règles qui sont renforcées par la section 04 pour assurer transparence et équité à chacune de ses délibérations. Les semaines sont souvent longues, les débats serrés et de grande qualité et sont toujours guidés par l’intérêt de la discipline. C’est bien l’engagement et la sincérité des collègues qu’il faut souligner.

Continuer la lecture

  1. Sur le fonctionnement des sections du CNU, on se reportera au rapport élaboré en 2015 par la CPCNU sous la responsabilité d’Olivier Nay. Sur la composition de l’actuel CNU, nous vous invitons à vous reporter au rapport d’activité de la section 04. []

À quoi joue la CPU ? Lettre ouverte sur son rôle dans la LPR

La fabrique de la loi #55

← Article précédent

Article suivant­ →

https://www.flickr.com/photos/edwinvanbuuringen/18084837155/in/photolist-ty6w2a-8kM8ve-FCq9h-4qkNK5-36EFpg-v2CGZ-8SUk2a-5ACnVR-6ioWaU-2j5bHMT-gjcR3-7429oU-BZve4-7wxVMw-bV1Ddf-cRiqVU-hPR8E-7eZK3j-9kdQSQ-5Svnxa-5KrqzP-beq4MP-beq4TM-beq58D-beq4Yg-beq4Gg-beq53T-beq4u6-8ZNVXh-gf8AM-fmqtzJ-2c2ZPtg-p9XZEL-2gPxZva-2drAPPy-dKZWNH-DqhA7F-jTD6FD-DfHk7h-aF1tKf-8qdXWv-4g7Rbo-aEWAKp-7tcuxT-27MbxCb-DosEcs-9GDaKn-onMv1-8TKxFR-JeQDn

Binoculars, (c) Edwin van Buuringen, 2015

Il ne faut pas être naïf : l’idée, votée au Sénat dans la nuit de mercredi à jeudi, de court-circuiter le Conseil national des universités pour l’ensemble des recrutements des professeur·es des universités et pour une part indéterminée des recrutements des maîtres et des maîtresses de conférences n’est pas apparue par magie aux sénateurs et sénatrices. Elle leur a été soufflée, sans doute même proposée clé en main par de bon·nes connaisseur·ses de l’ESR. Reste à savoir qui a fait une telle proposition.

On entend beaucoup dire que la Conférence des présidents d’université, la CPU 1 , ne serait pas étrangère à tout cela. Tout comme on sait depuis longtemps que cette institution produit un important travail de lobbying auprès des parlementaires à propos de la loi de programmation de la recherche, suggérant nombre de dispositions et d’amendements au travers du conseiller parlementaire qu’elle rémunère exclusivement à cette tâche.

Rappelons que la CPU n’est pas une obscure association de chefs d’établissements comme peut l’être l’Udice ou comme pouvait l’être la CURIF. Quand bien même elle a un statut de loi 1901, elle est l’organe officiel de représentation des chefs d’établissement de l’enseignement supérieur, créé en 1971 dans la foulée de la loi Faure de 1968 pour permettre une gouvernance plus collégiale de la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle a, autrement dit, une responsabilité particulière, et un minimum de comptes à rendre devant la communauté de l’ESR lorsqu’elle prétend parler en son nom.

C’est pour cette raison qu’Academia a décidé d’interpeller publiquement la CPU sur son rôle dans ce qui s’est passé au Sénat avant-hier, et plus généralement dans l’orientation de la LPR telle qu’elle se dessine aujourd’hui. Dans le courrier qui suit, envoyé par la voie d’une lettre recommandée, nous formulons deux demandes : d’abord, nous demandons à la CPU de prendre position sur les nouveaux articles, si graves, adoptés par le Sénat ; ensuite, nous exerçons, sur le fondement du code des relations entre le public et l’administration, notre droit à obtenir communication de l’ensemble des propositions d’amendement faites par la CPU dans le cadre de la préparation de la loi de programmation de la recherche.

Il est grand temps de savoir ce que nos président·es suggèrent aux représentant·es de la nation dans les couloirs feutrés du Palais-Bourbon et du Palais du Luxembourg. C’est un impératif démocratique.

Binoculars (c) Terence Faircloth, 2019
Mural by Octez seen in the Wynwood Arts District of Miami, Florida


Lettre ouverte aux responsables de la Conférence des présidents d’université

Monsieur le président de la Conférence des présidents d’université, cher collègue,
Messieurs les quatorze membres du conseil d’administration de la CPU, chers collègues,
Mesdames les deux membres du conseil d’administration de la CPU, chères collègues,

Continuer la lecture

  1. Sur Academia, voir À quoi sert la CPU ?, 3 janvier 2020. []

Fantasme de titulaire ou naufrage de la vieillesse ? Indigénisme et liberté d’expression

  • UPDATE (2)  – 7/11/2020. Les signataires du texte se sont fendus d’une réponse à leurs « commentateurs » (sic)

Près de cinquante chercheurs, chercheuses, enseignantes et enseignants-chercheur·ses, pour l’essentiel en activité1, quelqu’un·es retraité·es s’apprêtent à faire paraître un texte soutenant Jean-Michel Blanquer dans ses allégations, qu’iels qualifient de « constat ». Représentant davantage les hommes que les femmes, ce collectif occasionnel incluent maîtres et maîtresses de conférences et professeures des universités, directeurs et directrices de recherche CNRS, directeurs d’études EHESS et EPHE, issus des différentes disciplines, majoritairement de lettres et de sciences humaines et sociales, mais aussi des mathématiques — ce qui s’explique sans doute par les réseaux affinitaires qui sont d’abord des réseaux professionnels2.

Signataires répartis selon le statut (c) Pierre Bataille, 31 octobre 2020. Source des données

Contrairement à la plupart des lecteurs et lectrices d’Academia, plutôt inquiet·es de l’état de l’emploi scientifique en France3 que de théories ou de bouts de tissu, ces personnes s’offusquent de la prise de position de la Conférence des présidences d’université.Défenseures des libertés académiques (sic), elles demandent ainsi, ni plus ni moins que la création d’une « instance chargée de faire remonter directement les cas d’atteintes aux principes républicains et à la liberté académique »4.

Mais, comme Academia, elles s’étonnent du silence de Frédérique Vidal.

https://www.flickr.com/photos/78183557@N06/6853648864/in/photolist-brCK2J-diUmqy-9VQgrA-7G5xTD-rEFKt9-9YmiDS-6SNKk-8DZfMR-apNak7-529676-TTpRwD-qUSWVQ-8vxA38-R7n8bt-RNWVX8-3htuep-4JPBRm-wHHU-q2oeXV-aSumH-xdyL-dVGtpU-h5Hug-2ezZhFN-es12o-6Mew84-8vwKex-djrCiQ-36naUy-6KvcU2-QPqtW4-xUR1A-9ocw5Q-6EvWMD-5qTjnd-5Uz74i-8moaBC-64LPFV-7ELm7L-eH6nEP-9kL5uk-69b11-cukdr3-RfUdcd-NSNRJm-5yRLy6-5Xc3zC-76Lwbs-2FjiaE-SjzWPi

Denial (c) and the rest, 2012

Continuer la lecture

  1. On y compte aussi un ancien Ministre de l’Éducation nationale et des « associés» au statut plus flou. []
  2. C’est d’ailleurs par un de ces canaux qu’Academia a obtenu cette tribune en cours de publication dans un titre de presse national. []
  3. Academia s’apprête à publier une analyse de l’édition 2020 de l’État de l’emploi scientifique en France. []
  4. On se demande à qui une telle instance rapporterait les fameux incidents « directement » : la Ministre Vidal, le Ministre de l’Intérieur, le Président de la République ? Valeurs actuelles, directement ? []

Auditions à la Commission des Affaires culturelles : la CPU en juillet

La fabrique de la loi #2


← Article précédent

Article suivant

Alors que la Commission des affaires culturelles poursuit ses auditions, il n’est pas inutile d’écouter la première audition que la Commission a tenue autour de la #LPPR qui a eu lieu en juillet. Olivier Laboux, chirurgien, président de l’université de Nantes, vice-président de la Conférence des présidences d’université, a tenu un discours un peu différent de celui qu’on attendait de la CPU.

https://www.flickr.com/photos/bpmm/7907307994/in/photolist-d3K2bs-d3K1QJ-at9y1-axdHmS-6Z37cb-gB1Dwg-2gQBq8K-a247Bs-2homBV9-8QJ4tX-6y68bw-6y6bWb-6y68bL-5SHgfV-5SHgc8-8qMp6j-24cJqU1-9CqCAQ-M3tZDA-6EJQ2C-gF5q4q-NETaL7-HCwjx-2iC5KEh-r7LP6P-67kHT2-fMYbe1-fMYaxQ-dQb2Y-2a69ziG-fMMQjT-fMFNS4-fMYo4o-fMFGWF-fMFHET-fMY6NQ-fMFNs4-fMFJRZ-fMY6tW-fMY9t9-fMYfFu-2dRsFU7-fMFHiB-fMYfbQ-fMY94y-fMFKjc-fMY8AL-2j5VqSo-2gRpfXD-2jqEepQ

Outils, par bpmm, 2012

Sans doute la crise du COVID et l’absence totale de soutien du Ministère, Laboux insiste sur l’importance d’un financement renforcé de la fonction publique – dans l’immédiat et sur le long terme. Il attend de la LPPR et déjà, du projet de Loi de finances 2021, un rattrapage : il critique donc la trajectoire financière, comparant les 150 millions proposé pour 2021 aux 50 millards allemands, demandant aux députés de la corriger, alors qu’il partage, comme la communauté scientifique, les diagnostics.  La CPU s’inquiète de la précarisation : il salue la revalorisation des personnels en début de carrière ; il demande une réduction à 15% du volume des tenure tracks – pour limiter l’effet « allergisant » auprès de la communauté1. L’investissement dans l’université est sous-estimé : on peut considérer que 1€ investi  en valent 4 ; pour l’UE, c’est même un rapport de 1 à 11. En conclusion, réaffirmons l’esprit de la future loi : nous avons besoin de la représentation nationale pour le consolider.

Questions des groupes :

Continuer la lecture

  1. Nous proposons 0%).) ; les chaires de professeurs junior pourraient corriger les inégalités hommes-femmes dans le recrutement et la progression de carrière ((NDLR: on ne voit pas comment, puisque les pratiques sexistes perdurent. []

#LPPR, quarantine & money : changement des règles des primes au Journal officiel

https://www.flickr.com/photos/16932278@N03/21371387304/in/photolist-yyvWSU-2dQqBpg-zThr8t-2iDe5xr-2iEVVPR-2iEGg27-SuUmMv-2iG3eNk-2iE5r32-2iDVedP-Lvi8JT-S1eJKr-2iG5Uj8-2iFRCnj-2iD465Q-2iEZ1g1-bm4nnd-22oLqwU-nopJV5-2iEUP4e-2gfE788-aCtcuJ-R7FMKN-GbnM44-2iFbhwA-apZ2g3-qbQAxT-8KfNwu-qvjX5L-ykYJoQ-2g4hd4Z-EP7SF-RKC8Ck-2iFUCAQ-ysfojN-qG9GY-62mNf8-2iF9hgF-8csYkb-9AnuEa-23JELZ3-2iD1ewQ-2iFdjME-2gfeWHr-5ap32n-2iFzqqM-2iEU9kZ-21Nen-6c4Fn6-2iFmj6w

Quarantine, by Henry Ward, 2015

Il est toujours un peu irréel d’observer qu’en pleine épidémie de covid-19, alors que l’ensemble de la population est confinée et tandis que le Parlement débat jour et nuit de sujets cruciaux en termes de libertés publiques et de droits sociaux1, les machines ministérielles continuent de faire progresser le plus tranquillement du monde leurs dossiers. C’est ainsi qu’au Journal officiel de ce jour, on trouve un décret intéressant l’enseignement supérieur, le « décret n°2020-284 du 18 mars 2020 modifiant le décret n° 90-50 du 12 janvier 1990 instituant une prime d’administration et une prime de charges administratives attribuées à certains personnels de l’enseignement supérieur ».

Ne jamais relâcher la vigilance à l’égard du MESRI !

Voilà une mesure réglementaire d’apparence parfaitement technique, qui modifie à la marge deux primes existant depuis trente ans, la « prime d’administration » (pour les responsables d’établissements), d’une part, et la « prime de charge administrative » (pour les enseignants-chercheurs et assimilés), d’autre part. Cette mesure, pourtant, participe directement du méticuleux travail de transformation du cadre juridique de l’enseignement supérieur actuellement en cours, que le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche a vocation à parachever.

Le premier article du décret du 18 mars 2020 vient étendre aux présidents des très problématiques « établissements publics expérimentaux » prévus par l’ordonnance du 12 décembre 2018 le bénéfice de la « prime d’administration » d’ores et déjà versées aux présidents d’université, aux directeurs d’IUT ou encore aux présidents des écoles normales supérieures. Cela ne surprendra personne : le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation chérit particulièrement ces nouveaux établissements, qui représentent aujourd’hui le principal outil de « dérégulation » des universités françaises, du fait du nombre considérable des dérogations aux règles du livre VII du Code de l’éducation qu’il permet (possibilité de déroger aux règles concernant la règle de majorité statutaire, la limite d’âge du président, les dispositions électorales ou les catégories de personnalités extérieures ; possibilité d’exercer des prestations de service, prendre des participations, créer des services d’activités industrielles et commerciales, participer à des groupements et créer des filiales; etc.). Ces primes, on n’en doute pas, seront généreuses : leur montant annuel est fixé par le gouvernement (arrêté conjoint des ministres chargés de l’enseignement supérieur, du budget et de la fonction publique), et le ministère a déjà fait la preuve qu’il savait jouer sur leur montant quand il lui fallait s’assurer de la « motivation » des chefs d’établissement2.

https://www.flickr.com/photos/mishupishu/233369083/in/photolist-mC5uT-6gAEiF-bqWnXU-4Kesz5-687Zpi-2ibRH-9pmhp5-jF4Xk-bJ34ET-5bNTmb-4My475-GpRhxC-FTKso-adFRQG-e2C726-8y1s8d-zHfcBi-2bvHyG4-DguiA-4VE4q4-qdJEtz-arQB61-8XxgKG-8nvn8B-27ab3wE-7jyY1n-agdg6W-8wMNxw-a5AhVq-2dNxYBb-6fpCEi-kmrXg3-5Ua6wr-6D73bj-5XJVn8-b2khFg-8BssXB-9G2TPq-7jXw6z-2dNxYnJ-buuEey-8cg5ZV-299siT9-2hJs42T-7CHj9Q-8o712C-2ixv5jp-Lt1nx-8wMNJs-7EYpZ2

Greed, by Uncle Chicken 2006

Continuer la lecture

  1. Sur l’élaboration et le vote de la loi d’exception, voir Qui a peur du Coronavirus, quand on a le gouvernement ?, 19 mars ;  Qui a peur du Coronavirus ou du gouvernement ? Le Sénat veille, mais pas tropl, 20 mars ; Qui a peur du Coronavirus, quand on a l’Assemblée ?, 21 mars 2020. []
  2. Il n’est pas anodin qu’elles concernent en priorité l’actuel président de la Conférence des Présidents d’Universités, Gilles Roussel, devenu président de l’Université Gustave Roussel, mais aussi Emmanuel Tric, président de la nouvelle Université de Nice Côte d’Azur, où la Ministre Vidal a fait toute sa carrière. Sur les hauts de Fourvière, Lyon résiste toujours. []

La LPPR, sa communication et la politique de la recherche. À propos d’une tribune, d’un communiqué et d’une interview

Voilà plusieurs semaines que l’ensemble les directions de laboratoires, des instances scientifiques du Comité national de la recherche scientifique (CoNRS) et du Centre national de la recherche scientifique  (CNRS) et du sont vent debout contre les annonces des groupes de travail qui ont préparé la future Loi de Programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), plusieurs d’entre nous avons été surpris·es de découvrir que le CNRS utilisait son compte Twitter non pas pour communiquer sur l’ensemble des prises de position publiques de ses instances, pourtant remarquables par leur unanimité, mais pour faire connaître une pétition en faveur de la LPPR. C’est l’occasion de revenir sur ce contrefeu (1) et reproduire l’entretien que le président du Comité national de la recherche scientifique Olivier Coutard (2), a offert au journal d’entreprise CNRS info.

1. Contrefeu : les émérites au secours des directions des EPST

Le 20 février 2020, le compte Twitter du CNRS informe la communauté de la parution d’une tribune dans un quotidien sous péage. Le texte, très court — 1440 caractères — peut être intégralement lu sans payer.

« La communauté scientifique attend un engagement financier
fort et durable pour la recherche »

Tribune, Le Monde, 20 février 2020

Monsieur le Président de la République,

vous avez annoncé, le 26 novembre 2019, votre intention de porter la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) à 3 % de notre produit intérieur brut. Pour la seule partie publique, cela représente une augmentation de plus de six milliards d’euros qui, dans le contexte actuel que nous connaissons tous, est une somme très importante. Mais le besoin est là, et l’urgence est manifeste. Plusieurs pays ont fait de la science une priorité. Vous l’avez affirmé vous-même pour la France : « Tous nos défis ont besoin de science et de technologie pour les relever ».

C’est une question de souveraineté et, en cela, la France doit se donner les moyens de garder sa place sur la scène internationale. Nous avons besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, définie par rapport aux défis qui nous font face et correspondant à nos attentes et nos besoins. Comme vous le savez, il existe une inquiétude dans la communauté scientifique face à des informations qui sont encore fragmentaires.

Sans présumer de la rédaction finale de la loi, nous tenons à vous affirmer que la communauté scientifique soutient l’idée d’une loi de programmation et attend un engagement financier fort et durable pour la recherche. Elle saura répondre aux enjeux pour notre pays. Cette loi marquera votre engagement et celui de la France sur la durée. Elle doit avoir des effets tangibles dès 2021.

En substance, les 180 signataires demandent plus d’argent pour la recherche. Soit. Si possible de un financement pluriannuel. Re-soit.

De là à vouloir la loi de programmation pluriannuelle de la recherche telle que les rapports des groupes de travail préparatoires la préfigurent, il y a un pas qu’on ne peut .franchir sans examiner le dispositif de signatures et l’environnement éditorial1

Mettons de côté d’emblée la pétition associée à la tribune du Monde : les quelques 200 signataires, quatre jours après le lancement de la pétition fait peine à voir, d’autant qu’elle mêle aussi bien des citoyen-nes, des industriels et des scientifiques qui, tels cet Arnaud Pothier.

La pétition émane-t-elle bien des « premiers signataires », comme il est courant dans un cas de péitionnement ? On peut s’interroger sur le profil des premiers signataires, bien hiérarchisés entre « Prix Nobel, Médaille Fields, Médaille d’or du CNRS » ; « Responsables d’institutions, organismes et universités »: et « Membres de l’Académie des sciences ». Le premier groupe a une moyenne d’âge de 75 ; le second,  66, le troisième 72.  Le membre le plus jeune est Cédric Villani, qui n’est plus mathématicien, même s’il est bien médaillé Fields ; le plus âgé, Claude Lévi, professeur honoraire au Muséum national d’histoire naturelle, a 98 ans. Parmi ces signataires du troisième âge avancé, seules 15% de femmes. Le moins que nous puissions dire, c’est qu’à l’exception du groupe des Responsables, il s’agit de personnes qui ont quitté depuis longtemps, en moyenne plus de 5 ans le monde professionnel de l’enseignement supérieur et de la recherche et qu’ils ou elles en perçoivent difficilement les raisons de l’« inquiétude » de personnel à l’emploi très dégradé.

Distribution par âge et sexe des 176 premiers signataires de la tribune Pour une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (c)PGE

À tout le moins peuvent-ils ou elle s’accorder sur le besoin de financement de la recherche à hauteur de 3% du Produit intérieur brut, soit un engagement financier durable dans la recherche, sans s’intéresser aux à-côtés dont les groupes de travail nous ont proposé, en particulier en matière d’emploi précarisé.

Continuer la lecture

  1. Par exemple, le lien fait avec la tribune de Philippe Froguel : « Vite une loi pour une science française productive, imaginative et compétitive », publiée pourtant le même jour que quatre autres tribunes opposées à la politique de recherche du gouvernement. []

Une présidente rebelle ? Réponse du syndicat CGT UT2J

En passant

Syndicat CGT de l’Université Toulouse Jean Jaurès
►  Une présidente rebelle ?

10 février 2020
Le 3 février 2020, la présidente de l’université Toulouse Jean Jaurès publiait un communiqué par lequel elle déclarait son désaccord avec les « perspectives tracées par les rapports préparatoires au projet de loi » de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Qu’en est-il vraiment ?
Pour l’emploi et la précarité par exemple :

« Concernant la précarité, l’UT2J travaille depuis plusieurs années à améliorer ce qui relève de son pouvoir […] pour explorer les pistes qui permettraient de limiter la précarité de certains emplois dans l’ensemble de nos activités. »
La présidente de notre université va-t-elle donc créer tous les emplois nécessaires à son bon fonctionnement ?
Assurément pas !
Puisqu’elle doit reconnaître dans le même texte qu’elle est obligée de composer avec « un contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint ».
Impuissance qu’elle a d’ailleurs confirmée publiquement lorsqu’elle a été interrogée sur cette question lors de la séance du Conseil d’administration du mardi 4 février 2020.
Pour rassurer notre communauté universitaire inquiète des projets annoncés du ministère, elle garantit qu’elle relaiera nos prises de position « tant auprès du ministère que de la CPU »
Si le ministère était attentif aux inquiétudes des personnels nous le saurions déjà.
Mais la Conférence des présidents d’université (CPU) ?
Dans son communiqué du 21 mai 2019 « La CPU pour une approche proactive de l’autonomie », les présidents et présidentes d’universités réclamaient notamment :
    • une réduction massive des textes réglementaires qui corsètent les initiatives des établissements.
    • qu’on donne aux universités l’autonomie à la fois de recrutement et de gestion des carrières de ses personnels.
C’est-à-dire, plus précisément :
    • la suppression de la qualification, et la révision de l’ensemble de la procédure de recrutement des enseignants-chercheurs
    • des promotions décidées localement
    • l’assouplissement du cadre des missions des enseignants-chercheurs et de la comptabilisation de leurs activités (la règle des services de 192h TD devenant obsolète)
N’est-ce pas justement ce à quoi aboutit le projet de loi LPPR dont nous avons connaissance ?
En quoi transmettre nos inquiétudes à la CPU / MEDEF de l’ESR devrait-il alors nous rassurer ?
D’autant plus que dans une lettre ouverte le 17 juin 2019 la CGT interpelait la présidente de notre université sur ce communiqué et lui demandait, dans l’hypothèse d’un désaccord avec les orientations portées par la CPU, de quitter la CPU et de mettre fin à la cotisation versée à la CPU par notre établissement pour y adhérer.
Jusqu’à ce jour, aucune réponse de la présidente et il semble bien qu’elle soit restée membre de la CPU / MEDEF.
En l’état, nous ne pouvons attendre une amélioration spontanée de la situation des personnels de notre établissement, ni en terme d’amélioration de nos conditions de travail, ni en terme de rémunération et d’avenir pour nos retraites. Seule la mobilisation de tou·tes permettra de transformer cette situation.
Le syndicat CGT FERC Sup de l’UT2J soutient le mouvement des personnels précaires de l’établissement et appelle les personnels titulaires et précaires à participer activement à la
Dans le « contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint » imposé par le gouvernement faut-il  que tant de personnels et l’équipe présidentielle passent autant d’énergie et de temps à la gestion d’un établissement du service public au lieu de se consacrer pleinement au développement de la diffusion des savoirs et à l’élaboration de nouveaux savoirs dans un établissement ouvert et accessible au plus grand nombre ?
Si l’autonomie, trop contraignante, nous empêche de faire notre travail, il faut la rendre !
Lire la pièce jointe
      • Une présidente rebelle ?

 

À quoi sert la CPU ?

MIse à jour: 4 janvier 2019

Alors que la mobilisation a gagné les Universités, au mois de décembre 2019, contre les retraites et contre l’esprit de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) en préparation, plusieurs d’entre nous avons été étonné.es de découvrir un réception organisée par Richard Ferrand et Emmanuel Macron en l’honneur de la Conférence des Présidents d’Universités (CPU), en présence de Frédérique Vidal, Ministre de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’Innovation.

Selon une journaliste présente1 , la  ministre Vidal y aurait déclaré

« La loi de programmation pluriannuelle de la recherche investira dans les carrières scientifiques, qui manquent encore d’attractivité. Je veux encourager les étudiants à se lancer dans la recherche »

en complète contradiction avec les politiques conduites par ce gouvernement et les précédents, largement documentés : Parcoursup, hausse drastique des droits étudiants étrangers,  rétraction de l’emploi scientifique, etc. Le président de la CPU, Gilles Roussel2, ne le dit pas autrement dans un entretien du 18 décembre 2019 à AEF.

Quid de l’emploi statutaire et de droit public ? demande AEF. La CPU y est attachée… mais il faut s’adapter à la place importante prise désormais par les personnels temporaires, doctorants, post doc, ingénieurs de recherche. « C’est un fait, et cela se passe ainsi partout ailleurs dans le monde ». C’est donc pour le bien de tous que l’on doit délier les CDD de leur durée maximal de 6 ans afin de pouvoir conserver les personnels de recherche non statutaire pendant toute la durée d’un projet de recherche. « Je suis donc favorable, de ce point de vue là, à donner plus de visibilité et de lisibilité sur des temps plus longs aux personnes employées sur contrats ».
La revalorisation des carrières et du niveau indemnitaire s’impose, mais pour Gilles Roussel c’est « dans le cadre de la réforme des retraites » et avec des modalités et une entrée en vigueur encore « loin d’être arrêtées ». Pour Roussel la LPPR doit augmenter très vite les rémunérations des doctorants et des jeunes chercheurs. Le reste peut attendre la loi retraite et sa mise en œuvre à partir de 2025. L’important, est de ne « pas décrocher » et susciter des vocations.
Inviter à susciter des vocations à un moment de contraction drastique de l’emploi permanent dans l’enseignement supérieur, de faiblesse historique des traitements (40% inférieurs aux fonctions équivalentes dans le reste de l’OCDE et inférieurs aux grades équivalents dans la fonction publique française, selon le rapport préparant la LPPR) et de mépris envers l’enseignement supérieur et la recherche, sensible dans le discours vide de la Ministre Vidal3, voilà qui et bien curieux et à l’encontre des prises de positions toute récentes des Conseils scientifiques du CNRS, qui exigent en termes clairs des moyens et des emplois permanents.

Tweet de la CPU, 18 décembre 2019

Si les collègues du CNRS ont pu se demander à quoi leur servait un pdg qui ne représente aucun personnel ni instances, il est ainsi légitime d’examiner, dans le cadre de notre réflexion sur la gouvernance de l’enseignement supérieur et la recherche,  les propositions de la CPU pour la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

La CPU et la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Au cours de l’automne 2019, la CPU publie deux textes, à la suite de la demande du Premier ministre Philippe à la ministre Vidal de préparer une Loi de programmation pluriannuelle de la recherche en janvier 2019, en organisant la réflexion autour de trois thèmes :

  • la recherche sur projet et l’articulation entre financement compétitif et financement récurrent des laboratoires ;
  • l’attractivité des emplois et des carrières scientifiques ;
  • l’innovation et la recherche partenariale.

Continuer la lecture

  1. Tweet d’Aude Petitdemange, journaliste à L’Etudiant, 19 décembre 2019. Cet élément de langage se retrouve de façon incessante dans chaque intervention publique de la Ministre, sans que l’on sache ce qu’il faut en comprendre. Voir par ex. « Frédérique Vidal, entretien à mi-mandat« , La méthode scientifique, France culture, 12/12/2019, rediffusion du 2/1/2019. []
  2. Gilles Roussel, selon sa page CPU,est ancien élève de l’ENS Paris, formé en informatique à l’INRIA, élu à l’Université de Marne-la-Vallée,  dont il est élu président en 2012, date à laquelle il rejoint à la CPU. Il est élu président de la CPU en 2016, puis réélu en 2018. []
  3. Frédérique Vidal: entretien à mi-mandat, La Méthode scientifique, émission de France Culture du 12/12/2019. []

Questions pour l’Europe : la CPU, la novlangue et les élections 2019

À l’occasion des élections au Parlement européen, la Conférence des Président.e.s d’université française et ses homologues allemande (HRK) et polononaise (KRASP) ont fait parvenir vers le 10 mai une série de questions aux têtes de listes européennes représentées dans leur parlement respectif. La Conférence des Recteurs d’Université allemande – qui n’a pas retenu la question 7 sur les valeurs – a publié les réponses sur son site. En attendant que la CPU fasse de même, nous publions les questions qui sont parvenues aux différents partis français. 

Peinture murale de Banksy (Douvres, 2017)

Questions aux têtes de listes nationales pour les élections au Parlement européen en 2019

Introduction

Les universités constituent une partie importante du patrimoine culturel de l’Europe. Elles représentent également les laboratoires et les centres d’éducation de demain pour environ 20 millions d’étudiants dans l’UE. Elles créent le moteur des écosystèmes d’innovation de l’Europe en éduquant les forces de travail et la majorité des dirigeants sociétaux et culturels de l’Europe. Elles fournissent la recherche critique et indépendante qui préparera l’Europe aux défis technologiques et sociétaux de l’avenir. Un niveau d’éducation élevé permettant aux étudiants de penser de manière autonome, indépendante avec une orientation social est d’une importance capitale pour l’économie et la cohésion politique et culturelle de nos sociétés.

Continuer la lecture