« Notre discipline se trouve désormais en danger ». Motion CNU 72, automne 2020

Nous, membres de la section 72 du Conseil National des Universités (Épistémologie, histoire des sciences et des techniques), nous inquiétons des dangers de démotivation et de démoralisation auxquels font face les enseignant∙e∙s-chercheur∙se∙s dans le contexte actuel. Nous souhaitons à la fois témoigner de notre entier soutien aux membres relevant de la section 72, en poste ou souhaitant le devenir, et alerter le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, sur les menaces pesant sur l’investissement, la qualité du travail et jusqu’à la santé des personnels de l’ESR.

Depuis plusieurs années, les syndicats et les universitaires à titre individuel alertent sur la dégradation des conditions de travail en matière d’enseignement et de recherche. L’accumulation des charges administratives peu ou mal reconnues produit un état de stress chronique et peut conduire à la démission réelle ou effective, voire au « burn out ». Ces situations, traitées tant bien que mal par la médecine du travail, restent aujourd’hui appréhendées comme des cas isolés qui devraient être traités individuellement, sans que ne soient dénoncées les conditions générales de travail qui peuvent en être directement à l’origine.

Constatant que la situation déjà difficile s’aggrave avec une rentrée mal préparée par le MESRI, sans moyen supplémentaire, et par une reprise de la pandémie ; que des changements majeurs dans les conditions d’exercice de nos métiers sont décidés en procédures accélérées sans que les besoins et souhaits de notre communauté soient pris en compte ; que nos doctorant∙e∙s et docteur∙e∙s non titulaires font parfois le choix difficile de ne plus continuer leur thèse ou leur recherche d’emploi permanent, nous jugeons que notre discipline (entre autres) se trouve désormais en danger.

Même si nous refusons d’appliquer le suivi de carrière souhaité par le MESRI en tant qu’évaluation récurrente, obligatoire et potentiellement pénalisante, nous tenons à rappeler que nous avons toujours exprimé le souhait d’accompagner les collègues qui rencontreraient des difficultés professionnelles de tous ordres. Nous invitons ceux et celles qui se sentiraient concerné∙e∙s, titulaires ou non, à prendre contact avec la section, qui s’efforcera dans la mesure du possible de les aider.

Nous engageons les autres sections de Conseil national des universités (CNU) à suivre notre initiative, en coordination avec la Commission permanente.

Motion adoptée par voie électronique le 16 octobre 2020, par 28 voix pour et 1 refus de se prononcer. 

Contre une rentrée à distance. Tribune de la CP-CNU

La commission permanente du Conseil national des universités, sous la présidence de Sylvie Bauer, demande à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans une tribune au « Monde », le retour du présentiel à la rentrée de septembre.

Tribune. Le Conseil national des universités (CNU) qui représente l’ensemble des enseignants-chercheurs, toutes disciplines confondues, demande, fort de sa représentativité, par la voie de sa Commission permanente, la reprise des cours en présentiel dès la rentrée cet automne.

L’université est un lieu d’échange. Un cours est une représentation théâtrale : il ne s’agit aucunement de clamer des vérités académiques et scientifiques, ni de lire sans vie un cours. L’universitaire doit séduire et intéresser pour transmettre. Son regard doit détecter l’inattention de son auditoire. Nombre d’étudiants ont la croyance qu’il existe un écran invisible entre l’enseignant et eux. N’en faites pas une réalité qui détruira l’université.

L’amphithéâtre est un théâtre. Tout cela n’est pas anecdotique : le collectif est l’essence même de l’université. A son détriment parfois, lorsque l’enseignant ressent cette impression désagréable qu’un mur d’étudiants se dresse devant lui en signe de contestation à une décision ou une position. Avec un plaisir incomparable lorsque la fusion prend : le bruit de l’amphithéâtre est un souffle qui rythme nos enseignements.

Dans l’air du temps

L’université est d’abord un collectif qui s’incarne dans un lieu, physique. L’étudiant y fait ses premiers vrais choix de formation. L’université tisse les liens entre les étudiants d’aujourd’hui, les professionnels et amis de demain. Rien de tout cela ne surgira d’un auditoire « confiné » totalement ou partiellement.

Depuis la mi-mars, l’université française suit le rythme de la crise sanitaire mondiale. L’enseignement est devenu à distance et il convient néanmoins « d’assurer la continuité pédagogique ». Au pays des confinés, dans un univers connecté, l’activité universitaire battait son plein. A l’heure du déconfinement, les universités élaborent leur plan de reprise d’activité et personne ne semble s’émouvoir du fait que ceci indique qu’une certaine activité aurait cessé. Mais de quelle activité s’agit-il ?

Alors que partout l’activité économique et sociale reprend, d’aucuns s’interrogent sur la pertinence d’une reprise des cours universitaires en présentiel à l’automne prochain. De réunions Zoom en cours par visioconférences, les enseignants-chercheurs ont poursuivi enseignement et recherche avec l’aide efficace des outils numériques de communication. Faut-il en déduire que ces pratiques doivent être généralisées ?

Les « amphis » doivent-ils en être renvoyés à des accessoires désuets appartenant à un siècle antérieur ? A faible taux de carbone et parées des vertus de frugalité économique, les rencontres virtuelles sont dans l’air du temps. Le distanciel, ce n’est ni le collectif ni l’individuel… C’est la solitude de l’étudiant et de l’enseignant.

https://www.flickr.com/photos/jeremybrooks/2329118000/in/photolist-4xPkCU-2hWJeXL-Fr739q-TwnERi-s4a26S-oubdek-4DZTyy-4HEuH9-2b77ixi-GWfzWy-mour2P-29DaG2X-22AFGXt-2492vJV-t1tkRe-2iJbdcb-2dSJGio-WkodGp-rQTPck-2eUEJ4z-AJxUBg-rMMm9x-2gTD5mD-2iJ73fU-2iJbCqb-FRSo5c-xVant8-NpdCkg-2itv4Df-2hwrFaT-2j9yC1A-2j5a1Ez-SoGA1M-2f4XVZb-6ZrRCE-2hYS88M-21THfEk-2iEZoPN-2iydFvL-Wt2vxX-4xbXQh-8JUmPY-5yk4V9-2cattzz-mpBad6-QzdBVC-yQoTx4-uYhcn-a3zEdq-7TJ58y

Thirsty for A Dsitance, by Jeremy Brooks, 2008

Continuer la lecture

La commission permanente du Conseil National des Universités vote à l’unanimité une motion sur la LPPR

La commission permanente du CNU, réunie le mardi 7 janvier 2020 à Paris en vue de l’installation de son bureau, rappelle son attachement aux missions nationales du CNU, instance garante d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité dans l’appréciation des différents aspects de la carrière des enseignants-chercheurs.

L’assemblée s’alarme de certains éléments évoqués dans les rapports préalables au futur projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche : la suppression de la procédure de qualification, de la clause d’accord des intéressés pour la modulation des services, de la référence aux 192 heures (équivalent TD) d’enseignement et donc de la rémunération des heures complémentaires, ainsi que la création de nouveaux contrats de travail d’exception aux dispositions statutaires.

Si elles devaient obtenir force de loi, ces dispositions équivaudraient à une remise en cause du statut d’enseignant-chercheur et des fonctions du CNU.

L’assemblée demande instamment que la CP-CNU soit désormais associée à la réflexion sur la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

NPPV : 0
ABST : 0
CONTRE : 0
POUR : unanimité des présents

Suivi de carrière: voie sans issue? Motions des sections 17 et 72

votingLes sections 17 et 72 du Conseil national des universités viennent de refuser massivement la mise en œuvre de la procédure de suivi de carrière, que le Ministère voudrait étendre à l’ensemble des enseignants-chercheurs, non sans active résistance des élus de la CP-CNU.

Ces décisions portant sur une mesure administrative dont les attendus sont loin d’être limpides, fait l’objet de commentaires critiques émanant de syndicats ou d’associations.
Pour mémoire, petite chronologie récente des discussions autour du dossier « Suivi de carrière » au sein du Conseil national des universités et à ses marges.

Continuer la lecture

Sur la toile. Monsieur le président de la République, …

Citation

elyseeJean-Paul Deroin, professeur des Universités à Reims, président de la CP-CNU, publie une lettre ouverte au président de la République sur Médiapart, datée du 15 décembre 2016. Academia en reproduit ici les premières lignes. 

Monsieur le Président de la République,

Au cours de l’allocution à la Nation le 1er décembre 2016, vous avez dressé le bilan de votre quinquennat dont la jeunesse était la priorité. Aucun mot n’a été dit sur l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation, les universités ou encore l’avenir des jeunes diplômés.

Pas un mot pour présenter les universités exsangues suite à diverses lois, initiées par vos deux prédécesseurs mais continuées et aggravées dès 2013 sous l’action de vos gouvernements. Les postes promis à l’enseignement supérieur ne sont souvent pas pourvus afin de contribuer au renflouement financier des établissements. Ainsi, pour la première fois, depuis des décennies, l’année 2015 a vu le nombre d’enseignants-chercheurs diminuer (en France) ! La précarité dans tous les emplois s’installe au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. Des filières de formation ferment dans certains établissements. Pourtant, le flux d’étudiants ne cesse de croître. Pourquoi ne pas augmenter les moyens en conséquence comme en Allemagne, pays que l’on cite si fréquemment comme la référence ?

Continuer la lecture