Toujours EN L’ABSENCE de la Ministre. Déclaration liminaire intersyndicale au CHSCT MESR, 21 juillet 2022

Déclaration Liminaire Intersyndicale des représentants du personnel
au Comité Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail ministériel
de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CHSCT MESR)

FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA, SNPTES

Jeudi 21 juillet 2022

Version .pdf

Il y a bientôt deux ans et demi, une grande pandémie de Covid frappait la planète entière et conduisait chaque entreprise, chaque établissement, chaque administration à repenser son organisation et son fonctionnement. Dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), tous les agent·es, quelque soit leur affectation ou leur métier, ont été très sollicité·es, afin d’assurer la continuité des missions de service public.

Si cet engagement des travailleur·ses a été publiquement reconnu à plusieurs reprises, force est de reconnaître que l’organisation du travail s’est elle encore dégradée. Depuis un an, de tous cotés, nous remontent des collègues ou des instances des cris de détresse sur le réel du travail devenu insupportable :

  • Que ce soit  du coté des services administratifs contraints à déployer les invraisemblables usines à gaz issues de la frénésie réglementaire de ces derniers mois ;
  • Que ce soit  du coté des œuvres universitaires, dont les personnels majoritairement dits « de première ligne » ont permis  par leur engagement d’atténuer la souffrance psychologique et la misère sociale d’une frange grandissante des étudiants, tout en mettant en œuvre des procédures d’hygiène renforcées, chronophages et physiquement épuisantes, pour n’obtenir en guise de satisfecit que le déni ou le mépris, jusqu’à la tragédie d’une collègue poussée au suicide… ;

Continuer la lecture

“Cela n’a pas été envisagé par le Ministère mais n’a pas été écarté” : rencontre entre l’Alternative et le MESRI

Tandis que l’Unef Paris-1  dévoile une enquête auprès de 5000 étudiant·es, attestant de 16% de malades Covid et de 45% de cas contact, les déclarations de la Ministre, comme la circulaire de la DGESIP n’ont pas levé toutes les inquiétudes, bien au contraire.  l’Alternative a demandé une audience avec le cabinet de la Ministre afin de clarifier les conditions de la reprise dans quelques jours.

Continuer la lecture

De “nouvelles mesures” ? La circulaire de la DGSIP du 29 décembre 2021

UPDATE. 31 décembre 2021

L’Alternative a eu l’obligeance de nous signaler la parution de la nouvelle circulaire d’Anne-Sophie Barthez, directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’information professionnelle. Les syndicats étudiants maintiennent leur audience au Ministère demain, 30 décembre, afin d’harmoniser les protocoles. Nous attendons de savoir ce que vont demander les syndicats agents.

Que dire de cette nouvelle circulaire, sinon qu’elle évite au Ministère d’être poursuivi pour inaction et mise en danger de la vie d’autrui et et que la DGSIP renvoie aux présidences d’université et aux comités hygiène santé conditions de travail (CHSCT) la responsabilité de gérer la crise, sans moyens supplémentaires sinon un kit de communication (affichage)? Le CHSCT MESR est laissé sans réponse à ses demandes depuis depuis le début de l’épidémie; les termes de la circulaire, vagues, remettent en cause la parole de la Ministre du jour.  

Continuer la lecture

Les mesures de la Ministre pour la vague Omicron

Interrogée à 7h40 sur France info, Frédérique Vidal nous a éclairé·es1 :

Blague à part, elle a précisé que

L’invitation des cas contacts aux examens en présentiels est à comparer avec les recommandations sanitaires en vigueur.

Source : Ameli.fr

L’incidence du Covid19 est acutellement la plus élevée (> 1000 cas pour 0,1M d’habitant·es) chez les 20-29 ans, malgré leur vaccination élevée.  Les grandes villes universitaires sont particulièrement touchées, l’incidence dépassant 4000 à Paris, pour cette classe d’âge par exemple. .Précisons enfin que Frédérique Vidal a indiqué que l’appréciation de son Ministère se fondait sur les données du 17 décembre, soit avant l’explosion de la vague Omicron. 

Continuer la lecture

  1. Academia remercie Les Belles tapisseries autogérées, Frédérique Bey, @EnConfinement et Valérie Robert. []

128 millions d’euros rendus au budget général : une ultime ingnominie pour l’ESR

Le 10 décembre 2021, est paru au Journal officiel la confirmation de ce que tous et toutes craignons. Le Décret n° 2021-1620 du 10 décembre 2021 portant répartition des crédits ouverts et annulés par la loi n° 2021-1549 du 1er décembre 2021 de finances rectificative pour 2021 rend  officiel l’annulation de 128 millions de crédit de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Pour les universités — qui ne disposent d’aucun moyen supplémentaire pour lutter contre la pandémie, c’est près 19 millions d’euros de crédit qui sont annulés.

Mais Mme Vidal et MM. Lemaire et Dussopt sont-iels à une ignominie près ?

Bandeau: Abject. Crédit: Thomas Hawk, 2010

La bamboche, c’est terminé ! Nouvelle directive d’Anne-Sophie Barthez

Il est toujours douloureux de découvrir une circulaire de la DGESIP. Celles touchant à la gestion de l’épimédie dans un cadre universitaire conduisent, sans mauvais jeu de mots, au coma dépassé. Les lecteurs et lectrices d’Academia trouveront la circulaire sous ce lien. Nous vous le résumons.

Sachez donc que

  • sans conteste, il existe une relation de cause à effet entre les mesures prises par les présidents d’université et la faible contamination qui a prévalu dans nos établissements les premières semaines de rentrée.
  • il faut porter le masque non seulement en intérieur, mais aussi en extérieur
  • pour les examens et concours, “le nouveau procole indiqué en novembre s’applique” — entendre mesurez le CO2 c’est bien, mais seulement à des points stratégiques, ce n’est pas obligatoire, et ne vous bilez pas trop sur le sujet
  • la 3e dose, c’est mieux : faites de la pédagogie à destination des étudiant-es
  • réunissez les CHSCT ((La question des moyens d’action n’est pas évoquée, et pour cause.)), à défaut de respecter l’instance ministérielle qui demande depuis des mois des mesures et des moyens pour les universités.
  • il faut privilégier le télétravail

Capture de la vidéo des locaux du MESRI, tournée le 22 janvier 2021, vers 22h

Et bien sûr la “bamboche, c’est terminée”1

Néanmoins, belles fêtes à tous et à toutes !

  1. Mentionnons ici pour le plaisir l’intervention de Thomas VDB, qui donne le titre à ce billet nous dédions à une collègue angliciste dans la région Occitanie. []

Bartleby et le COVID19 au Ministère

Nous faut-il commenter la dernière circulaire en date d’Anne-Sophie Barthez, directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion  professionnelle ? Comme une réponse aux deux mille membres de la communauté universitaire qui demandaient le 21 juin dernier de mettre en œuvre immédiatement des travaux pour préserver la qualité de l’air, ce “bien commun“? Sa lecture est pourtant indispensable pour prendre la mesure du cynisme éhonté du MESRI après deux ans de pandémie.

Olmèque masqué, campus of University of Texas, Austin, by Susan Hung, 2020. Installation réalisée par Jennifer Mailloux

La compréhension du phénomène de contamination par aérolisation et sa limitation par une bonne ventilation assurée grâce à taux de CO2 inférieur à 600 ppm dans les lieux clos sont désormais parfaitement identifiés et les recommandations du Haut Conseil de la santé publique détaillées. Alors que les appels à projets se multiplient — désormais afin de répondre aux appels à projets — on peut noter qu’aucune mesure, aucun budget n’ont été prévus depuis deux ans pour protéger personnels et étudiant·es1. Ainsi, en dépit de dispositions édictées le 5 août et le 5 septembre 2021, préconisant  notamment de contrôler la concentration de CO2, la nouvelle circulaire ne fait que tirer les conséquences d’une politique de prévention inexistante, en dépit des demandes répétées du CHSCT MESR à une MInistre systématiquement absente des réunions qu’elle est censée présidée depuis le début de son mandat2.

Faute de pouvoir tirer les conséquences de l’insuffisante ventilation des locaux, trop exigus souvent avec l’accroissement du nombre d’étudiant·es, la Directrice générale indique qu‘il ne faut plus prendre des mesures du taux de CO2 dans TOUS les lieux clos (amphithéâtres et salles) ; qu’il ne faut pas davantage en tirer conséquence de ces mesures ; et enfin ne pas se prévaloir de ces mesures ou non-mesures pour signaler un “danger grave et imminent” permettant le droit de retrait des agents. Cette circulaire aurait donc pour finalité de dédouaner la Ministre et les présidences d’universités de leurs obligations en matière de santé et de sécurité au travail ?

Continuer la lecture

  1. Sinon par le travail et l’enseignement à distance qui, outre des effets délétères sur la santé mentale des étudiant·es, a surtout eu des “vertus” politiques au moment du passage de la Loi de programmation de la recherche. []
  2. Le CHSCT MESR n’a pas été informé de l’existence de cette circulaire, selon une de ses membres. []

“Le droit d’agir, le devoir de rendre compte”

  • par Barbara Serrano, sociologue – publiée dans Le Monde, 29 mars 2021

Tribune. Il y a un an, le 17 mars 2020, la France était confinée pour faire face à la pandémie de Covid-19 devenue hors de contrôle. Fin janvier, le mot d’ordre du président de la République est désormais “Tout sauf le confinement”. Il rejette alors la proposition d’un confinement strict d’un mois défendue par le conseil scientifique.

Seule cette mesure aurait permis de ramener la circulation du virus SARS-CoV-2 autour de 5 000 contaminations par jour – seuil fixé par Emmanuel Macron lui-même pour contrôler l’épidémie et déconfiner –, contre plus de 30 000 par jour actuellement. Elle nous aurait fait gagner du temps en reprenant la main sur le traçage des contaminations et en avançant la campagne de vaccination.

Du fait du “pari politique” d’Emmanuel Macron, l’épidémie s’est intensifiée et, comme avaient mis en garde les modélisateurs, plusieurs régions à forte densité, telles que l’Ile-de-France et les Hauts-de-France, puis aujourd’hui le Rhône, l’Aube et la Nièvre, ont largement dépassé les seuils d’alerte de 250 cas hebdomadaires pour 100 000 habitants, seuils déjà moins stricts que ceux fixés dans les pays voisins (par exemple, 100 pour 100 000 en Allemagne).

Portrait officiel du président de la République française Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée, Paris, France. — Soazig de la Moissonniere/SIPA

Continuer la lecture

Politique universitaire. “De l’anticipation, de la cohérence et des moyens à la hauteur de l’enjeu”

  • par Gabriel Galvez-Behar, professeur des universités, doyen de la faculté de Humanités de l’Université de Lille, initialement paru dans Le Monde, 8 février 2021

Tribune. L’accueil des étudiants en présentiel, décidé par le président de la République le 21 janvier, permettra peut-être de limiter les effets nocifs d’un enseignement à distance imposé. La mise en place de cette mesure est cependant difficile du fait des contraintes – une limite à 20 % des capacités d’accueil, les problèmes de restauration des étudiants –, du retard mis à fixer le cadre réglementaire – le décret autorisant ce retour a été publié plus d’une semaine après l’annonce – et enfin de la versatilité des décisions – celle du chef de l’Etat annulant celles que le premier ministre avait prises une semaine plus tôt.

Ces incohérences ne contribuent pas à entretenir la mobilisation de la communauté universitaire ; elles nourrissent plutôt son sentiment de découragement. En effet, cet épisode est le dernier d’une longue série d’atermoiements qui caractérisent la gestion de la crise par le ministère de l’enseignement supérieur. Curieusement, au début de l’année universitaire, ce dernier a fait preuve d’une détermination autrement plus forte pour mener à son terme une loi de programmation de la recherche critiquée par la quasi-unanimité de la communauté, ou pour laisser entamer les prérogatives du Conseil national des universités. Il a ainsi choisi ses priorités, laissant les établissements et leurs personnels préparer une rentrée de septembre souvent avec les moyens du bord.

La suspension des enseignements en présentiel, à la fin du mois d’octobre, avait déjà été ressentie comme la négation de tous ces efforts. La décision était d’autant plus incompréhensible que l’enseignement secondaire, les classes préparatoires et les sections de technicien supérieur conservaient un enseignement présentiel, voire des cours à effectifs complets. Le passage au distanciel à l’université n’a jamais été justifié chiffres à l’appui, et la ministre Frédérique Vidal a reconnu, à l’Assemblée nationale, que nous ne savions pas quelles étaient les conditions de diffusion du virus sur les campus. Pourtant, c’est bien dès ce moment que, sur le terrain, on pouvait sentir les effets délétères que ne manquerait pas de causer une telle mesure. La Conférence des présidents d’université elle-même avait donné l’alerte.

Le ministère aura attendu les vacances de Noël pour publier une ordonnance permettant d’organiser des examens qui l’étaient déjà par la force des choses, ainsi qu’une circulaire dont les derniers revirements auront empêché la pleine application. Le jeudi 7 janvier, le premier ministre n’eut aucun mot pour les 2,7 millions d’étudiants dont les médias mettaient déjà en lumière le malaise, voire la détresse. Face à l’émotion suscitée par les actes désespérés de plusieurs étudiants, le gouvernement a renforcé sa communication et tente de prendre la mesure du problème.

Bien entendu, on peut comprendre les difficultés des autorités pour décider des mesures appropriées dans un tel contexte. Mais celles et ceux qui les mettent en œuvre sont en droit d’attendre que l’on tienne compte de leurs propres contraintes et qu’on leur donne un cadre de travail qui ne soit pas éphémère. Il est impossible de préparer une rentrée la veille pour le lendemain. Il est aussi impossible de croire que le basculement des enseignements en distanciel n’aura pas eu d’incidence forte sur la qualité des formations.

En dépit de la mobilisation des équipes pédagogiques et administratives, les conditions d’enseignement actuelles sont tellement dégradées que la présente génération d’étudiants paie un lourd tribut à cette crise, sans parler des effets psychologiques maintenant identifiés. Mme Vidal refuse de parler de génération sacrifiée mais, sans action forte et concrète, cette réaction s’apparentera simplement à un déni.

Continuer la lecture

À Sinega Santhirarajah, étudiante à Sorbonne Université, in memoriam

La rédaction d’Academia adresse ses douloureuses condoléances à la famille et aux proches de Sinega Santhirarajah. Puisse l’étudiante reposer en paix

https://static.actu.fr/uploads/2021/01/sans-titre-47.png

Sinega Santhirarajah, étudiante en médecine à la Sorbonne s’est donnée la mort mercredi 13 janvier 2021. (©Sharuga Vishayamoorthy)

Suicide d’une étudiante en médecine de la Sorbonne à Paris : “Le Covid-19 l’a isolée”

Sinega Santhirarajah, étudiante en médecine à Paris, s’est suicidée mercredi 13 janvier 2021. D’après sa famille, les résultats de ses partiels seraient à l’origine de son acte.

« Depuis toute petite son rêve était de devenir chirurgienne. » Étudiante en médecine à la Sorbonne, à ParisSinega Santhirarajah s’est donnée la mort le mercredi 13 janvier 2021. Des messages retrouvés par sa famille dans son portable laissent penser que ses résultats du premier semestre sont à l’origine de son suicide. Témoignage de sa cousine.

Pour lire l’article sur le site d’Actu Paris →

Des messages retrouvés par sa famille dans son portable laissent penser que ses résultats du premier semestre sont à l’origine de son suicide. Témoignage de sa cousine.

Grève féministe des chargé∙es de cours de Paris-3 : l’université à bout de bras

#ResistESR
Malgré notre combat depuis des années, nous ne sommes toujours pas tenu·es au courant des affaires qui nous concernent (sans parler d’y être pleinement associé·es), comme la mise en place de la mensualisation. Celle-ci nous aurait été enfin accordée à l’échelle d’un “test”, avec une sorte de contractualisation des doctorant·es non contractuel·les, jugées les “plus précaires” (qu’en est-il des docteur·es sans poste?). Nous ne sommes pas informé·es de sa mise en place. Et elle n’est PAS suffisante. Nous exigeons la mensualisation des chargé·es de cours, une revalorisation de l’heure équivalent TD, pour le moment inférieure au SMIC, suivant l’augmentation du SMIC horaire du 1er Janvier 2021 et prenant en compte 1h de travail supplémentaire de préparation. La mensualisation peut passer par une contractualisation des chargé·es de cours. En effet, nous rappelons qu’aujourd’hui, être vacataire requiert d’avoir un “emploi principal” à côté d’au moins vingt-cinq heures, ce qui entraine les chercheur·ses à prendre des “petits boulots” pour pouvoir assurer leurs charges de cours. Comment les chargé·es de cours vont trouver un emploi à 25h pour pouvoir donner leurs cours avec la crise sanitaire ? Le contexte vous incitera de toute façon à la contractualisation, quand vous serez en pénurie de vacataires, et nous demandons dès maintenant que ces contrats soient dignes et incluent directement nos droits les plus élémentaires, comme le remboursement des frais de transport, les congés payés, la sécurité sociale.
Nous rappelons que les chargé·es de cours assurent largement le socle de formation en Licence de nos étudiant·es et que les titularisations ne sont qu’un mirage pour une grande majorité de docteur·es formé·es, brillant·es et désireux·ses de travailler à l’Université. Rappelons aussi que les femmes et minorités de genre chargées de cours sont les principales pénalisées dans l’ESR, du fait de leur statut précaire et de leur position hiérarchique : en plus de nuire à leurs activités de recherche et de publications scientifiques, cela les expose de manière privilégié au harcèlement sexuel et sexiste. Certes, nous avons la passion de nos métiers, mais nous ne sommes pas des bénévoles, nous sommes des travailleur·ses et exigeons d’être considéré·es comme tel·les.
La vraie résolution de la crise consisterait à créer des postes et titulariser les chargé·es de cours pour augmenter les effectifs et ainsi soulager la charge de travail de chacun·e. C’est pour cela que nous demandons à la Présidence de rendre compte de notre grève auprès du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de demander la création immédiate de postes. On ne peut nous demander, alors que nous sommes déjà à bout, de tenir l’université à bout de bras, en nous auto-formant en distanciel, sans moyens supplémentaires. Les étudiant·es sentent une proximité générationnelle avec nous et se confient plus aisément qu’à des titulaires (aussi car beaucoup d’entre nous s’impliquent dans des pédagogies bienveillantes) : nous sommes les premières oreilles pour leurs difficultés et, trop souvent, leur détresse. Nous craignons des décrochages supplémentaires, mais nous craignons surtout des suicides.
La décence consisterait a minima à nous recevoir, ce que nous avons demandé à plusieurs reprises sans réponse, et d’avoir un calendrier clair concernant une mensualisation et une contractualisation. 
Rappelons aussi que l’on n’a JAMAIS été consulté·es sur les modalités des cours à distance. On n’est TOUJOURS pas éligibles aux différents conseils. On n’est TOUJOURS pas remboursé·es des transports. Les doctorant·es n’ont TOUJOURS pas été exonéré·es des frais d’inscription (pour pouvoir travailler auprès de… leur propre employeur ?).On n’a eu le droit qu’à 2 salles ouvertes à la Maison de la Recherche pour les cours à distances, à 3 ordinateurs à l’UFR Arts et Médias, et moins de 10 tablettes pour pallier la fracture numérique des un·es et des autres. On n’a TOUJOURS aucune création de postes de MCF.
De plus, on a dû gérer tout un semestre en distanciel, refonder nos pratiques pédagogiques, essayer tant bien que mal de prendre soin des étudiant·es, écouter leurs plaintes des 4 PDF de cinquante pages laissés par des collègues titulaires en guise de cours, et à quoi s’ajoutent en plus, nos propres problèmes personnels : les morts Covid de nos proches, nos dépressions, nos burn-out, nos remises en question de vocation, notre fatigue de rédaction de thèse, pour celles et ceux dont les activités de recherches ne sont pas à l’arrêt, nos enfants, nos emplois principaux, et tant d’autres choses encore.
Qui soutient nos luttes pendant qu’on essaye de soutenir les étudiant·es et nos collègues démoralisé·es par un semestre complètement dégradé ?
Redisons-le : nous n’avons même pas été REÇU·ES par la Présidence.
Face à cette indifférence, et parce que nous refusons d’imposer un autre semestre de souffrance, à nous-mêmes, mais aussi visiblement aux étudiant·es, nous décidons d’entrer en grève pédagogique.
Auront lieu une rétention des notes du SM1 et/ou du SM2 et les cours ne reprendront pas normalement tant que nous n’aurons pas été reçu·es par la Présidence, qu’il n’y aura pas de réponses à nos revendications, c’est-à-dire un calendrier clair de contractualisation/ mensualisation, et qu’un message ne sera pas adressé au gouvernement pour la création de postes dont nous serons dûment informé·es.
Tou·tes les doctorant·es et docteur·es sans poste n’ont pas de charges de cours, et/ou n’ont pas les moyens de faire grève de par leur précarité matérielle ou psychologique, mais iels soutiennent aussi nos actions, et se lancent dans l’esprit de grève et réflexions pédagogiques féministes.
Nous ne pouvons pas continuer avec un tel bilan. Malgré nos efforts individuels, et pour beaucoup, la tentative de prendre soin des étudiant·es, le manque de postes et de matériel fait que nous pouvons seulement assurer un enseignement dégradé, aux dépens de notre santé et de celles des étudiant·es.
Nous demandons aussi à la Présidence de se positionner clairement auprès du gouvernement pour la réouverture de l’université dans des conditions sanitaires permettant d’assurer la sécurité de celles et ceux qui peuvent et veulent reprendre en présentiel. Et nous exigeons que ne soient pas appliquées les mesures précarisantes de la LPR telle que les tenure tracks, les chaires d’excellence ou CDI de chantier. Ces mesures vont précariser d’avantage les chargé·e·s de cours et par conséquent augmenter et accroitre très significativement les inégalités et les discriminations sexistes, racistes, clavistes et validistes qui existent déjà.
Nous incitons aussi toutes les directions de département à soutenir nos revendications, et à mettre en place des mesures concrètes pour que les chargé·es de cours, les personnels et étudiant·es puissent faire remonter, anonymement et distinctement, leurs revendications.
Enfin, nous appelons notre grève “féministe”, d’une part car la majorité des vacataires de l’université sont des femmes et minorités de genre, et que notre grève et nos réflexions pédagogiques prennent sens dans ce cadre.
Le Collectif des Non-titulaires de Paris 3 – Page Facebook
Pour soutenir la grève féministe, signez la tribune