Démission du jury du CAPES d’histoire-géographie. Explications sur Révolution permanente

Démissions du jury du CAPES d’Histoire-Géo : « On veut faire de nous des animateurs ! »

Le ministère de l’Éducation Nationale a décidé que cette année, le recrutement des enseignants se fera sans épreuves orales pour cause de crise sanitaire. Pourtant, deux vices-présidentes du jury du CAPES d’histoire-géo et une dizaine de membres ont décidé de dénoncer ces modalités et ont démissionné. Révolution Permanente a interrogé une de ces membres du jury.

Révolution Permanente : Pouvez-vous nous expliquer la situation cette année chez les membres du jury d’Histoire-Géographie ?

Professeure : On est au moins une dizaine à avoir démissionné dont les deux vices-présidentes du jury. On a eu une réunion en avril sur les modalités des oraux, suite à quoi nous avons envoyé une lettre ouverte adressée au ministère de l’Éducation Nationale et de la jeunesse signée par 116 membres du jury – cela représente 75% de la totalité du jury – pour dire que les modalités adoptées pour la session 2020 du CAPES de supprimer purement et simplement les oraux étaient complémentent insatisfaisantes.

Notre proposition à nous c’était plutôt de faire comme en 2014, c’est-à-dire de décaler les oraux à la fin de l’année suivante. Mais au final les évaluations ne se feront que sur la base des écrits.

RP : C’est ça qui vous a poussée à démissionner ?

Professeure : Oui, on est quelques unes – seulement des filles (rires) – à avoir démissionné par soutien aux vices-présidentes d’abord. Et puis parce que ce qui nous inquiète c’est que l’oral du CAPES va être de moins en moins disciplinaire. Ce qu’ils veulent faire ce sont des oraux où il y aura plus de pédagogie que de discipline [ou matière, ndlr]. Pour le recrutement du CAPES nous sommes attachés aux deux aspects – disciplinaire et pédagogique –, mais avec cette la logique appliquée aujourd’hui, on veut faire de nous des animateurs.

Donc la 1ère lettre des vices-présidentes date du 23 avril elle s’intitulait « Le recrutement des enseignants ne peut se faire sans épreuve orale », et leur démission ça a été le 2 juin. Dans la foulée il y a eu une dizaine de démissions de membres du jury. L’exemple qui était pris dans la première lettre était le suivant : en appliquant les règles de la session 2020 à la session de 2019 du CAPES d’histoire-géo, sur le principe 26% des candidats admissibles non admis en 2019 seraient admis, et inversement plus d’un candidat sur quatre admis en 2019 ne le seraient plus. Cela veut dire qu’un quart des profs qui vont être pris cette année n’auraient pas été pris en temps normal parce que pas assez bon à l’oral, alors qu’un quart des profs qui auraient pu être pris grâce à l’oral seront refusés.

Toute la partie visible du travail de prof se fait pourtant à l’oral !

RP : Qu’est ce que vous revendiquez ?

Pour lire la suite →

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Le traçage anonyme, dangereux oxymore. Analyse de risques à destination des non-spécialistes

L’entreprise RIPOUE souhaite recruter une personne pour un CDD. Elle veut s’assurer que le candidat ne tombe pas malade entre l’entretien d’embauche et la signature du contrat. Elle utilise donc un téléphone dédié qui est allumé seulement pendant l’entretien, et qui recevra une alerte si le candidat est testé positif plus tard.

Le traçage automatisé des contacts à l’aide d’une application sur smartphone comporte de nombreux risques, indépendamment des détails de fonctionnement de cette application. Nous sommes spécialistes en cryptographie, sécurité ou droit des technologies. Notre expertise réside notamment dans notre capacité à anticiper les multiples abus, détournements et autres comportements malveillants qui pourraient émerger. Nous proposons une analyse des risques d’une telle application, fondée sur l’étude de scénarios concrets, à destination de non-spécialistes.

Analyse complète : https://risques-tracage.fr/

L’urgence des libertés

Le passage de l’état ordinaire des choses à l’état d’urgence s’est fait « à côté » du droit. La meilleure preuve en est le vote de la loi d’urgence sanitaire le 23 mars 2020 pour valider rétroactivement les décisions prises depuis le 12 mars et fonder légalement celles à venir. Sans doute, le Président et le premier ministre s’appuient sur les avis d’un comité de scientifiques. Mais ce comité n’avait aucune base légale alors que des comités scientifiques légalement constitués existaient : Santé Publique France, la Haute Autorité de Santé, le Haut conseil de la santé publique, …

Au demeurant, cette loi soulève trois questions constitutionnelles. La première est celle de la durée de mise à l’écart du Parlement ; la deuxième est l’étendue des compétences transférées à l’Exécutif : exercice des libertés, enseignement, régime de propriété, procédure pénale, droit du travail, régime électoral, c’est tout le domaine législatif posé à l’article 34 de la constitution qui est « donné » au premier ministre ; la troisième question est celle de la place extra-ordinaire accordée au comité de scientifiques : alors que les mesures prises et à prendre sont de nature à porter atteinte aux libertés, il aurait été logique de prévoir la consultation préalable du Conseil constitutionnel (comme le prévoit le pourtant très critiqué article 16 !) ou de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme, institution créée en 1947 à l’initiative de René Cassin et placée auprès du premier ministre.

https://www.flickr.com/photos/toni_p_j/45826401335/in/photolist-2cPwhxR-UmcD6r-YvhB24-6xxug6-XUmU2U-7nLzNb-2iDbtAg-F8RReM-b7cwtt-PwFBuV-JF93eC-6kYrd3-GkYkTG-RAiGsj-2cd65QS-23Y3kfr-23Y3kgi-BQRyiq-BQRwk7-Cf72eF-2h8m4Xn-8hhwDB-2iBiiJu-2inwk5o-2ishnpt-2bQw4yf-YJcQjL-2hRbtP4-2iuh9E8-2hKQ6dk-2iiUnep-2hPxouf-2iuQ8kV-Jxaran-zh1FD-7KWCCN-HHXLfx-2hQLtdF-2hKrNtt-26gzfuw-6WCD8k-YH3xoE-2gkbUam-ocv6WK-2dYdJUE-P3jb82-wVSfeN-7CCL1s-SGckiU-rWK9iU

Trois phares, par Toni P. Juan 12 janvier 2019.
Afin d’attirer l’attention sur les Droits de l’homme, le 12 janvier 2019, les anciennes tours de garde se sont allumées en des endroits des Îles Baléares, qu’on aperçoit en rouge au fond.

L’état d’urgence ne peut être un état vide de droit où s’exercerait seul la violence pure du souverain. Protéger le corps social n’est pas seulement une question sanitaire. C’est aussi une question juridique car ce qui fait un corps social c’est l’adhésion des individus à un même patrimoine de droits et libertés. En 2015, après Charlie, les citoyens ont fait corps en se rassemblant sur la liberté d’expression. En 2020, chaque soir à 20h, ils font corps en reconnaissant et exprimant par leurs applaudissements le principe de fraternité. Oublier ces droits ou y porter atteinte, c’est dissoudre le corps social en une simple juxtaposition d’individus : « il n’y pas de société, il n’y a que des individus » disait Margaret Thatcher ouvrant ainsi le cycle du néo-libéralisme.

La santé du corps social impose que toutes les mesures attentatoires aux droits et libertés garantis par la constitution soient abolies à la fin de l’état d’urgence. Et peut-être aussi, comme après chaque grand choc existentiel, de re-constituer le corps social sur la base d’un principe oublié et pourtant inscrit à l’article 1er de la Déclaration de 1789 : celui de l’utilité commune – et non comme aujourd’hui des intérêts privés ou des héritages – pour fonder les distinctions sociales.

Continuer la lecture

Aux dirigeants du continent africain : face au Covid-19, il est temps d’agir !

Un large collectif d’intellectuel·les de différents pays d’Afrique et du monde entier interpellent les dirigeants du continent africain face à la pandémie de Covid-19, déplorant « les logiques de profit et de monopolisation du pouvoir ». Ils appellent à « repenser la santé comme un bien public essentiel », à « saisir ce moment de crise comme une opportunité afin de revoir les politiques publiques » pour la protection des populations. Plus que jamais, les gouvernements africains « sont placés devant la nécessité d’une gestion concertée et intégrée de domaines relatifs à la santé publique, à la recherche fondamentale dans toutes les disciplines scientifiques et aux politiques sociales ».

Les risques qui planent sur le continent africain, relatifs à la propagation du COVID-19, nous interpellent individuellement et collectivement. L’heure est grave. Elle ne consiste pas à juguler une énième crise humanitaire « africaine » mais à contenir les effets d’un virus qui vient bousculer l’ordre du monde et interroger les fondements de notre vivre ensemble.

La pandémie du coronavirus met à nu ce que les classes moyennes et aisées vivant dans les grandes mégalopoles du continent ont feint de ne pas voir. Depuis près de dix ans, en effet, certains médias, intellectuels, hommes politiques et institutions financières internationales s’accrochent à l’image d’une Afrique en mouvement, d’une Afrique nouvelle frontière de l’expansion capitaliste. Une Afrique sur la voie de l’émergence économique ; une Afrique dont les taux de croissance positifs feraient pâlir d’envie plus d’un pays du Nord. Une telle représentation que l’on finissait par croire réelle à force d’en rêver se déchire désormais devant une crise multiforme qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Dans le même temps, l’ordre global multilatéral que l’on se figurait encadré par un minimum de traités se délite sous nos yeux, faisant place à une lutte géopolitique féroce. Ce nouveau contexte de guerre d’influence économique « du tous contre tous » laisse dans l’ombre les pays du Sud, en leur rappelant s’il le fallait le rôle qui leur échoit : celui de spectateurs dociles d’un ordre du monde qui se construit par-devers eux.

https://www.flickr.com/photos/90503531@N05/8224653951/in/photolist-dwMv5t-HmvCYt-2id15Y3-2iqAahC-P8yxrZ-2iiJEsy-2h87hdP-2iHN6DA-29ydNan-2hr5X7L-gUcpCa-2iiqBXN-2gosGa2-4kKpSV-2idsuAX-WzBZ5N-LgYMXY-frNp1y-2iyKR84-2gz1ri5-LwXKDx-5yYNCv-HSn991-2gCWhUF-BbDtBe-MK9uB1-Gu8kJR-GyUmy3-KmV6XJ-2cxSEZs-2ioNGLs-Gzcyge-2ixd3Xk-BU8g4R-xv6sxH-h5mMgd-gUbxxG-28Ccgix-nXnEY1-h5mrKa-gUbEZB-8N1cqQ-h5nKfr-2K8TNW-2ife2yd-gUbWZo-h5mvLX-h5nMZK-h5nLGV-h5nNmX

Chercheuse africaine, par Nancy Keteku, 2012

La pandémie du COVID-19 pourrait saper les bases des États et des administrations africaines dont les défaillances profondes ont trop longtemps été ignorées par la majorité des dirigeants du continent et leur entourage. Il est impossible de les évoquer toutes, tant elles sont nombreuses : sous-investissement dans les secteurs de la santé publique et de la recherche fondamentale, insécurité alimentaire, gaspillage des finances publiques, priorisation d’infrastructures routières, énergétiques et aéroportuaires aux dépens du bien-être humain, etc. Autant de sujets qui font pourtant l’objet d’une littérature spécialisée, désormais abondante, mais qui semblent avoir peu pénétré les cercles du pouvoir des différents États du continent. La preuve la plus évidente de ce fossé est fournie par la gestion actuelle de la crise.

De la nécessité de gouverner avec compassion

Reprenant sans souci contextuel le modèle de « containment » et des régimes d’exception adoptés par les pays du Nord, nombreux sont les dirigeants africains imposant un confinement brutal à leurs populations souvent ponctué, lorsqu’il est n’est pas respecté, de violences policières. Si de telles mesures satisfont les classes aisées, à l’abri de la promiscuité et ayant la possibilité de travailler à domicile, elles demeurent punitives pour ceux qui, pour utiliser une formulation répandue à Kinshasa, doivent recourir à « l’article 15 », c’est-à-dire à la débrouille et aux activités dites informelles.

Soyons clairs. Il n’est nullement question d’opposer sécurité économique et sécurité sanitaire mais plutôt d’insister sur la nécessité pour les gouvernements africains de prendre en compte les conditions de précarité chronique vécue par la majorité de leurs populations. Cela, d’autant plus que le continent africain a une longueur d’avance sur le Nord en matière de gestion de crises sanitaires de grande ampleur, au regard du nombre de pandémies qui l’ont frappé ces dernières années.

La nature ayant horreur du vide, plusieurs initiatives fragiles provenant de la « société civile » se mettent progressivement en place. En aucun cas pourtant, le dynamisme d’individus ou d’acteurs privés ne peut pallier la désorganisation et l’impréparation chronique que seuls les États seraient en mesure d’endiguer à travers le continent.

Plutôt que de subir et tendre la main à nouveau en attendant meilleure fortune, il serait d’ores et déjà souhaitable de repenser notre vivre ensemble en partant de nos contextes spécifiques et des ressources diverses que nous avons.

Scientist David Moinina Sengeh is working on solving healthcare challenges on the African continent. Crédit: IBM Research, 2016

Notre conviction est que l’urgence ne peut, et ne doit pas, constituer un mode de gouvernance. Il s’agit de saisir ce moment de crise majeure comme une opportunité afin de revoir les politiques publiques, de faire en sorte notamment qu’elles œuvrent en faveur des populations africaines et selon les priorités africaines. Bref, il s’agit de mettre en avant la valeur de chaque être humain, quel qu’il soit et quelles que soient ses appartenances, au-delà des logiques de profit, de domination et de monopolisation du pouvoir.

Au-delà de l’urgence 

Continuer la lecture

Parlons de l’injonction à la productivité…

  • D’abord, nous vivons une époque particulière. Beaucoup d’entre nous n’avons pas vraiment de référent pour penser la situation. La plupart d’entre nous n’a vécu ni épidémie, ni guerre, ni confinement et nous devons inventer et comprendre au fil de l’eau.
  • De plus, la situation est très anxiogène pour mille raisons: la peur pour ceux qu’on aime, la peur de sa propre mort, l’isolement, l’ennui, les difficultés préexistantes exacerbées comme dans le handicap psychologique ou physiologique ou les maladies chroniques, etc). D’ailleurs parfois, ne pas sentir l’anxiété ne veut pas dire qu’elle n’existe pas quelque part !

Ces deux points — pas de référent pour penser ou vivre cette situation ajouté aux difficultés et angoisse liées à la situation — nous prennent une énergie psychique ÉNORME. absolument énorme. Et parfois sans qu’on s’en rende compte, comme une tache de fond. Cela peut prendre différentes formes : difficulté de concentration, fatigue, préoccupation, angoisse, manifestation traumatique, ralentissement, sidération, etc.

Donc, si vous ne parvenez pas à faire des choses que vous faisiez habituellement ou que vous aimeriez faire, ne culpabilisez pas. C’est normal. Une partie de votre énergie passe là dedans.
Pour minimiser l’impact, on conseille de conserver un rythme de journée « normale » avec des temps et des activités différenciées et des heures de sommeil pas trop décalées mais vous faites ce que vous pouvez. Et si vous n’y parvenez pas, ne vous en voulez pas. Nos corps et nos psychismes sont sollicités, soyons tendres avec eux.

D’un point de vue plus politique (eh oui) : fuck l’injonction à la productivité. C’est elle qui gouverne notre système a bout de souffle qui fait de nous des rouages corvéables à merci. Et même quand tout menace de s’effondrer, on devrait encore faire et faire et faire et produire sous peine de ne rien valoir ? De culpabiliser ? Si vous avez l’envie, l’énergie : faites ! Faites pour vous. Pas pour la norme. Pas pour ce qui est attendu. Si vous n’avez pas l’énergie, vous ne valez pas moins. Peut-être que ce confinement vous apportera des réponses, peut-être qu’il vous apportera des questions, peut-être rien. Mais j’espère qu’il nous redonne la conscience que nous ne sommes pas des unités de production, que notre travail a de la valeur, que nos corps, nos ressentis sont importants.

Parce que dans l’après, il faudra peut-être se battre pour faire respecter ça.