CNOUS et CPU à l’Assemblée nationale

Les acteurs qui ont bénéficié de la loi d’état d’urgence pour prolonger leur mandat ou mis en cause dans leur gestion de la crise terrible que vivent les étudiant·es interrogés à l’Assemblée.
Sans contradiction.

Tout va bien.

Capture d’écran du site de l’Assemblée nationale, 20 avril 2020

L’Université Paul Valéry Montpellier 3 vote ses modalités d’examens : les “bonnes intentions” au détriment des étudiants

En pleine pandémie mondiale, les directions des universités Françaises sont actuellement en train de mettre en place les modalités d’évaluation des étudiants. Bien souvent, la situation sanitaire et sociale engendrée par le Coronavirus ne semble pas prise en compte. A Montpellier, l’Université Paul Valéry ne semble pas déroger à règle, comme en témoigne ce communiqué du syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat universitaire de Montpellier).


L’Université Paul Valéry vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

Mercredi 15 avril se tenait le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’université Paul Valéry Montpellier 3, chargé de définir les modalités d’examens du second semestre, dans un contexte de fermeture de l’établissement et confinement généralisé.

Pendant plus de 6h d’affilée, les élus étudiants du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), soutenus par la voix de la CGT des universités, ainsi que l’ensemble des élus étudiants ont défendu, par de multiples propositions, qu’un cadre unique soit appliqué à toutes les évaluations.

Le Règlement des Etudes que nous avions dévoilé et analysé le 10 avril a été adopté. La validation et neutralisation du semestre furent refusés en bloc par les enseignants et la présidence. Même la proposition du vice-président étudiant, de maintenir les examens en ligne avec, en cas de note inférieure à 10, un report de la note du premier semestre fut rejetée.
A chaque fois, les 19 enseignants et personnels se sont coalisés pour refuser l’ensemble des propositions émises par les 16 voix étudiantes et du personnel CGT.
Trois voix de différence, c’est peu, mais cela change tout pour les près de 22000 étudiants de l’université.

L’échec du recensement des difficultés numériques : l’université sans nouvelles de 64,3 % des étudiants.

Pourtant, rien ne permet actuellement de garantir que l’ensemble des étudiants de l’université Paul Valéry Montpellier 3 pourra effectivement passer ses examens. L’université a envoyé des SMS et e-mails aux 21664 étudiants de l’université afin de recenser celles et ceux étant en situation de « rupture numérique ». Si cette initiative a été abondamment médiatisée par la présidence de l’université, les résultats réels de ce sondage n’ont été communiqués qu’après le dépôt d’une motion spécifique par les élus étudiants du SCUM. Ce peu d’empressement à communiquer les résultats s’explique par l’échec cuisant de cette campagne de recensement des difficultés numériques : sur les 21664 étudiants contactés, seuls 7725 ont répondu, soit uniquement 35,7%. Ainsi, l’université n’a aucune nouvelle de 64,3% de ses étudiants, et personne ne sait combien parmi ceux-ci ne pourront pas être en mesure de passer leurs examens.

Plébiscités par les étudiants, les Devoirs Maison « encouragés » mais pas généralisés.

Dans un sondage publié par un étudiant du SCUM sur le groupe Facebook des étudiants de l’université deux jours avant la séance du CEVU, plus de 800 étudiants ont répondu. Moins de 1% des étudiants se sont prononcés pour le report des examens, et seulement 11% en faveur des devoirs en ligne, pourtant privilégiés par la présidence de l’université. A contrario, 36% des étudiants ont demandé la neutralisation ou la validation automatique du semestre. Et ce fut plus de 52% des étudiants ayant répondu au sondage qui ont demandé des examens sous forme de Devoirs Maison à rendre sous 21 jours.
Cette dernière proposition, formulée par le SCUM et la Corpo Lettres Epsylone permettait de garantir les conditions d’examens les plus équitables et les plus accessibles pour l’ensemble des étudiantes et étudiants de l’université. L’amendement au Règlement des Etudes que nous avons soumis au vote afin de généraliser cette solution fut rejeté par 19 voix contre 16.
Cependant, malgré la non-généralisation des Devoirs Maison, l’université a accepté lors des réunions et échanges précédant le CEVU d’« encourager » les enseignants à recourir à cette modalité d’évaluation. Ainsi, entre 60% et 70% des examens se feront effectivement sous forme de Devoirs Maison.

Une rupture d’égalité préjudiciable pour l’ensemble des étudiants.

Toutefois, nous ne pouvons-nous satisfaire de ce résultat. En effet, les modalités d’examens consacrent le principe de l’inégalité entre les étudiants. Tout dépendra des modalités choisies par chaque enseignant. Certaines évaluations se feront en ligne, de façon chronométrées sur la plateforme pédagogique Moodle, connue pour ses bugs, d’autres par le rendu de Devoirs Maison, et certaines se feront même par des oraux en visiophonie ! Ces examens ne prennent pas en compte les difficultés de confinement rencontrées par beaucoup d’étudiants (bruit, connexion fluctuante, crises d’angoisse)

Continuer la lecture

Sciences humaines et sociales en temps de crise sanitaire : positionnement de l’UMR 5319 Passages

Lu sur Geotamtam, 16 avril 2020

Ci-joint un positionnement du Conseil de laboratoire de l’UMR Passages (Bordeaux / Pau – Universités et Ecole d’architecture et de paysage) dans ce contexte de crise sanitaire, en lien notamment avec les différents appels à projets émis dans l’urgence et avec la confirmation que le gouvernement poursuit son projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).
Très cordialement en ces temps où, une fois de plus, on a recours à la géographie sans le savoir ou sans vouloir le dire en appelant “distance sociale” ce qui est de la “distance spatiale”, et alors même que l’on met tout en oeuvre pour garder le social en dépit de la rupture spatiale. Intéressant non ?
Bonne journée

Béatrice Collignon, pour l’UMR Passages

Sciences humaines et sociales en temps de crise sanitaire : positionnement de l’UMR 5319 Passages

L’UMR Passages a réuni (en visio-conférence) ce 7 avril 2020 son Conseil de laboratoire afin d’échanger sur les positionnements scientifiques – individuels et collectifs – en réponse aux récents appels à projets émis dans l’urgence par divers bailleurs en lien avec la pandémie de COVID-19. La discussion a une fois de plus montré toute la pertinence des sciences humaines et sociales dans l’analyse et la compréhension des faits qui transforment sociétés et environnements, quelle que soit la nature plus ou moins « vive » des questions travaillées.

L’actualité de la pandémie, des confinemens, et le besoin de recherche sur ces sujets rappellent d’une part, la nécessité de répondre à l’urgence sans renoncer pour autant à l’éthique du chercheur (« éthique de la responsabilité, de la rigueur, mais aussi de la prudence », message commun du Comité d’éthique et de la Mission à l’intégrité scientifique du CNRS, 7/04/20) et, d’autre part, l’importance du rôle de notre communauté dans la société d’aujourd’hui et la validité sur le long terme de nos objets, de nos méthodes et de nos démarches scientifiques.

Mais les circonstances actuelles donnent aussi à voir avec une acuité particulière les dégâts que peut produire, sous couvert d’une certaine performance, le démantèlement des services publics de la santé et de la recherche. Elles nous rappellent durement qu’il est irresponsable de ne pas s’intéresser aux « signaux faibles », de rester sourd aux cris d’alarme et d’attendre une crise majeure pour se poser la question des approvisionnements et du soutien durable aux filières de production et aux services fondamentaux, y compris s’agissant de la connaissance et de la recherche.

C’est pourquoi le Conseil de laboratoire de Passages réaffirme l’impérieuse nécessité de continuer à lutter contre le projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) dont le Ministère confirme le scénario en dépit des vives critiques dont il a fait l’objet. L’UMR reste mobilisée contre l’implantation toujours plus profonde d’un modèle de la recherche où les financements vont aux appels d’offre plutôt qu’aux crédits récurrents, aux précaires et aux CDI « de projets » plutôt qu’aux postes de titulaires, et imposent la production de résultats selon des temporalités qui entrent trop souvent en contradiction avec l’exigence d’une recherche sérieuse.

Pau-Pessac-Talence, 7-10 avril 2020

 

 

 

Lien: positionnement de l’UMR Passages, 7-10 avril 2020

Appels à communications : Marie-Anne renchérit

Mensonge d’État ou incompétence ? Frédérique Vidal au Sénat

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #13
Article précédent

Parmi les mesures de contrôle de l’action de l’exécutif en période d’état d’urgence sanitaire, il est un outil utile pour mettre en jour les incohérences du gouvernement : les questions écrites. Présentées au ou à la ministre concernée, elles permettent à la représentation nationale de clarifier un point touchant à la politique suivant, en invitant le ou la ministère à prendre langue avec son administration pour y répondre avec précision.

Le 6 avril 2020, plusieurs sénateurs et sénatrices ont donc interrogé la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, à la fois sur la clôture compliquée de l’année universitaire en cours, mais aussi sur les dispositions prises pour faciliter la recherche pour lutter contre l’épidémie. Cette audition a eu lieu au terme d’un chemin de croix technique.

N’ironisons pas trop sur les avatars de cette vidéo conférence, précise Sylvestre Huet dans l’article qu’il consacre à l’audition de Frédérique Vidal : les sénateurs ont dû s’y reprendre à trois fois – deux la semaine dernière et finalement ce lundi 6 avril – pour parvenir enfin à tenir cette séance de questions/réponses. Le rendez-vous échoua deux fois en raison de défaillances de l’équipement de vidéoconférence du ministère… pour un lien avec le Sénat. N’ironisons pas, mais soulignons que cette situation lamentable illustre le soin étrange avec lequel l’exécutif traite ses relations avec le Parlement. Et la nécessaire modernisation du ministère en charge… de l’innovation.

Passons rapidement sur certains échanges. Sylvie Robert s’est enquis de la survie alimentaire des étudiant·es les plus précaires1.  Jacques Grosperrin a fustigé le retard pris par le Ministère sur la publicisation des algorithmes locaux de Parcoursup. Passons également sur les questions touchant aux tests sérologiques, aux tests cliniques et aux essais thérapeutiques en cours, qui intéressent Laure Darcos, pour porter notre attention sur deux points : le financement supplémentaire prévu par le président Macron et les cryomicrosocopes, désormais indispensables pour qui veut travailler sur les coronavirus aujourd’hui.

https://www.flickr.com/photos/133970381@N07/25105868764/in/photolist-Efw97h-8TVobQ-QjQ6yz-KLS2qf-XwQwKc-oc8ucn-HMDZKt-26bCZAr-4HC62q-G9GTZh-8RkM8f-AJWPiE-YcxG5j-8Kt7fW-67AnDh-EeGJSq-qGohTj-HyzjkC-Qj4odC-2basxJ5-24UbkmD-2a1a4rj-2dWd27L-VUHnTf-9pwMS5-2iFeVYx-2hjcraF-2hRmpzv-2iLfKge-xV54yi-TBCykN-6cqWhS-2hnEW4f-2ieLETo-6mMuqo-225SDe7-gjHeXc-2hZnqyu-2iKBzdU-2cSWJS5-pY5cuS-vEdsa7-29Ddh9p-w1woeY-2ecEsdg-MsQ4PB-QF3ba1-fPVtjr-NEB63p-k9ngpZ

Emotion | in motion, par André Senra, 2016

Continuer la lecture

  1. La réponse de la Ministre défie l’entendement, proposant dans un avenir indéterminé un accroissement du budget qui leur serait consacré ; et insistant sur l’usage des réseaux sociaux pour les repérer, alors qu’il s’agit sans doute déjà de populations marginalisées. []

Privatisation des diplômes : condamnations outrées

Suite à la parution au Journal officiel des décrets et arrêtés rendant obligation une certification privée et étrangère pour la langue anglaise, qu’Academia avait dénoncée, les réactions se multiplient :AFEA,  SNESUP-FSU, AGES, RANACLES.

“Le bureau de l’AFEA constate que, contrairement à ce que déclarait le président de la République en décrétant le confinement sanitaire – “toutes les réformes sont suspendues” –, les réformes touchant l’université ne le sont manifestement pas. Non seulement l’AFEA et la SAES, mais les sociétés savantes de langues et cultures étrangères réunies au sein du GALET avaient rejeté explicitement, dès la fin octobre, le projet de certification des langues par des organismes privés, tout en s’élevant simultanément contre toute vision monolinguiste des langues étrangères. Ces sociétés savantes ont signé pétitions et communiqués où elles ont explicité leur refus catégorique de ce qui s’apparente à la fois à un désaveu de nos collègues spécialistes de langues et cultures étrangères pour étudiant.e.s d’autres disciplines, et à un détournement de l’argent public vers le secteur privé, là où le service public est encore – pour combien de temps ? – structuré afin d’assurer cette mission.

En plein confinement, la publication de cet arrêté actant la certification des langues sans tenir aucun compte des spécialistes de la question apparaît à la fois comme une manœuvre déloyale et comme une provocation. Nous n’imaginons que trop bien la manière dont le projet de LPPR continue d’avancer sournoisement, lui aussi, alors que la crise sanitaire actuelle révèle si cruellement les conséquences du néolibéralisme appliqué à l’université et à la recherche (université et CNRS) – cf le témoignage de notre collègue Bruno Canard sur ses recherches interrompues sur le coronavirus, faute de fonds récurrents (Le Monde, 29 fév 2020). Le ministère joue avec le feu en profitant de la crise sanitaire au lieu d’en tirer les leçons. Dès la rentrée, nous saurons faire entendre notre colère.”

https://www.flickr.com/photos/michaelkim724/33370019596/in/photolist-SQN5es-24Cvpyq-dAXun9-2hhzrgP-PcKeyJ-nqZWzp-2hUyN4P-27JDD45-B5erug-urUcY-DbmxHo-T42i1b-Vcc2P1-SKRGun-2iAarm2-6bxpCr-RBGTsP-dqCPzW-dAXumG-JF88Kk-NJSeNn-2dgtp6B-2hkHYC7-2dhSoQC-2eww2QR-ZzPzc4-21jwtdX-dB5C1U-4YFJAZ-6hUWDV-2cLDjUh-LFEHuu-Q5nyo4-dAZane-6hZ63j-24cXnSe-2c1xv4G-kd45PV-dj1Y22-9Mye7q-9MvqaF-a635VS-24TDzD-qkMuE-8fNsTu-23JGYFt-27HxtN9-2dU1skz-21TB4sf-tEajh9

Uncle Sam, by michaelkim247, 2017

 

Conclusion: Le SNESUP-FSU réaffirme son opposition à toute passation de certification obligatoire en anglais, qui plus est une certification externe organisée par des organismes privés, et son attachement à la diversification des langues enseignées. Il rappelle qu’il existe des alternatives publiques de certification. Il demande la mise en place d’urgence d’une concertation avec les acteurs et actrices du service public actuellement en charge du secteur concerné.

Ici un lien vers la Pétition contre la mise en place d’une passation d’une certification en langue anglaise Continuer la lecture

Conditions d’études en confinement. Une enquête à Paris-Dauphine

Même chez les étudiant·es privilégié·es de Paris-Dauphine, les conditions matérielles et morales pour étudier ne sont pas réunies chez 70% des étudiant·es.
  • par Yann Goltrant, Laurine Chassagne, Adrien Thibault et Valentin Thomas
Des collègues doctorant-es et ATER de l’Université Paris-Dauphine1  ont lancé un sondage au début du confinement parmi les étudiant·es de L1 & L2 en sciences des organisations (n=656), pour objectiver leurs conditions de travail et leur état psychologique. nous pouvons en donner les principales conclusions.
  • Conditions matérielles: Parmi cette population d’étudiant·es dauphinois·es, si la majorité dispose d’un ordinateur personnel (92,1%), plus de la moitié (52,1%) n’a accès qu’à une connexion internet limitée.
  • Conditions familiales: 17, 1% déclarent avoir au moins une personne à charge pendant le confinement (principalement enfants ou personnes âgées).
  • Conditions morales : Majoritaires sont les étudiant-es qui se disent stressé-es (45,3%) ou particulièrement stressé-es (11,1%). Quand bien même les sources de stress sont multiples, les cours — la façon dont ils vont être distribués et évalués à distance — constituent une source majeure (42,5%).
In fine, si l’on croise les différents facteurs matériels (ordinateur personnel, connexion internet, personne à charge, etc.), seuls 30% des étudiant-es disent réunir les conditions matérielles qui rendent possibles les cours à distance.
Merci aux collègues de l’IRISSO, Yann Goltrant, Laurine Chassagne, Adrien Thibault et Valentin Thomas d’avoir mené l’enquête et publié des résultats aussi rapidement
Lien : Analyse des conditions de travail des étudiant.es dans le cadre duconfinement. Questionnaire auprès des étudiant.es de L1 et L2 LSO à l’Université Paris-Dauphine, par Yann Goltrant (doctorant à l’IRISSO), Laurine Chassagne (doctorante à l’IRISSO), Adrien Thibault (ATER à l’IRISSO) et Valentin Thomas (ATER à l’IRISSO), 3 avril 2020
  1. NDLR: “Cependant, l’Université Paris 9 Dauphine ayant depuis une dizaine d’années un statut dérogatoire de « Grand Établissement » (permettant la mise en place de ces frais élevés, mais également de sélectionner ses étudiants) et ses étudiants étant particulièrement favorisés socialement”. Moulin Léonard, « 8. Quels sont les effets de l’introduction de frais d’inscription dans les universités ? Une approche théorique et empirique », Regards croisés sur l’économie, 2015/1 (n° 16), p. 145-161. DOI : 10.3917/rce.016.0145. URL : https://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2015-1-page-145.htm []

Scénarios de déconfinement de l’école à l’université : septembre, est-ce si loin ? Une synthèse à J+21

Si l’heure est à l’espoir d’un déconfinement, les modalités de ce dernier sont loin d’être connues. Tant que le remède miracle, le vaccin ou même des tests sérologiques fiables (pour vérifier la fameuse immunité de groupe) ne seront pas disponibles, la situation ne pourra en rien revenir à la « normale ».  Aussi, envisager la rentrée, même en septembre, passe par une multitude de scénarios à rêver en amont, afin d’imaginer quel arc narratif nous allons emprunter dans quelques mois : autrement dit, se reposer sur un retour à la normal me semble aussi illusoire que d’imaginer les pires des scénarios (dans lequel nous sommes d’ailleurs en ce moment !).

Pour ma part et à ce jour dimanche 5 avril (J+21 de confinement), je suivrai donc le scénario sans plus d’aide médicale que celle que nous avons maintenant. C’est le scénario le plus pessimiste. Mais il peut se mélanger avec d’autres événements positifs qui viendraient l’assouplir. Je ne parlerai pas des évaluations, examens ou concours, j’évoquerai juste l’organisation concrète et matérielle des retours en classe à partir d’une revue de presse et informations en provenance de contacts en Europe (Belgique, Italie, Espagne) et en Chine.

Que savons-nous des zones qui commencent le déconfinement scolaire dans le primaire et le secondaire (Chine principalement) ?

Voilà trois semaines qu’élèves et étudiant-es ont été plongé-es de force dans une « école / université à la maison » et déjà, beaucoup espèrent ardemment un retour dans des salles de classe. Alors que la Chine a pris des mesures drastiques face au Covid-19 depuis fin janvier, où en sommes-nous deux mois après ? Sur un territoire qui fait 15 fois la France et dont la population est 20 fois plus importante, toutes les zones ne sont pas touchées de la même façon. En particulier Wuhan identifiée comme « community spread of covid », ressemble fort à certaines zones européennes actuelles. Il faut savoir qu’en dehors du Hubei (province de Wuhan), les cas ont été présumés tracés et pistés, une doctrine appliquée également à Taïwan ou Hong Kong par ex. Je laisse en tirer les conclusions sur le statut de Paris et la France dans cette configuration.

Des éléments venus de Chine donnent déjà quelques indications sur ce qui est possible en ce qui concerne les réouvertures d’écoles[1]. Regardons d’abord quelques informations données par la presse en français (Euronews, 17 mars) à propos d’une école (primaire apparemment) située dans une zone à faible taux de contamination (donc l’Ile de France et le Grand Est, ne rêvez pas trop). On y retrouve ces éléments d’organisation de classe :

  • Groupes réduits (30 en Chine)
  • « Division des élèves pour les activités »
  • Horaires échelonnés
  • Chaises et tables espacées
  • Prise de température plusieurs fois par jour

Continuer la lecture

Rennes-2. Une enquête sur l’expérience du confinement à 10 jours auprès des étudiant·es

Confinement : enquête sur les conditions de vie et d’études

Dès le 26 mars, l’université a ouvert une enquête anonyme en ligne sur les conditions de vie et d’étude de ses étudiant·e·s. Synthèse des 1ers résultats, grâce aux 3400 contributions recueillies.

Panorama global de l’ensemble des réponses

La consultation étudiante a été organisée avec 2 objectifs : cerner les conditions dans lesquelles se trouvent nos étudiant·e·s en cette période de confinement et identifier au mieux les difficultés rencontrées (financières, pédagogiques, pratiques, psychologiques…).

Une majorité d’ étudiant·e·s déclarent ne pas être isolé·e·s, se sentir plutôt bien, mais une part importante déclare également rencontrer des difficultés. Une proportion non négligeable d’étudiant.e.s se trouve dans des situations problématiques, voire préoccupantes (entre 10 et 20% des étudiant·e·s selon les indicateurs retenus).


L’enquête en bref

3468 répondants, soit 16 % des étudiant·e·s de l’Université Rennes 2 (21500 étudiant·e·s)

Chiffres clefs : 

  • + de 10% d’étudiant·e·s seul·e·s dans leur confinement
  • Entre 10 et 15% avec des difficultés d’accès aux outils numériques (matériel, connexion…)
  • 10% disent se sentir mal ou très mal
  • Plus de 50 % déclarent des difficultés : scolaires (35%), psychologiques (27%), pratiques (17%) et financières (14%)
  • Malgré tout … 2/3 satisfait·e·s par la continuité pédagogique de leurs enseignants

    Source : Confinement : enquête sur les conditions de vie et d’études, Université de Rennes-2, 3 avril 2020

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search