Attaques contre les sciences humaines et sociales au Brésil

  • Entretien avec Sidney Chalhoub,Marine Corde and Angela Facundo Navia
    Publié par Émulations, 21 avril 2020
    Propos recueillis par Céline Mavrot and Romain Tiquet

Dans le cadre des attaques récentes du président Jair Bolsonaro à l’encontre de la philosophie et de la sociologie au sein du système d’éducation supérieure, Émulations reçoit trois spécialistes – Sidney Chalhoub, Marine Corde, Angela Facundo Navia – pour un entretien croisé sur la situation des sciences humaines et sociales au Brésil à la lumière de l’actualité politique du pays. Cet entretien a été réalisé par Céline Mavrot et Romain Tiquet.

In the wake of President Jair Bolsonaro’s recent attacks on philosophy and sociology in the higher education system, Émulations is pleased to welcome three experts for a cross-interview on the situation of human and social sciences in Brazil in light of the current political situation. This interview was conducted by Céline Mavrot and Romain Tiquet.

Sidney Chalhoub is a professor of history and of African and African American studies at Harvard University. Before that, he taught for thirty years in Brazil (University of Campinas). His research draws on social history and focuses on racialism, power relationships within Brazilian society, slavery, and public health. Some of his recent work includes: “The Legacy of Slavery: Tales of Gender and Racial Violence in Machado de Assis”, in Lamonte Aidoo and Daniel F. Silva, eds., Emerging Dialogues on Machado de Assis (2016) and “The Politics of Ambiguity: Conditional Manumission, Labor Contracts and Slave Emancipation in Brazil (1850s to 1888)” (International Review of Social History, 60, 2015).

Marine Corde is a post-doctoral researcher in anthropology. She holds a Ph.D. from the Museu Nacional/Federal University of Rio de Janeiro and carried out research and teaching for five years in various Brazilian universities. Her research focus is on anti-discrimination campaigns in partnership with governmental and non-governmental organizations. Her recent research comprises: « Mémoires d’immigrés, mémoires de France ? Mémoires et reconnaissance » (Conserveries mémorielles, 13, 2013) and “A articulação entre objetividade e subjetividade nos textos antropológicos: contribuições da escrita literária para a construção de saberes antropológicos” (Revista de Ciências Sociais, 44-2, 2013).

Angela Facundo Navia is a professor of anthropology at the Federal University of Rio Grande del Norte and the President of the northeast region of the Brazilian Association of Anthropology. Her research explores the racialized and gendered boundaries of nation, the states’ practices of governance regarding refugees and the processes of forced displacements. Some of her recent work includes: “Deslocamento forçado na Colômbia e Políticas de refúgio no Brasil: Gestão de populações em êxodo” (Revista de Estudos e Pesquisas Sobre as Américas, 2019), Êxodos, refúgios e exílios: Colombianos no Sul e Sudeste do Brasil (Ed. Papeis Selvagens, 2017).

Sidney Chalhoub, you were a professor at the University of Campinas (Unicamp – Universidade Estadual de Campinas) until 2015, when you obtained a position at Harvard. Unicamp was or would be one of the most affected universities because the governor of the region is pro-Bolsonaro. Marine Corde, you have studied and worked in three Brazilian federal universities and conducted anthropological research in the country. Angela Facundo Navia, you have made the most of your academic carrier between Brazil, Colombia and France, and you are a close observer of Brazil’s sociopolitical life. Can you introduce yourselves and explain the various types of institutional situations (at the local and federal levels)?

Sidney Chalhoub: I taught at the University of Campinas from 1985 to 2015. I am a social historian of Brazil, having done research on the history of working-class culture, slavery, race, and public health. The University of Campinas is a public university in the state of São Paulo funded by taxpayers’ money. Students pay no tuition for undergraduate or graduate studies. It is regularly listed among the two or three best universities in Brazil and in Latin America.

Since the funding of state universities in São Paulo depends directly on sales taxes (a fixed percentage of what the state treasury collects is transferred to the universities), they have suffered in the past few years as a result of the economic crisis. Nonetheless, the situation there seems less precarious than in federal public universities because the latter are funded by the Ministry of Education and their budgets are decided annually by the government. Thus, a government that is openly hostile to higher learning can cause significant damage to the federal university system.

Marine Corde: I am an anthropologist. I studied anthropology in France, at the University of Lyon (Université Lumière Lyon 2), and in Brazil at the Universidade Federal da Paraíba; I completed my doctoral studies at the National Museum/Federal University of Rio de Janeiro (Museu Nacional/Universidade Federal do Rio de Janeiro – UFRJ). I also taught in the Department of Social Sciences at the Federal University of Viçosa (Universidade Federal de Viçosa). I had the opportunity to benefit from a high-quality academic education in Brazil, and I am very concerned about how the Brazilian university system is being threatened by spending cuts.

At the beginning of 2019, the Bolsonaro government attacked some universities, such as the University of Brasilia (Universidade de Brasília – UnB), the Federal Fluminense University (Universidade Federal Fluminense – UFF), the Federal University of Bahia (Universidade Federal da Bahia – UFBA), and the Federal University of Juiz de Fora (Universdade Federal de Juiz de Fora – UFJF). The Education Ministry (Ministério da Educação – MEC) declared that it would cut the budget of these universities on the pretext that they were not achieving sufficiently good academic results and that they were making too much fuss (« balbúrdia »). The real target was, rather, the good academic work done in those universities that take their social responsibility in Brazilian society seriously. Regardless of the region in which each one is located, I think these universities were especially targeted because they are well-known as critical thought education venues. A few weeks later, the announcement of the spending cuts was extended to all Brazilian federal universities.

Angela Facundo Navia: I obtained my doctorate degree at the Federal University of Rio de Janeiro. I completed a postdoctoral fellowship at the Casa de Rui Barbosa Foundation, also in Rio de Janeiro, and was then hired as a professor in the Department of Anthropology at the Federal University of Rio Grande del Norte (Universidade Federal do Rio Grande do Norte – UFRN), in the northeast region of Brazil. These three institutions, as has happened with the entire education system in Brazil, have suffered different types of attacks in recent years. However, the characteristics, intensity and severity of the problems are very different. The tragedy of the fire at the National Museum in 2018 and its bad management by the government is, without a doubt, the most serious one and most explicitly demonstrated the government’s neglect and disinterest in the production of knowledge and the various research and the other activities that were carried out in the institution. A very important heritage was lost regarding the history of Brazil, which was central to the institution’s relations and work with indigenous communities, popular favela organizations, religious communities, schools, etc. The continuity of its academic life and graduate programs was also affected, which, in addition to losing materials that constituted the basis of research, still have no definitive and appropriate place to function.

Facebook de Fundação Casa de Rui Barbosa, 2016

Continuer la lecture

Grand chamboule-tout au cabinet Vidal

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #21
← Article précédent

Au Journal officiel de ce jour sont parus trois arrêtés qui témoignent du grand chamboule-tout de ces derniers jours dans le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Si l’on savait déjà depuis quelques jours que le directeur de cabinet, Nicolas Castoldi, était remplacé par Ali Saïb, on apprend qu’il est également mis fin aux fonctions d’Olivier Ginez.
Academia n’a pas vocation à commenter le bal des hauts-fonctionnaires et des membres de cabinet, mais on ne peut s’empêcher d’interpréter ces mouvements comme le signe que la LPPR, en tout cas sous sa forme actuelle, a un peu de plomb dans l’aile. Olivier Ginez était Monsieur LPPR au cabinet ou, selon son intitulé officiel, le « conseiller Recherche, Innovation, Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, chargé du suivi de l’exécution des réformes » de la ministre.
Quant au nouveau directeur de cabinet, Ali Saïb, il n’a jamais pris de position publique sur ce texte, et n’a pas participé, à notre connaissance, à l’une ou l’autre des étapes de sa préparation. Généticien de formation, il a successivement occupé les fonctions de recteur de l’Académie d’Aix-Marseille, conseiller Enseignement eupérieur et recherche aux cabinets des premiers ministres Valls et Cazeneuve, avant d’être promu conseiller maître à la Cour des comptes. Sa carrière scientifique, entre Inserm, Paris-VII et CNAM, sa capacité de travail et sa discrétion politique sur des sujets qu’il affectionne néanmoins particulieèrement1 en fait un ouvrier bien utile pour le colmatage des larges voies d’eau laissées par un an de préparation LPPR et tout aussi indispensable pour la gestion de l’administration ESR pendant l’épidémie.
https://www.flickr.com/photos/eriklevin/14962295372/in/photolist-oNaF8S-fuzyuY-5HBJVo-PdJQu-fLP7vM-54CjrJ-6hTQXr-97wfuB-9QntbE-adV3W8-a8mhac-diPyH2-535Ghb-WEiW3Y-ecDgZS-5NfHMX-zQzNsb-7pdBSS-9xv1re-3SwjaE-cyQujj-4BoeVs-7Yvuss-9BiPEZ-gaF1P6-4hJ2Wd-66KSUu-mCqe5D-bg5uHv-9tnGBJ-pwdqjT-5SMeFb-7A25nm-d4LT4A-KQuvi-7ZbxSB-VGbaX7-gjh5Wu-Hb5XTu-qyKmD6-5Lg77F-awe1dM-fS39SN-awdq29-zQFKUn-A5U9tQ-5pwCVJ-o7q9pi-una6o-iuZ52H

The Skansin lighthouse. Feroe Islands, by Erik Levin, 2013

  1. Son discours lors de la remise de la Légion d’honneur par Geneviève Fioraso  alors qu’il est recteur à Aix-Marseilleen 2014 l’atteste. []

Plan de déconfinement du MESRI

https://www.flickr.com/photos/82965928@N00/34417336872/in/photolist-UrkRaS-Ng28fE-M7fMFi-QQHRBJ-JAETxQ-W8HEeo-Vhjpuz-TTxmfJ-WQYQuu-2fyDsSB-TeSuXr-237ktUt-27hvgi3-2eRdU5h-J71y9C-27NhiSd-24WqghL-22tSVQM-Kn9grd-XqpRb7-QckyJB-HMosaH-Urp1D7-MZVwwk-C7nDkd-pAtJnw-26iUfSM-2iSuv5L-N3FYc9-KuexPb-MLya2h-21xQjkM-TeqhU1-ZXiE8N-24UJnk6-UDseui-WrvHRG-Z6xAmC-7Jc33v-9ihAwm-JQpadb-2b22RE3-ErE3bk-mDbLE3-sPMf4A-V4u5zL-7JQB1T-oyMNqr-S38FbS-ZHWJYF

(c) Metamorphoses, 2017

Daté du 29 avril 2020, ce plan de déconfinement a été adressé au CHSCT du ministère et diffusé au CNESER.Academia le reproduit ici.

 

 


Le présent plan de déconfinement est centré sur la période courant du 11 mai à la fin juillet. Il ne concerne donc que les enjeux de court terme de la reprise d’activité, à l’exclusion de ceux qui tiendront à l’organisation de la rentrée (notamment organisation des enseignements en présentiel, mobilités sortantes et accueil des étudiants internationaux), qui feront l’objet d’une élaboration ultérieure, d’ici à la mi-juin. Il a vocation à être complété par les consignes sanitaires pertinentes, et le cas échéant à faire l’objet des évolutions rendues nécessaires par celles-ci.

Ce plan s’articule avec les orientations données par le Gouvernement pour l’organisation du déconfinement, lesquelles pourront, le cas échéant, inclure des déclinaisons territoriales qui auront vocation à être prises en compte pour la mise en œuvre de la reprise d’activité sur les sites du territoire en question.

Plan de déconfinement du MESRI – projet d’instruction

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
à l’attention de Mesdames et Messieurs les présidents et directeurs des établissements d’enseignement supérieur
les présidents d’organismes de recherche
la présidente du centre national et les directeurs régionaux des centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires

Le Président de la République a fixé l’objectif d’un déconfinement progressif de notre pays à compter du 11 mai. La sortie du confinement doit permettre à  l’activité de reprendre progressivement en présentiel, en fonction de l’évolution de l’épidémie et dans le respect des consignes sanitaires.

Les enseignements en présentiel ne pourront reprendre dans les établissements d’enseignement supérieur avant la rentrée universitaire 2020 dont la date est fixée par chaque établissement. Les autres activités de vos établissements sont susceptibles de reprendre progressivement en présentiel à partir du 11 mai, dans le respect des consignes sanitaires, le travail à distance devant néanmoins continuer d’être privilégié.

La présente circulaire énonce des recommandations générales et précise les principes dans le cadre desquels les établissements placés sous la tutelle du MESRI sont invités à établir leur plan de reprise des activités en présentiel. Elle est adressée, pour leur bonne information, aux établissements relevant d’autres ministères ainsi qu’aux dirigeants d’acteurs privés (associations, fondations, établissements d’enseignement supérieur privés) qui participent au service public de l’ESRI.

Continuer la lecture

Le Virus de la recherche, une nouvelle collection

Communiqué des Presses universitaires de Grenoble

À l’initiative de Ségolène Marbach, l’opération « Le Virus de la recherche », coordonnée par Alain Faure, est le fruit d’une démarche collective d’auteurs. Elle rassemble des textes courts, grand public, écrits par des chercheurs, toutes disciplines confondues, sur la pandémie Covid-19.

https://www.pug.fr/store/page/278/le-virus-de-la-recherche
Les textes présentés, en version numérique, sont accessibles et disponibles gratuitement en librairie. De nouveaux textes viendront régulièrement enrichir la page.

Pour accéder aux contenus, il suffit de cliquer sur la couverture. Vous pourrez choisir de lire en ligne ou de télécharger l’ebook au format pdf ou ePub.

Bonne lecture !
Une opération en partenariat avec The Conversation  et l’Université Grenoble Alpes

Your CovidMission, if you were to accept it

Dédicace et remerciements à @gloupin

Ne pas pénaliser les étudiant∙es les plus impacté∙es par la pandémie et ses conséquences : position commune des organisations étudiantes de Paris-1 avant la CFVU du 30 avril

Épilogue ou rebondissement dans la guerre qui oppose la Présidence de l’Université de Paris-1 et ses directions d’une part et sa communauté étudiante et enseignante d’autre part, au sujet des examens et de la validation des semestres, la prochaine réunion de la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire, reconvoquée pour l’occasion, se tiendra le 30 avril. Les étudiant·es qui avaient fait motion une motion remarquée à la précédente CFVU, annoncent la couleur. 

Lien:

Sur Academia

Sur Newstank

  • Analyse n°181683 – Les enjeux et interrogations autour du conflit sur les examens à Paris 1 (André Legrand) – undi 27 avril 2020

Sup : le jour d’après, par Yann Bisiou

“any man’s death diminishes me
because I am involved in mankind.
And therefore never send to know for whom
the bell tolls; it tolls for thee”.
John Donne, Méditation XVII (1624)

 

Est-ce le traumatisme de la pandémie, la fragilité de nos existences qui se révèle soudain à nous ou l’oisiveté du confinement, les chroniques sur le Jour d’Après se multiplient. Trop tôt diront certains. Pourtant, alors que nous mesurons chaque jour les conséquences dramatiques de l’imprévision de nos gouvernants, se projeter dans l’Après est une nécessité. C’est même tout le projet des politiques publiques et du droit qui les accompagne. Et puis le Jour d’Après n’est pas un horizon lointain. Il est là, à notre porte et, pour l’enseignement supérieur, il commence en septembre.
Il se peut, d’ailleurs, que ce Jour d’Après ressemble au Jour d’Avant ; par choix ou par nécessité. Par choix, parce que les égoïsmes l’emporteront sur la solidarité, parce que les bienheureux, épargnés dans leur chair et dans leurs biens, refuseront de renoncer à leur félicité. Par nécessité, parce que les contraintes que la pandémie impose seront jugées plus insoutenables que le mal lui-même. La Nation cèdera devant le virus ou elle fera avec.
https://www.flickr.com/photos/67963985@N07/9948755374/in/photolist-ga8Yn5-2hW5CCG-61PgiK-jtYXHm-2iihDNH-2iyBc9c-2iMowqJ-strPHk-RQwYwC-unmYi-L6JvZZ-MLyw6R-2iuQtwr-LvNoDE-NhLcqJ-2hrx2AT-KK99Ln-p6cm12-83wfa9-2iKLAHj-Yhpbe2-23J85MS-QoJ7Yd-yRffhm-2feLKhv-QP3JCY-oaZw7m-dxDqVK-28YpeKf-2iUbWpr-LEiUk8-65Bbcu-2h3eN1E-TyE7Rk-VgP3k4-2hgEvKE-24ELsyC-23oHDjZ-JZCiHh-LhALZu-27PDvZG-z6Z9aS-urKvDo-QqEG4a-EEJyQ7-24Ucg5v-LSKhXr-6txo9p-UcNwPW-8U5WNP

~for~whom~the~bell~tolls~, by Delta9 Mikki, 2013

Continuer la lecture

Doctorats et HDR : l’arrêté du 21 avril 2020

Avant sa publication au Journal officiel du 30 avril 2020, Academia a récupéré la version de l’arrêté à paraître, qui ne prévoit pas de financement pour les contrats doctoraux, laissent les universités se débrouiller avec la technique pour qu’à la fois la publicité des débats et le secret des délibérations soient préservés et ne prévoient aucun aménagement pour celles et ceux qui sont dans leurs premières années de thèse.

Arrêté du 21 avril 2020

relatif au doctorat ainsi qu’aux modalités de présentation des travaux par un candidat dans le cadre d’une habilitation à diriger des recherches

NOR : ESRS2009945A

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation,

(…)

Arrête :

Article 1er

En raison des circonstances exceptionnelles résultant des mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus COVID-19, la durée du doctorat peut être prolongée sur proposition du directeur de thèse, par  décision du chef d’établissement.

Pour ces mêmes raisons, la soutenance de thèse peut s’effectuer par tout moyen de télécommunication permettant l’identification des membres du jury et du doctorant et leur participation effective. L’autorisation de soutenir à distance est donnée pour le doctorant par le chef d’établissement, après accord du directeur de thèse.

Les moyens techniques mis en œuvre s’efforcent d’assurer la publicité des débats. La confidentialité des délibérations du jury doit être garantie.

Article 2

En raison des mêmes circonstances que celles mentionnées à l’article 1er, le candidat à l’habilitation à diriger des recherches et les membres du jury peuvent participer à la soutenance par tout moyen de télécommunication permettant leur identification et garantissant leur participation effective. Les moyens techniques mis en œuvre s’efforcent d’assurer la publicité des débats. La confidentialité́ des délibérations du jury doit également être garantie.

Article 3

Les dispositions du présent arrêté sont applicables aux doctorats dont l’échéance ou la prolongation autorisée intervient entre le 1er mars 2020 et le 1er mars 2021, ainsi qu’aux soutenances et présentations de travaux qui interviennent entre le 13 mars  2020 et le 1er octobre 2020.

Article 4

Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 21 avril 2020

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation,

Pour la ministre et par délégation :

La directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle
A-S BARTHEZ

Lien : Arrêté HDR et doctorat version publication

Pandémie : les hommes universitaires soumettent 50% plus d’articles, les femmes n’ont jamais soumis aussi peu. « Je n’ai jamais vu ça », indique un·e rédacteur-en-chef

Cette année devait être la bonne pour Einat Lev. Elle avait prévu de faire du terrain à Hawaï et en Alaska, de déposer une demande de financement pour un important projet de recherche, puis de finir d’écrire le dernier des cinq articles nécessaires pour demander la tenure. En septembre, elle se présenterait devant la commission d’évaluation, dernière étape pour devenir une professeure associée titulaire en sismologie de Columbia University.

Maintenant, confinée avec sa fille de 7 ans, Lev ne peut que travailler quatre heures par jour, au lieu des dix heures habituelles. Elle a pour l’essentiel négocier les délais, trouvant de la joie dans des longues promenades, aidant sa fille à reconnaître les fleurs et les oiseaux des alentours.

C’est alors qu’elle a eu des nouvelles d’un de ses collègues. Les deux avaient commencé leur carrière à peu près au même moment. Sa femme s’occupait des enfants à temps complet. Le mari de Lev a un emploi à temps complet.

« Pour prendre le bon côté des choses, relatait le collègue de sa propre expérience, [l’auto-confinement] me donne du temps pour me concentrer sur l’écriture ».

« Cela me semble comme un luxe, répond-elle, que je ne peu même pas imaginer ».

En auto-confinement depuis six semaines, les rédacteurs ou rédactrices-en-chef des revues scientifiques ont remarqué une tendance. Les femmes — sur qui reposent évidemment la majeure part des responsabilités familiales — semblent leur soumettre moins de manuscrits. Cela menace de ralentir la carrière des femmes scientifiques, indique Leslie Gonzales, professeure d’administration de l’éducation à Michigan State University, dont la spécialité porte sur les stratégies pour diversifier le champ académique. Quand les institutions vont décider d’accorder la tenure  (titularisation), comment vont-elles évaluer le travail accompli pendant l’épidémie de coronavirus ?

(trad. Ch. Rabier)

Crédit: Leslie Gonzales/Einat Lev/Erica Williams; iStock; Lily illustration

Continuer la lecture

Vidal aux abonnés absents-présents. France culture, 23 avril 2020

La Ministre Frédérique Vidal, qui semble avoi entrepris une grande opération communication suite à la déconvenue au Sénat, était l’invitée de Guillaume Erner dans les Matins de France culture ce jeudi 23 avril 2020.

Orléans. Les étudiant·es reçoivent de l’aide alimentaire

Sur le campus d’Orléans, une distribution alimentaire pour les étudiants victimes du confinement

ORLÉANS, Loiret – L’université d’Orléans a procédé mercredi à la distribution de colis alimentaires au bénéfice des centaines d’étudiants restés confinés dans leur chambre et qui ont du mal à se nourrir.

Crédit photo: Association La Chorba

« Avancez-vous en respectant les distances de sécurité », lance un membre de l’UFR Sciences et Techniques, invitant les étudiants à entrer dans une salle du bâtiment des Sciences où se trouvent du lait, des pâtes, des gâteaux, des boîtes de maquereaux, mais aussi des produits d’hygiène collectés auprès d’un supermarché local.

Ils sont près d’une centaine à faire la queue.

“La première solution trouvée avait été de leur attribuer des bons d’achat dans l’un des supermarchés du centre-ville. Mais la distance entre le campus et le centre (une douzaine de kilomètres, ndlr) et le temps d’attente pour respecter les règles de distanciation sociale rendaient les choses compliquées”, déclare à Reuters Marielle Brame, présidente locale du syndicat étudiant UNEF.

Continuer la lecture

Lettre ouverte de l’Intersyndicale du site de Strasbourg sur les conditions de travail des personnels et sur le déconfinement

 

 

Le 21 avril 2020

 

Monsieur le président d’université,
Monsieur le délégué régional du CNRS,
Monsieur le délégué régional de l’INSERM,

Par la présente nous souhaitons formuler à votre attention un certain nombre de demandes qui nous paraissent à même de répondre aux préoccupations de nombreux collègues de nos trois établissements, tant dans le cadre de la gestion de la période de confinement que dans celui du déconfinement à partir du 11 mai prochain.  Notre objectif est d’obtenir des garanties sanitaires et des conditions de travail sécurisées pour tous les agents pendant le confinement et après celui-ci.

Il va de soi que ces demandes et propositions devront faire l’objet de discussions dans des réunions exceptionnelles des CHSCT, à tenir de toute urgence et en tout état de cause avant le déconfinement.
En effet, un plan de prévention des risques, en bonne et due forme, ainsi que l’impose la loi quand le personnel est exposé à un agent biologique pathogène, doit être établi en  concertation avec les représentants du personnel. Une demande de réunion exceptionnelle a été faite le 25 mars concernant l’université et une réunion a enfin été programmée le 30 avril.  Un CRHSCT INSERM a été programmé pour le 23 avril. Nous demandons une nouvelle réunion au CNRS, de même qu’un CHSCT commun à l’université et à ces deux organismes. Il conviendrait notamment de fournir les Plans de continuité d’activité (PCA) anonymés et finalisés à ces instances et de convier régulièrement des représentants lors des cellules de crise, à élargir (université) ou à créer (délégations CNRS et INSERM).  Au-delà, nous souhaitons que les instances de l’université, notamment la Commission de la Recherche mais aussi la CFVU, le CA et le CTE se réunissent pour faire le point sur la situation dans chacun des domaines qui relève des compétences de ces instances.        

Dispositions relatives à la période de confinement

  • Fourniture d’EPI aux agents. Le port de masques, de gants est aujourd’hui une nécessité avérée, ainsi que l’usage régulier et systématique de gel hydro-alcoolique. Nous estimons que nos établissements doivent fournir de toute urgence de tels équipements élémentaires de protection aux personnels en PCA.
  • Télétravail : dans les circonstances actuelles, l’absence d’interaction directe quotidienne entre collègues, les contraintes diverses liées au confinement et l’accompagnement scolaire des enfants sont autant de raisons qui expliquent une altération du travail de recherche ou du travail administratif. Les règles en vigueur pour l’usage des équipements numériques professionnels entre les établissements sont différentes. Il convient qu’elles soient harmonisées dans le sens d’un assouplissement dans le cadre des unités mixtes. La situation actuelle étant anormale, la hiérarchie doit être encouragée à ne pas exercer de pression sur les agents et à adapter la reprise du travail à partir du 11 mai en veillant à sa progressivité. Il en va de même pour les tâches d’enseignement. Si le lien pédagogique des enseignants avec les étudiants doit être maintenu – et il l’est pour l’essentiel – la “continuité” pédagogique est impossible et ne peut être imposée.
  • L’attribution des Autorisations spéciales d’absence (ASA) doit être facilitée pour tenir compte des difficultés diverses pour les personnels et enseignants, y compris en alternance avec des périodes de télétravail; les personnels doivent recevoir une notification individuelle de leur placement en ASA précisant les dates. La durée des absences doit être assimilée à une période de travail effectif pour l’acquisition des jours de RTT. Les primes doivent toutes être maintenues, et dans leur intégralité. Toute autre disposition reviendrait à sanctionner une personne en travail à distance ou sur site.

Université de Strasbourg, Palais universitaire (Photo: Julien Gossa)

Continuer la lecture

Mesures non-urgentes en temps de confinement. Question écrite du sénateur Jacques-Bernard Magner, sénateur du Puy-de-Dôme, à la Ministre

Question n° 15652 adressée à Mme la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
À publier le : 30/04/2020
Texte de la question : M. Jacques-Bernard Magner attire l’attention de Mme la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation sur les mesures réglementaires prises récemment et non justifiées par l’épidémie de Covid-19, en particulier celles qui modifient le code de l’éducation, le code de la recherche et les statuts des personnels. Le décret du 18 mars 2020 donne aux postes hors-statut d’enseignants chercheurs (postes précaires, tenure-track, chaires d’excellence) l’accès à des primes jusque-là réservées aux titulaires, ce qui favorisera de nouveaux recrutements précaires au lieu de la titularisation des précaires qui exercent actuellement. L’arrêté et le décret du 3 avril 2020 obligent tout étudiant de licence, licence professionnelle, diplôme universitaire de technologie et brevet de technicien supérieur (BTS) à obtenir une certification en anglais délivrée par des entreprises privées étrangères. Ces mesures, qui ne présentent aucun caractère d’urgence, apparaissent comme le signe d’une privatisation rampante du service public de l’enseignement supérieur, sans que le débat soit possible en ce temps de confinement. Au même moment, il est expliqué aux 120 000 vacataires de l’enseignement supérieur, pour certains en situation de grande précarité, que, faute de temps en cette période de pandémie, le paiement des heures d’enseignement est reporté, et parfois même remis en cause. La majeure partie de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui s’oppose fortement à ces mesures depuis des années, ne peut ni se réunir, ni manifester durant la période de confinement. C’est pourquoi il lui demande la suspension de toutes les mesures autres que celles qu’exige strictement l’urgence de la situation, et en particulier la suspension des mesures qui modifieraient le code de l’éducation, le code de la recherche et les statuts des personnels.

Au bord de l’abîme. Vers des recrutements télésurveillés de collègues

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #17
← Article précédent

La direction générale des Ressources humaines du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a mis en ligne une « foire aux questions » sur les « procédures de recrutement pendant la crise sanitaire ». Cette FAQ est destinée à accompagner la mise en œuvre du décret du 16 avril 2020 qui organise les conditions d’une dématérialisation intégrale des processus de recrutement dans la fonction publique. Academia a déjà proposé une analyse critique de ce texte il y a quelques jours, dans la mesure où les recrutements d’enseignant·es-chercheur·es et de chercheur·ses se trouvent directement concernés.

Passons sur le fait qu’une fois encore, le ministère utilise la voie d’une « foire aux questions » – qui n’offre aucune garantie de stabilité et dont personne (et surtout pas la ministre) n’endosse la responsabilité administrative – plutôt que celle d’une circulaire. Ce qui nous inquiète bien davantage, c’est le fait que la FAQ apporte la confirmation de ce que l’on craignait : non seulement les recrutements qui s’opéreraient intégralement par visioconférence sont désormais possibles, mais ceux-ci risquent d’être réalisés par la voie de dispositifs privés de télésurveillance.

https://www.flickr.com/photos/nigelannisonphotography/10305806965/in/photolist-gGFXmZ-fbayQa-APSEy-eb4i86-yaWoj5-QvLz6f-AbcCU-rdTNuK-6qcMsS-kmec9R-z8MvwR-yzpo8c-dGrNHP-KMaLws-9QzCJD-7QYa4i-yQsc3e-faryxW-aVjA3k-nB9QQt-AxN1Hf-hqRbu3-amot2q-yQmRnU-hqRbEU-F5C1dD-bVCWiv-r92bja-s5FMwo-dPCR2N-9Bk7No-nyXgj3-yaVt85-aiPo7e-AaH99-9KqN3M-wEBoc3-ozM7dq-JygeMy-hqQ7HC-K4TwX8-nd68Bq-8aZae4-hqR2wn-zfSSfx-L2ZgPA-bnwT9B-b8L9KX-AZAQTj-zdbR8i

SinCity-Esque Star Trail, by Nigel Annison – Split Point Lighthouse, 2013

Continuer la lecture

La pandémie et la femme universitaire

Après l’article de la Confinée libérée du samedi 28 mars 2020 – Quand le confinement accroît les inégalités de genre -Nature fait paraître une réflexion proche d’Alessandra Minello, que nous introduisons ici dans sa version originale en langue anglaise.

The pandemic and the female academic

« I’m curious what lockdown will reveal about the ‘maternal wall’ that can block faculty advancement ».

Humour is one way for women in academia to face the pandemic’s consequences for their work and family lives. Last month, a viral Twitter post read, “The next person who tweets about how productive Isaac Newton was while working from home gets my three year old posted to them!”

Pour lire la suite :  https://www.nature.com/articles/d41586-020-01135-9

June Daziel Almeida & Daniel Tyrrell 1967 – The Morphology of Three Previously Uncharacterized Human Respiratory Viruses that Grow in Organisms – Remerciements à @366Portraits