La Commission Culture du Sénat rend son rapport sur le système de recherche face à la pandémie

Le sénateur Pierre Ouzoulias nous fait l’honneur de nous transmettre le résumé du rapport de la commission de la Culture, de l’éducation et de la communication du Sénat.

Le groupe de travail de la commission de la culture du Sénat a rendu son rapport sur le système de recherche face à la pandémie.
Il dit son admiration et sa reconnaissance pour la mobilisation exceptionnelle de toute la communauté scientifique.
Néanmoins, il regrette le manque de stratégie nationale de recherche sur la Covid-19 et l’absence de structure de pilotage unique. Il demande la mise en place d’une stratégie nationale pilotée par une structure unique.
Il regrette que l’absence d’organisation et de coordination entre les institutions a eu pour conséquence la diffusion de messages au mieux désordonnés, au pire contradictoires.
Il note une dispersion des financements sur un grand nombre de projets, alors qu’il aurait été plus pertinent de consacrer des montants plus élevés sur des projets bien ciblés.

Il estime que la pandémie a mis en lumière les carences structurelles du système de recherche français et plus particulièrement le décrochage de la recherche biomédicale.

Ainsi, il regrette que les travaux de recherche sur les coronavirus ont considérablement été réduits il y a une quinzaine d’années en France, faute de financements et de programmation stratégique.

Il estime que l’érosion continue des dotations de base depuis plusieurs années oblige les opérateurs de recherche à se tourner de plus en plus vers les financements sur projets.

Or, ce mode de financement est peu compatible avec la prise de risques et ne permet pas de mener des projets exploratoires.
« Aussi, [il] estime indispensable de mettre un terme à la diminution constante des dotations de base des laboratoires de recherche et de rééquilibrer leur structure de financement entre ces dotations et les financements sur projets ».

Il considère que l’épidémie de Covid-19 confirme la nécessité d’une réforme globale de la recherche, qui tirerait les leçons de cette crise. Pour cela, il estime nécessaire :

  • d’amorcer une trajectoire financière ambitieuse qui permette d’atteindre l’objectif de 1 % du PIB consacré à la recherche publique ;
  • de rééquilibrer la structure de financement des laboratoires de recherche entre dotations de base et financements sur projets ;
  • de revaloriser très nettement la rémunération et le statut des chercheurs.

À très court terme, il rappelle la nécessité d’un indispensable soutien aux doctorants et post-doctorants pénalisés par la crise.

Enfin, il déplore les excès médiatiques qui vont à l’encontre de la démarche et de l’intégrité scientifiques, lesquelles exigent de la méthode, de la rigueur, de l’esprit critique et de la discrétion professionnelle.

Rapport complet sur le site du Sénat.

Et à la fin c’est toujours les « précaires » qui perdent. À propos des auditions CNRS

Ça vient de tomber les auditions de Chargé∙e de recherche au CNRS se dérouleront en visioconférence, la pire solution pour les candidat∙es. Une décision méprisante, injuste, et peut-être illégale.

Les lignes qui suivent sont celles d’un « précaire »1, elles sont bien sûr anonymes, c’est cela la précarité, défendre ses droits en s’en cachant, parce que dans ce milieu… C’est donc en application de l’ordonnance n°2020-351 du 27 mars 2020 que cette année les candidats seront soumis à cette procédure de recrutement si spéciale, une ordonnance qui s’applique sous le couvert de la loi d’urgence sanitaire. On se demande quelle est cette urgence qui aujourd’hui justifie que ces auditions se tiennent en « visioconférence à domicile ». Le scandale étant surtout dans le second terme, « à domicile ».

https://www.flickr.com/photos/krockymeshkin/14372421613/in/photolist-nU3qdD-2b83w1b-719zhx-8cwys5-5XgP4K-5Xm3G1-5XgNYH-5XgP5R-5Xm3Cf-5Xm3Lf-sRPMG-z8FFiA-ezoQX6-sRPM3-sRPQb-sRPQE-sRPKV-sRPLe-sRPM9-sRPMR-sRPNn-sRPN3-5XgP9p-5XgP8k-5XgP9Z-2j6zJJk-5Xm3Td-EV8na6-5XgNZM-5XgP3K-5Xm3S9-QKCgUi-5Xm3Mo-5Xm3R9-RuR8UT-5Xm3Ff-sRPQo-sRPL4-sRPMh-8cwyho-caGmP7-caGrf5-7Z3Rtp-7Z3SRt-rj7Gg-9ywcQu-9ytcdX-2cNGAFu-85ou4R-85rE5W

Auditions, by Krocky Mashkin, 2014
– “A lot of people give up just before they’re about to make it. You know you never know when that next obstacle is going to be the last one.”

Rappelons des éléments de chronologie. Le samedi 14 mars la section 36 décidait de suspendre la tenue des auditions. À cette date, il y avait déjà eu une allocution présidentielle, le jeudi 12, annonçant la fermeture des écoles pour le lundi 16. Le 15, peut-être le 16, la direction du CNRS prenait enfin la décision de suspendre ces auditions pour toutes les sections. Je dis peut-être car aucun courriel n’a été envoyé aux candidat∙es pour les informer de la situation, depuis fin mars jusqu’à aujourd’hui. La plupart des candidat∙es a appris l’annulation des concours par les listes professionnelles (types ANCMSP) puis par les labos qui faisaient passer des auditions blanches. Une conception qui en dit long sur la considération du CNRS à l’égard des candidat∙es, parmi lesquels se trouvent ses futur∙es agent∙es.

Continuer la lecture

  1. NDLR : d’un docteur non titulaire. []

Avis présentés en séance plénière du CHSCT du MESR du 4 juin 2020

(introduction en cours de rédaction)

 1. Avis sur le fonctionnement du CHSCT MESR :

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR ont pris acte de l’annulation de séances et report des groupes de travail prévus dans le calendrier annuel. Ils demandent la reprise de leurs travaux interrompus par la crise sanitaire qui doivent être reprogrammés : un calendrier des séances et groupes de travail doit leur être transmis pour l’analyse de l’enquête annuelle 2019, l’élaboration du rapport d’activité 2019 et des orientations stratégiques ministérielles 2021.

Ils rappellent leur attachement à la pérennité des CHSCT dans la fonction publique, ces instances ayant démontré leur caractère indispensable pendant la crise que nous traversons avec la pandémie de Covid-19.

Le document d’orientation pour établir le projet de décret sur le comité social d’administration – FPE reçu par les OS et présenté demain 5 juin 2020 en groupe de travail n’est pas acceptable, car il entérine la disparition des CHSCT dans leur format actuel.

2. Avis sur les PRA, analyse des risques et DUERP :

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR rappellent que l’analyse des risques doit tenir compte de la concomitance des risques, et que l’ampleur de la crise sanitaire que nous traversons ne doit pas focaliser la démarche de prévention sur les risques liés au Covid-19.

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR demandent que le document   « DGESIP 29 mai 2020 COVID-19 Analyse de PRA d’établissements de l’ESR » précise la démarche suivie, conforme à toute politique de prévention des risques professionnels :  évaluation des risques et mise à jour du DUERP, mise en place des plans de prévention et de l’organisation du travail, formation de chaque travailleur aux risques particuliers à son poste de travail.

3. Avis renouvelé pour insister sur l’évaluation des risques professionnels induits par ce confinement/déconfinement et obligation de la présenter pour avis dans les CHSCT

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR demandent que la surcharge de travail, le stress engendré par l’isolement, toutes les mesures de prévention liées aux risques sanitaires, les changements dans l’activité (management, travail à distance, enseignement à distance, etc.), le temps nécessaire à la recomposition des collectifs de travail ainsi que les conséquences physiques liées au travail à domicile (TMS, fatigue accrue, …) soient évalués finement et que le rapport soit présenté en CHSCT.

D’autre part, le travail à distance a nécessité de repenser l’organisation du travail dans l’ESR : il est primordial que l’employeur fournisse aux agents des équipements adéquats respectueux de leur santé (équipement informatique, écran, chaise ergonomique, etc.), de leur proposer des formations adaptées aux nouveaux outils informatiques qu’ils sont amenés à utiliser1 et de participer via une subvention à la prise en charge des repas (nourriture et la subvention administrative, qui a une incidence réelle sur l’état de santé des agents, car, pour certaines personnes, c’est leur seul repas équilibré de la journée), de l’abonnement internet, des frais d’impression et de communication, etc. (Frais de transport et durée de trajet à déduire …

https://www.flickr.com/photos/ilonabeekman/15112557458/in/photolist-p2rNPu-8zXBWB-N5vCuy-Lu39a-UZeHB9-ot2Ffh-QyxWhh-cfYnrw-Z5vRKJ-Am4vu1-FzRTSL-4spoy1-22jm6bb-7FmSZJ-2dNgomZ-DnAdD-253TuS4-658Xqc-2j6MGs1-Y8gd1t-2iXfZbs-rcs2qK-8Kk2Rt-yXCTs6-2a3Mg6y-9gtyi-4qw9qX-H2BhCZ-4T8hW3-yV68k9-8NFqk4-cn6H4y-23SLNMb-DXv7o-Kx3zSv-apFMPr-dKKXTk-9v1Qjj-8ncVMh-7oNcX4-W9aa1w-8AheB9-2iPU39e-LqAwz3-6AJy7-Y7G56n-dC5haL-z8Pspq-ahw9kW-2hFDZyP

Tired, by Ilona Beekman, 2014

Continuer la lecture

  1. Le temps nécessaire pour la formation et l’adaptation du poste de travail doit être accordé à l’agent, sa charge de travail doit être diminuée en conséquence (dont le service d’enseignement pour les enseignants et enseignants-chercheurs). Les moyens correspondants en postes et en budget doivent être alloués dans les budgets des établissements par le ministère. []

Les éditions anamosa à Paroles d’histoire

En passant

121. Métiers du livre face à la crise, avec Chloé Pathé

Podcast: Play in new window | Download

S’abonner : Apple Podcasts | Android | Google Podcasts | Stitcher | RSS | More

Date : 16 mai 2020

L’invitée : Chloé Pathé, fondatrice des éditions anamosa

Le sujet : comment les maisons d’éditions, librairies, actrices et acteurs de la filière du livre font face à la crise liée à la Covid-19.

Paroles d’histoire est une un site de podcasts consacré à l’actualité des livres, de la recherche et des débats en histoire,  animé par André Loez.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Rentrée 2020 : Vidal à la pêche aux moules

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #23
← Article précédent

Voilà près de deux semaines que la rumeur court.

Sur Twitter, on lit des choses comment en réunion d’UFR, on nous a dit qu’on pourrait reprendre avec des TD de 15 ; ou nous ne pourrions pas reprendre en présentiel, ou encore :

ou encore

Un doyen nous assure que la veille en comité de direction, rien n’avait filtré, en dépit d’une demande insistante ; un autre collègue le contredit :  « Nous, on l’a su sur le mode « j’ai interdiction de vous dire que… », notre Président ayant reçu une lettre cette semaine ». Les échanges allaient bon train, jusqu’à jeudi soir.

Jusqu’à cette date, nous ne craignions pas des scénarios pour une rentrée de pandémie : présentiel, présentiel mixte, distanciel, rentrées décalées, etc. En bon∙nes professionnel∙les, en effet, nous souhaitons pouvoir anticiper et préparer, afin que la sidération de mars ne devienne pas cafouillage de septembre. Nous tenons à ce que nos étudiant es soient correctement formés, qu’ielles aient accès aux connaissances et aux méthodes que nous souhaitons leur transmettre, quitte à réfléchir plus longuement aux dispositifs qu’il nous faut imaginer et à demander les moyens dont nous – et dont les étudiant∙es – avons besoin.

En revanche, nous ne souhaitons pas une gestion gouvernementale telle qu’elle a commencé : mesures non-urgentes en lieu et place de gestion de l’épidémie ; défaut de budget supplémentaire pour lutter contre la pandémie et pour continuer à assurer nos missions1 ; communication en lieu et place de consultation et d’administration. Notre énergie n’était-elle pas encore consacrée cette semaine à régler les problèmes d’examens, voire à faire voter les modalités du contrôle de connaissance modifiées par l’état d’urgence sanitaire. Il était temps de disposer de perspectives solides pour la rentrée.

C’est raté. Faute d’utiliser la voie officielle et hiérarchique, la Ministre jette son dévolu sur le Parisien en édition abonnés pour distiller des « informations » discutables. De quoi mettre nombre d’entre nous, du professeur en mathématiques à la maîtresse de conférences en littérature, en passant par des directeurs d’UFR, « en rage ».

Le plan de déconfinement du MESRI nous était parvenu officiellement mardi 5 mai 2020, soit deux jours avant. Il prévoit que nous serions informé∙es mi-juin des dispositions pour la rentrée. Mi-juin : c’est vraiment limite ; on aurait aimé avoir eu idée des grandes lignes ou des possibilités étudiées dès maintenant. Mais c’est le rôle de l’administration d’informer les agents de l’enseignement supérieur. Ce n’est pas celui d’une journaliste.

C’est pourtant Le Parisien en mode péage qui publie notre première circulaire de rentrée. Pourquoi Le Parisien ? On ne saura pas, mais la plupart des titres ont, depuis, repris les informations délayées au compte-goutte dans l’interview. L’opération de communication laisse entendre un travail étroit avec les présidences d’universités. Elle a un but : elle vise à court-cuiter toutes les instances universitaires, les directions opérationnelles des UFR et les organisations syndicales, qui ont pourtant voix à porter au chapitre et qui seront en première ligne à la rentrée.

Que dit Frédérique Vidal ?

Continuer la lecture

  1. Rappelons qu’un quart du budget du MESRI est consacré par le Ministère de l’Économie et des Finances au Crédit Impôt Recherche. []

Motion du laboratoire Jean Perrin concernant la prolongation des contrats doctoraux, CDD, postdoc

À distance, il n’y a pas d’école

  • par António Guerreiro
    Chronique hebdomadaire « Action parallèle », texte paru dans le quotidien Público (Lisbonne) vendredi 1er mai 2020

Sous la condition du « confinement », l’univers numérique a connu une énorme expansion. Même les plus réticents et beaucoup de ceux qui étaient exclus de l’utilisation des nouvelles technologies –généralement des personnes âgées– ont fait leur initiation. La vie à distance a forcé l’intégration dans l’écosystème numérique.

L’expérience en cours la plus notable et la plus importante est l’enseignement à distance, qui fait sortir l’école de son enceinte protectrice et la fait entrer dans l’intimité du foyer. Le dispositif de l’enseignement à distance implique un danger auquel nous sommes tous exposés aujourd’hui, presque sans protection : une expansion significative du panoptique numérique (qui permet de tout voir et d’exercer une surveillance). Mais la question fondamentale dans cette expérience est de savoir si elle est réussie sur le plan niveau didactique (plus précisément, quel niveau de réussite a été atteint), et quelles conclusions peut-on en tirer. Il est évident que les résultats diffèrent grandement, en fonction des disciplines, des enseignants et des élèves. Je ne me fonderai pas sur des expériences particulières, les réflexions que je propose se situent sur un plan moins empirique.

Je commencerai par la question de la transparence : l’école a été protégée tant qu’elle a bénéficié de l’état hermétique de la classe, que la porte de la salle de classe a été fermée, créant un espace discontinu, sans intrusions extérieures (espace qui pouvait être utopique ou oppressant aussi bien). Ce temps est révolu depuis longtemps et la salle de classe, qui reflète l’ouverture de l’école dans son ensemble, n’est plus un espace autarcique. La transparence, qui auparavant avait déjà donné lieu à une discussion sur la nécessité ou non de la moduler, connaît désormais, avec le confinement, une nouvelle étape : elle est devenue totale et absolue. À la maison, chacun peut regarder les « performances » des enseignants, évaluer leurs manières de faire et « apprécier » leur vidéogénie. Un certain degré de technophobie était encore toléré tant que l’enseignant exerçait dans sa classe ; dans l’enseignement à distance, ce n’est pas possible, et les arguments pour légitimer cette technophobie ne semblent plus recevables.

Mais la question la plus importante qui ressort de cette expérience exceptionnelle — qui a peut-être pour effet de montrer combien l’école est une institution indispensable et capable d’alimenter la dernière utopie à laquelle nous avons droit — est celle de l’école comme lieu de construction du collectif et de la centralité de la classe en tant que communauté. Le modèle de la communauté éducative a une très grande signification politique.

Un autre aspect important est celui de l’attention. Comme nous le savons, le plus grand défi de l’école est celui de l’attention : comment gagner et fixer l’attention des élèves, ces « sujets numériques » qui vivent sous le régime du fractionnement de l’attention ? Le grand combat de l’école, ces dernières années, a consisté à se doter de rituels spécifiques qui servent de dispositifs attentionnels, afin de récupérer ce que l’on appelle généralement « l’attention conjointe » (ou attention partagée), mode qui désigne le fait que l’attention de quelqu’un (dans la circonstance, un élève) est attirée sur l’objet qui lui est indiqué par la personne (dans la circonstance, le professeur) qui joue un rôle de guide. Or l’attention conjointe est intrinsèquement liée à la présence. C’est un fait bien connu de nos jours que les enfants et les adolescents n’échouent pas à l’école parce qu’on leur y enseignerait des choses difficiles à apprendre, mais parce que ce qu’ils apprennent à l’école ne les intéresse pas. C’est pourquoi les situations d’enseignement doivent être analysées du point de vue d’une écologie de l’attention. La salle de classe doit être conçue comme un écosystème d’attention. Est-il possible de créer cet écosystème dans l’enseignement à distance ? Dans son livre sur la figure du pédagogue Joseph Jacotot, Le maître ignorant, le philosophe français Jacques Rancière décrit et analyse une action pédagogique visant essentiellement à « l’émancipation intellectuelle ». La fonction essentielle du maître (potentiellement ignorant) n’est pas d’expliquer les contenus, mais d’exercer sur les élèves la capacité d’attention, soit par un ordre imposé, soit en stimulant leur désir. Toute l’expérience de l’enseignement, dit Rancière, doit tendre à « l’habitude et au plaisir que l’on éprouve en observant et en fixant avec attention » (attention : ad-tendere, tendre vers). C’est pourquoi la salle de classe est le lieu d’une expérience unique, irremplaçable, capable parfois de procurer une expérience euphorique, tant au « maître » qu’aux élèves.

Traduit du portugais, avec le concours de Régis Salado.

Attaques contre les sciences humaines et sociales au Brésil

  • Entretien avec Sidney Chalhoub,Marine Corde and Angela Facundo Navia
    Publié par Émulations, 21 avril 2020
    Propos recueillis par Céline Mavrot and Romain Tiquet

Dans le cadre des attaques récentes du président Jair Bolsonaro à l’encontre de la philosophie et de la sociologie au sein du système d’éducation supérieure, Émulations reçoit trois spécialistes – Sidney Chalhoub, Marine Corde, Angela Facundo Navia – pour un entretien croisé sur la situation des sciences humaines et sociales au Brésil à la lumière de l’actualité politique du pays. Cet entretien a été réalisé par Céline Mavrot et Romain Tiquet.

In the wake of President Jair Bolsonaro’s recent attacks on philosophy and sociology in the higher education system, Émulations is pleased to welcome three experts for a cross-interview on the situation of human and social sciences in Brazil in light of the current political situation. This interview was conducted by Céline Mavrot and Romain Tiquet.

Sidney Chalhoub is a professor of history and of African and African American studies at Harvard University. Before that, he taught for thirty years in Brazil (University of Campinas). His research draws on social history and focuses on racialism, power relationships within Brazilian society, slavery, and public health. Some of his recent work includes: “The Legacy of Slavery: Tales of Gender and Racial Violence in Machado de Assis”, in Lamonte Aidoo and Daniel F. Silva, eds., Emerging Dialogues on Machado de Assis (2016) and “The Politics of Ambiguity: Conditional Manumission, Labor Contracts and Slave Emancipation in Brazil (1850s to 1888)” (International Review of Social History, 60, 2015).

Marine Corde is a post-doctoral researcher in anthropology. She holds a Ph.D. from the Museu Nacional/Federal University of Rio de Janeiro and carried out research and teaching for five years in various Brazilian universities. Her research focus is on anti-discrimination campaigns in partnership with governmental and non-governmental organizations. Her recent research comprises: « Mémoires d’immigrés, mémoires de France ? Mémoires et reconnaissance » (Conserveries mémorielles, 13, 2013) and “A articulação entre objetividade e subjetividade nos textos antropológicos: contribuições da escrita literária para a construção de saberes antropológicos” (Revista de Ciências Sociais, 44-2, 2013).

Angela Facundo Navia is a professor of anthropology at the Federal University of Rio Grande del Norte and the President of the northeast region of the Brazilian Association of Anthropology. Her research explores the racialized and gendered boundaries of nation, the states’ practices of governance regarding refugees and the processes of forced displacements. Some of her recent work includes: “Deslocamento forçado na Colômbia e Políticas de refúgio no Brasil: Gestão de populações em êxodo” (Revista de Estudos e Pesquisas Sobre as Américas, 2019), Êxodos, refúgios e exílios: Colombianos no Sul e Sudeste do Brasil (Ed. Papeis Selvagens, 2017).

Sidney Chalhoub, you were a professor at the University of Campinas (Unicamp – Universidade Estadual de Campinas) until 2015, when you obtained a position at Harvard. Unicamp was or would be one of the most affected universities because the governor of the region is pro-Bolsonaro. Marine Corde, you have studied and worked in three Brazilian federal universities and conducted anthropological research in the country. Angela Facundo Navia, you have made the most of your academic carrier between Brazil, Colombia and France, and you are a close observer of Brazil’s sociopolitical life. Can you introduce yourselves and explain the various types of institutional situations (at the local and federal levels)?

Sidney Chalhoub: I taught at the University of Campinas from 1985 to 2015. I am a social historian of Brazil, having done research on the history of working-class culture, slavery, race, and public health. The University of Campinas is a public university in the state of São Paulo funded by taxpayers’ money. Students pay no tuition for undergraduate or graduate studies. It is regularly listed among the two or three best universities in Brazil and in Latin America.

Since the funding of state universities in São Paulo depends directly on sales taxes (a fixed percentage of what the state treasury collects is transferred to the universities), they have suffered in the past few years as a result of the economic crisis. Nonetheless, the situation there seems less precarious than in federal public universities because the latter are funded by the Ministry of Education and their budgets are decided annually by the government. Thus, a government that is openly hostile to higher learning can cause significant damage to the federal university system.

Marine Corde: I am an anthropologist. I studied anthropology in France, at the University of Lyon (Université Lumière Lyon 2), and in Brazil at the Universidade Federal da Paraíba; I completed my doctoral studies at the National Museum/Federal University of Rio de Janeiro (Museu Nacional/Universidade Federal do Rio de Janeiro – UFRJ). I also taught in the Department of Social Sciences at the Federal University of Viçosa (Universidade Federal de Viçosa). I had the opportunity to benefit from a high-quality academic education in Brazil, and I am very concerned about how the Brazilian university system is being threatened by spending cuts.

At the beginning of 2019, the Bolsonaro government attacked some universities, such as the University of Brasilia (Universidade de Brasília – UnB), the Federal Fluminense University (Universidade Federal Fluminense – UFF), the Federal University of Bahia (Universidade Federal da Bahia – UFBA), and the Federal University of Juiz de Fora (Universdade Federal de Juiz de Fora – UFJF). The Education Ministry (Ministério da Educação – MEC) declared that it would cut the budget of these universities on the pretext that they were not achieving sufficiently good academic results and that they were making too much fuss (« balbúrdia »). The real target was, rather, the good academic work done in those universities that take their social responsibility in Brazilian society seriously. Regardless of the region in which each one is located, I think these universities were especially targeted because they are well-known as critical thought education venues. A few weeks later, the announcement of the spending cuts was extended to all Brazilian federal universities.

Angela Facundo Navia: I obtained my doctorate degree at the Federal University of Rio de Janeiro. I completed a postdoctoral fellowship at the Casa de Rui Barbosa Foundation, also in Rio de Janeiro, and was then hired as a professor in the Department of Anthropology at the Federal University of Rio Grande del Norte (Universidade Federal do Rio Grande do Norte – UFRN), in the northeast region of Brazil. These three institutions, as has happened with the entire education system in Brazil, have suffered different types of attacks in recent years. However, the characteristics, intensity and severity of the problems are very different. The tragedy of the fire at the National Museum in 2018 and its bad management by the government is, without a doubt, the most serious one and most explicitly demonstrated the government’s neglect and disinterest in the production of knowledge and the various research and the other activities that were carried out in the institution. A very important heritage was lost regarding the history of Brazil, which was central to the institution’s relations and work with indigenous communities, popular favela organizations, religious communities, schools, etc. The continuity of its academic life and graduate programs was also affected, which, in addition to losing materials that constituted the basis of research, still have no definitive and appropriate place to function.

Facebook de Fundação Casa de Rui Barbosa, 2016

Continuer la lecture

Grand chamboule-tout au cabinet Vidal

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #21
← Article précédent

Au Journal officiel de ce jour sont parus trois arrêtés qui témoignent du grand chamboule-tout de ces derniers jours dans le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Si l’on savait déjà depuis quelques jours que le directeur de cabinet, Nicolas Castoldi, était remplacé par Ali Saïb, on apprend qu’il est également mis fin aux fonctions d’Olivier Ginez.
Academia n’a pas vocation à commenter le bal des hauts-fonctionnaires et des membres de cabinet, mais on ne peut s’empêcher d’interpréter ces mouvements comme le signe que la LPPR, en tout cas sous sa forme actuelle, a un peu de plomb dans l’aile. Olivier Ginez était Monsieur LPPR au cabinet ou, selon son intitulé officiel, le « conseiller Recherche, Innovation, Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, chargé du suivi de l’exécution des réformes » de la ministre.
Quant au nouveau directeur de cabinet, Ali Saïb, il n’a jamais pris de position publique sur ce texte, et n’a pas participé, à notre connaissance, à l’une ou l’autre des étapes de sa préparation. Généticien de formation, il a successivement occupé les fonctions de recteur de l’Académie d’Aix-Marseille, conseiller Enseignement eupérieur et recherche aux cabinets des premiers ministres Valls et Cazeneuve, avant d’être promu conseiller maître à la Cour des comptes. Sa carrière scientifique, entre Inserm, Paris-VII et CNAM, sa capacité de travail et sa discrétion politique sur des sujets qu’il affectionne néanmoins particulieèrement1 en fait un ouvrier bien utile pour le colmatage des larges voies d’eau laissées par un an de préparation LPPR et tout aussi indispensable pour la gestion de l’administration ESR pendant l’épidémie.
https://www.flickr.com/photos/eriklevin/14962295372/in/photolist-oNaF8S-fuzyuY-5HBJVo-PdJQu-fLP7vM-54CjrJ-6hTQXr-97wfuB-9QntbE-adV3W8-a8mhac-diPyH2-535Ghb-WEiW3Y-ecDgZS-5NfHMX-zQzNsb-7pdBSS-9xv1re-3SwjaE-cyQujj-4BoeVs-7Yvuss-9BiPEZ-gaF1P6-4hJ2Wd-66KSUu-mCqe5D-bg5uHv-9tnGBJ-pwdqjT-5SMeFb-7A25nm-d4LT4A-KQuvi-7ZbxSB-VGbaX7-gjh5Wu-Hb5XTu-qyKmD6-5Lg77F-awe1dM-fS39SN-awdq29-zQFKUn-A5U9tQ-5pwCVJ-o7q9pi-una6o-iuZ52H

The Skansin lighthouse. Feroe Islands, by Erik Levin, 2013

  1. Son discours lors de la remise de la Légion d’honneur par Geneviève Fioraso  alors qu’il est recteur à Aix-Marseilleen 2014 l’atteste. []

Plan de déconfinement du MESRI

https://www.flickr.com/photos/82965928@N00/34417336872/in/photolist-UrkRaS-Ng28fE-M7fMFi-QQHRBJ-JAETxQ-W8HEeo-Vhjpuz-TTxmfJ-WQYQuu-2fyDsSB-TeSuXr-237ktUt-27hvgi3-2eRdU5h-J71y9C-27NhiSd-24WqghL-22tSVQM-Kn9grd-XqpRb7-QckyJB-HMosaH-Urp1D7-MZVwwk-C7nDkd-pAtJnw-26iUfSM-2iSuv5L-N3FYc9-KuexPb-MLya2h-21xQjkM-TeqhU1-ZXiE8N-24UJnk6-UDseui-WrvHRG-Z6xAmC-7Jc33v-9ihAwm-JQpadb-2b22RE3-ErE3bk-mDbLE3-sPMf4A-V4u5zL-7JQB1T-oyMNqr-S38FbS-ZHWJYF

(c) Metamorphoses, 2017

Daté du 29 avril 2020, ce plan de déconfinement a été adressé au CHSCT du ministère et diffusé au CNESER.Academia le reproduit ici.

 

 


Le présent plan de déconfinement est centré sur la période courant du 11 mai à la fin juillet. Il ne concerne donc que les enjeux de court terme de la reprise d’activité, à l’exclusion de ceux qui tiendront à l’organisation de la rentrée (notamment organisation des enseignements en présentiel, mobilités sortantes et accueil des étudiants internationaux), qui feront l’objet d’une élaboration ultérieure, d’ici à la mi-juin. Il a vocation à être complété par les consignes sanitaires pertinentes, et le cas échéant à faire l’objet des évolutions rendues nécessaires par celles-ci.

Ce plan s’articule avec les orientations données par le Gouvernement pour l’organisation du déconfinement, lesquelles pourront, le cas échéant, inclure des déclinaisons territoriales qui auront vocation à être prises en compte pour la mise en œuvre de la reprise d’activité sur les sites du territoire en question.

Plan de déconfinement du MESRI – projet d’instruction

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
à l’attention de Mesdames et Messieurs les présidents et directeurs des établissements d’enseignement supérieur
les présidents d’organismes de recherche
la présidente du centre national et les directeurs régionaux des centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires

Le Président de la République a fixé l’objectif d’un déconfinement progressif de notre pays à compter du 11 mai. La sortie du confinement doit permettre à  l’activité de reprendre progressivement en présentiel, en fonction de l’évolution de l’épidémie et dans le respect des consignes sanitaires.

Les enseignements en présentiel ne pourront reprendre dans les établissements d’enseignement supérieur avant la rentrée universitaire 2020 dont la date est fixée par chaque établissement. Les autres activités de vos établissements sont susceptibles de reprendre progressivement en présentiel à partir du 11 mai, dans le respect des consignes sanitaires, le travail à distance devant néanmoins continuer d’être privilégié.

La présente circulaire énonce des recommandations générales et précise les principes dans le cadre desquels les établissements placés sous la tutelle du MESRI sont invités à établir leur plan de reprise des activités en présentiel. Elle est adressée, pour leur bonne information, aux établissements relevant d’autres ministères ainsi qu’aux dirigeants d’acteurs privés (associations, fondations, établissements d’enseignement supérieur privés) qui participent au service public de l’ESRI.

Continuer la lecture

Le Virus de la recherche, une nouvelle collection

Communiqué des Presses universitaires de Grenoble

À l’initiative de Ségolène Marbach, l’opération « Le Virus de la recherche », coordonnée par Alain Faure, est le fruit d’une démarche collective d’auteurs. Elle rassemble des textes courts, grand public, écrits par des chercheurs, toutes disciplines confondues, sur la pandémie Covid-19.

https://www.pug.fr/store/page/278/le-virus-de-la-recherche
Les textes présentés, en version numérique, sont accessibles et disponibles gratuitement en librairie. De nouveaux textes viendront régulièrement enrichir la page.

Pour accéder aux contenus, il suffit de cliquer sur la couverture. Vous pourrez choisir de lire en ligne ou de télécharger l’ebook au format pdf ou ePub.

Bonne lecture !
Une opération en partenariat avec The Conversation  et l’Université Grenoble Alpes

Your CovidMission, if you were to accept it

Dédicace et remerciements à @gloupin

Ne pas pénaliser les étudiant∙es les plus impacté∙es par la pandémie et ses conséquences : position commune des organisations étudiantes de Paris-1 avant la CFVU du 30 avril

Épilogue ou rebondissement dans la guerre qui oppose la Présidence de l’Université de Paris-1 et ses directions d’une part et sa communauté étudiante et enseignante d’autre part, au sujet des examens et de la validation des semestres, la prochaine réunion de la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire, reconvoquée pour l’occasion, se tiendra le 30 avril. Les étudiant·es qui avaient fait motion une motion remarquée à la précédente CFVU, annoncent la couleur. 

Lien:

Sur Academia

Sur Newstank

  • Analyse n°181683 – Les enjeux et interrogations autour du conflit sur les examens à Paris 1 (André Legrand) – undi 27 avril 2020

Sup : le jour d’après, par Yann Bisiou

“any man’s death diminishes me
because I am involved in mankind.
And therefore never send to know for whom
the bell tolls; it tolls for thee”.
John Donne, Méditation XVII (1624)

 

Est-ce le traumatisme de la pandémie, la fragilité de nos existences qui se révèle soudain à nous ou l’oisiveté du confinement, les chroniques sur le Jour d’Après se multiplient. Trop tôt diront certains. Pourtant, alors que nous mesurons chaque jour les conséquences dramatiques de l’imprévision de nos gouvernants, se projeter dans l’Après est une nécessité. C’est même tout le projet des politiques publiques et du droit qui les accompagne. Et puis le Jour d’Après n’est pas un horizon lointain. Il est là, à notre porte et, pour l’enseignement supérieur, il commence en septembre.
Il se peut, d’ailleurs, que ce Jour d’Après ressemble au Jour d’Avant ; par choix ou par nécessité. Par choix, parce que les égoïsmes l’emporteront sur la solidarité, parce que les bienheureux, épargnés dans leur chair et dans leurs biens, refuseront de renoncer à leur félicité. Par nécessité, parce que les contraintes que la pandémie impose seront jugées plus insoutenables que le mal lui-même. La Nation cèdera devant le virus ou elle fera avec.
https://www.flickr.com/photos/67963985@N07/9948755374/in/photolist-ga8Yn5-2hW5CCG-61PgiK-jtYXHm-2iihDNH-2iyBc9c-2iMowqJ-strPHk-RQwYwC-unmYi-L6JvZZ-MLyw6R-2iuQtwr-LvNoDE-NhLcqJ-2hrx2AT-KK99Ln-p6cm12-83wfa9-2iKLAHj-Yhpbe2-23J85MS-QoJ7Yd-yRffhm-2feLKhv-QP3JCY-oaZw7m-dxDqVK-28YpeKf-2iUbWpr-LEiUk8-65Bbcu-2h3eN1E-TyE7Rk-VgP3k4-2hgEvKE-24ELsyC-23oHDjZ-JZCiHh-LhALZu-27PDvZG-z6Z9aS-urKvDo-QqEG4a-EEJyQ7-24Ucg5v-LSKhXr-6txo9p-UcNwPW-8U5WNP

~for~whom~the~bell~tolls~, by Delta9 Mikki, 2013

Continuer la lecture