Covid-19 et examens. Lettre ouverte des personnels de Paris-Nanterre

« Nous refusons »

Lettre ouverte des personnels de l’université Paris-Nanterre concernant la crise sanitaire du Covid-19 et la question des examens, 3 mars 2020

Les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’université Paris-Nanterre ont pris connaissance de consignes de la présidence de notre université visant à organiser des examens en ligne en période de strict confinement de la population.


Nous considérons que ces consignes sont irresponsables et inacceptables car elles :

  • violent le principe d’égalité entre les candidat.e.s (dans cette période de confinement, les inégalités sociales et la fracture numérique empêchent de garantir l’égalité de nos étudiant.e.s face aux examens).
  • font prendre des risques sanitaires dangereux (les étudiant.e.s qui n’ont pas accès à un ordinateur, ou à une bonne connexion internet, se sentiront dans l’obligation d’en trouver ailleurs, ce qui favorisera les déplacements en plein pic épidémique).
  • auront tendance à aggraver les situations de stress, déjà difficilement supportables pour nombre de nos étudiant.e.s et leurs familles, alors que l’Île-de-France figure parmi les zones les plus touchées par l’épidémie de Covid-19.

Ces injonctions risquent, de plus, de ne pas pouvoir être mises en œuvre par des enseignant.e.s-chercheur.e.s et des personnels administratifs eux-mêmes durement affecté.e.s par le confinement et la situation sanitaire et qui seront peut-être dans l’incapacité personnelle et/ou matérielle de prendre en charge l’organisation d’évaluations, à un moment où la protection de soi et des autres, voire la survie, sera notre priorité à toutes et tous.

Enfin, il nous semble incompréhensible de maintenir ces examens à un moment où toutes les activités nationales et internationales sont suspendues. La pandémie qui nous frappe, ainsi que les mesures qui ont été prises, constituent des cas de force majeure. Nous pensons qu’il y a une certaine indécence à vouloir maintenir quoi qu’il en coûte socialement, sanitairement et humainement parlant, la continuité du service et des évaluations dans une période aussi éprouvante pour tout le monde.

Pour toutes ces raisons, organiser des examens en ligne durant la période du confinement nous apparaît comme inacceptable. Dans le contexte dramatique que nous vivons, en particulier en Île-de-France, la durée du confinement est incertaine. L’impossibilité de prévoir la date du déconfinement, ni même ses modalités pratiques (des mesures de précaution strictes seront sans doute maintenues plusieurs mois après l’annonce du déconfinement de la population), empêche d’envisager sereinement le report des épreuves. Dans cette situation aussi exceptionnelle que dramatique, nous demandons la dispense pour les examens qui n’ont pas pu se tenir avant le confinement de la population. Nous refuserons d’organiser des examens en ligne et de participer ainsi à l’explosion des inégalités dans le contexte de pandémie.

La priorité aujourd’hui et pour les semaines à venir devrait être de prendre soin de soi et des autres, en particulier des plus vulnérables. Loin de l’obsession évaluative, la mission de l’Université doit rester de construire des éléments de compréhension de la crise actuelle, et ainsi de maintenir le lien entre enseignant.e.s, étudiant.e.s et personnels.

 

Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que lesl mois passée la situation fragile deshommes et des femmes  chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

“Unser Leben”, Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens

Le Covid-19 et la continuité pédagogique à tout prix

En passant

« Depuis plusieurs jours, j’ai des difficultés à respirer pour cause d’infection au Covid-19. J’ai averti mon établissement d’enseignement supérieur de mon état de santé. En réponse, ce dernier m’a demandé de former ma remplaçante par Skype. Cet appel a duré 3 heures, il m’a tuée. À la suite de cet appel, je suis tombée en détresse respiratoire, et mon médecin hésite depuis à m’envoyer à l’hôpital. J’ai pour ordre de ne plus bouger, de rester allonger et de ne plus parler (c’est une camarade précaire qui a écrit ce témoignage pour moi). La collègue qui me remplacera est bien entendu précaire et ne sera pas payée pour ce travail supplémentaire »
Témoignage publié sur le Tumblr “Le confinement des précaires de l’ESR et la fracture numérique” et sur la page Facebook “Précarités de l’ESR mobilisées”

Allô précaire confiné∙e ? Une ligne téléphonique, un Tumblr

Depuis que le confinement a commencé, la situation des précaires de l’ESR ne s’est pas améliorée ! Désormais isolé-es non seulement dans nos départements et nos laboratoires, mais aussi dans nos domiciles… il est devenu encore plus difficile d’échanger sur nos situations.

Sous l’appel « Allô précaire confiné·e ? », les collectifs réunis en AG nationale (27/03) souhaitent maintenir le contact et recueillir des témoignages de précaires sur le vécu du confinement, ses incertitudes financières, les injonctions au télé-travail et ses conditions. Nous disposons de deux outils :

Plus d’information sur le site des Précaires de l’ESR de Rouen

Vademecum du MESRI : pas de viatique pour les vacataires

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #9
Article précédent

Un document intitulé Vademecum vient d’être mis en ligne sur le site du Ministère. Daté du 27 mars 2020, il est censé apporter des réponses aux administrations des Universités et des EPST. Avant de le lire plus complètement arrêtons-nous sur le sort réservé aux vacataires.

FAQ MESRI, vademecum, 27 mars 2020, p. 6

On peut souligner d’emblée l’effort qu’invite à faire le Ministère vis-à-vis des contractuel·les et des vacataires, afin de ne pas appauvrir ou priver totalement de ressources celles et ceux qui, rémunérées à la tâche, ne peuvent effectuer leur service.

Pour autant, avec le même geste, le Ministère écarte un groupe de « chargés d’enseignement vacataires », caractérisé·es qui « n’intervienne que pour quelques heures d’enseignement » et qui « doivent justifier d’une activité professionnelle par ailleurs ». En effet, selon le Ministère, ces personnes justifient de revenus suffisamment stables pour ne pas bénéficier de l’aumône publique.

https://www.flickr.com/photos/-breathealittle/6070956298/in/photolist-afteNj-2a9nZio-6Ka8ZV-2gECCmV-23o35bp-WCGQ7j-RZkMaN-poL2qx-pQMtt5-8oEUtz-qo8zMB-pTDFfr-pmxy1b-KxxBgn-6Eo1MC-y1HbT3-aRVNFM-uSdZtw-21X6HLH-7Z1No4-DeTpot-NoKcPG-23Zw5Mr-4DbBWM-HNEfjQ-2hUuxay-CS9wLh-qmjVcS-AjUrE-bgxpH2-RzJq8T-HtYaLT-vhaN3i-4DbBWF-H7shij-uUfot2-yf6NS1-4DbBWZ-97RueW-FYnvnu-23DSGrH-4DbBWB-8wKbVR-HaS2gA-bNKDW2-2hS8RX7-6Bg6vq-2hUVXKk-4DbBWH-2hN8mEo

Bare, by Genia English, 2010

Continuer la lecture

Les sociétés savantes et le COVID-19. Un communiqué

Covid-19: Impact de la fermeture des laboratoires de recherche publics sur les personnels les plus fragiles et sur l’avancée des projets

26 sociétés savantes, couvrant les domaines de la biologie, de la physique, des mathématiques, de l’informatique et des sciences humaines et sociales ont adressé le 30 mars 2020 une lettre ouverte à Mme la Ministre de l’Enseignement Supérieur, la Recherche e

Continuer la lecture

… et il n’y a toujours pas de masques

  • par Sébastien Leroux, enseignant à l’université Grenoble Alpes

« Pour les étudiant·es, les collègues et toustes les autres »

Il y a elle ; elle est chez ses parents au fin fond de quelque part, et ne capte pas grand chose, d’un point de vue informatique je veux dire, elle a bien la 3G mais c’est littéralement au fond du jardin.

Il y a ma compagne ; elle est professeure de français histoire géographie dans un lycée professionnel. Elle a des classes et des élèves. Elle a des « elle » et des « il » aussi. Il faut qu’elle s’en occupe.

Il y a mon groupe 2 en DIG2 ; il faut que je m’en occupe, il faut que je m’en occupe, il faut que…

Il y a lui ; il est réquisitionné et travaille dans l’alimentaire à 125% depuis le début du confinement, il est inquiet pour la suite de ses études.

Il y a les courses parfois, les repas souvent, la machine et tout le reste.

Il y a elle ; elle dit que “Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser la France entière pour aller récolter des fraises gariguette”

… et il n’y a toujours pas de masques.

Photo: Claude TRUONG-NGOC

Continuer la lecture

#StayAtHome from abroad

Sur un tweet de @Emily_Lykos, 13 mars et jours suivants

#COVID19 – opération Pièces jaunes au CNRS

Academia souhaite rappeler à Antoine Petit et à Frédérique Vidal que le Crédit Impôt Recherche, de 6,5 milliards d’euros — soit 2 fois le budget du CNRS, masse salariale incluse — est toujours affecté à l’optimisation fiscale des entreprises.
Qu’il pourrait donc être affecté à la recherche. 

Au lendemain de l’annonce, bouclons la boucle avec Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-Seine :

Liens :

D’un trait de plume : contre l’interprétation créative dans le cadre de la loi d’état d’urgence sanitaire

« Il faut dénoncer l’état d’urgence sanitaire pour ce qu’il est, une loi scélérate »

Publié dans Le Monde, le 24 mars 2020

Tribune. L’idée de République évoque les libertés, la démocratie et l’État de droit. Mais elle a aussi une face plus sombre : celle d’une République aux abois qui fait passer des mesures d’exception liberticides, motivées par l’urgence d’une situation extraordinaire. Dénonçant, en 1898, les lois scélérates visant les anarchistes, Léon Blum craignait qu’elles ne violent les libertés élémentaires de tous. L’histoire lui a donné raison : elles ont été normalisées et ont concerné bien d’autres personnes que les seuls anarchistes, qui devaient initialement en faire les frais.

La loi sur l’état d’urgence sanitaire, adoptée à marche forcée par une majorité aux ordres, nourrit les mêmes inquiétudes : présentée comme étant d’exception, elle a vocation à être durable. Faite uniquement contre la crise sanitaire, elle pourrait se normaliser. En donnant des pouvoirs démesurés à la police et à l’administration, en institutionnalisant une justice secrète et écrite, elle signe l’abandon de l’État de droit.

Par un trait d’humour involontaire, Édouard Philippe a présenté le nouvel état d’urgence sanitaire comme étant structuré sur le modèle de « l’état d’urgence de droit commun ». Il faisait ainsi référence à la loi du 3 avril 1955, adoptée dans le contexte de la guerre d’Algérie, et qui donnait à l’autorité civile des pouvoirs disproportionnés de contrôle des individus jugés dangereux et des opposants politiques. Utilisé contre les indépendantistes algériens, l’état d’urgence a vu son application se diversifier après les attentats de 2015, visant rapidement militants écologistes, musulmans et manifestants. En 2017, l’état d’urgence a été pour l’essentiel intégré au droit commun, pour une durée qui devait être de deux années, mais dont nous avons appris peu avant le confinement qu’elle pourrait être prolongée.

À travers cet oxymore de l’état d’exception « de droit commun », le premier ministre fait donc l’aveu que ces mesures ont vocation à se normaliser et que les discours d’apaisement sur le caractère temporaire et exceptionnel de ces mesures ne sont qu’une rhétorique rapidement remise en cause par les faits.

https://www.flickr.com/photos/clemens02/6053359667/in/photolist-adV3W8-97wfuB-a8mhac-diPyH2-535Ghb-WEiW3Y-5NfHMX-ecDgZS-9xv1re-pwdqjT-cyQujj-3SwjaE-7pdBSS-7Yvuss-4BoeVs-zQzNsb-9BiPEZ-gaF1P6-4hJ2Wd-66KSUu-mCqe5D-5SMeFb-9tnGBJ-VGbaX7-d4LT4A-KQuvi-7ZbxSB-bg5uHv-gjh5Wu-7A25nm-qyKmD6-awe1dM-fS39SN-5Lg77F-zQFKUn-awdq29-A5U9tQ-5pwCVJ-o7q9pi-iuZ52H-una6o-5ZtWym-XNmmvE-Hb5XTu-RUy1E2-D3cD4q-GozfbS-yCb8NG-8VDwfm-dY7iEy

Phare de Warnemünde un jour de tempête ensoleillé, de Franck, 2009

Interprétation créative des policiers

Première série de mesures prévues par l’état d’urgence sanitaire : celles qui permettent d’organiser le contrôle de la population et de ses déplacements, et qui sont limitées à la durée de l’état d’urgence (deux mois, en l’occurrence, sauf prorogation législative). Si la loi donne une base légale au confinement et à un éventuel couvre-feu, elle permet aussi des mesures individuelles – passées inaperçues – de mise en quarantaine des personnes susceptibles d’être malades et d’isolement des malades confirmés. Ces dernières mesures trouvent un écho lointain dans les règlements adoptés par les villes au XVIIe siècle pour conjurer les épidémies de peste, et dont Michel Foucault a donné des extraits dans Surveiller et punir.

Continuer la lecture

National Emergency Library : bibliothèque accessible gratuitement

National Emergency Library

Announçant the National Emergency Library, une collection de livres et soutient l’enseignement à distance d’urgence, les activités de recherche, les études indépantes et la stimulation intellectuelle tant que les universités, les centres de formation et les bibliothèques sont fermées, et jusqu’au 30 juin 2020.
Chaque lecteur ou lectrice, après avoir créé son compte, peut emprunter jusqu’à 10 livres par période de 14 jours.

Des nouvelles des concours Santé

La page des concours Santé vient d’être actualisée

Bien que la page Galaxie correspondante n’ait pas été modifiée (26/3, 18h)

Ces annonces MESRI et Ministère des Solidarités et de la Santé invitent à quelques commentaires:

  • à la sortie du confinement (peut-être mai), les médecins seront loin d’avoir terminé la gestion de l’épidémie à l’hôpital, d’où le caractère (plus?) tardif des recrutements (début juillet)
  • il est difficile d’envisager comment les étudiant·es en 6e annnée de médecine — très impliqué·es dans la crise du COVID-19 — peuvent préparer sereinement les Épreuves classantes nationales s’illes doivent composer du 6 au 8 juillet. Il aurait été raisonnable de reporter ce concours à l’automne.

Academia attend les annonces syndicales à ce sujet.

Coronavirus. My name is Bruno Canard. English translation

« J’ai pensé que vous avions momentanément perdu la partie ». Bruno Canard à propos la recherche sur le coronavirus

English translation

This text is a translation of the testimony of Bruno Canard that was read at the end of the national  demonstration “L’Université et la recherche s’arrêtent” [University and Research on hold] on March 5th 2020 in Paris.

My name is Bruno Canard, research director at the CNRS [the French National Research Institute] at Aix-Marseille Université. My research team works on RNA (ribonucleic acid) viruses, which include coronaviruses. In 2002, our young team was working on dengue fever, which got me invited to an international conference where we discussed coronaviruses, a large family of viruses that I did not yet know. Then, in 2003, the SARS (severe acute respiratory syndrome) epidemic emerged and the European Union launched major research programs to try not to be caught off guard by an unforeseen epidemic. The approach was very simple: how to anticipate the behavior of a virus that we do not know? Well, simply by studying all of the known viruses, in order to understand what can be transposed to new viruses, and in particular how they replicate. This type of research is uncertain, its results cannot be planned, and it takes a lot of time, energy, patience.

Infection par Coronavirus

This is patiently validated basic research, on long-term programs, which may eventually have therapeutic outlets. It is also independent: it is the best vaccine against a scandal like the Mediator one [This was a large-scale scandal in France in which the drug Mediator of the French pharmaceutical company Servier, which was introduced on a large scale without prior careful and independent investigation, after several years was found to cause serious heart complaints, involving approximately 2,000 deaths and more than 4,000 victims in the trial, (note by translators)].

In my team, we participated in European collaborative networks, which led us to find results from 2004. But, in viral research, in Europe as in France, the tendency is rather to strain ourselves during an epidemic event and then forget about it. By 2006, political interest in SARS-CoV had disappeared; no one knew if it was going to come back. Europe has withdrawn from these major anticipation projects in the name of taxpayer satisfaction. Now, when a virus emerges, researchers are asked to mobilize urgently and find a solution for the next day. With Belgian and Dutch colleagues, five years ago we sent two letters of intent to the European Commission saying that we have to be prepared. Between these two letters, Zika appeared…

Continuer la lecture