La réouverture des facs à tout prix, une fausse bonne solution

La réouverture des universités en 100% présentiel dès janvier ne fait pas l’unanimité chez les étudiants. Deux syndicats étudiants, la CGT Salarié-e-s-Etudiant-e-s Doubs et le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM publient aujourd’hui un communiqué commun concernant les enjeux liés à une éventuelle réouverture des universités.

La réouverture des facs à tout prix, une fausse bonne solution

Le communiqué des syndicats étudiants

Nous observons, depuis plusieurs jours des interventions médiatiques des patrons d’universités, et même des manifestations de quelques enseignants ayant pour revendication la réouverture immédiate des établissements de l’enseignement supérieur.
Cette revendication est dangereuse et hors sol.
Ce que subissent les étudiants c’est le surmenage couplé à une grande précarité et à des modalités d’études inadaptées déjà d’ordinaire mais d’autant plus en cette période. La charge de travail des étudiants a été multipliée par 2, par 4, selon le bon vouloir des professeurs, nombreux sont ceux qui ont dû se maintenir concentrés pendant des visios de 2, 3h, ce qui n’est certainement pas une demande raisonnable et sans oublier de conjuguer tout cela aux pertes de revenus des étudiants travaillant en parallèle de leurs études (nous rappelons que c’est le cas de 3 étudiants sur 4).
Actuellement, des étudiants rentrés dans leur famille le temps du confinement ont dû trouver des moyens de revenir dans leur ville d’études car de nombreuses filières, y compris des filières à concours, font passer des examens en présentiel. En cette période, cela est dangereux. Cette volonté absolue de maintenir le calendrier universitaire comme si tout allait pour le mieux est un non sens et un multiplicateur de la détresse étudiante.
Vouloir la réouverture et en 100% présentiel, c’est continuer à absolument pousser à maintenir le calendrier universitaire inchangé, la charge de travail étudiante également. Pour de nombreux étudiants, c’est déjà trop tard.
La détresse face à la perte de revenus, face à une inadéquation totale de la charge de travail avec les moyens et modalités d’études les aura déjà fait décrocher, aura vu s’évaporer leurs chances aux concours et pour ceux qui persistent, la sélection ne les a pas oublié, elle non plus ne ferme jamais l’œil et se tient prête à sanctionner tous ceux qui auront été touchés de plein fouet par la gestion calamiteuse de cette crise, soit la quasi totalité des étudiants.
Que changera la réouverture des facultés à cela ?
Seuls les moins touchés par la crise pourront reprendre comme si cela n’avait été qu’une courte interruption. D’autant que ces problèmes étaient déjà antérieurs, croire que la fermeture des établissements les a créés est une illusion propre à émerger là où l’on ne constatait pas déjà avant la grande précarité dont est synonyme la condition étudiante. Et la condition sanitaire ? Déjà laisser se faire les examens en présentiel alors que les mesures tendent à se durcir est un non sens et une mise en danger des étudiants et personnels, mais tout rouvrir? Nous savons comment la fac réagit à la réouverture, nous l’avons constaté en septembre : Comme si de rien n’était. Des clusters ont émergés dans toutes les facultés de France.
Nous ne voulons pas, une fois de plus, être mis en danger.
Non, ce que nous revendiquons, ce sont :
– Une suspension de l’année universitaire, ses examens et concours.
– Des cours en ligne adaptés
– Une mise en ligne de tous les supports de cours
– Quand le présentiel sera à nouveau sanitairement envisageable, qu’il soit facultatif avec cours enregistrés et mis à disposition en ligne
– Que la liberté pédagogique concernant le travail imposé aux étudiants cesse.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) – CGT Salarié-e-s-étudiant-e-s Doubs

syndicat.scum@live.fr – cgt.salaries.etudiants@protonmail.com

Que la Ministre fasse acte de présence, ne serait-ce qu’une fois. Avis du CHSCT MESR, 6 novembre 2020

Réunion extraordinaire du CHSCT MESR 6 novembre 2020 15h30

Avis voté à l’unanimité des représentants
du personnel du CHSCT ME

Ancient bristlecone pine, Pinus longaeva, by Jim Morefield, 2015

SR du 6 novembre 2020

  • Alors que le CHSCT MESR doit « contribuer à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité », selon l’article 47 du décret 82-453,

  • Alors que le premier confinement a eu lieu voici près de 8 mois,

  • Alors que le CHSCT MESR a travaillé tout ce temps, a proposé des améliorations du protocole, et proposé des avis et des préconisations,

  • Alors que la plupart de ces avis et préconisations sont restés sans réponse,

  • Alors que le premier confinement a occasionné un bouleversement dans les organisations, avec des conséquences sur la santé des agents, la charge de travail, le turn-over, le travail dégradé, …

  • Alors que le ministère a eu tout ce temps pour évaluer les risques professionnels engendrés par cette crise et anticiper une éventuelle deuxième vague,

  • Alors que le réconfinement a débuté le 30 octobre 2020 et que le CHSCT MESR a été convoqué le vendredi 6 novembre 2020 à 15h30,

Le CHSCT MESR relève que les dispositions sur l’obligation de réunir les CHSCT d’établissement qui figurent dans la circulaire du 30 octobre 2020 dans le chapitre III. Dialogue social : « Durant la période de confinement, la réunion des instances de dialogue social doit permettre de maintenir un échange régulier avec les représentants du personnel.  (…). » ne sont pas appliquées à lui-même par le ministère.

Les représentants du personnel du CHSCT MESR regrettent une nouvelle fois de devoir travailler dans l’urgence, d’être simplement informés et non associés au protocole de mise en œuvre du confinement, malgré les déclarations de la ministre demandant de renforcer le dialogue social.

Le CHSCT MESR alerte et s’interroge sur la volonté de la ministre et la capacité — en moyens — du ministère, de protéger la santé des agents dépendant de son champ d’intervention.

Le CHSCT MESR réitère ses avis votés lors des séances des 26 mars 2020, 30 avril 2020, 4 juin 2020, 20 juillet 2020, 3 septembre 2020 et du 1er octobre 2020 et demande que la ministre étudie ces avis, et y réponde en tant que présidente de ce CHSCT ministériel.

Le CHSCT MESR recommande que les mesures de confinement ne soient pas prises dans l’urgence, ni au ministère, ni dans les établissements, et que les délais ordinaires (15 jours) d’envoi des documents — et donc d’anticipation — soient respectés.

Le CHSCT MESR préconise à nouveau que soit lancé dès aujourd’hui un travail d’analyse des risques professionnels face à la potentialité d’une troisième vague, avec des mesures de prévention pour y faire face.

Les représentants du personnel du CHSCT MESR attendent que la ministre montre un intérêt à l’instance qu’elle préside, en y faisant acte de présence, ne serait-ce qu’une fois.

Le doyen Gabriel en a marre

https://twitter.com/ASBarthez/status/1313179934496620544?s=20

Tweet de la Dgesip, 5 octobre 2020, 20:11

Circulaire inopinée de la Ministre hier, 5 octobre, bons vœux de la Directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle aux Parisien·nes :ce matin, le doyen de la faculté des Humanités sature.

L’Université, le Covid-19 et le danger des technologies de l’éducation

La crise actuelle et la solution proposée d’un passage des enseignements en ligne en urgence ont accéléré des processus systémiques déjà en cours dans les universités britanniques, en particulier dans le contexte du Brexit. Même si l’enseignement en ligne peut avoir une portée radicale et égalitaire, sa pérennisation dans les conditions actuelles ouvrirait la voie à ce que les fournisseurs privés de technologies de l’éducation (edtech d’après l’anglais educational technology) imposent leurs priorités et fassent de l’exception une norme.

Mariya Ivancheva, sociologue à l’université de Liverpool dont les recherches portent sur l’enseignement supérieur, soutient, dans un billet publié le 3 juin 2020 dans Contretemps – revue de critique communiste, que nous devons repenser ce phénomène et y résister, sans quoi le secteur de l’enseignement supérieur britannique continuera d’opérer comme un outil d’extraction et de redistribution de l’argent public vers le secteur privé.

Pour lire l’intégralité de l’article de Mariya Ivancheva, dont l’intérêt dépasse largement le Royaume-Uni, cliquez ici.

 

Rentrée 2020 : les préconisations du Haut Conseil de la santé publique

Le 20 août dernier, le Haut Conseil de la santé publique a émis des préconisations pour l’enseignement supérieur, que le media spécialisé Newstank vient de publiciser.

voici le document. Alors que tous recevons, en cette rentrée des injonctions surprises contradictoires et évolutives d’une heure à l’autre, il n’est pas inutile de lister les dernières recommendations en matière de santé publique dans un contexte épidémique de COVID19, après avoir fourni un argumentaire détaillé.

https://www.flickr.com/photos/prachatai/49718934141/in/photolist-2iKuwWr-2iNTrPk-2iKw951-2ju3GRG-2iKrLH2-2iHKtKP-2iLwack-2iHM3tD-2j6pnV2-2jpXkpG-2iU7vAa-2iYbjef-2jknxQF-2iJZ8tT-2jaH47e-2jkHPdE-2jzdsKS-2iQwiNi-2j8cAii-2jaJG4h-2iG53i7-2iSBqRz-2jmeKKJ-2iTPMMC-2iZE5jv-2jyvUWk-2jcjU2Z-2jaS5r4-2jaPqrY-2iXYfFo-2iJdhqc-2jcjSjF-2jrHi6F-2iSyAxB-2iSBqPq-2iSoU1W-2j4VX1S-2iLtNvP-2j7P7fE-2iT8azQ-2j6iR47-2j9vhDi-2jaNSjb-2iSyBdV-2iSBrtS-2j4ys1y-2iJz27s-2iVeDaF-2jrBuSD-2iQHeTo

Covid-19, by Prachatai, mai 2020

Le HCSP recommande:

D’une manière générale:

  • De favoriser le port de masque grand public en tissu réutilisable (selon les préconisations Afnor) par la population française, en facilitant le choix et l’accès des masques pouvant être réutilisés jusqu’à 50 fois, ayant des performances de respirabilité et de filtration constantes et validées et en simplifiant les conditions d’entretien.
  • De poursuivre la recherche et le développement de masques grand public faciles d’emploi, d’un grand confort d’utilisation, réutilisables un grand nombre de fois par des procédures d’entretien simples, et d’un faible coût d’utilisation.
  • De responsabiliser les porteurs de masque « S’approprier son masque réutilisable » par des messages d’information simples et actualisés envers la population générale avec mise en évidence de leur intérêt en termes de réduction des risques directs pour le porteur et son entourage et de réduction de la circulation du virus dans la population générale.
  • De rappeler la nécessité de jeter dans des poubelles les masques à usage unique lorsqu’ils sont utilisés.
  • De continuer à respecter l’ensemble des mesures barrières notamment l’hygiène des mains et les gestes barrières, comme déjà précisé par le HCSP dans ses avis antérieurs.
  • D’inciter les responsables d’établissements scolaires/universitaires/professionnels ou d’entreprises à organiser des réunions d’information sur les modalités de transmission du SARS-CoV-2, sur les moyens de prévention et sur la perception du risque individuel et de la bonne utilisation des masques dès la reprise des activités scolaires/universitaires et socio-économiques dans chaque établissement, auprès des élèves/étudiants, salariés et autres intervenants en entreprise.

Pour les établissements d’enseignement supérieur, en plus des recommandations précédentes :

Continuer la lecture

La Commission Culture du Sénat rend son rapport sur le système de recherche face à la pandémie

Le sénateur Pierre Ouzoulias nous fait l’honneur de nous transmettre le résumé du rapport de la commission de la Culture, de l’éducation et de la communication du Sénat.

Le groupe de travail de la commission de la culture du Sénat a rendu son rapport sur le système de recherche face à la pandémie.
Il dit son admiration et sa reconnaissance pour la mobilisation exceptionnelle de toute la communauté scientifique.
Néanmoins, il regrette le manque de stratégie nationale de recherche sur la Covid-19 et l’absence de structure de pilotage unique. Il demande la mise en place d’une stratégie nationale pilotée par une structure unique.
Il regrette que l’absence d’organisation et de coordination entre les institutions a eu pour conséquence la diffusion de messages au mieux désordonnés, au pire contradictoires.
Il note une dispersion des financements sur un grand nombre de projets, alors qu’il aurait été plus pertinent de consacrer des montants plus élevés sur des projets bien ciblés.

Il estime que la pandémie a mis en lumière les carences structurelles du système de recherche français et plus particulièrement le décrochage de la recherche biomédicale.

Ainsi, il regrette que les travaux de recherche sur les coronavirus ont considérablement été réduits il y a une quinzaine d’années en France, faute de financements et de programmation stratégique.

Il estime que l’érosion continue des dotations de base depuis plusieurs années oblige les opérateurs de recherche à se tourner de plus en plus vers les financements sur projets.

Or, ce mode de financement est peu compatible avec la prise de risques et ne permet pas de mener des projets exploratoires.
« Aussi, [il] estime indispensable de mettre un terme à la diminution constante des dotations de base des laboratoires de recherche et de rééquilibrer leur structure de financement entre ces dotations et les financements sur projets ».

Il considère que l’épidémie de Covid-19 confirme la nécessité d’une réforme globale de la recherche, qui tirerait les leçons de cette crise. Pour cela, il estime nécessaire :

  • d’amorcer une trajectoire financière ambitieuse qui permette d’atteindre l’objectif de 1 % du PIB consacré à la recherche publique ;
  • de rééquilibrer la structure de financement des laboratoires de recherche entre dotations de base et financements sur projets ;
  • de revaloriser très nettement la rémunération et le statut des chercheurs.

À très court terme, il rappelle la nécessité d’un indispensable soutien aux doctorants et post-doctorants pénalisés par la crise.

Enfin, il déplore les excès médiatiques qui vont à l’encontre de la démarche et de l’intégrité scientifiques, lesquelles exigent de la méthode, de la rigueur, de l’esprit critique et de la discrétion professionnelle.

Rapport complet sur le site du Sénat.

Et à la fin c’est toujours les « précaires » qui perdent. À propos des auditions CNRS

Ça vient de tomber les auditions de Chargé∙e de recherche au CNRS se dérouleront en visioconférence, la pire solution pour les candidat∙es. Une décision méprisante, injuste, et peut-être illégale.

Les lignes qui suivent sont celles d’un « précaire »1, elles sont bien sûr anonymes, c’est cela la précarité, défendre ses droits en s’en cachant, parce que dans ce milieu… C’est donc en application de l’ordonnance n°2020-351 du 27 mars 2020 que cette année les candidats seront soumis à cette procédure de recrutement si spéciale, une ordonnance qui s’applique sous le couvert de la loi d’urgence sanitaire. On se demande quelle est cette urgence qui aujourd’hui justifie que ces auditions se tiennent en « visioconférence à domicile ». Le scandale étant surtout dans le second terme, « à domicile ».

https://www.flickr.com/photos/krockymeshkin/14372421613/in/photolist-nU3qdD-2b83w1b-719zhx-8cwys5-5XgP4K-5Xm3G1-5XgNYH-5XgP5R-5Xm3Cf-5Xm3Lf-sRPMG-z8FFiA-ezoQX6-sRPM3-sRPQb-sRPQE-sRPKV-sRPLe-sRPM9-sRPMR-sRPNn-sRPN3-5XgP9p-5XgP8k-5XgP9Z-2j6zJJk-5Xm3Td-EV8na6-5XgNZM-5XgP3K-5Xm3S9-QKCgUi-5Xm3Mo-5Xm3R9-RuR8UT-5Xm3Ff-sRPQo-sRPL4-sRPMh-8cwyho-caGmP7-caGrf5-7Z3Rtp-7Z3SRt-rj7Gg-9ywcQu-9ytcdX-2cNGAFu-85ou4R-85rE5W

Auditions, by Krocky Mashkin, 2014
– “A lot of people give up just before they’re about to make it. You know you never know when that next obstacle is going to be the last one.”

Rappelons des éléments de chronologie. Le samedi 14 mars la section 36 décidait de suspendre la tenue des auditions. À cette date, il y avait déjà eu une allocution présidentielle, le jeudi 12, annonçant la fermeture des écoles pour le lundi 16. Le 15, peut-être le 16, la direction du CNRS prenait enfin la décision de suspendre ces auditions pour toutes les sections. Je dis peut-être car aucun courriel n’a été envoyé aux candidat∙es pour les informer de la situation, depuis fin mars jusqu’à aujourd’hui. La plupart des candidat∙es a appris l’annulation des concours par les listes professionnelles (types ANCMSP) puis par les labos qui faisaient passer des auditions blanches. Une conception qui en dit long sur la considération du CNRS à l’égard des candidat∙es, parmi lesquels se trouvent ses futur∙es agent∙es.

Continuer la lecture

  1. NDLR : d’un docteur non titulaire. []

Avis présentés en séance plénière du CHSCT du MESR du 4 juin 2020

(introduction en cours de rédaction)

 1. Avis sur le fonctionnement du CHSCT MESR :

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR ont pris acte de l’annulation de séances et report des groupes de travail prévus dans le calendrier annuel. Ils demandent la reprise de leurs travaux interrompus par la crise sanitaire qui doivent être reprogrammés : un calendrier des séances et groupes de travail doit leur être transmis pour l’analyse de l’enquête annuelle 2019, l’élaboration du rapport d’activité 2019 et des orientations stratégiques ministérielles 2021.

Ils rappellent leur attachement à la pérennité des CHSCT dans la fonction publique, ces instances ayant démontré leur caractère indispensable pendant la crise que nous traversons avec la pandémie de Covid-19.

Le document d’orientation pour établir le projet de décret sur le comité social d’administration – FPE reçu par les OS et présenté demain 5 juin 2020 en groupe de travail n’est pas acceptable, car il entérine la disparition des CHSCT dans leur format actuel.

2. Avis sur les PRA, analyse des risques et DUERP :

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR rappellent que l’analyse des risques doit tenir compte de la concomitance des risques, et que l’ampleur de la crise sanitaire que nous traversons ne doit pas focaliser la démarche de prévention sur les risques liés au Covid-19.

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR demandent que le document   « DGESIP 29 mai 2020 COVID-19 Analyse de PRA d’établissements de l’ESR » précise la démarche suivie, conforme à toute politique de prévention des risques professionnels :  évaluation des risques et mise à jour du DUERP, mise en place des plans de prévention et de l’organisation du travail, formation de chaque travailleur aux risques particuliers à son poste de travail.

3. Avis renouvelé pour insister sur l’évaluation des risques professionnels induits par ce confinement/déconfinement et obligation de la présenter pour avis dans les CHSCT

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR demandent que la surcharge de travail, le stress engendré par l’isolement, toutes les mesures de prévention liées aux risques sanitaires, les changements dans l’activité (management, travail à distance, enseignement à distance, etc.), le temps nécessaire à la recomposition des collectifs de travail ainsi que les conséquences physiques liées au travail à domicile (TMS, fatigue accrue, …) soient évalués finement et que le rapport soit présenté en CHSCT.

D’autre part, le travail à distance a nécessité de repenser l’organisation du travail dans l’ESR : il est primordial que l’employeur fournisse aux agents des équipements adéquats respectueux de leur santé (équipement informatique, écran, chaise ergonomique, etc.), de leur proposer des formations adaptées aux nouveaux outils informatiques qu’ils sont amenés à utiliser1 et de participer via une subvention à la prise en charge des repas (nourriture et la subvention administrative, qui a une incidence réelle sur l’état de santé des agents, car, pour certaines personnes, c’est leur seul repas équilibré de la journée), de l’abonnement internet, des frais d’impression et de communication, etc. (Frais de transport et durée de trajet à déduire …

https://www.flickr.com/photos/ilonabeekman/15112557458/in/photolist-p2rNPu-8zXBWB-N5vCuy-Lu39a-UZeHB9-ot2Ffh-QyxWhh-cfYnrw-Z5vRKJ-Am4vu1-FzRTSL-4spoy1-22jm6bb-7FmSZJ-2dNgomZ-DnAdD-253TuS4-658Xqc-2j6MGs1-Y8gd1t-2iXfZbs-rcs2qK-8Kk2Rt-yXCTs6-2a3Mg6y-9gtyi-4qw9qX-H2BhCZ-4T8hW3-yV68k9-8NFqk4-cn6H4y-23SLNMb-DXv7o-Kx3zSv-apFMPr-dKKXTk-9v1Qjj-8ncVMh-7oNcX4-W9aa1w-8AheB9-2iPU39e-LqAwz3-6AJy7-Y7G56n-dC5haL-z8Pspq-ahw9kW-2hFDZyP

Tired, by Ilona Beekman, 2014

Continuer la lecture

  1. Le temps nécessaire pour la formation et l’adaptation du poste de travail doit être accordé à l’agent, sa charge de travail doit être diminuée en conséquence (dont le service d’enseignement pour les enseignants et enseignants-chercheurs). Les moyens correspondants en postes et en budget doivent être alloués dans les budgets des établissements par le ministère. []

Les éditions anamosa à Paroles d’histoire

En passant

121. Métiers du livre face à la crise, avec Chloé Pathé

Podcast: Play in new window | Download

S’abonner : Apple Podcasts | Android | Google Podcasts | Stitcher | RSS | More

Date : 16 mai 2020

L’invitée : Chloé Pathé, fondatrice des éditions anamosa

Le sujet : comment les maisons d’éditions, librairies, actrices et acteurs de la filière du livre font face à la crise liée à la Covid-19.

Paroles d’histoire est une un site de podcasts consacré à l’actualité des livres, de la recherche et des débats en histoire,  animé par André Loez.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Rentrée 2020 : Vidal à la pêche aux moules

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #23
← Article précédent

Voilà près de deux semaines que la rumeur court.

Sur Twitter, on lit des choses comment en réunion d’UFR, on nous a dit qu’on pourrait reprendre avec des TD de 15 ; ou nous ne pourrions pas reprendre en présentiel, ou encore :

ou encore

Un doyen nous assure que la veille en comité de direction, rien n’avait filtré, en dépit d’une demande insistante ; un autre collègue le contredit :  « Nous, on l’a su sur le mode « j’ai interdiction de vous dire que… », notre Président ayant reçu une lettre cette semaine ». Les échanges allaient bon train, jusqu’à jeudi soir.

Jusqu’à cette date, nous ne craignions pas des scénarios pour une rentrée de pandémie : présentiel, présentiel mixte, distanciel, rentrées décalées, etc. En bon∙nes professionnel∙les, en effet, nous souhaitons pouvoir anticiper et préparer, afin que la sidération de mars ne devienne pas cafouillage de septembre. Nous tenons à ce que nos étudiant es soient correctement formés, qu’ielles aient accès aux connaissances et aux méthodes que nous souhaitons leur transmettre, quitte à réfléchir plus longuement aux dispositifs qu’il nous faut imaginer et à demander les moyens dont nous – et dont les étudiant∙es – avons besoin.

En revanche, nous ne souhaitons pas une gestion gouvernementale telle qu’elle a commencé : mesures non-urgentes en lieu et place de gestion de l’épidémie ; défaut de budget supplémentaire pour lutter contre la pandémie et pour continuer à assurer nos missions1 ; communication en lieu et place de consultation et d’administration. Notre énergie n’était-elle pas encore consacrée cette semaine à régler les problèmes d’examens, voire à faire voter les modalités du contrôle de connaissance modifiées par l’état d’urgence sanitaire. Il était temps de disposer de perspectives solides pour la rentrée.

C’est raté. Faute d’utiliser la voie officielle et hiérarchique, la Ministre jette son dévolu sur le Parisien en édition abonnés pour distiller des « informations » discutables. De quoi mettre nombre d’entre nous, du professeur en mathématiques à la maîtresse de conférences en littérature, en passant par des directeurs d’UFR, « en rage ».

Le plan de déconfinement du MESRI nous était parvenu officiellement mardi 5 mai 2020, soit deux jours avant. Il prévoit que nous serions informé∙es mi-juin des dispositions pour la rentrée. Mi-juin : c’est vraiment limite ; on aurait aimé avoir eu idée des grandes lignes ou des possibilités étudiées dès maintenant. Mais c’est le rôle de l’administration d’informer les agents de l’enseignement supérieur. Ce n’est pas celui d’une journaliste.

C’est pourtant Le Parisien en mode péage qui publie notre première circulaire de rentrée. Pourquoi Le Parisien ? On ne saura pas, mais la plupart des titres ont, depuis, repris les informations délayées au compte-goutte dans l’interview. L’opération de communication laisse entendre un travail étroit avec les présidences d’universités. Elle a un but : elle vise à court-cuiter toutes les instances universitaires, les directions opérationnelles des UFR et les organisations syndicales, qui ont pourtant voix à porter au chapitre et qui seront en première ligne à la rentrée.

Que dit Frédérique Vidal ?

Continuer la lecture

  1. Rappelons qu’un quart du budget du MESRI est consacré par le Ministère de l’Économie et des Finances au Crédit Impôt Recherche. []

Motion du laboratoire Jean Perrin concernant la prolongation des contrats doctoraux, CDD, postdoc

À distance, il n’y a pas d’école

  • par António Guerreiro
    Chronique hebdomadaire « Action parallèle », texte paru dans le quotidien Público (Lisbonne) vendredi 1er mai 2020

Sous la condition du « confinement », l’univers numérique a connu une énorme expansion. Même les plus réticents et beaucoup de ceux qui étaient exclus de l’utilisation des nouvelles technologies –généralement des personnes âgées– ont fait leur initiation. La vie à distance a forcé l’intégration dans l’écosystème numérique.

L’expérience en cours la plus notable et la plus importante est l’enseignement à distance, qui fait sortir l’école de son enceinte protectrice et la fait entrer dans l’intimité du foyer. Le dispositif de l’enseignement à distance implique un danger auquel nous sommes tous exposés aujourd’hui, presque sans protection : une expansion significative du panoptique numérique (qui permet de tout voir et d’exercer une surveillance). Mais la question fondamentale dans cette expérience est de savoir si elle est réussie sur le plan niveau didactique (plus précisément, quel niveau de réussite a été atteint), et quelles conclusions peut-on en tirer. Il est évident que les résultats diffèrent grandement, en fonction des disciplines, des enseignants et des élèves. Je ne me fonderai pas sur des expériences particulières, les réflexions que je propose se situent sur un plan moins empirique.

Je commencerai par la question de la transparence : l’école a été protégée tant qu’elle a bénéficié de l’état hermétique de la classe, que la porte de la salle de classe a été fermée, créant un espace discontinu, sans intrusions extérieures (espace qui pouvait être utopique ou oppressant aussi bien). Ce temps est révolu depuis longtemps et la salle de classe, qui reflète l’ouverture de l’école dans son ensemble, n’est plus un espace autarcique. La transparence, qui auparavant avait déjà donné lieu à une discussion sur la nécessité ou non de la moduler, connaît désormais, avec le confinement, une nouvelle étape : elle est devenue totale et absolue. À la maison, chacun peut regarder les « performances » des enseignants, évaluer leurs manières de faire et « apprécier » leur vidéogénie. Un certain degré de technophobie était encore toléré tant que l’enseignant exerçait dans sa classe ; dans l’enseignement à distance, ce n’est pas possible, et les arguments pour légitimer cette technophobie ne semblent plus recevables.

Mais la question la plus importante qui ressort de cette expérience exceptionnelle — qui a peut-être pour effet de montrer combien l’école est une institution indispensable et capable d’alimenter la dernière utopie à laquelle nous avons droit — est celle de l’école comme lieu de construction du collectif et de la centralité de la classe en tant que communauté. Le modèle de la communauté éducative a une très grande signification politique.

Un autre aspect important est celui de l’attention. Comme nous le savons, le plus grand défi de l’école est celui de l’attention : comment gagner et fixer l’attention des élèves, ces « sujets numériques » qui vivent sous le régime du fractionnement de l’attention ? Le grand combat de l’école, ces dernières années, a consisté à se doter de rituels spécifiques qui servent de dispositifs attentionnels, afin de récupérer ce que l’on appelle généralement « l’attention conjointe » (ou attention partagée), mode qui désigne le fait que l’attention de quelqu’un (dans la circonstance, un élève) est attirée sur l’objet qui lui est indiqué par la personne (dans la circonstance, le professeur) qui joue un rôle de guide. Or l’attention conjointe est intrinsèquement liée à la présence. C’est un fait bien connu de nos jours que les enfants et les adolescents n’échouent pas à l’école parce qu’on leur y enseignerait des choses difficiles à apprendre, mais parce que ce qu’ils apprennent à l’école ne les intéresse pas. C’est pourquoi les situations d’enseignement doivent être analysées du point de vue d’une écologie de l’attention. La salle de classe doit être conçue comme un écosystème d’attention. Est-il possible de créer cet écosystème dans l’enseignement à distance ? Dans son livre sur la figure du pédagogue Joseph Jacotot, Le maître ignorant, le philosophe français Jacques Rancière décrit et analyse une action pédagogique visant essentiellement à « l’émancipation intellectuelle ». La fonction essentielle du maître (potentiellement ignorant) n’est pas d’expliquer les contenus, mais d’exercer sur les élèves la capacité d’attention, soit par un ordre imposé, soit en stimulant leur désir. Toute l’expérience de l’enseignement, dit Rancière, doit tendre à « l’habitude et au plaisir que l’on éprouve en observant et en fixant avec attention » (attention : ad-tendere, tendre vers). C’est pourquoi la salle de classe est le lieu d’une expérience unique, irremplaçable, capable parfois de procurer une expérience euphorique, tant au « maître » qu’aux élèves.

Traduit du portugais, avec le concours de Régis Salado.