Jeffrey and me. De la corruption universitaire

Le cas DSK m’avait surprise, non en raison de ce que DSK lui-même avait fait (comme toutes les femmes, je savais d’expérience que, pour le dire sous forme de litote, la notion de consentement n’a pas été complètement assimilée par tous les hommes), mais en raison de la manière dont l’élite politique et médiatique française prenait sa défense et en faisait un preux chevalier de la galanterie à la française (le fameux : “ce n’est qu’un troussage de domestique“).

Continuer la lecture