Les précaires de Caen se mobilisent pour leurs droits et contre les dérives liberticides

Du collectifrécaires ucn   — 30 septembre 2020
Le collectif des précaires de l’Université de Caen a fait sa rentrée hier. Le constat était clair, nos conditions de travail se sont davantage aggravées dans le contexte de la crise sanitaire. Avec l’évaporation de quelques promesses fictives (prolongation des contrats établissements) et l’adoption de la dite « LPPR » tant décriée par la communauté universitaire, les masques tombent. Les idéologues du néolibéralisme ne reculent devant rien. Face à l’urgence de la situation et la destruction institutionnalisée et assumée de la recherche et de l’enseignement supérieur, le collectif des précaires demeure attaché à l’ensemble des revendications légitimes qu’il n’a cessé de détailler pendant le mouvement social de l’hiver dernier. A rappeler que ce dernier s’est soldé par le succès de la journée du 05 mars 2020.

Face à l’urgence de la situation, le collectif des précaires de l’Université de Caen demande:

  • L’exonération des frais d’inscription pour tou.te.s les doctorant.es ;
  • La prolongation des financements des contrats doctoraux (que les universités peuvent par ailleurs prendre en charge sur leurs budgets propres) ;
  • Labrogation de la dite « LPPR » ;

 Le collectif invite aussi :

  •  L’ensemble des collègues titulaires et précaires, qui le peuvent, à consacrer 5 minutes au début de leurs cours pour rappeler nos conditions de travail et la destruction historique de l’Université à laquelle nous assistons.
  • L’ensemble des précaires, à nous contacter en cas de problèmes avec les différents contrats et toutes sortes de galères pour faire reconnaître ce « non-statut » auprès des différentes institutions (pôle emploi à titre d’exemple) ;
  • À relancer la campagne de collages qui a été bien reçue au sein de nos établissements ;
  • L’ensemble de nos collègues à se mettre en contact pour riposter collectivement à cette régression ;

Université de Caen, mars 2020

  • Si le virus circule encore et qu’il faille se préserver et préserver les plus fragiles d’entre nous, nous invitons à la vigilance face à certaines dérives liberticides sous prétexte de combattre le COVID 19 ;

Précairement vôtre,
le collectif des précaires de l’Université de Caen

Dans les académies de Créteil et Versailles, les disponibilités et détachements pour travailler dans le supérieur deviennent quasiment impossibles

  • par le Collectif des doctorant-e-s de Versailles et Créteil

Carte des Académies de l’Education nationale, (Source: wikipedia)

Alors que dans de nombreuses matières, principalement en sciences humaines et sociales, avoir un concours de l’enseignement secondaire – si possible l’agrégation, car l’élitisme se porte bien – est un prérequis plus ou moins implicite à l’obtention d’un CDD (contrat doctoral, ATER, post-doc, contrat LRU) dans le supérieur, les académies franciliennes refusent désormais presque systématiquement à leurs agent-e-s une mise en disponibilité ou un détachement pour exercer à l’université. A Versailles, le problème est ancien (« déjà il y a vingt ans », nous dit-on) mais s’est accentué l’année dernière avec l’arrivée d’une nouvelle rectrice proche d’Emmanuel Macron et de Jean-Michel Blanquer. A Créteil, cette année, de nouvelles consignes de management ont conduit au refus presque systématique des demandes de détachement et de disponibilité pour les néo-entrant-e-s dans l’académie : en quelques jours, près d’une cinquantaine de personnes ont fait état de ce type de refus, et leur dossier n’a parfois même pas été examiné. Les syndicats de l’académie ont interpellé le recteur lors d’un Comité Technique Administratif : il se serait engagé oralement à ce que les dossiers refusés soient réexaminés. C’est l’organisation des doctorant-e-s entre elles/eux et leur lien avec les syndicats qui a permis de peser dans la balance et de dépasser les recours strictement individuels.

Au-delà de ces cas, de plus en plus difficiles, qui mettent les doctorant-e-s et jeunes docteur-e-s dans des situations impossibles (faut-il renoncer au bénéfice du concours ou bien au contrat doctoral chèrement acquis ?), la question des passerelles entre le secondaire et le supérieur doit être repensée : peut-on légitimement demander à des personnes désireuses de se lancer dans la recherche de passer des concours du secondaire, en privant au passage les académies d’enseignant-e-s ? Si cette situation était tenable quand il y avait davantage de postes, tant dans le secondaire que dans le supérieur, elle ne l’est plus aujourd’hui. L’attachement au « prestige » de l’agrégation renforce ces logiques contradictoires : à dossier égal, pour obtenir un ATER ou un contrat doctoral, on choisira un-e agrégé-e, mais l’agrégé-e en question ne pourra pas prendre son poste car l’Education Nationale ne le laissera pas partir pour « nécessités de service »…

Twitter @Collectifdocto1