… et il n’y a toujours pas de masques

  • par Sébastien Leroux, enseignant à l’université Grenoble Alpes

« Pour les étudiant·es, les collègues et toustes les autres »

Il y a elle ; elle est chez ses parents au fin fond de quelque part, et ne capte pas grand chose, d’un point de vue informatique je veux dire, elle a bien la 3G mais c’est littéralement au fond du jardin.

Il y a ma compagne ; elle est professeure de français histoire géographie dans un lycée professionnel. Elle a des classes et des élèves. Elle a des « elle » et des « il » aussi. Il faut qu’elle s’en occupe.

Il y a mon groupe 2 en DIG2 ; il faut que je m’en occupe, il faut que je m’en occupe, il faut que…

Il y a lui ; il est réquisitionné et travaille dans l’alimentaire à 125% depuis le début du confinement, il est inquiet pour la suite de ses études.

Il y a les courses parfois, les repas souvent, la machine et tout le reste.

Il y a elle ; elle dit que « Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser la France entière pour aller récolter des fraises gariguette »

… et il n’y a toujours pas de masques.

Photo: Claude TRUONG-NGOC

Continuer la lecture

La continuité pédagogique, à toutes forces ? Enquête auprès des étudiant·es en sociologie de Grenoble

En passant

« La continuité pédagogique, vraiment ? », Pierre Mercklé, 26 mars 2020

« Dès avant la fermeture des établissements le 16 mars dernier,les enseignant.es ont reçu des consignes pour leur demander d’assurer ce qu’on a appelé la « continuité pédagogique » : il fallait aussi rapidement que possible imaginer et mettre en œuvre des solutions pour continuer d’assurer les cours magistraux et les travaux dirigés, les séminaires et les stages. Face à cette injonction pressante, des solutions ont été très vite expérimentées, dès le début de la semaine dernière. Des solutions très variables, pour ce que j’ai pu en observer dans mon université grenobloise, et dans quelques autres à travers les récits de collègues : certain.es enseignant.es ont pu très rapidement trouver des formes alternatives d’enseignement en utilisant des plateformes collaboratives permettant d’utiliser la vidéo ou l’audio, comme Discord ou Zoom ; d’autres enseignant.es ont enregistré leurs cours dans des fichiers audio ; d’autres enfin, moins habitué.es à utiliser les outils numériques, ont déposé des versions écrites de leurs cours dans les ENT (environnements numériques de travail) de leur établissement. Tout y poussait : la conscience professionnelle, le souhait de maintenir le contact avec les étudiant.es pour éviter les abandons, la crainte de leur faire « manquer » un semestre.

Il m’a pourtant très vite semblé qu’on mettait en quelque sorte la charrue avant les bœufs et qu’on essayait de mettre ainsi en œuvre cette « continuité pédagogique », de façon un peu désordonnée, sans se demander ni si c’était souhaitables, ni si c’était possible et à quelles conditions. Mes interrogations me venaient de mes propres difficultés : comme les autres, je cherchais des solutions, et dans mon cas particulier, j’avais beaucoup de mal à les trouver : comment faire, en effet, pour enseigner les méthodes quantitatives avec R à distance, dans des groupes de TD de plusieurs dizaines d’étudiant.es de deuxième année de licence ou de première année de master de sociologie ? Tout ce que nous avions « en présentiel », était-il possible de le reconstituer à distance : des ordinateurs suffisamment puissants, des logiciels correctement installés, le travail en groupes, l’accompagnement individuel, face aux écrans ?

Plutôt que supposer que tout cela était possible, nous avons alors choisi, avec mon collègue Olivier Zerbib qui co-anime avec moi ces travaux dirigés, de réaliser un sondage auprès de nos étudiant.es pour essayer d’évaluer leur capacité à suivre des cours à distance. Ce sont les résultats de ce sondage, que nous avons finalement étendu à la totalité des étudiant.es de licence de sociologie de l’Université Grenoble Alpes ainsi qu’aux quelques étudiants du master (SIRS) « Sociologie de l’innovation et recompositions sociales », que je voudrais vous présenter rapidement dans ce billet ».

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/240320/la-continuite-pedagogique-cest-lenseignant-de-demain.

Crédit: Mediapart, 24 mars 2020

Academia vous invite à aller lire l’analyse, passionnante, sur le blog de Pierre Mercklé. Nous n’en publions ici après que les conclusions.

Continuer la lecture

Les étudiants face à la pression scolaire : « je n’ai jamais eu autant de travail que depuis le confinement »

L’Université a affiché cette semaine sa priorité : la « continuité pédagogique », sans considérer les inégalités entre les étudiants, que ce soit au niveau sanitaire, des conditions de confinement ou d’accès aux matériels informatiques : témoignages d’étudiants de l’Université Paris 1 confinés.

https://www.revolutionpermanente.fr/IMG/arton19797.jpg

Site de Tolbiac, Université de Paris-1. Crédit: Denis Tanchereau

La « continuité pédagogique », c’est tout ou rien : surcharge de travail ou silence Radio du corps enseignants. De la même manière qu’elle avait maintenu des partiels en période de grève, l’université, toujours sous couvert de sa « valeur du diplôme », s’acharne à maintenir une notation plutôt que de dispenser un enseignement.

A Paris 1, malgré les directives de la Présidence, les étudiants sont soumis aux exigences inégales de leurs professeurs. La plupart font reposer sur leurs chargés de TD la tâche de rassurer les étudiants, sans leur donner de réelles informations à communiquer. S’il faut reconnaitre que certains ont assoupli le contrôle continu, en évaluant sur la base du volontariat, la majorité laisse les étudiants totalement livrés à eux même.

Comme en témoignent Maria et Irene* [*les prénoms ont été modifiés], étudiantes en Droit, le stress et la pression sont décuplés : « je suis plus stressée qu’en présentiel. Sous prétexte d’une soi-disant valeur du diplôme, on autorise ce genre de conditions. Il est temps que les étudiants se fassent entendre, on n’est pas des robots ».

Continuer la lecture

Lucidités universitaires

  • par une étudiante de Master

« Aux étudiantes et étudiants de première et deuxième années de master, je veux dire que cette année universitaire bien singulière ne doit pas les conduire à renoncer à leur projet. Vous vous y êtes engagés avec passion, celle de comprendre et de savoir, vous devez poursuivre cette aventure intellectuelle, (…) aventure qui se nourrit aussi de ce moment particulier. » Un président d’université, le 25 mars 2020

 Et jamais ne s’arrête la petite musique bien rythmée de ceux et celles qui croient nécessaire de ne surtout pas s’arrêter.

Déjà aux temps des mobilisations, les diktats de la « continuité » nécessaire se faisaient entendre. Si « faire la grève (à l’université), c’est jouer le jeu du gouvernement » on pourra se demander si « faire une trève » ce n’est pas jouer le jeu du COVID-19 ? Alors, non, il ne faut surtout pas s’arrêter, il ne faut surtout pas casser les rythmes (déjà bien ébranlés) et il faut, cependant, à tout prix, maintenir, une continuité —… – pédagogique. Même pas drôle.

Pourtant ce n’est pas un jeu.

https://www.flickr.com/photos/irinavorotyntseva/4563233868/in/photolist-7XeLs1-9yCKsS-PQvWb3-yAsDy4-7G6LN2-6FoEsU-T5n9n-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR

Self-portrait, by Irina Vorotyntseva, 2010

Quelle « continuité » existe dans de telles circonstances ? D’une situation inconnue, toujours plus imprévisible et incertaine, qui peut prétendre à une « continuité » ? Au voisinage de la mort, le terme même de « pandémie » ne semble pas affecter plus que ça le corps universitaire, puisqu’il n’y a peut-être déjà plus de corps universitaire… On n’a cessé de délabrer les conditions d’études et de travail à l’université, la destruction programmée du service public de l’enseignement et de la recherche n’a de cesse depuis bon nombre d’années. Alors on se côtoie et se croise dans des locaux — où il fait parfois froid, très froid même — sans être capable de tenir le lien. Le lien, nos liens, n’ont eût de cesse d’être brisés par le capitalisme, le néolibéralisme et une fois de plus l’université — bien qu’elle se croit souvent dans un nuage à part — n’y échappe pas.

https://www.flickr.com/photos/126472301@N02/45359340801/in/photolist-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8

#touch, by Massimo Angelini, 2018

Et alors que du peu qu’il nous restait de partage de salles de cours, bibliothèques ou cafétéria, il n’en n’est plus. Le temps commun se brise et chacun reste chez soi. Mais qu’est-ce que « chez soi » ? Quelles sont les inégalités dont l’université est (une fois de plus) incapable d’admettre l’existence ?

L’afflux de mails pour la continuité pédagogique a tendance à me faire plonger dans un gouffre d’impossibilités à faire quoi que ce soit dans de telles circonstances. Chaque jour ma boîte mail universitaire, autant que ma boîte mail personnelle (puisqu’il semble toujours plus prudent de la part des expéditeurs de doubler leurs communications) sature de mails autour d’une prétendue nécessité de la « continuité pédagogique ». Le confinement est une épreuve (mentalement aussi) très difficileProposer des ressources et des possibilités, soit.Parler de rendus même décalés, de cours en vidéo sans questionner plus que cela nos possibilités d’accès ne fait qu’accroître ma culpabilité face à mon incapacité à faire quoi que ce soit (ou mon incapacité à me connecter à l’heure voulue, définie – voir même l’incapacité à répondre aux mails de mes professeurs). Pourtant, je suis de ces étudiant∙es plus que privilégié∙es, je n’ai jamais manqué de rien — si ce n’est d’une connexion internet illimitée — et mon confinement se fait dans un endroit bien agréable en soi. Mais l’angoisse devant une situation tellement inconnue dont nous n’avons aucune idée du temps qu’il nous faudra pour sortir devrait amener à plus de questionnements sur ces questions de continuités. Alors il va certainement falloir inventer des façons de faire et de communiquer mais à mon sens aussi surtout déculpabiliser ceux, celles, qui juste n’arriveront à rien dans ces temps-là ou tout simplement par précarité ne pourront pas accéder à ces ressources numériques.

https://www.flickr.com/photos/moncouer/4489348811/in/photolist-7QH5ZH-9K7ag1-SobaaA-69Mk5B-24eAmJW-NrSsDt-5uH4c7-NbuHUN-2hPdC2n-4Mekij-ZwSpHN-r5HHGL-z9Ggq7-5bnyBi-8t8rba-XZtvnw-Sju6ag-pKnXjZ-SvJ4Ti-XrHoR3-ZR4MVh-64fh1v-RWAMkE-2gm68rv-2fZg3hZ-tRBRW-8LQJmc-p8gSDx-p3ZNoo-4ToNki-fmFU1s-24k5BrA-86Gn8e-6jF1nb-fUqSSR-3jX1wS-uju7D-9AqT3M-24fuktK-YDRPD9-3nZuUu-2PkFz-2dEJgih-FcMchb-6YY3xf-oSg7K3-avyn8e-3nV16v-Td3UYN-56YsFR

touch, by Eszter Tomori, 2006

Quelles sont les possibilités d’accès — en temps normal—pour chaque étudiant à un ordinateur, à internet, à un espace calme, à de la nourriture —non, travaillez le ventre vide ce n’est pas simple—, à du repos ? Ce sont des données qu’on a trop peu, pourtant, on ne compte plus le nombre d’étudiants qui travaille à côté de ses études, qui vit en logement insalubre, qui ne peut se soigner, qui ne peut manger à sa faim ou sainement, qui ne peut prendre le temps du repos nécessaire pour faire face au devoir universitaire. Alors déjà au « temps normal » et bien indigeste, aucune égalité n’existe mais qu’en est-il ces derniers jours, en plein cœur d’une pandémie ? Qui sont les étudiants qui peuvent « lire et travailler » et ceux, celles, qui doivent gérer les frères et les sœurs, les parents, les grands-parents, les voisins ? On n’en sait rien. Et au milieu de tout ça, ce sont souvent, encore, les plus précaires qui sont au cœur des réseaux de solidarités pour le voisinage, pour les personnes sans-domiciles, pour ceux encore plus ou autant : précaires. Alors le temps de la continuité pédagogique n’a pas fini d’être brisé, le « temps de la continuité pédagogique n’a jamais existé » —ou n’existe plus depuis bien longtemps — et en ce moment, il n’a certainement pas lieu d’être. Ou plutôt, s’en réclamer est simplement indécent.

https://www.flickr.com/photos/enrica_corvino/2186239498/in/photolist-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-2hap9GP-8u6EGP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj-ac5sFU-2ze3L4-5oVh2r-9K4CGn-69hNBN-ntCFer-2h1piWe-4uyyVC-eysQXf-2ibPW3m-9f1krA-2gKqfF5

touch, by Enrica Corvino, 2008

Puis si certains tirent parti de cette situation, il est à craindre que ce seront toujours les mêmes, comme ceux qui déjà en difficulté le seront sans doute bien plus pendant et après cette crise sanitaire. Il y a plus inquiétant selon moi : la santé mentale des étudiant∙es, déjà si fragile et dont on parle trop peu dans le monde universitaire. J’ai été dans le peu de rencontres que j’ai faites cette année1 plus qu’attristée de découvrir le nombre d’étudiant∙es sous anxiolytiques, antidépresseurs ou ceux en détresse qui n’ont accès à rien. Je suis ce qu’on pourrait qualifier de déléguée de classe, et lors de prises de contacts avec les étudiant∙es, certains mails étaient tels des appels à l’aide dont il nous était quasiment impossible de répondre pour nous délégué∙es. Les discussions avec la direction nous ont sans cesse ramené∙es à nos devoirs de délégué∙es sans que ces derniers prennent la mesure du risque en cours, de la détresse. Ce qui était certain, c’est que, vivant des situations parfois parallèles nous n’étions en mesure de répondre aux appels à l’aide. Nous avons vu et entendus nos camarades pleurer face à des conditions de vies inacceptables, face la détresse quant à l’absence deperspective d’avenir, devant la préparation de la LPPR qui brise encore nombre d’espérances pour de jeunes étudiants chercheurs, face au mépris de certain∙es titulaires autant que de nos gouvernements et de l’université en tant qu’institution((Cette institution s’est avérée plutôt malveillante.)).

Et aujourd’hui qu’en est-il ? Je pense à mes camarades dans des chambres de 9m2 où les bâtiments répondent déjà à des hautes normes anti-suicide, tellement la plupart des conditions de vies offertes sont précaires et insatisfaisantes. Je me rappelle une année en cité universitaire que j’ai fini par quitter l’année suivante pour aller en foyer théologien,bien que je ne sois pas croyante). Une chambre de 9m2 et une cuisine partagée souvent sale, sans poubelle à disposition, ni four. Souvent juste deux plaques, un micro-ondes. Des murs si fins que les moindres gestes de vos voisins vous parviennent. Des sortes de cellules à étudiants qu’on ne peut à peine nommer car il y a encore pire. Il y a toujours pire. Il y a des cités universitaires dans des états d’une insalubrité impensable. Et j’ai là aussi une pensée pour ceux, celles, qui réellement emprisonnées actuellement dans les Centres de rétention administrative2 vivent dans des conditions souvent inhumaines. Mais il y a encore une fois toujours pire.

Les conditions de vie du plus grand nombre sont aujourd’hui intolérables, inacceptables et il faudra le dire, le redire, encore et encore, voir le crier et trouver des moyens pour se faire entendre pour que ça change. Puisque, non, non, nous ne voulons pas de cette « continuité ».

https://www.flickr.com/photos/47018556@N06/4415473854/in/photolist-7Jbsxy-2iFEim6-4nD1Jh-reR3Bn-2ccHVfG-KNtNah-7UHc3W-86q4t3-8ZxJE-6diumX-9ReMRp-5UvXQq-rf3vcH-9Nwx2q-4npHtG-UXyxKs-gE7QFT-9Gc1Ax-NJRMAJ-N8uaP-83MSbR-3mDM7W-5SC1tL-2h5HqFG-244TzNs-pLLe65-aCXtzj-6z3euf-bgey5k-96LV6T-6wp59R-5uJZr5-5ieZWx-2ijoyKk-5VvbWu-2itbUfF-8QKB1x-5zwFAx-4nkbLM-rEttcE-724Qny-e4B1Zs-FEMjCy-517Pdn-JNPFud-5j9HEp-3pkvwo-FLiJT1-4159Vh-7J3NjF

Touch, by LorC8, 2008

Ce temps de la prétendue continuité pédagogique devrait plutôt s’interroger sur ce qu’est devenu notre monde, notre société autant que son université. Puisque l’université aujourd’hui ne répond plus à son devoir de service public, elle est inégalitaire, raciste, sexiste, et j’en passe. Que faire ? Je n’ai même pas d’idée. Dernièrement, je pense à ceux, celles, qui ne seront pas aussi protégés que je le suis. À ceux, celles en détresse pour qui je ne sais même pas quoi faire. Je pense à ce gouvernement qui offre d’abord des solutions aux entreprises et se congratule alors que la gestion de la crise est plus que lamentable et coûtera de nombreuses vies. Mais qu’importe pour eux, il n’est plus à démontrer que nous ne comptons pas. Il y a mille questions à se poser actuellement, mais je crois en effet que la continuité pédagogique n’est pas la première d’entre elles.

Alors je ne répondrais pas aux injonctions pour maintenir la « lucidité des universitaires » dont nous avons besoin mais qui fait cruellement défaut. Et si rien n’est produit pour la machine universitaire dans ce temps de confinement insupportable, personne ne devrait en être tenu responsable. Il y a des moments où il faut admettre que plus rien ne tient. Et quand plus rien ne tient, la seule chose à faire, c’est prendre soin. Prendre soin de ceux et celles qui côtoieront la mort dans leurs proches, dans leurs familles, prendre soin de ceux et celles qui iront travailler pour s’assurer un revenu minimum autant que pour faire vivre ceux et celles qui peuvent restés confinés, prendre soin de ceux et celles qui plus que jamais d’une santé psychique fragile sont peut-être au bord d’un précipice qu’on ne voudrait voir mais auquel il va falloir faire face. Prendre soin des autres, prendre de soin de nous autant que de soi.

Juste prendre soin et jouer le contre-courant de ce que joue notre gouvernement qui ne prête plus d’attention ni aux corps, ni aux vies.

https://www.flickr.com/photos/speechlesstalking/6050803906/in/photolist-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8-7xdFof-ecpidC-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-8u6EGP-2hap9GP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj

touch, by Kate, 2011

  1. Je précise puisque je n’arrive pas à me faire à ce milieu universitaire []
  2. NDLR – Cf. sur Academia, Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique, 20 mars 2020. []

Charte de la continuité pédagogique, par Sylvain Brocquet

https://www.flickr.com/photos/marcwathieu/42944917570/in/photolist-28qTVPh-XdgX5h-DEL2S9-Gor5KT-FTMkfh-rsj2cU-vPQhNT-qZV9Jm-Nokarw-tgEdJj-udFVRP-WtTYYe-ihbUYj-D5HZLa-PsFzMk-tB5s6Z-qURwvS-tjBEiD-2cQig5E-tjUU7X-tAKVWd-rRR7EB-w36oCL-Ng6pe4-JXgQ68-2bJJTj-r1b7i8-2aPD6pW-wCCf6q-gQjnBr-tzWQGd-2a8f4r8-tr5PBD-UWvez2-28GoxPG-23SCgN5-ZTuhDA-Dbyu5f-vSJ1nd-yHzHjK-NP8XxR-28tYD1o-MXmJT6-XPrvcu-26rpVJz-UxAnJw-rNtj2n-RdXXC6-27uZTf2-Y9z4V6

Mon générateur de cadavres exquis, par Marc Wathieu, 2018

Charte de la continuité pédagogique, ou dix raisons impérieuses de réaliser
une transition numérique définitive

Article un. Les enseignants et enseignants chercheurs sont au service des usagers et doivent par conséquent assurer la continuité du service public, dans le respect des valeurs républicaines et de laïcité, quelle que soit la conjoncture nationale et quelles que soient les conditions de travail qui en résultent. Ils doivent notamment faire en sorte que leurs étudiants préparent leurs examens comme si ceux-ci devaient avoir lieu en temps et en heure, sur des programmes qu’il serait irresponsable de réduire d’un ou deux chapitres au seul motif que les établissements sont fermés et la nation confinée pour endiguer une pandémie.

Article deux. Il faut être de son temps : le métier de professeur doit évoluer en fonction des innovations technologiques et ceux qui l’exercent doivent savoir s’adapter à cette évolution. Ils doivent contribuer à ce que l’enseignement universitaire relève le défi du numérique, qui est le défi du XXIe siècle, et à ce que leur établissement atteigne l’excellence dans ce domaine.

Article trois. L’autorité étant le sel de toute vraie pédagogie1, ils doivent fidélité et loyauté au président de leur université et au directeur de leur composante : ils ne sauraient se dérober à l’injonction numérique de ces derniers.

Article quatre. Ils doivent permettre à l’université de s’adapter à un environnement concurrentiel, dans lequel le service public est contraint de fonctionner en compétition avec les entreprises privées de la formation numérique. Ils doivent contribuer au développement de partenariats gagnant-gagnant entre leur établissement et ces entreprises et favoriser ainsi le maintien de la croissance et la création de richesse dans le secteur numérique.

Article cinq. Ils ne doivent pas s’arc-bouter sur des privilèges d’un autre temps, invoquant un droit du travail suranné qu’il faut au contraire savoir faire évoluer, dans un esprit ouvert à la modernité. Ils doivent donc se plier à quelque tâche que leur hiérarchie exige d’eux, sans compter leurs heures de travail ni refuser de recourir à des technologies innovantes sous le prétexte fallacieux qu’ils ne les maîtrisent pas, qu’ils ne disposent pas du matériel nécessaire, ou qu’elles seraient nuisibles à leur santé. Ils ne sauraient davantage prendre pour s’occuper de leurs enfants confinés chez eux un temps qu’ils doivent à leur établissement. Le télétravail permet de dépasser la distinction obsolète entre temps personnel ou familial et temps professionnel.

Article six. Ils n’ont pas le droit de consacrer leur temps de travail à des tâches qu’ils définiraient librement et souverainement, ni en matière d’enseignement ni en matière de recherche. La fermeture des sites universitaires ne saurait signifier la liberté du temps retrouvé.

Article sept. Ils doivent, dans le respect du principe d’égalité des chances, contribuer à une meilleure orientation des étudiants, en créant les conditions d’une répartition juste et équilibrée de ceux-ci entre les filières, en fonction de leur accès aux nouvelles technologies, de leur capacité à les maîtriser et à les mettre en œuvre de manière pertinente.

Article huit. Ils ne doivent pas s’enfermer dans une conception obsolète de l’enseignement, reposant sur le dogme de l’interaction pédagogique, ou en supposant à tort que celle-ci exige le dialogue et la présence humaine : l’interaction de notre temps, à l’université comme à l’école ou dans la vie réelle, celle de l’entreprise, ne se déploie de manière profitable que dans un environnement numérique.

Article neuf. Ils doivent assurer à l’intention de leurs étudiants la continuité de l’ennui et de la contrainte : il serait préjudiciable que l’épisode pandémique soit pour ces derniers l’occasion de rompre avec un emploi du temps saturé et se trouvent libérés de l’obligation d’entendre sans discontinuer une saine parole pontifiante. Il est impératif d’éviter que subitement désœuvrés, les étudiants trouvent le temps de lire, de réfléchir, de méditer et de penser par eux-mêmes. Il serait tout aussi dommageable qu’ils en viennent à considérer leurs études comme un moyen de satisfaire leur soif de connaître et de comprendre, en oubliant tout à la fois la préparation de leurs examens et l’objectif premier d’insertion dans le marché du travail.

Article dix. Dans le même esprit, enseignants et enseignants chercheurs doivent assurer la continuité du contrôle et de l’évaluation. L’université ne doit pas cesser de juger et de noter, de sanctionner et de trier.

  1. Voir Les recteurs et les droits constitutionnels, 31 janvier 2020 []

L’urgence est maintenant de travailler ensemble ! Une tribune

La crise sanitaire que nous traversons appelle à des mesures fermes et claires : confinement maximal des personnes et, pour ce qui nous concerne, fermeture des sites universitaires et des laboratoires d’Aix-Marseille Université. C’était la chose à faire. Mais le président de l’Université, appuyé par une cellule de crise, dont on ignore la composition et les compétences, a distribué un «plan de continuité pédagogique», sans consulter ou ne serait-ce qu’informer ceux qui ont en charge la pédagogie, que ce soit pour le pilotage : CFVU, Conseils d’UFR, commissions pédagogiques, ou bien ceux qui le mettent en œuvre : collègues, responsables de mention, directions des études, départements, comités des études.

Ainsi, depuis le début de cette semaine du 16 mars, nous avons un « PLAN DE CONTINUITE PEDAGOGIQUE_AMU.pdf »1, notre vademecum, qui nous enjoint de remplir une mission… impossible !

Ce plan est un outil qui a pour objectif d’organiser une continuité pédagogique… qui n’est pas définie. Dans la meilleure langue de management, on nous demande et on nous propose plein de choses. De nombreux tableaux sont à remplir, des référents à identifier.

Tout cet effort alors que le corps enseignant français, du professeur des écoles à l’universitaire, s’inquiète des problèmes d’injustices liés à l’accès très inégal aux ressources numériques, s’interroge sur le sens et la possibilité d’enseigner « à distance » des notions nouvelles et d’évaluer les acquis avec justesse. Et quid des savoir-faire à transmettre, au moins aussi importants que les connaissances ?

La présidence et les directions d’UFR ont mis la charrue avant les bœufs : méthodes et outils sont suggérés avant de fixer un objectif pédagogique accessible. Cet objectif, nous devons le fixer ensemble, avec ceux qui côtoient leurs étudiants semaine après semaine.

Avant d’envoyer des « contenus », il est important de savoir si, en face, les étudiants ont l’équipement (ordinateurs, connexions…) adapté pour recevoir ces ressources et travailler correctement : plusieurs syndicats ont déjà pointé ces inégalités d’accès, criantes dans le primaire et le secondaire : c’est le même problème à l’université.

Comment assurer cette fameuse continuité dans l’équité ? Certains trouveront chez eux de l’aide, (par exemple ceux dont un parent, une sœur ou un frère est prof/chercheur), alors que d’autres sont des autodidactes. Mais ceux qui ont le plus besoin de nous seront seuls derrière leur connexion, s’ils en ont tous une. C’est pourtant la noblesse de notre métier d’emmener le plus loin possible chacun de nos étudiants.

Comme nous, nos étudiants sont confinés, stressés, dérangés, inquiets. Isolés de la communauté universitaire, certains sont privés de ressources… Ils sont rarement dans les bonnes conditions pour s’adapter sans transition au télé-enseignement. Nous attirons l’attention sur les risques de creusement des inégalités devant les études et les examens que ferait encourir un recours massif aux outils numériques.

L’utilisation raisonnée de ressources numériques est un atout. Mais comment accepter que notre métier, notre compétence pédagogique se réduisent à notre habileté à poster des cours et exercices sur une plateforme, éventuellement complétés par une interaction sporadique, souvent de mauvaise qualité, par téléconférence ? Seule une interaction directe avec un groupe nous permet de faire assimiler aux étudiants de nouveaux concepts et méthodes. La crise actuelle ne doit pas être une période d’essai pour un enseignement « à distance » où les moyens numériques compenseraient le déclin des postes fixes, au détriment de l’indispensable enseignement en face à face.

Le chemin qu’on veut nous faire prendre va nous faire manquer un rendez-vous historique. Certes, rien ne nous est « imposé », mais le « plan de continuité pédagogique », sans recul critique ni réflexion éthique, ne sera qu’une épuisante et stérile pantomime.

Nous, enseignants et enseignants-chercheurs, sommes chargés d’une mission de service public. C’est nous qui devons redéfinir notre objectif pédagogique. Et nous allons le faire. Après ce temps de réflexion et de recul, nous pourrons sereinement œuvrer collectivement à la définition et à l’application des modalités alternatives d’enseignement et d’évaluation que nous impose cette crise sans précédent.

Signataires

https://www.flickr.com/photos/93829702@N05/49473895506/in/photolist-2inQDuo-tfhMp7-tfxWA6-YkAWGR-2hWYqjF-rTeE5Q-2hWT8KK-WgmV2Q-6gFuW9-Lo52To-dDC4K5-2aV93Kb-2hWC5Xj-2hXeZwG-h35aZN-2hWSq6N-bomzFC-23XzJSw-V1razN-4vEWny-2hu4Fq4-opXQQv-ESw4nU-2hX1w42-2hWXahh-8zAsWr-4dCPf6-YhvNsi-2hWD73c-RaJx4Y-qeZrX1-rWsv44-24eAP2c-ZHgs4X-eiZT6G-buGgvV-2hWV8ua-dyzSya-nGQ6NS-9j3yBg-2hWTT59-j86Yv5-6eVpJE-hk4X3S-cL6Yz3-2hWK8TF-Wtkr1Q-eihhgX-GkDQaL-2hWFtCc

Chained, by Pete Maddex, 2020

Le texte ci-dessus émerge d’une réflexion collective de personnels de l’université d’Aix-Marseille qui réfléchissent aux réformes en cours et prévues. Au-delà des signatures nominatives, il a le soutien d’autres collègues qui y ont vu une occasion de réfléchir et de débattre avant de faire, vite, et peut-être maladroitement.

Continuer la lecture

  1. NDLR: À mettre en regard de la Fiches-PlanContinuitéPédagogique-DGESIP établie par le Ministère. []

Continuité pédagogique ? Témoignages d’enseignantes-chercheuses

Nous avons recueilli, au hasard des listes de discussions, sur Twitter, en échangeant avec les collègues, plusieurs témoignages qu’il nous semble indispensable de publier pour saisir la distinction entre ce que j’ai appelé la névrose de la continuité pédagogique,et les tentatives, sincères, désespérées quelquefois, de faire vivre le lien pédagogique, ayant conduit Julien Gossa à lancer un appel pour un plan de (dis)continuité pédagogique. Car l’Université, c’est avant tout ces chaînes de transmission de savoir, qui sont aussi des liens éthiques et des valeurs. 

Caroline Muller – Rennes-2

« Chères toutes, chers tous,Je prends conscience que, dans l’effervescence de la mise en place de la «continuité pédagogique», je ne vous ai sans doute pas assez dit l’essentiel : cette période étrange n’est en aucun cas le moment de paniquer ou stresser sur vos cours. Nous savons que tout le monde n’a pas une bonne connexion internet ou des conditions de travail optimales ; je sais aussi que le confinement a des effets psychologiques qui peuvent rendre difficile la concentration. Mon mail précédent était indicatif : l’idée est de garder un peu d’activité intellectuelle et d’éviter un « décrochage » trop violent, pas de préparer à tout prix tout ce qui était prévu.

Profitez de vos proches s’ils sont avec vous, jouez à la console, écoutez de la musique, plongez dans Gallica ou toutes ces très belles offres culturelles qui nous parviennent (comme quoi, en temps de crise, on se rend compte qu’on pourrait inventer une culture gratuite et accessible à tous), regardez des films, cuisinez si vous pouvez, faites du yoga (sans vous cogner aux meubles si vous êtes dans 12 mètres carrés), applaudissez aux fenêtres, observez ce que l’événement fait à la société, fomentez la fin du capitalisme, dormez, rêvez, parlez à vos amis, organisez des apéros Skype si vous avez une connexion, écrivez à vos professeur(e)s qui sont là pour vous, ressortez les puzzle et les lego, bref : faites ce qui vous fait du bien. Et n’hésitez pas à m’écrire si vous êtes angoissés. On peut même créer un groupe de discussion si vous avez besoin.
Pour ceux et celles qui sont salarié(e)s, ces temps sont aussi particulièrement difficiles à gérer, entre inquiétude de contamination, pressions hiérarchiques, injonctions contradictoires et nécessité de subvenir à ses besoins. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de toute situation de grande fragilité ou de précarité et surtout ne vous donnez pas une pression supplémentaire quant au suivi de votre cursus : nous trouverons des solutions ensemble le moment venu ».

https://www.flickr.com/photos/carolyneaton/28387496115/in/photolist-KfvkAc-2e6BZP4-7keCLD-NWumfX-RgxPp6-y2QVZY-tfhMp7-FjwGcq-tfxWA6-HckpF5-2cNRvvZ-27pAhN3-2i8pTKg-2hXc13x-rpUbU9-Snpy36-YkAWGR-titN3T-2hWYqjF-2hWT8KK-Lo52To-2hWD73c-2aV93Kb-2hWC5Xj-2hWSq6N-23XzJSw-ESw4nU-2hX1w42-2hWXahh-rTeE5Q-WgmV2Q-6gFuW9-dDC4K5-2hXeZwG-h35aZN-bomzFC-V1razN-4vEWny-2hu4Fq4-opXQQv-8zAsWr-4dCPf6-YhvNsi-2hWV8ua-Wtkr1Q-2hWK8TF-2iEfENJ-2hWFtCc-Ee6M21-2bqNgTD

Chained, Mullion Cove, Cornwall, by Carolyn Eaton, 2016

 VB – Région Rhône-Alpes

J’ai quand même un collègue qui nous dit, quand on discute des difficultés des étudiants, « Oui enfin bon c’est peut-être juste de la fainéantise et il ne faudrait pas que nous baissions notre niveau d’exigence ».
Au même moment une étudiante m’écrivait pour s’excuser de ne pas avoir participé au chat que j’avais planifié, parce qu’elle est caissière en supermarché et fait plus d’heures à cause des absences. Au supermarché, bordel, pendant que nous on est confinés avec nos 2500 bouquins et qu’on glose sur « oui mais alors faudrait pas donner leur semestre aux fainéants ».

https://www.flickr.com/photos/carolyneaton/17025180629/in/photolist-rWsv44-qeZrX1-24eAP2c-ZHgs4X-eiZT6G-buGgvV-2hWV8ua-dyzSya-nGQ6NS-9j3yBg-2hWTT59-j86Yv5-6eVpJE-Wtkr1Q-hk4X3S-cL6Yz3-2hWK8TF-eihhgX-2iEfENJ-GkDQaL-2hWFtCc-PmAJaE-s85e8Y-8cHGpp-ajivB-63DAKn-cMKwkh-MPtxFA-2hX2h5N-6gn512-2hWQRrG-Ee6M21-dMb1EG-LGRUCg-KanLPH-2bqNgTD-9UD9Px-R7scD8-5zVNNN-2hULc3m-SdtEQ5-2hWtxSR-fQkntq-2hWC6m4-m5Xk-XyTKDQ-6Ngi4m-apTNJt-bsKBm5-2hJMVkA

Chained, Carolyn Eaton, 2015

Continuer la lecture

Anaïs prévient : il n’y aura pas de continuité pédagogique

Continuer la lecture