Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Continuité pédagogique, ruptures sociales. Comprendre nos étudiant·es en temps de confinement

  • par Lisa Carayon et Arthur Vuattoux, maîtresse et maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, UFR Santé, médecine, biologie humaine, laboratoire IRIS.

Notre texte se base sur la démarche d’enseignant·es chercheur·es de la Licence Sciences sanitaires et sociales et de Masters de Santé publique de l’Université Sorbonne Paris Nord (ex-Université Paris 13).

Ayant le sentiment de ne pas bien cerner les difficultés vécues par les étudiant·es durant cette période de confinement, nous avons décidé d’aller vers elles et eux pour essayer de comprendre leur quotidien. Nous avons à cet effet construit un petit questionnaire en ligne qui nous a permis de recueillir de précieux renseignements.

Il ne s’agit pas de présenter ici ce questionnaire dans son ensemble1, mais de discuter certains aspects de ce qu’il permet de saisir de l’expérience du confinement parmi nos étudiant·e·s, et de ce que cela implique dans leur rapport à l’université. Ces remarques permettent aussi d’avancer quelques pistes quant à la relation à développer vis-à-vis de nos étudiant·e·s, dans une période si singulière : ne faudrait-il pas, dans ces temps particuliers, revoir nos priorités et faire vivre, en lieu et place d’une illusoire « continuité pédagogique », une « continuité critique » basée sur le maintien du lien et le refus de l’évaluation à tout prix ?

Au départ de la réflexion : des signaux faibles de difficultés sociales et d’inégalités face à la poursuite de l’enseignement à distance

Le 16 mars 2020 les universités se sont « arrêtées » – elles étaient toutefois déjà en partie « à l’arrêt » du fait de la contestation des réformes envisagées par le gouvernement, et nos cours étaient en partie « alternatifs ». Mais cet arrêt-là n’était pas préparé : annoncé brutalement, il a été mis en œuvre comme la plupart les décisions récentes du gouvernement, c’est-à-dire sans concertation, sans préparation, sans cohérence. Le 17 mars, c’est finalement la population dans son ensemble qui était confinée — hormis bien sûr celles et ceux qui continuaient de faire vivre les services de santé, le secteur de l’alimentation, etc. S’en est suivie une forme de silence au sein de la communauté académique. Silence entre collègues, du fait des multiples difficultés à organiser sa vie personnelle en temps de confinement, mais aussi silence dans notre relation à toute une partie de nos étudiant·es. Bien sûr, rapidement, nos échanges ont repris et quelques cours à distance ont remplacé nos cours d’amphi et nos TD : envois de documents, tchats, cours enregistrés, parfois cours en direct… Mais personne ne croyait réellement que ces cours de substitution allaient toucher l’ensemble nos étudiant·es. Nous en avons rapidement eu la confirmation.

Plusieurs constats se sont ainsi imposés à nous. Une poignée d’étudiant·es seulement interagissait avec nous et nous recevions des mails inquiets faisant état de difficultés de compréhension. Surtout, nous recevions des signaux inquiétants sur leurs conditions de vie : certain·e·s étudiant·es disant être sans accès à internet, d’autres relatant leur travail d’aide-soignante ou de caissière (emplois devenu beaucoup plus fatigants depuis le confinement), ou encore signalant qu’elles et eux-mêmes ou leurs proches étaient malades, parfois jusqu’à l’hospitalisation. Mais il ne s’agissait encore que de quelques messages, dont nous partagions le contenu général entre collègues régulièrement. Le confinement se prolongeant, l’inquiétude grandissait de notre côté concernant la situation de nos étudiant·es, d’autant que s’annonçait la question de l’évaluation des connaissances de fin de semestre…

https://www.flickr.com/photos/old_skool72/16193623551/in/photolist-qEYy74-peKcPk-EN99BN-cPQodw-p8vqLW-eYJJ39-6kCBgM-TqogjM-PTTeTJ-2hRkAER-7jkktN-8nTkDY-8nTiNy-9P4hSd-8nTp82-ntPMHQ-27JjGb2-98Eyjs-8Fi65d-dbLFBh-5EqGgV-7jkjWf-6gGNA7-QeEina-bkeDWx-TKCUEd-f1bhuQ-px7TMu-bBM11S-iXqVV6-fnF29X-eVmdXv-2h38B3o-prcCqk-2it18PC-Kpn8Xz-2erdcSj-D56SGP-2ijjRvN-2h5XUDN-2hLEcjZ-2hRRkUU-7S7dG6-7J1cq-eqc66R-bsRzRe-5KzWYD-8wUjVD-nw6GgM-c3hCA

Care, by old_skool72, 2014

Nous avons donc lancé, le 6 avril, un questionnaire en ligne, envoyé via les mails personnels récupérés dans différents cours par les enseignant·es, et avons reçu en deux jours 411 réponses, soit un taux de réponse de plus de 80% pour nos trois années de licence et deux de nos masters.

Des étudiant·es aidant·es à l’intérieur, exposé·es à l’extérieur

Tout d’abord, il est important de préciser que nos formations sont très largement féminisées : il y a, sans grande variation dans les dernières années, environ 5% d’hommes seulement dans nos promotions (6,6% dans le présent questionnaire). Une part importante de nos étudiant·es est par ailleurs issue des classes populaires, et plus de la moitié résident en Seine-Saint-Denis, où est localisée l’université. Pour les autres, les temps de trajet pour rejoindre l’université sont parfois très longs, dépassant fréquemment une heure pour venir sur le campus2. Nos étudiant·es vivent fréquemment, cela ressort du questionnaire, dans des logements partagés, déclarant par exemple vivre avec, en moyenne, 3,8 autres personnes dans leur logement.

Surtout, nous l’avons compris à la lecture des réponses à une question ouverte en fin de questionnaire, les conditions de confinement sont très diverses. Certes, une partie importante de nos étudiant·es parvient à se ménager un « espace à soi » (70,6% disposent d’un espace dans lequel ils ou elles peuvent s’isoler pour travailler) mais nombre d’entre elles et eux passent une partie de leur temps à s’occuper de membres de leur foyer ou ont continué à occuper un emploi salarié durant cette période (en télétravail pour une part, mais surtout dans des emplois exposés, aux caisses des grandes surfaces, à l’hôpital ou en EPHAD…).

Une étudiante explique ainsi vivre à cinq personnes dans un appartement de trois pièces. Elle explique qu’il est, chez elle, impossible de se concentrer et précise :

“Il faudrait se lever à 5h du matin pour pouvoir étudier dans le calme mais vous comprenez que c’est compliqué. Pour ma part, j’allais toujours à la bibliothèque pour pouvoir étudier dans le calme et lire des ouvrages. Cela fait deux semaines que j’essaye de lire un livre mais en vain. C’est vraiment démotivant. J’en arrive à faire des crises d’angoisses, j’ai une éruption de boutons qui sont apparus dû à ce stress. Enfin voilà c’était juste pour que vous compreniez bien ma situation qui est sans aucun doute la situation de beaucoup d’autres étudiants”.

Pour une autre étudiante, elle aussi confinée, la difficulté à se concentrer sur le travail universitaire se double de la nécessité d’assurer la « continuité pédagogique » pour des frères et sœurs :

« Durant le confinement, c’est très difficile de se concentrer sur le travail universitaire car je dois m’occuper du travail scolaire de mes petits frères et sœurs et m’occuper du foyer (la cuisine, le ménage, etc.)”.

Une autre souligne :

Avec le confinement, les crèches sont fermées, ma fille est donc exclusivement gardée par moi. J’ai du mal à trouver le temps pour me consacrer à mes études. Je dois aussi m’occuper de ma mère qui est actuellement hospitalisée”.

De fait, 64% des répondant·es estiment que le temps consacré à d’autres personnes (frères, sœurs, parents, personnes âgées, enfants, etc.) a augmenté depuis le début du confinement.

https://www.flickr.com/photos/45627980@N03/5756139788/in/photolist-9LDHPs-qSqG4-mff5qr-pZA9P2-4qr68t-rRdCd-6FyQpC-rRdCm-qSoMa-BS8wmy-2h37U6Q-5Cva69-84DAWg-5CwseT-rRejU-rRejP-h87Ltx-dTb3Q4-Ss3u3j-4qfNTX-2hHJQNg-6zzLkk-P3L73s-24jAUZ5-2h1nCii-2hkdvuN-PxZGba-2h2Zhi6-2hPGd4M-2iFGpT4-2hX6nnU-2iQCHsB-b4DZ1M-2giG7ZX-Pq8rW2-2h3DzUM-YvYKeU-MuSkYF-aqCoEg-2ikGv2K-3SXPXn-m4pBPe-YbzGXH-TPK6pH-dcZnM9-2bUyFEL-jFRYz3-PB7BTC-v1etLy-2cDK5JJ

Care, by Beauty Never Fades, 2011

Parmi les étudiant·es ayant continué à occuper une activité salariée, évoquons cette étudiante qui, vivant seule dans son logement, parle de son travail aux caisses d’un supermarché :

« Étant donné que je suis caissière dans un supermarché mes horaires, en cette période de confinement, ont énormément changé, je travaille beaucoup plus ce qui fait que je suis moins chez moi et lorsque je rentre je suis fatiguée de mes journées de travail qui ne cessent d’être plus chargées de jour en jour (…) De mon côté, dans le supermarché dans lequel je travaille, je ne peux me permettre d’être absente puisque vu la situation de nombreux collègues sont absents, ce qui rend la charge de travail plus conséquente« .

Pour d’autres, la “double-journée” travail salarié / travail domestique, prend actuellement un poids particulier, comme pour cette étudiante qui écrit :

Je suis salariée dans le domaine médical en plus de cela j’ai quatre enfants dont deux en primaire où il m’a fallu m’improviser professeur !! Avec en plus tous mes cours à revoir, c’est vraiment compliqué ”.

Malgré le maintien d’une activité salariée chez certain·es, les difficultés financières provoquées par le confinement semblent importantes, puisque 31,4% des répondant·e·s disent éprouver des difficultés financières nouvelles depuis le début du confinement. Quelques réponses évoquent d’ailleurs une inquiétude quant au prolongement éventuel de l’année universitaire, qui les empêcherait de commencer rapidement un « job d’été ».

Continuer la lecture

  1. Nous renvoyons à une première analyse disponible sous ce lien. []
  2. Des étudiant·es résident par exemple dans le 77 ou le 95, départements mal desservis en transports en commun susceptibles de rejoindre rapidement Bobigny. []

Motion de l’Assemblée générale de l’Université de Paris, 20 avril 2020

Continuer la lecture

« L’ampleur de la catastrophe pouvait l’expliquer ». Lettre ouverte aux étudiants, personnels et enseignants de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, par cinq directeurs et directrices d’UFR

Chers collègues,
Chers étudiants,

Les temps que nous traversons sont difficiles pour tous et dans toutes les sphères de nos vies. La pandémie qui sévit et les mesures nécessaires prises pour la combattre perturbent la vie d’un nombre considérable de personnes, partout dans le monde et, évidemment, en France.

Les Universités ont été évidemment impactées avec beaucoup de force dès que la décision de fermeture a été prise. On sait désormais qu’elles ne connaîtront pas un fonctionnement « normal » d’ici la fin de l’année académique.

Malgré les difficultés rencontrées l’administration et les enseignants, chacun à sa place, ont fait en sorte que la mission de service public de l’enseignement supérieur soit toujours assurée et les étudiants ont été au rendez-vous.

La quasi-totalité des cours a été dispensée sous des formes différentes de celles initialement prévues. Les Travaux Dirigés se sont déroulés avec le soutien des nouvelles technologies, la Direction du Système d’Information et des Usages Numériques est parvenue à améliorer les outils à notre disposition.

Dans ce contexte très particulier la continuité pédagogique a été la priorité absolue. Le souci de la formation et du devenir de nos étudiants a également été une préoccupation de chaque instant. Il aurait été possible de fermer purement et simplement l’Université et de se donner rendez-vous l’an prochain pour reprendre les enseignements après une année « blanche », chacun retrouvant son niveau.

L’ampleur de la catastrophe pouvait l’expliquer.

https://www.flickr.com/photos/46591623@N06/5486097905/in/photolist-9mMFLV-HpkN47-bptwF1-8Zhw4d-tb768F-9g7131-9RQaWz-b1BvPc-aWorPK-2i7Ye7w-9FwRjV-2haRhQY-QLtkcm-641RRg-4WRFAK-9GzXGf-7ZzZwt-6t5peQ-2i1yJXn-5WzvHX-9RM9DR-YFkSQP-n1zkh-7ZDb1S-czmpBs-czmpHu-eHuuPw-4F1Ri-czmpEm-9vpZz8-frYU5s-6suYvw-5UBPqr-2gf9ePW-MYheB2-5WDLR1-bhD4sx-9GoEgi-29fpau5-oC4jvD-2hLK9J4-N6J77n-YdUWeR-2ikgcoK-bqj2bB-2iaE7fc-21uKoEo-2h6qcje-YPKK6j-2aA1YW7

Order, by Gusty photo 1, 2011

Nous avons décidé collectivement d’avancer et de permettre au plus grand nombre d’avancer aussi. Notamment en octroyant des aides d’urgence pour faciliter l’équipement des étudiants qui n’avaient pas d’ordinateur à leur disposition.

Ceci passe nécessairement par le suivi des enseignements et l’évaluation des connaissances.

Suivant les directives du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, la Vice-Présidente de la CFVU, Alice le Flanchec, a préparé une note destinée à accompagner les UFR dans cette phase de contrôle des connaissances qui doit débuter assez prochainement.

Présentée à l’ensemble des directeurs d’UFR et travaillée avec eux, cette note offre un ensemble d’orientations permettant d’accompagner avec bienveillance les étudiants dans une démarche de contrôle des connaissances à distance dont la mise en œuvre devait être laissée auxdites UFR pour tenir compte des circonstances et de leurs situations spécifiques. Dans le respect des exigences pédagogiques propres à chaque discipline.

Il s’agit d’organiser des aménagements variés pour permettre aux étudiants de composer dans les moins mauvaises conditions et in fine, d‘alléger la session sans renoncer à l’essentiel.

Il s’agit aussi d’encourager les jurys à faire preuve de bienveillance.

Une CFVU a été réunie le 16 avril 2020 par visioconférence pour évoquer notamment ces questions.

Certains élus, prenant prétexte des conditions d’études dégradées et invoquant leur conception de l’équité, ont privilégié une politique de rupture assumée.

Ils ont donc repoussé l’adoption de la note préparée par la vice-présidente de la CFVU en concertation avec les UFR et sont parvenus à faire adopter, à une majorité de deux voix, la motion suivante :

Considérant la situation exceptionnelle à laquelle l’Université Paris 1 fait face, face à la pandémie mondiale de Covid-19, les modalités d’examens et d’évaluation pour toutes les composantes de l’Université sont aménagés afin d’assurer un principe d’équité entre tous les étudiants de l’Université

Considérant qu’il n’y a eu que quatre semaine de cours au deuxième semestre, que l’accès aux ressources informatiques reste inégalitaires et que la crise du Covid-19 a empêché de très nombreux étudiants d’avoir accès aux ressources en lignes, la CFVU de l’Université Paris 1 qui s’est réunie ce jour décide de l’annulation des examens du second semestre, et la validation automatique de celui-ci, avec comme moyenne pour le second semestre la moyenne du premier semestre.

Considérant qu’il est impossible d’assurer les rattrapages dans des conditions sanitaires assurant la sécurité de chacun, et que les inégalités d’accès aux ressources informatiques tout comme les conditions inégales de confinement rompent le principe d’équité, les rattrapages des examens du premier semestre sont annulés. Tous les étudiants concernés valideront celui-ci avec la note de 10/20, et suivant le renvoi de la moyenne du premier semestre sur le second, le second sera validé également à 10/20. Pour les mêmes raisons, sur toute l’année, aucune défaillance ne pourra être constatée, et ce pour tous les étudiants de l’université.

Concernant tous les stages qui participent à la diplomation, ceux-ci seront neutralisés dans toutes les composantes.

Cette motion est non seulement injuste pour les étudiants qui ont travaillé et travaillent encore et doivent pouvoir être évalués, pour les collègues qui se sont investis dans la mise en place et la réalisation de la continuité pédagogique sans mesurer leurs efforts, mais en outre elle est évidemment dépourvue de toute force car elle est illégale.

Elle repose sur des bases erronées et notamment sur une remise en cause de la valeur des enseignements dispensés à distance alors même que l’article L. 611-8 du Code de l’éducation prévoit que « Les enseignements mis à disposition sous forme numérique par les établissements ont un statut équivalent aux enseignements dispensés en présence des étudiants ».

Elle occulte le fait que l’article L. 612-1 al.2 du Code de l’éducation prévoit que « Au cours de chaque cycle sont délivrés des diplômes nationaux ou des diplômes d’établissement sanctionnant les connaissances, les compétences ou les éléments de qualification professionnelle acquis » ce qui s’oppose évidemment à la délivrance de diplômes sans contrôle des connaissances compétences ou éléments de qualification professionnelle acquis.

Elle bafoue également l’article L. 711-1 du Code de l’éducation selon lequel les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel – catégorie à laquelle appartiennent les Universités – ont comme mission « d’assurer le progrès de la connaissance et une formation scientifique, culturelle et professionnelle préparant notamment à l’exercice d’une profession ».

Enfin, elle viole l’article L. 613-1 du Code de l’éducation selon lequel

Les diplômes nationaux délivrés par les établissements … ne peuvent être délivrés qu’au vu des résultats du contrôle des connaissances et des aptitudes, appréciés par les établissements accrédités à cet effet par le ministre chargé de l’enseignement supérieur après avis du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche. Un diplôme national confère les mêmes droits à tous ses titulaires, quel que soit l’établissement qui l’a délivré.

… Les aptitudes et l’acquisition des connaissances sont appréciées, soit par un contrôle continu et régulier, soit par un examen terminal, soit par ces deux modes de contrôle combinés.

…Seuls peuvent participer aux jurys et être présents aux délibérations des enseignants-chercheurs, des enseignants, des chercheurs ou, dans des conditions et selon des modalités prévues par voie réglementaire, des personnalités qualifiées ayant contribué aux enseignements, ou choisies, en raison de leurs compétences, sur proposition des personnels chargés de l’enseignement.

Dès lors que l’on parle de diplômes nationaux, la marge de manœuvre de l’établissement est très réduite pour déterminer les modalités de contrôle des connaissances. Tout cela se fait dans un cadre national, qui donne lieu à une accréditation du ministère.

Ce cadre national suppose que l’attribution des notes et la délivrance des diplômes ne peut relever que de la délibération d’un jury composé d’enseignants compétents et que les jurys sont souverains pour apprécier la qualité des prestations des candidats.

Ce principe de souveraineté du jury et l’absence d’obligation de motivation de ses délibérations est l’objet d’une jurisprudence constante. Aucune instance de quelque nature que ce soit ne peut s’arroger le droit de se substituer aux jurys.

La crise du covid-19 n’a modifié ces principes généraux qu’à la marge. En effet, l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 est précisément régie par un texte : l’ordonnance n° 2020-351 du 27 mars 2020 dont c’est l’objet et dont les dispositions (art. 1er« sont applicables du 12 mars au 31 décembre 2020 à toutes les modalités d’accès aux formations de l’enseignement supérieur et de délivrance des diplômes de l’enseignement supérieur ».

Ce texte prévoit qu’il n’est possible que d’apporter des adaptations aux modalités de délivrance des diplômes de l’enseignement supérieur.

Il précise, art.2, que « S’agissant des épreuves des examens ou concours, ces adaptations peuvent porter, dans le respect du principe d’égalité de traitement des candidats, sur leur nature, leur nombre, leur contenu, leur coefficient ou leurs conditions d’organisation, qui peut notamment s’effectuer de manière dématérialisée. Les adaptations apportées en application du présent article sont portées à la connaissance des candidats par tout moyen dans un délai qui ne peut être inférieur à deux semaines avant le début des épreuves. »

L’ordonnance rappelle par ailleurs le rôle irremplaçable des jurys en prévoyant (art.4) que les membres des jurys « peuvent participer aux réunions et délibérations par tout moyen de télécommunication permettant leur identification et garantissant leur participation effective ainsi que la confidentialité des débats ».

La CFVU n’est pas un jury d’examen. Elle ne peut évidemment pas déroger aux principes posés par le Code de l’éducation et, pas plus qu’aucune instance, ne peut pas davantage décider de la délivrance automatique de diplômes. Ne pouvant pas dépasser le cadre légal, la motion est entachée d’illégalité.

C’est d’ailleurs la conclusion à laquelle est parvenue la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnelle qui a retenu dans son document « PLAN DE CONTINUITE PEDAGOGIQUE » que « la neutralisation pure et simple d’un semestre (tout comme l’attribution automatique d’une note) n’est pas admissible au vu de circonstances qui, pour être exceptionnelles et difficiles, n’empêchent pas tout mode d’enseignement et tout mode d’évaluation. Cette neutralisation constituerait au demeurant la négation pure et simple de tout ce que les équipes pédagogiques ont mis en place durant ces semaines et ce, de manière exemplaire ».

Ainsi qu’il ressort du Communiqué du Président de l’Université du 17 avril « la motion adoptée à la majorité par les membres de la CFVU ne pourra pas être présentée à la discussion ni au vote lors du Conseil d’administration du jeudi 23 avril prochain. Les membres du prochain CA seront invités à discuter, à débattre et à voter sur le texte présenté à la CFVU du 16 avril. C’est ce texte qui sera présenté et soumis au vote du CA du 23 avril ». Il appartiendra donc au Conseil d’Administration de tirer toutes les conséquences de ces éléments et d’arrêter la liste des aménagements possibles aux modalités de contrôle des connaissances dans le respect des règles rappelées ci-dessus et de la juste articulation des compétences des organes centraux et des UFR. En tout état de cause, les solutions proposées dans la motion étant illégales ne pourront pas être appliquées par les enseignants-chercheurs.

Le contrôle des connaissances sera effectué car il doit l’être sans quoi il n’y aura pas de validation possible d’aucun examen pour le second semestre et une seconde session ne pourra pas être organisée.

À défaut de validation possible de ce contrôle des connaissances, ce n’est pas seulement la valeur des diplômes qui serait atteinte mais leur délivrance qui sera impossible : Seul le redoublement serait alors une option ouverte, ce que personne ne souhaite a priori.

En aucun cas il n’est concevable de sacrifier à des considérations politiques et démagogiques ce qui fait l’essence même de la mission des Universités.

En l’oubliant, les promoteurs de la motion évoquée ci-dessus se sont engagés dans une voie d’autant plus dommageable pour les étudiants qu’elle sème le trouble à un moment où il est particulièrement important d’accompagner et de rassurer tous ceux qui sont naturellement fragilisés par les circonstances que nous traversons.

Ils prennent le risque d’être les responsables de la défaillance d’un certain nombre, de l’impossibilité pour des étudiants de se présenter à des concours ou examens, et devront en assumer les conséquences.

Fait à Paris, le 17 avril 2020

François Guy Trébulle – Directeur de l’Ecole de Droit de la Sorbonne
Philippe Raimbourg, Directeur de l’Ecole de Management de la Sorbonne
Carine Souveyet, Directrice de l’UFR de Mathématiques & informatique
Ariane Dupont – Directrice de l’Ecole d’Economie de la Sorbonne
Philippe Plagnieux, Directeur de l’UFR d’histoire de l’art et d’archéologie

Enquête sur les conditions d’étude en période de confinement auprès d’étudiant∙es de sociologie de l’Université de Lorraine (Nancy)

  • Synthèse réalisée par Simon Paye et Elsa Martin

Ce compte-rendu d’enquête vient s’ajouter à ceux déjà publiés par des collègues des universités de Grenoble, de Nanterre, de Dauphine, de Paris 8, ainsi que de Rennes 2.

À Nancy, le conseil de formation de l’Université de Lorraine a indiqué que « des possibilités d’examen à distance sont bien réelles et opérationnelles. Il appartient à chacun d’adapter l’évaluation au regard des possibilités offertes. » Nous souhaitions avant tout vérifier s’il était possible pour tous les étudiants de poursuivre leurs études à distance et sans interaction en présentiel avec leurs enseignants et leurs camarades de promotion. Sont abordés ici les aspects matériels de la question du travail à distance, ce qui constitue à nos yeux une des bases essentielles pour l’appréhender sereinement.

Méthodologie d’enquête et profil des répondants

Un court questionnaire (19 questions, cf. Rapport complet) a été envoyé à l’ensemble des étudiants de sociologie de Nancy sur leur messagerie électronique de l’université. Nous avons également mis sur l’ENT le lien vers le questionnaire et avons demandé aux tuteurs de relayer l’information sur les réseaux sociaux (Facebook, Messenger).

La première sollicitation auprès des étudiants a été faite le vendredi 3 avril et a été suivie de deux relances (les 6 et 7 avril). L’analyse des données porte sur les questionnaires exploitables à la date du 8 avril. Les étudiants ont donc eu 5 jours complets pour répondre.

On compte 299 étudiants officiellement inscrits au semestre B de l’année 2019-2020 en sociologie à Nancy. Au total, l’enquête en ligne a conduit à la collecte de 210 questionnaires exploitables (sans doublons). Le taux de réponse s’élève à 70,2% (cf. Tableau 1). Ce taux plutôt élevé n’est pas pour autant satisfaisant, puisque nous restons sans nouvelle de 89 étudiants. On ne peut connaître les raisons de leur absence parmi les répondants, mais on peut faire l’hypothèse que la part des étudiants mal équipés pour étudier à distance est plus élevée parmi les non-répondants à l’enquête. Ainsi, les problèmes rencontrés pour étudier à distance seront sans doute sous-estimés dans nos analyses.

Tableau 1 : Nombre d’inscrits et de répondants par année

Effectifs des inscrits Effectifs des répondants Taux de réponse
L1 142 67 47,2%
L2 68 52 76,5%
L3 52 43 82,7%
M1 23 17 73,9%
M2 24 12 85,7%
Ensemble 299 21 70,2%

Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année, qui ne sont que 47,2% à avoir répondu à l’enquête. De manière générale, le taux de réponse croît avec le niveau d’études, pour atteindre chez les étudiants en master 2 un niveau très élevé, autour de 85%.

Il est utile de rappeler que parmi les étudiants en sociologie, plus de 60% sont des femmes et que seule la promotion de master 2 compte plus d’hommes que de femmes (respectivement 6 et 8). Les profils d’âge sont relativement homogènes en L1 et en L2, puis plus dispersés dans les années d’études ultérieures.

Dans le questionnaire, nous avons fait le choix de limiter le nombre de questions pour obtenir un taux de réponse le plus élevé possible. Nous n’avons donc pas inclus de questions visant à objectiver les positions et les trajectoires sociales des étudiants. Une question en revanche permet de connaître leurs conditions de logement et de vie au moment de l’enquête :

  • les trois quarts des enquêtés déclarent vivre dans un ménage de plusieurs personnes au moment de l’enquête ;
  • ils sont un peu plus de 7% à vivre seuls ;
  • ils sont 4% à vivre en résidence universitaire.

Il est difficile de savoir lesquelles de ces situations sont les plus propices pour faire face à l’épreuve du confinement.

https://actu.fr/societe/blocage-facs-metz-de-nancy-cours-annules-reportes-examens-maintenus_16393177.html

Etudiant-es à Nancy (2018),

Principaux enseignements

Consulter des contenus ou déposer des devoirs est permis par l’existence de plusieurs supports de communication internes à l’Université de Lorraine, mis à disposition sur un Environnement Numérique de Travail, supposés favoriser le maintien des liens entre étudiants et enseignants.

Continuer la lecture

L’Université Paul Valéry Montpellier 3 vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

En pleine pandémie mondiale, les directions des universités Françaises sont actuellement en train de mettre en place les modalités d’évaluation des étudiants. Bien souvent, la situation sanitaire et sociale engendrée par le Coronavirus ne semble pas prise en compte. A Montpellier, l’Université Paul Valéry ne semble pas déroger à règle, comme en témoigne ce communiqué du syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat universitaire de Montpellier).


L’Université Paul Valéry vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

Mercredi 15 avril se tenait le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’université Paul Valéry Montpellier 3, chargé de définir les modalités d’examens du second semestre, dans un contexte de fermeture de l’établissement et confinement généralisé.

Pendant plus de 6h d’affilée, les élus étudiants du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), soutenus par la voix de la CGT des universités, ainsi que l’ensemble des élus étudiants ont défendu, par de multiples propositions, qu’un cadre unique soit appliqué à toutes les évaluations.

Le Règlement des Etudes que nous avions dévoilé et analysé le 10 avril a été adopté. La validation et neutralisation du semestre furent refusés en bloc par les enseignants et la présidence. Même la proposition du vice-président étudiant, de maintenir les examens en ligne avec, en cas de note inférieure à 10, un report de la note du premier semestre fut rejetée.
A chaque fois, les 19 enseignants et personnels se sont coalisés pour refuser l’ensemble des propositions émises par les 16 voix étudiantes et du personnel CGT.
Trois voix de différence, c’est peu, mais cela change tout pour les près de 22000 étudiants de l’université.

L’échec du recensement des difficultés numériques : l’université sans nouvelles de 64,3 % des étudiants.

Pourtant, rien ne permet actuellement de garantir que l’ensemble des étudiants de l’université Paul Valéry Montpellier 3 pourra effectivement passer ses examens. L’université a envoyé des SMS et e-mails aux 21664 étudiants de l’université afin de recenser celles et ceux étant en situation de « rupture numérique ». Si cette initiative a été abondamment médiatisée par la présidence de l’université, les résultats réels de ce sondage n’ont été communiqués qu’après le dépôt d’une motion spécifique par les élus étudiants du SCUM. Ce peu d’empressement à communiquer les résultats s’explique par l’échec cuisant de cette campagne de recensement des difficultés numériques : sur les 21664 étudiants contactés, seuls 7725 ont répondu, soit uniquement 35,7%. Ainsi, l’université n’a aucune nouvelle de 64,3% de ses étudiants, et personne ne sait combien parmi ceux-ci ne pourront pas être en mesure de passer leurs examens.

Plébiscités par les étudiants, les Devoirs Maison « encouragés » mais pas généralisés.

Dans un sondage publié par un étudiant du SCUM sur le groupe Facebook des étudiants de l’université deux jours avant la séance du CEVU, plus de 800 étudiants ont répondu. Moins de 1% des étudiants se sont prononcés pour le report des examens, et seulement 11% en faveur des devoirs en ligne, pourtant privilégiés par la présidence de l’université. A contrario, 36% des étudiants ont demandé la neutralisation ou la validation automatique du semestre. Et ce fut plus de 52% des étudiants ayant répondu au sondage qui ont demandé des examens sous forme de Devoirs Maison à rendre sous 21 jours.
Cette dernière proposition, formulée par le SCUM et la Corpo Lettres Epsylone permettait de garantir les conditions d’examens les plus équitables et les plus accessibles pour l’ensemble des étudiantes et étudiants de l’université. L’amendement au Règlement des Etudes que nous avons soumis au vote afin de généraliser cette solution fut rejeté par 19 voix contre 16.
Cependant, malgré la non-généralisation des Devoirs Maison, l’université a accepté lors des réunions et échanges précédant le CEVU d’« encourager » les enseignants à recourir à cette modalité d’évaluation. Ainsi, entre 60% et 70% des examens se feront effectivement sous forme de Devoirs Maison.

Une rupture d’égalité préjudiciable pour l’ensemble des étudiants.

Toutefois, nous ne pouvons-nous satisfaire de ce résultat. En effet, les modalités d’examens consacrent le principe de l’inégalité entre les étudiants. Tout dépendra des modalités choisies par chaque enseignant. Certaines évaluations se feront en ligne, de façon chronométrées sur la plateforme pédagogique Moodle, connue pour ses bugs, d’autres par le rendu de Devoirs Maison, et certaines se feront même par des oraux en visiophonie ! Ces examens ne prennent pas en compte les difficultés de confinement rencontrées par beaucoup d’étudiants (bruit, connexion fluctuante, crises d’angoisse)

Continuer la lecture

Pour un lien pédagogique, social et écologique. Une tribune

  • par Makis Solomos, professeur à l’Université de Paris-8

Comment serait-il possible de passer d’une pédagogie entièrement fondée sur le contact à une pédagogie totalement en ligne ? C’est pourtant l’injonction de ce gouvernement qui s’est matérialisée par le nouveau dogme de la « continuité pédagogique », digne d’un plan Marshall si ce n’est que … aucun moyen financier et humain n’y est consacré et que le changement occasionné dans le travail n’est nullement interrogé ! Le même gouvernement qui, depuis son accession au pouvoir, ne cesse de pratiquer la discontinuité en éliminant toutes les structures qui ont fait leurs preuves…

Dans le primaire, « mettre en place une classe virtuelle, en plus d’accentuer l’inégalité scolaire, s’avère ne pas être un outil efficace pour garder le contact avec toutes les familles de nos élèves », lit-on dans une belle tribune d’enseignant·es du premier degré intitulée « On a refusé la classe virtuelle et on a bien fait » Dans le secondaire, les familles disent combien elles sont dépassées et les élèves expriment leur désarroi face à l’injonction : « Des gens vont mourir, mais il faut que tu passes ton bac »1. Jean-Michel Blanquer vient de reconnaître que 5 à 8% des élèves sont « perdus », chiffre que, le connaissant, on pourra multiplier par 5 ou par 10…

Les étudiant·es, quant à elles et eux, ont de nombreux soucis : problèmes de logement (trop petits, lorsqu’ils et elles n’ont pas été chassé·es par le CROUS), promiscuité avec les parents ou les frères et sœurs, monotonie des repas, absence d’équipements élémentaires (machine à laver…), malades dans leur entourage ou malades eux-mêmes… Une étude montre que, déjà, en temps normal, dans les filières d’enseignement à distance, les problèmes sont nombreux, alors, par temps de confinement ! Tou·tes les étudiant·es, loin de là, ne sont pas équipé·es avec le meilleur matériel informatique, le meilleur smartphone. La connexion internet, lorsqu’elle existe, est parfois très basse, en fonction de la région, voire du type d’abonnement, lorsqu’elle existe ; on constate aussi que la saturation des réseaux crée des inégalités difficiles à évaluer. Par ailleurs, le travail demandé, qui s’accumule, est devenu difficile sans l’accès aux bibliothèques. Tou·tes les enseignant·es ont constaté que de très nombreu·ses étudiant·es ne donnent pas signe de vie : ils et elles ne sont nullement « perdu·es », simplement ils et elles hiérarchisent leurs priorités. L’angoisse, les inquiétudes pour un avenir global remis en question sont bien présentes : un sondage réalisé par les étudiant·es de l’Université Savoie Mont Blanc donne, à la question « êtes-tu angoissé·e, stressé·e, inquièt·e ? » 74,6% de réponses positives2 !

https://www.flickr.com/photos/sculptorli/40010396274/in/photolist-23XzJSw-4vEWny-ESw4nU-8zAsWr-4dCPf6-rTeE5Q-WgmV2Q-6gFuW9-dDC4K5-2hWD73c-h35aZN-FfQf7R-bomzFC-2hu4Fq4-V1razN-opXQQv-2hX1w42-ZHgs4X-YhvNsi-RaJx4Y-dyzSya-2hWXahh-2hWV8ua-2hWTT59-hk4X3S-2iEfENJ-2hWFtCc-2hWK8TF-8cHGpp-ajivB-s85e8Y-cMKwkh-5zVNNN-dMb1EG-2bqNgTD-2hWQRrG-2hULc3m-KanLPH-R7scD8-2hWtxSR-qeZrX1-eiZT6G-24eAP2c-rWsv44-nGQ6NS-9j3yBg-j86Yv5-6eVpJE-cL6Yz3-eihhgX

Chains up, by sculptorli, 2008

Continuer la lecture

  1. Article de Mediapart, https://www.mediapart.fr/journal/france/310320/des-gens-vont-mourir-mais-il-faut-que-tu-passes-ton-bac. []
  2. Lettre ouverte du syndicat Solidaire Etudiant·e·s au Président de l’USMB, 31 mars 2020. []

Scénarios de déconfinement de l’école à l’université : septembre, est-ce si loin ? Une synthèse à J+21

Si l’heure est à l’espoir d’un déconfinement, les modalités de ce dernier sont loin d’être connues. Tant que le remède miracle, le vaccin ou même des tests sérologiques fiables (pour vérifier la fameuse immunité de groupe) ne seront pas disponibles, la situation ne pourra en rien revenir à la « normale ».  Aussi, envisager la rentrée, même en septembre, passe par une multitude de scénarios à rêver en amont, afin d’imaginer quel arc narratif nous allons emprunter dans quelques mois : autrement dit, se reposer sur un retour à la normal me semble aussi illusoire que d’imaginer les pires des scénarios (dans lequel nous sommes d’ailleurs en ce moment !).

Pour ma part et à ce jour dimanche 5 avril (J+21 de confinement), je suivrai donc le scénario sans plus d’aide médicale que celle que nous avons maintenant. C’est le scénario le plus pessimiste. Mais il peut se mélanger avec d’autres événements positifs qui viendraient l’assouplir. Je ne parlerai pas des évaluations, examens ou concours, j’évoquerai juste l’organisation concrète et matérielle des retours en classe à partir d’une revue de presse et informations en provenance de contacts en Europe (Belgique, Italie, Espagne) et en Chine.

Que savons-nous des zones qui commencent le déconfinement scolaire dans le primaire et le secondaire (Chine principalement) ?

Voilà trois semaines qu’élèves et étudiant-es ont été plongé-es de force dans une « école / université à la maison » et déjà, beaucoup espèrent ardemment un retour dans des salles de classe. Alors que la Chine a pris des mesures drastiques face au Covid-19 depuis fin janvier, où en sommes-nous deux mois après ? Sur un territoire qui fait 15 fois la France et dont la population est 20 fois plus importante, toutes les zones ne sont pas touchées de la même façon. En particulier Wuhan identifiée comme « community spread of covid », ressemble fort à certaines zones européennes actuelles. Il faut savoir qu’en dehors du Hubei (province de Wuhan), les cas ont été présumés tracés et pistés, une doctrine appliquée également à Taïwan ou Hong Kong par ex. Je laisse en tirer les conclusions sur le statut de Paris et la France dans cette configuration.

Des éléments venus de Chine donnent déjà quelques indications sur ce qui est possible en ce qui concerne les réouvertures d’écoles[1]. Regardons d’abord quelques informations données par la presse en français (Euronews, 17 mars) à propos d’une école (primaire apparemment) située dans une zone à faible taux de contamination (donc l’Ile de France et le Grand Est, ne rêvez pas trop). On y retrouve ces éléments d’organisation de classe :

  • Groupes réduits (30 en Chine)
  • « Division des élèves pour les activités »
  • Horaires échelonnés
  • Chaises et tables espacées
  • Prise de température plusieurs fois par jour

Continuer la lecture

Retour sur le paiement des vacataires en période de confinement

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #10
Article précédent

On ne redira jamais assez qu’il faut lire avec la plus grande attention le moindre des documents émanant du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). L’épisode de la « FAQ administratives » mise en ligne le 30 mars, puis actualisée le 1er avril, nous l’a violemment rappelé, une fois encore : ce n’est ni par une conférence de presse, ni même par un communiqué de presse, mais au détour d’une innocente « foire aux questions » de la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) que le ministère a choisi de rendre publique sa décision de ne pas rémunérer les heures d’enseignement des vacataires qui étaient prévues dans les emplois du temps, mais qui n’ont pas pu être assurées du fait de la fermeture des universités.

Le choix de principe : ne pas payer les heures non réalisées du fait de l’épidémie

Ce choix est insensé, tant sur la forme que sur le fond.

Songvaar lighthouse, by Øyvind Byhring, 2009

Il est insensé sur la forme, d’abord, car il signifie que personne, au ministère, n’a été capable de sonner l’alerte, et de rappeler à la directrice générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle et au directeur général des Ressources humaines qu’on ne règle pas le sort de 120 000 personnes en pleine épidémie – le nombre de vacataires faisant fonctionner les universités françaises1 – par une simple « foire aux questions ».

Il est insensé sur le fond, ensuite, car en dépit de la tournure trompeuse qu’en donne le ministère, il faut dire les choses comme elles sont : quoi qu’en dise le ministère, le choix qui a été fait consiste bien à ne pas rémunérer les vacataires de l’enseignement supérieur des heures d’enseignements qui ont été annulées en raison de la fermeture des établissements. Et ce choix vaut pour tous les vacataires, quel que soit leur statut : à la fois pour les « attachés temporaires vacataires » (ATV, au sens de l’art. 3 du décret du 29 octobre 1987 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi de vacataires pour l’enseignement supérieur) et pour les « chargés d’enseignement vacataires » (CEV, au sens de l’art. 2 du décret du 29 octobre 1987), soit, respectivement, 20 000 et 100 000 personnes.

C’est une des vertus paradoxales de l’épidémie du covid-19, d’ailleurs : elle jette une lumière plus crue que jamais sur l’indignité de la condition dans laquelle on laisse les vacataires, sans lesquels, pourtant, le service public de l’enseignement supérieur ne serait pas assuré. Leur situation est désastreuse sur le plan du droit social, c’est bien connu, car elle n’offre presque aucune protection : ils n’ont pas de contrat de travail mensualisé, leur rémunération, reposant sur un service fait, s’exécute a posteriori, et c’est très précisément la raison pour laquelle le ministère se sent autorisé à considérer que le paiement des heures d’enseignement annulées du fait de l’épidémie n’est pas un droit auquel ils peuvent prétendre.

Continuer la lecture

  1. Ce nombre de 120 000 est à mettre en comparaison avec les quelques 90 000 personnels enseignants de l’enseignement supérieur public sous tutelle du MESRI, qu’ils soient titulaires (professeurs des universités, maîtres de conférences, enseignants du second degré affectés dans l’enseignement supérieur) ou contractuels (doctorants contractuels effectuant un service d’enseignement, ATER, contractuels LRU enseignants, …). []

Comment peut-on encore prétendre à une quelconque « continuité pédagogique » ?

 

Paris, le 30 mars 2020

Monsieur le Président,

Dans votre mail du 25 mars 2020, vous appelez à la   reprenant sans distance un mot d’ordre du gouvernement qui vise à donner l’illusion d’une normalité en cette période troublée. Mais face à cette année si particulière, comment peut-on encore prétendre à une quelconque continuité ?

Dès le 5 décembre, dans le contexte de la mobilisation contre la contre-réforme des retraites, à peine un mois après le début de l’année universitaire, la fermeture administrative de l’EHESS a empêché les étudiant·es de se réunir, de se mobiliser, mais aussi d’étudier dans des conditions favorables. Il n’a jamais été question, alors, de « continuité pédagogique ».

Avec la poursuite de la mobilisation, de nombreux séminaires ont été annulés du fait de la grève, qui a été suivie aussi bien par des étudiant-e-s que des enseignant-e-s ainsi que des membres du personnel administratif.

Depuis début mars et la propagation du Covid-19 en France, la fermeture des établissements universitaires, puis le confinement total décrété par le gouvernement, sont venus perturber les activités d’enseignement et le travail des étudiant·es. En effet, nous ne sommes pas tou·te·s égales et égaux face à ces mesures sanitaires. Au contraire les mesures de confinement accentuent la précarité et les inégalités :

    • les étudiant·es salarié·es sont confronté·es à des pertes partielles ou totales de revenus ;
    • beaucoup doivent composer avec un surplus de tâches domestiques, notamment celleux qui doivent prendre en charge des proches malades ou à risque ;
    • un certain nombre d’étudiant·es sont déjà ou vont tomber malades et ne sont ou ne seront pas en mesure de continuer leur travail universitaire ;
    • pour celleux qui sont resté·es dans des logements étudiants ou insalubres, les effets du mal-logement s’en voient accentués ;
    • enfin, la fracture numérique limite la possibilité pour certain-e-s de poursuivre leurs activités, salariées ou universitaires, qui nécessitent une connexion internet.

Au-delà des conséquences matérielles, la pandémie et le confinement produisent une situation extrêmement anxiogène pour nombre d’entre nous : il faut faire face à l’isolement sur une période prolongée, et à durée indéterminée ; aux inquiétudes, pour soi et pour ses proches (en particulier pour les étudiant-e-s étranger-e-s, et tou-te-s celleux qui sont éloigné-e-s de leurs familles) ; à la détresse psychologique que peut provoquer cette situation de crise. Le caractère policier et répressif de la gestion de la pandémie par le gouvernement ne fait qu’accentuer cette détresse.

La gravité de la situation était pourtant pressentie, et les mesures radicales qui ont dû être prises étaient connues et préconisées depuis plusieurs semaines par des organisations internationales (rapport de l’OMS du 31 janvier). On ne peut que regretter l’impréparation du gouvernement, mais aussi de L’École, face à cette crise qui laisse de côté nombre d’entre nous.
Dans ce contexte, ce que la direction qualifie de « continuité pédagogique » (maintien des cours et des validations, priorisation de la recherche coûte que coûte) témoigne d’une méconnaissance de la gravité de la situation et de ses conséquences sur la précarité étudiante. Les inégalités matérielles des situations aggravées par le confinement et la pression psychologique que subissent déjà nombre d’étudiant-e-s ne sont pas prises en compte par la présidence. L’injonction aux validations et à la poursuite du travail universitaire ne fait que renforcer les inégalités et les doutes que beaucoup ressentent, depuis la mobilisation, sur le sens de la recherche. Les incitations à nous « nourrir » de cette crise (validations de travaux universitaires sur le confinement, etc) apparaissent particulièrement déconnectées des réalités que nous vivons, et des expériences que traversent celles et ceux sur qui on nous invite à « enquêter » en temps de crise.

La précarité engendrée ou aggravée par cette crise sanitaire doit être prise en charge. Ce sont aujourd’hui de nouvelles solidarités, familiales et locales, ainsi que les initiatives des groupes mobilisés ces derniers mois, qui pallient les effets de la crise. Ces solidarités sont le résultat d’une défaillance de l’État et des institutions compétentes. La casse des services publics, généralisée depuis des dizaines d’années de politiques néolibérales et accentuée par le gouvernement actuel, met en danger des millions d’entre nous. Il est et sera alors urgent de se saisir de cette crise afin de penser notre système socio-politique pour le maintien de nos acquis sociaux.

C’est dans ce contexte, que le comité de mobilisation rappelle le caractère exceptionnel de cette année universitaire, et les conditions défavorables au maintien des validations, dénoncées depuis des mois par l’Assemblée générale. Il est inenvisageable de maintenir les modalités d’évaluation prévues. Le comité de mobilisation exige la validation automatique des années. Le rendu du mémoire pour les M1, s’il est maintenu, ne peut donner lieu à une note conditionnant le passage à l’année suivante, mais doit permettre une véritable « continuité pédagogique ». Ce sera alors l’occasion d’expérimenter les seuls retours qualitatifs sous la forme d’appréciations et de retours critiques de notre travail.

Plutôt qu’une pseudo continuité pédagogique, nous demandons la mise en place d’un accompagnement individuel et personnalisé en direction de tou-te-s les étudiant·es, afin de rompre avec l’isolement engendré par cette année anormale, et, sur le long terme, en finir avec l’atomisation des étudiant·es au sein de l’EHESS.

Pour répondre à l‘urgence de la situation exceptionnelle qui précarise encore plus les étudiant-e-s, nous demandons la mise En place d’aides financières pour elles et eux. Nous appelons la Présidence à entamer un travail de recensement auprès des étudiant·es, des difficultés qu’elles et ils subissent et ainsi, développer une large communication concernant les différentes ressources financières (bourses, aides, logement, matériel) auprès de toutes et tous.Ce travail doit être effectué à l’échelle de toute l’Ecole, et sans le déléguer aux tuteurs et tutrices, dont l’engagement pédagogique est inégal. Il faut avoir à l’esprit que les bourses sur critères sociaux sont aujourd’hui trop faibles et trop restreintes. Ainsi, l’attribution des bourses n’est pas suffisante pour établir un diagnostic quant aux personnes précaires au sein de l’école et l’étendue des personnes vulnérables en cette période de crise.

En ce sens, nous vous signalons l’initiative de l’université de Saint-Denis. Il s’agit d’un questionnaire en ligne pour connaître la situation matérielle des étudiant-e-s : A l’université de la Sorbonne Nouvelle, des bons d’urgence à hauteur de 100€ sont distribués aux étudiant-e-s en faisant la demande. Le mail du CROUS relayé aujourd’hui sur TLM est une réponse insuffisante aux difficultés rencontrées par les étudiant·Es et ne dispense aucunement la présidence d’apporter une aide aux étudiant-e-s de l’École. Dans votre mail du 20 mars 2020, soit il y a maintenant 10 jours, vous avez écrit : « Nous réfléchissons également activement aux possibilités de soutien matériel que l’Ecole pourra apporter aux plus fragiles d’entre elles et eux. » Quel soutien apportez vous aujourd’hui aux étudiant·es ?

Nous revendiquons par ailleurs, de manière plus globale, une revalorisation des bourses pour tou·te·s les étudiant·es. Enfin, le comité de mobilisation entamera prochainement une réflexion, à laquelle tou·te·s sont invité·es à se joindre, autour de la précarité étudiante, dans le but de voir émerger des revendications quant à un véritable statut étudiant, avec par exemple, un salaire étudiant pour toutes et tous.

Le comité de mobilisation de l’EHESS

 

Lettre des enseignant·es aux étudiant·es de l’UFR de de sciences de l’éducation de Paris-8

Bonjour à tous et toutes,

Nous sommes quelques enseignant·es de l’UFR de sciences de l’éducation de l’université Paris 8 à nous poser des questions sur ce qui nous arrive et nous tenons à partager avec vous nos interrogations.

Nous voici confiné.e.s pour au moins quinze jours, mais probablement le double si l’on en croit les expériences du Hubeï ou d’Italie.

Nous sommes passé·e·s d’une vie publique et politique intense à une vie resserrée sur l’espace domestique. Pourtant rien ne cesse vraiment de nous indigner.

Paraît-il que les journalistes se sont organisé·e·s pour assurer la « continuité de l’information » et nous voici avec un flot continu de discours sur l’évolution à la minute de la pandémie, la réaction de nos politiques en temps réel et les soubresauts de la bourse, tout ceci bien enrobé « d’unité nationale ». Alors à nous tous et toutes, professionnel·le·s de l’éducation de la maternelle à l’université, de prendre nos responsabilités pour assurer la « continuité pédagogique » et de faire vivre cette « nation apprenante » dont on voit mal ou trop bien (c’est selon) ce qu’elle peut bien signifier ! Nous savons tous et toutes que les plus vulnérables seront les plus touché·e·s par le virus, mais aussi par la nécessité d’assurer toutes formes de continuité, de s’occuper des proches, de gérer le quotidien.

La grève prend ainsi une drôle de tournure dans un moment où la défense de nos services publics et une plus juste répartition des richesses semblent d’une brûlante actualité. Il ne s’agit évidemment pas de contester la décision de confinement mais de ne pas cesser d’être critiques et solidaires parce que nous avons cessé de sortir et de nous réunir. Il ne s’agit peut-être pas non plus d’assurer une « continuité de la grève » plutôt qu’une continuité pédagogique… mais peut-être d’accepter la rupture !

Continuer la lecture

La colère ne passe pas

Et puis… la colère, et puis …la peur

« En lisant le texte de mon collègue Sébastien, je me demande comment il fait et comment font mes collègues enseignant·es à la fac qui ont beaucoup de cours à donner ce semestre. Par chance, mon semestre est chargé en automne, mais beaucoup moins au printemps.

Et je n’ai pas d’enfants. Nous accueillons chez nous à la maison un demandeur d’asile, mais il est majeur, autonome et est surtout une aide… Il nous fait souvent à manger, il nous aide dans les tâches ménagères et aide mon compagnon à terminer les petits travaux qui restent à faire dans notre nouvel appartement.

Malgré ma situation décidément privilégiée, je n’arrête pas. Il y a des étudiant·es étrangèr·es dont je m’occupe en tant que responsable du master international que je dirige et qui sont en difficulté.

Promotion 2018-2019, étudiant·es du Master IDS (Grenoble)

Cela m’a pris beaucoup de temps. Mais en réalité, ce n’est pas vraiment cela qui me prend plus de temps. Et ce n’est pas cela qui m’empêche d’avoir du temps et de l’énergie. C’est la multiplication des mails de gestion administrative de la crise. Et ce sont des pensées qui trottent dans la tête, en ces temps bien étranges. Car, comme me l’a dit hier une collègue, on voit tellement clairement avec cette crise qu’on a tout un arsenal prêt pour une guerre, la « vraie guerre », pas celle contre l’ « ennemi invisible » de Macron… On a une armée et des soldats, des bombes, on a mis en place des tactiques et des stratégies… Mais rien pour contrer ce virus, dont son émergence était tout de même « annoncée », comme le dit si bien le microbiologiste Sansonetti; on est complètement démuni·es. Seule solution : le confinement. Seule solution car il n’y a pas de tests de dépistages, il n’y a pas de masques et il n’y a pas assez de lits dans nos hôpitaux, que les gouvernements successifs ont démantelé, brique par brique.

Et la colère monte, en pensant à cela. C’est cette colère qui m’empêche de me concentrer. Et qui me pousse à faire ce que fais en temps « normaux », mais ce travail prend désormais plus de temps car aux thèmes habituels s’ajoutent ceux liées à la crise sanitaire : prendre et archiver des infos, les partager. En « temps normaux », je fais ce travail sur mes thèmes de recherche: migrations, réfugiés et frontières. Mais désormais s’ajoutent à cela des infos sur ce virus et cette crise sanitaire, pour que l’info critique puisse circuler. Alors je trie l’info, je la mets sur mon réseau social préféré et sur lequel j’archive des infos depuis des années : seenthis.net. Et en plus, je partage l’info avec celleux qui m’ont dit vouloir se tenir informé·es par des canaux autres que ceux gouvernementaux ou des médias mainstream.

Continuer la lecture

La loi organique d’urgence, le Conseil constitutionnel et la continuité pédagogique

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #8
Article précédent

Démarrons par un point apparemment éloigné de la continuité pédagogique : le Conseil constitutionnel a rendu jeudi 26 mars sa décision sur la « loi organique d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 ». La loi « organique » d’urgence est une loi qui vient compléter la loi « ordinaire » d’urgence du 23 mars dernier, sur un point bien précis : elle suspend jusqu’au 30 juin 2020 les délais dans lesquels doivent être normalement examinées les questions prioritaires de constitutionnalité, « afin de faire face aux conséquences de l’épidémie du virus covid-19 » (article unique de la loi, qui n’a toujours pas été publiée au Journal officiel).

Les lois organiques sont des lois d’un type très particulier. Leur adoption étant prévue par la Constitution elle-même, elles sont d’une valeur juridique supérieure aux lois ordinaires et doivent être promulguées selon une procédure spéciale fixée à l’article 46 de la Constitution. Entre autres choses, un projet de loi organique ne peut pas « être soumis à la délibération de la première assemblée saisie avant l’expiration d’un délai de quinze jours après son dépôt » (alinéa 2). L’objectif poursuivi par cette règle est simple : si la Constitution de la VRépublique impose qu’entre le dépôt du projet de loi organique par le gouvernement sur le bureau de l’Assemblée nationale ou du Sénat et sa discussion par le Parlement, quinze jours au moins se soient écoulés, c’est parce que les lois organiques sont trop importantes pour que l’on puisse prendre le risque de les adopter dans la précipitation.

Pour la loi organique d’urgence, cette condition n’était pas remplie. Le projet de loi a été déposé mercredi 18 mars 2020 sur le bureau du Sénat et a commencé à être examiné dès le lendemain. Le non-respect du texte de la Constitution était donc indiscutable. Et pourtant… Dans sa décision du jeudi 26 mars, le Conseil constitutionnel ne voit là aucun motif d’inconstitutionnalité. Plus précisément, il estime que « compte-tenu des circonstances particulières de l’espèce, il n’y a pas lieu de juger que cette loi organique a été adoptée en violation des règles de procédure prévues à l’article 46 de la Constitution ». « Compte tenu des circonstances particulières de l’espèce », une demi-phrase, et c’en est tout de l’argumentation juridique. C’est qu’il n’y a pas grand-chose à expliquer, en fait : face à une loi organique qui viole de manière flagrante l’article 46 de la Constitution, le Conseil constitutionnel n’a pas eu d’autre choix que de créer une « théorie des circonstances exceptionnelles » en droit constitutionnel français. C’était, pourrait-on dire, le prix constitutionnel à payer à partir du moment où son choix était de sauver la loi organique.

https://www.flickr.com/photos/lb-fotos/22713206170/in/photolist-AB67SW-2e88LoX-NvS1Z3-XoLyMt-27ABm4H-QFMJPU-NSMZzh-ShjXyD-yEvxri-RbQMNv-umz7pG-N78YGx-vXQpcK-23DiWt7-vCuyCh-RJKiBW-zFK5NA-YnzUfm-K5Da3b-S82JSw-29N4YMC-rwyy68-2dsrD6m-L6UBwc-2e88KnD-27ABL4g-WQ8mHT-2Y7yon-H9nigF-wrCG9i-ywYHWP-JtbUVZ-yaHjiM-26wcf3Y-VEwzKQ-25VAqad-AJQn5P-y11Qed-27xwSWJ-KLXofF-KGAYwq-HwHzbX-r5LUyM-reDNJr-vxB2m5-JYh6sp-x3oXKP-24EoU9d-T2afEe-MNXeoz

Renard au pied du phare de Darßer Ort, par Lars Ôô, 2015

On comprend que le Conseil constitutionnel, eu égard à l’âge vénérable de ses membres – 72 ans de moyenne d’âge – et aux risques qui y sont associés, se sente en première ligne face à l’épidémie de covid-19, et panique quelque peu. Mais la décision de jeudi dernier est proprement indigne : indigne de toutes celles et tous ceux qui, des caisses de supermarché aux hôpitaux, sont vraiment en première ligne ; indigne, surtout, des fonctions d’une institution qui, normalement, ne devrait pas avoir vocation – en tout cas pas si facilement – à être aux ordres. Perd-on donc toute lucidité juridique dès que la situation devient exceptionnelle et urgente ?

C’est à tous les niveaux que cette perte de lucidité juridique s’observe en ce moment, en réalité. L’enseignement supérieur et la recherche, on l’aura compris des différents articles publiés sur Academia depuis le début de l’épidémie, n’échappe pas à ce constat1. Que les circonstances soient exceptionnelles, c’est une chose ; qu’elles autorisent le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, et les établissements qui en relèvent, à faire n’importe quoi, c’en est une autre. Pour la communauté de l’ESR, la situation devient très désagréable : englué dans l’urgence de la situation et le bouleversement de nos quotidiens, on regarde, sidéré, les « consignes » tomber. Il est temps, cependant, de reprendre collectivement notre lucidité juridique2, pour ne pas être écrasés par l’exceptionnalité du moment : vérifions une à une la validité de ces injonctions, et faisons la part des choses.

La continuité pédagogique, certes, mais à quelles conditions juridiques ?

Continuer la lecture

  1. Voir par exemple « Il n’est pas besoin de beaucoup de mots » : dérogations à tout va dans les universités et les articles qui précèdent. []
  2. Voir aussi Lucidités universitaires, par une étudiante de Master, 25 mars 2020. []

… et il n’y a toujours pas de masques

  • par Sébastien Leroux, enseignant à l’université Grenoble Alpes

« Pour les étudiant·es, les collègues et toustes les autres »

Il y a elle ; elle est chez ses parents au fin fond de quelque part, et ne capte pas grand chose, d’un point de vue informatique je veux dire, elle a bien la 3G mais c’est littéralement au fond du jardin.

Il y a ma compagne ; elle est professeure de français histoire géographie dans un lycée professionnel. Elle a des classes et des élèves. Elle a des « elle » et des « il » aussi. Il faut qu’elle s’en occupe.

Il y a mon groupe 2 en DIG2 ; il faut que je m’en occupe, il faut que je m’en occupe, il faut que…

Il y a lui ; il est réquisitionné et travaille dans l’alimentaire à 125% depuis le début du confinement, il est inquiet pour la suite de ses études.

Il y a les courses parfois, les repas souvent, la machine et tout le reste.

Il y a elle ; elle dit que « Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser la France entière pour aller récolter des fraises gariguette »

… et il n’y a toujours pas de masques.

Photo: Claude TRUONG-NGOC

Continuer la lecture