Explications aux sénateurs et aux sénatrices par le coNRS

En passant

Lettre ouverte
à l’adresse de mesdames les sénatrices et messieurs les sénateurs
à propos du projet de loi de programmation de la recherche

Lettre au format PDF

Le 22 octobre 2020

 

 

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

Vous aurez prochainement à examiner le projet de loi de programmation de la recherche (LPR).

Comme le rappelle l’exposé des motifs du texte transmis au Parlement avant l’été, la LPR vise à définir « l’ambition de notre pays pour son système de recherche publique et le soutien à sa recherche privée » pour les dix prochaines années, à permettre « l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes scientifiques qui [aura] vocation à porter le nouvel essor de la recherche publique française et son rayonnement dans l’ensemble de la société et dans le monde » et à traduire « un choix politique majeur : (…) replacer la science et la rationalité scientifique au cœur du pacte social et du développement économique du pays ».

La communauté scientifique partage cette ambition forte. Elle partage également en grande partie le diagnostic établi par les trois groupes de travail mis en place au printemps 2019 par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

En revanche, elle diverge profondément sur les mesures à mettre prioritairement en œuvre. Force est de constater, en effet, que ce projet de loi ne répond pas aux principales attentes qui ont été exprimées par la communauté scientifique lors de la phase de « consultation » organisée par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) au printemps 2019, attentes dont le Comité national avait été l’un des porte-paroles mais qui avaient été également formulées dans des termes très proches par d’autres collectifs. Au contraire, ce projet de loi confirme pleinement les inquiétudes exprimées à plusieurs reprises par le Comité national depuis les premières annonces présidentielles et gouvernementales à la fin de l’année 2019.

Cinq points en particulier méritent à nos yeux une attention particulière du législateur.

1. La « trajectoire d’emplois » prévue concernant les personnels statutaires (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens) est très en-deçà du redéveloppement nécessaire.

Continuer la lecture

La LPPR, sa communication et la politique de la recherche. À propos d’une tribune, d’un communiqué et d’une interview

Voilà plusieurs semaines que l’ensemble les directions de laboratoires, des instances scientifiques du Comité national de la recherche scientifique (CoNRS) et du Centre national de la recherche scientifique  (CNRS) et du sont vent debout contre les annonces des groupes de travail qui ont préparé la future Loi de Programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), plusieurs d’entre nous avons été surpris·es de découvrir que le CNRS utilisait son compte Twitter non pas pour communiquer sur l’ensemble des prises de position publiques de ses instances, pourtant remarquables par leur unanimité, mais pour faire connaître une pétition en faveur de la LPPR. C’est l’occasion de revenir sur ce contrefeu (1) et reproduire l’entretien que le président du Comité national de la recherche scientifique Olivier Coutard (2), a offert au journal d’entreprise CNRS info.

1. Contrefeu : les émérites au secours des directions des EPST

Le 20 février 2020, le compte Twitter du CNRS informe la communauté de la parution d’une tribune dans un quotidien sous péage. Le texte, très court — 1440 caractères — peut être intégralement lu sans payer.

« La communauté scientifique attend un engagement financier
fort et durable pour la recherche »

Tribune, Le Monde, 20 février 2020

Monsieur le Président de la République,

vous avez annoncé, le 26 novembre 2019, votre intention de porter la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) à 3 % de notre produit intérieur brut. Pour la seule partie publique, cela représente une augmentation de plus de six milliards d’euros qui, dans le contexte actuel que nous connaissons tous, est une somme très importante. Mais le besoin est là, et l’urgence est manifeste. Plusieurs pays ont fait de la science une priorité. Vous l’avez affirmé vous-même pour la France : « Tous nos défis ont besoin de science et de technologie pour les relever ».

C’est une question de souveraineté et, en cela, la France doit se donner les moyens de garder sa place sur la scène internationale. Nous avons besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, définie par rapport aux défis qui nous font face et correspondant à nos attentes et nos besoins. Comme vous le savez, il existe une inquiétude dans la communauté scientifique face à des informations qui sont encore fragmentaires.

Sans présumer de la rédaction finale de la loi, nous tenons à vous affirmer que la communauté scientifique soutient l’idée d’une loi de programmation et attend un engagement financier fort et durable pour la recherche. Elle saura répondre aux enjeux pour notre pays. Cette loi marquera votre engagement et celui de la France sur la durée. Elle doit avoir des effets tangibles dès 2021.

En substance, les 180 signataires demandent plus d’argent pour la recherche. Soit. Si possible de un financement pluriannuel. Re-soit.

De là à vouloir la loi de programmation pluriannuelle de la recherche telle que les rapports des groupes de travail préparatoires la préfigurent, il y a un pas qu’on ne peut .franchir sans examiner le dispositif de signatures et l’environnement éditorial1

Mettons de côté d’emblée la pétition associée à la tribune du Monde : les quelques 200 signataires, quatre jours après le lancement de la pétition fait peine à voir, d’autant qu’elle mêle aussi bien des citoyen-nes, des industriels et des scientifiques qui, tels cet Arnaud Pothier.

La pétition émane-t-elle bien des « premiers signataires », comme il est courant dans un cas de péitionnement ? On peut s’interroger sur le profil des premiers signataires, bien hiérarchisés entre « Prix Nobel, Médaille Fields, Médaille d’or du CNRS » ; « Responsables d’institutions, organismes et universités »: et « Membres de l’Académie des sciences ». Le premier groupe a une moyenne d’âge de 75 ; le second,  66, le troisième 72.  Le membre le plus jeune est Cédric Villani, qui n’est plus mathématicien, même s’il est bien médaillé Fields ; le plus âgé, Claude Lévi, professeur honoraire au Muséum national d’histoire naturelle, a 98 ans. Parmi ces signataires du troisième âge avancé, seules 15% de femmes. Le moins que nous puissions dire, c’est qu’à l’exception du groupe des Responsables, il s’agit de personnes qui ont quitté depuis longtemps, en moyenne plus de 5 ans le monde professionnel de l’enseignement supérieur et de la recherche et qu’ils ou elles en perçoivent difficilement les raisons de l’« inquiétude » de personnel à l’emploi très dégradé.

Distribution par âge et sexe des 176 premiers signataires de la tribune Pour une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (c)PGE

À tout le moins peuvent-ils ou elle s’accorder sur le besoin de financement de la recherche à hauteur de 3% du Produit intérieur brut, soit un engagement financier durable dans la recherche, sans s’intéresser aux à-côtés dont les groupes de travail nous ont proposé, en particulier en matière d’emploi précarisé.

Continuer la lecture

  1. Par exemple, le lien fait avec la tribune de Philippe Froguel : « Vite une loi pour une science française productive, imaginative et compétitive », publiée pourtant le même jour que quatre autres tribunes opposées à la politique de recherche du gouvernement. []

Déclassements & suppressions: la réaction du Conseil scientifique de l’INSHS

Le Conseil scientifique de l’INSHS a publié le 27 juin 2017 des recommandations touchant aux relations avec la Direction de l’Institut des sciences humaines et sociales, à l’occasion des déclassements et des annulations de postes de juin. Nous la reproduisons ci-dessous.

Recommandation
concernant le concours chercheurs 2017 et les relations avec la direction de l’Institut

Le Conseil Scientifique de l’InSHS dénonce les nombreux déclassements (et annulations) survenus lors des jurys d’admission pour le concours chercheurs 2017 dans cinq des neuf sections relevant seulement de l’InSHS. Ces bouleversements sont d’une ampleur sans précédent ; ils ont pour effet de remettre en question le travail rigoureux des jurys d’admissibilité qui sont des experts élus ou nommés pour leurs qualités. De telles pratiques, de plus en plus répandues de la part de la direction de l’InSHS, n’existent qu’à la marge dans les autres instituts du CNRS. Elles témoignent du peu de crédit que l’actuelle direction de l’InSHS accorde aux travaux effectués par les collègues qui composent les sections du CoNRS, et du peu de respect de la mission qui leur a été confiée.

Continuer la lecture

Suppressions et déclassements au CNRS: une tribune des travailleurs et travailleuses précaires

Parmi les nombreuses réactions aux déclassements (et suppressions de poste) par le jury d’admission du CoNRS, il en est une qui propose une analyse un peu différente: la situation de crise récente n’est que le symptôme des évolutions structurelles récentes où les docteur.e.s qui se proposent de travailler dans l’enseignement supérieur et la recherche – consentant pour cela bien des sacrifices personnels et familiaux – sont tenu.e.s dans un mépris structurel, induit par le nombre inflationniste de contrats courts inversement proportionnel à la raréfaction des postes statutaires. Nous remercions le collectif d’avoir accepté sa republication dans son intégralité. Ajoutons que cette situation qui s’aggrave de façon continue depuis le début des années 2000 est une façon bien grossière de s’assurer d’une population travailleuse  soumise, parce que jetable. Pas nécessaire la recherche la meilleure qu’il soit.

Cette année, le jury d’admission de l’INSHS a procédé à plusieurs déclassements, reclassements voire suppressions de postes dans les sections 32, 35, 36 et 39 [NDLR et 53] du CNRS. Sont passés sur des listes mails professionnelles des messages s’indignant, à juste titre, de la remise en cause du travail du jury d’admissibilité. Ces pratiques s’inscrivent dans une casse des procédures de recrutement des concours de la fonction publique dont ceux de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne sont pas les seuls à faire les frais. Par leurs justifications, ces déclassements expriment une fois de plus un développement nocif vers l’ « excellence » qui participe au retrait de l’égalitarisme dans l’ESR. Enfin, toute l’affaire relève surtout d’un problème cardinal : le manque de postes [NDLR: statutaires permanents].

Le Collectif des travailleur·e·s précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, dont une majeure partie de ses membres est candidat·e ou futur·e candidat·e à ces concours, est en premier lieu concerné par la remise en cause du fonctionnement collégial et par ce manque de postes. Et pour les « candidat·e·s malheureux·ses » la violence de ces déclassements ou de la non obtention d’un poste après des années de sacrifices est sans commune mesure avec celle que semblent exprimer les membres des différents jurys d’admissibilité. S’il semble que cela soit une première au CNRS, nous, précaires-chômeurs·es-candidat·e·s depuis plusieurs mois ou années à des postes, vivons ces « dysfonctionnements » à chaque campagne de recrutement, de manière plus ou moins publicisée.

Continuer la lecture

Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

Continuer la lecture