Les universitaires et le droit du travail. Le congé maternité

  • par Barbara Schapira, maîtresse de conférences en mathématiques, Université de Rennes-1

On voit régulièrement, et pour cause, sur les réseaux sociaux ou dans les médias, de nombreux.ses universitaires se plaindre, à juste titre, de leurs conditions de travail. Bâtiments délabrés, heures supplémentaires en nombre, amphis surchargés et les paquets de copies délirants qui vont avec, misère étudiante, précarité des personnels, recours abusif aux contractuel·les … Tout cela est tristement banal. Sans parler maintenant de l’immense détresse des étudiant·es et universitaires liée à la fermeture partielle ou totale des universités depuis mars 2020, sans le moindre euro supplémentaire pour faire face bien entendu.

Je partage tout à fait ces constats dramatiques.

Mais régulièrement, au milieu de ces réclamations légitimes, on lit des témoignages étonnants, à propos des congés maladie ou maternité. Des collègues obligé·es de corriger 300 copies après un accouchement, de reporter leurs heures d’enseignement au retour de congé maternité, de s’occuper elles-mêmes d’embaucher des enseignant·es pour les remplacer pendant le congé maternité…

Il y a  beaucoup à dire sur les inégalités H/F liées à la maternité et aux tâches domestiques liées à l’éducation des enfants.

Mais les femmes ont, au fil du temps, en France, obtenu des droits. Y compris à l’université. Le congé maternité des enseignantes et enseignantes-chercheuses est régi par la circulaire de 2012.

Une universitaire en congé maternité pour son premier ou deuxième enfant a le droit à 16 semaines de congé (sans mail, sans copie, sans contact obligé avec le travail, et sans surcharge de travail liée à l’embauche d’un.e remplaçante) et à un demi-service d’enseignement.

Une universitaire enceinte n’a pas à se soucier ni de la gestion des ressources humaines de son établissement (embauche d’un·e remplaçant·e), ni du budget de son établissement (budget pour la remplacer). Une universitaire aussi exceptionnelle soit-elle n’est pas irremplaçable. Si un cours ne peut pas avoir lieu une année pour congé
maternité, il aura lieu l’année suivante. Ce n’est pas de la responsabilité individuelle de la femme enceinte de s’assurer du respect des maquettes de formation.

Chères collègues, par respect pour votre bébé né ou à naitre, pour celles qui ont bataillé pour ce texte, et pour celles qui suivront, faites respecter ce droit qui est le votre à un congé maternité digne de ce nom.

Chers collègues, par respect pour vos collègues, vos femmes, vos enfants nés ou à naitre, pour le droit et l’égalité, faites respecter ce droit.

Il y aurait beaucoup plus à dire sur ce sujet.

https://www.flickr.com/photos/37195641@N03/28455951261/in/photolist-KmybVk-7cuymw-4FoUUD-4sT4hK-6T2oFQ-7dF24K-7fWqc4-KwSRxQ-2dnXHE2-e6sBeV-cfCkbG-9KX8KX-Gp1ec6-6EQL55-awTqLt-doriY7-6sqMLs-4FSDct-p4Rkzh-aTbapt-ocUQBr-pph19S-7Yhw8D-3YMfMT-4U5oRg-KZ6bP-csy2kL-H6KXTq-56RN2X-UdpZh5-5Be6g-N3BimD-5tenQB-9JLTxk-5iK3kt-cD9275-bczSZg-8UtxsW-ag3pLP-ijpAq-sMNniL-9HJXtT-7Cnjed-2FzvxZ-METC-8PHG7Y-7TWUBN-77tsdA-EejVUW-6qEC3h

The Baby’s Feet, by lwtt93, 2016

Continuer la lecture