Lettre à la ministre de l’enseignement supérieur « à propos du brassage »

Lettre publiée sur le blog Lundimatin, le 18 janvier 2021.

« On pouvait s’y attendre mais c’est enfin annoncé, les universités ne réouvriront pas pour le début du second semestre. Des centaines de milliers d’étudiants vont devoir continuer à s’instruire cloitrés dans leurs 9m2, les yeux vissés à quelques petites fenêtres Zoom. Alors que des centaines de témoignages d’élèves désespérés inondent les réseaux sociaux, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, a justifié ces mesures d’isolement par le « brassage » qu’impliquerait la vie étudiante avec ses pauses cafés et les « bonbons partagés avec les copains ». Un étudiant lyonnais nous a confié cette lettre de réponse à la ministre dans laquelle il insiste sur le stress, le vide et l’errance qui règnent dans les campus et auxquels le gouvernement semble ne rien vouloir comprendre. » (Lundimatin, 18.01.2021)

Extraits:

Je suis en Master 2 de philosophie, à Lyon 3. Deux étudiant·e·s de ma ville ont tenté de mettre fin à leurs jours, dans la même semaine, et tout ce que vous [Madame Vidal] avez trouvé à dire, c’est :

 

« Le problème, c’est le brassage. Ce n’est pas le cours dans l’amphithéâtre mais l’étudiant qui prend un café à la pause, un bonbon qui traîne sur la table ou un sandwich avec les copains à la cafétéria ».

(parole de Madame Vidal)

sweet candy lollipops flavors colors background vector illustration

Nous interdire d’étudier à la fac en demi-groupe mais nous obliger à venir tous passer un examen en présentiel en plein confinement ? Absurde. Autoriser l’ouverture des lycées, des centres commerciaux, mais priver les étudiants de leurs espaces de vie sous prétexte que le jeune n’est pas capable de respecter les mesures barrières ? Absurde. Faire l’autruche, se réveiller seulement au moment où l’on menace de se tuer, et nous fournir (encore) des numéros de téléphone en guise d’aide ? Absurde. Vous ne pouvez pas continuer de vous foutre de notre gueule comme ça. C’est tout bonnement scandaleux, et vous devriez avoir honte.

Pour lire la lettre entière, cliquez ici.

« Madame Vidal ignore que la plupart des étudiants ont fini leur crise d’adolescence »

BFMTV. Réponse de Madame Vidal à une remarque de Ludivine Richefeu, maîtresse de conférences, s’étonnant que les universités soient encore fermées, alors que les lycées, eux, sont restés ouverts…

Transcription. « Ce sont des choses qui ne sont pas comparables. Vous savez bien qu’un lycée ça ne ressemble pas à une université, enfin, normalement… Et si vous dites à un étudiant de s’asseoir à tel endroit et puis à un tel autre de s’asseoir dans un tel autre endroit, il va vous répondre que vous êtes bien gentille, mais que globalement ils vont s’asseoir où ils veulent. C’est totalement différent que dans une cantine où on a des enfants à qui on dit ‘Tu t’asseois là, c’est toujours la même place' »

Depuis combien de temps Mme Vidal n’a-t-elle pas croisé un étudiant ?, se demandent les uns. Comment peut-elle considérer les étudiant·es comme des élèves de maternelle ?, se demandent les autres. Comme le rappelle le compte twitter « Les étudiants vont bien »:

Encore une fois Madame Vidal ment éhontément. Ici elle prétend que les élèves des collèges et lycée ont une place attitrée dans les cantines. Demandez autour de vous à des collégiens s’il y a un tel protocole sanitaire dans leur cantine.

D’autres sont plus radicaux.

En un mot, il faut que cela cesse.

Grève à la Bibliothèque Sainte-Barbe. Demande de soutien

Communiqué de presse

Nous sommes les 22 salarié.e.s étudiant.e.s à la Bibliothèque Sainte Barbe
(BU sous la direction de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) et sommes
tou·tes en grève depuis le 5 décembre 2020. Nous avons déjà mené 4
journées de grève qui ont fait fermer la bibliothèque les samedis, en
tenant des piquets de grève sur la place du Panthéon. Le silence de la
direction de la bibliothèque et de l’université depuis le mois de décembre
nous encourage à maintenir la grève jusqu’à ce que nos revendications
soient entendues. Une cinquième journée de grève aura donc lieu le samedi
16 janvier.

Nous attendons une mobilisation assez importante ce samedi 16 janvier pour
notre piquet de grève (de 9h30 à 14h) sur la place du Panthéon et plusieurs
personnalités ont répondu présentes : Danielle Simonnet, Vincent Govelet,
Eric Coquerel… Nous sommes également en contact avec le cabinet de Manon
Aubry et d’Adrien Quatennens, en espérant qu’ils pourront venir.

#ResistESRPour aller plus loin, voir le Tract BSB 16 janvier

Les étudiant·es fantômes

  • par des étudiant·es de Licence 1 de science politique, Université de Montpellier

Crédit photo:  Debs (ò‿ó)♪, 2010

Les étudiants oubliés : de la méconnaissance aux risques

  • par Fabrice Gartner, Université de Lorraine.
    Texte initialement publié sur LinkdIn le lundi 28 décembre 2020

Ce qui suit n’est qu’un billet d’humeur qui n’engage évidemment ni la Faculté, ni ses étudiants dont je n’entends pas ici être le représentant. Et je ne parle que de ceux que je crois connaître, dans les disciplines de la Faculté qui est la mienne. On ne me lira pas jusqu’au bout mais cela soulage un peu.

Le président de la République a vécu à « l’isolement » au pavillon de la Lanterne à Versailles. Ce n’était pas le confinement d’un étudiant dans sa chambre universitaire, mais il aura peut-être touché du doigt la vie « sans contact ». On espère qu’elle cessera bientôt pour nos étudiants, les oubliés de la République…

Oubliés des élus (j’excepte mon député qui se reconnaîtra), y compris locaux, qui, après avoir milité pour la réouverture des petits commerces, n’ont plus que le 3confinement comme solution, sans y mettre, et c’est le reproche que je leur fais, les nuances qu’appelle une situation estudiantine qui devient dramatique.

Oubliés depuis le premier confinement. Alors qu’écoliers, collégiens et lycéens rentraient, ils n’ont jamais eu le droit de revenir dans leur Faculté. Le « distanciel » était prôné par notre Ministère. On neutralisera finalement les dernières épreuves du baccalauréat, acquis sur tapis vert. Pourtant, aux étudiants, et à nous, on refusera la neutralisation des examens d’un semestre terminé dans le chaos. Ils devront composer et nous tenterons d’évaluer, mal.

Tout le monde rentre en septembre… Pour les étudiants, le ministère entonne désormais l’hymne à « l’enseignement hybride »… On coupe les promotions en deux. On diffuse les cours en direct à ceux qui ne peuvent s’asseoir sur les strapontins désormais scotchés… Les étudiants prennent l’habitude du jour sur deux. Les débuts technologiques sont âpres, nos jeunes ont une patience d’ange, mais on sera prêts à la Toussaint.

Faculté de droit, Université de Lorraine. Crédit: F. Gartner, 2020

Continuer la lecture

Réouverture des campus aux étudiant∙es dès que possible, selon des jauges fixées par de nouveaux protocoles sanitaires stricts : le Conseil d’État rejette ce 10 décembre le référé-liberté formé par 77 universitaires de Paris-1

Academia promet une analyse de cette décision, qui semblera aux lecteurs et aux lectrices d’Academia comme un crachat sur nos métiers et notre relation pédagogique aux étudiant∙es, à un moment où nous craignons pour leur vie même. Soazig Le Névé en propose une lecture dans Le Monde daté du jeudi 10 décembre 2020. En attendant notre commentaire, voici le texte de la décision du Conseil d’État mis en ligne hier par Paul Cassia.

Continuer la lecture

Isolement des étudiant∙es : Géraldine en appelle à la responsabilité des collègues

Continuer la lecture

Un étudiant de Master, un doyen de droit : à quand les retrouvailles ?

Academia republie ici, avec l’accord de leurs auteurs, deux courriels adressés l’un sur une liste de diffusion de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne et l’autre par le doyen de la faculté de droit. Les deux disent la même chose : le souhait de se retrouver, de le faire dans des bonnes conditions sanitaires, mais de se retrouver. Aujourd’hui, seul le gouvernement — et peut-être bientôt le Conseil d’État qui devrait rendre la décision concernant le référé-liberté déposé par Paul Cassia — et audiencé le 3 décembre 2020 ((Le message que Paul Cassia a adressé à la communauté de Paris-1 à la sortie de l’audience avec un seul juge du Conseil d’État vendredi, n’était pas encourageant.)) — les en empêchent.

Nous en empêche. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/mikeensor/2116288802/in/photolist-4e1wVY-fGKXS-eDN1fr-DZDDrK-Dpnm-nTEUuF-7LovMh-22K9fsW-B1GsWV-kAZ5Gj-bpZEb4-gNSH6g-8zEaa2-mc16EB-M4LMdJ-eevZ7f-M5oP39-q5kDBu-MG9Jhc-eew3WU-nqecf5-aEHDVL-oHB6fQ-4KsJCn-PfUi95-9fzByo-5mwjw6-yJwZu2-4aKk7b-Jb2We4-pokP7U-eeqghM-LyWhmE-cC9G5Q-5bLzKa-yHLPUn-eevYVj-cLAPPY-8WSTRd-eeqhGV-pqUEs1-ESwBd5-i7JtNn-foPSbD-j7e96P-i7JrU2-6v9C7Q-eeqgQx-eevYNd-4z5wVp

…PrIsOn… Credit: Mike Ensor, 2006

Courriel de Dominik, étudiant en Master de Science Politique à l’Université de Paris-1

 » (…) Je me permets de vous transmettre le point de vue qui est le mien, celui d’un étudiant lambda, mais qui passe beaucoup de temps à échanger avec les autres. Je vous conjure d’y prêter attention, parce que ces quelques lignes ne sont pas souvent écrites, mais elles passent leur temps à être prononcées entre étudiantes et étudiants.

Continuer la lecture

Ouverture aux étudiant∙es. Réponse de la médiatrice de l’Éducation nationale et et de l’Enseignement supérieur

Credit: Ariel Olson, 2008

Barbara Schapira, maîtresse de conférences en mathématiques à Rennes-1, a interpellé la Médiatrice de l’Éducation nationale et et de l’Enseignement supérieur le mercredi 25 novembre 20201.

Voici la réponse, reçue ce jeudi 3 décembre 2020, qu’elle a autorisé Academia à publier.

#ResistESR


Sujet :

TR: Fermeture des universités
Date : Wed, 2 Dec 2020 19:52:02 +0000
De : Médiateur de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur <mediateur@education.gouv.fr>
Pour : barbara.schapira@univ-rennes1.fr
Copie à : Secrétariat Médiateur EN ES, CHARLOTTE AVRIL mediateur@ac-rennes.fr, FRANCINE LEROYER-GRAVET

Madame,

J’ai bien reçu et lu avec la plus grande attention le message dans lequel vous exprimez vos inquiétudes concernant la situation que vivent les étudiants des universités, du fait de la non reprise des cours en présentiel. Vous jugez la décision gouvernementale d’autant plus incompréhensible que les lieux de culte, les théâtres et les cinémas vont rouvrir bien avant la date prévue pour les universités.

Je vous remercie de cette alerte qui m’a touchée, comme tous les membres de la médiation de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, et qui rejoint les témoignages d’étudiants qui, de leur côté, nous ont écrit pour exprimer leur sentiment d’isolement et leur besoin de présence et de lien social. J’ai pu lire également le référé-liberté déposé le 30 novembre dernier devant le Conseil d’Etat par des enseignants-chercheurs et autres personnels de l’Université Paris I.

Je suis tout à fait sensible aux arguments que vous développez, qui témoignent d’un véritable malaise, d’une dégradation des conditions de vie et d’étude des étudiants les plus fragiles, et notamment du « désespoir » de ceux qui, comme les L1, n’ont quasiment pas eu de cours magistraux depuis mars 2020 et sont tenus de rester à distance de leurs lieux d’étude jusqu’en février 2021 – situation qui risque, selon vous, de déboucher sur un « désastre pédagogique ».

J’ai conscience aussi de la différence de traitement qui est faite entre les étudiants de BTS et de classes préparatoires aux grandes écoles dans les lycées et ceux des universités ; et je comprends que cela puisse leur paraître injuste.

Bien que la médiation ne soit pas en mesure de remettre en cause directement une décision du gouvernement, prise dans un contexte sanitaire aussi particulier et difficile, je vous informe que j’ai, comme vous me le demandez, transmis dès réception votre message aux autorités ministérielles et au cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui se sont montrés particulièrement concernés par cette situation.

En espérant que nos messages seront entendus et pourront faire évoluer la situation, je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes salutations distinguées.

Catherine Becchetti-Bizot
Médiatrice de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur
110 rue de Grenelle
75357 Paris 07 SP
Tél. 01 55 55 39 87
mediateur@education.gouv.fr

  1. Pétitions pour la réouverture par RogueESR et sur Change.org ont dépassé les 6000 et 4000 signatures à ce jour. []

Lettre d’un étudiant : exaspération, résignation et colère

« Ce que je souhaite, c’est que l’on trouve un discours commun, motivant, pour que l’action puisse naître, collectivement et intelligemment : etudiant·es, et enseignant·es…». Colère d’un étudiant pour qui l’université doit être un contre-pouvoir intellectuel

Bonjour,

Je viens vers vous concernant un sujet et un contexte qui semblent progressivement se dessiner…
Il s’agit du second semestre, et le passage en force (par « force » je veux dire: avec abstraction de tout débat avec les principaux acteur·ices concerné·es, post-contestations en 2019) de la loi LPR qui, il me semble, soulève une opposition d’ensemble de la part des syndicats enseignants universitaires (étant salarié, je suis sur la liste de diffusion de l’université).
Aussi je viens vers vous concernant le deuxième semestre, qui risque de faire comme le premier : on commence en présentiel, puis on est reconfiné un mois et demi après. Bien entendu, je ne suis pas devin, mais la politique de ce gouvernement est assez facile à lire, je crois.
Quelle opposition est possible, concrètement ? Car, loin d’aller dans des débats philosophiques, la solution d’urgence du numérique est certainement excusable, sauf lorsque cela tend à s’inscrire dans les mœurs et qu’elle ne questionne pas « l’après », mais qu’elle le conditionne. Or, je ne suis pas sûr qu’il soit sain d’envisager la transmission de savoirs d’une manière aussi arbitraire et insensée dans la durée, et qu’en l’absence de projet politique, cela semble devenir une réponse normée aux différentes crises prévues.
J’ai la chance d’avoir un jardin, une maison, de l’espace, de pouvoir m’indigner de ceci car j’ai moins de contraintes, et de l’énergie mentale préservée de par un « capital culturel ». Ce n’est pas le cas d’autres, qui sont bloqué·es dans un 9 m2 depuis deux mois.
Je ne veux pas me prononcer en le nom des autres étudiant·es, mais je peux affirmer que l’exaspération du distanciel et la validation de cette loi (ainsi que les autres, soyons francs) sont en train de soulever un dégoût assez fort. C’est très usant, d’être le dernier maillon d’une chaîne qui se dégrade, sous prétexte que « le distanciel fait l’affaire en attendant » alors même que rien n’est fait en profondeur pour améliorer le système de santé public, ni aucun, sinon l’inverse (l’on parle encore de réduction de lits en 2021 dans l’hôpital public). Je suis pour la solidarité nationale, mais celle-ci n’envisage aucune réciprocité. Et nous les « jeunes » sommes les bizus assumés du monde qui est en train de s’organiser.
Et cela commence à peser sérieusement sur les promotions.

(…)

Je suis convaincu que personne n’apprécie la présente situation, comme j’ai l’impression qu’il n’y aura pas 36&nbsp;000 occasions d’empêcher les dégradations générales du service public. Et je crains que, par l’acceptation de ce qui se passe, l’on avorte les seules options qu’il reste.
Je suis désolé de ce message, d’exaspération, de résignation, de colère.

Charles Le Brun, La Colère (credit: Bardadrac)

J’ai choisi l’université française pour les valeurs qu’elle portait, pour la qualité de son enseignement, la force des valeurs qu’elle diffusait, la symbolique qu’elle portait sur la scène internationale et sa distance avec les branches professionnelles. Et j’ai l’impression que tout ce qui se passe nous condamne un peu plus, alors que la loi sécurité globale élève un peu plus la contestation, et que le gouvernement multiplie ses erreurs, en s’attaquant à trop de dossiers épineux en même temps. N’y a t’il pas un enjeu de convergence pour rendre efficace l’opposition et la proposition ?
L’université n’est pas un bastion politique mais elle a de tout temps constitué un contre-pouvoir intellectuel se légitimant lors de dérives non-démocratiques, ou anti-sociales. Lorsqu’une autorité n’a que des positions dogmatiques, se soustrait de tout débat essentiel, d’acceptation de la différence (ce qui fait société!), n’est-il pas légitime de s’y opposer ?
Nous, on se prend le climat, l’austérité qui arrive, la fragilisation de la sécu, des tafta, des lois sur le séparatisme, des policier·es décomplexé·es (minorité) qui tirent sur des innocents et sont couverts par des institutions qui ne jouent pas leur rôle arbitraire, on se fait insulter d’islamo-gauchistes sur les chaînes publiques parce qu’on porte certaines valeurs humanistes. J’avais à cœur de faire de la recherche car la science est ce qui nourrit l’évolution et garantit la transmission de la société, la rendant durable, je ne le souhaite plus. À quoi ça sert d’apprendre des notions de durabilité alors qu’on s’efforce de rendre la société la moins durable possible en pratique ?
Que peut-on faire concrètement ? Ne nous laissez pas tomber, s’il vous plaît. Nous sommes et serons avec vous.
Vous, enseignant·es, que vous le vouliez ou non êtes nos « modèles ». Les gens se calquent toujours sur leurs élites, sur leurs pairs.
Vous êtes concerné·es aussi : les institutions vont commencer à faire la chasse aux sorcières dans les corpus universitaires si les dérives autoritaires se banalisent.

Burning of three « witches » in Baden, Switzerland (1585), by Johann Jakob Wick

L’orientation du débat public et la « fachisation » d’idéaux de société va inéluctablement faire en sorte que les enseignant·es soient en ligne de mire pour les valeurs qu’iels diffusent. C’est déjà en cours à la télé, des député·es banalisent ce discours.
N’est-il pas du devoir des intellectuel·les d’élever le niveau du débat en portant des propositions ?
Je ne suis pas syndiqué, pas engagé dans un parti, et je me sens libre de vous écrire ceci ; et je l’assumerai.
Ce que je souhaite, c’est que l’on trouve un discours commun, motivant, pour que l’action puisse naître, collectivement et intelligemment : étudiant·es, et enseignant·es.
Avec tout mon respect, fraternellement, et en considérant la difficile situation que vous-même vivez.
Un étudiant en M1
2 décembre 2020

Le maintien du confinement pour les universités soulève les contestations

Lors de son allocution du mardi 24 novembre 2020, le président Emmanuel Macron annonce que les universités resteront confiner a minima jusqu’au 4 février 2021, alors que de nombreux autres secteurs auront repris une activité quasi-normale. Cette décision a très rapidement provoqué des prises de positions, isolées et collectives, dont nous faisons ici une liste régulièrement mise à jour.

Mur confiné by Jeanne Menjoulet, 2020, CC

Continuer la lecture

La précarité des étudiants étrangers hante la Cité universitaire de Paris

Les témoignages et analyses ont été nombreux sur les étudiant·es universitaires plongé·es dans une grande précarité et pauvreté lors du premier confinement. Le Monde, dans un article paru le 15 avril 2020, avait ainsi titré « ‘Privés de jobs, cloîtrés, les étudiants les plus démunis sont tenaillés par la faim et l’angoisse’« .

Le même journal revient sur l’argument le 8 novembre lors du deuxième confinement, en se focalisant sur les étudiant·es étrangèr·es en France.

Quelques extraits de l’article signé Eric Nunès et Jessica Gourdon paru dans Le Monde:

« On n’a jamais vu ça » : à la Cité universitaire, des étudiants étrangers sur le fil de la précarité

Privés de job, de stage, sans aide familiale du fait de la crise sanitaire internationale, ils sont des centaines d’étudiants étrangers, très diplômés, à avoir recours à l’aide alimentaire pour se nourrir.

Depuis mars, 600 résidents [dans la seule Cité internationale de Paris] qui n’étaient pas connus des services sociaux de la cité ont entamé des démarches pour obtenir un soutien, quatre fois plus qu’en temps normal.

Après avoir payé leur loyer, les transports et leur forfait de communication, « de nombreux étudiants étrangers ont un euro ou moins de reste à vivre par jour », affirme Bérengère Pontet, présidente de l’Association générale des étudiants de Paris.

De nombreux pays ont bloqué les transferts d’argent, empêchant les étudiants de recevoir de l’aide de leur famille… Dont certaines sont aussi en difficulté.

Pour subvenir aux besoins les plus urgents, la Cité universitaire a mis en place un fonds d’aide exceptionnel. Ainsi, 189 résidents ont reçu en moyenne 120 euros, qui s’ajoutent, pour certains, à une aide financière du Crous et aux aides alimentaires, notamment de Restos du coeur.

Photo: Als33120 (wiki commons)