Allô précaire confiné∙e ? Une ligne téléphonique, un Tumblr

Depuis que le confinement a commencé, la situation des précaires de l’ESR ne s’est pas améliorée ! Désormais isolé-es non seulement dans nos départements et nos laboratoires, mais aussi dans nos domiciles… il est devenu encore plus difficile d’échanger sur nos situations.

Sous l’appel « Allô précaire confiné·e ? », les collectifs réunis en AG nationale (27/03) souhaitent maintenir le contact et recueillir des témoignages de précaires sur le vécu du confinement, ses incertitudes financières, les injonctions au télé-travail et ses conditions. Nous disposons de deux outils :

Plus d’information sur le site des Précaires de l’ESR de Rouen

… et il n’y a toujours pas de masques

  • par Sébastien Leroux, enseignant à l’université Grenoble Alpes

« Pour les étudiant·es, les collègues et toustes les autres »

Il y a elle ; elle est chez ses parents au fin fond de quelque part, et ne capte pas grand chose, d’un point de vue informatique je veux dire, elle a bien la 3G mais c’est littéralement au fond du jardin.

Il y a ma compagne ; elle est professeure de français histoire géographie dans un lycée professionnel. Elle a des classes et des élèves. Elle a des « elle » et des « il » aussi. Il faut qu’elle s’en occupe.

Il y a mon groupe 2 en DIG2 ; il faut que je m’en occupe, il faut que je m’en occupe, il faut que…

Il y a lui ; il est réquisitionné et travaille dans l’alimentaire à 125% depuis le début du confinement, il est inquiet pour la suite de ses études.

Il y a les courses parfois, les repas souvent, la machine et tout le reste.

Il y a elle ; elle dit que “Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser la France entière pour aller récolter des fraises gariguette”

… et il n’y a toujours pas de masques.

Photo: Claude TRUONG-NGOC

Continuer la lecture

#StayAtHome from abroad

Sur un tweet de @Emily_Lykos, 13 mars et jours suivants

Les étudiants face à la pression scolaire : « je n’ai jamais eu autant de travail que depuis le confinement »

L’Université a affiché cette semaine sa priorité : la « continuité pédagogique », sans considérer les inégalités entre les étudiants, que ce soit au niveau sanitaire, des conditions de confinement ou d’accès aux matériels informatiques : témoignages d’étudiants de l’Université Paris 1 confinés.

https://www.revolutionpermanente.fr/IMG/arton19797.jpg

Site de Tolbiac, Université de Paris-1. Crédit: Denis Tanchereau

La « continuité pédagogique », c’est tout ou rien : surcharge de travail ou silence Radio du corps enseignants. De la même manière qu’elle avait maintenu des partiels en période de grève, l’université, toujours sous couvert de sa « valeur du diplôme », s’acharne à maintenir une notation plutôt que de dispenser un enseignement.

A Paris 1, malgré les directives de la Présidence, les étudiants sont soumis aux exigences inégales de leurs professeurs. La plupart font reposer sur leurs chargés de TD la tâche de rassurer les étudiants, sans leur donner de réelles informations à communiquer. S’il faut reconnaitre que certains ont assoupli le contrôle continu, en évaluant sur la base du volontariat, la majorité laisse les étudiants totalement livrés à eux même.

Comme en témoignent Maria et Irene* [*les prénoms ont été modifiés], étudiantes en Droit, le stress et la pression sont décuplés : « je suis plus stressée qu’en présentiel. Sous prétexte d’une soi-disant valeur du diplôme, on autorise ce genre de conditions. Il est temps que les étudiants se fassent entendre, on n’est pas des robots ».

Continuer la lecture

Le recrutement des enseignants-chercheurs à distance envisagé par le MESRI pose de nombreuses questions. Une dépêche AEF

Le débat commence à agiter les listes de discussions des universitaires : faut-il maintenir les concours de recrutement des maîtres de conférences et professeurs, quitte à les faire à distance, ou les reporter à la période post-confinement, au risque de ne pas avoir suffisamment d’enseignants devant les étudiants dès la rentrée ? Alors que le MESRI avait prévu de soumettre au CTMESRI du 24 mars un décret autorisant – entre autres – les recrutements 100% en visio, les syndicats ont demandé – et obtenu – davantage de temps pour trouver la meilleure solution.

https://www.flickr.com/photos/timvz/27250022576/in/photolist-HvZuks-9KJDNm-2iriCSg-JtUWbz-FC5oxG-2aMEHxT-2e7Xs65-CXMMSM-2hZ9ZpR-2hXJFuy-Jr2j2a-4G49tk-2e3LeF4-2ioKMx1-qzrvrc-Z4esn9-xnNRBR-27AgaiU-2hw626d-2iBFjxq-Xr4cjy-VN4k14-UdB9Xw-2f1gkMk-QNeZNY-Q3cwr5-77R6T4-27iN7ut-ijfm9u-h6pB1w-narjJL-2iA3U6o-CypaP5-Nfy5Uz-WeSNYH-2hxFEYX-WjdxGY-CJAKbL-dzwyA8-A2acJ6-2bCfrVK-eQU65P-24Yi476-4dCd9j-2isxsqz-djhBMt-7e4TUG-KZfrck-JTjG4g-ATwZ5u

Safe at a distance, by Tim van Zundert, 2016

La pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement qui en découlent arrivent au moment de la campagne synchronisée de recrutement des enseignants-chercheurs. Les candidats ont en effet, en principe, jusqu’au 26 mars pour déposer leur dossier sur Galaxie, les auditions devant se tenir en avril et mai.

« Si les recrutements des chercheurs peuvent être décalés dans le temps, ceux des enseignants-chercheurs sont un peu plus contraints, car nous aurions du mal à imaginer qu’ils ne soient pas recrutés avant la rentrée de septembre, pour être intégrés aux services et faire face aux étudiants», explique Stéphane Leymarie, secrétaire fédéral du Sgen-CFDT.

Mais comment procéder à ces recrutements en période de confinement ? 100% à distance ? Dans l’état actuel des textes, cela n’est pas possible car le décret statutaire dispose que « le comité de sélection ne peut siéger valablement si le nombre de membres physiquement présents est inférieur à quatre »1

Continuer la lecture

  1. Article 42 du décret du 15 février 2011 : « Les réunions des comités techniques peuvent, lorsque les circonstances le justifient, être organisées par visioconférence, sous réserve que le recours à cette technique permette d’assurer que, tout au long de la séance : n’assistent que les personnes habilitées à l’être dans le cadre du présent décret ; chaque membre siégeant avec voix délibérative ait la possibilité de participer effectivement aux débats ; le président soit en mesure d’exercer son pouvoir de police de la séance ». []

Les services publics sont indispensables : SciencePo Toulouse se confine et le fait entendre

COVID-19 : une crise qui nous rappelle que
les services publics sont indispensables
Même confiné.e.s, les membres du comité de mobilisation personnels et étudiant.e.s de Sciences Po Toulouse restent mobilisé.e.s.
Dans son adresse aux Français du 12 mars 2020, le président Emmanuel Macron a mis la France en état d’alerte sanitaire face au Covid-19. Tous les établissements scolaires et universitaires, dont Sciences Po Toulouse, sont fermés. Cette décision nous amène à repenser les modalités d’action de la mobilisation que nous, étudiant.es et travailleur.ses de Sciences po Toulouse, portions depuis des mois contre la politique du gouvernement en matière de redistribution sociale, de recherche et d’enseignement – mais pas à l’abandonner!

En effet, la crise sanitaire actuelle nous rappelle la nécessité de sauvegarder et reconstruire nos services publics. Les hommes et femmes politiques porteurs.ses des projets les plus libéraux en la matière en viennent eux-mêmes à le reconnaître et à affirmer, comme le président, que “la santé n’a pas de prix”, ou encore qu’il “y a des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché”. C’est précisément ce que les personnels des hôpitaux publics, les cheminots, les énergéticien.nes, les enseignant.es et tant d’autres défendent depuis le 5 décembre, et avant. 

Sans les baisses constantes de budget, la précarisation croissante et l’aggravation des conditions de travail à l’hôpital et dans la recherche, la crise dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui serait certainement moins dramatique. Le témoignage glaçant du chercheur spécialiste des coronavirus, Bruno Canard, illustre l’énorme gâchis provoqué par le “pilotage” de la recherche et la politique de concurrence et d’“excellence” que l’on nous impose depuis des années: alors qu’en 2003 lors de l’épidémie de SRAS, des subventions massives ont permis des résultats rapides, le changement des priorités politiques a tari les financements et empêché les laboratoires de poursuivre leurs travaux. Et cela recommence: deux jours après la publication du billet de Bruno Canard, l’Agence nationale de la recherche lançait un appel à projets “Flash Covid-19”, mettant des centaines de milliers d’euros sur la table qui disparaîtront une fois la crise passée. Ainsi la communauté scientifique est-elle soudain appelée à se mobiliser en urgence, après “plus de dix années perdues pour la recherche fondamentale sur le coronavirus”, comme le déplore le comité de mobilisation des facs et labos en lutte dans son communiqué du 14 mars. Dans son adresse du 12 mars, le président a appelé les Français à “faire confiance à la science”. C’est nous qui en retour, lui demandons de faire confiance aux scientifiques quand ils et elles expliquent les conditions de travail nécessaires à la production de résultats de qualité: des financements pérennes, de la visibilité, et des travailleurs.ses avec des emplois stables. Loin de devoir passer à l’arrière-plan en raison de la crise sanitaire, nos revendications sont toujours aussi actuelles et justifiées: retrait du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et de la loi de transformation de la fo nction publique, de Parcoursup et de “Bienvenue en France”, retrait enfin de la contre-réforme des retraites.

L’ironie est d’autant plus tragique que ce sont aujourd’hui les plus précai res qui sont sollicité.e.s pour gérer l’urgence du Covid-19. En Italie, ce sont trois chercheuses précaires et sous-payées, travaillant plus de dix heures par jour pour moins de 1200€ par mois, qui ont détecté la souche italienne du coronavirus. A Sciences Po Toulouse, la gestion de crise est portée par des administratifs dont la moitié est précaire et qui, pour beaucoup, ne seront pas renouvelé.e.s l’année prochaine, voire dont les contrats se termineront dans les prochaines semaines ou mois. Ils et elles n’ont aucune chance d’obtenir un nouveau contrat dans l’ESR avant la rentrée de septembre, et ne seront donc pas payé.e.s cet été. Et de même que ce sont les travailleurs.ses précaires qui gèrent la crise du Covid-19, ce sont aussi eux et elles qui seront, à l’université comme ailleurs, les plus touché.es par ses effets économiques. Les personnels d’entretien et techniques, dont les contrats ont été externalisés, seront-ils et elles payé.es ? Dans les universités qui n’ont pas les moyens de mettre en place des TD à distance, les vacataires qui les assurent en temps normal seront-ils et elles rémunéré.es? Comment les étudiant.es qui financent leurs études par des petits boulots (bibliothèque, cantine), eux aussi payés à l’heure, subviendront-ils et elles à leurs besoins d’ici septembre ?

Certes, dans l’immédiat, la fermeture des Universités et le passage au stade 3 de l’épidémie réduisent nos possibilités d’action et nos capacités à amplifier et élargir la grève de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais nous restons mobilisé.es pour préparer la suite du mouvement à long terme, à l’horizon de la rentrée 2020. Le mois de septembre 2020 sera le moment de rappeler au gouvernement et au président de la République sa prise de conscience soudaine, et l’utilité d’une recherche fondamentale financée de maniè re stable, avec des équipes stables. Seuls des financements pérennes et des postes de chercheurs titulaires fixes permettent à la recherche de se développer dans de bonnes conditions. La concurrence tous azimuts et le court-termisme ne permettent pas le développement d’une recherche de qualité.

Les membres du comité de mobilisation de Sciences Po Toulouse.

 

Continuité pédagogique : conseils de Suisse et d’Allemagne

Les collègues et administrations européennes s’organisent ailleurs en Europe. Compte tenu de la réaction névrotique qu’on observe en France, il n’est pas inutile de faire lire et traduire les instructions envoyées. Aujourd’hui, de Suisse, David Giauque, professeur associé et directeur de l’Institut d’études politiques de l’Université de Lausanne. En Allemagne, le DFG prévoit des mesures comptables pour passer la période de quarantaine.

https://www.flickr.com/photos/mfdudu/91096416/in/photolist-93TMS-2i6mY6a-bDvgbb-25owTmd-8zihQw-7URtpH-7srGnh-2gtUtuf-8zihYC-8zfbqp-8ziinE-8zfv6i-8ziDeY-8zfrup-8zftJc-8zfajv-8ziBEd-8zijYE-8zfbP6-8zijxU-oeNnCA-8zfrSZ-6PSJZw-bE3MR7-2i8Zqd9-QtCGye-s7vEym-BgmU5q-6PSJHj-6MYS65-2bexmRk-6PSJRw-JRFet-BXsFoG-23kKB4N-5JmeyF-61Lq2S-8aWs5Y-nXfknc-nF4aPQ-nXqWr1-nXrFC3-nXqWwS-nXqWvu-nF3ZhP-nXqWtf-nXrFuN-nXqWzC-8ziEuE-VwMfqj

Davoz, par Marie-France Durieux, 2005

  • SUISSE
De : Direction.iep <direction.iep@unil.ch>
Envoyé : lundi 23 mars 2020 08:53
À : inst-iep-ssp@unil.ch
Objet : Rappel – à situation exceptionnelle, travail proportionné en évitant tout zèle!

Chères et chers collègues, chères enseignantes et chers enseignants suppléant.e.s,

De nombreux témoignages m’ont été rapportés la semaine passée et ces derniers sont de nature à m’inquiéter. Quelques constats relativement simples peuvent être dressés par rapport au vécu des enseignant.e.s/chercheurs.euses ainsi que des étudiant.e.s:

    • La plupart d’entre vous ont pris très à coeur le défi de l’enseignement à distance et avez investi avec ferveur et ardeur les différentes options offertes par le centre elearning de l’UNIL. Avec un regain de stress perceptible parmi les enseignant.e.s mais également parmi les assistant.e.s qui ont été fortement sollicité.e.s la semaine passée. Qui plus est, certains de ces outils d’enseignement à distance ont connu des couacs importants vous mettant parfois dans des situations d’énervement et de découragement.
  • Vous avez tendance à vouloir proposer un enseignement de qualité, ce qui vous honore bien sûr, voire à contre-balancer cette situation de crise en proposant un programme « complexe » et « conséquent » aux étudiant.e.s. Dans certains cas, dès lors, les exigences relativement aux cours, aux activités et aux apprentissages exigés des étudiant.e.s ont tendance à augmenter. Or, il est important de ne pas oublier, dans cette période particulièrement tendue et anxiogène, que nos étudiant.e.s sont confronté.e.s, au même titre que nous, à de nombreux défis parallèles: travailler, souvent plus, dans des entreprises de grande distribution, ou ailleurs, pour gagner les moyens de vivre; s’occuper des parents ou grands-parents vulnérables; parfois aussi s’occuper de petits enfants; etc. Autrement dit, ne partons pas de l’idée selon laquelle nos étudiant.e.s s’ennuient et ne savent plus quoi faire. Si certain.e.s d’entre eux.elles peuvent se trouver dans cette situation, la plupart clairement non.
Les résultats de cette situation sont évidents: des enseignant.e.s stressés et qui se mettent une pression formidable pour être à la « hauteur » de l’enseignement à distance, des pressions qui s’exercent sur les assistant.e.s/doctorant.e.s pour qu’ils.elles augmentent leur investissement (y compris en dehors des heures de travail normales). De même que des étudiant.e.s qui témoignent de leur situation très difficile et qui ne souhaitent pas devoir en faire plus qu’en temps normal pour leurs études, notamment parce qu’ils ou elles ne le peuvent tout simplement pas.
Dès lors, mon appel est simple: dans ce contexte, chères et chers collègues, merci de ne pas faire trop de zèle. Vous êtes des professionnels.elles accompli.e.s et personne ne le contestera au vu des efforts réalisés ces derniers temps. Mais il serait clairement contre-productif d’augmenter nos exigences pédagogiques dans la situation actuelle. Résistons à la tentation d’en faire trop, de se mettre trop de pression, mais également d’exiger trop de nos étudiant.e.s, de même que des collègues et doctorant.e.s/assistant.e.s. Ce d’autant plus que nous ne savons pas encore quelles formes prendront les examens de fin d’année et si ceux-ci pourront avoir lieu. Ne perdons pas de vue que les conditions de travail sont, précisément, exceptionnelles et que c’est tout le rythme de notre vie qui doit ralentir.
Profitez-en pour lire les articles et les ouvrages que vous vous êtes promis de lire depuis 5 ans et que vous n’avez pas encore eu le temps de faire. Prenez le temps de l’écriture. Soignez vos proches, vos voisins, vos amis (à distance bien sûr). Mais surtout ne devenons pas stakhanovistes dans ce contexte, la médaille du travail nous fera à toutes et tous une « belle jambe ». Dès lors, songez-y en ce début de semaine, ne vous fixez pas des objectifs intenables qui auront pour effet un stress sur toute la chaîne des acteurs, des enseignant.e.s aux doctorant.e.s/assistant.e.s, jusqu’aux étudiant.e.s. Un sur-investissement ne peut conduire qu’à des conséquences inattendues et bien souvent négatives. En un mot, prenons soin de nous toutes et tous!
Il me reste à vous transmettre mes meilleurs messages d’amitiés et de soutien. A très bientôt dans nos murs de Geopolis, courage et santé à toutes et tous.
David Giauque
_________
Professeur associé et directeur de l’IEP
UNIL | University of Lausanne
Institut d’études politiques
Geopolis – bureau 4350
CH-1015 Lausanne
Suisse/Switzerland

Continuer la lecture

Anaïs prévient : il n’y aura pas de continuité pédagogique

Continuer la lecture