La vie d’étudiant-e confiné-e. Une enquête par l’OVE

En passant

Toute l’étude se trouve ici.

Résultats

L’enquête menée par l’Observatoire national de la vie étudiante sur le ressenti des étudiant·e·s pendant la période de confinement montre que la crise sanitaire a eu d’importants effets sur leurs conditions de vie : nombreux sont celles et ceux – notamment parmi les plus jeunes – ayant fait le choix de rejoindre leur famille, bénéficiant ainsi, pour une majorité, d’aides plus nombreuses et de conditions de logement dans l’ensemble plus favorables. Ce retour à une forme de cohabitation contrainte par les évènements n’a toutefois pas empêché pour certain·e·s l’existence de conflits ou encore la nécessité de s’occuper d’un proche malade, autant d’éléments qui ont pu perturber le suivi des études. Les signes de détresse psychologiques ont été dans l’ensemble plus nombreux dans la population étudiante pendant cette période de confinement, de même que la consommation d’alcool ou le renoncement aux soins. La formation à distance, mise en place dans la plupart des établissements, a permis de révéler de nouvelles inégalités au sein de la population étudiante : avec le développement des cours en mode distanciel, disposer d’un ordinateur personnel, d’une bonne connexion internet ou encore d’un environnement calme, sont devenus particulièrement essentiels pour la réussite de chacun·e. Les étudiant·e·s étranger·e·s, par l’éloignement de leur famille et leurs conditions de vie et de travail plus précaires, apparaissent ainsi comme les grand·e·s perdant·e·s de la crise sanitaire. La perte ou la diminution de l’activité salariée, l’annulation ou le report des stages ou encore l’interruption des mobilités internationales ont également transformé l’expérience étudiante, fragilisant davantage les catégories les plus précaires. Ces transformations ont également généré des inquiétudes particulièrement importantes parmi les étudiant·e·s en fin d’études, allant jusqu’à modifier, pour certain·e·s, leurs projets d’orientation et d’insertion. Les effets de la crise pourraient ainsi se faire sentir encore longtemps sur la population étudiante.

Les discriminations dans l’enseignement supérieur : une enquête de l’UNEF

Enquête sur les discriminations dans l’enseignement supérieur : il faut mettre fin à l’inertie et agir concrètement pour l’égalité !

Alors que les jeunes se mobilisent de plus en plus fortement contre les discriminations (récemment contre le racisme et les violences policières), celles-ci se matérialisent aussi dans l’enseignement supérieur. Si depuis le début du quinquennat Frédérique Vidal s’est exprimée plusieurs fois sur le sujet, aucun dispositif contraignant n’a été créé. Il était donc essentiel de faire un état des lieux précis des dispositifs mis en place. Ainsi, pour le première fois, l’UNEF s’est penchée en détail sur les dispositifs de lutte contre le sexisme, le racisme et les LGBTI+phobies mis en place par les universités.

Les discriminations, un frein au quotidien à la réussite des étudiant·e·s

Nos universités ne sont pas imperméables à la société : les oppressions systémiques qui s’y expriment le font également dans nos établissements. Le racisme, les lgbti+phobies et le sexisme sont bel et bien présent dans nos établissements. Ces discriminations nous empêchent d’étudier sereinement, rompent l’égalité face à la réussite, freinent notre émancipation, affectent notre santé mentale et vont parfois jusqu’à nous ôter la vie. Elles ne nous garantissent pas tou·te·s les mêmes conditions de vie et le même avenir. Démocratiser nos universités doit donc passer à la fois par l’accession de tou·te·s à la formation de son choix et une protection sociale de qualité, par la lutte contre la reproduction sociale et par la lutte contre tous les déterminismes et toutes les discriminations. Pour cela la première étape est de pouvoir recueillir la parole des étudiant·e·s victimes. Les cellules de veille et d’écoute, au départ mise en place pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, ne sont toujours pas une réalité puisque 45,1% de nos universités n’en disposent pas.

Les universités carrefour de la société : agir dans l’enseignement supérieur pour transformer la société

L’égalité réelle revendiquée dans la rue par des milliers de jeunes à plusieurs reprises cette année doit se construire d’abord dans nos universités. Comment lutter efficacement contre des comportements collectifs sans former la génération de demain ? Nos universités sont au carrefour de la société, c’est par elles qu’il faut pourvoir déconstruire les stéréotypes et permettre l’émancipation de chacun·e. C’est dans nos universités qu’il faut étudier le genre pour mieux le déconstruire, c’est dans nos universités qu’il faut pouvoir développer une analyse critique de la colonisation par le biais des études postcoloniales, c’est dans nos universités qu’il faut étudier l’histoire des luttes LGBTI+ (comme vient de la décider l’Irlande). En ce sens nos établissements doivent être exemplaire dans la lutte contre les discriminations, cette enquête démontre que ce n’est pas le cas. Au total, 7% des universités ne communiquent sur aucun dispositif de lutte contre les discriminations.

Continuer la lecture

Lucidités universitaires

  • par une étudiante de Master

« Aux étudiantes et étudiants de première et deuxième années de master, je veux dire que cette année universitaire bien singulière ne doit pas les conduire à renoncer à leur projet. Vous vous y êtes engagés avec passion, celle de comprendre et de savoir, vous devez poursuivre cette aventure intellectuelle, (…) aventure qui se nourrit aussi de ce moment particulier. » Un président d’université, le 25 mars 2020

 Et jamais ne s’arrête la petite musique bien rythmée de ceux et celles qui croient nécessaire de ne surtout pas s’arrêter.

Déjà aux temps des mobilisations, les diktats de la « continuité » nécessaire se faisaient entendre. Si « faire la grève (à l’université), c’est jouer le jeu du gouvernement » on pourra se demander si « faire une trève » ce n’est pas jouer le jeu du COVID-19 ? Alors, non, il ne faut surtout pas s’arrêter, il ne faut surtout pas casser les rythmes (déjà bien ébranlés) et il faut, cependant, à tout prix, maintenir, une continuité —… – pédagogique. Même pas drôle.

Pourtant ce n’est pas un jeu.

https://www.flickr.com/photos/irinavorotyntseva/4563233868/in/photolist-7XeLs1-9yCKsS-PQvWb3-yAsDy4-7G6LN2-6FoEsU-T5n9n-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR

Self-portrait, by Irina Vorotyntseva, 2010

Quelle « continuité » existe dans de telles circonstances ? D’une situation inconnue, toujours plus imprévisible et incertaine, qui peut prétendre à une « continuité » ? Au voisinage de la mort, le terme même de « pandémie » ne semble pas affecter plus que ça le corps universitaire, puisqu’il n’y a peut-être déjà plus de corps universitaire… On n’a cessé de délabrer les conditions d’études et de travail à l’université, la destruction programmée du service public de l’enseignement et de la recherche n’a de cesse depuis bon nombre d’années. Alors on se côtoie et se croise dans des locaux — où il fait parfois froid, très froid même — sans être capable de tenir le lien. Le lien, nos liens, n’ont eût de cesse d’être brisés par le capitalisme, le néolibéralisme et une fois de plus l’université — bien qu’elle se croit souvent dans un nuage à part — n’y échappe pas.

https://www.flickr.com/photos/126472301@N02/45359340801/in/photolist-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8

#touch, by Massimo Angelini, 2018

Et alors que du peu qu’il nous restait de partage de salles de cours, bibliothèques ou cafétéria, il n’en n’est plus. Le temps commun se brise et chacun reste chez soi. Mais qu’est-ce que « chez soi » ? Quelles sont les inégalités dont l’université est (une fois de plus) incapable d’admettre l’existence ?

L’afflux de mails pour la continuité pédagogique a tendance à me faire plonger dans un gouffre d’impossibilités à faire quoi que ce soit dans de telles circonstances. Chaque jour ma boîte mail universitaire, autant que ma boîte mail personnelle (puisqu’il semble toujours plus prudent de la part des expéditeurs de doubler leurs communications) sature de mails autour d’une prétendue nécessité de la « continuité pédagogique ». Le confinement est une épreuve (mentalement aussi) très difficileProposer des ressources et des possibilités, soit.Parler de rendus même décalés, de cours en vidéo sans questionner plus que cela nos possibilités d’accès ne fait qu’accroître ma culpabilité face à mon incapacité à faire quoi que ce soit (ou mon incapacité à me connecter à l’heure voulue, définie – voir même l’incapacité à répondre aux mails de mes professeurs). Pourtant, je suis de ces étudiant∙es plus que privilégié∙es, je n’ai jamais manqué de rien — si ce n’est d’une connexion internet illimitée — et mon confinement se fait dans un endroit bien agréable en soi. Mais l’angoisse devant une situation tellement inconnue dont nous n’avons aucune idée du temps qu’il nous faudra pour sortir devrait amener à plus de questionnements sur ces questions de continuités. Alors il va certainement falloir inventer des façons de faire et de communiquer mais à mon sens aussi surtout déculpabiliser ceux, celles, qui juste n’arriveront à rien dans ces temps-là ou tout simplement par précarité ne pourront pas accéder à ces ressources numériques.

https://www.flickr.com/photos/moncouer/4489348811/in/photolist-7QH5ZH-9K7ag1-SobaaA-69Mk5B-24eAmJW-NrSsDt-5uH4c7-NbuHUN-2hPdC2n-4Mekij-ZwSpHN-r5HHGL-z9Ggq7-5bnyBi-8t8rba-XZtvnw-Sju6ag-pKnXjZ-SvJ4Ti-XrHoR3-ZR4MVh-64fh1v-RWAMkE-2gm68rv-2fZg3hZ-tRBRW-8LQJmc-p8gSDx-p3ZNoo-4ToNki-fmFU1s-24k5BrA-86Gn8e-6jF1nb-fUqSSR-3jX1wS-uju7D-9AqT3M-24fuktK-YDRPD9-3nZuUu-2PkFz-2dEJgih-FcMchb-6YY3xf-oSg7K3-avyn8e-3nV16v-Td3UYN-56YsFR

touch, by Eszter Tomori, 2006

Quelles sont les possibilités d’accès — en temps normal—pour chaque étudiant à un ordinateur, à internet, à un espace calme, à de la nourriture —non, travaillez le ventre vide ce n’est pas simple—, à du repos ? Ce sont des données qu’on a trop peu, pourtant, on ne compte plus le nombre d’étudiants qui travaille à côté de ses études, qui vit en logement insalubre, qui ne peut se soigner, qui ne peut manger à sa faim ou sainement, qui ne peut prendre le temps du repos nécessaire pour faire face au devoir universitaire. Alors déjà au « temps normal » et bien indigeste, aucune égalité n’existe mais qu’en est-il ces derniers jours, en plein cœur d’une pandémie ? Qui sont les étudiants qui peuvent « lire et travailler » et ceux, celles, qui doivent gérer les frères et les sœurs, les parents, les grands-parents, les voisins ? On n’en sait rien. Et au milieu de tout ça, ce sont souvent, encore, les plus précaires qui sont au cœur des réseaux de solidarités pour le voisinage, pour les personnes sans-domiciles, pour ceux encore plus ou autant : précaires. Alors le temps de la continuité pédagogique n’a pas fini d’être brisé, le « temps de la continuité pédagogique n’a jamais existé » —ou n’existe plus depuis bien longtemps — et en ce moment, il n’a certainement pas lieu d’être. Ou plutôt, s’en réclamer est simplement indécent.

https://www.flickr.com/photos/enrica_corvino/2186239498/in/photolist-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-2hap9GP-8u6EGP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj-ac5sFU-2ze3L4-5oVh2r-9K4CGn-69hNBN-ntCFer-2h1piWe-4uyyVC-eysQXf-2ibPW3m-9f1krA-2gKqfF5

touch, by Enrica Corvino, 2008

Puis si certains tirent parti de cette situation, il est à craindre que ce seront toujours les mêmes, comme ceux qui déjà en difficulté le seront sans doute bien plus pendant et après cette crise sanitaire. Il y a plus inquiétant selon moi : la santé mentale des étudiant∙es, déjà si fragile et dont on parle trop peu dans le monde universitaire. J’ai été dans le peu de rencontres que j’ai faites cette année1 plus qu’attristée de découvrir le nombre d’étudiant∙es sous anxiolytiques, antidépresseurs ou ceux en détresse qui n’ont accès à rien. Je suis ce qu’on pourrait qualifier de déléguée de classe, et lors de prises de contacts avec les étudiant∙es, certains mails étaient tels des appels à l’aide dont il nous était quasiment impossible de répondre pour nous délégué∙es. Les discussions avec la direction nous ont sans cesse ramené∙es à nos devoirs de délégué∙es sans que ces derniers prennent la mesure du risque en cours, de la détresse. Ce qui était certain, c’est que, vivant des situations parfois parallèles nous n’étions en mesure de répondre aux appels à l’aide. Nous avons vu et entendus nos camarades pleurer face à des conditions de vies inacceptables, face la détresse quant à l’absence deperspective d’avenir, devant la préparation de la LPPR qui brise encore nombre d’espérances pour de jeunes étudiants chercheurs, face au mépris de certain∙es titulaires autant que de nos gouvernements et de l’université en tant qu’institution((Cette institution s’est avérée plutôt malveillante.)).

Et aujourd’hui qu’en est-il ? Je pense à mes camarades dans des chambres de 9m2 où les bâtiments répondent déjà à des hautes normes anti-suicide, tellement la plupart des conditions de vies offertes sont précaires et insatisfaisantes. Je me rappelle une année en cité universitaire que j’ai fini par quitter l’année suivante pour aller en foyer théologien,bien que je ne sois pas croyante). Une chambre de 9m2 et une cuisine partagée souvent sale, sans poubelle à disposition, ni four. Souvent juste deux plaques, un micro-ondes. Des murs si fins que les moindres gestes de vos voisins vous parviennent. Des sortes de cellules à étudiants qu’on ne peut à peine nommer car il y a encore pire. Il y a toujours pire. Il y a des cités universitaires dans des états d’une insalubrité impensable. Et j’ai là aussi une pensée pour ceux, celles, qui réellement emprisonnées actuellement dans les Centres de rétention administrative2 vivent dans des conditions souvent inhumaines. Mais il y a encore une fois toujours pire.

Les conditions de vie du plus grand nombre sont aujourd’hui intolérables, inacceptables et il faudra le dire, le redire, encore et encore, voir le crier et trouver des moyens pour se faire entendre pour que ça change. Puisque, non, non, nous ne voulons pas de cette « continuité ».

https://www.flickr.com/photos/47018556@N06/4415473854/in/photolist-7Jbsxy-2iFEim6-4nD1Jh-reR3Bn-2ccHVfG-KNtNah-7UHc3W-86q4t3-8ZxJE-6diumX-9ReMRp-5UvXQq-rf3vcH-9Nwx2q-4npHtG-UXyxKs-gE7QFT-9Gc1Ax-NJRMAJ-N8uaP-83MSbR-3mDM7W-5SC1tL-2h5HqFG-244TzNs-pLLe65-aCXtzj-6z3euf-bgey5k-96LV6T-6wp59R-5uJZr5-5ieZWx-2ijoyKk-5VvbWu-2itbUfF-8QKB1x-5zwFAx-4nkbLM-rEttcE-724Qny-e4B1Zs-FEMjCy-517Pdn-JNPFud-5j9HEp-3pkvwo-FLiJT1-4159Vh-7J3NjF

Touch, by LorC8, 2008

Ce temps de la prétendue continuité pédagogique devrait plutôt s’interroger sur ce qu’est devenu notre monde, notre société autant que son université. Puisque l’université aujourd’hui ne répond plus à son devoir de service public, elle est inégalitaire, raciste, sexiste, et j’en passe. Que faire ? Je n’ai même pas d’idée. Dernièrement, je pense à ceux, celles, qui ne seront pas aussi protégés que je le suis. À ceux, celles en détresse pour qui je ne sais même pas quoi faire. Je pense à ce gouvernement qui offre d’abord des solutions aux entreprises et se congratule alors que la gestion de la crise est plus que lamentable et coûtera de nombreuses vies. Mais qu’importe pour eux, il n’est plus à démontrer que nous ne comptons pas. Il y a mille questions à se poser actuellement, mais je crois en effet que la continuité pédagogique n’est pas la première d’entre elles.

Alors je ne répondrais pas aux injonctions pour maintenir la « lucidité des universitaires » dont nous avons besoin mais qui fait cruellement défaut. Et si rien n’est produit pour la machine universitaire dans ce temps de confinement insupportable, personne ne devrait en être tenu responsable. Il y a des moments où il faut admettre que plus rien ne tient. Et quand plus rien ne tient, la seule chose à faire, c’est prendre soin. Prendre soin de ceux et celles qui côtoieront la mort dans leurs proches, dans leurs familles, prendre soin de ceux et celles qui iront travailler pour s’assurer un revenu minimum autant que pour faire vivre ceux et celles qui peuvent restés confinés, prendre soin de ceux et celles qui plus que jamais d’une santé psychique fragile sont peut-être au bord d’un précipice qu’on ne voudrait voir mais auquel il va falloir faire face. Prendre soin des autres, prendre de soin de nous autant que de soi.

Juste prendre soin et jouer le contre-courant de ce que joue notre gouvernement qui ne prête plus d’attention ni aux corps, ni aux vies.

https://www.flickr.com/photos/speechlesstalking/6050803906/in/photolist-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8-7xdFof-ecpidC-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-8u6EGP-2hap9GP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj

touch, by Kate, 2011

  1. Je précise puisque je n’arrive pas à me faire à ce milieu universitaire []
  2. NDLR – Cf. sur Academia, Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique, 20 mars 2020. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search