Conditions d’études en confinement. Une recension

Academia a publié plusieurs enquêtes issues de différentes universités et disciplines. Elle les recense dans ce billet. Ces enquêtes montrent la faible capacité des étudiant·es à téléétudier en confinement, même dans les universités à la population estudiante aisée. Mise à jour possible

https://www.flickr.com/photos/newsoul343/4205549630/in/photolist-7pCxoo-VuiHnd-2dtoKoG-cq8cKS-NRuyBd-21xLuLu-Qgsyyz-6aBBiQ-2i6fVfW-p775EJ-2h6cMEA-WFqBzi-XRR3fU-ECp24d-2h59PK8-25nxUFc-2gwWV1p-LATUnS-25H7SsV-pRd2qo-27fS6V2-R1LfXr-56YKWL-oAXo4C-7jMdWz-MLkVCS-4bsbQC-cfWNaj-29VRKMg-85D4XU-sWTNV-29scMDy-S1RLHv-7nn7od-JiiBDC-dCiCus-EM8LX4-2hCcfBr-cBBsrd-fisoT5-2gTQdBt-2hrPaU4-rzordX-27F7PvJ-Y12Zid-z2Sm2G-tg7gVb-KMvaym-D7avU7-dK2CFp

Precarious, by Alex [in wonderland], 2009

Vers l’autonomie des Universités des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes

  • par Léa Alexandre, étudiante en Master Politiques et gestions de la culture en Europe, Institut d’Études Européennes, Université de Paris-8

Le 8 novembre 2019, un étudiant de 22 ans s’immole devant le bâtiment du CROUS de Lyon-2 où il étudie, après avoir publié un long message sur le réseau social facebook dans lequel il dénonce les éléments qui l’ont poussé à faire ce geste. Le troisième paragraphe de sa publication revendique la mise en place d’un salaire universel étudiant : « Je reprends donc une revendication de ma fédération de syndicats aujourd’hui, avec le salaire étudiant et, d’une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu’on ne perde pas notre vie à la gagner », réactivant ainsi un des leitmotivs des milieux militants étudiants français. De nombreux média et détracteurs ont dénoncé un réemploi par l’extrême gauche d’ « un drame singulier », à l’instar de Jean-Francis Pécresse dans « Pas de salaire pour étudier » (Les Échos, 13 novembre 2019), qui souligne à quel point la France est pionnière en matière d’aides sociales pour ses étudiants.

Figure 1. Source – “Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s.”, Observatoire national de la vie étudiante, 2016.

Or en France, selon une étude  faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 20161, 22,7 % des étudiant∙es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, parmi lesquel∙les seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un∙e étudiant∙e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 20162, 20% des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. Selon une enquête sur la santé des étudiants menée par l’Observatoire national de la vie étudiante en 20183, près d’un tiers des étudiants ne se soignent pas par faute de moyens. Il peut s’étonner alors que, sur l’année 2018/2019, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) annonçait 38% des étudiants étaient boursiers4. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteurs ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ?

Figure 2. Source – “Repères sur la santé des étudiants”, Observatoire national de la vie étudiante, 2018.

Deux analyses peuvent contribuer à répondre à ces questions : la première considère les raisons de l’échec d’un revendication historique par les milieux étudiants militants, de la rémunération étudiante ; la seconde analysera l’ « utopie budgétaire » que le salaire étudiant représente, à partir des exemples scandinaves qui le pratique, en examinant les différentes critiques dont il fait l’objet.

La rémunération étudiante : une revendication ancienne dans les milieux militants

La question de la mise en place d’une rémunération étudiante est apparue très tôt dans les milieux militants universitaires. Tantôt nommée “présalaire”, “salaire étudiant”, “allocation d’autonomie”, “allocation d’études”, elle a figuré de manière omniprésente dans les débats concernant la valorisation du statut d’étudian∙et, statut transitoire entre le jeune scolarisé et le jeune salarié qui peine à trouver sa place dans le système néolibéral. Au moment de l’après-guerre, les discussions autour de cette rémunération du travail étudiant se sont cristallisés lors d’un congrès de l’UNEF en 1946 où a été réalisée la charte de Grenoble revendiquant cet adage : “un étudiant est un jeune travailleur intellectuel”, présentant alors le salariat comme un droit pour l’étudiant∙e. Il s’agissait ainsi pour l’UNEF de conduire à la reconnaissance de l’étudiant∙e comme travailleur∙se∙, de faire reconnaître l’existence d’une population étudiante nombreuse et qualifiée, et de valoriser ce qu’elle apporte à la société. Pour se faire, il a été question de défendre la valeur sociale du travail étudiant, qui bénéficie à l’individu et à la société, tout comme le travail d’un salarié a une valeur productive qui bénéficie à la société. Continuer la lecture

  1. « Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s. », Observatoire national de la vie étudiante, 2016. (voir fig. 1. []
  2. Revenu, niveau de vie et pauvreté en 2016, INSEE, réalisé en 2016 et publié le 20 décembre 2018. []
  3. « Repères sur la santé des étudiants », Observatoire national de la vie étudiante, 2018. []
  4. MESRI, “Les boursiers sur critères sociaux en 2018/2019”, Note Flash n°19, publié en octobre 2019. []

Motion de l’Assemblée générale de l’Université de Paris, 20 avril 2020

Continuer la lecture

Enquête sur les conditions d’étude en période de confinement auprès d’étudiant∙es de sociologie de l’Université de Lorraine (Nancy)

  • Synthèse réalisée par Simon Paye et Elsa Martin

Ce compte-rendu d’enquête vient s’ajouter à ceux déjà publiés par des collègues des universités de Grenoble, de Nanterre, de Dauphine, de Paris 8, ainsi que de Rennes 2.

À Nancy, le conseil de formation de l’Université de Lorraine a indiqué que « des possibilités d’examen à distance sont bien réelles et opérationnelles. Il appartient à chacun d’adapter l’évaluation au regard des possibilités offertes. » Nous souhaitions avant tout vérifier s’il était possible pour tous les étudiants de poursuivre leurs études à distance et sans interaction en présentiel avec leurs enseignants et leurs camarades de promotion. Sont abordés ici les aspects matériels de la question du travail à distance, ce qui constitue à nos yeux une des bases essentielles pour l’appréhender sereinement.

Méthodologie d’enquête et profil des répondants

Un court questionnaire (19 questions, cf. Rapport complet) a été envoyé à l’ensemble des étudiants de sociologie de Nancy sur leur messagerie électronique de l’université. Nous avons également mis sur l’ENT le lien vers le questionnaire et avons demandé aux tuteurs de relayer l’information sur les réseaux sociaux (Facebook, Messenger).

La première sollicitation auprès des étudiants a été faite le vendredi 3 avril et a été suivie de deux relances (les 6 et 7 avril). L’analyse des données porte sur les questionnaires exploitables à la date du 8 avril. Les étudiants ont donc eu 5 jours complets pour répondre.

On compte 299 étudiants officiellement inscrits au semestre B de l’année 2019-2020 en sociologie à Nancy. Au total, l’enquête en ligne a conduit à la collecte de 210 questionnaires exploitables (sans doublons). Le taux de réponse s’élève à 70,2% (cf. Tableau 1). Ce taux plutôt élevé n’est pas pour autant satisfaisant, puisque nous restons sans nouvelle de 89 étudiants. On ne peut connaître les raisons de leur absence parmi les répondants, mais on peut faire l’hypothèse que la part des étudiants mal équipés pour étudier à distance est plus élevée parmi les non-répondants à l’enquête. Ainsi, les problèmes rencontrés pour étudier à distance seront sans doute sous-estimés dans nos analyses.

Tableau 1 : Nombre d’inscrits et de répondants par année

Effectifs des inscrits Effectifs des répondants Taux de réponse
L1 142 67 47,2%
L2 68 52 76,5%
L3 52 43 82,7%
M1 23 17 73,9%
M2 24 12 85,7%
Ensemble 299 21 70,2%

Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année, qui ne sont que 47,2% à avoir répondu à l’enquête. De manière générale, le taux de réponse croît avec le niveau d’études, pour atteindre chez les étudiants en master 2 un niveau très élevé, autour de 85%.

Il est utile de rappeler que parmi les étudiants en sociologie, plus de 60% sont des femmes et que seule la promotion de master 2 compte plus d’hommes que de femmes (respectivement 6 et 8). Les profils d’âge sont relativement homogènes en L1 et en L2, puis plus dispersés dans les années d’études ultérieures.

Dans le questionnaire, nous avons fait le choix de limiter le nombre de questions pour obtenir un taux de réponse le plus élevé possible. Nous n’avons donc pas inclus de questions visant à objectiver les positions et les trajectoires sociales des étudiants. Une question en revanche permet de connaître leurs conditions de logement et de vie au moment de l’enquête :

  • les trois quarts des enquêtés déclarent vivre dans un ménage de plusieurs personnes au moment de l’enquête ;
  • ils sont un peu plus de 7% à vivre seuls ;
  • ils sont 4% à vivre en résidence universitaire.

Il est difficile de savoir lesquelles de ces situations sont les plus propices pour faire face à l’épreuve du confinement.

https://actu.fr/societe/blocage-facs-metz-de-nancy-cours-annules-reportes-examens-maintenus_16393177.html

Etudiant-es à Nancy (2018),

Principaux enseignements

Consulter des contenus ou déposer des devoirs est permis par l’existence de plusieurs supports de communication internes à l’Université de Lorraine, mis à disposition sur un Environnement Numérique de Travail, supposés favoriser le maintien des liens entre étudiants et enseignants.

Continuer la lecture

Enquête sur les conditions actuelles d’étude à distance auprès d’étudiants d’Aix-Marseille Université

  • Synthèse réalisée par Corine Eyraud Département de Sociologie,14 avril 2020

Passation des questionnaires réalisée par Caroline Renard (Arts du spectacle et Cinéma), Pascal Romeas et Sylvie Wharton (Sciences du langage), Corine Eyraud, Alice Pavie et Patrick Perez (Sociologie), Estrella Massip i Graupera (Espagnol), Hervé Rostaing (Administration publique), Julien Lefèvre (Math/Informatique/physique) et Clothilde Melot (Sciences de l’ingénieur).

À la lecture du billet de Pierre Merklé (http://pierremerckle.fr/2020/03/la-continuite-pedagogique-vraiment/) diffusé le 26 mars sur son blog, nous avons décidé de réaliser la même petite enquête auprès d’étudiants d’Aix-Marseille Université de différentes disciplines. Pierre Merklé nous a fourni son questionnaire et nous l’en remercions. Nous reprenons ici son analyse et le cheminement de son billet en y intégrant nos propres résultats ainsi qu’un nombre important de réponses aux questions ouvertes, à même de donner une idée de la pluralité des situations concrètes et des difficultés rencontrées par nos étudiants en matière de travail à distance.

Un sondage sur les capacités à suivre des cours et à travailler à distance ? Encore faut-il y répondre…

Le questionnaire de cette mini-enquête a été mis en ligne sur « Ametice » — dénomination pour Aix-Marseille Université de la plate-forme Moodle d’apprentissage en ligne — le lundi 30 mars après-midi, et il est resté ouvert jusqu’au lundi 6 avril minuit. Les étudiant.es ont été invité.es à y répondre par plusieurs messages envoyés par Ametice, et relayés de différentes façons (pages Facebook, emails personnels…). Le choix de mesurer la capacité des étudiant.es à suivre des cours à distance à partir d’un sondage sur Ametice était délibéré : cela devait permettre déjà tout simplement de déterminer la proportion des étudiant.es qui recevraient le message les invitant à répondre à ce sondage, par un canal ou un autre, et qui y répondraient dans Ametice. La non-participation au sondage peut de ce fait être tenue comme un indice d’une très grande difficulté à utiliser les outils les plus simples mis à notre disposition pour faire cours à distance, et qui sont ceux que notre établissement nous recommande très fortement d’utiliser.

De ce point de vue, la conclusion est malheureusement sans ambiguïté, le taux de réponse général au sondage est très faible :

Tableau 1. Le taux de réponse au sondage (en %)

Discipline, diplôme N’a pas répondu A répondu Total (%, n=effectifs)
Licence Arts du spectacle + Master Cinéma 70 30 100 (n=134)
Licence Sciences du langage 57 43 100 (n=366)
Licence Espagnol 66 34 100 (n=96)
Licence + Master Sociologie 63 37 100 (n=323)
L3 Adm. Publique, Parcours Info Com 37 63 100 (n=46)
L1 Math/Informatique/physique 75 25 100 (n=400)
L2 Sciences de l’ingénieur 81 19 100 (n=91)
ENSEMBLE 66 34 100 (N= 1 456)

La capacité à répondre à une demande très simple dans Ametice en huit jours n’est observable que pour un tiers (34%) des 1 456 étudiant.es enquêté.es. Les plus « connectés » ne sont pas forcément ceux que l’on croit : le taux de réponse est le plus bas chez les étudiant.es de sciences (L1 Math/Informatique/physique et L2 Sciences de l’ingénieur).

Avant même d’invoquer des difficultés de connexion liées à la crise sanitaire et au confinement, ou la démobilisation, il faut d’abord tout se demander si même avant le début de cette crise, les étudiant.es utilisaient Ametice. Il nous faudrait donc avoir une meilleure connaissance de leurs usages d’Ametice en « temps normal ».

Principaux enseignements

  • Un accès basique à internet apparemment correct, mais un accès compliqué aux plateformes nécessitant un débit élevé et un ordinateur fixe
  • Des conditions de travail dégradées pour un nombre significatif d’étudiant·es

    Commentaires (extraits) :
    Conditions matérielles

    • Mes sœurs étant respectivement étudiantes en 3ème année de fac et en terminale, il est difficile de travailler dans de bonnes conditions car nous devons partager un ordinateur pour 3. (L3)
    • J´ai des problèmes de connexion puisque ma mère entreprend le télé-travail. Et le réseau est saturé. (L1)
    • Quand mon forfait sera épuisé ou mon débit réduit, j’aurais des difficultés pour envoyer mon travail ou bien même carrément pour accéder à internet et Ametice car je n’ai pas de box WIFI chez mes parents seulement mon forfait internet sur mon téléphone qui me permet de faire des partages de connexion à mon ordinateur. (L2)
    • Je ne dispose pas des logiciels afin d’ouvrir les fichiers audio de mes enseignants pénalisant ainsi ma compréhension des cours. (L2)
    • C’est aussi compliqué car moi qui de base imprime mes cours car je n’arrive pas à réviser directement sur ordinateur, je suis en manque d’encre, par conséquent je ne sais pas si je vais pouvoir tenir tout le long pour imprimer tous les cours car ils sont encore plus longs que d’habitude. (L2)
https://www.flickr.com/photos/31408335@N03/3613747647/in/photolist-pVFLpM-RVf1Jw-SBQuA1-T1iGzM-RXMjiV-6vkpgV-4cMa1C-4cH9Me-nE3SoV-27U7nyM-rXznnp-29Hqqk5-JsxcVX-dAynHL-2dRUbEb-5mrMPM-RNuRQf-mb9eb-T2CNV8-Kc1mAR-2eGNJWW-W4pJjs-Xzv9Bq-5ZFzgi-RzJXtu-Stesuw-2ioVAyi-2ioUtGi-xvBTsU-2ioUvAi-2iMzQZk-4cHayK-4cM9mN-5A2vZj-4cMapu-7cboH3-4cHaCV-8vNWen-8ZMxpD-4cHamD-5vecas-4cHafV-4Eaju3-4cManS-7XCKLp-KdTHbn-pmRinQ-4cM9oN-cHrHFw-VA7CUC/

My old student room, by Harry Hendricks, 2007

Continuer la lecture

Conditions d’études en confinement. Une enquête à Paris-Dauphine

Même chez les étudiant·es privilégié·es de Paris-Dauphine, les conditions matérielles et morales pour étudier ne sont pas réunies chez 70% des étudiant·es.
  • par Yann Goltrant, Laurine Chassagne, Adrien Thibault et Valentin Thomas
Des collègues doctorant-es et ATER de l’Université Paris-Dauphine1  ont lancé un sondage au début du confinement parmi les étudiant·es de L1 & L2 en sciences des organisations (n=656), pour objectiver leurs conditions de travail et leur état psychologique. nous pouvons en donner les principales conclusions.
  • Conditions matérielles: Parmi cette population d’étudiant·es dauphinois·es, si la majorité dispose d’un ordinateur personnel (92,1%), plus de la moitié (52,1%) n’a accès qu’à une connexion internet limitée.
  • Conditions familiales: 17, 1% déclarent avoir au moins une personne à charge pendant le confinement (principalement enfants ou personnes âgées).
  • Conditions morales : Majoritaires sont les étudiant-es qui se disent stressé-es (45,3%) ou particulièrement stressé-es (11,1%). Quand bien même les sources de stress sont multiples, les cours — la façon dont ils vont être distribués et évalués à distance — constituent une source majeure (42,5%).
In fine, si l’on croise les différents facteurs matériels (ordinateur personnel, connexion internet, personne à charge, etc.), seuls 30% des étudiant-es disent réunir les conditions matérielles qui rendent possibles les cours à distance.
Merci aux collègues de l’IRISSO, Yann Goltrant, Laurine Chassagne, Adrien Thibault et Valentin Thomas d’avoir mené l’enquête et publié des résultats aussi rapidement
Lien : Analyse des conditions de travail des étudiant.es dans le cadre duconfinement. Questionnaire auprès des étudiant.es de L1 et L2 LSO à l’Université Paris-Dauphine, par Yann Goltrant (doctorant à l’IRISSO), Laurine Chassagne (doctorante à l’IRISSO), Adrien Thibault (ATER à l’IRISSO) et Valentin Thomas (ATER à l’IRISSO), 3 avril 2020
  1. NDLR: « Cependant, l’Université Paris 9 Dauphine ayant depuis une dizaine d’années un statut dérogatoire de « Grand Établissement » (permettant la mise en place de ces frais élevés, mais également de sélectionner ses étudiants) et ses étudiants étant particulièrement favorisés socialement ». Moulin Léonard, « 8. Quels sont les effets de l’introduction de frais d’inscription dans les universités ? Une approche théorique et empirique », Regards croisés sur l’économie, 2015/1 (n° 16), p. 145-161. DOI : 10.3917/rce.016.0145. URL : https://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2015-1-page-145.htm []