#3 -Chroniques de grève- Je ne suis « que fonction support » alors je grève

 

INHA en lutte

Via Bibliothèques en lutte

Je ne suis que fonction administrative, technique, financière
Pas de démission de celles-ci possible
Pas de « service fait », pas de paye
Alors je grève perlée

Je ne suis qu’étudiante salariée dans les années 80
Jonglant entre cours et petits boulots
Sans bourse, sans RSA
Alors je rame

Six ans pour gravir Deug, licence, maitrise
Jonglant entre cours, lectures et crise
Alors je cane
DEA, doctorat ne sera pas pour moi

Je ne suis que travailleuse
Entre petits boulots, CDD courts et fin de droits
Alors j’écris nouvelles et poésie
Et j’agis, réagit, parfois sur-réagit

Je ne suis que contractuelle de la fonction publique
CDD de trois ans qui s’enchainent depuis 14 ans
Alors je trime et dis toujours oui
La peur au ventre, peur du chômage

Je suis quasi quarante ans, femme seule avec enfant
Négociant une augmentation, salaire gelé depuis 8 ans
Pas de grille, pas de prime, dalaire de B pour travail de A
Pas d’espoir, salaire plat, alors je frappe aux portes des syndicats

Plan de résorption de l’emploi précaire, et je me bats
Négociation, formation, reclassement, concours
Nous sommes devenus des « sapins » et sapinettes »
De catégorie C, B ou A

Attachée désormais d’administration
Détachée de la précarité
Je ne vois pas cette novlangue
Qui envahit les esprits

Performance, cost control, optimisation
Faire plus avec moins
Tenir par tous les bouts cette fonction publique
Qui s’amenuise sous les coups

Je suis 57 ans, carrière longue
Je trime depuis mes 18 ans
Mais précaire toujours deter’, car c’est ce qui m’a construit
Alors j’écris, je lis, j’agis

La claviste

Ce texte est dédié à @Affordanceinfo2
11 fév 2020 – Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’université de Nantes
dont la lecture hier m’a profondément remuée

Capture écran Affordance Info

Capture écran

Les précarisés

En passant

#universitedeToursmobilisee

Être précarisé, savez-vous ce que c’est ?
Vous ne le savez pas, mais moi, je le sais !
Compter ses sous et les pages de sa thèse,
Vivre entre guillemets et entre parenthèses,
Avoir le ventre vide et l’esprit encombré
De théories, le cœur souvent enténébré
Comme un grand ciel d’hiver, se sentir pauvre et bête,
Marcher dans des brouillards, marcher dans des tempêtes,
Ne pas savoir, plongé dans de profonds émois,
Comment on va vivre jusqu’à la fin du mois,
Être au pied de l’Olympe et n’être qu’un satyre,
Entendre de la vie les sombres satires :
« Vacataire ! Bouche-trou ! Laquais ! Moins-que-rien ! »,
Ramer funèbrement comme les galériens,
Porter de pesants fers, dormir dans un bagne,
Pousser son roc jusqu’au sommet de la montagne
Comme Sisyphe, pour qu’il retombe sur nous,
Prier de comprendre sa banque à genoux,
Tout cela, dans les vers d’un vain prolétaire,
C’est porter le fardeau du petit vacataire.

Radeau de la Méduse, de Théodore Géricault, 1819

#2 – Chroniques de grève – L’emploi à OpenEdition Center (USR 2004)

Parce que rien ne vaut la réalité sèche des chiffres et des faits

11 février 2020État de l’emploi à OpenEdition Center USR 2004 (AMU, CNRS, EHESS, Université d’Avignon) : 58% de non titulairesNon à l'Unibersité

53 personnes :

  • 25 non titulaires (dit personnels non permanents) + 4 postdoc, stagiaires ou contrat d’apprentissage, soit 29 non titulaires ;
  • 23 titulaires.

Des personnels non titulaires rémunérés sur :

  • dotation globale de fonctionnement des tutelles ;
  • fonds issus d’appel à projets ;
  • revenus issus de la filiale d’AMU, Protisvalor (financement par les recettes générées par le laboratoire).

Des CDD financés sur dotation de fonctionnement et appel à projet renouvelés par période d’un an, avec des durées variables suivant les tutelles (AMU et CNRS) , mais toujours « remerciés » avant l’ouverture de droit au CDI (pour rappel au bout de six ans de CDD la Cdéisation est obligatoire)

Des CDI financés par un Equipex, bref des « CDI de chantiers ».

Des CDI financés sur fonds propres du laboratoire.

Chaque année des demandes de création postes de titulaires (ITA) effectuées auprès des tutelles, chaque année peu de postes accordés.

Visibilisons la précarité dans l’ESR !

#1- Chroniques de grève – Petites mains de la chaîne éditoriale

 

Aujourd’hui, c’est le 11 février 2020, journée d’action contre la précarité dans l’ESR et ailleurs, alors un slam dédié à tous les invisibles de la chaîne éditoriale numérique. Parce que la poésie ne nuit pas à la lutte au contraire

Machine à écrire Aux metteurs et metteuses en ligne

Derrièr’ ton clavier
Clic droit, clic gauche,
Import
Copie, colle
Style, valide, vérifie
Reviens en arrière

Entre les métadonnées
Choisis les mots clefs
Maison, Bisac, tu vois !
Importe des K’bart dans tes discovery tools
Importe des PDF dans Hal et ta GED
Valide, vérifie, corrige, valide

Presse bouton….

Recadre l’image, optimise
Enregistre sur putain de shop’
Importe décrit
Responsive oblige
Coupe, calibre, optimise l’image et le son
Décrit la parole car responsive De’sign

Fais tomber les pages dans « Inpress »
Gère le parangonnage
Vérifie la titraille
Cale de les coupes
Pas de con, Pas de bite
Construc- tible, Imbita-ble

C’est ok

Mouline ton texte dans pro’Lexis
Il chassr’a les espaces avant vir’gule
Et autres erreurs typo pour toi
Tu cliqueras sur les erreurs gramm’, ortho
Tu recherches :
Tu remplaces, tu valide

Tu n’es que doigts asservis à la machine
Avec encor’un cerveau tout là-haut
Abruti au bout de 3 h
Mal au dos,
Mal aux yeux,
Mal aux doigts

Car il faut aller vite
Tarif trop bas d’auto-entrepreneur
Secretair’ d’édition mutualisé
Correcteur, correctrice isolés
Petites mains de plat’forme, Doc et bib chargeant Hal
Travail gratuit de doctorant sans post’

Tu t’ crois loin des travailleurs du clic
De l’Asie ou de l’A’frique
Non tu y est presqu’
Mais tu te crois plus libre, plus diplômé
En France, dans ton labo, dans ta fac, dans ton appart
Attention avec l’IA, la traduction automatique
Et tous ces trucs en tic et toc
Ils trouveront moins cher
Et tu disparaîtras … si tu ne te bas pas

La claviste

Texte libre de droits évidemment et sans utilisation commerciale hormis pour financer les caisses de grèves

Les personnels d’OpenEdition en lutte contre la réforme des retraites

Suite à une interdiction des tutelles d’OpenEdition de publier ce billet sur le blog d’OpenEdition, l’Édition Électronique Ouverte, nous remercions l’équipe d’Academia de nous offrir cet espace de publication.

De nombreux travailleurs et travailleuses d’OpenEdition se mobilisent depuis plusieurs semaines contre la réforme des retraites proposée par le gouvernement. C’est dans ce cadre que les employé·e·s ont voté le lundi 16 décembre 2019 en assemblée générale du personnel (44 personnes présentes sur 54) : 

  • une redirection des contenus des plateformes durant 24h le 17 décembre 2019 vers une page demandant le retrait de la réforme (81 % des votes exprimés) ;
  • la mise en avant de contenus en lien avec le débat actuel sur la réforme (95 % des votes exprimés) ;
  • la publication du présent billet sur l’Édition Électronique Ouverte, le blog d’OpenEdition (95 % des votes exprimés). 

C’est au regard de l’impact que la réforme des retraites fait porter sur l’ensemble de la société et sur les personnels d’accompagnement à la recherche (ITA, ITRF) que nous nous associons aux travailleuses et travailleurs des secteurs public et privé en lutte. Nous demandons avec elles et eux le retrait du projet de loi de réforme des retraites actuellement défendu par le gouvernement français.

Aujourd’hui, 54 assistant.e.s-ingénieur.e.s et ingénieur.e.s travaillent quotidiennement à la mise en ligne et à la diffusion de plus de 530 revues, 9 000 livres, près de 3 200 carnets de recherche, à l’annonce de 43 525 évènements et à la formation de 250 personnes à nos outils chaque année. Ces missions de diffusion et de mise à disposition de la connaissance auprès de toutes et tous viennent en appui au monde de la recherche et sont assurées pour moitié par des personnes contractuelles. 

Continuer la lecture