#BnFgate. Réaction à la réforme de la BNF. Communiqué de l’AFS

L’Association française de sociologie exprime son indignation face à la réforme des communications directes de documents en bibliothèque de recherche mise en œuvre depuis le 2 mai 2022 par la Bibliothèque nationale de France. Alors que chercheuses et chercheurs aspiraient, après deux ans de contraintes considérables sur leurs travaux, à retrouver un fonctionnement le plus normal possible, la décision de restreindre la communication directe des documents aux seuls après-midis de 13h30 à 17h constitue un recul considérable des conditions d’accueil en bibliothèque de recherche et une entrave au déroulement même de toute recherche.

Nous tenons à protester contre cette réforme qui est dû à la suppression de postes, en particulier sur les fonctions de magasinage qui sont pourtant essentielles et au sous-effectif et qui ne suit qu’une logique comptable qui n’est pas à la hauteur du rôle de la Bibliothèque nationale de France.

L’Association française de sociologie s’inquiète en outre de la dégradation des conditions de travail des personnels entraînée par cette réforme, dégradation qui ne leur permettra plus de répondre comme il se doit à deux des missions statutaires de la Bibliothèque nationale de France : assurer l’accès du plus grand nombre aux collections d’une part, et participer à l’activité scientifique nationale et internationale d’autre part.

L’Association française de sociologie exprime le vœu que la direction de la Bibliothèque nationale de France renonce au plus vite à cette réforme et revienne aux conditions d’accueil des lectrices et lecteurs de la bibliothèque de recherche en vigueur avant le mois de mars 2020. Nous demandons aussi qu’il y ait les créations de postes nécessaires pour permettre à la Bibliothèque nationale de France d’assurer pleinement ses missions essentielles en garantissant de bonnes conditions de travail au personnel. Nous exigeons aussi le retrait de la mesure visant à embaucher les agents contractuels à temps incomplet sur des CDD d’un an, forme d’ultra-précarité insupportable et le retour aux contrats en CDI sur ce type de postes. Nous apportons tout notre soutien à la mobilisation en cours des lectrices, lecteurs et des personnels et à la grève qui a lieu en ce moment, afin que ces revendications légitimes soient acceptées.

#BnFgate. Friture sur la communication à la Bibliothèque nationale de France : une tribune

Faute de réponse après la précédente journée de grève du 10 mai, nouvel appel à mobilisation ce jeudi 12 mai, 12h30, site Tolbiac, Hall Ouest.

La Bibliothèque nationale de France veut contraindre
la recherche au temps partiel

Depuis plusieurs semaines, la Bibliothèque nationale de France communique sur l’extraordinaire exposition Champollion, sur la réouverture complète, après dix ans de travaux, du site Richelieu et l’inauguration de son musée (Paris 2e), sur l’évolution de ses services sur le site Tolbiac (Paris 13e)… Ce que ne dit pas la BnF, c’est que ces accomplissements scintillants s’effectuent au prix d’une dégradation sans précédent du service public et d’une remise en cause des missions essentielles d’un établissement à l’envergure nationale et internationale. Ce que ne dit pas la direction de la BnF, c’est que les restrictions d’accès aux collections le 2 mai dernier entravent lourdement le travail des chercheuses et des chercheurs tout en dégradant les conditions de travail des personnels.

https://www.flickr.com/photos/claudeattard/51034097033/in/photolist-2kKH63H-dfb3k3-61he5v-6w8cjo-4rJYtH-4rP2V7-nPvomG-q2gzUd-2ipdrHD-4NENwM-4rJXQX-6w8bjJ-4rP2K9-4rJXBi-iPgg2-phoaiy-dfb79Q-Hngs5-QGVMGs-phEjn5-phEGmJ-pzafmv-gpeYs-pxfLTW-BCWbH-pyTbc6-pzadxv-29MeAQ-73e5df-SPFtcN-9Cv42k-FcPKQX-phEjLb-4mp1Cz-5XxNW8-7v6gH8-fFEqKA-phZKBJ-4NENa4-8HTKph-PtZDF3-kp96na-Wr9ZbL-8Qctpp-cvNXfh-2hMmSYD-2fFvEvR-px7TgS-2ehygkB-N5WjvV

La BNF, ce grand établissement culturel public installé sur plusieurs sites à Paris et en région, remplit des missions patrimoniales essentielles : de la collecte, à la conservation et à l’enrichissement du patrimoine national dont elle a la garde, à la communication de ses collections au plus grand nombre. Crédit: Claude Attard, 2020

Continuer la lecture

Bibliothèque nationale de France. Pour le respect du service public et des usager∙es

Academia relaie ici deux pétitions qui s’alarment de la dégradation du service public à la Bibliothèque nationale de France et de l’atération considérable de ses missions recherche.

→Signer la pétition intersyndicale Tous ensemble, défendons le service public de la BNF

Signer la pétition (lecteurs et lectrices) 

Actions supplémentaiires

https://www.flickr.com/photos/108661836@N08/17179118329/in/photolist-sb4tnk-2Wc2Zx-u3zXV-TTXA4J-dTsfYU-5bxswU-iTkvtW-pxfLTW-2k6Hmf9-phZKBJ-faCDMT-phEGmJ-gzPWxG-faSz5y-6pGCvM-uqg7h-6pGCXr-6pGDnT-6pLL8Y-6pLLW9-4P52AP-2mLof3U-6pGDwp-6pGCGH-4YcK47-QioJEx-4XGUiM-2aC79Uj-r3V3Q7-2mPRrKX-2jgzeAa-PCyFxZ-phoaiy-8KXQeX-JK7mkX-2ha3qsj-99cgTY-EKf6U9-2ha1Eta-2iC6tBJ-gzPWGj-4egUUB-RffLEf-gzPWee-nUcufo-gzPWFh-2iC4EnB-2iBRc1X-gzPWmZ-RffLCm

Bibliothèque nationale de France. Crédit: Manu Dreuil, 2014

Bibliothèque nationale de France. Pour un retour aux communications directes et au respect des usager∙es

À l’attention de Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
de Kevin Riffault, directeur général de la BNF
de Marie de Laubier, directrice des Collections de la BNF
de  Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice des Publics de la BNF

À l’attention de Sophie-Justine Lieber, directrice du cabinet de la Ministre de la Culture

Nous soussigné∙es lectrices et lecteurs de la Bibliothèque nationale de France, apprenons que nos conditions de travail vont être sérieusement compromises à partir du 2 mai et de manière définitive.

 En effet, le Comité Hygiène Sécurité et Conditions de travail (CHSCT) qui s’est tenu le 31 mars 2022 a confirmé deux décisions dont les syndicats avaient fait part1
  • à partir du 2 mai, il n’y aura plus de communication le matin et la communication directe n’aura lieu que de 13h30 à 17h. 
  • à partir de septembre, le pass recherche va passer de 50€ à 55€ et le tarif réduit de 35€ à 38€. 

Continuer la lecture

  1. Update 6/4/22: “Cette décision a été prise malgré l’opposition unanime des représentants des lecteurs et des syndicats de la BnF”. []

Accueillir, écouter et entendre la souffrance. Une to-do list

Il y a quelques temps, j’évoquais mon besoin de formaliser comment accueillir et soutenir collègues ou étudiantEs en souffrance arrivant dans mon bureau.
Avec mon père médecin de père et Renaud Le Goix, nous sommes arrivé·es à un document, si cela peut vous servir
Myriam Houssay-Holzschuch, 14 février 2022

Academia reproduit ci-dessous le document concocté par Myriam Houssay-Holzschuch et Renaud Le Goix, avec l’aide de Dr. Houssay.

Version .pdf

INTRODUCTION

En cette période de crises sanitaire, sociale, économique et politique, l’institution universitaire accentue la pression sur les personnels de moins en moins nombreux pour que « ça passe ». Malheureusement, de plus en plus souvent, « ça casse ».

Un ouvrage récent (Combes, 2022) a mis en lumière la souffrance et la maltraitance systémique des études doctorales à l’université, de nombreux témoignages en France et à l’étranger (plusieurs billets Académia y sont consacrés) rendent compte d’évènements, de harcèlement, autant de pratiques injustifiables et condamnables.

La difficulté à laquelle un·e universitaire peut être confronté·e est de prendre en charge, dans l’urgence, une personne en situation de souffrance et/ou de harcèlement. Pour elle.eux, se tourner vers les services d’aide de l’institution est exclu et les numéros verts ne suffisent évidemment pas : les personnes qui n’y arrivent plus n’ont comme ressources immédiates que de s’appuyer sur leurs collègues, parfois trouvent une porte ouverte et amicale. Si celleux-ci sont solidaires, ils ne savent pas toujours comment s’y prendre, d’autant que les causes du mal-être sont nombreuses et sont souvent difficiles à identifier.

Il peut s’agir du classique burn out parfois trompeur, d’une situation de harcèlement, mais aussi d’une étudiante qui décompense son mal-être par une anorexie mentale ou plus terre à terre d’un étudiant sans ressources financières qui ne peut plus payer son loyer ou même sa nourriture et qui a faim ; sans parler des étudiant·es étranger·es privé·es de contacts avec leur famille. Et c’est à nous que l’on demande de l’aide. Cette demande nous honore car on nous croit solidaires et intelligents.

Elle nous embarrasse aussi car on n’apprend pas forcément la psychiatrie quand on est employé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Première chose à savoir :
cette demande peut être vitale, dernier espoir avant le suicide
.

Il est donc primordial d’accueillir immédiatement la personne en souffrance. Les aides à fournir varient en fonction de la cause mais il est capital d’avoir engagé un parcours d’aide ferme, clair et proche dans le temps, avant la fin du premier entretien : c’est ouvrir un espace d’espérance.

Continuer la lecture

Dix jours de grève commencent aujourd’hui au Royaume-Uni

  • Semaine 1 (pour les retraites, USS pension only, 44 institutions): 5 jours; du lundi 14 au vendredi 18 février
  • Semaine 2 (grève pour les retraites, les salaires et les conditions de travail, 68 institutions): 2 jours; lundi 21 and mardi 22 février
  • Semaine 3 (salaires et conditions de travail: 63 institutions): 3 jours; ludni 28 février, mardi 1 and mercredi 2 mars

Pour en savoir plus →

Prion. Fin du moratoire sans concertation : de nouveaux décès sont à craindre. Motion CGT, 4 février 2022

Communiqué de presse de la CGT Ferc, la CGT Inrae, le SNTRS, la CGT FercSup

PRION À l’INRAE, LA CHARRUE AVANT LES BŒUFS

La communauté scientifique française travaillant sur les prions, et plus particulièrement sur le prion responsable de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, a été frappée par deux décès dus à des contaminations professionnelles : en juin 2019 une jeune collègue de 33 ans, Émilie Jaumain, CDD INRA à Jouy-en-Josas, et en novembre 2021 une collègue retraitée de 67 ans de l’unité mixte INRAE-Ecole Vétérinaire à Toulouse.
En 2019, une mission d’inspection de l’IGÉSR et du CGAAER a été diligentée, et une des préconisations d’octobre 2020 était la rédaction, à l’échéance d’un an, d’un « guide de bonnes pratiques dans les laboratoires manipulant des prions infectieux ».

En juillet 2021, à l’annonce du deuxième cas de maladie de Creutzfeldt-Jakob, un moratoire sur ces recherches a été décidé par l’INRAE, le CNRS, l’INSERM, l’ANSES et le CEA, soutenus par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR). Une deuxième mission d’inspection a été mandatée et la nécessité de la rédaction du guide rappelée.
La seule lecture de ces deux rapports d’inspection, commandés par les ministères de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’agriculture à l’issue de ces deux décès, fait apparaître des manquements graves à la sécurité et des multiples accidents et incidents non-déclarés. Des témoignages pointent en effet une « forte pression au travail », un « manque d’information des agent·es » et « une culture où la nécessité du gain de savoir a pu prendre le pas sur d’autres contingences », « contingences » que nous identifions comme la sécurité et la vie des agent·es. Pour
des manipulations de tissus hautement pathogènes, une seule infection peut conduire, des années plus tard, au déclenchement de cette maladie, incurable et rapidement mortelle. Il est donc à craindre que de nouveaux décès surviennent.

LE CHS IGNORÉ ET MÉPRISÉ : 2004-2005

Si le Comité d’Hygiène et de Sécurité avait été informé des accidents de 2004 et 2005 de la collègue de Toulouse, et si, conformément à la réglementation, une enquête et une analyse des risques avaient été effectuées, permettant une évolution des pratiques et des moyens de protection adaptés aux risques identifiés, alors notre jeune collègue Émilie n’aurait probablement pas été contaminée en 2010, soit plusieurs années après ces premiers accidents.

AUJOURD’HUI, LE CHSCT UNE NOUVELLE FOIS CONTOURNÉ ET MÉPRISÉ

Le CCHSCT INRAE et le CHSCT ministériel de l’ESR devaient être consultés sur le guide des bonnes pratiques avant sa publication lors de leurs séances respectivement prévues les 19 janvier et 3 février 2022. Ces deux séances ont été reportées, le 11 février pour les CCHSCT INRAE et le 17 mars pour le CHSCT MESR.


Pourtant, le 26 janvier 2022, le PDG de l’INRAE Ph. Mauguin, écrit à ses agents que l’institut s’est «
doté d’un guide de bonnes pratiques dans les laboratoires manipulant des prions infectieux, qui a reçu un avis favorable de la part des inspections générales » et que : « Les ministères ont rendu public ce jour leur rapport d’inspection ». Continuer la lecture

Coupes budgétaires antisociales à l’université de Gand : Les syndicats annoncent un plan d’action

Alors que la présidence de l’Université de Gand (UGent) annonce des coupes budgétaires en défaveur des personnels les plus précaires et suite à un premier mouvement de grève dans les crèches, une intersyndicale s’est montée et appelle à la mobilisation de tout le personnel de l’université. Nous publions ici après traduction le message diffusé par les syndicats ACOD (CGSP Centrale Générale des Services Publics), ACV (CSC Confédération des Syndicats chrétiens) et VSOA (SLFP Syndicat Libre de la fonction publique). Une première réunion publique se déroulera le 25 janvier prochain, suivie d’une manifestation le 23 février sur le campus, qui pourrait être suivie par un mouvement de grève.

English version                                                                   in het Nederlands

19 janvier 2022

    • La réduction des congés payés, à un moment où la pression du travail est très élevée et où le repos se révèle essentiel au bien-être
    • La privatisation des services de garde d’enfants, avec un impact dramatique sur les conditions de travail et la qualité des soins
    • Le doublement des frais d’inscription pour les étudiants en doctorat, ce qui met les programmes de doctorat hors de portée de beaucoup d’entre eux
    • Une augmentation substantielle du prix de l’assurance hospitalisation pour les travailleurs âgés et les retraités, précisément ceux pour qui cette assurance est indispensable
    • Une augmentation de 50 % des prix pour le personnel utilisant les restaurants de UGent, ce qui marquera de facto le début de la fin de nos restos étudiants.
    • Une restructuration, dont l’objectif principal semble être la suppression d’emplois.
    • La fermeture du restaurant ‘t Pand, sans envisager la possibilité de créer un restaurant durable qui pourrait être à la fois un modèle pour notre ville et une aide pour le personnel et les visiteurs.
    • L’externalisation des services postaux et de l’entreposage au fournisseur le moins cher, ce qui soulève la perspective désagréable de voir PostNL distribuer notre courrier interne dans un avenir proche.

Chers collègues,

Les mesures ci-dessus ne sont que quelques-unes des mesures de réduction des coûts décidées par le Conseil d’administration mardi dernier. Cette annonce a provoqué une certaine agitation à l’UGent ces derniers jours. Le personnel des crèches, l’un des services menacés de privatisation par le plan, s’est spontanément mis en grève.

Continuer la lecture

Crise dans le milieu universitaire

  • Par Samantha Rose Hill, publié originellement  sur Medium.com,  21 septembre 2018. Traduction française Anne Monier

« Le principe du “publish or perish” (publier ou périr) est une catastrophe. Les gens écrivent des choses qui n’auraient jamais dû être écrites et qui ne devraient jamais être publiées. Personne ne s’y intéresse. Mais pour pouvoir garder leur emploi et obtenir une bonne promotion, ils doivent le faire. Cela dégrade l’ensemble de la vie intellectuelle ».

— Hannah Arendt

L’épigraphe ci-dessus est tirée d’une discussion intitulée “Values in Contemporary Society” (Les valeurs dans la société contemporaine) dans Thinking without a Banister [ouvrage de Hannah Arendt – en français La révolution qui vient]. La discussion a eu lieu le 13 juillet 1972 entre Hannah Arendt, Paul Freund, Irving Kristol et Hans Morgenthau ; elle était organisée par Kenneth W. Thompson, vice-président de la Fondation Rockefeller.

Hannah Arendt (Oct. 14, 1906 – 1975). Credit: Ryohei Noda

À la fin de la conversation, Arendt développe une réflexion sur l’état actuel de l’enseignement supérieur. S’intéressant au problème de l’intégrité académique dans l’enseignement et l’écriture, elle affirme que le principe du “publish or perish” a eu des conséquences dévastatrices pour la pédagogie et le travail de recherche. Elle déclare :

Celui qui y perd vraiment est la personne qui s’intéresse passionnément aux questions de l’esprit, qui est un excellent professeur, qui crée un vrai lien avec ses étudiants et leur fait comprendre l’importance de son sujet, mais qui n’écrira pas. Ou, s’il est obligé d’écrire, n’écrira pas bien. Et, en faisant quelque chose qu’il est obligé de faire à cause de ce principe de “publier ou périr”, il y laissera un peu de soi.

À la fin de la discussion, Arendt demande ce qu’une organisation comme la Fondation Rockefeller pourrait faire pour rehausser le prestige des excellent∙es professeur∙es qui ne publient pas mais se consacrent à l’art d’enseigner. Les vrai∙es grand∙es enseignant∙es méritent d’être reconnu∙es au même titre que les grand∙es chercheur∙ses, mais aujourd’hui, les deux catégories sont ébranlées par les principes qui structurent le monde universitaire1.

Sa condamnation du principe de “publier ou périr” est aujourd’hui particulièrement parlante pour nous. Même avec de nombreuses publications, il est difficile pour la plupart des aspirant∙es professeur∙es de trouver un emploi qui ait du sens, avec la disparition des postes de titulaires et l’augmentation des postes précaires qui comportent de lourdes charges d’enseignement et peu de sécurité d’emploi. Il existe peu d’institutions qui encouragent ceux qui souhaitent avant tout être d’excellent∙es enseignant∙es.

Les problèmes qui accablent les universitaires sont nombreux, mais en m’appuyant sur la critique d’Arendt concernant l’impératif de publication, je voudrais en évoquer ici brièvement quelques-uns qui semblent de plus en plus pressants aujourd’hui, en partie parce qu’ils agissent comme une forme de censure universitaire.

Réinventer le lectorat universitaire

Premièrement, la pression à la publication conduit les jeunes chercheurs à écrire pour un public particulier, limité et disciplinaire. J’ai pu constater que les discussions relatives à l’embauche et à la titularisation dépendent largement du prestige des revues dans lesquelles les candidats publient. Conscients de cela, les universitaires lisent les revues auxquelles ils savent devoir soumettre pour être embauché∙es et structurent ensuite leurs écrits en fonction des revues dans lesquelles iels sont censé∙es publier. Une collègue m’a dit un jour qu’elle pensait avoir été engagée uniquement grâce à un essai qu’elle avait publié dans Political Theory, et que c’était la chose la plus pénible qu’elle ait jamais écrite, s’efforçant d’écrire d’une voix qui n’était pas la sienne, dans le seul objectif d’obtenir un emploi.

Continuer la lecture

  1. Il est probable que la déclaration d’Arendt en 1972 ait quelque rapport avec son second mari, Heinrich Blücher, décédé en 1970. Blücher n’a jamais obtenu de diplôme universitaire mais était un intellectuel de premier ordre. Il a enseigné au Bard College pendant de nombreuses années, a contribué à monter le cours commun de première année, et était un professeur et un mentor apprécié. Mais Blücher n’a jamais publié ses propres travaux. Peu de temps avant sa mort, Arendt a parlé de son intention de parcourir les notes de Blücher et les enregistrements de ses conférences pour éditer un volume de son œuvre, afin de la faire connaître. []

Sur France Culture. Comment l’université broie les jeunes chercheurs, par Adèle B. Combes

Elle a enquêté sur les conditions de travail des jeunes chercheurs en France : Adèle B. Combes, docteure en neurobiologie et initiatrice du projet “Vies de thèse”, auteure de “Comment l’Université broie les jeunes chercheurs” (Ed Autrement, 2022), est invitée de la Grande table, sur France culture.→  Écoutez l’émission !

Enquête en cours : Une dégradation des conditions de travail des enseignants-chercheurs et de leur santé ?

Les enseignants-chercheurs titulaires apparaissent aux yeux du grand public et de nombreux politiciens et journalistes comme une catégorie plutôt privilégiée. Supposés être bien payés et avoir beaucoup de temps libre, ils forment une profession qui devrait sans doute ne pas se plaindre de son sort.

Pourtant, de nombreux collègues expriment de plus en plus souvent une profonde insatisfaction face à ce qu’ils et elles vivent comme une dégradation de leurs conditions de travail. Sentiment d’absurdité face à une gestion bureaucratique omniprésente ; sentiment d’aliénation face à une perte de sens de nos missions imposée par les hiérarchies ; sentiment de détérioration des conditions d’enseignement et/ou de recherche ; sentiment de pression temporelle constante et de tensions croissantes par accumulation des charges (souvent jugées indues) ; sentiment d’abolition inéluctable entre temps de la vie professionnelle et vie privée…

Visitor filling in the questionnaire in George Gessert`s installation “Kunst/Liv”. Credit: i/io/lab, 2016

Cela peut déboucher chez certains collègues sur des symptômes physiques et/ou psychiques qui mettent en jeu leur santé, le mot burn out circulant parfois entre eux. Les chercheurs et enseignants-chercheurs titulaires sont-ils/elles nombreux à être professionnellement insatisfaits voire malheureux, au point de voir leur équilibre de santé remis en cause ?

Continuer la lecture

“Cela n’a pas été envisagé par le Ministère mais n’a pas été écarté” : rencontre entre l’Alternative et le MESRI

Tandis que l’Unef Paris-1  dévoile une enquête auprès de 5000 étudiant·es, attestant de 16% de malades Covid et de 45% de cas contact, les déclarations de la Ministre, comme la circulaire de la DGESIP n’ont pas levé toutes les inquiétudes, bien au contraire.  l’Alternative a demandé une audience avec le cabinet de la Ministre afin de clarifier les conditions de la reprise dans quelques jours.

Continuer la lecture

Enquête. Corrections de copies non payées : vous en reprendrez bien un lot !?

Le premier semestre est sur sa fin, et le temps…. de la correction des copies de partiel est venu. Comme à l’accoutumée, des vacataires et contractuel·les de l’enseignement supérieur sont sollicité·es pour corriger à l’oeil des copies d’examen ne relevant pas de leur enseignement.
Comme le rappelle le décret n° 87-889 du 29 octobre 1987 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi de vacataires pour l’enseignement supérieur, les vacataires (ATV et CEV)
« sont soumis aux diverses obligations qu’implique leur activité d’enseignement et participent notamment au contrôle des connaissances et aux examens relevant de leur enseignement ».

Exams to grade. Credit: Chris Lawrence, 2005