L’amour de la recherche : à quel prix?

En queue de peloton pour les vaccins, la recherche en France pâtit aussi d’une ambiance malsaine. Certes, nombre de collègues se dévouent à leur métier sans compter leurs heures ni leurs efforts. Mais cet engagement vertueux dissimule un cercle vicieux: l’inégalité de traitement ne fait que s’accroître entre titulaires et précaires, de plus en plus contraints au travail gratuit.

Manifestation du 17 septembre 2020. Crédit: Gilles Martinet

Quantitativement, le fossé se creuse : le nombre de postes diminue tandis que le nombre de candidat∙es s’accroît. En 2017, on comptait 110 000 enseignant∙es vacataires, contre 130000 aujourd’hui, qui assurent à eux seuls 40% des enseignements à l’université. En vingt ans, la diminution du nombre de postes de MCF mis au concours a été drastique (-65 %): nous sommes passés de 3000 par an à la fin des années 1990, à 1200 ces dernières années. Parallèlement, le nombre d’étudiant∙es dans les universités a augmenté de 15%.

Qualitativement, les relations se détériorent, la dissymétrie augmente car, pour compenser le manque de postes, le travail dissimulé s’accroît. On recourt aux services de moins en moins rémunérés et même gratuits de doctorant∙es ou docteur∙es sans poste pour boucher les trous, surveiller et corriger des examens, organiser des colloques, gérer des revues, animer la vie de leur laboratoire. Les situations et le degré de rémunération sont variés, mais il s’agit souvent pour un∙e non-titulaire d’accepter toutes sortes de vacations sous-payées (sous le SMIC horaire) pour éponger les déficits structurels.

Certain∙es s’épuisent à joindre les deux bouts et il leur faut encore « produire » des publications pour rester dans la course. Juridiquement, le non-titulaire peut se retrouver ainsi tour à tour bénévole, contractuel (à formes multiples), voire auto-entrepreneur, avec zéro cotisation sociale.

Mais le long terme aussi a changé: traditionnellement, le non-titulaire pouvait espérer une compensation plus tard, en devenant titulaire à son tour, le mérite aidant. Mais le processus est de plus en plus sélectif, l’avenir de plus en plus bouché. La structure institutionnelle, l’autonomie des universités, permet aux autorités locales de varier dans les justifications à apporter aux étudiant∙es. La structure sociale s’en mêle aussi, pour aider les un∙es à tenir, qui trouvent le temps de franchir les obstacles, et pousser les autres à abandonner, rattrapé∙es par les contingences matérielles. L’aspect psychologique n’est pas négligeable: une sorte d’emprise perverse se développe sur le précaire, incité à rester pour maintenir un système déficient. Que deviendraient en effet les alpinistes sans les sherpas?

Continuer la lecture

Propositions concrètes relativement au manque de postes dans la recherche

  • par Irène Pereira, PRCE en philosophie, HDR en sociologie*, Qualifiée MCF : en 19 (2010), en 04, 17 et 19 (2014), en 70 et 17 (en 2020); qualifiée PU : en 19 (2016)

1.  En soutien au mouvement de précaires dans l’ESR, j’ai décidé de demander systématiquement à faire mentionner lors de mes interventions orales et/ou textes académiques, le point suivant :

« Les recherches présentées lors de cette intervention ou ce texte sont réalisées sur son temps personnel par une personne sans poste d’enseignant-chercheur statutaire. Ce message vise à visibiliser le manque de postes dans la recherche. »

J’ai apposé la même mention sur un carnet Hypothèses que j’anime.

J’invite toutes les autres personnes qui sont dans la même situation à faire la même chose afin de visibiliser le travail gratuit sur lequel repose la recherche en France.

Par ailleurs,

Continuer la lecture

Organiser des séances de travail respectueuses en visioconférence

Pour cette rentrée, qui ne se fera pas en présentiel, du moins dans des conditions respectueuses de la santé et de la sécurité sanitaire des étudiant·es et des agent·es, Academia republie en deux billets les suggestions d’Efigies Lyon : un guide pratique sur l’organisation de séances de travail en visioconférence (réunions, séminaires, etc.) respectueuses ; un« billet pour dénoncer la récupération du handicap par les personnes qui s’opposent à l’écriture inclusive ».Volet 1 : guide pratique

  • Par les membres d’Efigies Lyon
    Publié originellement sur le carnet d’Efigies, 15 décembre 2020

Notice pour l’organisation des séances

Avant la réunion

Fixer une date
Envoyer des documents ou des informations

  • Utiliser un outil de sondage compatible avec les logiciels de synthèse vocale : Framadate https://framadate.org/
  • Penser à renseigner malgré tout les propositions de dates et d’horaires dans le corps du mail, et de proposer aux personnes n’ayant pas la possibilité de remplir le sondage d’envoyer leurs disponibilités, et les intégrer au sondage

Exemple : Lundi 23 Novembre : 8h-10h

Créer un formulaire d’inscription

  • Utiliser un outil de formulaire compatible avec les logiciels de synthèse vocale : Framaforms
  • Proposer malgré tout aux personnes n’ayant pas accès au formulaire de s’inscrire par un autre biais https://framaforms.org/

Envoyer des documents ou des informations

  • Nommer les pièces jointes de la manière la plus explicite (par exemple : auteurice. Titre. Date)
  • Envoyer autant que faire se peut des documents au format doc, docx, rtf, txt. Eviter le format odt (édité par Libre office). Et proscrire les documents au format jpg (les photos, les scans de qualité basique, etc.). Pour le format pdf, veiller à ce qu’il s’agisse d’un pdf issu d’un texte (possible de faire un copié-collé), et pas d’un pdf issu d’une image (impossible de faire un copié-collé).

Réponse apportée au commentaire de B.  déposé sous ce billet.

  • Préciser le contenu et la direction d’un lien hypertexte (par exemple : voici un lien vers le site du REHF : http:// …)
  • Décrire les images éventuellement transmises
  • Limiter autant que faire se peut le recours à des tableaux, qui sont difficiles à lire par certains logiciels de synthèse vocale
  • Proscrire les powerpoint ! qui ne sont pas accessibles à la plupart des logiciels de synthèse vocale
  • Essayer dans les échanges et dans les documents de ne pas faire de long texte sans aération (espace, mise en gras de certains éléments importants, structurer les informations avec des chiffres et/ou tirets etc) avec une police de minimum 12 et interligne 1,2, car les longues lectures de pavés de texte sont très fatigantes pour les dyslexiques)
  • Ne pas utiliser le mode « commentaires » et limiter les notes de bas de page, qui sont difficilement lisibles pour les logiciels de synthèse vocale

Anticiper l’organisation

  • Bloquer une date de séance au minimum 15 jours avant, afin de rendre possibles les demandes d’interprétariat LSF, de retranscription en vélotypie, d’auxiliaire lecteurice/scripteurice, etc.
  • Solliciter systématiquement les pôles handicap universitaires pour obtenir la LSF, la vélotypie, etc., ne serait-ce que pour mettre en évidence la nécessité de ce service

Diffuser l’information

  • Envoyer la date, l’horaire et la thématique de la réunion sur différents canaux, et surtout sur la liste de diffusion (Framaliste) du réseau, pour que tout le monde reçoive l’info dans sa boîte de réception
  • Préciser les informations importantes dans l’objet du mail (date, horaire, thème)

Recourir à des modalités de réunion accessibles

  • Veiller à ce que la réunion puisse être suivie en présenciel et en distanciel à chaque fois. S’il y a présenciel, veiller à ce que le lieu change mais reste indiqué clairement, et que ce lieu soit accessible en transports en commun, et accessible aux fauteuils roulants, par ascenseur. S’il y a distanciel, utiliser une plateforme accessible aux logiciels de synthèse vocale : Zoom. Sachant que cette plateforme n’est pas non plus optimale pour les lecteurs d’écran, donc ne pas prévoir des fonctionnalités trop complexes.
  • Utiliser un compte Zoom pro, qui permet de faire des réunions de plus de 40 minutes.
https://www.flickr.com/photos/jurvetson/3782899510/in/photolist-6Lhmem-4CF7JS-pN98mS-4DhsMA-XjZPXz-8wNNP-8S4Xbk-uABwAh-2i88VEw-BbJjhR-Qe9MDa-c56LVL-qxkq8v-ifBSf4-5CbEKD-apGdEW-27Lg2bc-4KjgZC-bvRqGZ-amES4H-Lg5Cf-Pxw8yx-4QJ8cb-8EpGgY-2hEeNgp-4Dapwp-6mjY7h-9XJyeo-34aYky-c7NDZ7-p6Sve-9hy8bf-r6dXXQ-oMqCRZ-VH6kho-5KCj7w-bkxCyk-fvVPZV-roBK4A-n1PhQV-bpxw8e-eemgLr-G6whRL-9ANK4j-9JYZL-7YdYv9-zRbB2-jhtLmh-2ho8tBS-deeozg

Respect. Credit: Steve Jurvetson, 2009

Pendant la réunion

Continuer la lecture

L’université Potemkine

Communiqué de l’Assemblée générale des précaires de l’ESR d’Ile-de-France
au sujet de la rentrée 2020/2021

 
« Rien ne vous oblige à donner vos TD si vous en considérez ses conditions inacceptables, étant donné  la forte proportion de doctorants à demander chaque année une charge de cours»,
un collègue titulaire que nous ne nommerons pas.

À en croire notre ministre et nos président·es d’université, la rentrée 2020/2021 et l’adaptation des universités aux consignes sanitaires se dérouleraient avec ordre, souplesse et innovation technologique, un peu comme dans un monde enchanté. Ces discours pourraient presque nous conduire à oublier l’essentiel : plus que jamais avec la crise sanitaire, le fonctionnement de l’Université repose sur les travailleur·ses précaires.

La pluie de mails qui s’abat sur nous et qui nous « incite » à utiliser telle ou telle e-plateforme de cours en ligne est d’ailleurs révélatrice d’un profond décalage entre l’utopie mercantile d’un enseignement dématérialisé et la réalité de nos conditions de travail. Car si le confinement nous a bien appris une chose, c’est que pour pouvoir suivre ou assurer un cours en ligne, il faut au minimum disposer d’une bonne connexion internet, d’un matériel adapté, ainsi que d’un endroit où l’on peut travailler. La précarité tout autant produite qu’ignorée par le système, celle des travailleur·ses non-titulaires et celle des étudiant·es, celle que nous ne cessons de rappeler, empêche, ô surprise, que ces conditions soient réunies. Mais qu’un tiers des effectifs ne soit pas en mesure de suivre les cours à distance, que les frais d’équipements soient à la charge des non-titulaires et des étudiant·es, tout cela semble normal. La fracture numérique, la précarité (pour ne pas dire pauvreté) visiblement n’existent pas.

Dans cette mer de difficultés, on voit ici et là des non-titulaires s’atteler à écoper le navire pour qu’il ne coule pas, à constituer des groupes d’entraide et de pédagogie à distance (tandis que des titulaires se réservent les cours en présentiel). Et de temps en temps, entre deux communiqués provocateurs appelant à la responsabilité individuelle, on peut voir passer un remerciement général à l’adresse des travailleur·ses de l’université.

Les présidences et les membres du ministère peuvent applaudir à leurs fenêtres, mais qu’est-ce qu’on donne concrètement ? Continuer la lecture

Academia fait des amendements (1/2). Sur les libertés académiques

La fabrique de la loi #34

← Article précédent

Article suivant­ →

On ne cachera pas à nos lecteurs et lectrices que, depuis le début de l’examen parlementaire du projet de loi de programmation de la recherche, la rédaction d’Academia hésite, rechigne même, à s’engager dans une vraie réflexion sur les amendements à apporter au projet de loi. C’est un tiraillement que beaucoup de collègues connaissent : ce projet de loi est-il décemment amendable, alors que l’idéologie qui le traverse à chaque alinéa contrevient à tout ce qui justifie notre engagement dans l’ESR ? Quand bien même on essaierait de l’amender, d’ailleurs, ne se battrait-on pas contre des moulins ?

Sans doute espérait-on secrètement que d’autres, plus habitué·es que nous à l’exercice, iraient mettre, à notre place, les mains dans le cambouis, et proposeraient non seulement un contre-projet de loi, mais aussi une liasse d’amendements au projet de loi actuel, pour l’atténuer ou le neutraliser. Les échos qui nous parviennent montrent néanmoins que le nombre de collectifs et d’organisations qui se sont engagés dans un tel exercice reste extrêmement réduit1.

C’est vrai aussi que la plupart des collectifs et organisations n’a pas les moyens de se payer un conseiller parlementaire comme la Conférence des présidents d’université le peut, ou de mettre à disposition sa direction des affaires juridiques comme le CNRS le fait – un conseiller et une direction qui, remarquons-le au passage, travaillent sur le projet de loi en toute opacité2, quoiqu’ils le fassent grâce aux deniers publics.

Les sénateurs et sénatrices, devant lesquel·les le projet de loi est arrivé, s’étonnent de ce scénario auquel ils et elles ne s’attendaient pas, se retrouvant assez seul·es dans la préparation de l’exercice d’écriture collective de la loi. Les quelques suggestions d’amendements qui leur parviennent leur sont, semble-t-il, remontées par connaissances interposées et mises en relations bricolées, en tout cas pas de manière organisée, et encore moins de manière transparente.

Devant un tel vide, et en prévision de l’examen, le 14 octobre prochain, du projet de loi par la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat 3, la rédaction d’Academia a envoyé hier, jeudi 8 octobre, quelques idées aux sénateurs. Sans guère d’illusions, mais en se forçant au pragmatisme : plutôt que de proposer une simple succession d’amendements de suppression – la tentation était réelle4 –, l’objectif a été de formuler quelques propositions précises raisonnablement susceptibles d’être adoptées.

Comment amender un texte in-amendable ?

Lors de l’examen du projet de loi à l’Assemblée, on a pu voir à quel point l’opposition parlementaire avait été prise en tenailles : elle déposait des amendements de suppression, en même temps qu’elle tentait d’arracher quelques micro-compromis. Dans le premier cas, les amendements ont systématiquement été rejetés ; et dans le second, ils n’ont presque jamais abouti, si ce n’est quelques pourcentages en moins de chaires de professeurs junior et quelques lignes en plus dans le rapport annexé. Bien sûr, on peut espérer que l’exercice sera un peu plus fructueux au Sénat. Les rapports de force politique y sont différents, et le gouvernement a certainement déjà prévu de lâcher un peu de lest sur un point ou l’autre, immédiatement ou en commission mixte paritaire. Mais le gouvernement a certainement défini, aussi, des lignes rouges, et il est peu probable qu’il lâche quoi que ce soit sur le principal.

C’est de cette alternative déprimante que nos propositions essaient de s’extraire. L’optique que nous avons choisie est assez différente de celle retenue jusqu’ici : il ne s’agit pas de se positionner en réaction au projet de loi, mais de proposer des ajouts à celui-ci, qui obligeraient, cette fois, la ministre et les parlementaires à se positionner eux-mêmes publiquement. Pour cela, toute la difficulté consiste à doser le plus finement possible la teneur de ces propositions, selon trois indicateurs : 1° ils doivent être suffisamment consensuels pour être « adoptables », à tout le moins discutables, par différents bords politiques ; 2° ils doivent représenter une avancée s’ils sont adoptés ; 3° ils doivent rendre encore plus scandaleux le scandale si la ministre s’oppose à leur adoption.

Pour cela, le meilleur terrain nous semble être celui des libertés académiques. Il est très étonnant qu’à l’Assemblée, la ministre ait si peu eu à se positionner sur ce terrain, alors même que c’est sur celui-ci que le Conseil constitutionnel se placera tout entier lorsqu’il contrôlera la constitutionnalité de la loi en novembre prochain. Hors l’amendement n° 157 du député Hetzel – qui n’engageait à rien –, les députés n’ont pour ainsi dire rien tenté, ne serait-ce que pour préparer la saisine du Conseil constitutionnel ou tenter de donner des prises à des contentieux futurs devant le juge administratif. Cette faillite est collective : qu’ont fait les député·es ? Qu’ont fait les syndicats ? Et qu’ont fait les enseignant·es-chercheur·ses en droit, si ce n’est oublier qu’ils et elles furent nombreux·ses ces dernières décennies, dans la lignée de Georges Vedel, à produire des argumentaires dans les grands combats pour les libertés académiques (en 1984, en 1993, en 2007, en 2009) ? C’est désespérant.

Voici donc sept de nos amendements – ceux concernant les libertés académiques – adressés aux sénateurs et sénatrices de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat, en espérant qu’ils et elles les reprendront, en commission ou en séance.

Qu’ils soient adoptés, ce sera une avancée, même si, par pragmatisme, ils restent modérément ambitieux en vérité. Que la ministre s’y oppose, et plus personne, dans nos établissements ou au Parlement, ne pourra dire qu’il ignorait l’idéologie mortifère qu’elle porte pour l’enseignement supérieur et la recherche.

  1. Renforcer la protection légale des libertés académiques
  2. Harmoniser le code de l’éducation et le code de la recherche, pour un socle commun de toutes les libertés académiques
  3. Réintroduire le principe selon lequel les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche sont des fonctionnaires
  4. Réaffirmer la nécessaire sérénité des conditions de travail comme une composante à part entière des libertés académiques
  5. Réaffirmer la franchise universitaire de police administrative
  6. Prendre une mesure forte pour rendre transparents les liens d’intérêts avec les entreprises
  7. Protéger les libertés académiques contre les procédures bâillons
https://www.flickr.com/photos/bladsurb/139812801/in/photolist-dmztx-L2YHs-zNin14-NsWZRR-Sk2uSL-d3VBjm-4jUV8x-7QPnpy-94J947-7MjqQe-4MEDgB-xxGYqU-4MEDX2-vwiD-9AtdA-d9fzZ7-anGdkS-5qWAsw-YzFGva-RBgMRm-xLARVB-25DYmU7-8DCrR2-5BJysK-jHnqqW-am9R6F-amcG4Q-Sw315W-SS4eSL-2jMk7Wn-6tWDy1-tDai2-5rkjjU-9sThNA-FqFgmY-ESCZsc-nrxX7z-8iwTEs-p5u9eZ-ZK2HHf-J8TvCa-24AXgyN-amcCKE-am9Nma-amcA19-amcFdQ-amcBNw-oY6e91-qVhhoK-hGhh5

Rue du temple, petit chantier (c)  Bladsurb, 2006

Continuer la lecture

  1. Il y a bien eu, par exemple, les propositions de la Confédération des Jeunes Chercheur·ses, contrant la malfaisance à l’endroit des doctorant·es et des docteur·ses sans postes — sur un texte globalement inamendable comme l’a précisé jeudi l’ANCMSP dans son communiqué. Ou, encore la démarche collective engagée début septembre par les sociétés savantes devant l’Assemblée nationale ; mais son contenu se révèle d’une immense faiblesse. []
  2. Quels sont les amendements qu’ils ont suggérés ? Academia est prêt à les publier s’iels se manifestent. []
  3. Le calendrier complet est désormais disponible au bout de ce lien. []
  4. L’amendement de suppression, au Sénat, laissant la part belle à l’Assemblée de rétablir ce qui a été supprimé, au moment de la Commission mixte paritaire. []

« Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant »

https://twitter.com/LemoziVirgile/status/1313174391824494592?s=20

  • par PIerre Nocerino, doctorant en sociologie

Certains s’autorisent, année après année, à réaffirmer les mêmes clichés. Il est donc malheureusement nécessaire, année après année, de se répéter pour se défaire de ces prénotions.

Pour cela, je partirais de ma propre expérience : ayant fini il y a quelques jours la rédaction de ma thèse, je peux effectivement me demander si, pendant ces six années, j’ai été ou non un « bon » doctorant. Mais mon expérience n’a d’intérêt que si elle est mise en perspective. Si je n’ai pas fait d’enquête sur les doctorants et doctorantes, je peux toutefois me risquer à une généralisation en convoquant les outils sociologiques issus de ma thèse.

1 — Mon expérience

Pendant trois années de master et quatre années de thèse, je me suis engagé dans ce que j’ai cru être la bonne façon de travailler : quasiment pas de week-ends, encore moins de vacances, rarement des journées de moins de 10 heures de boulot. Ce rythme m’a aidé à honorer le poncif précité : j’étais un doctorant bien déprimé ! Mais bon, ça voulait dire que j’étais un bon doctorant. Je me disais que c’était « normal ». Plus encore, je me convaincais que c’était bien ! Que j’étais un bon doctorant, donc.

Un doctorant tellement bon que j’étais incapable de proposer des papiers : j’aurais pu (et donc dû) travailler davantage, à l’image de mes collègues qui parvenaient à repousser leurs limites plus que moi.

Un doctorant tellement bon qu’il m’arrivait souvent de décrocher, tant dans les journées d’étude, dans mes lectures ou encore sur le terrain, parce que j’étais épuisé.

J’étais un doctorant tellement bon que j’en devenais super irritable, au point de ne plus réussir à évaluer correctement les travaux de mes collègues (et même les miens).

Un doctorant tellement bon que j’ai complètement bloqué dans l’écriture, au point d’envisager très sérieusement de tout arrêter.

Tout.

Plusieurs fois.

Au final, ce n’est qu’à ma 5e et 6e année de thèse que j’ai commencé à ralentir. Parce que de toute évidence, je n’y arrivais plus. Et que ça devenait dangereux.

https://universiteouverte.org/2020/10/05/jai-passe-une-audition/

(c) Ladactylo, photographiée par une précaire détère et vénère anonyme.

Continuer la lecture

Marie-Anne se demande qui rédige certaines fiches de postes honteuses

À propos d’un CDD en 19e section à l’Université de Bretagne Occidentale. Mais ils existent aussi à l’Université de Saint-Etienne et sans doute ailleurs…

Avis présentés en séance plénière du CHSCT du MESR du 4 juin 2020

(introduction en cours de rédaction)

 1. Avis sur le fonctionnement du CHSCT MESR :

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR ont pris acte de l’annulation de séances et report des groupes de travail prévus dans le calendrier annuel. Ils demandent la reprise de leurs travaux interrompus par la crise sanitaire qui doivent être reprogrammés : un calendrier des séances et groupes de travail doit leur être transmis pour l’analyse de l’enquête annuelle 2019, l’élaboration du rapport d’activité 2019 et des orientations stratégiques ministérielles 2021.

Ils rappellent leur attachement à la pérennité des CHSCT dans la fonction publique, ces instances ayant démontré leur caractère indispensable pendant la crise que nous traversons avec la pandémie de Covid-19.

Le document d’orientation pour établir le projet de décret sur le comité social d’administration – FPE reçu par les OS et présenté demain 5 juin 2020 en groupe de travail n’est pas acceptable, car il entérine la disparition des CHSCT dans leur format actuel.

2. Avis sur les PRA, analyse des risques et DUERP :

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR rappellent que l’analyse des risques doit tenir compte de la concomitance des risques, et que l’ampleur de la crise sanitaire que nous traversons ne doit pas focaliser la démarche de prévention sur les risques liés au Covid-19.

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR demandent que le document   « DGESIP 29 mai 2020 COVID-19 Analyse de PRA d’établissements de l’ESR » précise la démarche suivie, conforme à toute politique de prévention des risques professionnels :  évaluation des risques et mise à jour du DUERP, mise en place des plans de prévention et de l’organisation du travail, formation de chaque travailleur aux risques particuliers à son poste de travail.

3. Avis renouvelé pour insister sur l’évaluation des risques professionnels induits par ce confinement/déconfinement et obligation de la présenter pour avis dans les CHSCT

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR demandent que la surcharge de travail, le stress engendré par l’isolement, toutes les mesures de prévention liées aux risques sanitaires, les changements dans l’activité (management, travail à distance, enseignement à distance, etc.), le temps nécessaire à la recomposition des collectifs de travail ainsi que les conséquences physiques liées au travail à domicile (TMS, fatigue accrue, …) soient évalués finement et que le rapport soit présenté en CHSCT.

D’autre part, le travail à distance a nécessité de repenser l’organisation du travail dans l’ESR : il est primordial que l’employeur fournisse aux agents des équipements adéquats respectueux de leur santé (équipement informatique, écran, chaise ergonomique, etc.), de leur proposer des formations adaptées aux nouveaux outils informatiques qu’ils sont amenés à utiliser1 et de participer via une subvention à la prise en charge des repas (nourriture et la subvention administrative, qui a une incidence réelle sur l’état de santé des agents, car, pour certaines personnes, c’est leur seul repas équilibré de la journée), de l’abonnement internet, des frais d’impression et de communication, etc. (Frais de transport et durée de trajet à déduire …

https://www.flickr.com/photos/ilonabeekman/15112557458/in/photolist-p2rNPu-8zXBWB-N5vCuy-Lu39a-UZeHB9-ot2Ffh-QyxWhh-cfYnrw-Z5vRKJ-Am4vu1-FzRTSL-4spoy1-22jm6bb-7FmSZJ-2dNgomZ-DnAdD-253TuS4-658Xqc-2j6MGs1-Y8gd1t-2iXfZbs-rcs2qK-8Kk2Rt-yXCTs6-2a3Mg6y-9gtyi-4qw9qX-H2BhCZ-4T8hW3-yV68k9-8NFqk4-cn6H4y-23SLNMb-DXv7o-Kx3zSv-apFMPr-dKKXTk-9v1Qjj-8ncVMh-7oNcX4-W9aa1w-8AheB9-2iPU39e-LqAwz3-6AJy7-Y7G56n-dC5haL-z8Pspq-ahw9kW-2hFDZyP

Tired, by Ilona Beekman, 2014

Continuer la lecture

  1. Le temps nécessaire pour la formation et l’adaptation du poste de travail doit être accordé à l’agent, sa charge de travail doit être diminuée en conséquence (dont le service d’enseignement pour les enseignants et enseignants-chercheurs). Les moyens correspondants en postes et en budget doivent être alloués dans les budgets des établissements par le ministère. []

Plan de déconfinement du MESRI

https://www.flickr.com/photos/82965928@N00/34417336872/in/photolist-UrkRaS-Ng28fE-M7fMFi-QQHRBJ-JAETxQ-W8HEeo-Vhjpuz-TTxmfJ-WQYQuu-2fyDsSB-TeSuXr-237ktUt-27hvgi3-2eRdU5h-J71y9C-27NhiSd-24WqghL-22tSVQM-Kn9grd-XqpRb7-QckyJB-HMosaH-Urp1D7-MZVwwk-C7nDkd-pAtJnw-26iUfSM-2iSuv5L-N3FYc9-KuexPb-MLya2h-21xQjkM-TeqhU1-ZXiE8N-24UJnk6-UDseui-WrvHRG-Z6xAmC-7Jc33v-9ihAwm-JQpadb-2b22RE3-ErE3bk-mDbLE3-sPMf4A-V4u5zL-7JQB1T-oyMNqr-S38FbS-ZHWJYF

(c) Metamorphoses, 2017

Daté du 29 avril 2020, ce plan de déconfinement a été adressé au CHSCT du ministère et diffusé au CNESER.Academia le reproduit ici.

 

 


Le présent plan de déconfinement est centré sur la période courant du 11 mai à la fin juillet. Il ne concerne donc que les enjeux de court terme de la reprise d’activité, à l’exclusion de ceux qui tiendront à l’organisation de la rentrée (notamment organisation des enseignements en présentiel, mobilités sortantes et accueil des étudiants internationaux), qui feront l’objet d’une élaboration ultérieure, d’ici à la mi-juin. Il a vocation à être complété par les consignes sanitaires pertinentes, et le cas échéant à faire l’objet des évolutions rendues nécessaires par celles-ci.

Ce plan s’articule avec les orientations données par le Gouvernement pour l’organisation du déconfinement, lesquelles pourront, le cas échéant, inclure des déclinaisons territoriales qui auront vocation à être prises en compte pour la mise en œuvre de la reprise d’activité sur les sites du territoire en question.

Plan de déconfinement du MESRI – projet d’instruction

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
à l’attention de Mesdames et Messieurs les présidents et directeurs des établissements d’enseignement supérieur
les présidents d’organismes de recherche
la présidente du centre national et les directeurs régionaux des centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires

Le Président de la République a fixé l’objectif d’un déconfinement progressif de notre pays à compter du 11 mai. La sortie du confinement doit permettre à  l’activité de reprendre progressivement en présentiel, en fonction de l’évolution de l’épidémie et dans le respect des consignes sanitaires.

Les enseignements en présentiel ne pourront reprendre dans les établissements d’enseignement supérieur avant la rentrée universitaire 2020 dont la date est fixée par chaque établissement. Les autres activités de vos établissements sont susceptibles de reprendre progressivement en présentiel à partir du 11 mai, dans le respect des consignes sanitaires, le travail à distance devant néanmoins continuer d’être privilégié.

La présente circulaire énonce des recommandations générales et précise les principes dans le cadre desquels les établissements placés sous la tutelle du MESRI sont invités à établir leur plan de reprise des activités en présentiel. Elle est adressée, pour leur bonne information, aux établissements relevant d’autres ministères ainsi qu’aux dirigeants d’acteurs privés (associations, fondations, établissements d’enseignement supérieur privés) qui participent au service public de l’ESRI.

Continuer la lecture

« La recherche ne s’est par arrêtée. Elle s’est même intensifiée ».Lettre du délégué régional Rhône-Alpes aux agents

Academia a reçu ce message qu’elle juge bon de publier, à côté de ceux touchant à la continuité pédagogique et les considérations sur l’aggravation des discriminations genrées, ne doutant pas que cette vision soit partagée parmi les cadres du CNRS. .


De : DR07 Delegue
Envoyé le :lundi 27 avril 2020 12:09
À : agentdr7cnrs@dr7.cnrs.fr; dirlabo@dr7.cnrs.fr
Objet :[Agentdr7cnrs] Message aux agents CNRS et directeurs d’unités en Rhône Auvergne

Chers et chères collègues,
Membres des services de la délégation régionale et des unités CNRS en Rhône Auvergne,

Je me permets ce nouveau point hebdomadaire pour vous livrer quelques nouvelles régionales. Le CNRS en Rhône Auvergne va inscrire son plan de reprise d’activité (PRA) dans le cadre des orientations fixées par Antoine Petit lors son dernier message. Il nous faut faire avec une situation très évolutive, qui comporte son lot d’incertitudes. Mais dès à présent, et de manière collégiale, nous agissons sur plusieurs plans. Sur Clermont, comme sur Lyon Saint-Etienne, la nécessaire consultation des directions d’unités sur leur PRA s’engage avec leur institut scientifique de rattachement, en coordination avec les autres tutelles de laboratoire, et en premier lieu avec les tutelles d’hébergement. Cette stratégie nous permet d’une part de nous adapter aux  spécificités des unités, tout en identifiant et en réagissant aux besoins qui peuvent être pris en charge à un niveau fédératif, régional ou national. C’est le cas notamment de la question des masques, avec une pleine intégration du CNRS dans le dispositif interministériel qui se construit sur le sujet. Plus globalement, les autres produits sanitaires, la distance sociale, les modalités de restauration ou encore d’horaires décalées sont autant de sujets où adaptation à l’échelle laboratoire devra se combiner avec apports locaux ou nationaux.

Une tendance se dessine cependant dès à présent : la plus en plus probable prolongation du télétravail pour les activités pouvant être effectuées de cette manière. Nous découvrons avec cette crise de nouvelles façons de vivre nos professions. Au regard de l’activité foisonnante constatée ce dernier mois, ces pratiques sont en train de montrer tout leur potentiel et les points de vigilance à prendre en compte. Le bilan s’avère très instructif : la recherche ne s’est par arrêtée. Elle a même été intensifiée dans de nombreux domaines. Cette expérience a notamment guidé les choix du CNRS dans les décisions à prendre au niveau RH : nul besoin d’imposer des congés aux agents CNRS télétravailleurs, qui doivent rester libres d’adapter leurs jours d’activités à leur plan de charge et à leur besoins personnels. « Comme avant », en somme.

Quant au « jour d’après », il fait l’objet de nombreuses recherches . Nos services ont identifié plus de 70 initiatives sur la circonscription : travaux et sujets d’expertises visant à comprendre, analyser et fournir des réponses aux défis actuels. Et nous savons que ce référencement est loin d’être exhaustif. Parmi toutes ces démarches : les 9 projets lauréats en Rhône Auvergne de l’appel à projet flash de l’ANR sur le Covid-19. Soyez certains de ma plus grande considération pour ces nombreuses contributions. Travailler pour le CNRS et la communauté scientifique de notre région n’a jamais été source d’autant de fierté.

Prenez soin de vous.

Bien sincèrement.

Frédéric Faure
Délégué régional

CNRS Rhône Auvergne

2 avenue Albert Einstein – BP61335 – 69609 Villeurbanne cedex


https://www.flickr.com/photos/127028900@N05/26299081390/in/photolist-DdmkSB-wfK6Vm-Q7ab4U-G4XEDL-HHxJer-LJTdbo-HPdzu1-ygReCk-RF6YMC-P8aRpF-Dpscqf-BRd43G-CpDgjJ-wdthcg-HWLCj6-HWEqR1-B4tQaj-t523Kb-PQnvUX-PN7KXt-A2xu4U-zdgNoA-Evs724-LYnitF-NyWPbv-wKsyr5-rp9TEA-LMfSZP-q5hj2D-NAbboi-PHYmXn-yCfQt2-Nd3Edm-rUgPhz-NxRFYR-FgWA4q-Paekks-eJF1AA-A49m5D-of4qa4-PKQqgC-FeSsxf-znB61k-MtgcaJ-zi59xw-FyrkAj-Da98ip-sHizBd-jCmPPG-rRiWWL/

Lyon, de Ph. Nauher 2016

Lettre ouverte de l’Intersyndicale du site de Strasbourg sur les conditions de travail des personnels et sur le déconfinement

 

 

Le 21 avril 2020

 

Monsieur le président d’université,
Monsieur le délégué régional du CNRS,
Monsieur le délégué régional de l’INSERM,

Par la présente nous souhaitons formuler à votre attention un certain nombre de demandes qui nous paraissent à même de répondre aux préoccupations de nombreux collègues de nos trois établissements, tant dans le cadre de la gestion de la période de confinement que dans celui du déconfinement à partir du 11 mai prochain.  Notre objectif est d’obtenir des garanties sanitaires et des conditions de travail sécurisées pour tous les agents pendant le confinement et après celui-ci.

Il va de soi que ces demandes et propositions devront faire l’objet de discussions dans des réunions exceptionnelles des CHSCT, à tenir de toute urgence et en tout état de cause avant le déconfinement.
En effet, un plan de prévention des risques, en bonne et due forme, ainsi que l’impose la loi quand le personnel est exposé à un agent biologique pathogène, doit être établi en  concertation avec les représentants du personnel. Une demande de réunion exceptionnelle a été faite le 25 mars concernant l’université et une réunion a enfin été programmée le 30 avril.  Un CRHSCT INSERM a été programmé pour le 23 avril. Nous demandons une nouvelle réunion au CNRS, de même qu’un CHSCT commun à l’université et à ces deux organismes. Il conviendrait notamment de fournir les Plans de continuité d’activité (PCA) anonymés et finalisés à ces instances et de convier régulièrement des représentants lors des cellules de crise, à élargir (université) ou à créer (délégations CNRS et INSERM).  Au-delà, nous souhaitons que les instances de l’université, notamment la Commission de la Recherche mais aussi la CFVU, le CA et le CTE se réunissent pour faire le point sur la situation dans chacun des domaines qui relève des compétences de ces instances.        

Dispositions relatives à la période de confinement

  • Fourniture d’EPI aux agents. Le port de masques, de gants est aujourd’hui une nécessité avérée, ainsi que l’usage régulier et systématique de gel hydro-alcoolique. Nous estimons que nos établissements doivent fournir de toute urgence de tels équipements élémentaires de protection aux personnels en PCA.
  • Télétravail : dans les circonstances actuelles, l’absence d’interaction directe quotidienne entre collègues, les contraintes diverses liées au confinement et l’accompagnement scolaire des enfants sont autant de raisons qui expliquent une altération du travail de recherche ou du travail administratif. Les règles en vigueur pour l’usage des équipements numériques professionnels entre les établissements sont différentes. Il convient qu’elles soient harmonisées dans le sens d’un assouplissement dans le cadre des unités mixtes. La situation actuelle étant anormale, la hiérarchie doit être encouragée à ne pas exercer de pression sur les agents et à adapter la reprise du travail à partir du 11 mai en veillant à sa progressivité. Il en va de même pour les tâches d’enseignement. Si le lien pédagogique des enseignants avec les étudiants doit être maintenu – et il l’est pour l’essentiel – la “continuité” pédagogique est impossible et ne peut être imposée.
  • L’attribution des Autorisations spéciales d’absence (ASA) doit être facilitée pour tenir compte des difficultés diverses pour les personnels et enseignants, y compris en alternance avec des périodes de télétravail; les personnels doivent recevoir une notification individuelle de leur placement en ASA précisant les dates. La durée des absences doit être assimilée à une période de travail effectif pour l’acquisition des jours de RTT. Les primes doivent toutes être maintenues, et dans leur intégralité. Toute autre disposition reviendrait à sanctionner une personne en travail à distance ou sur site.

Université de Strasbourg, Palais universitaire (Photo: Julien Gossa)

Continuer la lecture

Union syndicale au CNESER. Motions votées le 21 avril 2020

Deux motions Réussir le confinement pour une rentrée heureuse et Pour une harmonisation nationale de l’évaluation, contre l’échec de masse ont été votées hier, au terme d’une séance du CNESER permanent en distanciel. Selon le compte rendu proposée par une élue étudiante d’Alternative. Les organisations syndicales ont fait un rappel au droit et au respect de la compétence de la Commission de la formation et de la vie étudiante dans les décisions concernant les examens et les modalités de contrôle des connaissances1. La DGESIP a rappelé que le Président ne peut prendre une décision dans le cadre actuel des ordonnances, uniquement si le Conseil adéquat ne peut se tenir. Outre les conditions matérielles et la question de l’équité entre les candidats, l’Alternative a dénoncé, comme d’autres orgnaisations, les «atteintes à la démocratie dans l’ESR sous couvert de crise sanitaire, comme #Paris1 où le président s’assoit sur un vote de la CFVU au mépris du code de l’éducation (art.L.712-6-1)», rappelant que le MESRI « doit être garant de la stabilité de la démocratie ds l’enseignement supérieur et la recherche ».

Deux motions ont été votées.

1. Motion Réussir le confinement pour une rentrée heureuse

La première, votée à une très large majorité. Ont voté contre 2 représentants de la Conférence des présidents d’université et la tête de la liste syndicale Qualité de la science française.

 

2. Pour une harmonisation nationale de l’évaluation, contre l’échec de masse. Motion portée par l’UNEF

Continuer la lecture

  1. Voir le conflit à ce sujet en cours à Paris-1. []

Travail, salaire, profit. Une série documentaire sur Arte

Le collectif UFR STAPS de l’Université de Caen invite les lecteurs et les lectrices d’Academia à visionner une série documentaire en six épisodes.

Disponible du 14/04/2020 au 09/10/2020

Présentation ARTE: Gérard Mordillat et Bertrand Rothé interrogent des chercheurs internationaux sur les concepts fondamentaux de l’économie. Une plongée passionnante, à l’heure où le néolibéralisme traverse une crise profonde. Premier volet : la notion de « travail », hier et aujourd’hui.
Certains mots sont d’un usage si courant qu’on finit par les utiliser sans en interroger le sens. Comme celui de «travail». Depuis la nuit des temps l’homme travaille : une activité qui n’a pourtant pas cessé d’évoluer depuis le paléolithique. Qu’est-ce que le travail aujourd’hui ? Est-il devenu une marchandise ? Qu’achète-t-on sur le marché du travail ? Pourquoi et comment est apparu le Code du travail ?

Crise néolibérale
La série documentaire Travail, salaire, profit nous entraîne dans les arcanes de l’économie mondiale, jugée bien souvent trop opaque pour en saisir tous les tenants et les aboutissants. L’étude de cas, didactique et passionnante, est pourtant salutaire, à l’heure d’une crise massive du capitalisme, notamment via son avatar contemporain, le néolibéralisme, rejeté en bloc par une grande partie de la société. Après Jésus et l’islam, avec Jérôme Prieur, et Mélancolie ouvrière, Gérard Mordillat, accompagné de l’économiste Bertrand Rothé, signe une réflexion creusée et lucide sur cette « nouvelle religion contemporaine », via le témoignage d’économistes renommés, dont Frédéric Lordon et David Graeber.
Réalisation : Gérard Mordillat & Bertrand Rothé
Pays : France – Année : 2019

Télétravail à Paris-1, ou ne télétravaille pas qui veut

Petit rappel de Paris-1 en lutte :
le travail à distance est hors-cadre. Il est donc non-obligatoire (!) sauf pour ceux qui ont signé une convention de « télétravail ». Voilà à quoi ressemble la procédure à Paris-1.
Donc pas un truc qui se fait en 2 secondes entre 2 portes. #facsetlabosenlutte #Covid_19