L’érosion du nombre de postes aux concours d’enseignant·e–chercheur·e se poursuit

Tweet original de Manuel Tunon de Lara.

Il y a des jours où il aurait mieux valu tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Le 24 mars 2021 était un de ces jours pour le président de l’université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara. Ce dernier s’est félicité de sa rencontre avec Richard Ferrand et en a profité pour mettre en avant l’ambition d’une Université française constructive.

C’était sans compter sur une information parue plus tôt dans la matinée : le nombre de postes maximal qui pourront être ouverts aux concours MCF et PR pour l’année 2021. Et les nouvelles ne sont pas bonnes pour l’Université. On apprend ainsi dans le Journal Officiel qu’un maximum de 1 189 postes de MCF pourront être ouverts, alors que les PR devront se contenter de 746 postes. Allons plus loin dans l’analyse en quantifiant la dynamique du nombre de postes proposés aux concours.

Evolution du nombre maximal de postes proposés aux concours MCF (courbe orange) et PR (courbe bleue) entre 2010 et 2021. Source : Journal Officiel, legifrance.gouv.fr

Le constat est sans appel. Entre 2012 et 2021, le nombre de postes maximal de MCF est passé de 2099 à 1189, soit une diminution de 910 postes représentant une baisse de 43 %. Un peu moins de la moitié des nouveaux postes ont donc été supprimés en à peine 10 ans. Pour les PR, ce sont 710 postes proposés en moins, soit une baisse de 49 %.

Pour remettre ces chiffres dans le contexte plus général de l’état de l’Université, rappelons que le nombre d’étudiant·es ne fait qu’augmenter sur la même période alors que le nombre d’enseignant·es ne fait lui que diminuer. Alors même que de nombreux·ses jeunes (et moins jeunes) docteur·es souhaitent ardemment devenir enseignant·e–chercheur·es, et donc que le vivier de candidat·es n’est pas le problème, nos dirigeant·es continuent de couper les vannes d’accès au statut d’EC. Pourtant, la Loi de programmation de la recherche, appliquée depuis le 24 décembre 2020, était censée donner des moyens conséquents à l’Université et à la recherche. Il faut croire que ce ne sera pas pour cette année.

Graphique à retrouver dans un tweet de Julien Gossa.

Continuer la lecture

Campagne de recrutement 2020. Communiqué de l’AECSP

  • par l’Association des Enseignant·es et Chercheur·es en Science Politique, 29 mars 2020

En cette période de crise sanitaire mondiale, le bureau de l’AECSP tient d’abord à réaffirmer son attachement à la défense des services publics et à la protection des travailleurs et travailleuses. Nous adressons un message de soutien et de remerciements tout particulier à l’ensemble des personnels soignants et à celles et ceux qui continuent à assurer les services indispensables, dans l’alimentation, la livraison, l’évacuation et le traitement des déchets, etc. Nous souhaitons également du courage à toute la communauté de l’éducation et de la recherche, ainsi qu’à l’ensemble de la population, afin de respecter au mieux les mesures de confinement et de distanciation sociale actuellement nécessaires en l’absence d’autres solutions disponibles à court terme.

Malgré cette pandémie, la campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es continue actuellement de se dérouler. La baisse dramatique du nombre de postes de titulaires ouverts aux concours depuis 15 ans rend l’enjeu de ces recrutements d’autant plus important. Leur faible nombre, au regard des besoins des universités et du volume de candidates et de candidats, confère une encore plus grande responsabilité aux membres des comités de sélection. Dans ces conditions, le bureau de l’AECSP souhaite affirmer plusieurs principes essentiels au bon déroulement de cette campagne. Les circonstances exceptionnelles ne sauraient justifier que le processus de recrutement contrevienne au principe d’égalité entre les candidat·es, ou conduisent à renoncer à des conditions rigoureuses d’évaluation, de délibération et de vote entre les membres des comités de sélection. 

C’est pourquoi nous refusons la dématérialisation intégrale du processus de recrutement via des dispositifs de visioconférence, et nous demandons un report de plusieurs semaines du calendrier de la campagne, de manière à ce que les auditions puissent se tenir jusqu’à la mi-juillet sans remettre en cause l’affectation des recruté·es dans leur université pour la rentrée 2020.

Continuer la lecture

« Il n’est pas besoin de beaucoup de mots » : dérogations à tout va dans les universités

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #6
Article précédent

L’ordonnance « relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 » a été examinée hier après-midi en conseil des ministres, et est donc parue au Journal officiel de ce matin. Cette ordonnance appartient à la deuxième vague des ordonnances prévues par la loi d’urgence du 23 mars 2020, après la vague des 25 ordonnances du 25 mars, dont les médias se sont largement fait l’écho.

Il faut bien comprendre que cette ordonnance est une intervention du pouvoir exécutif dans ce qui représente normalement le champ de compétences du Parlement. L’objectif de cette ordonnance n’est donc pas le même que l’objectif d’un décret : il est d’abord et avant tout de modifier des dispositions de valeur législative, que le Président de la République et le gouvernement n’ont normalement pas la possibilité de modifier par eux-mêmes, mais qu’ils peuvent tout de même modifier parce que le Parlement les y a exceptionnellement habilités.

On est donc en présence d’un droit d’exception dans tous les sens du terme : exception sur la forme, parce que le gouvernement intervient dans le champ du Parlement pour modifier des textes de valeur légale, conformément à la procédure des ordonnances (article 38 de la Constitution) ; exception sur le fond, parce cette ordonnance introduit un nombre important de modifications qui sont certes justifiées par l’épidémie et ses conséquences, mais qui, il ne faut pas le perdre de vue, sont aussi, pour nombre d’entre elles, des modifications que le MESRI souhaite introduire ou généraliser depuis des années (examens à distance, et notamment en télésurveillance ; délibérations par visioconférence ; pouvoirs forts des chefs d’établissements ; différenciations entre établissements). Il est très probable, de ce point de vue, que le provisoire actuel se révèle rapidement transitoire : les mesures prévues dans ces ordonnances représentent un galop d’essai fantastique pour le MESRI.

https://www.flickr.com/photos/rubberducky_me/8611857093/in/photolist-e8125H-deFrmr-79mhZv-pten5q-rdKRao-YeN3DG-cyTW73-4Zsray-5peyMF-9gHJYY-ATYxgx-cyTVCh-XAykGQ-yEMW9Q-deRH7W-UhZRPC-q553Fw-oDDSyb-Vam5rU-xn68G4-8wGn4L-WxUwKZ-XWZYuj-22X8T4E-5nqh1F-KfwB6m-pQvJwR-ESNvPM-pDv3yP-YE8KaH-WVcbVf-9QomoT-bXUqhd-219hAVm-WyBiho-XAyjB3-fBLd7x-defwkA-7yMZd6-27bdqac-777dCz-6m8XWY-4oKyb6-6zXWCy-G9TJU-Ws4w6-fbouPQ-2ik4e8-86u1T3-27oZqJG

Port Malcolm, by Matt Brand, 2013

Il est aussi important de noter, d’emblée, que l’ordonnance est très courte. On pourrait être tenté d’y voir le signe que les dérogations introduites sont en nombre limité. Il faut plutôt l’analyser, nous semble-t-il, comme la marque du caractère très général des nouveaux pouvoirs que l’ordonnance attribue, et du faible nombre de garde-fous mis en place : il n’est pas besoin de beaucoup de mots pour dire que l’on peut déroger à tout va au droit existant, dès lors que le choix est fait de ne pas encadrer outre mesure ces dérogations.

*
*    *

Au-delà de ces considérations générales, on peut reprendre le contenu de l’ordonnance dans l’ordre, au risque d’être un peu long.

1° Temporalité des règles dérogatoires

Continuer la lecture

Report des recrutements de titulaires : un recensement des positions

Academia entend recenser les décisions de report ou de maintien des procédures de recrutement (examen des dossiers et/ou auditions). Écrire à la rédaction

Mise à jour: 27 mars 2020

1. Positions des institutions

EHESSdécision du 17/3/2020

Report des recrutement MCF et des recrutement de DE à la mi-juin 2020

Science-po – décision du Centre d’histoire, communiqué le 24/3/2020 par Marc Lazar

« Avec les présidentes des deux comités de sélection, Emmanuelle Loyer et Sabine Dullin, (poste de professeur HIstoire et Littérature, Assistant professor Histoire de l’Asie de l’Est et du Sud-Est), nous avons décidé de reporter les auditions des candidats à l’automne prochain ».

2. Positions des syndicats, des sociétés savantes et assimilés

Continuer la lecture