Sexe, mensonges et sélection: à propos de la mobilisation d’avril 2018

Banderole à l’EHESS Marseille, 21 avril 2018

Voici plusieurs mois que les universités se mobilisent : d’abord à Toulouse, autour d’un conflit autour de l’intégration en COMUE, puis progressivement dans de nombreuses Universités, de Brest à Strasbourg, de Lille à Aix-Marseille (cf. carte des facultés mobilisées publiée dans le journal Libération). À Paris-1, le centre Tolbiac a été investi pendant plusieurs semaines par la Commune libre de Tolbiac; lieu où pouvait trouver « la violence, la drogue, le sexe même (sic) », pour reprendre les mots curieux de son président George Haddad, le centre Tolbiac a focalisé focalisé l’attention des médias jusqu’à son occupation policière le 20 avril. Aux côtés des étudiant-e-s pour dénoncer le recours aux CRS dans certaines universités, les enseignants-chercheurs ne sont pas en reste ; ils/elles participent aux AG, contribuent aux enseignements hors les murs. Plus souvent, ils font connaître leur refus de compenser par leur travail les défaillances du logiciel « Parcoursup » ou d’être la cible d’attaques du gouvernement sur leur responsabilité dans « l’échec »étudiant, catégorie ignominieuse, qui ne représenterait pas la réalité de l’expérience étudiante et qui recouvrirait plutôt de nombreuses réorientations.

De fait, les enseignants-chercheurs ne cachent pas leur agacement d’entendre la ministre Vidal ne cesser de répéter sur les plateaux de radio et de télévision qu’il n’y aura pas de sélection des étudiants, ni « tirage au sort », jugé « injuste », et que la loi ORE vise à la réussite des étudiants. Le tirage au sort, utilisé l’an passé, n’avait concerné pourtant que 9 726 candidat.e.s, soit moins de 0,4% des bacheliers de l’année et 1,1% des inscrit.e.s sur APB (source : Corine Eyraud).Le tirage au sort a ainsi représenté une solution ponctuelle alors que la cohorte du baby-boom des années 2000 dépassaient les capacités de l’enseignement supérieur, sous doté.

Lire la suite