La fin du baratin. Revue de presse

La fabrique de la loi #27

← Article précédent

Article suivant­ →

Update. 28/9/2020

Le vote d’une loi suscite souvent une actualité dense : les médias s’intéressent au sujet, donnant de la voix non seulement aux communiqués des Ministères, mais aussi aux opposant·es. D’ultimes tribunes trouvent leur chemin dans les pages du Monde ; associations et syndicats organisent les derniers rassemblements, tandis qu’à l’Assemblée, les assistants parlementaires reçoivent une floppée de messages d’administré·es, avant et pendant les débats en hémicycle, en ligne. Le vote de la loi qu’on continuera à appeler LPPR n’échappe pas à cette vie démocratique bien particulière qui irrigue la fabrique de loi. C’est pour cela qu’Academia souhaite revenir sur la séquence qui a commencé avec l’examen du projet de loi à l’Assemblée nationale.

Rappelons que jusqu’à l’examen du projet de loi en Commission, le processus législatif d’auditions avait été singulièrement opaque : la Commission des Affaires culturelles, sous la présidence de Bruno Studer, ayant fait le choix de ne pas rendre publics les échanges avec les différents personnalités accueillies dans les murs de l’Assemblée. Alors que les collègues universitaires étaient pris aux rêts d’une rentrée hors norme, seule la bonne volonté des groupes politiques de l’opposition, des collectifs engagés ou de personnalités scientifiques ont permis le reste de la communauté de ce qui se tramait en coulisses de la fabrique de la loi.

Depuis lundi, tout a changé.

Frédérique Vidal à côté du Grand labo

Auparavant, le 9 septembre, l’émission web Grand labo était reçue au Ministère par une Frédérique Vidal en grande forme1. Le dispositif était léché : photo impeccable, incrustation de demandes d’auditeurs, en présence d’Olivier Monod, journaliste à Libération, fin connaisseur de la loi qu’il suit depuis de lons mois, retranscription qui vous évite l’audition. Le résultat est désastreux : Frédérique Vidal — qui s’apprête à défendre la loi devant l’Assemblée — continue son baratin, en dépit des questions aiguisées de Monod.

https://www.grandlabo.com/lppr-grand-labo-rencontre-frederique-vidal/

Olivier Monod, journaliste à Libé, et Mathieu Rouault, du Grand labo, 9 septembre 2020

Démonstration.

Olivier Monod : Le reste, c’est 3,1 milliards dans le programme 172 – autrement dit les organismes de recherche CNRS et autres – et 1,7 milliard pour le programme 150, c’est-à-dire les universités. Or les universités, en masse salariale, sont les premiers opérateurs de recherche. Pourtant, ce sont elles qui touchent le moins.

Frédérique Vidal : Je ne suis pas complètement persuadée de vos chiffres. Il me semble que l’augmentation est plus importante sur les 150 que les 172, sauf erreur de ma part. Mais on pourra vérifier. Ce qui est sûr, c’est que c’est un financement qui est inédit sur les 50 dernières années. La façon dont on va l’utiliser fait l’objet de discussions encore en cours.

Olivier Monod : Il est inédit, mais est-il suffisant ? Est-ce qu’en 2030, on ne va pas se dire : « on a encore 10, 20, 30 ans de retard par rapport aux Coréens ou aux Allemands ? ».

Frédérique Vidal : Je comprends votre question. Mais je voudrais vous la retourner. Cela veut dire quoi, alors ? On ne fait rien ?

Olivier Monod : On fait plus !

Frédérique Vidal : C’est fabuleux d’entendre tous ces gens qui, pendant des années, n’ont rien dit de l’assèchement du financement de la recherche et qui aujourd’hui…

Olivier Monod : Ils n’ont pas rien dit, il y a eu Sauvons la recherche, etc.

Frédérique Vidal : Le mieux, parfois, c’est l’ennemi du bien. Je préfère que l’on crante dans une loi de programmation, une augmentation budgétaire dont on sait que, a minima, elle sera suivie, plutôt que de dire… J’ai tout entendu, d’ailleurs : la même chose en moins de temps, 3 fois plus, 5 fois plus, 10 fois plus. Mais, à ce moment-là, ne faisons rien puisqu’on ne peut pas faire 10 fois plus ! J’ai pris les choses d’une façon différente.

Frédérique Vidal convaincue de faire ce que n’avait pas réussi Sauvons La Recherche ? Elle réécrit aussi la loi, précise ce qui devrait y être — et qui n’y est pas —; dénonce ce qui y est.

On ne réécrit pas aussi bien la loi que par soi-même quand on est Ministre. Réécrire l’histoire est une autre paire de manche. On ne la raconte plus aux chercheur·ses. On ne la raconte plus non plus aux journalistes.

Mobilisation à l’Assemblée nationale

L’intersyndicale ESR et Facs et labos en lutte avaient appelé à un ultime rassemblement hier à 14h, à une période particulièrement difficile puisque de nombreuses universités parisiennes organisaient l’accueil étudiant ce jour-là. Le succès était au rendez-vous, et ce d’autant que quelques député·es ont choisi de venir rencontrer celles et ceux qui avaient fait le déplacement.

*
*   *

Manœuvre de bas étage

À quelques minutes de l’ouverture de la séance à l’Assemblée nationale, Danièle Hérin, rapporteur générale du texte, se félicite sur Twitter de la parution d’une tribune de soutien à la #LPPR émanant de professeurs au Collège de France. Se sent-elle fragilisée par faiblesse du soutien au texte dont elle était rapporteure générale — alors que plusieurs dizaines de courriels parvenaient dans les boîtes mail des députés, à l’instar de celle du mathématicien Antoine Chambert-Loir ?

https://twitter.com/Daniele_herin/status/1307996385468452865?s=20 Continuer la lecture

  1. L’émission est diffusée le 23 septembre. []

Communiqué de presse « rectificatif » : rire ou pleurer ?

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #28
← Article précédent

Clown, by Funk Dooby, 2017

Qu’on se le dise : il y a quelques personnes géniales à la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) qui font de vrais efforts pour continuer à nous surprendre jour après jour. On se souvient des fiches du « plan de continuité pédagogique » mille fois modifiées entre mars et mai, non pour les adapter à l’évolution de la situation sanitaire, mais pour corriger les bêtises, imprécisions et illégalités qui s’y étaient accumulées.

On a mieux désormais : le communiqué de presse « rectificatif », qui contredit celui publié la veille, et que nous venions tout juste de commenter. Academia, un peu lassé de courir derrière le ministère, est tenté de vous laisser jouer au jeu des sept erreurs.

Communiqué rectificatif du MESRI, 3 juin 2020

Prenons quand même trois exemples, qui ne sont pas exactement des détails, et qui, précisément, concernent les trois points dont nous nous réjouissions :

  1. Alors que le communiqué d’hier affirmait que « le libre accès aux laboratoires pour les doctorants qui y sont rattachés est […] confirmé », celui d’aujourd’hui en est moins sûr : « l’accès aux laboratoires pour doctorants […] pourra être autorisé mais dans des conditions définies par les établissements et dans le strict respect des conditions sanitaires requises ».
  2. Alors que le communiqué d’hier soutenait que « les bibliothèques et les centres de documentation universitaires, qu’il s’agisse des services de prêts ou des salles de lectures seront intégralement rouverts », celui d’aujourd’hui est comme pris d’un doute : « Les bibliothèques et les centres de documentation universitaires pourront rouvrir selon des modalités définies par les établissements, qu’il s’agisse des services de prêts ou, à titre exceptionnel et pour certaines catégories de publics, des salles de lecture ».
  3. Mieux, alors que le communiqué d’hier expliquait que « sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, les activités de formation initiale en présentiel pourraient reprendre de manière régulière au sein des campus à la rentrée », celui d’aujourd’hui s’en veut d’être allé si vite : « même si la prochaine rentrée sera vraisemblablement encore contrainte par de strictes recommandations sanitaires, une reprise en présentiel des activités de formation initiale est envisagée à partir du mois de septembre. L’incertitude relative à la situation sanitaire qui prévaudra durant le premier semestre de l’année 2020-2021 conduit toutefois à en projeter l’organisation dans le respect des consignes sanitaires actuelles. Pour cette raison, les établissements doivent prévoir des enseignements en distanciel et/ou en présentiel dans une mesure et selon des modalités qu’il leur appartiendra de déterminer et qui leur permettront d’anticiper une éventuelle dégradation des conditions sanitaires ». Autrement dit, la consigne est désormais de développer un enseignement très majoritairement à distance pour la rentrée 2020, non pour des raisons sanitaires, mais au nom du risque d’une « éventuelle dégradation des conditions sanitaires« .

Deux conclusions peuvent immédiatement être tirées de cette volte-face. La première, sous forme de platitude, est que le ministère, décidément, est déconnecté des universités sur lesquelles il exerce sa tutelle. La seconde, c’est que, contrairement à ce que laisse penser une tribune parue hier dans le Figaro, il semble que le ministère ne pousse pas seul en faveur d’une « université virtuelle », grâce à laquelle seraient réglées à la fois la question de l’augmentation des étudiant.e.s et celle du budget. Le problème est plus profond, malheureusement : il y a, dans chaque université et à la CPU, quelques zélés partisans des enseignements à distance et autres examens télésurveillés – au premiers rangs desquels un certain nombre de VP « Innovation pédagogique » et autres chargé.e.s de mission « Pédagogie innovante » – que le communiqué d’hier a visiblement pris de court, et qui ont obtenu sa « rectification ».

https://www.flickr.com/photos/pete37038/49890769021/sizes/l/

Off limits, Peter Rowbottow, 2018