Choses vues … en amphithéâtre

  • par Anne-Sophie Chambost, historienne du droit, Sciences Po Lyon,  Chrystelle Gazeau, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3, Soazick Kernéis, historienne du droit, université Paris Nanterre, Grégoire Bigot, historien du droit, université de Nantes, Myriam Biscay, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3.
https://www.flickr.com/photos/cubn6/2634138204/in/photolist-51LDvW-qrgZy3-ortPuE-2i9vHgH-E7HqPD-nj5Ue2-ed4kAY-FpmkbQ-2amdm4s-qrbVrY-4q4MEP-9RFWyN-XWUHP7-cXsgCG-2iFPnvy-rV4Nq3-RcnAGF-2jPehvL-bYEux9-23JsKuK-22Aa5dg-2jDccpn-88ruxJ-2jKHVwn-24r7u1T-9QhaM6-MbTrfu-9PfbqH-77N3fW-2hHmpjD-MVxEb-9nT9gP-7gqL2G-2gboDco-4MkQyp-4eXnGs-2jCycCV-NaXx37-9AavY-WZZgmy-2hvYemE-9jcxpv-2jzYwbB-XF9DGQ-huTEKJ-SrCQSm-K1S97q-P4V6uf-5w5dDp-27gnzVW

(c) Martin Gervais, 2008

Conscients de ce que les évènements tragiques survenus à Conflans-Saint-Honorine pourront perturber la réception de notre analyse de la situation provoquée par des propos proférés en amphithéâtre, nous tenons à rappeler que si l’intolérance a revêtu dans l’histoire des formes variables, le fait que notre société soit aujourd’hui régulièrement confrontée à ses manifestations les plus extrêmes appelle une dénonciation ferme de ces horreurs. Cela ne doit donc, a fortiori, pas empêcher de réfléchir à la portée de certains discours énoncés dans le cadre universitaire, lequel est, au même titre que l’école, le lieu de l’apprentissage de la tolérance.

Depuis la dernière rentrée universitaire, la presse s’est fait le relai des inquiétudes de néo-étudiants confinés dans des amphithéâtres bondés, qui documentaient « en live » la situation chaotique de certains cours à grand renfort de vidéos circulant ensuite sur les réseaux sociaux. Cette même presse, qui fait généralement peu de cas de l’activité pédagogique des historiens du droit et de leur rôle dans la diffusion des savoirs juridiques, n’a pas manqué non plus de se faire l’écho de l’émoi suscité récemment par des propos tenus dans un amphithéâtre, qui eux aussi ont agité les réseaux sociaux1. Ceux qui connaissent le monde de la justice ont déjà entendu l’adage « la plume est serve mais la parole est libre ». Force est de constater qu’à l’ère des smartphones et des réseaux sociaux, la parole captée par un auditoire choqué, échappe au locuteur qui pense — naïvement — la retenir dans le secret de l’amphithéâtre.

Dans le cas d’espèce, on objectera bien sûr que l’universitaire, professeur ou maître de conférences, est protégé par son statut, auquel sont attachées un certain nombre de libertés. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que

« le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique » (Code de l’éducation, L.141-6).

On rappellera aussi que le Conseil Constitutionnel a constitutionnalisé les libertés universitaires (Décision n°83-165 du 20 janvier 1984). Statut et liberté dont la récente Loi de Programmation de la recherche 2021-2030 montre toutefois combien ils sont fragiles dès lors que le périmètre de ceux qui en bénéficient se réduit. À charge donc, pour celles et ceux qui jouissent encore d’un tel statut — que d’aucuns ne manqueront pas bientôt de qualifier de privilège — de ne pas le rabaisser inconsidérément.

« Les enseignants-chercheurs, les enseignants et les chercheurs jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires et aux dispositions du présent code, les principes de tolérance et d’objectivité » (Code de l’éducation, L.952-2).

Les libertés universitaires et les garanties de l’enseignant-chercheur – pas plus que le port de la robe -, ne protègent en somme du ridicule d’un point de vue2 amené au renfort d’une démonstration maladroitement assénée du haut de la chaire. Pour le dire autrement : le métier d’universitaire impose la construction d’une argumentation objectivement étayée et le respect des lois de la République ; non moins fort, le respect de l’étudiant exige qu’on ne lui impose pas un point de vue discriminant, même au prétexte d’une démonstration. Car les usagers de ce service public qu’est — encore — l’enseignement supérieur jouissent aussi de garanties (Code de l’éducation, L. 811-1, alinéa 2).

Continuer la lecture

  1. NDLR: àce sujet sur Academia, voir Caméra au poing, par Christelle Rabier, 11 octobre 2020. []
  2. On est loin du « subtile (sic) questionnement philosophico-juridique » rapporté par les auteurs d’un article de soutien contre un professeur victime de la « bien-pensance » ; droit de réponse de l’auteur des propos auxquels les précédents admettent que ne revient sans doute pas la « palme de la délicatesse ». []

Appel solennel remis à la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Communiqué de presse

Academia, blog sur l’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, remet aujourd’hui à la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation un appel solennel à s’abstenir de prendre toute mesure réglementaire qui ne soit pas justifiée par l’épidémie de covid-19, en particulier celles qui modifient le Code de l’éducation, le Code de la recherche et les statuts des personnels. 
Nous accompagnons ce texte, soumis à la communauté de l’ESR depuis le lundi 13 avril, et signé depuis par plus de 16 000 personnes, de la liste des 20 sociétés savantes et associations professionnelles – notamment celles dont l’activité est en première ligne pendant l’épidémie – de la quinzaine de collectifs mobilisés et de syndidats, et de la cinquantaine de revues scientifiques qui se sont engagés derrière cet appel. 
L’ampleur de ce soutien nous semble devoir appeler une prise de position publique de la part de la Ministre.
21 avril 2020
L’équipe de rédaction d’Academia
https://www.flickr.com/photos/yasmine-hens/36311243752/in/photolist-XjGBGL-PVKD5x-FsYbrs-V8g1Vz-JGrwhz-pVsoDE-GVbFgY-HQNheN-2iMpypa-BZLaNH-dfL2Xb-a7N19w-2hsXD81-jbnPX-bkyTMR-LrYqHp-78p5zE-Xtof15-V5J56r-9Pz43F-2dDJdCm-R18jiQ-8fceHS-GkXTay-Tw9YfS-SMBMb9-2gppmyD-kUhdu6-32BtAT-5PmEu4-GqMYhE-26csFHk-295eVX1-8CPiTg-f8vVz3-2gYDyns-2hLAgCv-2b28E3Q-6xeGnE-ctEBGm-fq7M6x-JeatNU-2gQBUVU-S89tsK-eMqxTB-Q9HEhs-29V3bu9-29F7BAk-DU58hY-osBK5H

Waiting
❉ΨᗩSᗰIᘉᗴ HᗴᘉS❉, 2017

Enseignement supérieur et recherche. Appel solennel à cesser de prendre toute mesure non-urgente en période de confinement

Lien vers la pétition — texte (version .pdf) et signatures collectives ci-dessous

https://www.flickr.com/photos/yasmine-hens/36311243752/in/photolist-XjGBGL-PVKD5x-FsYbrs-V8g1Vz-JGrwhz-pVsoDE-GVbFgY-HQNheN-2iMpypa-BZLaNH-dfL2Xb-a7N19w-2hsXD81-jbnPX-bkyTMR-LrYqHp-78p5zE-Xtof15-V5J56r-9Pz43F-2dDJdCm-R18jiQ-8fceHS-GkXTay-Tw9YfS-SMBMb9-2gppmyD-kUhdu6-32BtAT-5PmEu4-GqMYhE-26csFHk-295eVX1-8CPiTg-f8vVz3-2gYDyns-2hLAgCv-2b28E3Q-6xeGnE-ctEBGm-fq7M6x-JeatNU-2gQBUVU-S89tsK-eMqxTB-Q9HEhs-29V3bu9-29F7BAk-DU58hY-osBK5H

Waiting
❉ΨᗩSᗰIᘉᗴ HᗴᘉS❉, 2017

Nous, membres des Universités et des EPST, syndicats, sociétés savantes et collectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche, demandons solennellement que le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, s’abstienne de prendre toute mesure réglementaire qui ne soit pas justifiée par l’épidémie de covid-19, en particulier celles qui modifient le Code de l’éducation, le Code de la recherche et les statuts des personnels.

Depuis le début du confinement général de la population, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a par deux fois fait paraître au Journal officiel des mesures réglementaires que l’urgence de l’épidémie de covid-19 ne justifiait en aucun cas.

Il y a d’abord eu le décret du 18 mars 2020, qui donnait aux postes hors-statut enseignant.e-chercheur.se (EC) – postes précaires, tenure-track, chaires d’excellence – l’accès à des primes jusque-là réservées aux titulaires, afin de favoriser de nouveaux recrutements précaires au lieu de titulariser les précaires qui exercent actuellement. C’est ensuite l’arrêté et le décret du 3 avril 2020, qui obligent tout∙e étudiant∙e de licence, licence professionnelle, diplôme universitaire de technologie et BTS à obtenir une certification en anglais délivrée par des entreprises privées étrangères.

Sous couvert de technicité, ces mesures sont tout sauf anodines : la première grignote un peu plus le lien irréductible qui lie les libertés académiques à la situation statutaire des EC, des chercheur∙es et des enseignant∙es ; et les secondes confient au monde marchand une partie des diplômes universitaires, rognant encore le monopole de l’État. Dans les deux cas, c’est la privatisation du service public de l’enseignement supérieur qui avance, sans que le débat soit possible en ce temps de confinement.

Parallèlement, l’effort du MESRI à lutter contre la crise est discutable : pas de remise en cause de tout ou partie du Crédit impôt recherche, alors que le CNRS lance un appel aux dons. Le Ministère n’a pas davantage financé l’acquisition d’un cryomicroscope nécessaire pour étudier le coronavirus, alors que ce dernier est réclamé par les équipes spécialistes depuis plusieures années.

Il est inadmissible que le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation profite du confinement général de la population pour faire passer ces mesures.

C’est inadmissible, d’abord, parce que cela signifie que le Ministère, en pleine épidémie, consacre du temps et de l’énergie à la préparation et à la mise en œuvre de ces mesures, qui, pourtant, ne présentent aucun caractère d’urgence. Pis encore, il le fait au moment même où, par ailleurs, il explique aux 120 000 vacataires de l’enseignement supérieur, pour certains en situation de grande précarité, que faute de temps en cette période d’épidémie, le paiement des heures d’enseignement est reporté, et parfois même remis en cause.

C’est inadmissible, ensuite, parce qu’une partie de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche s’oppose à ces mesures depuis des années. Elle s’y opposait plus encore ces derniers mois, avec la grande tempête de colère qui traversait les établissements jusqu’à ce que le confinement l’interrompe brutalement.

Dans une démocratie, si l’on se résout à prendre une décision aussi radicale que celle de restreindre de façon maximale les déplacements de la population dans son ensemble, on reporte toute réforme qui n’est pas directement liée à la catastrophe rendant nécessaire ce confinement. Dans une démocratie, autrement dit, on ne réforme pas si les citoyens ne disposent ni de leur liberté de manifester, ni de leur liberté de réunion, car, alors, leur liberté d’expression est trop réduite et leur droit à contester, trop affaibli.

C’est cela qu’il ne faut pas perdre de vue : si le président a suspendu la réforme des re)traites, ce n’est pas une faveur qu’il a accordée. C’est parce qu’il ne pouvait faire autrement, sauf à porter une atteinte sans précédent à trois de nos libertés les plus fondamentales : la liberté de réunion, la liberté de manifestation et la liberté d’expression.

C’est pourquoi nous demandons solennellement au Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation la suspension de toutes les mesures autres que celles qu’exige strictement l’urgence de la situation, et en particulier la suspension des mesures qui modifieraient le Code de l’éducation, le Code de la recherche et les statuts des personnels. Au moins le temps que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche puisse à nouveau se réunir.

Pour soutenir cet appel, lien vers la pétition

NB: il n’est pas nécessaire d’indiquer d’autres coordonnées que votre e-mail
pour que votre signature soit prise en compte

Premiers signataires (en violet, les ajouts depuis le 21 avril 2020)

Academia.hypotheses.org, équipe de rédaction du carnet d’information sur l’emploi dans l’ESR

Sociétés savantes1
  • Association des  chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères (ACEDLE)
  • Association des enseignant·es-chercheur·es en science politique (AECSP)
  • Association des enseignants-chercheurs en psychologie des Universités (AEPU)
  • Association Française dÉtudes Américaines (AFEA)
  • Association française d’économie politique (AFEP)
  • Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA)
  • Association française de sociologie (AFS)
  • Association des historiens modernistes universitaires de France (AHMUF)
  • Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des Universités (APAHAU)
  • Association des professeurs de langues en IUT (APLIUT)
  • Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs (ARES)
  • Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES)
  • Groupe d’étude et de recherche en anglais de spécialité (GERAS), par son Conseil d’administration
  • Société d’Anthropologie de Paris
  • Société Française d’Études du Dix-Huitième Siècle
  • Société Française de Génétique
  • Société  Française de Virologie
  • Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (SHMESP)
  • Société française d’histoire politique (SFHPo)
  • Société française de microscopies (SFM)
  • Société d’Histoire Moderne et Contemporaine (SHMC)
  • Société Professionnelle des Enseignants et Chercheurs en Informatique de France (SPECIF Campus), avec le soutien de la Société informatique de France

Syndicats 

  • CGT Ferc-Sup
  • SNTRS-CGT
  • fédération Solidaires étudiant·es
  • Sud Education
  • Sud Recherche EPST
  • CGT Ferc-Sup Aix-Marseille Université
  • CGT Ferc-Sup Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne
  • CGT FercSup Université de Franche Comté
  • SNESUP-FSU de l’Université de Guyane
  • SNESUP-FSU de l’Université de Strasbourg
Collectifs
  • Facs et labos en lutte (FFL)
  • Assemblée des directions de laboratoires (AdL)
  • Sauvons l’université (SLU)
  • Université ouverte (UO)
  • Collectif des précaires de l’ESR – Lorient
  • Collectif des précaires de l’ESR – Nantes
  • Comité de mobilisation de l’EHESS
  • Comité de mobilisation de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence)
Revues
Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines – Biens symboliques/Symbolic Goods – Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (BMSAP) – Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique – Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs – Cahiers de littérature orale – Cahiers d’études africaines – Cahiers d’Outre-Mer – Cahiers François Viète – Carnets de géographes – Clio, Femmes, Genre, Histoire – Communication & langages – Communications – Critique internationale – Diasporas. Circulations, migrations, histoire – Dix-Huitième Siècle – Droit et société – Esprit critique – Études decommunication – Feuilles de géographie – Filigrane. Musique, esthétique, sciences société – FLUX – Genèses – Genre et histoire – ¿Interrogations? – Itinéraires. Littérature, textes, culture – Journal des anthropologues – Justice Spatiale / Spatial Justice – Kentron – Langage et Société – Lectures anthropologiques – L’Homme. Revue française d’anthropologie – Le temps des médias –  L’Homme et la Société – Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est – Natures Sciences Sociétés – Nouvelle Revue du Travail – Participations – Politiques de communication –  PolitixProjets de paysage – Questes – Recherches en danse – Recherches en didactique des langues et des cultures – Regards sociologiques – Revue française de socio-économie – Revue des droits de l’homme – Revue de sciences sociales – Revue d’histoire des sciences humaines – Revue d’histoire moderne et contemporaineSavoir/Agir – Semen – Sociétés contemporaines – Sociologie du travail – South Asia Multidisciplinary Academic Journal – STAPS – Strenæ – Terrain – Tracés. Revue de sciences humaines – TranspositionVolume ! 
  1. Mention en ce sens, de l’Association des Germanistes d’Enseignement Supérieur (AGES) dans un communiqué sur la certification des langues. []